Réflexions sur la lecture de la Bible en français Janvier – Juin

JanvierFévrierMarsAvrilMaiJuinJuillet–Decembre

Janvier – Cliquez sur la date ci-dessous:

12345678910111213141516171819202122232425262728293031Top

Février – Cliquez sur la date ci-dessous:

123456-78910111213141516171819202122232425262728Top

MarsCliquez sur la date ci-dessous:

12345678910111213141516171819202122232425262728293031

Avril Cliquez sur la date ci-dessous:

12345678910111213141516171819202122232425262728-29-30

Mai – Cliquez sur la date ci-dessous:

1-2-345678910111213141516171819202122232425262728293031

Juin – Cliquez sur la date ci-dessous:

123456789101112131415161718192021222324252627282930– Top

Le 1er Janvier

Au début d’une nouvelle année, beaucoup de gens profitent de l’occasion pour prendre un nouveau départ dans leur vie. L’ancienne année, avec ses bons et ses mauvais côtés, est terminée et la nouvelle commence avec de nouvelles opportunités. Nous aussi, nous pouvons profiter de ce nouveau départ imaginaire et décider de faire des efforts pour ressembler davantage à Jésus et donc à Dieu. Toutes les lectures d’aujourd’hui peuvent nous encourager à mieux nous concentrer sur ce que Dieu veut. Genèse 1 établit d’emblée une distinction entre la “lumière” et les “ténèbres”, versets 3-5, et dans le reste de la Bible, la “lumière” est utilisée pour décrire le “bien”, notamment en ce qui concerne Jésus, la “lumière du monde” ; les ténèbres, en revanche, sont utilisées pour décrire le “mal” ou l’impiété. Jean 1 décrit la “nouvelle création” qu’est Jésus et fait également la distinction entre la lumière et les ténèbres, versets 3-9, nous voyons donc qu’il y a cette distinction entre le bien et le mal. Mais même dans les “ténèbres”, Dieu a veillé à ce qu’il y ait toujours de la lumière (Genèse 1, versets 14-29). Ainsi, même lorsque nous lisons le récit de la création du monde, nous nous souvenons de la “lumière du monde”. Dans Romains 1, Paul affirme que “les hommes sont sans excuse” pour ne pas connaître le message de Dieu depuis la création (verset 20). La création de Dieu est parfaitement ordonnée et, lorsque toutes les “bonnes” parties ont été achevées, Dieu a qualifié la création de “très bonne” (Genèse 1, verset 31). C’est une grande leçon pour nous aussi, qui nous rappelle que lorsque nous travaillons tous ensemble dans l’unité avec Dieu et Jésus, notre “église” (assemblée) est “très bonne”, malheureusement trop souvent notre nature humaine empêche cette unité. Genèse 2, verset 2, plante le décor du jour qui devint connu sous le nom de sabbat (samedi) parce que ce jour était “saint”, c’est-à-dire séparé, et que Dieu s’est “reposé”. Notre “sabbat” est le dimanche, parce que c’était le “premier jour de la semaine”, lorsque Jésus a été ressuscité de la mort par son père ; nous devons essayer de toujours nous souvenir de l’amour de Dieu et de Jésus en rompant le pain et en buvant du vin chaque dimanche en priorité. L’homme a été créé à partir de la poussière du sol, verset 7, et Dieu lui a donné tout ce dont il avait besoin, versets 8-9, mais il s’attendait aussi à ce qu’il soit respecté et a donné un ordre à Adam, versets 15-17. Pour que nous puissions suivre Dieu correctement, nous avons besoin de “règles”, c’est la façon dont nous réagissons à ces “règles” qui démontre notre amour pour lui et, comme Dieu nous l’a montré à maintes reprises, ces “règles” sont une démonstration de son amour pour nous. Parfois, nous ne comprenons pas les “règles”, mais nous devons apprendre les leçons que Job et ses amis ont apprises – que Dieu sait mieux que quiconque, qu’il est le seul à avoir une vue d’ensemble. L’amour de Dieu a fait en sorte qu’Adam ait une “aide appropriée” pour travailler ensemble au service de Dieu (versets 20-24). Comme Eve faisait partie d’Adam, nous avons une image vivante pour nous rappeler que le rapprochement, ou le mariage, d’un homme et d’une femme doit rester pur et que chacun doit aider l’autre, être “collé ensemble”. Le nouveau testament nous renvoie à cet exemple pour nous montrer comment construire nos relations avec un partenaire ET il est également utilisé pour nous montrer la relation entre nous (église/épouse/femme) et Jésus (époux/mari/homme), nous le voyons dans Ephésiens 5 versets 22-33. À ce stade de l’histoire de l’homme et de la femme, les choses étaient “très bonnes” et, bien qu’ils fussent nus, ils n’éprouvaient aucune honte (Genèse 2, verset 25), une image paisible et sans péché. Le psaume 1 nous montre le “bon” et le “mauvais” et nous indique comment nous devons réagir à différentes situations si nous voulons suivre Dieu. Les versets 1 à 3 décrivent l’être humain qui ne “marche”, ne “se tient” ou ne “s’assied” pas avec les “mauvais”, il est “béni” (heureux). Mais les “mauvais” (méchants) ne sont pas “heureux”, versets 4-5, ils sont temporaires et ne passeront pas le jugement [de Jésus] ni ne s’assembleront avec les justes [dans le royaume], mais Dieu veillera sur les “justes”, verset 6. Le psaume 2 est un psaume qui parle beaucoup de Jésus, nous le savons car le Nouveau Testament y fait souvent référence (c’est le deuxième psaume le plus cité dans le Nouveau Testament). Dans ce psaume, nous voyons un résumé du dessein de Dieu en Jésus et nous avons un rappel que Jésus sera roi à Jérusalem quand il reviendra, verset 6. La leçon pour nous est donc de le “servir” et de respecter à la fois Jésus et son père, car ceux d’entre nous qui ont été baptisés “se réfugient en lui [Jésus]”, versets 10-12. Nous avons probablement lu Matthieu 1 et 2 plusieurs fois pendant la période de Noël, en pensant à la naissance de Jésus et en célébrant le fait que Jésus “sauvera son peuple de ses péchés” (Matthieu 1, verset 21). La naissance de Jésus est aussi un nouveau commencement (création) et permet aux êtres humains d’avoir un chemin vers le salut – c’était le chemin de Dieu depuis la première création – et Matthieu essaie très fort dans ces premiers chapitres de convaincre ses premiers lecteurs, les Juifs, que ce qu’il dit est correct. Matthieu rappelle au moins cinq fois aux Juifs (et à nous maintenant) que les événements qui se sont produits lors de la naissance de Jésus ont été prédits dans l’Ancien Testament, par exemple au chapitre 1, verset 22, au chapitre 2, versets 5, 15, 17 et 23, et même la généalogie au chapitre 1, versets 1-17, confirme que Jésus était d’une lignée humaine, juive. Il y avait beaucoup d’incertitude pour les personnes pieuses impliquées dans la naissance du sauveur du monde, les événements ont eu un impact sur leurs vies, le recensement, les actions méchantes d’Hérode, la peur du fils d’Hérode, etc. mais à travers tout cela, Dieu était en contrôle et a guidé ceux qui ont essayé d’être “bons”, par exemple, chapitre 1 verset 20, chapitre 2 versets 12, 13, 19 et 22. D’autre part, les “mauvais” n’étaient tout simplement pas intéressés par les voies de Dieu et causaient une réelle détresse aux autres, versets 16-18. Ainsi, au début de l’année, dans nos lectures, nous voyons déjà les “bons” et les “mauvais”, nous savons déjà ce qui attend les deux groupes, alors je prie pour que nous choisissions tous la voie de la “lumière” (le bien) cette année. Janvier

Le 2 Janvier

Alors que nous sommes encore au début d’une nouvelle année, nous continuons à penser aux “débuts” et aux nouveaux départs, et nos lectures d’aujourd’hui traitent des “débuts”. Même si Matthieu ne dit pas réellement en anglais qu’il s’agit d’un “commencement”, comme c’est le cas pour Jean 1 et Marc 1, il s’agit du “commencement” de l’évangile de Jésus, le fils de Dieu. Dans Matthieu, cependant, nous voyons le mot “généalogie” qui signifie “genèse”, donc Matthieu parle aussi d’un “commencement”. Matthieu est clair sur le fait que son évangile fait référence au “commencement” du renouveau de la race juive et de la race humaine ; l’évangile de Matthieu est donc un récit de “renouveau”. La liste des généalogies peut sembler déplacée, mais il s’agit de l’histoire d’Israël, souvent tragique et tachée de sang – jusqu’à ce que nous arrivions aux mots de Matthieu 1, verset 16, lorsque nous avons la mention de Jésus. Puis nous avons le merveilleux récit de la naissance de Jésus au verset 18, et c’est par l’intervention divine que ce “renouveau” se réalise. Jusqu’alors, l’homme ne pouvait pas suivre Dieu, tous les hommes échouaient et la perspective d’une vie pieuse semblait lointaine. Bien que Dieu soit intervenu, il ne s’agissait pas d’une simple intervention et les choses allaient s’améliorer, mais pas immédiatement, et il y avait des conséquences, dont beaucoup sont relatées dans les évangiles et le reste du nouveau testament, par exemple pour Marie qui était une femme célibataire et enceinte. Les paroles du verset 22-23 sont tirées d’Ésaïe 7, où le roi Achaz et Juda craignaient une attaque de leurs ennemis et où Achaz n’a pas eu la foi et le courage de demander un signe. Mais Dieu a quand même donné un signe et a garanti que, quoi qu’il arrive, ils seraient délivrés lorsque Dieu déciderait du bon moment. Ainsi, lorsque Matthieu parle de Jésus comme sauvant son peuple de ses péchés (verset 21), il ne s’agit pas non plus d’une “aide” immédiate ; Jésus est né en tant qu’être humain comme nous, mais il était aussi le représentant de son père sur terre. Jésus lui-même a dit que “lui et son père étaient un” (Jean 10:30). Ce verset ne dit pas que Dieu et Jésus étaient le même être comme certains chrétiens le croient à tort, il dit que Jésus était l’homme de Dieu sur terre. Cette idée qu’une personne est le fils de Dieu et un fils de l’homme (humain) a des implications énormes pour ceux qui l’ont entendu, vu et lu à son sujet comme nous le faisons, car lorsque Jésus parle, nous entendons la voix de Dieu. Lorsque Jésus guérissait ou pardonnait, c’était comme si Dieu avait guéri ou pardonné, car Jésus était son représentant sur terre. Les personnes qui en ont le plus profité sont ses disciples, ils ont entendu Jésus et il était là avec eux. Il les enseignait et les nourrissait parfois, il les corrigeait quand ils faisaient des erreurs et ils étaient témoins de ce qu’il faisait. Jésus était leur point “fixe” – il faisait partie de leur vie quotidienne et Dieu était complètement réel pour eux, car ils le voyaient en Jésus. Le meilleur mot pour décrire cette relation entre Jésus et les disciples est un mot grec qui apparaît dans Jean 14, “parakletos”, qui signifie en anglais que quelqu’un est “appelé à être à côté” de vous ou un “conseiller” ou “un soutien” ou un “séjour” ou quelqu’un pour “plaider votre cause”. Imaginez donc que lorsque Jésus a été crucifié, les disciples ont dû être absolument anéantis, d’autant plus qu’ils voyaient que Jésus n’avait jamais rien fait de mal. Il n’est pas surprenant que les disciples n’aient pas compris ou aient oublié ce que Jésus leur avait dit dans Jean 14, verset 18, à savoir que même s’il allait “les quitter” (sa mort), il ne les “laisserait pas orphelins” et qu’il “viendrait à vous”. Jésus a dit qu’il demanderait à son père et qu’il vous donnerait un autre “parakletos” – un “consolateur”, verset 15 et 26 ; ce consolateur serait avec eux pour toujours. Or Jésus était le représentant de Dieu, c’est donc lui qui a donné le “parakletos” ; de plus, Jésus avait dit au verset 18 “Je viendrai à vous”, c’est donc Jésus lui-même qui est décrit comme le “saint esprit” ou le “conseiller”. Les disciples ont alors compris que, puisque Jésus était le représentant de Dieu et que Jésus était dans son père (verset 20), Dieu et Jésus étaient tous deux avec eux. Ils ont revu Jésus après sa résurrection, mais seulement temporairement, mais ils ont alors compris que Jésus ne les abandonnerait pas, tous ont alors compris que “Dieu était avec nous” en Jésus, c’est-à-dire Emmanuel qui signifie “Dieu était avec nous” (Matthieu 1, verset 23). Jésus a dû souffrir comme le reste des Juifs a souffert aux mains des Romains en 70 après J.-C., 40 ans plus tard, c’était donc la révélation de la profondeur de son association avec la souffrance humaine et le péché. La crucifixion a montré la profondeur du péché ET la profondeur de la grâce. Ainsi, après sa résurrection et son ascension, les disciples sont restés très conscients que ce “parakletos” était toujours avec eux. Paul donne un exemple de la façon dont le “parakletos” était pour toujours avec lui – dans 2Corinthiens 12 verset 10, dans la faiblesse de Paul, Jésus était sa force, grâce à ce merveilleux “parakletos”. Jésus s’est tenu à ses côtés et l’a fortifié – à la fin de sa vie ! Chez Matthieu, comme dans la plupart des écrits grecs, les ” débuts ” sont significatifs, tout comme les fins, la fin correspondant souvent au début. Ainsi, Matthieu commence par annoncer que Jésus est “Dieu avec nous”, c’est-à-dire la signification de “Emmanuel”, et à la fin, il cite Jésus disant “Je suis avec vous”, Matthieu 28, verset 20. Cette promesse n’est pas moins sûre que celle donnée aux disciples avant sa mort et, cette fois, Jésus nous dit la même chose ici aussi. Le “conseiller” de Jean 14 était donc destiné aux disciples, mais il l’est aussi pour nous, car nous sommes inclus dans les paroles de Matthieu. Qu’est-ce que cela signifie pour nous au début d’une nouvelle année ? Quels que soient les défis auxquels nous sommes confrontés, nous devons nous rappeler que Jésus est toujours avec nous, que nous devons le chercher et lui demander de l’aide et de la sagesse lorsque nous sommes en difficulté – et nous souvenir de ses paroles dans Matthieu 28, verset 20. Janvier

Le 3 Janvier

Genèse 5 et 6 nous rappellent que les êtres humains oublient très vite Dieu, même à cette époque où les gens vivaient si longtemps qu’ils pouvaient transmettre des informations presque de première main à plusieurs générations. La plupart des personnes mentionnées dans Genèse 5 devaient se connaître puisqu’elles vivaient à la même époque ! Nous pouvons cependant constater que des personnes “marchaient avec Dieu”, comme Hénoch (verset 22-24), et que d’autres considéraient les aspects pieux du péché, comme Lamech lorsqu’il a nommé Noé (verset 29). (Il ne s’agit pas du Lamech du chapitre 4, verset 24, qui était orgueilleux). Le Lamek du chapitre 5 a compris la cause de la souffrance et du “labeur douloureux” qui a résulté du péché d’Adam dans le jardin d’Eden et c’est une leçon pour nous, pour nous aider à comprendre notre “labeur douloureux” aussi. Souvent, les gens comprennent mal le verset 24 relatif à Hénoc, certains pensant à tort qu’il a été emmené au ciel. Malheureusement, ce qui est oublié, c’est l’amour de Dieu qui protège les personnes fidèles. Le verset 5 d’Hébreux 11 nous aide à comprendre cela, surtout lorsque nous appliquons les versets 13 et 39-40 et que nous nous rappelons que toutes ces personnes, y compris Hénoc, sont mortes et n’ont pas reçu ce qui avait été promis par Dieu et que “ce n’est qu’ensemble avec nous qu’ils seront parfaits”. Par conséquent, quoi qu’Enoch ait été enlevé, ce n’était pas pour qu’il ne meure pas et ce n’était pas non plus pour obtenir une récompense ailleurs. Nous ne pouvons que conclure qu’Hénoc a été protégé de la souffrance qui était sur le point de venir et que Dieu l’a fait s’endormir avant qu’il ne subisse une quelconque souffrance. Genèse 6 nous dit à quel point la race humaine était devenue mauvaise, verset 5 ; Dieu était “affligé” d’avoir créé l’homme sur la terre et décida qu’il allait tout détruire, versets 6-7. C’est le même problème avec les êtres humains : chaque fois qu’ils font ce qu’ils veulent, verset 1-2, ils se détournent de Dieu. Cependant, Noé a trouvé grâce aux yeux de Dieu, verset 8, et il a marché dans ses voies, verset 9 ; lorsque Dieu lui a fait part de son plan, Noé a fait exactement ce que Dieu lui avait dit, verset 22. Il est clair que la leçon à tirer pour nous est de “marcher dans les voies de Dieu”, de lui faire confiance et de ne pas faire les choses à notre guise ; la confiance que nous avons, c’est que Dieu prendra soin de nous, tout comme il l’a fait pour Hénoc en le protégeant afin qu’il reçoive sa récompense lorsque Jésus reviendra. Les psaumes 6, 7 et 8 considèrent également la souffrance des personnes pieuses, le psaume 6 le montre et dans le psaume 7 nous voyons la protection promise par Dieu, verset 10, qui sauve les “hommes au cœur droit”, même si ce n’est pas jusqu’au royaume. Et comme c’est toujours le cas, les méchants souffriront, leurs mauvaises habitudes se retourneront contre eux, versets 14-16, cela se produit si souvent que les méchants finissent par souffrir de la même manière que la souffrance qu’ils ont causée aux autres, mais tout cela au temps de Dieu. Et parce que Dieu prend soin de chacun d’entre nous, même s’il a tout créé, Psaume 8, versets 3-5, et qu’il a donné toutes choses à l’homme, nous devons le louer, versets 1 et 9. En lisant le Psaume 8, nous pouvons voir un rappel de Jésus, qui a été fait “un peu plus bas que les anges” – Hébreux 2, versets 6-8, cite le Psaume 8, versets 4-6. C’est donc à ce moment-là qu’Hénoch, et tous les hommes et femmes fidèles de l’Ancien Testament, recevront leur récompense, c’est-à-dire au retour de Jésus. Matthieu 5, ce sont les enseignements de Jésus qui poussent la loi de Moïse un peu plus loin – non seulement nous ne devons pas tuer, mais nous ne devons pas être en colère, verset 22 ; non seulement nous ne devons pas commettre d’adultère, mais nous ne devons même pas regarder une femme avec convoitise, verset 28. Dieu et Jésus nous ont montré tant d’amour que nous avons maintenant la responsabilité d’élever notre réponse à un niveau supérieur – nous devons faire correspondre l’amour et la grâce de Dieu avec notre désir d’essayer et de faire de notre mieux pour “surpasser la justice des Pharisiens”, verset 20. Notre objectif est de “mettre en pratique et d’enseigner” les commandements de Jésus, verset 19. Le but du royaume est d’apporter le bonheur ou les bénédictions, nous devrions donc essayer de viser maintenant à avoir le caractère de ceux qui seront dans le royaume et les attributs de ceux qui y seront sont énumérés aux versets 1-10. Dans ses enseignements, Jésus nous amène à nous concentrer sur les causes du meurtre, de l’adultère, du divorce, des mauvais serments, des représailles et de la haine et nous fait donc réfléchir à la colère, à la luxure, à l’engagement, à l’honnêteté, à la tolérance et à l’amour. Ainsi, si vous maîtrisez votre colère, vous ne commettrez pas de meurtre ; si vous maîtrisez votre convoitise, vous ne commettrez pas d’adultère ; etc. Maîtrisez-les et vous corrigerez automatiquement la première liste ! Si tu pries pour tes ennemis, tu ne pourras pas les haïr, versets 43-48 et si tu résous les problèmes avec ton frère ou ta sœur avant d’aller à la réunion, tu pourras adorer correctement, versets 23-26. Nous sommes la lumière du monde, versets 14-15, nous devons être vus comme tels, verset 16, afin que Dieu soit loué. Janvier

Le 4 Janvier

Genèse 7 et 8 nous font vivre le déluge de l’époque de Noé. Grâce à Noé, Dieu a sauvé l’humanité et la vie animale. Les méchants reçoivent leur juste récompense et sont détruits. À l’époque de Noé, le monde a été jugé. Ces événements sont un modèle d’autres événements dans les Écritures. Tout d’abord, il y a un modèle de création. La terre recouverte d’eau nous rappelle comment elle était en Genèse 1:2. L’apparition de la terre sèche (8:14) nous rappelle la création de la terre sèche au troisième jour de la création. La feuille d’olivier nous rappelle la création de la vie végétale, également au troisième jour. Cela nous montre que le déluge a été un redémarrage de la vie sur terre, avec des caractéristiques similaires à certaines de la création originelle. C’était comme un nouveau ciel et une nouvelle terre. Deuxièmement, il existe un modèle de redémarrage futur de la vie sur terre. L’apôtre Pierre en parle (2 Pierre 3:10-13). Comme à l’époque de Noé, ce jugement futur surviendra soudainement. Il n’y a qu’une seule réponse raisonnable que nous pouvons avoir à ce moment futur : “Puisque tout sera détruit de cette manière, quelle sorte de personnes devez-vous être ? Vous devez mener une vie sainte et pieuse en attendant le jour de Dieu et en accélérant sa venue.” Nous devons être justes comme Noé et sa famille, afin d’être sauvés du jugement qui viendra sur le monde. L’homme Noé est aussi un modèle de Jésus. Nous savons que la colombe volant sur un homme, qui était entouré d’eau, ne se produit qu’à un seul autre endroit dans les Écritures. C’est au moment du baptême de Jésus. Jésus est comme Noé. C’est par Jésus que viendront les nouveaux cieux et la nouvelle terre. C’est par Jésus que la nouvelle vie sur terre redémarrera. C’est Jésus qui apportera la paix et le repos de ce temps futur. Comme Noé, Jésus supprimera la malédiction de la terre et apportera un temps de joie et de communion avec Dieu. Ceux qui sont sages se joindront à Jésus et feront partie de sa famille spirituelle. Puis, comme Noé, Jésus sauvera sa famille et celle-ci entrera dans le nouvel âge de la terre. Les méchants ne feront pas partie de cet âge futur. Les Psaumes 9 et 10 parlent des voies des méchants et de la manière dont les justes doivent y faire face. Les deux psaumes sont liés par un motif de lettres hébraïques qui se succèdent entre le psaume 9 et le psaume 10. Les deux psaumes parlent du même sujet. Le Psaume 10 est une description d’un homme méchant à son pire. C’est peut-être même la description la plus graphique des méchants dans la Bible. Ils ignorent les lois de Dieu (10:5) et ne pensent qu’à eux-mêmes. Ils veulent s’enrichir à tout prix, et sont prêts à opprimer et même à tuer les autres pour y parvenir (10:8-10). Ils sont peut-être comme les méchants de l’époque de Noé. Comme à l’époque de Noé, Dieu les voit. Dieu voit aussi les justes et il fera régner la justice. Comme le dit 9:16, “Dieu est connu par sa justice”. Jusqu’à ce moment-là, les justes doivent supporter les méchants autour d’eux. Ils doivent le faire en laissant à Dieu le soin de s’occuper des méchants et en faisant confiance à Dieu. Comme il nous est dit dans 9:9-10, “Le Seigneur est un refuge pour l’opprimé, une forteresse au temps de la détresse. Ceux qui connaissent ton nom se confient en toi, car toi, Seigneur, tu n’as jamais abandonné ceux qui te cherchent.” Matthieu 6 est la partie centrale du “Sermon sur la montagne”, qui est le plus grand ensemble d’enseignements de Jésus dans la Bible. Il traite de la manière dont nous pouvons être justes devant Dieu. Un enseignement crucial pour nous est que lorsque nous faisons ce qui est juste, nous ne devons pas nous en vanter. Que nous priions, jeûnions et donnions aux nécessiteux, nous devons le faire en secret. Si nous ne le faisons pas, nous recevons la louange des hommes plutôt que celle de Dieu. Si nous faisons nos choses justes secrètement entre nous et Dieu, alors nous avons un trésor dans le ciel (Mat 6:19). Tout trésor que nous avons là-bas ne sera ni perdu ni oublié. Si nous faisons nos actes justes devant les hommes, c’est comme si nous servions les hommes et les choses que les hommes apprécient. Si nous accomplissons nos actes justes en secret, alors nous servons Dieu et cherchons à être loués et remerciés par lui. Nous ne pouvons pas servir à la fois Dieu et les choses que l’homme apprécie. Nous devons faire un choix. Le verset 33 le dit ainsi : “Cherchez d’abord son royaume et sa justice, et toutes ces choses vous seront données aussi.” Nous devons choisir de suivre les voies de Dieu et non les voies de l’homme. Nous devons choisir une relation juste avec Dieu plutôt que de paraître bons aux yeux des autres hommes. Si nous mettons les bonnes choses en premier et en faisons une priorité dans nos vies, alors Dieu veillera sur nous. Les événements de l’époque de Noé nous enseignent que l’humanité se tourne facilement vers la méchanceté. Nous avons vu l’exemple d’un homme méchant dans le Psaume 10. Contrairement aux méchants, les justes se distinguent par leur différence. Ils ne recourent pas aux voies des méchants. Ils suivent les voies de Dieu. Dans ce cas, les justes verront les méchants qui les entourent continuer à être méchants. Dans ces circonstances, les justes doivent faire confiance à Dieu et ne pas recourir à la méchanceté. Ils doivent rechercher la louange de Dieu et non celle des hommes. Si les justes mettent les bonnes choses en premier, alors Dieu pourvoira à leurs besoins. Ensuite, au moment que Dieu aura choisi, les méchants seront jugés et les justes entreront dans cette nouvelle ère. Comme la famille de Noé, ils trouveront le repos et la paix sur terre. Janvier

Le 5 Janvier

Genèse 9 commence par un nouveau départ pour l’humanité, avec des bénédictions de Dieu et des lois concernant le sang ; tant celui des animaux que celui des hommes. Un rappel de la valeur d’une vie (donnée par Dieu) à ses yeux, et un rappel que le sang et la vie sont fortement liés dans la parole de Dieu. Le chapitre se termine par la mort de Noé, mais sa vie n’est jamais oubliée. Isaïe, Ézéchiel, Pierre, Paul et Jésus parlent de lui. Paul résume la vie de Noé comme un exemple de foi menant au salut. Hébreux 11:7 “Par la foi, Noé, divinement averti des choses qu’on ne voyait pas encore, animé d’une crainte pieuse, se préparant à sauver sa famille, est devenu héritier de la justice qui est selon la foi”. Jésus nous rappelle l’époque de Noé par l’avertissement suivant : “Mais comme les jours de Noé ont été, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme… C’est pourquoi, vous aussi, tenez-vous prêts”. Matt 24:37,44 Sommes-nous prêts ? Genèse 10 commence par “Voici les générations des fils de Noé” – ces mots, pris isolément, ne semblent pas révéler grand-chose. Mais lorsque nous relions ces mots à d’autres parties de l’Écriture qui utilisent les mêmes mots, nous voyons le dessin, nous voyons l’inspiration de Dieu. Ces mots sont tirés de la version King James de la bible, où nous voyons “les générations de” enregistré 11 fois dans la Genèse. On retrouve également ces mots dans Nombres 3:1, ce qui signifie que Moïse aurait enregistré ces mots 12 fois ! Nous voyons également un autre exemple dans le T.O. dans Ruth 4:18, donc 13 fois dans le T.O. Le Nouveau Testament commence avec Matthieu 1:1 “Le livre de la génération de Jésus-Christ”. Dans Matthieu chapitre 1, Matthieu est fasciné par 14 générations… Abraham à David, David à la captivité, et de la captivité jusqu’au Christ(v17). Savait-il que lui-même, dans ses premiers mots, avait complété 14 “générations de” dans l’ensemble de l’Écriture ? (Je ne le pense pas) Mais, par la volonté et l’inspiration de Dieu, Matthieu avait écrit sans le savoir la 14ème “génération de” ! Une autre preuve de l’inspiration de Dieu est visible lorsque nous remarquons la formulation de Matthieu 1 “le livre de la génération de Jésus-Christ”. Dans l’AT, il y a 13 “générations de” mais seulement un “livre des générations d’Adam”. Il n’y a que 2 livres – un en Adam et un en Jésus ? Cela n’a pas seulement été écrit par Moïse et Matthieu, c’est par l’inspiration de Dieu – nous pouvons voir le plan de Dieu depuis le début. “De même qu’en Adam tous meurent, de même en Christ tous seront rendus vivants” 1 Cor 15:22 ; le salut est pour “ceux qui sont inscrits dans le Livre de Vie de l’Agneau” Ap 21:27. Psaumes 11-13 : la réponse aux luttes de David. David a écrit de nombreux psaumes exprimant ses luttes avec lui-même et avec l’humanité méchante. Comment de telles paroles peuvent-elles être des chants d’adoration ? Parce que la confiance totale en Dieu est la réponse, Il est notre refuge, Il est notre force et quand nous sommes faibles et que nous trouvons ce repos …. alors nous déversons nos remerciements. “Car quand je suis faible, c’est alors que je suis fort” 2 Cor 12:10. Notre louange est bonne quand la vie est bonne, mais quand nous louons dans les moments difficiles, c’est une louange plus intime, car quand nous luttons, nous trouvons au fond de nos cœurs des raisons d’adorer Dieu – des raisons qui ne pourront jamais nous être enlevées de notre vivant. Le psaume 13 est un psaume qui exprime l’impatience, 4 fois David dit “combien de temps ?”. Lorsque nous devons attendre que les choses se produisent, à mesure que le temps passe, nous commençons à craindre qu’elles ne se produisent jamais. Si nous attendons une promesse de l’homme, nous avons des raisons de douter et d’autant plus que le temps passe. Mais pas avec le Seigneur, il est fidèle. Si le Seigneur a dit, alors il en sera ainsi ; c’est un message cohérent dans toute la Bible. Ainsi, adorons dans un esprit de confiance totale dans le Seigneur, et disons “amen” aux paroles de David Psaume 13:5-6 “Mais j’ai confiance en ta miséricorde, mon cœur se réjouit de ton salut. Je chanterai à l’Éternel, car il m’a comblé de bienfaits”. Matthieu 7 : Les enseignements de Jésus. “Le peuple était étonné de son enseignement” (v28) car il les enseignait comme quelqu’un qui a autorité.” Lorsque nous lisons l’enseignement de Jésus, nous savons que ses paroles sont justes. Les mots sont très souvent peu nombreux, et pourtant vont toujours droit au but. Ils sont également simples dans le sens où tout le monde peut comprendre et suivre s’il en a la volonté. Très souvent, Jésus ne vous dit pas directement ce qu’il faut faire ou ne pas faire, mais il vous enseigne en posant une question, de sorte que si vous répondez à sa question, vous trouverez la réponse. Un exemple de cela est le verset 3 : “Pourquoi regardes-tu la paille dans l’œil de ton frère, mais ne considères-tu pas la poutre dans ton propre œil ?”. Parfois, nous pourrions penser avec un esprit critique contre nos frères ou sœurs… Jésus nous dit de nous examiner d’abord, et de penser à ” POURQUOI, le faites-vous? Il s’agit très souvent du “pourquoi”. Nous sommes si souvent coupables de la même critique, et nous devrions donc nous concentrer sur nous-mêmes et mettre les choses en ordre dans NOS vies, et alors, et alors seulement, nous pourrons aider (et non critiquer) notre frère ou notre sœur dans un esprit de bonté et de miséricorde en reconnaissant que le Seigneur a fait preuve du même esprit à notre égard. Un exemple de simplicité : “Tout ce que vous voulez que les hommes vous fassent, faites-le aussi pour eux, car c’est la loi et les prophètes” (v12). L’enseignement est accompagné d’avertissements : “méfiez-vous des faux prophètes” v15… “vous les reconnaîtrez à leurs fruits” v16. Nous faisons si souvent le lien entre les faux prophètes et les autres personnes et ce qu’elles disent, mais nous devons d’abord nous examiner – sommes-nous un faux prophète ? Sommes-nous des témoins de la parole de Dieu, tant en paroles que dans nos vies ? Nous, et les autres, y compris Jésus, le sauront par notre fruit. Cet examen de conscience se poursuit : v21-23 “Tous ceux qui me disent “Seigneur, Seigneur” n’entreront pas dans le royaume des cieux, mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux” ; “éloignez-vous de moi, vous qui pratiquez l’iniquité”. Et l’histoire d’un homme sage et d’un homme insensé qui ont construit leur maison – nous connaissons l’histoire, on nous a appris comment être sage, mais nous ne sommes sages que si nous le faisons !!! Donc, si nous connaissons l’enseignement du Seigneur et que nous aimons le Seigneur, nous le ferons… et nous serons de vrais prophètes. Si nous ne faisons pas la volonté du Seigneur, nous sommes insensés et nous sommes de faux prophètes. Janvier

Le 6 Janvier

Dans Genèse 11, nous avons le récit de la Tour de Babel, versets 1-9. Ce récit nous montre le problème des êtres humains dans leur façon de penser. Leur motivation était de construire une grande ville et une tour qui atteignait le ciel pour “se faire un nom” (verset 4). Ils allaient également à l’encontre de Dieu, car Dieu avait auparavant dit à Noé et à ses fils de “remplir la terre” (Genèse 9, verset 1). Ils ne s’intéressaient pas à Dieu, ils voulaient simplement “se faire un nom”. C’était de l’arrogance et de l’orgueil, c’était “moi d’abord” ! Ils voulaient simplement être ensemble et ne pas être “dispersés sur la terre” comme Dieu l’avait dit. À l’origine, Dieu leur avait donné une langue commune afin qu’ils puissent travailler pour le bien, mais ils en ont abusé et ont fait ce qu’ils voulaient. Dieu a donc confondu la chose même sur laquelle ils comptaient pour travailler ensemble, leur langue, et les a forcés à se disperser sur la terre, verset 5-9. Sa volonté est toujours faite. En fait, c’est une aide pour l’homme que Dieu a fait cela, car si on les laissait tranquilles, ils se corrompraient de plus en plus et s’éloigneraient donc de plus en plus de Dieu (verset 6). Dieu ne s’inquiétait pas qu’ils deviennent plus puissants que lui et les anges, car Dieu était le créateur et donc tout puissant, et il était impossible que l’homme devienne plus puissant que lui. Cette première partie du chapitre 11 traite donc de la rébellion directe contre Dieu, ce que nous ne devrions pas faire, tandis que le chapitre 12 montre la foi et aussi le manque de foi, que nous montrons souvent dans nos vies. Ce chapitre nous présente Abraham, appelé Abram parce que Dieu n’avait pas encore changé son nom. Nous savons qu’Abram était un homme pieux, sinon Dieu ne lui aurait pas parlé, verset 1. Un autre verset du chapitre 11 nous dit quelque chose au sujet d’Abram et de Saraï (nom qui n’a pas encore été changé non plus), sa femme – elle ne pouvait pas avoir d’enfants, verset 30. Ainsi, lorsque Dieu dit à Abram qu’il fera de lui le père d’une grande nation, lui et Saraï font preuve d’une grande confiance en Dieu (chapitre 12, versets 2-3). Remarquez le contraste avec les impies qui voulaient se faire un “nom” dans la tour de Babel, mais ici Dieu dit que le nom d’Abram sera “grand” parce qu’il était pieux. La leçon que nous pouvons en tirer est que la plus grande chose que nous puissions faire est de suivre Dieu et Jésus – nous ne devrions pas essayer d’être “grands” en utilisant des normes humaines, cela ne fonctionnera pas. Et Abram a fait ce que le Seigneur lui a dit, verset 4 – nous savons, d’après Hébreux 11, versets 8-12, qu’il s’agissait d’un acte de foi et de confiance totale en Dieu pour Abram et Saraï. Il voyagea à travers le pays, qui fut plus tard connu sous le nom d’Israël, et Dieu confirma sa promesse, Genèse 12, versets 6-7, et pendant tout ce temps, Abram “invoqua le nom du Seigneur”, versets 8-9. Malgré cette foi et cette confiance, la foi et la confiance d’Abram ont diminué au cours de sa vie, comme c’est le cas pour nous aussi. Il y avait la famine dans le pays, verset 10, même dans le pays où Dieu lui avait dit d’aller, ce qui devrait nous rappeler que les personnes pieuses souffrent avec les impies ! Cependant, Abram se préoccupe de sa sécurité et de celle de sa femme (versets 11-13). Il élabore donc un plan qui, espère-t-il, les protégera : Saraï devra faire semblant d’être sa sœur (elle est en fait sa demi-sœur). Cependant, son manque de foi a eu de graves conséquences car Saraï a été enlevée par le Pharaon, verset 14-16, en un sens Abram a gagné, mais il a perdu sa femme. Mais Dieu, dans sa miséricorde, malgré nos manquements et nos faiblesses, nous protège si notre attitude générale est pieuse, comme celle d’Abram, versets 17-20. Les leçons que nous pouvons en tirer sont les suivantes : si nous nous rebellons contre Dieu, les conséquences sont graves et Dieu détruit les plans impies de l’homme ; Dieu agit dans la vie des personnes pieuses et même lorsqu’elles font preuve d’un manque de foi, il est toujours là pour les guider. Et comme le Psaume 14, verset 1, dit “l’insensé dit qu’il n’y a pas de Dieu”, ce Psaume continue en nous rappelant que Dieu est conscient des actions de ceux qui font le mal et que Dieu est un “refuge”, verset 6. Dieu est ce “refuge”, même s’il peut y avoir de la souffrance à ce moment-là, car notre véritable “refuge” est le retour de Jésus sur la terre, auquel le verset 7 fait allusion. Dans le psaume 15, nous avons une question, puis une réponse. Le verset 1 est la question : qui sera dans le royaume ? La réponse se trouve dans les versets 2 à 5, qui sont tous des descriptions très claires des personnes qui y seront (et voici les choses) – est irréprochable et juste, dit la vérité, contrôle ce qu’il dit, ne trompe pas son prochain, ne fait pas de commérages, évite les méchants, honore ses coreligionnaires, tient ses promesses, n’attend pas d’intérêt et n’accepte pas de pots-de-vin – Toutes ces choses que nous devrions viser et faire de notre mieux pour les démontrer dans notre vie quotidienne, et comme le conclut le verset 5 “Celui qui fait ces choses ne sera jamais ébranlé”. Nous savons tous que nous avons tendance à pécher et à décevoir Dieu et Jésus. Nous comptons donc tous sur le pardon de Jésus et sur ce qu’il a accompli par sa vie de sacrifice, et le psaume 16 en parle – c’est un psaume sur Jésus, nous le savons parce que Pierre nous le dit dans Actes 2, versets 22-28. Ainsi, le bonheur et la confiance dont parle le psaume 16 sont dus à l’espérance en Jésus, comme le montrent les versets 7 et 8. Alors oui, nous ferons des erreurs dans notre vie, mais si nous avons la bonne attitude, comme Abram, nous pouvons toujours être sûrs de notre “refuge” en Dieu. En regardant Matthieu 8, nous voyons un merveilleux résumé des réponses de ceux qui ont une attitude pieuse correcte. Aux versets 1 à 4, nous voyons un homme atteint de lèpre, qui n’a nulle part où aller pour obtenir de l’aide, demander humblement à Jésus s’il veut bien le guérir. Il exprime par cette demande qu’il avait une confiance totale dans le fait que Jésus pouvait le guérir, mais qu’il laissait cette décision à Jésus et que celui-ci était disposé à le guérir. Dans la Bible, la lèpre est un rappel du péché, de la façon dont il ronge le corps, corrompt complètement la personne et la rend impure. Nous pouvons donc demander le pardon à Jésus et il est prêt à le faire si nous le demandons humblement. L’exemple suivant est celui du Centurion qui a demandé au nom de quelqu’un d’autre (verset 6). Il était également humble et comprenait qui était Jésus et quelle était son autorité (versets 8-9). Et Jésus a été impressionné par sa réponse, verset 10, et a profité de l’occasion pour dire au peuple juif qu’il devrait apprendre de cet exemple de foi démontré par un Gentil. Les Juifs fondaient à tort leur confiance sur le fait qu’ils descendaient d’Abraham, mais ce dont Dieu et Jésus ont besoin, c’est de foi et de confiance, quelle que soit notre nationalité. Et les enseignements de Jésus exigent une réponse et, au verset 17, nous avons un autre exemple de la manière dont Matthieu rappelle à ses lecteurs juifs que Jésus a été prophétisé dans l’Ancien Testament et que les choses qu’il faisait étaient prédites – il voulait qu’ils répondent aux enseignements de Jésus. Comme Abram l’a découvert lorsqu’il a quitté Ur et s’est rendu au pays de Canaan (appelé plus tard Israël), il a souffert de la famine. Suivre Jésus a un coût, on ne nous promet pas une vie sans souffrance, nos souffrances ne prendront fin qu’au retour de Jésus (verset 18-22). Cependant, comme Abram l’a découvert, dans les “tempêtes” que nous traversons dans nos vies, nous devons avoir la foi que nous serons aidés, même si cela semble sans espoir sur le moment. Le message est le suivant : n’ayez pas peur, verset 26. Nous traversons tous des tensions émotionnelles difficiles dans notre vie et, tout comme dans l’exemple de la guérison de ce que l’on appelle “les deux hommes possédés par des démons”, nous pourrions être incertains d’être aidés par Dieu parce que les maladies mentales ne sont pas visibles physiquement. Alors ici, Jésus guérit et démontre de manière très spectaculaire que les hommes ont en fait été guéris de leur maladie mentale (verset 32). Ces exemples dans Matthieu 8 démontrent que Jésus a le pouvoir de pardonner les péchés, de récompenser la foi, de répondre par l’amour, de nous avertir des difficultés, mais qu’il nous aide dans ces difficultés et nous donne la paix de l’esprit. La leçon à tirer est donc de ne pas suivre notre propre voie, mais celle de Dieu, d’avoir la foi et la confiance en lui, même lorsque nous rencontrons des difficultés dans notre vie, car, à travers toutes ces choses, Dieu nous amène à son “refuge”, qui sera le royaume lorsque Jésus reviendra. Janvier

Le 7 Janvier

Abram (appelé plus tard Abraham) et Lot ont tous deux cru en Dieu et l’ont suivi, mais leurs actions ont démontré leur caractère – tous deux ont fait preuve d’un manque de foi de temps en temps, mais Lot a fait quelques mauvais choix supplémentaires qui sont résumés pour nous dans Genèse 13 et 14. Nous pouvons tous en tirer des leçons, car les mauvais choix ont des conséquences ; mais si nous restons fidèles et ne mettons pas Dieu à l’épreuve en allant délibérément à l’encontre de ses exigences simplement pour nous faire un “nom” ou pour gagner de l’argent, nous pouvons être rassurés par le fait que Dieu restera avec nous malgré nos manquements. Ce qui ressort fortement de ces chapitres, c’est que Dieu est au premier plan dans l’esprit d’Abram, par exemple lorsqu’il retourne à l’endroit où il avait d’abord construit un autel à Dieu et qu’il “invoque le nom du Seigneur” (chapitre 13, verset 4). Nous ne pouvons que supposer qu’Abram menait une vie de prière pendant qu’il “marchait avec Dieu”, peut-être priait-il au sujet des problèmes liés aux querelles entre ses bergers et ceux de Lot, afin d’avoir le bon état d’esprit lorsqu’il a proposé une solution (verset 9). Cela montre une humilité totale du côté d’Abram et aussi de la foi ! Abram était “responsable” et il aurait pu avoir “l’autorité” de faire le choix lui-même, mais il ne l’a pas fait. Il l’a laissé à Lot et a également permis à Dieu d’intervenir dans la décision, car Dieu guide toujours les décisions prises dans la foi. Lot a montré son côté humain en prenant ce qui semblait être la meilleure terre, versets 10-11, il est très révélateur que le verset 13 dise que les habitants de Sodome étaient “méchants” et “pécheurs”, Lot n’avait pas considéré cela. Parfois, lorsque nous prenons des décisions dans notre vie, nous ne nous posons pas la question “que ferait Jésus ?” ou “cela va-t-il m’aider ou m’entraver dans ma marche vers le royaume ?”; nous devrions nous poser ces questions lorsque nous avons des décisions à prendre. Nous devrions nous poser ces questions lorsque nous avons des décisions à prendre. Par exemple, vivre en ville ou au village, faire des études supérieures ou non, se marier ou non, prendre un emploi particulier ou rester fermier – toutes ces décisions ont des conséquences, nous devons donc prendre des décisions en pensant à Dieu, comme l’a fait Abram. Le bon choix a été fait pour Abram et il a pris Canaan, verset 12, et Dieu l’a confirmé aux versets 14-17, provoquant la foi et la confiance continues d’Abram en Dieu, verset 18. Remarquez au verset 12 que Lot a dressé ses tentes “près de Sodome”, mais au moment où la guerre a commencé au chapitre 14, Lot vivait maintenant à Sodome (verset 12) – bien qu’il soit un homme pieux, il s’est permis de s’approcher trop près des “attractions” de la ville et, par conséquent, il a été victime des assaillants et a été fait prisonnier, ainsi que tous ses “biens”. Dès qu’Abram a entendu cela, il a immédiatement pris des mesures pour aider son neveu Lot, versets 13-15, ce qui montre un amour et une foi étonnants de la part d’Abram, il se souciait des autres et a fait un grand effort pour aider – Damas est au moins à 100 miles de l’endroit où il se trouvait, c’était donc un grand engagement et il a réussi à récupérer Lot et le reste des captifs, verset 16. Il ne voulait pas être crédité par l’homme pour ce qu’il avait fait, verset 22-24, il a correctement attribué le mérite à Dieu et ne voulait compter que sur Dieu. Ce caractère pieux d’Abram a été reconnu par la bénédiction qu’il a reçue de Melchisédek, roi de Salem (Jérusalem) et prêtre de Dieu, verset 18-20, Abram a également donné un dixième de tout ce qu’il possédait en remerciement à Dieu, ce qui rend plus significatif son refus de paiement de la part du roi de Sodome reconnaissant, car il n’a pas “donné pour recevoir”. Il y a ici une image de Jésus, parce que Jésus sera roi de Jérusalem et qu’il est notre grand prêtre maintenant, ce qui, avec les promesses faites à Abraham, confirme le plan merveilleux de Dieu pour nous lorsque Jésus reviendra. (Le Psaume 110 et Hébreux 7 sont des chapitres pertinents lorsque l’on considère la pleine signification de la bénédiction de Melchisédek sur Abraham). Le Psaume 17 est une prière faite par des personnes pieuses, seul Jésus pouvait réellement dire qu’il était “juste”, qu’il n’avait pas de “lèvres trompeuses”, qu’il était “droit”, que “rien” de mauvais ne se trouvait en lui, qu’il n’a “pas péché”, qu’il n’a pas été “méchant” et qu’il a toujours “gardé les sentiers de Dieu”, verset 1-5. Cependant, à cause de notre baptême en Jésus et de nos efforts pour le suivre, lui et son père, nous sommes aussi dans cette position car nous avons le pardon, comme David qui a écrit ce psaume. Il s’agit d’une prière de foi selon laquelle Dieu protégera et gardera son peuple fidèle, quoi qu’il arrive dans nos vies – lorsque nous arrivons au verset 15, à la fin du psaume, nous voyons notre espoir futur, lorsque finalement nous verrons le visage de Dieu ! David se réjouit de la résurrection en disant “quand je me réveillerai”, nous devrions donc nous aussi nous concentrer sur ce point et tirer un grand espoir de cette connaissance. Abraham n’a pas reçu la promesse de Dieu de son vivant, il ne la recevra que dans le royaume, lorsque Jésus, son descendant promis, reviendra. Matthieu 9 continue à enseigner aux descendants d’Abraham et à leur donner des exemples, et ce chapitre met en lumière des exemples de foi. Les amis du paralytique savaient que Jésus pourrait guérir leur ami et ont manifesté leur foi, qui a été reconnue par Jésus (versets 1-2), et il a été guéri ET pardonné (versets 6-7). Les parents de la jeune fille morte ont fait preuve de foi en demandant de l’aide à Jésus, verset 18-19, tout comme la femme qui a touché les vêtements de Jésus, verset 20-22, elle a été guérie et la jeune fille morte a été ramenée à la vie, verset 23-25. Les aveugles avaient la foi, ce que Jésus a reconnu à nouveau, verset 27-30, et ils ont été guéris. Il est si triste que les maîtres de la loi n’aient accepté aucune de ces leçons et qu’ils aient ainsi rejeté le pardon et l’offre de salut de Dieu ; ils ne s’intéressaient qu’à eux-mêmes et à leur conception déformée de Dieu (versets 3-6). Les pharisiens étaient toujours critiques et ne voulaient pas faire preuve d’amour envers tous, versets 11-13, ils ne comprenaient pas la miséricorde, ce dont nous avons tous besoin pour pouvoir dire la prière du psaume 17. Dans leur tentative désespérée de discréditer Jésus, ils ont eux-mêmes blasphémé en niant la puissance de Dieu et en affirmant faussement que Jésus guérissait par un pouvoir démoniaque, verset 34, ce qui est incroyable ! Le but de l’enseignement de Jésus était de faire réfléchir les gens et de louer Dieu, par exemple aux versets 8, 26 et 31, mais surtout de prêcher le royaume, versets 35-38, tout au long de son parcours, il a eu la compassion de guérir et d’aider. Beaucoup de choses se produisent dans nos vies mais la foi et la confiance en Dieu et en Jésus nous amèneront au royaume et les promesses faites à Abraham seront enfin complètement accomplies ! Janvier

Le 8 Janvier

Avoir la foi et ne pas avoir peur est un thème commun aux lectures de ce jour et c’est la leçon que nous devons tirer de notre vie, en nous rappelant que nous avons une merveilleuse espérance dans le retour de Jésus. La promesse de générations futures, qui inclut Jésus et nous-mêmes, est faite à nouveau à Abram dans la Genèse 15, versets 4-5 – nous verrons ce message plus clairement au fil de notre lecture de la Bible. Après qu’Abram ait vaincu les rois qui avaient pris Lot, Dieu apparaît à Abram et lui dit de ne pas avoir peur et qu’il aura une grande récompense, verset 1. La peur d’Abram est expliquée par Abram aux versets 2-3. Il ne comprenait pas comment la promesse que Dieu lui avait faite dans Genèse 12 (verset 2-3) pouvait se réaliser puisqu’il n’avait toujours pas d’enfants. Il était également préoccupé par le fait qu’on lui donne la terre, Genèse 15, verset 8, après que Dieu ait répété la promesse au verset 7. Il y a des choses que nous ne comprenons pas, nous ne pouvons pas vraiment penser à la façon dont les choses vont se dérouler, et tout comme Abram, nous sommes confus. Cependant, nous devons faire confiance à Dieu, Abram a dû apprendre à faire confiance à Dieu ; Abram a cru Dieu, verset 6, cela n’est pas remis en question, mais c’est cette confiance totale que nous devons tous apprendre. Le reste de ce chapitre nous montre comment Dieu a utilisé la coutume humaine d’une alliance pour convaincre Abram qu’il pouvait faire confiance à Dieu, verset 9-23, Dieu a fait une “alliance” avec Abram, quelque chose qu’Abram savait ne pas pouvoir rompre. Au cours de cet événement, Dieu a également dit à Abram ce qui arriverait à ses descendants après la mort d’Abram, verset 13-16 – c’était lorsqu’ils étaient esclaves en Égypte et que Moïse les a fait sortir pour prendre pleinement possession du pays. Ce “passage entre les morceaux” des animaux était le signe d’une alliance, mais il peut également nous montrer que le feu représente Dieu (nous en reparlerons plus tard dans le Psaume), les morceaux d’animaux représentent le peuple de Dieu et les oiseaux les ennemis d’Israël. Le chapitre 16 est une démonstration d’un plus grand manque de foi de la part de Saraï et d’Abram ; bien que connaissant ces promesses et ayant une alliance avec Dieu, ils ont quand même essayé de faire les choses à leur manière et Abram a pris Hagar comme seconde épouse, versets 2-4, et malheureusement il y a eu des conséquences, Hagar a méprisé Saraï, et Saraï a voulu agir, versets 5-6. Si seulement ils avaient attendu Dieu – Dieu garde toujours son alliance, nous devons être patients. Oui, Abram et Saraï ont attendu de nombreuses années pour avoir un enfant, mais ils auraient dû faire confiance et attendre – une leçon pour nous de toujours attendre et faire confiance à Dieu. Les conséquences de leur manque de foi ont persisté et nous le voyons encore aujourd’hui avec toutes les disputes entre les Arabes et les Juifs car Ismaël aussi s’est vu promettre une descendance, verset 11-12. Le psaume 18 est un autre des psaumes qui nous rappelle Jésus, bien que David l’ait écrit comme un chant pour célébrer la victoire que Dieu lui a donnée sur Saül, c’est aussi une prophétie. Nous le savons encore parce que Paul nous le dit (aux gentils) dans Romains 15 verset 9 où il cite le verset 49 de ce psaume. Bien que David et d’autres puissent le chanter en guise de louange, on peut dire que certaines sections s’appliquent également à Jésus, par exemple les versets 20-24 et 43-45, et nous voyons le futur royaume au verset 50. Cependant, à cause de Jésus, nous sommes aussi “purs” et nous faisons donc partie des mêmes promesses. David reconnaît que Dieu est sa “force” (versets 1-3) et que c’est lui seul qui nous protège et nous protège (versets 30-36), remarquez que c’est toujours sur “lui”, c’est-à-dire sur Dieu, qu’il faut compter. Ce sont les humbles qui sont sauvés, verset 27, c’est le même message que Jésus nous dit dans Matthieu 23, verset 12, ce qui souligne que notre seule confiance est en Dieu. N’aie pas peur, a-t-on dit à Abram, David a appelé Dieu à l’aide, verset 6, et l’une des façons dont Dieu a montré sa puissance et sa force a été le feu, verset 8, semblable à ce qu’Abram a vu dans sa vision. Une autre façon dont David a témoigné de la puissance de Dieu était dans le temps, verset 10-15, tout comme Dieu l’a dit à Job dans Job 38. Tout autour de nous, il y a des choses qui nous démontrent la puissance de Dieu, c’est pourquoi il nous est dit de ne pas avoir peur et de faire confiance. Dans les paroles de Jésus en Matthieu 10, il dit aux disciples, et donc à nous, de ne pas avoir peur, versets 26, 28 et 31. Au contraire, dit Jésus, ayez peur, ou respectez Dieu, qui est celui qui nous permet d’être sauvés de la tombe par la résurrection, verset 28-29. C’est ce respect et cette confiance en Dieu qui sont si importants pour nous, Dieu nous aidera à dire les bonnes choses, verset 20, et si nous reconnaissons Jésus, Jésus nous reconnaîtra devant son père, verset 32-33. Tout cela s’inscrit dans le contexte de l’envoi par Jésus de ses disciples pour enseigner le royaume, c’est-à-dire le but des promesses faites à Abraham, l’allusion au psaume (verset 7), et dans le cas des disciples, ils avaient également le pouvoir de guérir (verset 8). Jésus continue en les avertissant, et nous aussi, qu’il y aura de l’opposition, même au sein des familles (versets 34-36). C’est intéressant car nous attendons de Jésus qu’il apporte la paix, et il finira par le faire, mais il y aura de l’opposition entre-temps et nous devrons faire des choix difficiles et décider des priorités, verset 37-39. Aimer Jésus et son père plus que toute autre chose doit être notre priorité, si nous aimons d’autres choses plus que cela, même la famille, nous sommes considérés comme “indignes” et sans Jésus nous sommes tous indignes – c’est donc à la fois un espoir et un avertissement pour considérer nos priorités dans la vie – quelles sont-elles ? La confiance en Dieu est donc la clé, il nous a promis un espoir dans l’avenir, il nous récompensera en son temps, en attendant nous devons utiliser les opportunités qui nous sont données avec sagesse et prêcher sur le retour de Jésus, alors n’ayez pas peur ! Janvier

Le 9 Janvier

Les chapitres 17 et 18 de la Genèse décrivent deux événements qui ont amené Abraham à remettre en question la volonté de Dieu. Il y a la naissance du fils promis aux chapitres 17 et 18. Nous pouvons imaginer que Sarah et Abraham luttent pour comprendre pourquoi la promesse a pris tant de temps. Ils étaient tous deux trop âgés pour avoir des enfants. Puis il y a l’enquête sur la méchanceté de Sodome, qu’Abraham a prise comme un signe de trouble. Abraham a débattu avec un ange de Dieu de la destruction de Sodome. La volonté de Dieu est souvent difficile à comprendre sur le moment. Nous aussi, nous aurons des occasions où nous nous demanderons ce que Dieu fait dans nos vies. Lorsque nous pensons ainsi, il y a plusieurs choses que nous devons garder à l’esprit. Tout d’abord, nous devons nous rappeler que Dieu ne fait pas de mal (Dt 32,4). Ce qui se passe dans notre vie n’est pas mauvais. C’est simplement que nous ne le comprenons pas. Deuxièmement, nous devons faire confiance à Dieu (Prov 3:5-6). Dieu sait ce qu’il fait dans nos vies. Le créateur de l’univers est tout à fait capable de faire ce qui est juste dans nos vies. Troisièmement et enfin, la volonté de Dieu est que Dieu veut sauver des vies. Jésus le dit dans Jean 6:39-40. Dans les événements de la vie d’Abraham, c’est également vrai. Dieu a donné la vie à la famille d’Abraham en donnant le fils promis. Dans l’affaire de Sodome, Dieu a envoyé ses anges pour sauver Lot et sa famille. L’opération de la volonté de Dieu dans nos vies signifie que Dieu veut aussi sauver notre vie. Nous devons lui faire confiance et accepter ce qui se passe dans notre vie, même si nous ne le comprenons pas. Le psaume 19 nous rappelle que Dieu a créé l’univers. Nous pouvons lever les yeux vers les cieux et voir sa grandeur. Nous pouvons alors nous émerveiller de la grandeur de son créateur. Le même créateur a créé les Écritures. Lorsque nous méditons sur ses paroles (v. 14), cela devrait également nous amener à nous émerveiller de sa grandeur. Si nous lisons les Écritures, elles peuvent nous raviver (v7), nous donner de la sagesse (v7), nous donner de la joie (v8) et nous rendre radieux (v8). Pourquoi ne voudrions-nous pas lire les Écritures et bénéficier de ces avantages ? Elle est meilleure que l’or et plus douce que le miel. Elle peut nous corriger afin que nous marchions dans le droit chemin et que nous soyons justes avec Dieu. Les Psaumes 20 et 21 parlent du roi. Ce que nous remarquons, c’est que le roi, le plus grand dirigeant du pays, dépend de Dieu. Le roi fait appel à Dieu pour obtenir de l’aide (Ps 20, 9). Il n’est pas sauvé par la taille de son armée (20v7), mais par sa confiance en Dieu. Dans le psaume 21, le roi loue Dieu pour les victoires qu’il lui a accordées. C’est parce que le roi fait confiance à Dieu qu’il est sauvé (Ps 21,7). Le roi a d’abord confié sa vie à Dieu, puis il a fait confiance à la volonté de Dieu dans sa vie (Psaume 20). Puis il a remercié Dieu qui l’a sauvé. Nous devrions également confier notre vie à Dieu et faire confiance à sa volonté dans notre vie. Ensuite, nous pouvons remercier Dieu d’avoir préservé nos vies aussi. Dans Matthieu 11, nous rejoignons le roi des Juifs, Jésus. Jésus a parcouru le monde en portant le message de Dieu sur la venue du royaume. Dans ce chapitre, nous apprenons la réaction du peuple à ce message. Il y a deux types de réponses. Soit ils ont répondu négativement, comme les villes de Bethsaïda, Korazin ou Capharnaüm (v20-24). Soit elles ont répondu positivement, comme les disciples de Jean (Mat 11:2-6). Dans l’ensemble, la réponse des communautés au message a été négative (v16-19). En fait, la réponse de Capharnaüm a été pire que celle de Sodome elle-même, et Sodome a été détruite pour sa méchanceté. Jésus aurait pu être bouleversé par la mauvaise réaction générale à son message. Mais il a fait confiance à Dieu. Il a accepté la volonté de Dieu en toutes circonstances. En pensant à la réaction des gens à son message, Jésus a loué Dieu ! Ce sont les humbles, qui étaient comme des petits enfants, qui ont bien répondu (v25). Le chapitre se termine par des paroles de grand réconfort et un appel pour que nous réagissions également : ” Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos ” (v28). Nous pouvons trouver le repos si nous venons à Jésus et au message du royaume. Nous pouvons trouver le repos, si nous faisons confiance à Dieu dans nos vies et si nous nous soumettons à sa volonté. Dieu a un grand plan pour nous sauver, si nous le voulons et si nous répondons de la bonne manière. Nous nous efforcerons de comprendre la volonté de Dieu dans nos propres vies.  Nous allons examiner plus en détail la volonté de Dieu.  Nous le ferons en examinant un certain nombre d’exemples. Joseph a été vendu comme esclave par ses frères et emmené dans un pays étranger.  Là, il a été faussement accusé par la femme de Potiphar et mis en prison.  En prison, Joseph aurait lutté pour comprendre la volonté de Dieu dans sa vie.   Plus tard, il a fait le bilan de sa vie.  Ce n’est qu’alors qu’il a pu voir le dessein de Dieu.  Il a expliqué la raison à ses frères : “Et maintenant, ne vous affligez pas et ne vous mettez pas en colère contre vous-mêmes pour m’avoir vendu ici, car c’est pour sauver des vies que Dieu m’a envoyé devant vous” (Genèse 45:5).  Joseph pouvait voir la raison des problèmes de sa vie.  C’était pour sauver des vies.  Il y avait un but à tous les problèmes qu’il avait rencontrés.  Il était capable de voir que Dieu avait toujours eu le contrôle. Parfois, nous aurons du mal à comprendre comment Dieu contrôle notre vie.  L’un des problèmes est notre compréhension limitée.  Dieu comprend tellement plus que nous ne pouvons le faire.  Nous l’avons lu dans Esaïe 40:27-28.  Sa compréhension est infinie.   Nous ne pouvons pas espérer comprendre les choses que Dieu comprend. Le deuxième exemple est celui du prophète Élie.  Élie avait vu la grande puissance de Dieu dans le contrôle de la pluie.  D’abord, elle s’était arrêtée pendant 3 ans et demi, puis elle avait recommencé sur l’ordre de Dieu.  Puis il a vu Dieu faire descendre le feu du ciel.  Malgré cela, Élie pensait que toutes ces démonstrations de la puissance de Dieu avaient été inutiles pour gagner des gens à Dieu.  Peu après le feu du ciel, Élie a dû courir pour sauver sa vie, car Jézabel essayait de le tuer. Élie est devenu si déprimé qu’il voulait mourir.  Nous lisons ce qu’il a dit à Dieu dans 1 Rois 19:10.  Il a dit à Dieu que tout cela n’avait été qu’une perte de temps et qu’il était laissé seul.  Dieu lui a répondu au verset 18.  Il y avait 7000 personnes dans le royaume d’Israël du nord qui étaient encore fidèles.  Ce n’était pas une perte de temps, et Élie n’était pas seul dans sa foi.  Élie ne pouvait pas voir l’œuvre de Dieu parce que sa vision était limitée.  Mais Dieu, lui, le pouvait.  Le plan de Dieu a été efficace pour amener les gens à la foi.  Dieu sait ce qu’il fait.  Romains 11:1-5 nous dit que cela continue dans nos propres vies aujourd’hui.  Dieu sauve ceux qui veulent être sauvés. L’exemple suivant est celui du serviteur d’Abraham.  Abraham l’a envoyé chercher une femme pour son fils Isaac.  Le serviteur ne savait pas si le plan d’Abraham allait fonctionner, alors il a prié Dieu de l’aider.  Nous lisons ceci dans la Genèse 24:42.  Nous remarquons que dans sa prière, il a dit “si tu veux”.  C’était une prière pour s’en remettre à Dieu et faire ce qu’il voulait.  Dieu n’était pas obligé d’exaucer sa prière.  Si Dieu a béni le voyage, tant mieux.  S’il ne le fait pas, tant pis.  Il a placé sa confiance dans la volonté de Dieu, quel que soit le résultat.  Sa prière suit les directives de 1 Jean 5:14-15, où il nous est dit de prier selon la volonté de Dieu. C’est un exemple de la manière dont nous devons prier.  Nous devons confier nos voies à Dieu.  Nous devons demander la bénédiction de Dieu, mais elle doit être demandée sur la base de “si Dieu le veut”.  Dieu n’est pas obligé de faire ce que nous demandons.  Nous devons avoir l’humilité d’accepter la volonté de Dieu.   Jacques met cela en évidence dans Jacques 4:13-15.  Si Dieu le veut, nous ferons ceci ou cela.  S’il ne le veut pas, nous devons l’accepter. Jésus a dû persévérer à travers de nombreuses difficultés dans sa vie, même s’il était le fils spécial de Dieu.  Face à la perspective d’une mort douloureuse et humiliante, nous lisons ce qu’il a prié à Dieu dans Matthieu 26:42.  “Que ta volonté soit faite.”  Il ne voulait pas aller sur la croix, mais s’il le fallait, il le ferait.  Jésus s’est soumis à la volonté de Dieu en lui obéissant.  Sa vie a été guidée par la volonté de Dieu.  Il a fait confiance à Dieu et il a aussi obéi aux ordres de Dieu. Les amis de Paul ont également prié pour que la volonté de Dieu soit faite.  Ils ont essayé d’empêcher l’arrestation de Paul à Jérusalem.  Finalement, ils se sont soumis à la volonté de Dieu (Actes 21:14). Les 3 amis de Daniel ont prié pour qu’ils ne meurent pas dans la fournaise de feu.  Là encore, ils se sont soumis à la volonté de Dieu, quelle qu’elle soit, même si cela signifiait leur mort.  Voir Daniel 3:16-18. Dans la plupart des cas, nous ne connaissons pas la volonté de Dieu ou les raisons pour lesquelles certaines choses se sont produites dans notre vie.  Nous pouvons être tentés de remettre en question la volonté de Dieu.  Dieu a ses raisons de faire tout ce qu’il fait.  Il serait sage de faire confiance à Dieu.  C’est le conseil qui nous est donné dans Proverbes 3:5-6 et aussi Proverbes 16:3. Nous pouvons faire confiance à Dieu car il fera toujours ce qu’il faut.  Nous devons comprendre Dieu.  Lisons Deutéronome 32:4. Ses voies sont parfaites.  Il ne fait pas de mal.  Cela signifie que même si nous ne le comprenons pas, Dieu fait toujours ce qui est juste.   Et il est fidèle – cela signifie qu’il ne nous abandonnera jamais.  Il se tiendra à nos côtés, même si nous avons parfois l’impression qu’il n’est pas là.  Et lorsque notre vie est difficile, ce n’est pas parce que Dieu a fait quelque chose de mal.  C’est parce que nous ne comprenons pas. Jésus nous dit quelle est la volonté de Dieu.  Lisons Jean 6:39-40.  La volonté de Dieu est qu’aucun de nous ne soit perdu.  Dieu veut que tous soient sauvés.  C’est ce que Sa volonté était dans la vie de Joseph – sauver la famille de Jacob.  C’est ce que Sa volonté était dans la vie d’Elie – sauver les 7000 personnes en Israël.  Telle était sa volonté dans la vie du serviteur d’Abraham – sauver la famille fidèle d’Isaac en lui fournissant une épouse.  Par-dessus tout, la mort de Jésus était le moyen pour ses disciples d’être sauvés.  Et nous lui en serons éternellement reconnaissants. C’est ce que Dieu fait dans votre vie – il guide les événements et les circonstances pour que les gens puissent être sauvés.  Si vous avez dû quitter votre patrie, c’est dans le but de vous sauver.  Si vous êtes resté dans votre pays, c’est dans le but de vous sauver. Être sauvé ne signifie pas seulement que Dieu accomplit sa volonté dans nos vies.  Il s’agit aussi pour nous de répondre à ce que Dieu a fait pour nous en faisant ce qu’il veut que nous fassions.  Jésus nous le dit dans Matthieu 7:21.  Nous devons faire ce que Dieu veut.  Il ne suffit pas de connaître le message de la Bible.  Il ne suffit pas de dire aux autres que nous croyons au message de la Bible.  Nous devons faire ce que Dieu veut que nous fassions en toutes circonstances.  Hébreux 10:36 nous dit que nous devons persévérer dans l’accomplissement de la volonté de Dieu si nous voulons recevoir les promesses.  1 Pierre 4:2 nous dit de vivre selon les choses que Dieu veut que nous vivions, et de ne pas suivre les voies du monde. Puissions-nous nous soumettre à la volonté de Dieu.  Nous le faisons en faisant confiance à Dieu et en priant pour que sa volonté soit faite.  Nous le faisons aussi en vivant en accord avec sa volonté en obéissant aux commandements.  Et alors Dieu nous sauvera de la mort – car c’est sa volonté pour nous. Janvier

Le 10 Janvier

Dans la lecture d’aujourd’hui, en Genèse 19, nous voyons d’autres conséquences des mauvais choix que Lot a faits précédemment, à commencer par son choix de vivre dans les plaines autour de Sodome et Gomorrhe, mais aussi d’autres choix difficiles qu’il doit faire simplement parce qu’il a choisi de vivre là à l’origine. Dieu a décrit Lot comme un homme “juste” (2Pierre 2, verset 6-10) et nous remercions Dieu d’avoir gardé la foi dans un endroit aussi mauvais, mais cela aurait pu être mieux pour lui s’il avait fait un meilleur choix au départ. Abraham (le nom a été changé, Genèse 17:5-8) savait qu’il restait dans un mauvais endroit et Abraham a supplié les anges de Dieu de permettre à 10 personnes d’être sauvées, Genèse 18 verset 32, Abraham pensait à Lot et à sa famille, ce qui est la chose pieuse typique qu’Abraham a fait, tout comme quand il a sauvé Lot (Genèse 14). Il n’avait pas de mauvais sentiments envers Lot, même si Lot est retourné à Sodome après avoir été sauvé. Sodome et Gomorrhe étaient si mauvaises que Dieu devait les détruire, Genèse 18 versets 20-21. Abraham savait que cela allait arriver, il a donc plaidé pour la vie de Lot et nous savons que Lot a été sauvé à cause d’Abraham, Genèse 19 verset 29. Lorsque Lot a rencontré les visiteurs à l’entrée de la ville, il les a suppliés de rester avec lui, verset 3 ; à ce stade, il ne savait pas qu’il s’agissait d’anges, mais il a fait ce qu’il fallait pour accueillir des visiteurs dans sa maison, peut-être était-il plus déterminé à ce qu’ils restent avec lui parce qu’il savait à quel point les gens de la ville étaient mauvais ! Ils se sont avérés être aussi mauvais qu’il le savait, lorsque les hommes de la ville ont insisté pour que Lot envoie les visiteurs à l’extérieur afin qu’ils puissent avoir des relations sexuelles avec eux, versets 4-5, c’est terrible et Lot a été contraint de faire une offre terrible de ses filles pour les sauver, verset 8. Parce que Lot s’est mis dans une mauvaise situation en premier lieu, sa vie est rendue plus compliquée et il doit faire des choix plus difficiles dans sa vie et cela se poursuit tout au long de ce chapitre. Il a également été confronté au problème des deux hommes qui allaient épouser ses filles (verset 14), mais ils ont cru qu’il plaisantait ; il a hésité et les anges ont dû l’encourager à partir (verset 16) ; il ne pensait pas pouvoir franchir les collines pour se mettre en sécurité et a donc demandé s’ils pouvaient aller à Zoar (verset 18-22) ; il a ensuite perdu sa femme parce qu’elle s’est retournée, probablement avec regret (verset 26). Il a ensuite décidé que Zoar n’était pas sûre, verset 30, probablement parce qu’il a alors compris que vivre parmi des gens mauvais n’avait pas une bonne influence. Parce que Lot était juste, malgré l’endroit où il se trouvait, Dieu l’a aidé, que ce soit par les anges qui l’ont attiré dans la maison et ont rendu les hommes aveugles, aux versets 10-11, en lui donnant le temps de demander aux petits amis de ses filles de venir, aux versets 12-13, en les encourageant à partir ou en accédant à sa demande d’aller à Zoar. Cela nous encourage à penser que, malgré nos mauvais choix, Dieu nous aidera toujours, à condition que nous restions fidèles, mais pouvez-vous voir que nous rendons les choses inutilement plus difficiles pour nous-mêmes lorsque nous faisons de mauvais choix ? Même à la fin de ce chapitre, alors que Lot et ses deux filles sont restés et vivent dans une grotte, d’autres mauvaises actions résultent des mauvais choix initiaux de Lot et cela se termine par le fait que les deux filles demandent à leur père d’engendrer des enfants avec elles pour maintenir la lignée familiale, verset 31-36. La leçon que nous pouvons en tirer est qu’il faut toujours faire attention aux choix que nous faisons, car ils ont des conséquences ; même les enfants que les filles ont produits sont devenus les nations ennemies d’Israël, verset 37-38. C’est parce que nous faisons de mauvais choix que nous avons besoin de la miséricorde et de l’amour de Dieu et de Jésus, et les êtres humains ont toujours montré qu’ils avaient besoin de cette miséricorde. Le psaume 22 nous donne une idée de la souffrance que Jésus a endurée en donnant sa vie pour nous. Ce psaume est clairement une prophétie sur la souffrance de Jésus sur la croix – nous le savons parce qu’il est cité dans Matthieu 16 et surtout dans Matthieu 27, mais nous pouvons facilement y voir les événements de la crucifixion en lisant, par exemple, les versets 14-18. Mais parce que Jésus a fait confiance à son père (versets 3-11), nous savons que l’avenir est meilleur (versets 22-31). La souffrance se transforme toujours en joie si nous restons pieux – et nous devons tous apprendre à faire confiance et à conserver cette espérance en l’avenir. Dans Matthieu 12, Jésus dit aux Pharisiens qu’ils auraient dû connaître la miséricorde, verset 7, et la miséricorde de Dieu est toujours présente, comme nous l’avons vu dans la vie de Lot, malgré ses mauvais choix. Les Pharisiens étaient uniquement concentrés sur le fait que Jésus violait le sabbat, ils ne s’intéressaient pas aux personnes qui étaient guéries et ils ne pensaient pas non plus à leur propre hypocrisie lorsqu’ils ont sauvé un de leurs animaux de la fosse un jour de sabbat, versets 11-12. Ils ont sauvé l’animal parce que c’était de l’argent pour eux, ils ne faisaient pas preuve de miséricorde envers quelque chose que Dieu avait créé en premier lieu, et de toute façon, un être humain a bien plus de valeur qu’un mouton ou un autre animal ! Jésus nous demande de louer et de valoriser notre “sabbat”, nous réservons un dimanche pour cela, mais nous devons aussi faire du bon travail ce jour-là ! Les êtres humains manipulent toujours les paroles et les actions de Dieu à cause de leur corruption naturelle et Jésus montre combien cela est illogique, par exemple dans la guérison de l’homme muet et aveugle au verset 22-23. Sa maladie a été décrite comme “possédée par un démon”, mais Jésus précise qu’il s’agissait d’une maladie qui l’empêchait de “parler” et de “voir”, il ne mentionne pas qu’il l’a également guéri d’un “démon” distinct, sa maladie (démon) était d’être muet et aveugle. Les Pharisiens disent alors à tort que c’est par Béelzéboul, le prince des démons, que Jésus a guéri, verset 24, et Jésus montre combien il était stupide et illogique pour eux de dire cela ! S’il était vrai que les maladies étaient causées par des ” démons ” et s’il était vrai que Jésus chassait des ” démons ” au nom de Belzébuth, alors le procédé est complètement stupide, verset 25-27. Cela signifierait que le “prince des démons” tuait ses propres “démons”, et donc que le “royaume” des “démons” ne subsisterait pas ! Au contraire, dit Jésus, la vérité est qu’il guérissait les gens par l’esprit de Dieu, verset 28. En utilisant le message complet de la bible, nous savons que les démons et Belzébuth sont de toute façon de faux dieux fabriqués par des mains humaines et sont donc sans valeur. Les Pharisiens se sont trompés en attribuant des maladies à ces choses sans valeur de toute façon ! Jésus poursuit en disant que quiconque croit en ces choses et n’en attribue pas le mérite à Dieu blasphème, versets 30-32. On connaît les gens par leurs œuvres, ou comme Jésus le décrit au verset 33-37, on connaît un bon ou un mauvais arbre par son fruit, donc les paroles qui sortent des pharisiens, ou de toute autre personne, indiquent à l’auditeur ce qu’ils sont réellement ! Alors, comment pouvons-nous savoir si quelqu’un est un frère ou une sœur de Jésus ? Versets 28-50. Jésus a certainement toujours fait la volonté de son père. Lot, même s’il a fait de mauvais choix et commis des erreurs, a essayé de faire la volonté de Dieu. La question est donc de savoir dans quelle mesure nous essayons de faire la volonté de Dieu. Janvier

Le 11 Janvier

La Genèse 20 et 21 nous parle d’Abraham et d’Abimélech. Abimélec était un roi philistin, qui a pris la femme d’Abraham et a été réprimandé par Dieu. Cet incident présente plusieurs caractéristiques intéressantes. C’est la première fois que le mot “prière” apparaît dans les Écritures. Son utilisation est également intéressante. Dieu a dit à Abimélec qu’il devait demander à Abraham de prier pour lui. Abimélec n’était pas autorisé à prier pour lui-même ou à offrir un sacrifice, il fallait que ce soit Abraham. Cela correspond à ce que nous savons de la prière : “La prière d’un homme juste est puissante et efficace” (Jacques 5:16). Il fallait que ce soit une personne juste qui prie, car seules ses prières sont efficaces. Nous découvrons le même schéma lorsque Dieu dit aux amis de Job que celui-ci devait prier pour eux. La deuxième caractéristique intéressante d’Abimélec est que Dieu a amené la maladie sur la famille d’Abimélec. La famille d’Abimélec a été empêchée d’avoir des enfants (Genèse 20:17). Un événement similaire s’était déjà produit avec Pharaon, où Dieu a frappé la famille de Pharaon (Genèse 12:17). Dans les deux cas, Dieu a apporté la maladie parce que Pharaon et Abimélec avaient mal agi. C’est ce que Dieu peut faire. Il dit de lui-même : “J’ai blessé et je guérirai” (Deutéronome 32:39). La santé vient de Dieu et nous devrions en être reconnaissants. Si nous sommes malades, nous pouvons demander à des personnes justes, comme les anciens, de prier pour nous (Jacques 5:14-15). La Genèse 21 nous raconte la naissance d’Isaac. Cela a entraîné des tensions familiales entre Ismaël et son fils et Sarah et son fils. Cela a conduit Agar et Ismaël à quitter le camp d’Abraham. La beauté de cet incident est qu’il montre que Dieu prend soin de tous les peuples. Hagar était peut-être une esclave, mais Dieu s’est quand même occupé d’elle. Elle était peut-être trop éloignée pour que l’œil humain puisse la voir, mais Dieu l’a vue. C’est en fait la première fois que l’on enregistre une voix venant du ciel, et c’est pour une esclave. Dieu a veillé sur eux dans leur moment le plus sombre. C’est le Dieu que nous adorons. Dieu prend soin de tous et voit tout. Dieu peut aussi s’occuper de nous dans nos moments les plus sombres. La beauté du psaume 23 est qu’il est si facile à comprendre. L’image de Dieu comme le berger gardant ses brebis est simple et instructive. C’est ainsi que Dieu prend soin de nous. C’est ainsi que Dieu a pris soin d’Agar, qui était une brebis perdue. C’est un bon psaume à apprendre par cœur. Dieu pourvoit à tout ce dont nous avons besoin. Nous ne devons même pas nous inquiéter de la mort, car le bon berger a une solution pour cela aussi. Nous ne devons pas nous inquiéter de l’ombre de la mort dans notre vie. Nous recevrons la vie éternelle, car nous vivrons dans sa maison pour toujours. Le psaume 24 poursuit ce thème. Pour vivre dans la maison de Dieu, nous devons être ses brebis. Ce psaume nous explique ce que cela signifie. Nous devons avoir les mains propres, un cœur pur, éviter les idoles et dire la vérité (Psaume 24:4). Alors le roi viendra vivre avec nous (voir la fin du psaume). Le psaume 25 peut être compris comme nous indiquant comment se comportent les brebis de Dieu. Elles ont confiance en Dieu (v3). Elles suivent les bons chemins (v4, 5, 9). Elles regardent vers le Seigneur (v15). Elles sont protégées (v20). Le psaume 23 est magnifique, mais rappelons-nous aussi ce que signifie être les brebis du bon berger. Matthieu 13 nous raconte 7 paraboles sur le royaume de Dieu. Deux paraboles expliquent combien le royaume est grand et désirable. Il est comme un trésor (v44) et une grande perle (v45). Il vaut tout ce que nous avons dans cette vie. Deux paraboles nous disent que le royaume commence petit mais devient ensuite le plus grand – le grain de moutarde (v31-32) et le levain (v33). Nous ne devons pas nous inquiéter de la petitesse du royaume de Dieu à notre époque – il deviendra grand. Deux paraboles nous enseignent le jugement, où les justes et les méchants seront séparés et récompensés de manière appropriée. Ce sont les paraboles du blé et de l’ivraie (v24-30) et du filet à poissons (v47-50). C’est un avertissement qui nous invite à être justes. Reste la plus grande parabole que Jésus explique soigneusement. La parabole du semeur nous apprend que Dieu envoie son message (la semence). Les sols représentent les différents auditeurs. Certains n’écoutent pas du tout (la graine sur le chemin). Certains n’écoutent que peu de temps (la graine parmi les rochers). Certains n’écoutent pas correctement et ont du mal à pousser (la graine parmi les mauvaises herbes). D’autres tombent sur la bonne terre, poussent et produisent une récolte (la graine sur la bonne terre). La question que Jésus nous pose est la suivante : quel type de terre sommes-nous ? Seuls ceux qui écoutent la parole, la comprennent, y persévèrent et la vivent produiront la récolte. En sommes-nous capables ? Notre espoir du royaume dépend de notre capacité à faire de notre mieux pour y parvenir ? Nos passages d’aujourd’hui nous ont enseigné la sollicitude de Dieu. Dieu a pris soin d’Abraham et l’a protégé des Philistins, malgré son propre manque de foi. Dieu a pris soin d’Agar et leur a sauvé la vie. Dieu prend soin de nous comme le bon berger. Mais nous devons être les brebis. Nous devons entendre les paroles de Dieu et de son fils et les suivre. Comme Jésus l’a dit à propos de ses brebis, “les brebis écoutent sa voix” (Jean 10:3). Écoutons la voix du berger en lisant et en réfléchissant aux Écritures. Et suivons le berger sur le bon chemin. Cela nous mènera finalement à une place dans la maison de Dieu dans le royaume. Janvier

Le 12 Janvier

Genèse 22 : “Ils allèrent tous les deux ensemble”. Ce chapitre divise l’humanité. L’incroyant lirait les 2 premiers versets puis refermerait le livre en disant : “quel Dieu terrible, tentant quelqu’un de sacrifier son propre enfant !”. Pour le croyant, il y a tellement plus à réaliser, à gagner en compréhension, à comprendre le message de Dieu à l’humanité. Pour comprendre ce que Dieu avait en tête avant la fondation du monde, l’agneau de Dieu (Jésus), ce chapitre est une image du sacrifice de Dieu dans le sacrifice de son fils – des détails intimes, révélant la profondeur de l’amour et de la confiance des deux, et la volonté de donner. En vérité, “les deux allaient ensemble” (v6+8). En tant que christadelphiens, nous encourageons tous les gens à approfondir leur compréhension ailleurs dans les Écritures ; nous le faisons pour de nombreuses raisons. Je n’en mentionnerai que deux : pour que notre foi ait une base solide soutenue par la connaissance de la parole de Dieu – et pour que nous puissions grandir dans l’amour du Seigneur, de sorte que plus nous le connaissons, plus nous réalisons la gloire qui lui est due. Il y a plus de 70 références dans le Nouveau Testament concernant Abraham, mais nous nous concentrerons sur les références de ce seul chapitre. Jacques 2:22 “Vois-tu que la foi marchait de pair avec ses œuvres (encore un “2 de pair” ! !), et que par ses œuvres, la foi était rendue parfaite ?” Hébreux 11:17-19 “C’est par la foi qu’Abraham, mis à l’épreuve, offrit Isaac, dont il avait été dit : “En Isaac ta postérité sera appelée”, concluant que Dieu pouvait le ressusciter (Isaac), même d’entre les morts”. Abraham a cru à la promesse et, dans cette promesse, il a compris qu’Isaac (qui était alors sans enfant) devait avoir des enfants. Il ne comprenait pas ce qui allait se passer et comment, mais il faisait totalement confiance à Dieu pour la vie de son fils ! Dieu avait préparé Abraham à l’avance pour cette épreuve en lui donnant cette promesse. Cela montre à quel point il est utile que nous connaissions les promesses de Dieu et que nous vivions avec ces promesses dans notre esprit chaque jour. Nous savons, comme Abraham, que nous pouvons faire totalement confiance au Seigneur et à sa parole. Galates 3 (la pertinence d’Abraham pour nous). v7 : “ceux qui sont de la foi (en Christ) sont fils d’Abraham. v16 : “Or, les promesses ont été faites à Abraham et à sa semence (Jésus)”. Paul dit que la semence dans Gen22:17 est singulière et est Jésus, parce que dans Genèse 22 il est dit “et ta semence possédera la porte de SES ennemis – en ta semence (Jésus) toutes les nations de la terre seront bénies. v26-29 : …par la foi et le baptême en Christ, nous sommes devenus les siens. “Et si vous êtes au Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, et héritiers selon la promesse” (nous sommes dans la promesse, d’où sa pertinence et la nécessité de connaître l’Ancien Testament !). Jean 8:39 “Si vous étiez les enfants d’Abraham, vous feriez les oeuvres d’Abraham” Quelles étaient les oeuvres d’Abraham dans la Genèse 22 ? La foi en Dieu et en sa parole… et une CONFIANCE TOTALE en Lui. Avec une confiance totale, nous voyons l’esprit de Jésus dans sa vie et son désir que nous ayons la même chose. Le Seigneur nous préparera, nous testera, nous encouragera à suivre Jésus – qui a montré sa confiance totale, en exprimant des mots qui témoignent de sa volonté chaque jour de sa vie “Père, entre tes mains je remets mon esprit” Luc 23:46. Psaumes 26-28 : Comment adorons-nous ? Ce qui est merveilleux avec les psaumes, c’est qu’ils révèlent le cœur du psalmiste et que nous pouvons comparer avec notre propre cœur. Dans ces psaumes, David déverse ses émotions et son adoration pour son Seigneur. Son adoration se manifeste de bien des manières, et pas seulement par des chants : par la confiance (v1), par l’instruction continue tout au long de sa vie (v2), par l’amour de Dieu (v3), par l’obéissance (v3), par l’action de grâce (v7), par la louange de la présence du Seigneur (v8), par la miséricorde de Dieu (v11), et par le désir de demeurer dans la maison du Seigneur tous les jours de sa vie (en particulier dans le futur Royaume de Dieu). Lorsque nous avons ces choses dans notre cœur, nous savons que nous sommes dans un bon endroit ! Et nous pouvons confesser le Psaume 28:7 “L’Éternel est ma force et mon bouclier ; mon cœur s’est confié en lui, et je suis secouru ; c’est pourquoi mon cœur se réjouit, et je le loue par mon chant”. Matthieu 14 : Le Seigneur pourvoira. Le repas de 5000 personnes. Ce miracle est relaté dans les quatre évangiles et chacun y apporte des détails particuliers. Par exemple, Jean nous dit quand – c’était proche de la période de la Pâque, quand tous les gens se rendaient à Jérusalem pour célébrer cette fête, c’était la période de l’année où il y avait beaucoup d’herbe verte, une période où la nuit, il y avait la lumière de la pleine lune, c’était une période où le témoignage de Jean-Baptiste avait pris fin (décapité par Hérode), une période où Jésus et ses disciples enseignaient le royaume de Dieu et guérissaient les malades (physiquement et mentalement) ; c’était une époque où beaucoup se demandaient ” est-ce que ce pourrait être le Messie ? “. Luc nous dit où – Bethsaïde, ce qui explique d’ailleurs pourquoi (dans l’évangile de Jean) Jésus a demandé à Philippe où il pouvait trouver de la nourriture pour les gens. Philippe était de Bethsaïda (André et Pierre aussi). Marc nous dit que Jésus a été ému de compassion pour eux “parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger” – vous pouvez imaginer les gens courant de haut en bas des collines, dispersés mais venant tous à Jésus, le bon berger. Nous croyons tous que ce miracle s’est produit sans aucun doute, mais si nous avions été là, qu’aurions-nous vu ? “Jésus prit les 5 pains et les 2 poissons, et, levant les yeux au ciel, il les bénit et les rompit, et les donna aux disciples pour qu’ils les présentent à la foule. Ils mangèrent tous et furent rassasiés, et ils emportèrent 12 paniers des restes” Luc 9:16-17. Les disciples étaient stupéfaits par un tel miracle – bien qu’ils aient continué à donner la nourriture aux gens, ils savaient que le miracle ne venait pas d’eux. Attribueraient-ils le miracle à Jésus ? Jésus avait déjà dit (Jean 5:30) “Je ne peux rien faire de moi-même”. Les disciples apprendront et confesseront que toutes choses sont faites par la volonté de Dieu qui vit à travers Jésus. Certaines personnes ont compris la signification du miracle : ” C’est vraiment le prophète qui doit venir dans le monde ” Jean 6.14. Cela fait référence à une promesse de Dieu à Moïse et à Israël. “Je leur susciterai un prophète comme toi (Moïse) du milieu de tes frères, je mettrai mes paroles dans sa bouche et il leur dira tout ce que je lui commanderai” Deutéronome 18:18. En général, la réaction du peuple était mauvaise. Ils voulaient que Jésus fasse leur volonté ! Certains voulaient le forcer à être roi, maintenant ! (Jean 6:15). D’autres voulaient que Jésus leur donne continuellement de la nourriture (Jean 6:26). Les sages ont demandé à Jésus ce qu’ils devaient faire pour accomplir la volonté de Dieu. ” Voici l’œuvre de Dieu : que vous croyiez en celui qu’il a envoyé ” (Jean 6.29) et ” Voici la volonté de celui qui m’a envoyé : que quiconque voit le fils et croit en lui ait la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour ” (Jean 6.40). Jésus est le pain de vie, celui qui vient à lui n’aura jamais faim (il sera nourri). Nous aussi, frères et sœurs du Christ, nous confessons comme Pierre : ” Tu as les paroles de la vie éternelle “. Aussi, nous avons fini par croire et par savoir que tu es le Christ, le fils du Dieu vivant” (Jean 6, 68-69).Matthieu 14 : Le Seigneur pourvoira. Nourrir les 5000 personnes. Ce miracle est relaté dans les quatre évangiles et chacun y apporte des détails particuliers. Par exemple, Jean nous dit quand – c’était proche de la période de la Pâque, quand tous les gens se rendaient à Jérusalem pour célébrer cette fête, c’était la période de l’année où il y avait beaucoup d’herbe verte, une période où la nuit, il y avait la lumière de la pleine lune, c’était une période où le témoignage de Jean-Baptiste avait pris fin (décapité par Hérode), une période où Jésus et ses disciples enseignaient le royaume de Dieu et guérissaient les malades (physiquement et mentalement) ; c’était une époque où beaucoup se demandaient ” est-ce que ce pourrait être le Messie ? “. Luc nous dit où – Bethsaïde, ce qui explique d’ailleurs pourquoi (dans l’évangile de Jean) Jésus a demandé à Philippe où il pouvait trouver de la nourriture pour les gens. Philippe était de Bethsaïda (André et Pierre aussi). Marc nous dit que Jésus a été ému de compassion pour eux “parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger” – vous pouvez imaginer les gens courant le long des collines, dispersés mais venant tous à Jésus, le bon berger. Nous croyons tous que ce miracle s’est produit sans aucun doute, mais si nous avions été là, qu’aurions-nous vu ? “Jésus prit les 5 pains et les 2 poissons, et, levant les yeux au ciel, il les bénit et les rompit, et les donna aux disciples pour qu’ils les présentent à la foule. Ils mangèrent tous et furent rassasiés, et ils emportèrent 12 paniers des restes” Luc 9:16-17. Les disciples étaient stupéfaits par un tel miracle – bien qu’ils aient continué à donner la nourriture aux gens, ils savaient que le miracle ne venait pas d’eux. Attribueraient-ils le miracle à Jésus ? Jésus avait déjà dit (Jean 5:30) “Je ne peux rien faire de moi-même”. Les disciples apprendront et confesseront que toutes choses sont faites par la volonté de Dieu qui vit à travers Jésus. Certaines personnes ont compris la signification du miracle : ” C’est vraiment le prophète qui doit venir dans le monde ” Jean 6.14. Cela fait référence à une promesse de Dieu à Moïse et à Israël. “Je leur susciterai un prophète comme toi (Moïse) du milieu de tes frères, je mettrai mes paroles dans sa bouche et il leur dira tout ce que je lui commanderai” Deutéronome 18:18. En général, la réaction du peuple était mauvaise. Ils voulaient que Jésus fasse leur volonté ! Certains voulaient le forcer à être roi, maintenant ! (Jean 6:15). D’autres voulaient que Jésus leur donne continuellement de la nourriture (Jean 6:26). Les sages ont demandé à Jésus ce qu’ils devaient faire pour accomplir la volonté de Dieu. ” Voici l’œuvre de Dieu : que vous croyiez en celui qu’il a envoyé ” (Jean 6.29) et ” Voici la volonté de celui qui m’a envoyé : que quiconque voit le fils et croit en lui ait la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour ” (Jean 6.40). Jésus est le pain de la vie, celui qui vient à lui n’aura jamais faim (il sera nourri). Nous aussi, frères et sœurs du Christ, nous confessons comme Pierre : “Tu as les paroles de la vie éternelle. Aussi, nous avons fini par croire et par savoir que tu es le Christ, le fils du Dieu vivant” (Jean 6, 68-69). Janvier

Le 13 Janvier

Genèse 24 est un grand récit avec beaucoup de détails sur la façon dont Dieu répond à la prière et comment les individus y répondent. Dieu répond toujours aux prières, parfois pas comme nous l’attendons, mais cela ne signifie pas que Dieu n’a pas répondu à nos prières. Abraham et son serviteur l’ont compris lorsqu’ils ont discuté de la possibilité que la famille d’Abraham ne soit pas d’accord avec cet arrangement (versets 5 et 8). Ils ont également tous deux compris qu’il s’agissait d’une situation très importante, car Isaac devait être un élément majeur de la promesse relative à la nation d’Israël et, plus important encore, à la naissance éventuelle de Jésus, comme l’a dit Abraham au verset 7, selon lequel Dieu “enverrait un ange devant toi”. Le serviteur promet donc à Abraham de faire ce qu’il lui demande et de trouver une femme pour Isaac parmi les parents d’Abraham (verset 9). La prière du serviteur se trouve aux versets 12 à 14, où il est précis dans sa demande d’aide – il avait une tâche à accomplir et il a fait exactement ce qu’Abraham lui avait dit – il savait aussi à quel point c’était important et il a donc eu la bonne attitude pieuse en demandant de l’aide. Dans ce cas, la réponse de Dieu a été immédiate et évidente, verset 15, et le serviteur était impatient de la rencontrer, vraisemblablement avec joie, verset 17. Il a été complètement stupéfait lorsqu’elle a répondu exactement comme il l’avait demandé à Dieu, verset 19. Il a ensuite attendu patiemment pour voir si son interprétation était correcte (verset 21), puis il lui a expliqué pourquoi il était là (versets 22-23). Sa réaction immédiate a été de louer Dieu. Il explique à nouveau tout en détail à la famille de Rebecca, en donnant à nouveau le crédit à Dieu, par exemple aux versets 48-49. Il a été un excellent témoin et la famille d’Abraham n’a eu d’autre choix que de conclure que c’était aussi le plan de Dieu, versets 50-51. Il en rendit également grâce, verset 52. Lorsque le serviteur a rencontré Isaac sur le chemin du retour, il lui a également tout raconté, verset 66, nous pouvons supposer que son récit comprenait tous les détails qu’il a transmis à la famille d’Abraham. Le serviteur a fait preuve de beaucoup de foi et de confiance en Dieu, de respect pour Abraham, pour les promesses de Dieu et pour la façon dont Dieu a répondu à sa prière. Le psaume 29 nous rappelle encore une fois comment Dieu utilise le temps pour démontrer sa puissance, nous avons ici des descriptions graphiques de grands arbres brisés par le vent, la pluie et les éclairs (verset 5). Dieu, le créateur de tout, a le pouvoir de tout faire et il montrera sa puissance quand il le faudra. Cependant, le psaume 30 nous rappelle que le grand Dieu que nous adorons s’intéresse aussi aux individus, en l’occurrence David, et que lorsque David l’a invoqué, Dieu a répondu, versets 2-3. Tout comme le serviteur d’Abraham, David a loué, versets 4-5, et s’est senti en sécurité, versets 6-7. C’est en toute humilité que nous nous approchons de Dieu et que nous lui adressons nos prières, en ne lui demandant que les choses que nous savons qu’il voudra que nous demandions, mais aussi en réalisant qu’il sait mieux que nous et en acceptant que c’est le royaume que Dieu veut nous donner qui nous permettra de louer à jamais, verset 12. Dans Matthieu 15, nous avons le récit du repas des 4 000 personnes (versets 32-38) et il semblerait que les disciples aient oublié le repas précédent des 5 000 personnes (Matthieu 14), verset 33. C’est ainsi que nous réagissons très souvent lorsque nous sommes confrontés à un problème, nous oublions comment nous avons été aidés dans le passé et nous ne nous en remettons pas à Dieu pour une réponse, mais Jésus a pris le contrôle de la situation et a organisé une solution, verset 35-37. Il se peut que nous n’obtenions pas la réponse que nous attendons, mais nous obtenons néanmoins une réponse si nous laissons nos vies être contrôlées à la fois par Dieu et par Jésus et si nous faisons de notre mieux pour faire les bonnes choses. Le récit de la femme cananéenne (verset 21-28) est parfois difficile à comprendre : pourquoi Jésus semble-t-il l’ignorer ? verset 23, ce qui pousse les disciples à vouloir la renvoyer ! La réponse de Jésus semble être un rejet (verset 25), mais en toute humilité, la femme répond à Jésus en actes et en paroles (versets 25-27), indiquant à Jésus qu’elle a persisté dans sa demande et qu’elle a fait preuve de foi – ce que Jésus a reconnu (verset 28). Sa demande a également été satisfaite immédiatement. Ce chapitre présente de nombreux liens avec Ésaïe 29 ; en fait, Jésus cite Ésaïe aux versets 8-9, ce qui signifie que le message d’Ésaïe s’accomplit dans ce chapitre : les Juifs, dirigés par les Pharisiens, rejetaient Jésus, tandis que les Gentils, représentés par la femme, voulaient accepter Jésus et écouter ce qu’il disait. Les Pharisiens critiquaient Jésus à chaque occasion et s’accrochaient à leurs traditions humaines (versets 1-2), ce qui a incité Jésus à leur démontrer qu’ils “jouaient la comédie” (hypocrites) en enfreignant les commandements de Dieu afin de se conformer à leurs traditions (versets 3-7), accomplissant ainsi la prophétie d’Ésaïe. Les pharisiens n’ont pas compris le message sur le fait d’être “impur”. Jésus dit que cela n’a rien à voir avec les mains ou la nourriture, mais que cela a beaucoup à voir avec l’attitude de la personne, c’est-à-dire la façon dont elle parle et agit, versets 18-20. Le serviteur d’Abraham a essayé de faire les choses correctement, David a reconnu Dieu en tout et la Cananéenne a eu la foi. Tous ont fait des erreurs dans leur vie, nous avons lu celle de David, mais tous ont essayé de suivre Dieu et Jésus. En utilisant les paroles de Jésus comme leçon, est-ce que l’une des choses décrites aux versets 18-20 nous décrit ? Sommes-nous “impurs” ou faisons-nous de notre mieux pour être purs en Jésus ? Janvier

Le 14 Janvier

Dans la Genèse 25, nous apprenons la mort d’Abraham, mais la bénédiction de Dieu reste sur Isaac, qui poursuit la lignée promise depuis Abraham (verset 11). Il est significatif que l’on nous rappelle les origines de l’hostilité qui existait autour de cette famille élargie, verset 18 et chapitre 26 verset 35, car cela nous aide à comprendre les problèmes qui semblent toujours exister entre le peuple d’Israël et ses voisins aujourd’hui. Le chapitre 25 nous présente Jacob et Ésaü, les fils jumeaux d’Isaac et de Rébecca, il y a toujours eu de l’hostilité entre ces deux frères aussi et le caractère impie d’Ésaü et ses priorités aident à expliquer cela. Il est clair que Dieu est à l’œuvre dans les événements, même avant la naissance des jumeaux ; Isaac a fidèlement prié Dieu pour que Rébecca puisse avoir des enfants, verset 21, Rébecca aussi a été fidèle et s’est tournée vers Dieu lorsqu’elle était en difficulté, verset 22-23. La réponse qu’elle a reçue de Dieu indique à nouveau qu’il y aurait un conflit entre les deux fils. Les deux fils avaient des caractères différents, verset 27-28, chacun était préféré par un parent différent, ce qui est en soi un avertissement pour les parents de ne pas aimer un enfant plus que l’autre ! Cependant, Ésaü a fait preuve d’un mépris total et total pour le droit d’aînesse que Dieu lui a donné, verset 32-34. Jacob a profité de la situation, ce qu’il n’aurait pas dû faire, mais Ésaü n’était tout simplement pas intéressé par les promesses de Dieu, il n’avait aucun respect pour la signification d’être le premier né. En raison de la famine qui sévit dans le pays, Isaac déplace sa famille là où il y a de la nourriture (chapitre 26, verset 1), pensant probablement qu’il se rendra ensuite en Égypte, jusqu’à ce que Dieu lui parle (versets 2 à 5). Dieu confirme qu’Isaac poursuivra la lignée promise et parle de la bénédiction pour toutes les nations (verset 4), dont nous savons par le reste de l’Écriture et qui est complètement confirmée dans Galates 3, que c’est par Jésus. Isaac a fait preuve d’une foi solide en restant là où il était. Cependant, comme son père, il a fait preuve d’un manque de foi temporaire en disant que Rebecca était sa sœur (verset 7). Nous ne devrions pas juger Isaac pour cela, car c’est un comportement humain que nous faisons tous de temps en temps. Nous devrions plutôt louer Dieu qui continue à agir à travers toutes nos faiblesses ; Dieu a protégé Isaac comme il l’avait promis, versets 8-11. Abimélec a dû se souvenir des événements similaires avec son père (Genèse 20) et a été respectueux d’Isaac et de son Dieu, ce qui explique pourquoi il a réagi comme il l’a fait. Ces manquements devraient nous encourager lorsque nous considérons nos propres échecs, non pas que nous devrions délibérément pécher et ensuite attendre le pardon, ce n’est pas la bonne attitude, mais lorsque nous échouons, nous devrions nous repentir sincèrement et ensuite être confiants que Dieu pardonnera. Dieu bénit Isaac et il devient fort, versets 12-13, et comme c’est souvent le cas, d’autres regardent avec envie, verset 14, et prennent des mesures malveillantes pour essayer de perturber les événements, verset 15. En conséquence, Abimélec, bien qu’il respecte Isaac, lui demande de s’éloigner (verset 16). Isaac nous donne un excellent exemple de la manière dont nous devrions réagir en cas de conflit, il s’éloigne volontiers, il le fait trois autres fois lorsqu’il y a de nouvelles disputes à propos de l’eau, verset 19-22 ; il s’éloigne humblement, sachant que Dieu est avec lui, et ne se dispute pas à propos des puits qu’il a creusés. S’éloigner du conflit est une chose difficile à faire pour nous, êtres humains, mais c’est ce que Dieu veut que nous fassions. Le psaume 31 est un psaume dans lequel David parle de ceux qui s’opposent à lui (versets 6-13), et il les oppose à l’origine de sa véritable aide, c’est-à-dire Dieu (versets 1-5). C’est seulement en Dieu qu’il trouve son “refuge”, et il fait confiance à Dieu, versets 14-16, il reconnaît également que c’est “l’orgueil” et “l’arrogance” qui sont mauvais, versets 17-18. L’humilité est donc la clé pour faire partie de toute bénédiction de Dieu. C’est cette humilité que David mentionne aux versets 19-20, c’est-à-dire ceux “qui craignent” (respectent) Dieu, ce sont ceux qui louent, versets 21-22, et il oppose les humbles aux orgueilleux dans les deux derniers versets, versets 23-24. Les Pharisiens et les Sadducéens de Matthieu 16 étaient fiers et arrogants, ils n’avaient aucun respect pour Dieu et pour son fils, ils ne s’intéressaient qu’à leur propre position dans la société. Lorsqu’ils ont demandé un signe, Jésus leur a répondu qu’ils étaient une “génération méchante et adultère” (verset 4). Ils pensaient être intelligents en étant capables de prédire le temps (versets 2-3), mais Jésus a clairement montré qu’ils auraient dû interpréter les “signes des temps”, c’est-à-dire savoir que Jésus était l’accomplissement des promesses de Dieu à Abraham, Isaac et Jacob ! Jésus était tellement préoccupé par le faux enseignement des Pharisiens qu’il a mis ses disciples en garde (verset 12). La confession de Pierre selon laquelle Jésus était “le Christ, le fils de Dieu” est la croyance et l’espoir que nous avons en sachant que Dieu accomplira toutes ses promesses en renvoyant Jésus sur la terre pour y établir le royaume promis à Abraham (verset 16). Cependant, pour que tout cela se produise, Jésus doit être tué et il le dit à ses disciples au verset 21 pour les préparer à la crucifixion, mais aussi pour qu’ils aient l’espoir de la résurrection. Jésus indique clairement qu’il existe un lien étroit entre sa mort, sa résurrection et le salut, avec la récompense ultime que constitue l’entrée dans le royaume (versets 24-28). Pierre n’a pas compris cela à l’époque et il a essayé d’empêcher Jésus d’aller à Jérusalem pour y être tué, il s’est “opposé” à Jésus, il s’est “mis en travers de son chemin” et Jésus lui a dit “passe derrière moi, Satan” parce qu’il essayait d’empêcher Jésus de faire ce que Dieu voulait qu’il fasse, verset 22-23. Beaucoup de chrétiens sont troublés par le terme “satan”, ils pensent à tort qu’il s’agit d’une puissance qui pousse les gens à pécher, mais Jésus a utilisé ce terme pour décrire Pierre qui essayait en fait de sauver Jésus ! Pierre n’essayait pas de faire pécher Jésus, il essayait de le protéger ! En clair, Jésus dit que Pierre s’opposait à Jésus et à Dieu, parce que Pierre considérait la situation d’un point de vue humain et non d’un point de vue divin. De même, nous devrions faire de notre mieux pour vivre notre vie de manière pieuse, être humbles, faire confiance à Dieu et essayer de ne pas nous opposer à ses voies. Janvier

Le 15 Janvier

La Genèse 27 contient de nombreux détails sur la manière dont Isaac avait l’intention de transmettre sa bénédiction à Ésaü, mais dont Jacob s’en est emparé par ruse. Rébecca et Jacob ont travaillé ensemble pour y parvenir, Isaac et Rébecca souhaitant vraisemblablement que leurs favoris reçoivent la bénédiction d’Isaac, traditionnellement donnée par les pères au premier-né. Le fait d’avoir des jumeaux rend cette coutume plus difficile car les deux sont nés en même temps. Rébecca savait déjà par Dieu que les jumeaux auraient une relation difficile (Genèse 25:23), et elle voulait essayer de s’assurer que Jacob serait celui qui serait le plus fort et celui qui serait servi. Nous savons aussi que Jacob était de toute façon celui que Dieu avait choisi pour être la lignée d’Abraham jusqu’à Jésus (Genèse 28), donc cette bénédiction d’Isaac n’aurait de toute façon pas changé le dessein de Dieu, mais Rébecca était impatiente. Malgré cela, Dieu travaille à travers nos faiblesses, mais cette tromperie a eu des conséquences : Ésaü a détesté son frère, Jacob a dû s’enfuir et il est probable que c’est la dernière fois que Jacob a vu sa mère (verset 41-46). La leçon est que, même si nous ne comprenons pas notre situation actuelle, nous devons faire confiance à Dieu pour faire ce qui est juste. Le psaume 32 est un court psaume de David qui reconnaît que “heureuse” ou “bénie” est la personne dont les péchés sont pardonnés, versets 1-2. Nous commettons tous des erreurs, nous prenons tous de mauvaises décisions, mais celles-ci peuvent être pardonnées, comme l’ont fait Jacob et Rébecca, j’en suis sûr. Cependant, cela nécessite une réponse et une reconnaissance de notre part, comme le dit le verset 3, lorsque David s’est tu, c’est-à-dire qu’il n’a pas confessé son péché et reconnu qu’il avait tort, et il a donc souffert, verset 4. Ce n’est que lorsqu’il a reconnu son péché, verset 5, qu’il a fait l’expérience du pardon. C’est le même schéma de repentance et de pardon tout au long de la Bible : nous devons nous confesser et ensuite nous sommes pardonnés. Ceux d’entre nous qui sont baptisés ont déjà confessé leur nature humaine et savent que nous sommes pardonnés en Jésus, quelles que soient les fautes que nous commettons. Le pardon n’est pas limité, mais il est conditionnel, le verset 6 dit que ceux qui sont “pieux” peuvent prier ; le verset 8 parle d'”instruction” et d'”enseignement” ; le verset 10 montre que ceux qui “font confiance” sont aidés, et ceux qui peuvent se réjouir sont ceux qui sont “droits”. Tout cela montre avec assurance que ceux qui ont une attitude pieuse sont pardonnés, mais que ceux qui ont une attitude impie ne le sont malheureusement pas. Matthieu 17 commence par le récit de la transfiguration, où il y a une sorte de vision où 3 des disciples voient Jésus avec Moïse et Élie et où Jésus, qui voit Élie et Moïse, l’encourage, versets 1-3. Cette étonnante “vision” a été bouleversante pour les disciples (versets 4 et 6), qui ne savaient pas vraiment quoi faire, mais Dieu a été clair au verset 5, en disant qu’ils (et nous) devaient “écouter” Jésus. Ce n’est pas que nous ignorions les enseignements de Dieu à travers Moïse et Elie, c’est-à-dire l’ancien testament, mais tous leurs enseignements et toutes les promesses nous conduisent à Jésus. Jésus est l’accomplissement de toutes les promesses que nous avons lues récemment, et c’est en lui que nous pouvons réellement obtenir le pardon, ce que Jésus souligne à nouveau en parlant de sa mort et de sa résurrection (versets 9-13). Cet aspect est important et Jésus le mentionne à nouveau lorsqu’ils rejoignent les autres disciples, versets 22-23, après leur avoir dit d’avoir la foi, versets 20-21. Si Jésus a le pouvoir de guérir la maladie (cet exemple (versets 14-19) concerne le fils d’un homme qui souffrait probablement de ce que nous appelons aujourd’hui l’épilepsie, mais qui est décrit ici comme une “crise” et un “démon”), alors Jésus peut certainement pardonner les péchés, et nous ne devons pas en douter. Le récit de Pierre et de l’impôt du temple, aux versets 24-27, semble sans rapport avec ce qui précède, mais il s’agit d’un exemple quotidien de la nécessité d’adopter une attitude pieuse dans tout ce que nous faisons. Peut-être Pierre a-t-il répondu trop rapidement à la question qui lui a été posée, au verset 25, et Jésus, qui sait tout, savait ce que Pierre avait dit et qu’ils n’avaient pas encore payé. Ainsi, Jésus, par un miracle, permet à Pierre de payer afin de “ne pas offenser” les collecteurs d’impôts, verset 27. Nous devons toujours ressembler à Jésus si nous voulons être “bénis” par le pardon et, finalement, par le royaume. Nous devons faire attention à l’impression que nous donnons aux autres et être droits dans tout ce que nous faisons. Que Dieu nous bénisse tous alors que nous faisons de notre mieux pour ressembler à Jésus dans tout ce que nous faisons et pour nous “réjouir” ! Janvier

Le 16 Janvier

Matthieu 18 contient le message du pardon – quelque chose qui n’est généralement pas fait dans le monde qui nous entoure. Nous vivons en effet dans un monde qui ne pardonne pas. Des personnes éminentes font souvent la une des journaux à cause de ce qu’elles ont dit ou fait, parfois il y a de nombreuses années. Des personnes sont condamnées pour quelques mots imprudents. Dans le monde qui nous entoure, il est considéré comme juste et approprié d’être totalement impitoyable dans de tels cas. Un éminent politicien britannique a récemment encouragé les enfants à entretenir un état de colère contre ceux des générations plus âgées au sujet du changement climatique. Il encourageait les jeunes à blâmer et non à pardonner. Cependant, les psychologues cliniciens vous parleront des conclusions de la science médicale. Les personnes qui ne peuvent pas pardonner sont dans un mauvais état de santé mentale et leur santé mentale n’a aucune chance de s’améliorer. De même, les personnes qui restent dans un état de colère et de reproche permanent à l’égard des autres nuisent à leur santé mentale et physique. Il y a donc une contradiction dans la pensée du monde d’aujourd’hui. La science nous dit que pour notre santé, nous devons pardonner et éviter la colère et le blâme, mais les médias et de nombreuses personnes influentes nous disent de condamner pour un commentaire passé et d’être impitoyables. Nous ne devons pas agir de la sorte. Les versets 21-35 de Matthieu, bien qu’écrits il y a près de 2 000 ans, correspondent en fait à ce que disent les experts médicaux d’aujourd’hui ! Matthieu 18:21-22 dit : “Alors Pierre s’approcha de Lui et dit : “Seigneur, combien de fois mon frère péchera-t-il contre moi, et je lui pardonnerai ? Jusqu’à sept fois ?” Jésus lui répondit : “Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois.” Si nous voulons être pardonnés, nous devons pardonner, même jusqu’à 70 fois 7 fois. Cela fait 490 fois, c’est-à-dire plus de fois que nous ne pouvons en tenir le compte, donc des fois illimitées. Si chacun de nous essaie de suivre l’exemple de notre Seigneur, alors notre vie et celle de nos frères et sœurs sont un voyage de développement et de transformation. Nos échecs passés ne doivent pas refléter les personnes que nous sommes maintenant et nous ne devons pas juger les autres par leurs échecs passés. Notre Père céleste nous aide dans cette transformation, comme nous le lisons dans Hébreux 12:6-7 : “Car le Seigneur aime ceux qu’il châtie, Et il fait battre de verges tous les fils qu’il reçoit. Si vous supportez le châtiment, Dieu vous traite comme des fils ; car quel est le fils qu’un père ne châtie pas ?” et ensuite : verset 11 : “Or, le châtiment n’a rien de joyeux pour le moment, mais il est douloureux ; néanmoins, il produit ensuite le fruit paisible de la justice pour ceux qui ont été formés par lui.” Il n’y a pas de transformation instantanée lors de notre baptême. Dans Éphésiens 4, Paul écrit aux frères et sœurs baptisés. Verset 22 : “afin que vous vous dépouilliez, en ce qui concerne votre ancienne conduite, du vieil homme qui se corrompt selon les convoitises trompeuses, et que vous soyez renouvelés dans l’esprit de votre intelligence, et que vous revêtiez l’homme nouveau qui a été créé selon Dieu, dans une justice et une sainteté véritables.” Notre vie en Christ doit être une transformation continuelle. Chaque fois que nous nous réunissons pour rompre le pain, nous devons nous examiner et nous concentrer sur le fait de nous débarrasser du vieil homme et de revêtir l’homme nouveau. Il y a de nombreuses années, j’ai mal interprété certains versets de Matthieu 11, à savoir le verset 28-30 : “Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le poids du fardeau, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et apprenez de moi, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car Mon joug est facile et Mon fardeau est léger”. Je pensais à tort que Jésus proposait de partager nos fardeaux, mais il veut plutôt que nous partagions son joug. Cela signifie qu’il faut d’abord se débarrasser de nos fardeaux. Comment pouvons-nous faire cela ? Lorsque Jésus a parlé, les gens étaient accablés par la religion corrompue des Pharisiens. Aujourd’hui, beaucoup sont accablés par de fausses religions ; il existe de nombreux autres faux enseignements dans ce monde, comme l’humanisme. Jésus nous invite à nous délester de ces fardeaux, afin de pouvoir partager son léger fardeau. Galates 5 peut nous aider à comprendre les fardeaux lourds et légers : Ici, dans les versets 19 à 21, nous voyons les œuvres de la chair : “Or les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont : l’adultère, la fornication, l’impureté, l’obscénité, l’idolâtrie, la sorcellerie, la haine, les disputes, les jalousies, les explosions de colère, les ambitions égoïstes, les dissensions, les hérésies, l’envie, les meurtres, l’ivrognerie, les réjouissances, et autres choses semblables ; ce dont je vous avertis d’avance, comme je vous l’ai déjà dit autrefois, c’est que ceux qui pratiquent de telles choses n’hériteront pas du royaume de Dieu. ” Toutes ces choses peuvent offrir des récompenses ou des plaisirs à court terme, mais font peser de lourds fardeaux sur nos vies. Les conséquences pour ceux qui commettent l’adultère ou l’ivrognerie sont évidentes. Chacune des œuvres de la chair, en plus de nous refuser une place dans le royaume de Dieu, nous fait du mal physiquement et mentalement. D’autre part, dans les versets 22-23, nous avons ces fardeaux légers : “Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la longanimité, la bonté, la bienveillance, la fidélité, la douceur, la maîtrise de soi. Contre de telles qualités, il n’y a pas de loi.” Deux des œuvres de la chair, la colère et la haine, font monter notre tension artérielle et peuvent entraîner des dommages au cœur, des accidents vasculaires cérébraux, des dommages au système immunitaire, l’anxiété et la dépression, des migraines, des dommages au système digestif, des dommages à un certain nombre d’organes et des dommages à nos relations interpersonnelles. Si nous poursuivons les œuvres de la chair, nous créerons de lourds fardeaux pour nos vies. Le contraire est vrai pour l’amour, la joie, la paix et tous les autres fruits de l’esprit. Ces choses peuvent faire baisser notre tension artérielle et améliorer la santé de notre esprit et de notre corps. Nous pouvons difficilement décrire de telles choses comme des fardeaux. Le verset 24 nous rappelle la raison principale pour laquelle nous sommes ici aujourd’hui : “Et ceux qui sont à Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.” Nous sommes ici pour nous examiner nous-mêmes, nos attitudes et nos vies, et pour nous rappeler l’exemple de notre Seigneur. Dans Hébreux 12:1, nous lisons : “C’est pourquoi nous aussi, puisque nous sommes entourés d’une si grande nuée de témoins, mettons de côté tout poids, et le péché qui nous enserre si facilement, et courons avec endurance la course qui nous est proposée.” Nous voyons ici encore la nécessité de se débarrasser des fardeaux du péché, de la fausse religion et de la pensée mondaine. Nous ne pouvons pas courir une course en portant un lourd fardeau. Les versets 2 et 3 nous rappellent également le but de notre présence ici aujourd’hui : “Nous avons les yeux fixés sur Jésus, l’auteur et le finisseur de notre foi, qui, pour la joie qui lui était réservée, a enduré la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu. Considérez en effet celui qui a supporté contre lui-même une telle hostilité de la part des pécheurs, de peur que vous ne vous lassiez et ne vous découragiez dans vos âmes.” Jésus attendait dans la foi l’espérance du royaume de Dieu et la joie que cela lui procurait, l’a motivé à endurer la crucifixion. Nous en arrivons maintenant au moment de nous examiner. De considérer comment nous pouvons nous débarrasser du vieil homme et de la pensée de la chair et revêtir l’homme nouveau en Christ. Il peut être utile de considérer le pain comme un rappel de la nécessité de mettre à mort l’esprit de la chair avec ses œuvres et son fardeau. Et de penser au vin, symbole de la nouvelle alliance de grâce par laquelle nos péchés sont pardonnés, comme un rappel à chercher à revêtir l’esprit spirituel, à faire croître en nous le fruit de l’esprit et à en assumer le très léger fardeau. Janvier

Le 17 Janvier

Genèse 30 est la suite de la triste histoire de la famille malheureuse de Jacob. Les chapitres 28 et 29 nous parlent des tromperies précédentes, en particulier celles de Laban, et Jacob doit maintenant faire face aux conséquences de ces tromperies, à la concurrence et à la jalousie de ses deux femmes pour avoir ou ne pas avoir d’enfants. Jacob aimait Rachel plus que Léa, chapitre 29 verset 30, ce qui n’est peut-être pas surprenant puisque c’est Rachel qu’il voulait épouser, chapitre 29 verset 20, mais comme nous le savons, Laban l’a trompé et lui a donné Léa, verset 25 ! Cependant, cela a été la cause de la tension entre les sœurs, chapitre 30 verset 15. Les premiers versets de ce chapitre nous donnent les détails de la famille grandissante et les attitudes impies de chacun. Pour être honnête, elles utilisaient toutes des moyens différents pour se disputer les enfants. Ce n’est que lorsque Rachel a continué à prier pour avoir un enfant que Dieu a “écouté”, versets 22-24. Dieu a travaillé à travers toutes ces faiblesses et les 12 tribus d’Israël sont nées, cependant, nous tirons des leçons du fait que cette famille était malheureuse à cause des multiples femmes de Jacob et de la compétition qui en résultait. Avoir plusieurs femmes n’est pas ce que Dieu veut et Jésus l’explique dans Matthieu 19, que nous examinerons plus tard. Les derniers versets de la Genèse 30 montrent comment Dieu a œuvré pour donner à Jacob le salaire pour lequel il avait travaillé, pendant 14 ans, et que Laban lui avait refusé. La disposition des bâtons des différents arbres (versets 37-39) a suscité l’étonnement de beaucoup, mais il n’y a pas de “magie” là-dedans ; le fait est que Dieu a aidé Jacob à recevoir les choses qui lui revenaient de droit et que Laban lui avait refusées. Jacob confirme en fait que c’est Jacob lui-même qui a aidé Laban à devenir plus riche qu’il ne l’était avant l’arrivée de Jacob, verset 29-30. Jacob devint donc prospère, verset 43. Laban a essayé de tromper Jacob à plusieurs reprises, mais comme Dieu l’avait déjà promis à Jacob dans Genèse 28, verset 15, il “ne le quittera jamais”. Le psaume 34 est une prière de David reconnaissant que ce n’est que lorsque nous cherchons Dieu, dans l’humilité, que Dieu nous répondra, versets 1-6, il est clair que David donne à Dieu tout le crédit pour l’avoir aidé dans ses difficultés. Le verset 7, où il est dit que l’ange de l’Éternel campe autour de ceux qui le craignent, nous rappelle en fait Jacob dans la Genèse 32, verset 1, où Jacob reconnaît que les anges de Dieu campent autour de lui (Mahanaïm signifie 2 camps = son camp et le camp des anges). Rachel aussi a fait preuve de confiance en Dieu, bien qu’elle ait parfois douté, mais elle a porté ses problèmes à Dieu, tout comme David l’a fait, verset 15-16. Tout ce psaume fait la distinction entre les méchants et les justes, et ce ne sont que les justes qu’il aide, par exemple aux versets 11-14, et cette aide n’aura peut-être lieu que lorsque le royaume viendra, ce à quoi le verset 12 fait allusion, je pense. Dieu n’a jamais promis que les justes auraient une vie sans problèmes, en fait, on nous dit le contraire, verset 19, mais nous serons délivrés quand Jésus reviendra. Ce psaume parle de Jésus, puisque le verset 20 fait clairement référence au fait que les os de Jésus ne seront pas brisés, ce que nous savons parce que Jean 19, verset 36, le cite. Nous pouvons donc conclure que Dieu prendra soin de ceux qui se réfugient en lui (versets 8 et 22) et qu’il “rachètera ses serviteurs”, finalement dans le royaume. Matthieu 19 commence par la réponse de Jésus à une question sur le divorce et le remariage, ou le fait d’avoir plusieurs femmes, et Jésus nous rappelle ce que devrait être la situation idéale pour un homme pieux (versets 4 à 6) ; non seulement les femmes multiples posent des problèmes pratiques, mais ce n’est pas ce que Dieu a voulu. Jésus ajoute que la raison pour laquelle le divorce était autorisé était due à la dureté de leur cœur, versets 8-9. Le jeune homme riche voulait savoir comment il pouvait obtenir la vie éternelle (verset 16). Jésus répond, comme on peut s’y attendre, qu’il faut “obéir aux commandements [de Dieu]”, ce pour quoi David priait dans son psaume. Remarquez également que dans sa réponse, Jésus dit clairement que son père et lui sont des entités distinctes, car il a dit “ne m’appelle pas bon”, car le seul qui soit bon est le créateur, c’est-à-dire Dieu, son père – l’enseignement de la trinité est tellement faux ! L’homme demande à Jésus de lui détailler les commandements qu’il doit garder et Jésus le fait au verset 18-19. Il devait être un homme spécial car il a pu dire qu’il les gardait, verset 20-22. Ce qui est triste, c’est que cet homme se fiait à sa richesse et n’était pas, du moins à ce moment-là, pleinement attaché à Dieu. Il est intéressant de voir comment Jésus répond en donnant l’image du chameau et de l’aiguille, verset 23-24 ; certains prétendent que la petite porte située sur le côté de la porte principale d’une ville était appelée “l’aiguille”, elle était utilisée après que la porte principale ait été fermée la nuit pour assurer la protection et permettre l’accès à ceux qui étaient en retard. La porte était trop petite pour faire passer un chameau entièrement chargé, il fallait donc décharger le chameau avant de le faire passer. Je préfère imaginer une vraie aiguille et un vrai chameau parce que les disciples étaient “étonnés” que cela soit possible, verset 25-26, et ils ont demandé “qui donc peut être sauvé ?”, c’est-à-dire que c’était impossible, tout comme il est impossible pour un vrai chameau de passer à travers une vraie aiguille. Jésus répondit cependant que cela était possible avec Dieu, verset 26, et c’est là tout le problème, il n’est pas possible pour nous d’entrer dans le royaume par nous-mêmes, il n’était pas possible pour Rachel d’avoir des enfants sans l’aide de Dieu, il n’était pas possible pour David d’être sauvé de ses ennemis sans l’aide de Dieu, ainsi Dieu a fourni Jésus pour rendre les choses possibles pour nous d’être dans le royaume. Mais pour que nous soyons justes et ayons le bon état d’esprit, nous devons être prêts à tout quitter et à suivre Jésus, verset 28-30. Le message est donc le suivant : quelles sont nos priorités ? Notre priorité doit être Dieu et aussi Jésus, la richesse de cet homme ne pouvait pas le sauver, c’est une humble confiance en Dieu et en son fils Jésus qui nous sauve. Janvier

Le 18 Janvier

La Genèse 21 nous raconte comment Jacob et sa famille ont quitté la maison de Laban pour retourner en Canaan. Cela était nécessaire car Jacob se trouvait en dehors de la Terre promise. Plus particulièrement, il était nécessaire que le peuple de Dieu se sépare des adorateurs d’idoles comme Laban. Laban avait toutes les raisons de croire au Dieu de Jacob et de ses pères. Il avait vu comment Dieu avait béni Jacob et savait que cela venait de Dieu (Genèse 30:27). Il avait également eu un rêve de Dieu (Genèse 31:24). Pourtant, Laban a choisi d’adorer des idoles et les a recherchées avec zèle dans le camp de Jacob. Comme Jacob, nous devons nous aussi nous séparer des personnes impies et être le peuple saint de Dieu. Comme il nous est dit, “Sortez d’eux (les idolâtres) et séparez-vous” (2 Corinthiens 6:16-17). Dieu seul savait que Rachel avait volé les idoles de Laban. La raison pour laquelle Rachel les voulait n’est pas claire. Au mieux, elle en voulait à leur richesse. Au pire, elle les adorait. Quoi qu’il en soit, Dieu a vu ce qui s’est passé, car cela est relaté dans la Genèse. Rachel a compromis la séparation de la maison de Jacob des pratiques idolâtres de Laban. Les idoles ne devraient pas être dans la maison du peuple de Dieu, comme nous le lisons dans le Deutéronome 7:26 : “N’introduis pas dans ta maison une chose détestable (par exemple une idole)”. Ne compromettons pas notre séparation des voies du monde en apportant dans nos maisons des choses qui font concurrence à notre adoration de Dieu. Nous devons nous séparer des voies du monde et ne pas les introduire dans notre maison. Dieu veille. Le psaume 35 nous montre deux extrêmes. Nous avons un homme très juste et nous avons des hommes très méchants. L’homme juste aime son prochain et prend soin de lui. Puisque le psaume a été donné à David, nous supposons qu’il parle de David. David jeûnait et priait pour ses voisins malades (v13). Il s’est lamenté lorsque leur maladie a continué (v14). Malgré le bien qu’il fait à ses voisins, ceux-ci complotent le mal contre David. Ils inventent de fausses accusations et le traînent en justice (v11). Ils racontent des mensonges contre lui (v15, 20). David ne s’est pas défendu. Il n’a pas commencé à leur rendre le mal. Au contraire, il a porté sa plainte à Dieu et lui a demandé de l’aide. C’est ainsi que nous devons réagir lorsque le mal nous est injustement fait. Nous devons nous adresser à Dieu et attendre patiemment qu’il nous aide. Nous ne devons pas nous tourner nous-mêmes vers le mal. C’est le rôle de Dieu de rendre la pareille à ces gens, pas le nôtre. “Ne vous vengez pas, mes amis, mais laissez place à la colère de Dieu, car il est écrit : “A moi la vengeance, à moi la rétribution,” dit le Seigneur” (Romains 12,19). Matthieu 20 donne la parabole des ouvriers de la vigne. Bien qu’ils aient travaillé pendant des durées différentes, ils sont tous récompensés de la même manière. Ceux qui ont commencé les premiers ont obtenu la récompense convenue. Et parce que Dieu est bon (mot grec au verset 15), ceux qui ont commencé en dernier ont reçu la même chose. Les premiers ouvriers ont râlé parce qu’ils voulaient plus que les autres. Cependant, ce n’est pas juste pour Dieu. Pourquoi se plaindre si Dieu décide de récompenser tout le monde de la même manière à cause de sa bonté ? La parabole nous enseigne que quiconque entre dans le royaume recevra une grande récompense à cause de la bonté de Dieu. Remercions Dieu pour sa bonté envers nous, et ne nous plaignons pas de sa bonté envers les autres. Par exemple, la bonté de Dieu est visible dans la guérison des mendiants aveugles (v29-34). Remercions Dieu pour sa bonté envers eux. Cherchons le bien-être des autres au lieu d’être égoïstes. Les disciples ont commis l’erreur d’être égoïstes. Ils se sont disputés pour savoir qui était le plus grand (v24-28). Au lieu de cela, ils auraient dû avoir l’humilité de servir les autres. S’ils s’humiliaient, Dieu les rendrait grands. Jésus nous a montré comment faire cela, en donnant sa vie pour nous (v28). Remercions Dieu pour sa bonté envers nous en nous appelant à l’espérance du royaume. Remercions Dieu pour la bonté de Jésus. Et suivons son exemple en étant bons envers les autres, comme David l’a fait. Janvier

Le 19 Janvier

Genèse 32 + 33 : Jacob et Ésaü. Jacob est sur le chemin du retour et ” les anges de Dieu le rencontrèrent ” (v1). Nous n’avons aucune idée de ce qui s’est dit, mais les anges sont sûrement venus pour aider Jacob, pour lui rappeler toutes les promesses que le Seigneur lui avait faites, ce qui lui a rappelé qu’il devait faire confiance au Seigneur. Au verset 3, “Jacob envoya des messagers à Ésaü”. Dans ces deux versets, nous avons un exemple de l’utilisation du contexte par les traducteurs de la Bible. Le mot traduit par “anges” vient du mot hébreu “malak” et le même mot (malak) au verset 3 est traduit par “messagers”. Ceci nous rappelle qu’il faut être prudent lorsque des anges sont mentionnés dans la bible – sont-ils des messagers de Dieu (anges) ou des messagers (hommes) des hommes ? Le message envoyé par Jacob est donné avec humilité ; bien qu’il ait le droit d’aînesse et qu’il ait été choisi par Dieu, Jacob s’est humilié et a eu l’esprit d’un serviteur appelant Ésaü “maître” et “seigneur” et dit qu’il veut “trouver grâce aux yeux d’Ésaü” pour être pardonné pour le passé. Ésaü reçoit le message et avec plus de 400 hommes, il vient à la rencontre de Jacob ! Jacob est inquiet et fait des plans. Il prie (v9-12) et commence par rappeler les promesses que Dieu lui a faites (v9), puis il s’épanche sur le Seigneur ; il est indigne de la bonté et de la fidélité dont il a fait preuve à son égard : “Sauve-moi, je te prie, d’Ésaü… sauve-moi, mes femmes et mes enfants”, puis il rappelle une autre promesse, qui parlait d’une descendance nombreuse (peut-être les mots de cette promesse étaient-ils une réponse rapide à sa prière) : “Ne t’inquiète pas, fais-moi confiance”. Jacob, comme il l’a fait dans le ventre de sa mère, s’accroche, d’une main au “maintenant” (craintif pour lui-même et sa famille) et de l’autre aux promesses des paroles de Dieu. Jacob se met alors en action et cherche à apaiser Ésaü par de nombreux cadeaux envoyés en avance, en disant “plus tard, quand je le verrai, peut-être me recevra-t-il”. Cette nuit-là, Jacob “luttait” avec un homme (un ange). Jacob ne lâchera pas prise tant qu’il n’aura pas reçu une bénédiction, ce qui est constant dans la vie de Jacob : il cherche toujours à obtenir une bénédiction de Dieu et y attache de l’importance, tout en reconnaissant qu’il n’en vaut pas la peine. C’est à ce moment-là que le nom de Jacob est changé en Israël. Il y a différentes interprétations de ce que signifie “Israël”, mais pour moi, ce que l’ange a dit au verset 28 nous donne la signification suivante : “Tu as lutté avec Dieu et avec les hommes, et tu as vaincu”. Il nous arrive de lutter, en particulier lorsque notre volonté n’est pas celle du Seigneur. Mais si nous demandons l’aide du Seigneur, nous serons capables de vaincre, Jésus en est l’exemple, par exemple dans le jardin de Gethsémani. Jacob voit arriver Ésaü et plus de 400 hommes, alors il s’incline 7 fois en s’approchant de lui. Mais Ésaü court, le prend dans ses bras et l’embrasse, et tous deux pleurent. Qu’est-ce qui a changé ? Ésaü avait l’abondance, il avait tout ce qu’il désirait. Les désirs de Jacob étaient différents, ils étaient spirituels, il avait appris à mieux connaître Dieu et sa relation avec Lui, il avait appris ses promesses, sa fidélité, sa patience, son soutien, sa volonté et son amour. Il a clairement vu l’œuvre du Seigneur (probablement par l’intermédiaire des anges ?) sur Ésaü, le Seigneur avait travaillé sur Ésaü (un non-croyant) pour protéger Jacob et sa famille. Lorsque nous voyons la protection du Seigneur dans nos vies, c’est très humiliant et rassurant, Jacob était préparé, c’était un rappel opportun du Seigneur que le Seigneur était avec lui, car de plus grandes difficultés l’attendaient, “Si Dieu est pour nous, qui peut être contre nous ?”. Rom 8:31. Psaume 36 – Le serviteur de l’Éternel. Un psaume de David qui met en contraste les hommes méchants avec l’Éternel aimant et ceux qui “mettent leur confiance à l’ombre de ses ailes”. Les méchants n’ont pas peur de Dieu et font donc ce qu’ils veulent, invariablement avec méchanceté et tromperie, et en se justifiant eux-mêmes. En revanche, les qualités de Dieu (qu’il veut que ses enfants aient) sont la miséricorde, la fidélité, la droiture et le jugement juste. Ce contraste amène David à écrire (et à louer) : “Que ta bonté est précieuse, ô Dieu !”. Lorsque nous louons ou chantons de telles paroles, nous confessons la même chose que David et cela nous élève au-dessus des problèmes de notre vie dans ce monde, principalement causés par des hommes méchants. Matthieu 21 : connaître Jésus. Les derniers jours du ministère de Jésus étaient très chargés, et beaucoup de gens se rassemblaient à Jérusalem pour la Pâque. Alors que Jésus approchait de Jérusalem, il envoya 2 de ses disciples chercher un âne et un ânon, ce qui avait été prévu par Jésus. Cela avait été prédit par deux prophètes 600 ans avant que cela n’arrive ! “Réjouis-toi grandement, pousse des cris, fille de Jérusalem ! Voici que ton roi vient à toi ; il est juste et porteur de salut, humble et monté sur un âne, un ânon, le petit d’une ânesse. ” Zach 9:9. Des événements récents, dont beaucoup de gens avaient connaissance, étaient la guérison d’un aveugle et la résurrection de Lazare. Beaucoup ont donc reconnu Jésus comme le Messie, et lorsque Jésus est entré à Jérusalem monté sur un âne, cela a confirmé que Jésus était ce roi. Cependant, ils pensaient que LEUR roi allait faire leur volonté, c’est-à-dire vaincre les Romains et gouverner le monde, etc. Se sont-ils souvenus des paroles qui disaient que le roi était humble (bas), juste et qu’il avait le salut (du péché) ? Les foules l’appelaient “fils de David” et étaient prêtes à servir avec lui comme roi, mais ce n’était pas le plan de Dieu à ce moment-là. Jésus est entré dans le temple et l’a débarrassé de tous ceux qui y achetaient et vendaient. Le temple était censé être une maison de prière, un lieu où Dieu “habitait”, mais ils avaient tout corrompu, exploitant le peuple pour faire de l’argent ! Les marchands auraient été très en colère contre Jésus, c’était leur période la plus chargée de l’année ! Jésus a guéri les aveugles et les boiteux, ce qui a suscité les louanges des enfants et la colère des chefs des prêtres et des scribes ! Jésus leur demande s’ils ont lu le Psaume 8 v2, et par cette référence, il leur dit que les enfants louent parce qu’ils connaissent “le fils de l’homme – né un peu plus bas que les anges”. La ligne suivante de ce psaume parle des ennemis du Seigneur, ce que les grands prêtres et les scribes étaient devenus, cherchant à mettre Jésus à mort. Après ces événements, Jésus est sorti de Jérusalem et s’est installé à Béthanie. Beaucoup de gens auraient été déçus par Jésus, il n’avait pas fait ce qu’ils attendaient de leur Messie et donc, pour beaucoup, ils ont changé d’avis et ont conclu que Jésus était un imposteur, un tricheur ! VOYEZ COMME IL EST IMPORTANT DE CONNAÎTRE LES ÉCRITURES – parce que les Écritures disaient ce qui allait se passer ! Lorsque Jésus enseignait à nouveau dans le temple, il a été confronté aux chefs des prêtres qui lui ont demandé d’où venait son autorité. Jésus savait que s’il le leur disait, ils ne croiraient pas, car ils avaient vu “les choses merveilleuses qu’il faisait” et pourtant ils refusaient de croire que son autorité venait de Dieu. Un peu comme les gens d’aujourd’hui qui voient une création merveilleuse mais refusent de croire en un créateur merveilleux ! Alors Jésus répond par une question : “Le baptême de Jean, d’où venait-il ? Du ciel ou des hommes ?” Ils ont raisonné entre eux, et ont pensé aux conséquences de leurs réponses, ils n’ont accordé aucune valeur à l’importance du ministère de Jean et ils faisaient maintenant la même chose avec Jésus, ils ont répondu en fonction des conséquences que Jésus apportait – c’est pourquoi ils devaient le tuer ! S’ils avaient isolé leurs esprits à “qui est Jésus ?”, regardé les preuves dans les écritures et ce qui se passait dans le temple, sans penser à leurs vies, alors ils auraient vu leur sauveur donné par Dieu ! Jésus enseigne les chefs des prêtres à l’aide de deux paraboles. La première parabole concerne la réponse du peuple au message de Jean le Baptiste, un message que les chefs des prêtres ne croyaient pas malgré leurs écritures disant le contraire ! La deuxième parabole concerne une vigne avec des échos d’Esaïe 5. Le propriétaire de la vigne est Dieu et les vignerons étaient Israël. En tant que peuple de Dieu, Israël devait apporter du fruit à Dieu. Les serviteurs sont les prophètes envoyés par Dieu, le fils est Jésus, que les vignerons vont tuer. Jésus relie cette parabole au Psaume 118:22-23 “La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la principale pierre d’angle. C’est le fait de l’Éternel, c’est pourquoi le royaume de Dieu vous sera enlevé et sera donné à une nation qui en portera les fruits.” Jésus ne les condamne pas, il témoigne de la volonté de Dieu de cela pour sauver. Mais, s’ils refusent d’écouter le don de Dieu, alors Jésus leur dit les conséquences, c’est-à-dire le jugement, la condamnation et la mort. “La lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs actions étaient mauvaises.” Jean 3:19. Janvier

Le 20 Janvier

Dans les deux chapitres de la Genèse 34 et 35, nous avons de bons et de mauvais événements dont nous pouvons tous tirer des leçons pour nous aider dans notre vie quotidienne et le thème est poursuivi dans la lecture du Psaume et aussi dans Matthieu. Nous avons vu plus tôt dans la Genèse les promesses faites à Abraham et Isaac, et maintenant nous les voyons confirmées à Jacob au chapitre 35, versets 9-13 ; ici, Dieu réitère que le nom de Jacob est maintenant Israël (:10) et qu’une nation (Israël) et une communauté de nations (les gentils croyants) seront ses descendants. Le Nouveau Testament nous apprend que ces promesses s’accomplissent en Jésus. Ainsi, parce que nous sommes baptisés en Jésus, nous faisons partie de ces promesses, qui s’accompliront toutes au retour de Jésus. En réponse à cela, Jacob a adoré Dieu et a érigé une “colonne de pierre” (versets 14 et 15), cette colonne de pierre semble représenter la compréhension correcte de Jacob quant à l’existence d’un Dieu unique. Cette connaissance des promesses et le fait de savoir que nous en faisons partie devraient nous réjouir comme l’a fait Jacob. Même si nous croyons en Dieu et en ces promesses, et même si nous acceptons Jésus, nous subissons toujours des situations bouleversantes et difficiles dans nos vies, qu’elles soient déclenchées par nous-mêmes ou par d’autres. Dans ces chapitres, nous trouvons des situations difficiles qui ont eu un impact sur la vie de Jacob et de sa famille proche. Le chapitre 34 présente l’événement impie du viol de Dina et ses conséquences, et cette souffrance a peut-être été provoquée par le mauvais choix de rester près de la ville de Sichem. Jacob se rendait à Hébron et son voyage devait l’amener à dépasser Sichem, mais devait-il vraiment rester près de la ville (Genèse 33, verset 18) ? Comme Lot l’a découvert précédemment, de mauvaises influences peuvent résulter d’une trop grande proximité avec des personnes impies et comme la famille de Jacob l’a découvert, il y a des conséquences à être si proche. Dina est allée dans la ville et l’impie Sichem l’a violée, chapitre 34 versets 1-2, il est évident qu’il l’aimait, mais la violer n’est pas la façon de commencer une relation, versets 3-4 ! Les frères de Dina ont trompé les habitants de Sichem pour qu’ils se fassent circoncire (verset 13), ce qui s’est soldé par leur massacre (versets 25-26) ; les habitants de Sichem ont eux aussi été trompés, car ils y ont vu un moyen de profiter de la richesse de Jacob (verset 23), toutes ces actions, des deux côtés, étaient donc trompeuses. Jacob s’est rapidement rendu compte que les actions de ses fils allaient causer des problèmes (verset 30), et cela se serait probablement produit si Dieu n’avait pas été continuellement aux côtés de Jacob – il lui a dit d’aller de l’avant au chapitre 35, verset 1, et il les a aidés dans leurs déplacements (verset 5). Être trop proche de personnes impies a pour conséquence qu’elles nous influencent, c’est pourquoi nous devons faire attention à qui nous choisissons comme amis et même comme épouse ou mari. La famille de Jacob était devenue trop proche et elle commençait à accepter les mauvaises pratiques de ses voisins, verset 2, ils avaient collectionné des “dieux étrangers”, et Jacob leur a dit de s’en débarrasser. La seule façon d’adorer Dieu correctement est de se débarrasser des choses qui le remplacent, verset 3-4, et ce n’est que lorsque nous avons fait cela que nous pouvons nous attendre à ce que Dieu nous aide dans toutes nos voies comme il l’a fait pour Jacob (:5). Après l’apogée de la promesse qui lui a été répétée, Jacob doit ensuite endurer la triste perte de sa femme préférée, Rachel, verset 19-20, subir l’acte irrespectueux de l’un de ses fils, Ruben, qui couche avec Billah, la servante de Rachel, puis la mort de son père, Isaac, verset 29 ; à travers tout cela cependant, Jacob est resté fidèle à Dieu. Le psaume 37 explique que les fils, et nous, devons attendre que Dieu juge, ce n’est pas notre rôle de nous venger, verset 34 ; il nous confirme également comment et pourquoi Dieu est resté avec Jacob, malgré les revers et les échecs, versets 23-24, ce qui est la raison pour laquelle nous devrions tous faire de notre mieux pour faire ce que Dieu veut que nous fassions. Ce psaume est résumé dans les versets 1 à 4, l’ensemble du psaume nous dit de nous appuyer sur Dieu et de lui faire confiance ; il nous dit comment agir ; il parle des jugements de Dieu et il parle du salut de Dieu lorsque Jésus reviendra. Il nous est constamment dit de “nous détourner du mal”, par exemple au verset 27, ce qui inclut de se mettre en colère comme l’ont fait les fils de Jacob, au verset 8 ; ceux qui sont humbles, au verset 11, ceux qui sont justes, au verset 6, jouiront de l’abondance lorsque Jésus reviendra, au verset 18-19, le mal ne sera pas là, seuls les justes seront là, au verset 9. Ce psaume est merveilleux et il n’est pas surprenant qu’il nous rappelle les merveilleuses promesses faites à Abraham, Isaac et maintenant Jacob, par exemple au verset 29. La Bible est centrée sur la grâce et la miséricorde de Dieu, et Dieu démontre cet amour dans la mort et la résurrection de Jésus. Nous nous en remettons entièrement à la grâce, parce que nous faisons tous des erreurs et péchons, mais il est très imprudent d’attendre la grâce de Dieu sans faire de notre mieux, comme l’a découvert l’homme de la parabole de Matthieu 22. La première partie de la parabole, c’est-à-dire les versets 1 à 4, raconte l’histoire des Juifs, qui ont rejeté les promesses d’héritage faites par Dieu, ils n’y ont pas prêté attention et ont agi à leur guise (verset 5). Non seulement ils ont agi à leur guise, mais ils ont même tué ceux que Dieu avait envoyés pour les aider, y compris Jésus, verset 6 ! Et le “roi” les a naturellement détruits, verset 7. Le roi a ensuite demandé à ses serviteurs d’appeler tout le monde, bons et mauvais, à venir au banquet des noces, verset 8-10, et la salle était pleine. C’est une image du message de Dieu et de Jésus allant vers les Gentils et se voyant offrir une place dans le royaume (banquet de noces). Cependant, lorsque le roi, Jésus, arrive, il remarque quelqu’un qui n’a pas changé de vêtements, versets 11-12, et parce qu’il n’a pas changé, ou fait de son mieux pour changer, il est chassé du royaume, versets 13-14. C’est un enseignement très dur de Jésus – il semble nous dire que nous ne pouvons pas seulement compter sur la grâce de Dieu et de Jésus pour être sauvés, nous devons aussi faire de notre mieux pour changer, évidemment avec l’aide de Dieu comme nous l’avons lu dans le psaume. Nous devons porter des “habits de noces”, c’est-à-dire ressembler à Jésus et agir comme lui. Jésus dit clairement que dans notre vie actuelle, nous devons respecter les dirigeants de notre pays et payer des impôts (versets 15-22), mais nous devons “donner à Dieu ce qui est à Dieu”, c’est-à-dire la louange, le respect, l’honneur et l’obéissance. Les Sadducéens affirment qu’il n’y a pas de résurrection et ont imaginé une situation pour mettre Jésus à l’épreuve (versets 23-28). Dans sa réponse, Jésus condamne leur conception (verset 29) et nous amène à réfléchir aux promesses faites à Abraham, Isaac et Jacob (versets 29-33). A cause de leur foi et de leur piété, ils sont considérés comme “vivants”, parce qu’ils avaient confiance en la résurrection lorsque Jésus reviendra, alors que nous savons que ces trois-là sont morts, parce que la Bible nous dit qu’ils le sont en Hébreux 11 verset 13. Et le plus grand commandement ? C’est d’aimer le Seigneur ton Dieu de TOUT ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée, verset 37-38, c’est être habillé en habits de mariage ! Et le deuxième commandement ? Aimer son prochain comme soi-même, verset 39, c’est aussi être habillé en habits de mariage et ressembler à Jésus. Et le commentaire final de Jésus sur ce sujet dit que toute la loi et les prophètes “sont suspendus à ces deux commandements”, verset 40. C’est la raison d’être de toutes les lois et de tous les enseignements, c’est pour nous apprendre à aimer Dieu de toutes les manières et à nous aimer AUSSI les uns les autres et à être comme le Christ pour eux ! Janvier

Le 21 Janvier

La pensée pratique d’aujourd’hui commence dans la Genèse 36, où nous examinons la descendance d’Ésaü. Nous y retrouvons quelques noms de nations qui se sont opposées à Israël, par exemple Amalek, au verset 12, Édom et les Horites au verset 12. Ces noms et ces situations nous rappellent ce qu’on a dit à Rébecca à la naissance d’Ésaü et de Jacob dans la Genèse 25, verset 23, et nous aident à comprendre pourquoi, tout au long de l’histoire, le peuple d’Israël s’est opposé à ses voisins arabes. Ésaü lui-même a montré peu d’intérêt pour les désirs de ses parents en épousant des femmes qui n’étaient pas de la famille de ses parents, verset 2 et aussi Genèse 26 verset 35, ce qui a fait que la pensée des 2 familles s’est éloignée comme Dieu l’avait prévu. Cependant, Dieu avait promis que les deux lignées produiraient des nations et il a béni Ésaü et Jacob avec des biens et des richesses, verset 7, confirmant que Dieu tient ses promesses, malgré les faiblesses humaines. Ce sont les descendants d’Ésaü qu’Israël a chassés de la terre promise à Israël par Dieu. Différents étudiants en bible ont des opinions différentes quant à ce à quoi le Psaume 38 fait référence dans la vie de David, je pense qu’il est probable qu’il fasse référence au repentir de David après qu’il ait péché et couché avec Bethsabée, puis tué son mari Urie. Ce qui a déclenché cette prière de confession et de repentance n’a pas vraiment d’importance, mais l’important est que nous devrions nous repentir tout autant lorsque nous prenons conscience de nos péchés. David se sentait si mal après son péché, verset 4. Que ses “blessures” soient physiques ou non, sa situation le faisait se sentir “écrasé”, versets 5-8. C’est ainsi que nous devrions considérer le péché, la description ici est comme la lèpre qui, sans “guérison”, détruit nos corps physiques. Le péché est exactement comme cela, si nous ne le reconnaissons pas et ne nous en repentons pas, il nous “ronge” métaphoriquement, c’est pourquoi le péché devrait produire de la culpabilité. Et il produit des conséquences, qui peuvent être une maladie ou un état physique. Dieu a construit des émotions en nous pour essayer de nous encourager à nous repentir ; il nous a placés dans des familles spirituelles pour que d’autres nous fassent remarquer la nécessité de nous repentir (comme ce fut le cas pour David lorsque Dieu envoya Nathan), mais malheureusement, il y a des gens qui ignorent la culpabilité, et les conseils des autres, et surtout Dieu, et ne reconnaissent pas leurs péchés, donc s’ils ne se repentent pas, ils ne seront pas pardonnés. Mais ce psaume de David nous montre comment une personne pieuse doit réagir lorsqu’elle prend conscience de ses péchés, ou lorsqu’on lui en fait prendre conscience. Rien n’est caché à Dieu, versets 9-12, les autres voient nos erreurs et tous les ennemis attendent de nous exploiter à cause de nos péchés. Nous devrions donc nous sentir complètement impuissants à cause de notre culpabilité, versets 13-14. Mais parce que nous reconnaissons nos péchés, ce qui est la première étape, nous pouvons “attendre Dieu”, versets 15-16. Nous devons d’abord reconnaître nos péchés, puis nous repentir, versets 17-20, et enfin être pardonnés et considérer Dieu comme notre “sauveur”, versets 21-22. Dans toute la Bible, ce sont les étapes du salut (ou du pardon), d’abord la reconnaissance, ensuite la repentance, puis le pardon. Dans Matthieu 23, Jésus discute avec les Pharisiens incrédules et, au cours de ce chapitre, il est extrêmement critique à l’égard de leurs actions impies, par exemple leur orgueil (verset 5), leur cupidité (verset 25) et leur prétention (verset 28). Les Pharisiens auraient dû être les dirigeants pieux et les exemples du peuple, mais ils ont complètement échoué. Ils auraient dû mettre en pratique ce que Dieu leur disait, mais au lieu de cela, ils ont abusé de leur position à leurs propres fins. Jésus dit à ses disciples de leur obéir, parce qu’ils enseignaient sur Dieu, mais de ne pas faire ce qu’ils font, parce qu’ils agissent comme des impies, comme Ésaü, verset 2-3. En fait, les Pharisiens ont rendu la vie difficile au peuple de Dieu (verset 4), ce pour quoi Jésus les a condamnés en disant que leur attitude générale était mauvaise (versets 5-7), qu’ils se contentaient de “se montrer” et d’être fiers ! Jésus oppose ensuite cette attitude à celle que les disciples, et nous-mêmes, devrions adopter, versets 8-10. Jésus dit clairement que personne, dans le contexte du christianisme, ne devrait être appelé “enseignant”, “rabbin”, “maître”, “père” ; vous devriez inclure dans cela “pasteur”, “vicaire”, “évêque”. Pourquoi ? Parce que nous avons un seul “père”, c’est-à-dire Dieu, et un seul “maître”, c’est-à-dire Jésus. En fait, c’est une erreur, et donc un péché, d’être appelé de l’une de ces façons, car c’est une personne qui “s’exalte”, verset 12. Au lieu de cela, nous devons nous appeler les uns les autres “frères” (ou “sœurs”) au sens chrétien du terme, pour faire preuve d’humilité et de respect envers Dieu et Jésus. Quiconque a un titre s’exalte et donc pèche. C’est parce que Jésus est notre maître et notre chef. Dans l’église christadelphienne, nous n’avons pas de “pasteurs”, etc, c’est faux ! Les pharisiens ont inventé toutes sortes de ” règles ” et de coutumes supplémentaires dans le but de se couvrir de gloire, c’étaient des choses vraiment stupides et illogiques, et Jésus le souligne au verset 16-22, ils accordaient plus de valeur à l’or, par exemple, qu’à Dieu ! Toutes ces leçons nous concernent, en particulier ceux d’entre nous qui sont bergers, ou anciens, dans CBM, mais la grande leçon est soulignée par Jésus au verset 23. Jésus dit que chacun d’entre nous, en particulier les anciens, doit pratiquer la “justice”, la “miséricorde” et la “fidélité” MAIS ne pas négliger les “premiers”, c’est-à-dire les enseignements de Dieu (:2). En tant que chrétiens, nous devons faire de notre mieux pour apprendre à connaître Dieu et Jésus afin de pouvoir ensuite mettre en pratique ce qui nous est dit. Nous ne pouvons pas avoir une merveilleuse connaissance biblique sans mettre les enseignements en pratique (comme les Pharisiens), ni être pleins de justice, de miséricorde et de fidélité sans avoir une connaissance de Dieu et de ce qu’il veut. Nous devons nous efforcer d’atteindre les deux ! David savait qu’il pouvait être pardonné et comment il pouvait être pardonné parce qu’il connaissait bien Dieu, il avait appris le caractère de Dieu et, bien qu’il ait souvent échoué, il a essayé de lui ressembler. Nous aussi, nous devrions nous efforcer de ressembler à la fois à Jésus et à Dieu dans tout ce que nous faisons. Janvier

Le 22 Janvier

La Genèse 37 commence par nous parler des rêves de Joseph. Il y a certainement des leçons à tirer ici pour les parents, qui doivent faire attention à ne pas aimer un enfant plus qu’un autre, car cela se terminera toujours par la jalousie. Nous pouvons également voir les mauvaises conséquences d’avoir plusieurs femmes, car cela contribue à la rivalité malsaine au sein d’une famille et nous savons que Dieu a toujours eu l’intention, dès la création, de n’avoir que des relations entre un homme et une femme. Le verset 4 résume la triste situation de la famille de Jacob et dit qu’à cause de l’amour de Jacob pour Joseph, les frères le haïssaient. Jacob aimait Joseph parce qu’il était le premier fils de sa femme préférée, Rachel, mais il se peut aussi que le fait que Joseph montrait déjà une attitude beaucoup plus pieuse et respectueuse que ses frères y ait contribué. Le manteau multicolore que Jacob a donné à Joseph était un signe très visible de l’amour de Jacob pour lui, verset 3, cela a également contribué à la haine quotidienne. Nous avons une forte indication que Jacob lui faisait confiance pour dire la vérité, il était honnête sur les rapports concernant ses frères, verset 2, et ensuite dans les versets 12-14. Dans ces derniers versets, il apparaît que Joseph était toujours prêt à faire ce que son père voulait, ce qui me fait penser que lorsqu’il a apporté un “mauvais rapport” à son père (:2), il ne s’agissait pas d’un acte malveillant ou de commérage, il a simplement apporté un rapport exact. Nous savons déjà que les frères de Joseph étaient impies à cause de la façon dont ils ont trompé les Sichemites (Gen 34), il semble donc qu’ils n’étaient pas un groupe sympathique de toute façon. La leçon à en tirer est donc qu’il faut toujours être honnête, ce qui nous vaut parfois d’être mal vus, mais nous devons être honnêtes devant Dieu. La haine de ses frères envers lui s’est accrue à cause de ses rêves – ces rêves concernaient ses frères et ses parents qui se prosternaient devant lui, verset 5-10 ; lorsque nous arrivons à la fin du récit de Joseph, nous pouvons voir ce que cela signifie. Abraham, Isaac et Jacob ont tous eu des rêves comme des messages de Dieu, c’est pourquoi Jacob a pensé à cela, verset 11, mais malheureusement ses frères n’ont montré aucun respect pour Joseph, ou pour leur père, ou pour Dieu. Ce manque de respect s’aggrave lorsqu’ils complotent de tuer Joseph, versets 19-20, et pire encore lorsqu’ils prévoient de tromper leur père, versets 31-35. Cette tromperie totale est due à un manque de respect pour Dieu. Ce récit nous rappelle ce qui est arrivé à Jésus : il a été trahi et tué par ses propres compatriotes (ses frères) par envie et jalousie. Les psaumes 39 et 40 semblent être une continuation du psaume d’hier, comme une réaction pieuse à nos propres péchés, nous devrions avoir honte et regretter tellement nos péchés que nous nous taisons, versets 1-3, cependant, cela ne nous mène nulle part, nous devons reconnaître notre erreur et notre faiblesse humaine et notre humilité devant Dieu, versets 4-6. L’humilité est toujours le point de départ du pardon, l’autojustification est une erreur, elle ne fonctionnera pas, vous ne pouvez pas blâmer quelqu’un ou quelque chose d’autre pour vos péchés, versets 7-11. Seul Dieu peut aider, versets 12-13. Le Psaume 40 est un merveilleux psaume qui relève le pécheur et l’aide à louer à nouveau parce que le péché a été pardonné, versets 1-3, “heureux” l’homme (ou la femme) qui fait confiance à Dieu et “se détourne des faux dieux (ou des mensonges !), versets 4-5. Une fois de plus, ce psaume nous rappelle Jésus aux versets 6-8, nous le savons parce que Hébreux 10, qui parle de Jésus, renvoie à ces versets. Notre pardon est donc manifestement lié à la foi en Jésus et c’est seulement en lui que nous pouvons louer comme David l’a fait dans ce psaume, versets 9-17. Nous serons aidés dans notre position de “pauvres et nécessiteux” (pécheurs), si nous cherchons humblement Dieu et Jésus et essayons d’obéir. Dans Matthieu 24, il nous est donné des indications sur les signes du retour de Jésus, versets 4-31. Au cours de cette réponse, Jésus nous met en garde contre de nombreuses choses, par exemple les famines, les tremblements de terre, les guerres, les persécutions, les fausses religions, les faux Christs, les nations qui seront détruites, les signes dans le ciel, etc. et il nous dit de nous tenir prêts, versets 32-33, car nous savons que les promesses de Dieu, réitérées par Jésus, se réaliseront toujours, elles ne manqueront jamais, versets 34-35. Cependant, Jésus poursuit en disant que “personne ne connaît le jour ni l’heure” de son retour, verset 36. Il dit qu’à ce moment-là, les gens s’occuperont de leurs propres affaires sans se soucier de Dieu, tout comme les frères de Joseph (versets 37-41). Nous pouvons voir des signes de cela à notre époque, et peut-être que le moment du retour de Jésus est proche, MAIS personne ne peut déterminer le moment et nous ne le savons vraiment pas. Jésus dit donc “veillez”, verset 42. Je ne pense pas que cela signifie qu’il faille surveiller les signes des temps, même si c’est intéressant et que cela nous permet de rester vigilants et d’avoir confiance dans le fait que les prédictions de Dieu dans la Bible sont vraies. La grande leçon est que nous devons faire ce que Jésus veut que nous fassions quand il reviendra, nous avons reçu des responsabilités en tant que chrétiens pour apprendre, enseigner et agir, donc nous devons prendre ces responsabilités au sérieux et essayer de faire ce que Jésus ferait. Nous ne savons pas quand Jésus reviendra, verset 44, mais il reviendra – tout le monde saura quand il reviendra, il n’y aura aucun doute. C’est donc maintenant, chaque jour, qu’il faut faire de notre mieux pour lui plaire. Les enseignements de Dieu et de Jésus doivent avoir un impact sur notre façon de vivre au quotidien. Si nous nous comportons mal comme les frères de Joseph, comme les ennemis de David ou comme les hypocrites (ceux qui prétendent être chrétiens), nous ne pouvons pas espérer être invités dans le royaume lorsque Jésus reviendra. Janvier

Le 23 Janvier

Nous avons déjà discuté, lors de notre cours du mercredi, des raisons pour lesquelles notre Seigneur a utilisé les paraboles comme sa première méthode – semble-t-il – d’enseignement. La raison principale nous est donnée dans Matthieu 13, lui-même s’inspirant d’Esaïe 6 – pour distinguer nettement entre ceux qui sont intéressés à apprendre et ceux qui cherchent simplement à « prendre au piège Jésus de ces propres paroles » (Mc 12 :13). Mais il est également vrai que l’enseignement par parabole, en utilisant des illustrations de tous les jours, peut aider à fixer les leçons. L’exemple de la parabole de Jésus, peut-être la plus célèbre, celle du semeur, ou plutôt des différents terrains où la graine est semée, le montre bien : chaque fois que quelqu’un voit cette image quotidienne, rurale, la leçon se renouvelle. Parfois, la parabole du Seigneur se sert pour établir un contraste entre deux opposés. À la fin de ce qui est généralement décrit comme le sermon sur la montagne, Jésus dresse un tableau de deux bâtisseurs. Luc 6:46-. L’un construit sur du sable, l’autre sur du roc. Superficiellement, les deux bâtiments se ressemblent – ils sont identiques au-dessus du sol. MAIS, il y a une différence fondamentale entre eux – l’un des bâtisseurs a choisi l’option rapide et a construit directement sur la surface, tandis que l’autre a pénétré la surface jusqu’au sous-sol rocheux. Le mauvais temps a mis en évidence la différence entre les deux bâtiments : l’un a survécu à la tempête, l’autre non. Il n’y avait que deux options – une construction rapide et une bonne œuvre – et seulement deux résultats – l’échec et le succès. Dans Luc 15, le Seigneur raconte une parabole à propos de 2 fils – l’un d’eux s’est emparé prématurément de sa part d’héritage, a tout dépensé en s’amusant, est devenu indigent et a résolu de retourner à la maison, châtié par sa folie et demandant pardon. L’autre fils, apparemment sans le même brin d’imprudence, reste à la maison, et ne participera pas à l’accueil de son frère. Cette parabole est précédée de 2 autres – concernant une brebis perdue et une pièce de monnaie perdue, toutes deux retrouvées avec joie par leurs propriétaires. Il y a une différence importante entre ces 2 situations – la brebis est perdue en s’éloignant de la maison, la pièce est perdue alors qu’elle est encore dans la maison. L’équivalent humain se trouve dans la troisième parabole – un fils perdu, qui “rends en lui-même” et revient châtié et plein de remords, et un fils également perdu, éloigné de son père et de sa famille. Le cadre des 3 paraboles est donné dans les premiers versets : Deux groupes de personnes se présentent devant Jésus – les pécheurs et les pharisiens. Il s’agit encore de 2 deux groupes qui s’excluent mutuellement. Ces trois paraboles sont uniques à Luc, mais ce 3ième a un équivalent dans Matthieu – 21:28. Et là encore, il y a deux fils – deux options, deux résultats. Nous en arrivons donc à Matthieu 25, avec 3 paraboles. Il est intéressant de noter que nous savons que nous sommes dans la dernière semaine de la vie du Seigneur avant sa mort, et qu’il parle encore en paraboles. Au chapitre 24, il a répondu aux questions que lui posaient les disciples sur ce qui allait arriver au magnifique temple juif, et aussi sur les signes qui annonceraient son retour sur terre. Le temple sera détruit par les Romains en 70 après J.-C., soit environ 40 ans plus tard. Mais le retour du Seigneur serait précédé par la fructification du figuier – un symbole de la nation d’Israël dans l’Ancien Testament. Cet événement s’est produit dans l’histoire très récente. Mais le Seigneur poursuit en donnant à ses auditeurs – y compris nous, ses lecteurs – un avertissement sur la nécessité d’être prêt pour la venue de notre Seigneur. Il utilise l’exemple des jours qui ont précédé le déluge de Noé, lorsque les gens n’ont pas tenu compte de l’œuvre et de la prédication de Noé. Et puis le Seigneur parle au v 45 d’un serviteur fidèle et sage qui fait le service dans la maison, ce qui, je crois, nous donne une introduction et un contexte aux 3 paraboles qui composent le ch 25. (La 3ème parabole définit pour nous “la maison” Il est intéressant de noter que dans le grec, ce mot est la source de notre mot “thérapie”. Il n’apparaît que 4 fois dans la Bible – guérison (Luc 9:11 & Ap 22:2) et maison (ici et passage équivalent dans Luc 12:42). La maison du Seigneur devrait être un lieu de guérison). La deuxième parabole développe la référence du Seigneur à un serviteur “fidèle”, et la première à un serviteur “sage”. Examinons brièvement cette première parabole – sur une scène de mariage – une image très familière. Et vous vous rendrez compte qu’une fois de plus, il n’y a que deux groupes de personnes qui nous sont présentés – les folles et les sages. Il n’y a que deux différences entre ces deux groupes. Et il n’est pas question de rester éveillé jusqu’à ce que l’appel soit lancé pour aller à la rencontre de l’époux, car nous avons lu très explicitement que les deux groupes sont endormis. Mais seul l’un des groupes était réellement prêt pour le grand événement. Nous pourrions être tentés d’espérer que, dans une situation réelle, les sages seraient disposés à partager avec les folles leur réserve d’huile. Mais il s’agit d’une parabole, et non d’un récit de la réalité. Et le partage n’est même pas une option ici. Pourquoi ? À cause de la deuxième différence : un groupe se retrouve à l’intérieur avec l’époux, tandis que l’autre se retrouve à l’extérieur, avec une porte fermée entre eux. Vous voyez, le point central concerne le salut ultime – être avec le Seigneur Jésus dans son royaume. Nous pouvons et devons nous aider l’un l’autre à nous préparer à cette merveilleuse occasion, mais en fin de compte, il s’agit de notre propre état de préparation – Psaume 49:6/7. Mon salut dépend en fin de compte de la qualité des préparatifs que j’ai faits, et le vôtre dépend de la qualité de vos préparatifs. Les dames sages ont pu trouver le chemin du royaume parce qu’elles avaient des lampes alimentées par l’huile. La Bible est la source de l’éclairage dont nous avons besoin pour trouver le chemin du royaume – Psaume 119:105. C’est pourquoi, en tant que Christadelphes, nous insistons tant sur la lecture quotidienne de la Bible, afin d’absorber sa lumière et ses qualités vitales. Notre Guide Biblique a bien servi notre communauté depuis 150 ans. Il existe d’autres systèmes que vous pouvez préférer utiliser, à condition qu’ils vous fassent lire l’ensemble de la Bible, et pas seulement les passages intéressants ou les plus faciles. L’idée de toutes ces paraboles est que nous avons le choix – mais seulement entre deux alternatives. Le Seigneur, encore une fois dans le sermon sur la montagne, l’énonce très clairement – Matt 7:13. Seulement 2 voies, pas de 3ème option. Moïse a dit exactement la même chose aux enfants d’Israël, juste avant qu’ils n’entrent dans la terre promise, ce qui était une préfiguration de l’expérience que nous attendons pour entrer dans le royaume de Dieu – Deutéronome 30:15. La raison pour laquelle nous nous réunissons maintenant pour prendre le pain et le vin est de confirmer que nous avons fait le bon choix – la bonne décision – de construire nos vies sur le fondement solide – le roc –  du Seigneur Jésus, de nous tourner vers Dieu en tant que pécheurs repentis, et d’utiliser le temps qui nous est encore disponible pour développer et nous accroître dans notre connaissance et notre amour pour la Parole de Dieu. Janvier

Le 24 Janvier

Nous avons un merveilleux exemple de piété dans la vie de Joseph en Genèse 39 et 40 – quelle que soit la situation dans laquelle il se trouvait, il a toujours agi fidèlement à Dieu. C’est un message très important pour nous, car quel que soit le travail qui nous est confié, que ce soit dans notre ecclésia CBM, pour un emploi, pour notre propre jardin, pour aider notre famille ou notre communauté ou pour un projet, nous devons être fidèles. Chaque fois qu’on nous donne quelque chose à faire, nous devons travailler comme si nous travaillions à la fois pour Dieu et pour Jésus. C’est exactement ce qu’a fait Joseph, même s’il se trouvait dans une situation qui n’était pas de son fait et qu’il n’aurait pas du tout comprise, il a quand même fait son travail comme si c’était pour Dieu. Le chapitre 39, versets 2 à 6, est une merveilleuse description de la fidélité de Joseph et cela devrait être la même description pour nous dans tout ce que nous faisons – la question est “est-ce le cas ?”. Il était évident pour Potiphar que Dieu était avec Joseph – est-il évident pour ceux pour qui nous “travaillons” que nous sommes un enfant de Dieu et un frère de Jésus ? Grâce à l’honnêteté et à la fiabilité de Joseph, Dieu est resté avec lui et l’a aidé aux yeux de son maître. Même lorsque la tentation s’est présentée, Joseph est resté pieux et a refusé de coucher avec la femme de Potiphar, bien qu’elle ait insisté, verset 6-10, Joseph a gardé Dieu à l’esprit pour résister à cette tentation – nous devrions faire de même. La femme de Potiphar a persisté et s’est mise en colère et a menti quand elle a vu que Joseph n’allait pas céder à la tentation, Joseph a alors souffert pour avoir été pieux, verset 19-20. C’est malheureusement souvent le cas lorsque nous défendons nos principes pieux, mais nous devons le faire si nous voulons plaire à Dieu. Joseph n’a jamais perdu sa foi, ni sa volonté de toujours faire ce qui est juste, et même en prison, il est resté honnête et pieux. Le gardien de la prison a alors vu que Joseph était pieux et lui a fait confiance pour faire des choses que les prisonniers n’auraient normalement pas été autorisés à faire, verset 21-23. Dieu n’a accordé le succès à Joseph que parce qu’il était honnête et pieux – une autre leçon pour nous ! Le chapitre 40 continue à nous montrer le caractère pieux de Joseph en nous montrant comment il s’est occupé des autres de manière proactive, versets 6-7, il a ensuite donné le crédit à Dieu, verset 8, avant de donner l’interprétation. Cela montre qu’il était un personnage humble ! Je suis sûr que Joseph se souvenait souvent de ses propres rêves et qu’il se demandait peut-être comment ils allaient se réaliser, mais il gardait quand même sa foi. Même s’il avait la foi, il a saisi l’occasion de demander à l’échanson de Pharaon de se souvenir de lui (versets 14-15), mais les êtres humains nous laissent souvent tomber (verset 23). Dans ces rêves, Joseph a dû acquérir la confiance qu’au moment voulu par Dieu, on se souviendrait de lui. Le psaume 44 a probablement été écrit à l’époque du roi Ézéchias, alors qu’ils souffraient sous l’armée du roi d’Assyrie. Mais dans ce psaume, nous avons l’importance d’enseigner aux autres, verset 1-3, il est important de savoir que notre confiance doit être en Dieu et non dans la force humaine, verset 4-8. Ainsi, comme Joseph, nous devons nous efforcer de suivre Dieu fidèlement et de lui faire confiance. Nous savons, grâce aux passages bibliques expliquant l’histoire d’Israël, que Dieu a puni le peuple parce qu’il s’est détourné de lui – c’est ce qui s’est passé avant l’époque d’Ezéchias, lorsque son père Achaz était roi. Nous sommes probablement en train de lire les conséquences de cela au verset 9-16. Dieu les a avertis, et il nous avertit aussi, que si son peuple se détourne de lui, il y aura des conséquences. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que Dieu nous donne du succès si nous n’agissons pas de manière pieuse, nous ne devons donc pas être surpris lorsque nous apprenons ces conséquences. Il semble qu’Ézéchias se réfère au peuple pieux des versets 17 à 22, qui, comme lui, s’est retourné vers Dieu après avoir écouté le prophète Ésaïe, et dans ces versets, il exhorte Dieu à se souvenir d’eux ! Il se pourrait bien que la souffrance ne soit pas due à ce qu’ils ont fait, comme Joseph, et que Dieu ait élaboré un plan en son temps, mais comme Joseph, Ézéchias (s’il s’agit bien d’Ézéchias) a gardé sa confiance en Dieu. C’est la chose importante pour le peuple de Dieu, nous devons toujours avoir confiance en Dieu, peu importe ce qui se passe dans nos vies, ne jamais faire les choses à notre façon et toujours agir fidèlement afin de démontrer aux autres que Dieu est dans nos vies ! Notre foi et notre confiance doivent toujours être en Dieu, versets 23-26. Jésus a toujours fait confiance à son Père et a toujours fait ce qu’il voulait qu’il fasse. Matthieu 26 démontre une fois de plus que Jésus se soucie de ses disciples et de nous aussi ! Le chapitre commence par le rappel par Jésus à ses disciples qu’il allait être tué, versets 1-2, et que, même s’il savait que les chefs des prêtres et les autorités complotaient contre lui, versets 3-5, il a continué à enseigner (v6-13) et à instaurer le service de la fraction du pain (:26-29), démontrant ainsi son souci des autres. Nous voyons que Joseph a fait preuve du même caractère pieux que Jésus, tous deux ont souffert pour des choses qu’ils n’avaient pas faites, mais ils sont restés fidèles à Dieu. Joseph a découvert qu’il ne pouvait pas faire confiance aux êtres humains et nous voyons ici la “manière sournoise” dont les autorités ont cherché à tuer Jésus (:4) ; nous voyons comment la cupidité de Judas, versets 14-16, a préparé la trahison de Jésus ; malheureusement, nous voyons la confiance initiale de Pierre (et des autres) qu’il ne laisserait pas tomber son Seigneur, versets 33-35 ; nous voyons tous les disciples s’endormir lorsque Jésus a eu besoin de soutien, versets 36-45 ; nous voyons la trahison réelle de Judas, verset 49 ; et ensuite le reniement de Pierre, versets 69-75. Dans tout cela, nous voyons que l’on ne peut naturellement pas compter sur les êtres humains, c’est pourquoi nous avons besoin de Jésus ! Ce chapitre contient d’importantes leçons pour nous : par exemple, lorsque Jésus a été oint d’un parfum coûteux (versets 6-7), les disciples se sont plaints du gaspillage (verset 8) ; il est tentant pour nous aussi d’avoir de mauvaises priorités. Jésus met les disciples au défi (versets 10-13), leur rappelant, ainsi qu’à nous, que nous devons accorder la bonne priorité au souvenir et à l’adoration de Jésus et de Dieu. Jésus a décrit l’attention de la femme comme étant “belle”, notre adoration aussi devrait être “belle”, c’est pourquoi nous devons toujours essayer de suivre exactement le service de la fraction du pain chaque dimanche lorsque nous sommes baptisés. Les mots des versets 26-29 doivent nous être très familiers, car il s’agit de notre “beau” acte de culte, qui consiste à nous souvenir de ce que Dieu a fait pour nous en nous donnant Jésus et de ce que Jésus a fait pour nous en donnant tout pour nous, afin que nous puissions surmonter notre nature humaine et être sauvés. Bien que ce chapitre soit triste, il est aussi porteur d’une formidable espérance car, à la fraction du pain, bien que nous nous souvenions que Jésus a donné sa vie, nous voyons sa résurrection et le royaume où nous boirons du fruit de la vigne avec Jésus dans le royaume lorsqu’il reviendra. Dieu et Jésus nous fournissent des rappels pour nous ramener à eux, par exemple Pierre a reçu un rappel de Jésus au son du chant du coq, verset 74, ce qui lui a rappelé les paroles de Jésus et sa propre faiblesse et il s’est repenti, verset 75. Nous commettrons des erreurs, mais comme Joseph, Ezéchias et Pierre, nous devons avoir confiance en Dieu qui ne nous rejettera pas si nous faisons de notre mieux pour rester fidèles. Janvier

Le 25 Janvier

Dans la Genèse 41, nous avons les rêves inquiétants de Pharaon. Les vaches et le maïs enseignent qu’il y aura sept années de récolte abondante suivies de sept années de grande famine. Pharaon doit accepter que le Dieu de Joseph contrôle le temps et la récolte, s’il veut croire les rêves. Étonnamment, Pharaon a l’humilité de le faire. Pharaon est censé être celui qui est en contact avec les dieux et qui apporte l’équilibre et les bonnes récoltes. Mais les rêves de Pharaon ont dû être si réels qu’il les accepte comme une révélation du Dieu de Joseph. Il a également entendu la déposition d’un témoin clé. Le chef des échansons occupe une position de grande confiance. Il doit boire les boissons de Pharaon pour vérifier que Pharaon n’est pas empoisonné. Pharaon lui fait confiance, à lui et à son équipe, au péril de sa vie. Le témoignage de l’échanson devait avoir un grand poids. Quand il dit que les rêves de l’échanson et du boulanger ont été correctement interprétés, Pharaon croit. Dieu contrôle le temps et la récolte. Dieu fixe les temps et les saisons. Comme nous le lisons dans Daniel 2:21, “Il change les temps et les saisons ; il établit des rois et les dépose. Il donne la sagesse aux sages et la connaissance à ceux qui savent discerner.” Dieu est la source de notre nourriture et de notre boisson. Dieu est maître des temps et de notre avenir. Nous devrions faire confiance à Dieu pour nous donner ce dont nous avons besoin aujourd’hui et nous devrions également lui faire confiance pour notre avenir. Le psaume 45 est un beau psaume sur un autre roi. Il parle du mariage d’un roi juste avec sa belle épouse. Les paroles des versets 7 et 8 sont appliquées à Jésus en Hébreux (Hébreux 1:8-9). Jésus est le roi juste. L’épouse est un symbole des croyants fidèles, dont nous espérons qu’elle nous inclut (elle est mentionnée symboliquement dans Apocalypse 19:7 et 21:9). Le roi parle de grâce (v2). Il défend la vérité, l’humilité et la droiture (v4). Il déteste le mal (v7). Le roi choisira comme épouse ceux qui suivent ses principes et l’appellent “seigneur” (v11). Nous devons suivre ses voies. Nous devons suivre la vérité, l’humilité et la droiture. Nous devons haïr le mal. Il doit être notre seigneur et nous devons lui obéir avec amour. Si c’est le cas, alors il nous acceptera comme son partenaire. Il nous permettra de vivre en sa présence et il nous donnera la joie et l’allégresse (v15). Tout ce que nous espérons d’un mariage sera prévu pour nous, et bien plus encore. Nous vivrons alors heureux pour toujours avec notre seigneur. Enfin, Matthieu 27 nous amène à un troisième roi. Il s’agit du roi juste du Psaume 45, mais il est ici puni pour sa justice. Judas a changé d’avis et témoigne de l’innocence de Jésus. Pilate écoute même sa femme dire que Jésus est innocent. Mais ni l’un ni l’autre ne se soucie de la vérité et de la droiture. Ils ont fait semblant de respecter la loi, puis ils ont fait ce qu’ils voulaient. La loi enseigne que le sang innocent ne doit pas être versé et que ceux qui le versent sont coupables (Deutéronome 19:10). Les juges, les chefs juifs, le peuple et Pilate étaient donc coupables. Presque tout le monde était contre Jésus. Les soldats se sont moqués de lui, le peuple l’a fait, les chefs l’ont fait, même les voleurs sur la croix l’ont fait. Voilà un homme qui a été traité comme le dernier des derniers et qui a été humilié pour que tout le monde puisse en rire. Pourtant, Jésus s’est soumis volontairement. Il aurait pu demander l’aide de Dieu, mais il ne l’a pas fait. Au contraire, il a défendu la vérité, a baissé la tête en toute humilité et a accompli toute la justice. Il détestait tellement la méchanceté qu’il était prêt à mourir pour la faire disparaître. Il a aimé la justice. On l’a habillé et couronné comme un roi en se moquant de lui. Pilate a essayé de faire de lui un exemple, mais il l’a involontairement identifié comme le “roi des Juifs”. Voilà un vrai roi, prêt à mener son peuple au combat et à mourir si nécessaire. Lors de sa crucifixion, nous voyons le pire de la nature humaine rencontrer le meilleur. Dieu a fait en sorte que la justice ait la victoire. Les Philippiens expliquent ce qui s’est passé : Jésus “s’est fait tout petit… il s’est humilié et s’est rendu obéissant jusqu’à la mort – même la mort sur une croix ! C’est pourquoi Dieu l’a élevé au plus haut rang et lui a donné un nom qui est au-dessus de tout nom” (Philippiens 2:7-8). Par la défaite, il y a la victoire. Par l’humilité, il y a l’exaltation. Suivons l’exemple de Jésus et maîtrisons la chair, aimons la justice et choisissons la vérité et l’humilité. Nous serons alors aux côtés de notre Seigneur lorsqu’il épousera son épouse. C’est Dieu qui contrôle cet avenir et notre avenir. Nous devons lui faire confiance et attendre avec impatience les noces du roi. Janvier

Le 26 Janvier

Genèse 42-43 : Il y a une grave famine et Jacob réalise qu’ils ont besoin de céréales. Il envoie donc dix de ses fils en Égypte pour en trouver. Il garde le plus jeune de ses fils, Benjamin, avec lui, ne confiant pas la vie de Benjamin à ses autres fils. Lorsqu’ils arrivent en Égypte, ils sont accueillis par Joseph – il les a reconnus, mais eux ne l’ont pas reconnu. Pour obtenir des informations de ses frères, il les accuse d’être des espions ; en essayant de prouver leur innocence, ils donnent à Joseph plus de détails sur leur famille. Joseph apprend que Benjamin et Jacob sont tous deux en vie, ensemble chez eux à Canaan. Ses frères n’ont pas avoué leur trahison envers Joseph mais ont dit “un (frère) n’est plus”. Joseph décide de tester leur “histoire” en gardant un frère en prison jusqu’à ce qu’ils ramènent en Égypte le plus jeune fils (Benjamin) ; les 3 jours en prison et la décision de Joseph leur rappellent les péchés qu’ils ont commis envers Joseph il y a plus de 20 ans. Joseph choisit celui qui restera en prison, Siméon, et renvoie les autres chez eux avec du grain, de la nourriture pour le voyage et (sans qu’ils le sachent) leur argent, qui, lorsqu’ils le trouvent, les rend très craintifs – ils pensent qu’ils sont punis par Dieu. Ils racontent à Jacob tout ce qui s’est passé. Benjamin doit aller en Égypte, sinon Siméon devra rester en prison et ils mourront tous de faim. Jacob refuse. Rappelez-vous l’esprit de Jacob – le droit d’aînesse, comment il a trompé son père (Isaac). Imaginez que vous êtes Jacob et que vous savez lequel de ses enfants a le droit d’aînesse. Ruben était le premier né, mais il l’a perdu après avoir eu des relations sexuelles avec l’une des “femmes” de Jacob ; le prochain “premier né” serait Joseph (premier de Rachel). Jacob pensait qu’il avait été tué ; le “premier-né” suivant, Siméon, a disparu, il était en prison en Égypte ; le “premier-né” suivant, Benjamin, que les fils demandent à Jacob de leur permettre d’emmener en Égypte !!! Finalement, Jacob accepte et dit aux frères de prendre Benjamin et l’argent double, ainsi que de rendre l’argent qui leur a été rendu. Ils ont ainsi fait preuve non seulement d’honnêteté, mais aussi de reconnaissance pour la faveur qui leur a été faite. Jésus nous enseigne à être honnêtes dans TOUT ce que nous faisons, et notre relation avec le Seigneur est plus précieuse que l’argent “volé”. Vous pouvez imaginer leurs craintes lors de leur voyage en Égypte, mais ils ont été bien traités, accueillis et nourris. Joseph a demandé si son père était encore en vie, et ils ont tous fait preuve d’honneur et de gratitude envers Joseph, en se prosternant devant lui comme dans les rêves que Joseph avait eus concernant les gerbes de ses frères se prosternant devant les siennes. (il y a plus de 20 ans). Lorsque Joseph vit son frère Benjamin, il fut submergé par l’émotion ; sans doute y avait-il eu des années de prière, et après tant d’années d’injustice, la vie de Joseph prenait un sens : son père était vivant, son plus jeune frère était vivant, ET ses frères avaient un esprit nouveau (avait-il prié pour eux ?); ils se souciaient de leur père et les uns des autres. Pour fêter cela, un repas a été préparé pour les Égyptiens, pour Joseph et pour ses frères. Joseph n’était pas encore prêt à se révéler à ses frères, mais il a montré qu’il semblait les connaître en les classant (tous les 11) dans l’ordre de leur naissance (âge). En vérité, les frères auraient été émerveillés par “cet homme”, même s’ils ne savaient pas qui il était. Comme dans tant de passages de la Genèse, et en particulier avec Joseph, nous pouvons voir un “écho” de la vie de Jésus, et de ce qu’il apporte aux Juifs et aux Gentils – le salut. Nous sommes les frères de Jésus, dotés d’un esprit nouveau qui se manifeste par l’honnêteté, le repentir, la gratitude et la confiance. Nous lui devons notre vie, et nous reconnaissons également que tous ces changements se sont produits selon la volonté de Dieu. Psaumes 46-48 : Ces psaumes louent Dieu pour qui il est et quel est son plan pour son peuple et l’avenir de la planète Terre. Nous ne savons pas quand les changements se produiront, mais en vérité, le moment importe peu. Pour tous ceux qui sont “endormis” dans le Seigneur, est-ce important que ce soit dans une semaine, dans un an ou dans 100 ans ? Non. Nous avons engagé nos vies envers Dieu et nous sommes en sécurité SI nous restons engagés. C’est dans cet esprit que nous pouvons chanter “Dieu est notre refuge et notre force, un secours très présent dans la détresse, c’est pourquoi nous ne craignons rien” (Psaume 46:1) et “Le Seigneur Très Haut est impressionnant, il est un grand Roi sur toute la terre. Il soumettra les peuples sous nous, et les nations sous nos pieds. Il choisira pour nous notre héritage” (Psaume 47:2-4) et “chantez des louanges avec intelligence” (Psaume 47:7) et “Nous avons pensé, ô Dieu, à ta bonté, au milieu de ton temple. Selon ton nom, ô Dieu, ainsi est ta louange jusqu’aux extrémités de la terre ; ta droite est pleine de justice. Que la montagne de Sion se réjouisse, à cause de tes jugements”. (Psaume 48, 9-11) Quelle joie lorsque tous les enfants de Dieu, à travers tous les âges, sont réunis en un seul nom pour rendre grâce au Seigneur, pour tout. En lisant les psaumes, nous partageons la vision que Dieu leur a donnée, une vision qui les a aidés à traverser la vie, quoi qu’il arrive. Jésus les aurait également lus, et il en aurait retiré de la force, lui “qui, pour la JOIE qui lui était réservée, a enduré la croix.” Les deux sujets, la joie et la crucifixion, sont présents dans les psaumes – les mots étaient là pour Jésus, et ils sont là pour nous – “pour la joie qui est devant nous”. L’unité future dans la louange au Dieu unique. C’est une promesse, et c’est merveilleux. Matthieu 28. Matthieu fait un récit très bref de la résurrection de Jésus. Il parle d’un tremblement de terre, d’un ange qui roule la pierre du tombeau de Jésus et qui parle à des femmes disciples de Jésus. L’ange leur dit que Jésus est ressuscité, comme il l’avait annoncé (plusieurs fois !), et leur dit de prévenir rapidement les disciples, et qu’elles doivent se rendre en Galilée où elles le verront. “Ainsi, elles sortirent rapidement du tombeau, avec crainte et une grande joie, et coururent porter la nouvelle à ses disciples.” Les soldats employés pour garder le tombeau ont été soudoyés par les grands prêtres pour dire : “Ses disciples sont venus la nuit et l’ont volé pendant que nous dormions”. Apparemment, il y aurait eu environ 80 gardes, mais même s’il n’y en avait eu que 3, se seraient-ils tous endormis en sachant que s’ils ne faisaient pas leur travail, ils seraient mis à mort ? Et s’ils dormaient tous, comment ont-ils su que les disciples avaient volé le corps ? Le monde peut penser que nous sommes fous de croire en la résurrection de Jésus, mais ils ont moins de preuves que nous pour ce qu’ils croient. Beaucoup moins. L’Ancien Testament était un superbe témoignage de la vie, de la mort et de la résurrection futures de Jésus. Maintenant, le témoignage sera rendu par ses disciples… en paroles (Nouveau Testament) et dans leur vie engagée – le Seigneur travaillant avec eux. Ces disciples qui étaient effrayés à l’origine, une fois qu’ils auraient vu le Seigneur ressuscité, témoigneraient du salut de Dieu au nom de son Fils, et seraient prêts à prêcher même aux personnes qui criaient “Crucifie-le, crucifie-le”. Ils avaient radicalement changé. Si on leur demandait comment, ils confesseraient sûrement que c’était à cause de l’amour de Dieu et de tout ce que cela signifie dans la vie de Jésus. Ils prêchaient Jésus. Pour Jésus, la résurrection et l’ascension qui suivra. Des résultats merveilleux, mais il n’y a pas de temps à perdre. Le plan de salut de Dieu se poursuit – maintenant les disciples doivent prêcher le message, préparer l’humanité à la prochaine étape, c’est-à-dire le retour de Jésus et un jugement nécessaire pour apporter la justice dans ce monde. “Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer TOUT CE QUE JE VOUS AI COMMANDE ; et voici, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde”. Le témoignage se poursuit – à partir de nos vies inspirées, et de nos Bibles inspirées. Janvier

Le 27 Janvier

La lecture initiale de Genèse 44 et 45 peut donner l’impression que Joseph était rancunier envers ses frères en les faisant souffrir en prolongeant l’agonie et la souffrance pour eux et leur père. Cependant, nous devons nous rappeler que Joseph était un homme pieux, qu’il était toujours resté “proche” de Dieu et qu’il reconnaissait toujours Dieu dans tout ce qu’il faisait. Je crois donc que Joseph testait et encourageait très prudemment ses frères à se repentir réellement. De nombreuses années s’étaient écoulées depuis la dernière fois qu’il les avait vus et je ne pense pas qu’ils aient jamais oublié leur corruption, car leurs mensonges et leurs tromperies leur étaient rappelés chaque fois qu’ils voyaient leur père, car il est évident qu’il pleurait continuellement Joseph. Cependant, je pense qu’ils n’avaient toujours pas de remords, qu’ils ne s’étaient donc pas repentis et qu’ils n’étaient donc pas pardonnés, et qu’en agissant ainsi, Joseph leur témoignait de l’amour parce qu’il voulait qu’ils se repentent. Nous ne pouvons pas ignorer les émotions de Joseph dans tout cela – elles nous montrent qu’il n’était pas cruel dans la manière dont il traitait ses frères (voir Genèse 43, verset 30 et chapitre 45, verset 2). Les actions de Joseph étaient un plan soigneusement élaboré pour mettre ses frères à l’épreuve et voir s’ils se repentiraient. Son serviteur faisait partie intégrante de ses plans, comme nous l’avons lu au chapitre 44, versets 1-9. La réponse des frères était prévisible, car Joseph savait qu’ils n’avaient pas volé l’argent ni la coupe, et qu’en toute bonne conscience, ils diraient ce qu’ils ont dit au verset 10. Ils ont dû commencer à se demander ce qui leur arrivait lorsque Joseph et son serviteur ont à nouveau utilisé l’ordre de naissance correct, verset 12 (comme au chapitre 43, verset 33), leur conscience a dû commencer à s’émouvoir davantage qu’au chapitre 42, versets 21-23, où ils ont commencé à discuter devant Joseph. Lorsqu’ils sont retournés à la maison de Joseph, ils se sont à nouveau prosternés devant lui (chapitre 44, verset 14). C’est la troisième fois au moins qu’ils se prosternent devant lui, et cela correspond à l’accomplissement des rêves de Joseph, bien qu’ils ne le sachent pas encore. Le changement des frères a été confirmé comme étant complet lorsque ceux-ci, représentés par Juda, ont montré à Joseph qu’ils regrettaient leurs actions précédentes concernant Joseph et qu’ils se souciaient maintenant réellement de leur frère Benjamin et de leur père Jacob, versets 16-34. C’est ainsi que nous devrions également réagir lorsque nous prenons conscience des péchés que nous avons commis, nous devrions nous repentir pleinement et démontrer notre remords, et changer. L’émotion de Joseph est démontrée au chapitre 45, versets 1-2, lorsqu’il se fait connaître à ses frères, il dit “Je suis Joseph” au verset 3. Il n’est pas surprenant que ses frères aient été terrifiés – ils auraient été choqués, surpris, confus aussi bien que terrifiés, mais Joseph a expliqué les raisons de tout ce qui s’était passé, versets 4-8. Dans sa réponse, Joseph confirme qu’il était pieux et qu’il comprenait que Dieu était toujours aux commandes. À travers toutes ses souffrances et maintenant dans la position dans laquelle il se trouvait, il n’avait aucun remords pour ses frères, il ne les blâmait pas, parce qu’il voyait la main de Dieu dans tout ce qui était arrivé. Il l’explique à ses frères et leur demande de transmettre le même message à son père, versets 9-13. La réconciliation est toujours merveilleuse, comme le démontrent encore les versets 14-15, c’est ainsi que nous devons être les uns avec les autres et c’est ainsi que Dieu et Jésus veulent être avec nous. C’est ainsi que les frères sont retournés, avec la bénédiction de Pharaon, pour dire à Jacob que Joseph était vivant et qu’il était le second de Pharaon ! Nous devons croire que la repentance et le pardon sont définitifs, il n’y a pas besoin de prolonger le “péché” ; Joseph en était conscient lorsqu’il leur a dit de ne pas se disputer en chemin, verset 24. Si la repentance est complète et que le péché est pardonné, il faut alors l’oublier ! Le psaume 49 met la vie en perspective, le psaume s’adresse à “tous les peuples”, y compris nous, il nous dit que la confiance dans les choses humaines est une perte de temps totale, elle ne peut pas sauver. Cependant, la confiance en Dieu garantit que nos vies seront “rachetées du tombeau”, c’est-à-dire qu’elles ressusciteront, et que nous serons avec Dieu, c’est-à-dire dans le royaume, lorsque Jésus reviendra. Le psaume nous dit de ne pas nous préoccuper des choses qui se passent autour de nous, mais de faire confiance à Dieu. Il est triste que les êtres humains se fient à eux-mêmes, mais s’ils se fient aux “richesses sans intelligence”, ils ne sont pas différents des animaux, versets 12 et 20, c’est-à-dire que lorsqu’ils meurent, ils sont morts ! C’est une leçon importante, elle est dite deux fois ! Les versets 18 à 32 du chapitre 1 contiennent des paroles très dures sur la colère de Dieu (:18) qui s’abat sur ceux qui lui désobéissent et pratiquent des choses terribles. Les gens qui agissent ainsi sont décrits comme des fous (:22), ils croient ce qu’ils veulent (:28-30) et ils sont “insensés” (:31-32). C’est un récit incroyable qui montre à quel point les êtres humains sont mauvais sans Dieu dans leur vie, c’est ce que Joseph voulait que ses frères ne soient pas comme lui et c’est une liste de choses que nous ne devrions pas être comme lui, chapitre 2 verset 1. Malheureusement, l’église romaine critiquait les personnes qui agissaient ainsi, mais qui en fait faisaient les mêmes choses que celles qu’elles critiquaient (versets 2-4). Et s’ils (et nous) ne se repentent pas, nous accumulons la colère de Dieu, verset 5. Dieu et Jésus nous jugeront tous deux pour ce que nous avons fait, verset 6, et la “récompense” est absolument claire : si nous sommes bons, nous aurons la vie immortelle, verset 7 ; si nous sommes mauvais, nous serons soumis à la colère de Dieu, verset 8. La leçon est à nouveau répétée parce qu’il est important que nous nous en souvenions, versets 9-10, bon = vie ; mauvais = mort, c’est tellement clair, mais il est tellement triste de voir des frères et des sœurs continuer dans leur mauvaise voie – parce qu’ils risquent leur vie ! Il nous est dit de nombreuses fois dans la bible que nous devons mettre en pratique ce que nous apprenons de la parole de Dieu, c’est encore une fois clair ici au verset 13, c’est-à-dire que ce ne sont pas ceux qui “entendent”, mais ceux qui obéissent à ce qu’ils entendent et “font”, qui sont déclarés justes. Et rien n’est caché à Dieu, verset 16, Dieu et Jésus savent tous deux ce qu’il y a dans notre cœur. Nous sommes adoptés dans la famille de Dieu et, par conséquent, les leçons pratiques continues de ce chapitre s’appliquent à nous, versets 17 à 29, par exemple nous enseignons à ne pas voler, mais le faisons-nous ? Est-ce que nous exagérons les coûts, est-ce que nous gardons la monnaie, est-ce que nous inventons des histoires, est-ce que nous prenons des choses de l’Église et les utilisons comme si elles étaient à nous ? Nous enseignons à ne pas commettre d’adultère, mais le faisons-nous ? Paul commence la lettre aux Romains en nous rappelant la nature de Jésus, c’est-à-dire qu’il est le fils de Dieu, qu’il a une mère humaine, qu’il descend de David et que c’est par sa résurrection que nous sommes appelés à appartenir à Jésus, versets 1-4. Et c’est par lui, c’est-à-dire Jésus, que nous sommes sauvés par la grâce, mais cela entraîne des responsabilités, c’est-à-dire l’obéissance, verset 5. Ainsi, parce que nous sommes dans cette position privilégiée, verset 6, nous devrions être à l’écoute de Dieu, par l’intermédiaire de Paul, et faire de notre mieux pour obéir en permanence. Nous nous sommes engagés par le baptême à suivre et à obéir, nous n’avons donc “aucune excuse” (chapitre 2, verset 1). Janvier

Le 28 Janvier

La Genèse 46 nous donne la liste de tous les descendants de Jacob qui se sont rendus en Égypte à l’invitation de Joseph pour échapper à la famine dévastatrice qui avait frappé toute la région du Moyen-Orient à cette époque. Mais pendant que Jacob voyageait, Dieu lui est apparu, verset 2-4, et lui a dit clairement que ses descendants deviendraient quand même cette grande nation que Dieu avait promise et qu’ils retourneraient dans le pays que Dieu avait également promis, c’est-à-dire Israël. Jacob se serait naturellement demandé ce qui se passait, car il s’attendait à rester dans le pays de Canaan, comme Dieu l’avait promis, mais il avait foi en Dieu et lui faisait confiance. C’est ainsi que nous devrions agir lorsque les choses ne se passent pas comme nous l’aurions imaginé – même si nous sommes déconcertés par ce qui se passe, nous devrions quand même avoir confiance car Dieu a un plan. Lorsque nous lisons le reste du récit de Jacob et de sa famille (Israël) en Égypte, avec tous les petits détails, nous pouvons voir Dieu agir dans leur vie, c’est-à-dire qu’ils avaient les meilleures terres (chapitre 47, verset 5), qu’ils ont pu obtenir des biens (chapitre 47, versets 11 et 27), etc. C’est Dieu qui fait du peuple d’Israël une “grande nation” comme il l’avait promis. Nous voyons au chapitre 47 à quel point la famine était désespérée, ce qui a rendu les Égyptiens et le peuple de Canaan désespérés aussi, à tel point que tout leur argent était dépensé pour obtenir de la nourriture de Joseph, versets 14 et 20-21. En repensant à cette situation, nous pouvons voir que Dieu a fait en sorte que Pharaon devienne fort – pour ensuite rendre Israël fort lorsqu’il est sorti d’Égypte des centaines d’années plus tard. C’est pourquoi nous devons toujours faire confiance à Dieu, car il sait toujours ce qui est le mieux. Le psaume 50 montre à nouveau les deux caractères de l’être humain, nous sommes soit pieux et “consacrés”, verset 5, soit méchants, verset 16. Ceux qui sont pieux acceptent que Dieu contrôle tout, y compris les famines et le temps, versets 1-4. Dieu nous a demandé de faire des “sacrifices” pour démontrer notre confiance en lui et pour accomplir nos vœux, verset 14. Il n’a pas besoin de sacrifices, versets 9-13, mais par nos “sacrifices”, nous disons à Dieu quelque chose sur nous-mêmes. Les “sacrifices”, c’est-à-dire le fait de ressembler davantage à Jésus et de renoncer à nos tendances humaines, disent à Dieu ce que nous avons dans le cœur. Cependant, ceux qui sont décrits comme “méchants” sont ceux qui haïssent les instructions de Dieu, verset 17 ; ceux qui deviennent des “voleurs”, verset 18 ; ceux qui “mentent”, verset 19 ; ceux qui “racontent de mauvaises histoires” sur nos frères et sœurs, verset 20 et ceux qui pensent à tort que Dieu est comme nous, verset 21, ceux qui sont comme cela seront “repris” par Dieu. Dieu nous donne à tous l’occasion de changer nos habitudes et de ressembler davantage au sacrifice qui a été fait pour nous, c’est-à-dire Jésus, lorsqu’il dit de “considérer” ces choses, versets 22-23. C’est un enseignement simple : ceux qui “honorent” Dieu recevront le “salut”. Romains 3 et 4 nous amènent à réfléchir à qui nous sommes réellement. La lettre aux Romains a été écrite aux Juifs de Rome pour les amener à repenser à leur croyance erronée selon laquelle ils étaient sauvés uniquement parce qu’ils étaient descendants d’Abraham, et pour leur montrer (et nous montrer) que personne n’est “juste”. Le chapitre 3, versets 9-18, est tout à fait clair à ce sujet – personne ne fait le bien, tous se sont détournés – donc, que nous soyons Juifs ou Gentils (nous), nous sommes des pécheurs. La seule façon pour nous d’être sauvés est d’accepter Jésus, verset 31-26, avoir la foi en Jésus est absolument nécessaire pour que nous ayons le salut et nous devons répondre en montrant ce qui est dans nos cœurs en “sacrifiant” notre nature humaine et en devenant plus comme Jésus. La promesse du salut vient donc de notre foi en Dieu, en Jésus et dans les promesses, mais nous ne recevons le salut que grâce à la grâce et à la miséricorde de Dieu (chapitre 4, versets 16-17). Abraham a fait preuve de sa foi et a été compté comme juste avant que des choses comme la circoncision ne deviennent une exigence pieuse de la nation juive, de sorte que l’argument des Juifs selon lequel il fallait être circoncis pour être sauvé était complètement erroné. Nous aussi, nous pouvons être considérés comme justes devant Dieu si nous avons la foi d’Abraham. Tout comme Jacob et Joseph après lui, Abraham n’a jamais mécru Dieu et a toujours essayé de faire ce que Dieu voulait, et c’est pourquoi ils ont tous la vie en Jésus. Et nous aussi, si nous continuons à avoir la foi et à la démontrer, versets 20-25. Janvier

Le 29 Janvier

Les chapitres 48, 49 et 50 de la Genèse nous amènent à la fin de la vie de Jacob et de Joseph, tous deux ayant atteint un âge avancé, mais ils nous montrent aussi la réconciliation de la famille et une autre réitération des promesses (chapitre 48, versets 3-4). Tout au long du récit de Joseph, il a vu, et nous reconnaissons, l’action de Dieu dans sa vie et dans celle des autres. Joseph lui-même rappelle à ses frères que cela a toujours été le cas (chapitre 50, versets 19-21). Même si l’amertume, la souffrance et la détresse étaient réelles, la bénédiction de Jacob sur Joseph le reconnaît (chapitre 49, verset 23). Joseph est resté fidèle, verset 24, et Dieu a réalisé son plan. C’est probablement la plus grande leçon de ces chapitres : Dieu est aux commandes. Même dans les bénédictions elles-mêmes, Jacob, dirigé par Dieu, a béni les bons fils, chapitre 48, verset 20 et chapitre 49, verset 26. En termes humains, le premier né est toujours l’héritier, mais en termes divins, il s’agit toujours de la bonne personne. Ainsi, Ephraïm était au-dessus de Manassé, Joseph au-dessus de ses frères, comme Jacob était au-dessus de son frère Ésaü, et Isaac au-dessus d’Ismaël. Le récit de Joseph nous montre clairement qu’il était le personnage approprié pour être au-dessus de ses frères en raison de sa piété. Les “bénédictions” données aux 12 fils reflétaient leur caractère et leurs actions, et les conséquences sont évidentes, par exemple au chapitre 49, versets 3-4, Ruben a souffert parce qu’il a couché avec Bilha (Gn 35,21) ; Siméon et Lévi, versets 5-7, à cause de ce qu’ils ont fait aux Sichemites (Gn 34,35) et, évidemment, nous avons la bénédiction de la lignée de Jésus dans la bénédiction de Juda, versets 8-10. Il nous est donc rappelé que les erreurs que nous commettons peuvent avoir des conséquences désagréables. Même après la mort de Jacob, les frères de Joseph, bien que frappés de conscience pour ce qu’ils ont fait à Joseph, ont jugé que Joseph pourrait agir de manière trompeuse comme ils l’avaient fait, et ils l’ont donc approché à nouveau pour s’excuser de ce qu’ils avaient fait (chapitre 50, versets 15-18). La leçon que nous pouvons en tirer est que si nous agissons de manière impie, il est probable que les autres nous traitent de la même manière, mais les personnes pieuses doivent être comme Joseph et pardonner. Le psaume 51 est le psaume de David après que Nathan lui ait dit qu’il avait péché à l’égard de Bethsabée et l’attitude dans la prière de David devrait être la nôtre lorsque nous péchons et nous repentons. David reconnaît que ses péchés sont “contre Dieu”, verset 4, c’est exactement la façon dont nous devrions considérer nos propres péchés, lorsque nous volons, mentons, nous mettons en colère, prenons une seconde femme, gardons la monnaie, commérons, ne pardonnons pas, etc, tout cela est un péché contre Dieu ! David est tellement affligé, verset 17, d’avoir péché contre Dieu, qu’il demande la miséricorde, verset 1 et demande un cœur nouveau, verset 10. C’est cela l’humilité, cela devrait être nous. Le psaume 52 résume à nouveau les différences entre les méchants, versets 1-5, et les pieux, versets 6-9. Les choses qui rendent les gens méchants sont ce que nous disons, ce que nous faisons, ce qui nous convient, ce sur quoi nous mentons et les mauvaises choses que nous aimons, versets 2-4. Le verset 7 nous rappelle de ne pas compter sur nos propres forces ! La personne pieuse, en revanche, doit essayer de continuer à faire ce que Dieu veut. Même si nous échouons, nous pouvons faire confiance à Jésus comme nous le lisons dans Romains 5 et 6 – nous reconnaissons d’abord que nous péchons tous, chapitre 5 verset 12, et que la mort nous atteint tous, versets 18-21. Mais si nous essayons d’être pieux, nous sommes justifiés, rendus justes, en Jésus, versets 9-11. Ce qui est merveilleux avec la grâce, c’est qu’au fur et à mesure que nous prenons conscience de notre péché, la grâce augmente aussi. Cela ne signifie pas que nous pouvons délibérément pécher parce que la grâce le couvre (Ro6:1-2 et 15), car c’est une attitude erronée, mais plutôt que nous réalisons de plus en plus que nous ne pouvons être sauvés que par la grâce. Romains 6 nous rappelle merveilleusement que c’est par la grâce que nous sommes sauvés (verset 14), que tout cela est le fait de Jésus et que nous avons une responsabilité à cet égard (versets 3-4). Nous avons une nouvelle vie, comme David a prié pour un “cœur nouveau”, mais nous devons aussi essayer de vivre comme si nous étions dans cette nouvelle vie maintenant, ce qui signifie essayer de faire ce qui est juste. Nous devons être “esclaves” de Dieu si nous voulons la vie éternelle, être “esclaves” de quelqu’un signifie que nous devons faire ce qu’il dit, nous n’avons pas le choix, mais en étant baptisés nous avons choisi d’être esclaves de Dieu, tout comme les frères de Joseph ont choisi d’être esclaves de Joseph en cherchant humblement le pardon, c’est la même image pour nous aussi maintenant, nous cherchons humblement le pardon de Dieu en Jésus et nous sommes volontairement devenus les esclaves de Dieu, verset 15-22. L’alternative à l’esclavage de Dieu, c’est l’esclavage du péché, qui aboutit à la mort ! La leçon pour nous ? Nous devons être esclaves de Dieu et lui obéir en tout, oui nous échouerons, c’est pourquoi nous avons Jésus, mais notre attitude doit être comme celle de David dans le Psaume 51. “Car le salaire du péché, c’est la mort, mais le don de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.” (Ro6:23) Janvier

Le 30 Janvier

Exode 1 et 2 nous donnent le récit de la naissance et du début de la vie de Moïse et préparent le terrain pour que Dieu fasse sortir son peuple d’Égypte, qui est maintenant une nation forte et nombreuse (chapitre 1, verset 7). Cela leur a valu une période de souffrance intense, car les Égyptiens les craignaient (versets 8 à 14), mais même dans ces souffrances, nous voyons la main de Dieu agir pour réaliser son plan et accomplir ses promesses. Nous voyons les deux sages-femmes hébraïques, Shiphrah et Puah, impliquées dans le dessein de Dieu, ces femmes étaient des personnes ordinaires, comme vous et moi, mais elles ont fait confiance à Dieu. Dans le but de limiter le nombre de Juifs dans leur pays, Pharaon a exigé que les sages-femmes tuent tout mâle né de femmes juives (versets 15-16). Elles ont dû craindre pour leur vie à cause de la main de Pharaon, mais elles ont respecté (craint) Dieu, verset 17, et des garçons ont continué à naître et à vivre, de sorte que Pharaon les a convoquées à nouveau, verset 18. Ainsi, dans cet acte, nous voyons que Dieu les utilisait pour permettre à son peuple de croître encore plus en nombre, malgré les actions d’un homme impie qui tentait de l’arrêter. Le fait que le peuple ait continué à croître en nombre malgré ses difficultés nous confirme une fois de plus que Dieu agit dans la vie de son peuple et l’aide à supporter ses souffrances. La réponse que les sages-femmes ont donnée à Pharaon, au verset 19, montre également la main de Dieu à l’œuvre – dans la possibilité que cela soit vrai et que Dieu ait fait en sorte que les garçons soient nés avant qu’elles n’arrivent pour aider, mais aussi dans la manière dont Pharaon a accepté la réponse qu’elles ont donnée. Quelle que soit la situation, Dieu a béni ces femmes, au verset 20-21, il leur a donné des “familles”, le mot hébreu qui a été utilisé pour cela suggère de nombreux descendants, c’est le même mot qui a été utilisé pour dire à David qu’il aurait aussi de nombreux “descendants”. Beaucoup de nos frères et sœurs sont des réfugiés et ont souffert de la même manière que le peuple de Dieu ici présent ; la persécution se présente sous de nombreuses formes, physiques ou psychologiques, et si nous partageons tous la situation des autres, nous souffrons tous les uns avec les autres. Quelle que soit notre souffrance, nous devons tous apprendre à faire confiance à Dieu et à avoir du courage, nous devrions tous prier pour cela. Ces deux sages-femmes accordaient de l’importance à la vie, elles savaient que Dieu donne la vie et respectaient le but qu’il poursuit en donnant la vie. Elles ont agi conformément à ce que nous lisons plus tard dans Proverbes 31, versets 8-9, ces femmes ont “pris la parole” pour ceux qui ne pouvaient pas le faire ; le faisons-nous ? Jésus a “pris la parole” pour les pauvres et les nécessiteux, car, si elle n’est pas contrôlée, la nature humaine est naturellement corrompue et égoïste, et donc impie, comme le démontre une fois de plus Pharoah au verset 22. Dieu continue d’œuvrer pour sauver son peuple et il fournit à nouveau des femmes sauveteuses pour s’assurer que Moïse ne soit pas tué comme le demandait Pharaon, chapitre 2, versets 1-4. L’aide de Dieu se manifeste de manière étonnante : personne ne se serait attendu à ce que l’aide vienne de la fille de Pharaon, versets 5-6, et de plus, elle a accepté que les parents de Moïse eux-mêmes s’occupent de lui dans ses premières années, versets 7-9. La superstition égyptienne signifiait que la fille du Pharaon croyait probablement que ce bébé venait du “dieu” Nil, et lorsqu’il fut un peu plus âgé, elle l’emmena dans le palais, verset 10, et l’éleva comme son propre fils, son nom lui rappelant qu’elle “l’avait tiré de l’eau”. Le fait d’être élevé dans la maison de Pharaon signifie que Moïse acquiert une expérience vitale pour diriger plus tard le peuple de Dieu, et tout est dirigé par Dieu. Même les actions de Moïse dans le reste du chapitre 2 étaient toutes entre les mains de Dieu, qui préparait Moïse pour la prochaine étape de sa vie (versets 23-25). Les psaumes 53, 54 et 55 expriment les sentiments de ceux qui souffrent, en particulier le 55, où il est question de “méchants”, d'”ennemis”, de “forces destructrices” et d'”hommes trompeurs”, autant de descriptions de Pharaon et de son peuple qui s’opposaient au peuple de Dieu. Mais tout cela est contré par la confiance en Dieu, comme ces sages-femmes et maintenant comme David. Elles ont toutes prié Dieu, 53 verset 2, elles savaient que Dieu les aiderait, verset 4. Le Psaume 55 répète ces sentiments, versets 1, 16 et 22 – Dieu aide en son temps et nous devons tous nous rappeler que c’est l’insensé qui dit qu’il n’y a pas de Dieu, Psaume 53 verset 1. Peu importe ce que nous traversons, nous avons “confiance en Dieu”, Psaume 55 verset 55. Lorsque nous essayons de nous regarder dans la perspective de Dieu, nous ne pouvons que conclure que nous sommes “des hommes et des femmes misérables”, Romains 7, verset 24. Chaque jour, que nous soyons jeunes ou vieux, on nous rappelle que nous vieillissons, ce qui nous rappelle la malédiction de la mort à cause du péché d’Adam (et de notre tendance naturelle au péché). Et Paul répond immédiatement à cette conclusion d’une manière merveilleuse en disant “Merci à Dieu – par Jésus-Christ notre Seigneur”, verset 25. La seule voie du salut est celle de Jésus ! On nous rappelle encore une fois qu’il n’y a que deux choix possibles : soit nous ignorons Jésus et nous naissons, vivons et mourons, soit nous acceptons Jésus et ses méthodes et nous naissons, vivons et revivons ! Le but de Dieu est de sauver les personnes qui deviennent ses enfants et, bien que nous ne le voyions pas toujours sur le moment, ce n’est souvent que lorsque nous regardons en arrière que nous pouvons voir Dieu à l’œuvre. Romains 8, verset 17 dit que nous sommes les enfants de Dieu, que nous sommes héritiers de Dieu et cohéritiers de Jésus, mais il y a un “si”, c’est-à-dire “si nous participons à ses souffrances”. Partager avec Jésus, c’est d’abord accepter tout ce qu’il a fait, puis être baptisé, mais cela peut signifier aussi endurer d’autres souffrances parce que nous sommes des disciples de Jésus, tout comme les sages-femmes et David, nous devons alors avoir vraiment confiance en Dieu. La souffrance, quelle qu’elle soit, nous pousse à vouloir être de plus en plus dans le royaume, car ce n’est qu’à ce moment-là que nous serons libérés de la souffrance, alors que nos souffrances actuelles seront si insignifiantes par rapport à la gloire qui nous a été promise lorsque Jésus reviendra, verset 18. Nous allons tous lutter avec notre nature humaine, chapitre 7 verset 18, mais à cause de Jésus et de notre foi en lui, nous sommes “plus que vainqueurs”, chapitre 18 verset 31-39. ” Si Dieu est pour nous, qui peut être contre nous ? “. Si nous demeurons en lui, alors nous ne craignons pas le résultat du péché, c’est-à-dire la mort et nous avons aussi le courage de pouvoir faire face à nos souffrances, quelles qu’elles soient. Dans cette section de l’épître aux Romains, il y a plusieurs questions et réponses, mais toutes les réponses sont positives si nous demeurons en Jésus, quelle que soit notre “lutte” avec le péché. La citation du verset 36 est tirée du Psaume 44, verset 22, et tout comme le psalmiste (peut-être le roi Ézéchias) a dit à Dieu : “Réveille-toi, réveille-toi !”, versets 23-26, nous devons nous aussi demander constamment à Dieu et à Jésus de nous aider et de nous donner la force de gérer notre péché et les souffrances qui en résultent. “Car je suis convaincu que ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni les démons, ni le présent, ni l’avenir, ni aucune puissance, ni la hauteur, ni la profondeur, ni rien d’autre dans toute la création, ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur”, verset 38-39. Janvier

Le 31 Janvier

Dans Exode 3 et 4, nous voyons une réaction humaine typique à l’accomplissement de l’œuvre de Dieu – Moïse a donné à Dieu des raisons pour que ce ne soit pas lui qui travaille pour Dieu à sauver son peuple ! Mais Moïse a appris à faire confiance à Dieu et à la fin du chapitre 4, parce que tout s’est passé comme Dieu l’avait prévu, il devait être heureux et confiant alors qu’il se préparait à rencontrer le Pharaon. Ces événements n’ont servi qu’à rendre Moïse plus fort et c’est ainsi que nous devrions également considérer nos vies lorsque nous traversons toutes nos expériences, qu’il s’agisse de périodes de hauts ou de bas. Le chapitre 3 commence par le buisson ardent où Dieu apparaît à Moïse ; qu’il s’agisse ou non d’un ange céleste avec lequel Moïse parle réellement n’a pas d’importance, car les anges célestes ne font qu’exécuter les ordres de Dieu. Il est rappelé à Moïse qu’il s’agit du Dieu de ses ancêtres, c’est-à-dire Abraham, Isaac et Jacob (verset 6), ce qui est répété trois fois dans ce dialogue avec Dieu (versets 15, 16 et chapitre 4, verset 5) pour souligner le fait que Moïse devait revenir, parler et diriger son peuple “spécial”. Et que Dieu a “entendu” et “vu” la souffrance de son peuple, chapitre 3 versets 7 et 9, donc même si ce n’est pas toujours évident, Dieu “entend” et “voit” toujours. Dieu dit donc à Moïse ce qu’il veut qu’il fasse, c’est-à-dire sauver son prochain (et le peuple de Dieu), versets 8 et 10. Comme Moïse, nous avons tous eu l’occasion de “sauver” les autres, qu’il s’agisse de notre famille, de nos amis ou de nos voisins, en leur annonçant la bonne nouvelle du royaume et en leur apprenant comment être sauvés, et nous devons donc répondre à l’appel de Dieu à sauver les autres de la mort. A cinq reprises, Moïse a trouvé des excuses pour ne pas assumer ce rôle, c’est-à-dire aux versets 11 et 13, au chapitre 4, versets 1 et 10, et lorsqu’il ne voyait pas d’autre solution, au verset 13, “Seigneur, envoie quelqu’un d’autre pour le faire”. Nous sommes tous un peu comme cela, nous avons peur et nous préférerions que Dieu envoie quelqu’un d’autre, mais à chaque fois Dieu aide, chapitre 3 versets 12, 14, chapitre 4 versets 2-5 et 6-7, mais Moïse a trop repoussé et versets 14-17 nous voyons que Dieu s’est mis en colère contre lui. Mais Dieu a quand même fourni Aaron, le frère de Moïse, pour l’aider ! Nous ne voyons peut-être pas l’aide de Dieu de manière aussi spectaculaire, mais Dieu est toujours là. Moïse fait donc ce que Dieu lui dit et retourne en Égypte et, comme Dieu l’avait dit, les anciens et le peuple répondent à ce que Moïse a dit, verset 29-31. Il arrive souvent que nous nous inquiétions trop des tâches difficiles qui nous attendent, mais rappelons-nous toujours que si nous le faisons dans la foi, Dieu restera toujours avec nous et nous aidera dans ce que nous devons dire, etc. Comme nous le verrons plus loin dans l’Exode, les choses ne se passent pas toujours comme Moïse l’avait prévu, mais Dieu était toujours aux commandes. Dans les Psaumes 56 et 57, écrits par David lorsqu’il était dans la détresse et la souffrance, Dieu nous aide aussi lorsque nous avons peur, comme Moïse l’a fait. Lorsque vous avez peur, faites confiance à Dieu, Psaume 56, versets 3-4, et lorsque Dieu vous aide, louez-le, versets 10-11, et nous pourrons nous aussi dire “que peut me faire l’homme ?”. Nous devons regarder l’image finale, c’est-à-dire le royaume ultime, aucun homme ne peut nous l’enlever et David y fait allusion dans le Psaume 57 verset 11 lorsqu’il parle de la gloire de Dieu “sur toute la terre”. C’est en Dieu que nous devons avoir confiance et nous réfugier, verset 1, et, comme cela s’est produit au temps de Moïse, la louange, la prière et l’adoration en résultent, versets 7-10. L’amour de Dieu est si vaste qu’il “atteint les cieux” et Dieu est conscient de ce qui nous arrive et nous aidera, même si nous n’en voyons pas la preuve au moment où nous sommes dans l’épreuve comme David l’a été, c’est-à-dire capturé par les Philistins (Psaume 56) ou piégé dans une grotte par Saül (Psaume 57). Ce sont des psaumes merveilleux pour nous aider à traverser nos difficultés aussi. Dans Romains 9, Paul est affligé par le fait que son propre peuple, les Juifs, malgré toutes les œuvres merveilleuses de Dieu au cours de leur histoire, persiste à rejeter Jésus ; il se demande pourquoi ils se sont tellement trompés (versets 1-5). Ils avaient toutes ces promesses merveilleuses, la loi, le temple, toutes ces choses, et pourtant ils rejetaient Jésus, vers qui toutes ces choses pointaient ! Ce n’est pas que la parole de Dieu ait échoué (verset 6), c’est que Dieu a vu ce qu’il y avait dans le cœur des hommes pour qu’ils le rejettent et qu’il a ensuite “endurci” davantage leur cœur, comme Pharaon (versets 17-18). Mais c’est à Dieu de choisir qui il veut, verset 14-15, et cela devrait nous rendre humbles et disposés à faire sa volonté, parce qu’il nous a choisis pour avoir la possibilité d’être sauvés et d’enseigner aux autres ! Certains disent ensuite “alors pourquoi Dieu nous blâme-t-il encore [pour nos péchés] ?”, versets 19-21, c’est à Dieu de choisir qui il sauve, nous ne pouvons pas nous demander pourquoi, c’est ce que Job a appris pendant sa souffrance, et nous devons l’apprendre aussi. Nous avons donc un merveilleux privilège en tant que Gentils (versets 24-25), à qui l’on a enseigné l’existence de Jésus et du Royaume à venir. Nous devons donc respecter Dieu, respecter Jésus et essayer de faire leur volonté, et essayer volontairement et de manière proactive de transmettre ce merveilleux message aux autres – chaque jour. Nous devrions vouloir nous réunir dans nos salles et nos autres lieux de culte aussi souvent que possible pour encourager les autres à apprendre avec nous. Nous avons été bénis avec ces lieux, nous devrions donc les utiliser et répondre à l’appel de Dieu alors que nous “sauvons” les gens de l'”Égypte”, c’est-à-dire de la mort. Janvier

Le 1 Février

Parfois, il faut que les choses empirent avant de s’améliorer. C’est ce qu’a constaté Israël lorsqu’il était esclave en Égypte et qu’on lui a dit de se procurer sa propre paille dans Exode 5. Mais Dieu avait un but. Israël ne devait pas aimer l’Égypte et y rester. Israël devait vouloir partir. Dieu avait un plan plus grand pour eux. Il leur a parlé de 7 bénédictions pour eux dans Exode 6:6-8. Le peuple n’a pas été réconforté par ces bénédictions car il était concentré sur ses difficultés actuelles. Cela est, bien sûr, compréhensible. Si Israël avait pu se concentrer sur les bénédictions, cela aurait été une source de réconfort pour eux. Il en va de même pour nous. Plus nous pouvons nous concentrer sur nos bénédictions en Christ, plus nous serons en mesure de trouver du réconfort dans cette vie. Plus nous comprendrons que Dieu contrôle notre vie, plus il nous sera facile d’accepter les difficultés actuelles et de faire confiance à Dieu. Dans tous les problèmes, Moïse ne pensait pas être l’homme de la situation. Il était censé parler à Pharaon, mais il a dit qu’il était un mauvais orateur. Les mots hébreux utilisés pour décrire Moïse sont “incirconcis des lèvres” (Exode 6:12 et 30). L’incirconcision est une façon de dire qu’il était impie. Dire qu’il était “incirconcis des lèvres” signifie qu’il sentait que sa parole était impie et qu’il n’était pas à la hauteur de la tâche sacrée de parler à Pharaon au nom de Dieu. Nous savons maintenant que Dieu a spécialement choisi Moïse pour cette tâche. Cela nous indique que Dieu décide de ce qui est saint et de ce qui ne l’est pas. Si une personne prononce les paroles de Dieu, elle est sainte, qu’elle soit douée ou non pour parler. C’est un réconfort pour ceux qui doivent donner des conférences bibliques et qui pensent qu’ils ne sont pas de bons orateurs. Les psaumes 58 et 59 sont des psaumes chantés sur l’air de “Ne détruis pas”. Nous le voyons dans les mots d’introduction aux Psaumes, qui font partie de l’écriture sainte de Dieu des Psaumes. Ceux qui ” ne doivent pas détruire ” sont les justes, comme nous le lisons dans le Psaume 58:11 : ” Alors les hommes diront : “Certes, les justes sont encore récompensés.” ” Le psaume parlait de mauvais juges qui punissaient les gens par la violence et la mort (Ps 58:1-2). Ils étaient au pouvoir mais abusaient de leur position. Les pauvres étaient systématiquement maltraités, provoquant même la mort de l’innocent. La juste punition pour ces juges meurtriers était la mort. Les pauvres ne pouvaient pas faire cela. Mais le psaume nous dit que Dieu veillera à ce que cela se produise (v. 10). De la même manière, le psaume 59 parle du méchant Saül lorsqu’il essayait de tuer David. David a fait appel à Dieu pour le sauver. David était innocent (v4) et pourtant le roi essayait de le tuer. Le roi qui était le plus haut juge du pays. Il était injuste et a abusé de son pouvoir pour tuer un innocent. Le psaume 57 est également chanté sur l’air de “Ne détruis pas”. Il s’agit encore une fois de Saül qui essaie de tuer David, à une autre occasion. Mais Dieu est celui qui sauve les justes. Même aujourd’hui, nous ne voyons pas la justice rendue. Mais il y aura un temps où “les hommes diront : “Les justes sont récompensés”” (Ps 58,11). Ne vous inquiétez pas à ce sujet, Dieu fera régner la justice. Romains 11 et 12 nous rappellent le moment où Israël a été choisi pour être le peuple de Dieu. Ils étaient les “branches naturelles” de l’olivier du peuple de Dieu. À cet arbre généalogique, Dieu a ajouté les branches des nations païennes. Désormais, nous sommes tous unis en Christ et il n’y a plus de différence entre Juifs et Gentils (Romains 11,12). C’est la foi en Christ qui détermine maintenant si nous faisons partie de l’arbre généalogique de Dieu (Romains 11:4, 9). Mais l’arbre est pour tous ceux qui croient. C’est une bonne chose si nous transmettons l’enseignement de l’Évangile à d’autres, afin qu’ils puissent aussi être sauvés : “Qu’ils sont beaux les pieds de ceux qui apportent la bonne nouvelle” (Romains 11:15). Nous pouvons faire partie de ce processus en transmettant la bonne nouvelle du Christ aux autres. Mais ne soyons jamais fiers ou arrogants. C’est Dieu qui nous a appelés à la grâce de l’Évangile, pas nous-mêmes. Dieu pourrait facilement nous couper les vivres pour cause d’orgueil. Au contraire, remercions humblement Dieu d’avoir été appelés à être en Christ. Dans nos trois lectures, nous avons vu qu’Israël a souffert, que David a souffert et que les Juifs ont lutté pour comprendre le Christ. Ce sont les souffrances et les combats de la vie que nous combattons également. En réponse à cela, rappelons-nous que Dieu sait ce qu’il fait. C’est notre compréhension et notre vision qui sont limitées. Romains 11:33-34 se termine par ce point : “Oh, quelle est la profondeur des richesses de la sagesse et de la connaissance de Dieu ! Que ses jugements sont insondables, et que ses sentiers sont impénétrables ! Qui a connu la pensée du Seigneur ? Ou qui a été son conseiller ?” Aucun d’entre nous ne connaît la façon dont Dieu pense ou ne pourrait jamais lui donner des conseils. Ses voies sont au-delà de notre compréhension. Ce qu’il fait, c’est sauver son peuple par le Christ, selon son propre plan. C’est plus que suffisant pour nous et nous le louons pour cela ! Février

Le 2 Fevrier

Exode 7-8. Le Seigneur prépare Moïse et Aaron en leur rappelant son plan. Les plans de Dieu sont différents des nôtres – Ses plans se réalisent TOUJOURS ! Le Seigneur va faire sortir son peuple d’Égypte et l’emmener vers la terre promise, cette terre promise à Abraham et à ses descendants. Le Seigneur va également faire en sorte que l’exode se déroule de telle sorte que les Israélites et les Égyptiens sachent qu’il est Dieu, le seul Dieu miséricordieux et tout-puissant. Si Moïse avait réfléchi à la tâche à accomplir – les millions de personnes et de bétail, le besoin de nourriture et d’eau, le besoin d’unité, le pouvoir de Pharaon contre eux, etc. Mais Moïse connaissait suffisamment Dieu pour avoir confiance en sa parole. Par exemple : “Tes descendants seront étrangers dans un pays qui n’est pas le leur, et ils les serviront, et ils les affligeront pendant 400 ans, mais ils reviendront ici” Gen 15:13-16. Moïse savait que cela n’était pas encore arrivé, mais cela arriverait. Nous sommes pareils – nous savons que Jésus vient, le royaume promis ; nous croyons totalement en l’avenir, nous devons apporter cette vision donnée par Dieu dans nos vies ici et maintenant, et comme Moïse, chercher des conseils pour le voyage vers la vie éternelle. Le Seigneur témoigne à Pharaon par les paroles de Moïse et d’Aaron, mais aussi par un bâton. Le bâton accomplit la volonté de Dieu ; il peut punir, il peut restaurer. (Le bâton en lui-même n’était rien, il était simplement un moyen de montrer que la volonté de Dieu se produisait). Pharaon a vu la verge se transformer en serpent, et cette même verge a rendu la rivière semblable à du sang (rouge) et a tué tous les poissons. C’était la première plaie ; les plaies étaient des signes de Dieu. Quel signe Pharaon devait-il reconnaître ? Il y avait beaucoup de “dieux” en Égypte, même Pharaon était considéré comme un dieu. Ces fléaux/signes étaient destinés à montrer qu’il n’y a qu’un seul Dieu, à montrer le respect et l’obéissance, à réaliser que nos vies sont entre Ses mains. Pharaon a refusé de se soumettre à Dieu. Une semaine plus tard, le Seigneur parle à Moïse : “Va vers Pharaon : “Ainsi parle le Seigneur : laisse aller mon peuple”. Il avertit Pharaon que s’il ne fait pas la volonté de Dieu, alors la 2e plaie se produira, une plaie de grenouilles sortant de la rivière. Il devait y en avoir des millions (imaginez). Le Pharaon refuse de faire la volonté de Dieu et la plaie des grenouilles se produit ; elle est si grave que le Pharaon demande que les grenouilles soient enlevées et promet qu’il fera la volonté de Dieu. Le lendemain, les grenouilles sont toutes mortes mais Pharaon n’a pas été fidèle à sa promesse. Nous voyons que Pharaon a péché contre Dieu, que Dieu le punit, que Pharaon demande pitié, que Dieu fait pitié, que Pharaon pèche à nouveau (Dieu était fidèle, Pharaon ne l’était pas). Son cœur aurait dû changer pour le mieux, mais au lieu de cela, il a empiré. Qu’en est-il de nous – lorsque nous prions sincèrement pour le pardon, est-ce UNIQUEMENT pour que le Seigneur élimine le problème dans nos vies ; et lorsque le Seigneur nous est fidèle, sommes-nous fidèles au Seigneur ? Avons-nous un cœur et un esprit nouveaux, cherchant toujours à plaire à notre Seigneur miséricordieux ? Ou bien, lorsque la prière est exaucée, oublions-nous et continuons-nous à vivre comme si rien ne s’était passé ? La troisième plaie (les poux) a amené les magiciens égyptiens à admettre qu’elle venait de Dieu. Mais Pharaon refusa de s’humilier et ne les écouta pas. La quatrième plaie (les mouches) s’est produite dans toute l’Égypte, sauf là où habitait Israël – il n’y avait pas de mouches à Gosen, comme Dieu l’avait prévenu. Le Pharaon fait venir Moïse et Aaron et tente de négocier un accord. Moïse ne veut pas négocier ; il fait la volonté de Dieu dans le cadre de son plan, et Moïse ne peut donc pas changer les termes du plan. Parfois, il est tentant de “négocier” avec les autres afin d’apporter la paix, mais si en “négociant” nous ne suivons pas les instructions de Dieu, alors nous cherchons l’unité avec l’humanité et non l’unité avec Dieu ! Une fois encore, le Seigneur supprime le problème temporaire de Pharaon – et Pharaon revient sur sa promesse. A quoi pensait Pharaon ? Pensait-il vraiment qu’il pouvait tromper Dieu ? Cherchons-nous à changer les termes de notre relation avec le Seigneur ? Les conditions du Seigneur sont l’amour, l’obéissance et la confiance ; toutes trois impliquent un certain sacrifice dans nos vies. Donnons-nous – ou nous contentons-nous de prendre ? Psaumes 60-61. Le psaume 60 commence aux versets 1-3 par la prière de David pour obtenir de l’aide. Il a l’impression que Dieu l’a abandonné, et qu’il est même contre lui. La réponse à cette prière de souffrance (tête baissée) est la suivante : ” Tu as donné une bannière à ceux qui te craignent, pour qu’elle soit déployée à cause de la vérité, afin que ton bien-aimé soit délivré. ” Nous savons ce qu’est une bannière – c’est comme un drapeau qui est levé. C’est un signe qui permet aux gens de décider de leur appartenance, de sorte que les personnes partageant les mêmes idées se rassemblent autour de leur bannière, et y restent ! Jésus est notre bannière. “Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le fils de l’homme soit élevé, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais ait la vie éternelle” Jean 3:14-15. “En ce jour-là, il y aura une racine de Jessé qui se dressera comme une bannière pour le peuple, car les païens (nous) le chercheront.” Esaïe 11:10 et ailleurs. Ainsi, lorsque nous avons la tête basse, et que nous traversons des difficultés, levons la tête et voyons Jésus – et rappelons-nous tout ce qu’il représente, tout ce qu’il a dit “souviens-toi de moi”, “viens à moi” et “je te donnerai du repos”. Nous voyons notre bannière dans le psaume 61. “Tu prolongeras la vie du roi, ses années comme autant de générations. Il demeurera devant Dieu pour toujours. Je célébrerai ton nom à jamais, et j’accomplirai chaque jour mes voeux”. L’accomplissement de David dans la vie était d’être avec son Seigneur – il veut chanter les louanges du nom du Seigneur et lui être fidèle chaque jour. Il y parvient en pensant au fils promis de David (notre bannière pour nous rassembler en son nom), celui qui accomplira toutes les promesses extraordinaires de Dieu et apportera l’amour, la justice et la paix à ce monde, mais surtout, il fera en sorte que le monde entier connaisse la gloire due à Dieu. Imaginez – quand le monde entier aura cet esprit ! Romains 12. Paul encourage les croyants à servir et à obéir à Dieu dans leur vie quotidienne : “Par la miséricorde de Dieu, présentez votre corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera votre service raisonnable”. Nos vies devraient refléter les miséricordes de Dieu qui nous ont été montrées, et si nous nous attardons sur les miséricordes de Dieu, nous serons mieux équipés pour servir le Seigneur dans l’amour, chaque jour. C’est une façon de penser dont David a parlé dans les psaumes, et une façon de penser que Pharaon n’a jamais acceptée. Être conscient des miséricordes de Dieu transforme notre esprit, change notre façon de croire et nous aide à devenir davantage comme Jésus. Paul rappelle ensuite à l’Église que, de même que notre corps physique comporte de nombreuses parties et fonctions différentes (selon la volonté de Dieu), il en va de même pour le “corps” spirituel, c’est-à-dire l’Église. Chacun a reçu des dons différents (de Dieu) et doit les utiliser au profit de l’Église. En agissant ainsi, ils accompliront la volonté de Dieu et apporteront tous une nouvelle façon de penser et de vivre (celle de Dieu) – transformant la vie des gens, alors qu’ils se réunissent au nom du Seigneur. Alors qu’il y avait différents dons au sein de l’église, Paul énumère la manière de penser que TOUS, chacun, doit avoir au sein de l’église. En lisant les v9-21, je me souviens de frères et de sœurs que j’ai rencontrés qui ont fait preuve de cet esprit et qui sont un formidable encouragement pour tous ceux qui les connaissent. Je suis sûr qu’il y a des moments où ils luttent, mais les mots ici leur rappellent et les encouragent à demander de l’aide pour avoir cet esprit, pour chercher à avoir la pensée du Christ plutôt que la leur. Et je suis sûr que les bons exemples du Christ étaient ceux qui savaient qu’ils n’étaient pas bons eux-mêmes, mais ils voulaient être semblables au Christ et demandaient de l’aide. Si leur motivation était bonne, ils recevaient de l’aide. Au verset 20, nous lisons : “Si ton ennemi a faim, donne-lui à manger ; s’il a soif, donne-lui à boire ; car en agissant ainsi, tu amasseras des charbons ardents sur sa tête”. Il y a eu de nombreuses interprétations de ce verset, lorsque cela arrive, il faut toujours regarder le contexte et ce que Jésus dit. Jésus dit “aimez vos ennemis” et le contexte dans Romains 12:14 “Bénissez ceux qui vous persécutent” et :21 “vainquez le mal par le bien”. J’aime donc cette interprétation : “Les charbons ardents sont un symbole visuel d’un changement d’esprit qui a lieu à la suite d’un acte d’amour”. Nous devrions continuellement avoir des “charbons ardents sur la tête” et être transformés par un acte d’amour (Jésus) à cause de la miséricorde de Dieu – et nous devrions à notre tour faire de même pour les autres. Fevrier

Le 3 Fevrier

Dans les trois lectures d’aujourd’hui, nous voyons une leçon commune sur la façon de vivre nos vies. Le choix est vraiment simple – si nous voulons être dans le royaume et avoir les avantages que Dieu a promis, nous devons “faire tous les efforts” pour lui obéir, ce qui signifie ne pas voler, ne pas mentir, ne pas tricher, ne pas aimer l’argent et les richesses – cela signifie que nous devons essayer de faire ce que Jésus a fait. Parce que si nous n’essayons pas d’être comme Jésus, nous risquons vraiment notre salut et c’est grave. Il est étonnant de constater que nous ignorons souvent ce que Dieu veut que nous fassions et que nous faisons ce que nous voulons, et c’est très grave. Tant de problèmes sont causés dans nos vies et dans notre communauté ecclésiale parce que des frères et sœurs ont été malhonnêtes, et ils en répondront lorsque Jésus reviendra s’ils ne se repentent pas maintenant. Bien que Pharaon n’ait pas dit qu’il était un homme pieux, Dieu lui a quand même donné des occasions d’accepter les voies de Dieu, mais il a continuellement refusé et il a montré son manque total de respect pour Dieu dans la manière dont il a refusé d’écouter Dieu parler par l’intermédiaire de Moïse. Genèse 9 nous donne le récit des fléaux du bétail, de la peste et de la grêle, cette fois pour le bétail et la grêle, Dieu protège son peuple des fléaux, versets 4, 6 et 26. Même en voyant cela, Pharaon “endurcit son cœur” (versets 7 et 35), à tel point que Dieu commence à atténuer tout désir de Pharaon de se repentir (verset 12). Le problème fondamental de Pharaon était qu’il était orgueilleux et (comme tous les pharaons) pensait à tort qu’il était un “dieu”, il n’était donc pas disposé à écouter une autre “puissance”, mais dans ses réponses, il a menti, versets 27-28, et après que Moïse ait prié, il a encore péché, verset 34. Pharaon était trop intéressé par les villes que les Juifs lui construisaient par le travail forcé et il a jugé sa vie plus importante que d’écouter Dieu ! Lorsque nous lisons les fléaux, nous imaginons qu’ils se suivent immédiatement, mais je ne pense pas que ce soit exact, il y a probablement des semaines ou même des mois entre chaque fléau, nous en avons un indice avec les fléaux du bétail et de la grêle. Le verset 6 dit que “tout le bétail” a été tué, mais au verset 19, les Égyptiens ont à nouveau du bétail. Je crois que cela s’est produit parce que ces fléaux ont été espacés de plusieurs mois et que les Égyptiens ont reconstitué leurs troupeaux de bétail grâce aux marchands qui les avaient apportés d’autres nations. Cela explique également l’endurcissement du cœur de Pharaon car, bien que lui et le peuple aient souffert pendant la plaie du bétail, ils se sont rapidement rétablis et ont aussi rapidement oublié la douleur et la souffrance précédentes. C’est comme nous aussi, nous oublions si vite les leçons, c’est pourquoi nous avons besoin d’un rappel constant, et nous ignorons les rappels à nos risques et périls ! Dieu a toujours un plan, même dans l’attitude impie de Pharaon, et le bien viendra toujours au moment voulu par Dieu, verset 16. Dans les Psaumes 62 et 63, nous constatons cette même attitude humaine lorsque David nous rappelle l’obstination de la pensée humaine, Psaume 62, versets 3-4 et Psaume 63, versets 9-10. Les hommes impies “se plaisent dans le mensonge”, ils se croient si intelligents, mais Dieu les détruira, il sait qu’ils “bénissent” avec leur bouche, mais “maudissent” avec leur cœur, c’est-à-dire en prétendant être pieux – c’est la leçon que nous donne Jacques 3 à propos de la langue ! Dieu sait si nous sommes hypocrites, c’est-à-dire si nous faisons semblant ! Mais David nous rappelle aussi que c’est en Dieu que nous devons avoir confiance, Psaume 62 versets 1-2, 5-8 et tout le Psaume 63. Il est clair que si quelqu’un se confie dans l’orgueil et l’extorsion, les biens volés et les richesses, versets 9-10, alors il sera jugé pour ce qu’il a fait, versets 11-12. Ces prières de David sont donc un grand réconfort pour nous si nous essayons d’agir comme Jésus, mais elles sont aussi un avertissement si nous agissons de manière impie – nous avons tous ce choix ! Il est clair, d’après Romains 13, que nous devons nous soumettre aux autorités, c’est-à-dire aux gouvernements où nous vivons (versets 1-7) ; nous devrions toujours le faire, à moins que ce qu’ils nous disent ne soit contraire à ce que Dieu veut – le grand exemple est dans notre lecture de l’Exode, Moïse et Aaron ont obéi à Dieu plutôt qu’au Pharaon et ils ont fait confiance à Dieu comme à leur “rocher”, tout comme David. La leçon pour nous est donc claire : nous devons obéir aux lois du pays, car Dieu a placé les gouvernements en tant qu’agents pour réaliser ses desseins (versets 4 et 6), et nous devons donc payer nos impôts de bon gré ! Nous devons toujours rembourser nos “dettes”, verset 8, sauf la “dette” d'”amour”, ce que nous devrions toujours faire si nous sommes pieux ! Si nous aimions, nous ne ferions aucune des choses (et bien d’autres) énumérées au verset 9, l’idée étant que l’amour “ne fait aucun mal à son prochain”, c’est-à-dire que nous sommes pieux et honnêtes en TOUT ! Le monde est en désordre et il semble que les choses se passent comme la Bible l’a prédit juste avant le retour de Jésus. Si c’est le cas, nous devons nous “réveiller” et arrêter de faire des choses impies et les choses que notre nature humaine veut faire (versets 11-13). Nous devons être comme Jésus, verset 14. Il y aura toujours des frères et des sœurs qui penseront légèrement différemment de nous sur des sujets discutables, nous en avons un exemple dans Romains 14 à propos de la consommation de viande. Certains croyaient, à juste titre, qu’il n’y avait pas de problème à manger de la viande maintenant, parce que Jésus avait dit qu’il n’y avait pas de problème, mais d’autres ne pouvaient pas en manger pour des raisons de conscience, donc un chrétien aimant doit respecter les sentiments du frère ou de la sœur “plus faible” et ne pas manger de viande en leur présence. Il s’agit d’unité, et c’est ce que nous devrions viser, car Jésus est mort pour chacun d’entre nous (versets 3 et 8). Nous ne devons pas regarder de haut notre frère qui ne pense pas comme nous sur ces questions discutables, versets 9-11, nous ne devons pas le condamner. Et la leçon est que nous ne devons pas détruire notre frère ou notre sœur par les choses que nous faisons, verset 15. Paul dit donc que nous devons faire “tous nos efforts” pour faire des choses qui mènent à la “paix” et des choses qui encouragent, verset 19. Paul conclut que dans ces questions discutables, par exemple manger de la viande, nous ne le faisons pas si quelqu’un est avec nous et s’y oppose – c’est de l’amour ! Il est clair que cela ne nous donne pas une excuse pour croire et faire n’importe quoi quand nous ne sommes pas avec nos frères et sœurs, car il y a des enseignements et des actions qui ne sont pas discutables et qui sont vraiment clairs pour quiconque veut sérieusement suivre Dieu. Il s’agit de choses comme la viande et la boisson, les jours spéciaux, les vêtements que nous portons, etc. Comme c’est toujours le cas, notre connaissance de la Bible doit conduire à une vie pieuse, dans le respect et l’amour de Dieu, de Jésus et des autres. Fevrier

Le 4 Fevrier

Nous lisons deux autres fléaux dans Exode 10, à savoir les sauterelles et les ténèbres, et nous constatons que Pharaon reste fier (verset 3), que ses fonctionnaires semblent être frustrés par son refus de laisser partir le peuple (verset 7) et qu’à cause de son orgueil, Dieu “endurcit” encore plus son cœur (versets 20 et 27). Dieu avait un but dans tout cela, comme l’indiquent les versets 1 et 2 ; l’une des raisons était que le peuple de Dieu en parlerait aux générations à venir afin qu’elles se souviennent que Dieu “est le Seigneur”. Dans tout cela, Moïse et Aaron sont restés fidèles et ont eu une confiance totale en Dieu, ils n’ont pas douté que Dieu était avec eux et ils ont fait exactement ce que Dieu avait dit, ils sont donc de grands exemples à suivre lorsque nous sommes dans des situations difficiles. Même si le peuple de Dieu souffre, comme d’autres souvent, Dieu prend toujours soin de lui – un exemple de ceci est la plaie des ténèbres où les Israélites sont restés dans la lumière, verset 23. Cela nous rappelle l’image régulière dans la bible qui utilise la lumière et les ténèbres pour décrire ceux qui vivent en Jésus et Dieu contre ceux qui rejettent Dieu et tous ses principes. Bien que Dieu ait donné à Pharaon de nombreuses occasions de se repentir, il n’a reconnu son péché qu’à contrecœur, simplement pour être soulagé de ce qu’il souffrait à ce moment-là (versets 16-19). Les deux psaumes 64 et 65 nous rappellent à nouveau ceux qui sont dans les “ténèbres” et ceux qui sont dans la “lumière”. David se plaint à Dieu de ceux qui s’opposent à Dieu et reconnaît que Dieu finira par s’occuper d’eux en son temps, verset 1 à 8, tous leurs plans et leurs paroles ne serviront à rien, comme l’a démontré Pharaon. Cependant, ce sont les “justes” (ceux qui sont dans la “lumière”) qui peuvent se réfugier en Dieu et le louer, verset 10, c’est exactement ce que Moïse et Aaron ont fait. Le psaume 65 est une prière de David qui est aussi notre prière – nous louons et sommes confiants que Dieu entend les prières et que si nous nous repentons, tous nos péchés sont pardonnés, versets 1-3. Nous avons été “choisis” par Dieu pour être sauvés et faire partie de son royaume, et c’est une si grande bénédiction, verset 4. Il n’y a pas de plus grande bénédiction que celle-ci, d’être promis au royaume lorsque Jésus reviendra, c’est ce sur quoi nous devrions essayer de nous concentrer chaque jour de notre vie. Notre Dieu est “impressionnant”, il est l’espoir de tous ceux qui se tournent vers lui et, même s’il est le puissant créateur et contrôleur du temps, il est toujours prêt à nous sauver, nous les individus, versets 5-8. Cette connaissance de Dieu doit nous inciter à le respecter et à le louer en toute humilité. Les versets 9-13 sont une image complètement opposée à la destruction qui a été envoyée par Dieu sur l’Égypte dans l’Exode ; dans le psaume, nous avons l’image d’une terre qui est couverte de “troupeaux et de maïs”, verset 13, c’est-à-dire l’abondance. C’est ce qui a été promis aux enfants de Dieu lorsqu’ils sont sortis d’Égypte s’ils obéissaient à Dieu, et c’est ce qui nous a été promis lorsque Jésus reviendra pour établir le royaume. Par de petits moyens, nous voyons l’attention de Dieu maintenant dans les récoltes que nous obtenons, et pour cela nous devons le louer, mais nous devons continuer à le louer même quand les récoltes sont mauvaises parce qu’il a toujours un plan pour nous dans son royaume. Ce merveilleux thème de l’espérance et de la bénédiction se poursuit en Romains 15, où Paul nous rappelle que nous faisons partie des promesses faites à Abraham, Isaac, Jacob et maintenant à Moïse (verset 8). Nous sommes les Gentils auxquels Paul fait référence, versets 9-12, et cela devrait nous remplir d'”espoir”, de “joie” et de “confiance”, verset 13. Parce que nous avons cette merveilleuse espérance d’un avenir, nos vies actuelles devraient être changées lorsque nous faisons face aux difficultés quotidiennes. Dans l’exemple de ce chapitre, Paul dit que nous devrions aider ceux qui sont “faibles”, que ce soit sur le plan physique ou scripturaire (verset 1). Il nous est demandé de “nous édifier les uns les autres”, verset 2, car même Jésus a toujours pensé aux autres, verset 3, et nous devrions donc faire de même et utiliser les exemples de l’Ancien Testament pour apprendre, verset 4. Il ne devrait pas y avoir d’orgueil ou d’empressement à être le “leader” dans notre église, nous devrions humblement accepter Jésus, en nous rappelant qu’il nous a acceptés, donc notre but devrait être l’unité, versets 5-7, et pour cela nous devrions nous louer. Ce sujet de l’unité est si important que Paul le répète au chapitre 16, versets 17-18. Il nous est dit de nous éloigner de ceux qui causent des divisions et il faut faire attention car souvent ils peuvent tromper par leurs “belles paroles”. Il y a beaucoup de noms dans ce chapitre et dans le chapitre 15 nous voyons le projet de Paul de visiter Rome, ce qui nous montre que la communion est importante, nous devons être ensemble dans la communion pour louer Dieu pour ses bénédictions et pour nous encourager mutuellement alors que nous nous préparons pour le retour de Jésus. Et aux versets 30-32, nous voyons que nous devons nous souvenir de nos frères et sœurs partout dans le monde dans nos prières alors que nous “luttons” pour essayer de faire ce qui est juste. La prière de conclusion de Paul est aussi la nôtre, ie chapitre 16 versets 25-27 : “A celui qui a le pouvoir de vous affermir par mon Évangile et par l’annonce de Jésus-Christ, selon la révélation du mystère caché depuis longtemps, mais maintenant révélé et rendu public par les écrits prophétiques, sur l’ordre du Dieu éternel, afin que toutes les nations croient et lui obéissent – au Dieu unique et sage soit la gloire pour les siècles des siècles, par Jésus-Christ ! Amen.” Fevrier

Le 5 Fevrier

Une pensée sera ajoutée l’année prochaine! Fevrier

Le 6 Fevrier

Au cours des prochaines semaines, nos lectures quotidiennes porteront sur les enfants d’Israël au cours de leur voyage dans le désert vers la terre que Dieu leur avait promise. Hier, nous avons lu le récit de la Pâque et demain, nous lirons le récit de la traversée de la mer Rouge par Israël, qui fait partie du voyage que Dieu leur a promis. Ceux d’entre nous qui sont baptisés sont également en voyage vers le royaume et nous pouvons donc voir de nombreuses leçons pour nous en continuant à lire l’Exode. Lorsque nous avons étudié Romains récemment, nous avons vu au chapitre 15, verset 4, que les choses sont écrites pour “nous enseigner”. Paul dit encore dans 1 Corinthiens que les expériences des enfants d’Israël sont écrites pour notre instruction. Nous devons donc être prêts à apprendre des choses que nous lisons dans l’Exode. Paul souligne un certain nombre d’événements de ce voyage dans le désert au chapitre 10, versets 1-2 : ils ont tous été baptisés dans “la nuée et la mer” ; ils ont mangé et bu la même nourriture et boisson spirituelle, c’est-à-dire qu’ils ont tous reçu tout ce dont ils avaient besoin ; ces choses que Dieu a fournies étaient un “rocher spirituel”, comme l’est le Christ pour nous. Par conséquent, Paul nous rappelle que ces choses dont ils étaient pourvus étaient un rappel de Jésus. Son avertissement est que beaucoup de ceux qui ont commencé le voyage n’ont pas atteint la terre promise, il nous avertit donc aussi que la vie sera parfois difficile. Mais Dieu tient sa promesse et le royaume viendra. Nous devons donc rester fidèles à ce que Dieu a promis et Paul nous rappelle que Dieu a aidé et pourvu, verset 11. Exode 10, versets 21-23, décrit comment les ténèbres de la neuvième plaie se sont répandues dans toute l’Égypte, mais qu’il y avait de la lumière là où se trouvait Israël ; c’est remarquable car Dieu établit une distinction. Il y a la distinction entre la lumière et les ténèbres des différents groupes de personnes ; cette distinction devrait également exister aujourd’hui dans la manière dont nous menons nos vies. Ce thème de la lumière et des ténèbres parcourt toute la Bible, à commencer par Genèse 1 – remarquez que Dieu n’a pas détruit les ténèbres, il a séparé les ténèbres de la lumière, verset 1-5. Nous pouvons donc voir que les ténèbres existaient toujours, mais qu’elles étaient séparées de la lumière. Il y a là une leçon pour nous : nous devons nous séparer des choses du monde pour montrer la lumière de l’Évangile dans nos vies, même si nous sommes entourés de ténèbres. Ce principe est repris dans le Nouveau Testament. Vous vous souviendrez que l’Évangile de Jean commence par dire que Jésus est “la lumière du monde”. Ceux qui répondent à la lumière sont décrits comme les “fils de Dieu”. Et dans la première lettre de Jean, nous lisons 1 Jean 1 verset 5-7 – Jésus est la lumière et nous marchons avec lui. En tant que tels, nous devenons en communion avec lui à l’approche du royaume de Dieu ; cependant, nous devons toujours nous rappeler qu’il y avait des ténèbres spirituelles en Égypte et que c’est la raison pour laquelle le peuple d’Israël a dû partir. Cependant, il y a des ténèbres spirituelles dans notre monde aujourd’hui aussi, et nous devons essayer de marcher dans la lumière comme ils l’ont fait. Après le repas de la Pâque, le peuple a été conduit hors d’Égypte. Nous lisons que le Seigneur les a précédés (Exode 13, versets 20-22), Dieu était donc avec eux pendant cette partie du voyage. Il y avait une colonne de nuée le jour et une colonne de feu pour les éclairer la nuit, leur donnant lumière et protection, et surtout, leur indiquant le chemin. Mais la route qu’ils ont prise, en suivant la nuée et le feu, les a amenés à un point où ils étaient piégés entre la mer Rouge et les Égyptiens qui les poursuivaient. Il est compréhensible qu’ils aient eu très peur, mais cela devait leur apprendre – et nous aussi – une leçon importante : ni eux ni nous ne sommes capables d’apporter notre propre salut, seul Dieu peut apporter le salut (Exode 14, versets 13-14). Ils n’allaient pas échapper aux ténèbres de l’Égypte par leurs propres forces – ils devaient s’en remettre à Dieu. Par conséquent, la leçon à retenir est qu’il faut faire confiance à Dieu, peu importe ce qui nous arrive. Nous devons rester calmes et nous taire, car c’est Dieu qui va se battre pour eux et pour nous. Ils ne seraient pas en mesure de se battre eux-mêmes parce qu’ils n’en auraient pas besoin, car il s’agit d’une délivrance de Dieu. Tout ceci est la provision de Dieu : “Arrêtez-vous et voyez le salut de l’Éternel”. La colonne de nuée (le jour) et de feu (la nuit) qui les avait précédés passait derrière eux, Exode 14, verset 19-22 C’est cela, je pense, qui permet à Paul de décrire la traversée de la Mer Rouge comme une figure du baptême. Nous savons que le baptême nécessite une immersion totale dans l’eau. J’imagine le peuple passant entre les eaux de la mer de chaque côté et avec cette nuée au-dessus et autour d’eux. Les Égyptiens, dans les ténèbres spirituelles, ne pouvaient pas traverser, mais les enfants d’Israël le firent et furent sauvés par la puissance de Dieu. Tout ne s’est pas bien passé dans leur voyage à cause de leur désobéissance et de leur manque de foi, mais Paul nous le rappelle et nous dit d’écouter les avertissements dans 1 Corinthiens. Mais Dieu a tenu sa promesse et finalement la terre promise a été atteinte. Il en sera de même pour nous, si nous restons fidèles. Il y a une partie très importante du récit de la sortie d’Israël d’Égypte, c’est le repas de la Pâque. Nous pouvons tirer de nombreuses leçons de cette nuit, mais la plus importante est que l’agneau de la Pâque devait être sacrifié et son sang peint autour de la porte de chaque maison où se trouvaient ceux qui suivaient Dieu. Il n’y avait pas d’autre moyen d’échapper à la malédiction qui allait s’abattre sur l’Égypte. Nous pouvons appliquer cette leçon à nos propres circonstances en ce sens qu’il n’y a pas d’autre moyen de salut que par Jésus. L’agneau de la Pâque devait être “sans défaut” (Exode 12, verset 5), il devait être parfait en tous points, tout comme Jésus l’était et l’est pour nous. De nombreux passages relient l’agneau de la Pâque à Jésus, l’un d’eux se trouve dans Hébreux 9, verset 12-15. Ce passage parle du sacrifice de Jésus et le met en contraste avec les sacrifices exigés dans l’Ancien Testament. Ces sacrifices n’ont jamais pu nous sauver du péché et de la mort. Mais le sacrifice de Jésus – qui était sans défaut – peut nous faire passer des “œuvres mortes” au service du Dieu vivant et nous amener à “l’héritage éternel”. Fevrier

Le 7 Fevrier

Exode 15 commence par la louange et l’adoration de Dieu pour toutes les bonnes choses qu’il a faites en sauvant son peuple des Égyptiens. C’est une merveilleuse reconnaissance des choses spécifiques que Dieu a faites pour le sauver de sa position impossible, coincé entre la mer Rouge et les Égyptiens. Dans ce chant de louange, verset 1, le peuple reconnaît le salut de Dieu, verset 2. C’est exactement la raison pour laquelle Dieu les a mis dans cette position en premier lieu, afin qu’ils apprennent à accepter que seul Dieu pouvait leur apporter le salut. Et tout comme les Israélites, nous louons Dieu pour le salut qu’il nous a donné ; dans le cas des Israélites, ce salut était à travers la mer, dans notre cas, notre baptême et notre foi nous amènent au royaume. Le chant de Moïse montre clairement que c’est tout ce qui “s’oppose” à Dieu, verset 7, et tout ce qui “se vante”, verset 9, c’est-à-dire l’orgueil, que Dieu détruit, ce qui nous incite à reconnaître la “sainteté”, la “gloire” et les “merveilles” de Dieu, verset 11. C’est à cause de “l’amour indéfectible” de Dieu, verset 13, que nous avons été “rachetés” et que nous avons reçu le salut – qui sera complètement accompli lorsque Jésus reviendra et que nous serons emmenés dans la “demeure” de Dieu, verset 13, qui est clairement centrée sur la terre, autour de Jérusalem, verset 17. C’est pourquoi la terre d’Israël est le centre de l’enseignement biblique, où tous les enfants de Dieu (ce qui nous inclut évidemment) seront avec Jésus, et finalement avec Dieu, pour toujours, verset 18. Miriam aussi a conduit les femmes à louer ce que le Seigneur avait fait pour elles, verset 20-21, tant la louange et l’adoration étaient grandes parmi tout le peuple. À cause de leur fragilité humaine, malgré toutes ces louanges pour ce que Dieu avait fait, les gens se sont plaints 3 jours plus tard quand ils n’avaient plus d’eau, versets 22-24. Il est facile pour nous de les critiquer, mais nous sommes aussi comme cela parfois, nous oublions si souvent ce que Dieu a fait et fait pour nous, nous devrions essayer de toujours faire confiance à Dieu. Cependant, Dieu a fourni une solution, verset 25, et, comme pour les Israélites, il fait de même pour nous. Cependant, l’aide de Dieu est toujours conditionnelle, verset 26, c’est-à-dire que “si nous écoutons attentivement” et gardons ses commandements et décrets, alors nous sommes aidés pour le salut. Le psaume 69 est un psaume qui nous rappelle Jésus, bien que beaucoup de ses paroles s’appliquent à David, qui l’a écrit alors qu’il était persécuté. Les mots s’appliquent davantage à Jésus, par exemple le verset 21, qui s’applique à Jésus sur la croix (Matthieu 27:34). Tout au long de ce psaume, nous voyons l’amour et la bonté de Dieu et comment il récompense les justes, par exemple aux versets 16 et 33. C’est aussi un psaume plein de louanges, par exemple aux versets 30-31 et 34-36, qui nous rappelle de manière significative que la demeure de Dieu est sur terre, centrée sur “Sion” et “Juda”. Aux versets 22-28, David manifeste sa frustration à l’égard des ennemis de Dieu et veut qu’ils soient exclus du salut de Dieu, mais Jésus renverse la situation lorsqu’il dit sur la croix : “Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font” (Luc 23:34). Dans Marc 3, Jésus confirme que nous devons essayer de suivre ce que Dieu veut, en disant que si nous faisons ce que Dieu veut, alors nous sommes la mère, les frères et les sœurs de Jésus, verset 31-35. En fait, les pharisiens cherchaient toujours à critiquer Jésus et à trouver un moyen de le tuer (versets 1-6) ; même si Jésus faisait du bien, ils maintenaient qu’il “travaillait” le jour du sabbat et s’opposaient à lui. Nous savons qu’à l’époque de Jésus, les Juifs croyaient à tort que les malades devaient avoir péché, d’où l’emploi d’expressions telles que “chasser les démons” et “les esprits mauvais”, par exemple aux versets 10-11. Ces expressions désignent ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de maladies et de troubles mentaux. En fait, même à l’époque de Jésus, des choses comme les “maladies” étaient reconnues. Parce que les Pharisiens et les autres chefs religieux s’opposaient à Jésus, ils affirmaient que Jésus était lui-même malade mental, et même sa propre famille disait la même chose (versets 20-22 et 30). Dans sa réponse, Jésus a démontré que ce type d’argument était complètement stupide – si c’était le cas, alors ce que les Juifs croyaient à tort être la cause du péché, c’est-à-dire Satan, se battait contre lui-même (verset 23). Il le compare à un royaume humain qui, s’il était divisé et se disputait, ne tiendrait pas non plus, verset 24-25, et si Satan s’opposait à lui-même, il ne tiendrait pas non plus, verset 26. Jésus disait que si les gens pensaient qu’il était Satan et qu’il guérissait ceux que Satan avait rendus malades, alors c’était une chose stupide à croire car cela échouerait ! Le verset 27 semble représenter le péché comme “l’homme fort” et pour qu’il y ait une guérison spirituelle, le péché doit être “ligoté”. Nous devons nous rappeler que Jésus parle dans une parabole (verset 23) et que les gens ont compris [à tort] que la maladie était causée par le péché. C’est pourquoi Jésus parle ensuite du pardon du péché et du blasphème au verset 28, mais si quelqu’un nie la puissance de Dieu, qui a permis la guérison en premier lieu, alors ce péché ne sera pas pardonné (verset 29). Non seulement les pharisiens avaient blasphémé en disant que ce n’était pas la puissance de Dieu qui permettait à Jésus de guérir, mais ils croyaient aussi, à tort, qu’une puissance mauvaise était à l’origine des maladies. Les disciples croyaient que Jésus était le fils de Dieu et faisaient de leur mieux pour le suivre. Jésus a désigné 12 d’entre eux pour devenir des apôtres afin qu’ils puissent eux aussi aller enseigner aux autres la bonne nouvelle de Jésus et de son royaume (verset 13-19). Malheureusement, Judas, bien que sachant tout cela, a ensuite trahi Jésus, mais la volonté de Dieu a été accomplie et Jésus est ressuscité pour nous permettre d’avoir ce salut qui a toujours été le désir de Dieu pour ceux qui l’aiment. Fevrier

Le 8 Fevrier

L’Exode 16 nous apprend que Dieu met son peuple à l’épreuve. Lorsque Dieu a envoyé la manne pour nourrir son peuple dans le désert, il a dit : “Je les mettrai ainsi à l’épreuve et je verrai s’ils suivront mes instructions” (Exode 16:4). Le test était qu’ils devaient sortir tous les jours et ramasser la manne tous les jours sauf le sabbat. C’était la première loi sur le sabbat que Dieu a donnée à Israël. Dieu s’est aperçu que les gens violaient le sabbat et allaient chercher la manne ce jour-là également. Dieu a appris que son peuple n’était pas doué pour suivre ses commandements. C’était un modèle de ce qui s’est passé plus tard pendant le reste du voyage dans le désert. Israël s’obstine à rouspéter et à enfreindre les commandements. On pourrait croire que Dieu les mettait à l’épreuve pour voir s’ils allaient échouer. Mais ce n’est pas ainsi que Dieu fonctionne. Dans Exode 15:25-26, nous lisons que Dieu a mis Israël à l’épreuve avec l’approvisionnement en eau. Il l’a fait afin de le bénir et de lui permettre d’éviter les maladies égyptiennes. Dieu met son peuple à l’épreuve par des commandements afin de pouvoir bénir ceux qui le suivent vraiment. Il fait la même chose avec nous, comme nous le lisons dans 1 Thessaloniciens 2:4 : “Nous ne cherchons pas à plaire aux hommes, mais à Dieu, qui éprouve nos cœurs.” Supportons l’épreuve et obéissons à Dieu et recevons ainsi la bénédiction qui vient du fait d’être son peuple. Le psaume 71 est le psaume de la personne âgée. L’auteur nous dit qu’il est vieux (v9), “vieux et grisonnant” (v18), et que sa force a disparu (v9). Dans ce psaume, il jette un regard en arrière sur sa vie et y réfléchit. Même s’il a connu de nombreuses difficultés (v20), il est toujours en sécurité. Il a survécu et est capable de raconter à la prochaine génération les grandes choses que Dieu a faites dans sa vie. En tant que vieil homme, il est vulnérable aux personnes malveillantes. Le psaume raconte comment il continue à faire confiance à Dieu dans sa vieillesse. Même lorsqu’il écrit, il est en danger et il prie Dieu de l’aider. Cela nous montre comment nous devrions être lorsque nous sommes vieux. Nous devons continuer à faire confiance à Dieu et dire à la génération suivante ce que Dieu a fait pour nous. Nous devons être comme un signe pour eux (v7). C’est-à-dire que lorsque les gens nous regardent, ils doivent comprendre que Dieu prend soin de son peuple. Ils devraient alors mettre leur confiance en Dieu, tout comme nous le faisons. Le psaume 70 ne concerne pas les personnes âgées, mais les “pauvres et les nécessiteux” (v5). Ces personnes ont besoin de faire confiance à Dieu, tout comme les personnes âgées. Le royaume est l’espoir des personnes âgées et la terre promise était l’espoir d’Israël dans le désert. Il y a un but à la fin du voyage de notre vie. Maintenons également notre foi sur le chemin de la vie, afin d’atteindre le but de notre voyage – le royaume de Dieu. Marc 4 décrit le royaume de Dieu dans une série de paraboles. Le royaume de Dieu est comme une graine qui commence petite et pousse lentement, mais qui tôt ou tard devient un grand arbre (v26-29). Le royaume de Dieu peut sembler petit et insignifiant maintenant, mais il sera grand. Il viendra de manière inattendue et atteindra sa pleine grandeur. La parabole du semeur (v1-20) nous enseigne que le peuple du royaume de Dieu produit des fruits spirituels. Faisons en sorte d’être fructueux afin que Dieu nous considère comme des gens de son royaume. Le dernier incident de Marc 4 est une tempête sur le lac. Le grec original est plus clair que la plupart des traductions. La tempête a été provoquée par un “grand” vent (v37), à tel point que les disciples ont eu peur de se noyer. Puis, lorsque Jésus les a sauvés, il y a eu un ” grand ” calme (v39). La différence était si spectaculaire. Nous devons nous imaginer passer de la quasi-noyade à une mer plate, sans vagues ni vent. Quand les disciples y ont pensé, ils ont eu une ” grande ” peur de Jésus (v41). Jésus peut grandement calmer la tempête de notre vie et nous devrions grandement honorer et respecter Jésus. Comme Jésus l’a dit à des gens comme nous, “Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos” (Matthieu 11:28). Puissiez-vous trouver le calme dans votre journée, et que la paix qui vient de la connaissance de Jésus vous accompagne dans tout ce que vous faites aujourd’hui. Fevrier

Le 9 Fevrier

Exode 17, 18 : Les réfugiés (Israël) étaient en route, conduits (par Dieu) à Rephidim. Mais à leur arrivée, il n’y avait pas d’eau. Bien qu’il s’agisse d’une situation très difficile, la fourniture de la manne et toutes les autres bénédictions auraient dû les amener à avoir une certaine confiance dans le Seigneur. Moïse fait ce que le peuple aurait dû faire : il prie pour obtenir de l’aide. Le Seigneur donne des instructions à Moïse pour qu’il frappe un rocher, et de l’eau sort pour le peuple et son bétail (cela a dû être comme un fleuve continu !). Quel cadeau gracieux pour ceux qui s’interrogeaient même sur la volonté du Seigneur à leur égard – “Le Seigneur est-il parmi nous ou non ?”. Les temps difficiles peuvent séparer les gens ; la réponse aux temps difficiles est toujours de travailler ensemble. En agissant ainsi, nous nous disons les uns aux autres : “n’abandonnez pas, je n’ai pas abandonné”. Cela est également vrai pour notre relation avec le Seigneur – même lorsque nous sommes faibles (si nous n’abandonnons pas), nous pouvons être forts en sachant que le Seigneur est avec nous. Une énorme quantité d’eau fournie à un camp de réfugiés dans une terre aride a probablement été l’une des raisons pour lesquelles Israël a été attaqué par les Amalécites. Moïse a organisé Israël ; Josué devait livrer la bataille. Moïse, avec son bâton, Aaron et Hur, surveillaient la bataille depuis le sommet d’une colline. Chaque fois que Moïse tenait sa main levée avec le bâton dans sa main, alors Israël dominait, mais lorsque sa main baissait, alors l’ennemi dominait. Moïse avait besoin d’aide parce qu’il n’était pas assez fort, alors Aaron et Hur ont soutenu ses bras tendus afin que le bâton soit maintenu en l’air continuellement – en travaillant ensemble (avec Dieu), les Amalécites ont été vaincus. Il y a plusieurs leçons à tirer de cette histoire : Moïse, malgré sa bonne volonté, ne pouvait pas sauver Israël à lui seul, il avait besoin de l’aide des autres. Josué a appris que lorsqu’il voyait que Dieu était avec eux (le bâton était un rappel de la volonté de Dieu), il était alors renforcé par le fait de savoir que la bataille était celle du Seigneur.” Sois fort et courageux… car l’Éternel, ton Dieu, est avec toi” Jos 1:9. Le peuple aurait dû apprendre de l’exemple de Josué : “si Dieu est pour nous, qui peut être contre nous ?”. Nous avons été encouragés par les mêmes paroles de Dieu. (Rom 8:31). Moïse reçoit une aide supplémentaire dans le chapitre suivant. Jéthro, son beau-père, a entendu ce que Dieu avait fait pour Moïse et Israël, et s’est arrangé pour le rencontrer. Il a écouté le récit de Moïse sur tout ce qui s’était passé, ce qui a amené Jéthro à confesser que le Seigneur est plus grand que tous les dieux. Le lendemain, Jéthro vit Moïse juger pour son peuple, comment il devait vivre sa vie selon les voies de Dieu. Mais Jéthro voyait que c’était trop pour Moïse – certaines questions pouvaient être jugées par d’autres “hommes capables” – ceux qui craignent Dieu, les hommes de vérité, qui détestent la cupidité ; ils pouvaient “porter le fardeau avec toi”. Moïse aurait pu voir cela comme une critique personnelle, mais il ne l’a pas fait. Il avait appris de la bataille contre les Amalécites qu’il ne pouvait pas tout faire ; il avait besoin de Josué, Aaron, Hur et d’autres pour partager le fardeau et accomplir la volonté de Dieu. Je crois que Dieu avait préparé Moïse avant le conseil de Jéthro, afin que Moïse sache que c’était une confirmation de ce que le Seigneur lui avait déjà montré. Mais je suis sûr qu’il a quand même prié à ce sujet, comme nous devrions le faire. Il est bon que les dirigeants (anciens) délèguent des “hommes capables” pour porter la charge de travailler ensemble avec le Seigneur. Les instructions pour les églises chrétiennes se trouvent dans 1Tim 3:1-13 et ailleurs. Psaume 72 : Le leader parfait… la réponse au changement climatique, à la famine, à l’eau douce, aux guerres, à la pauvreté, à la justice, à tout. Ce psaume a été écrit 1000 ans avant la naissance de Jésus, et bien que 2000 autres années se soient écoulées, nous savons (sans aucun doute) que ces mots décrivent le règne de Jésus sur la terre. Rappelons-nous certaines des choses merveilleuses qui se produiront. Le Roi régnera selon les voies de Dieu (v1) ; il jugera avec justice (v2) ; il apportera la paix (v3) ; il rendra justice aux pauvres (v4) ; il brisera l’oppresseur (v4) ; il gouvernera le monde entier (v8) ; Toutes les nations le serviront (apporteront l’unité) (v11) ; Abondance de nourriture (v16) ; Bénédiction (v17) ; Toute la terre sera remplie de sa gloire (v19) ; Aucune de ces promesses ne peut être trouvée dans aucun autre leader, dans aucun pays, à aucun moment. C’est pourquoi nous prions “que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel”. A partir de ce psaume et d’autres passages des Ecritures, nous SAVONS que la volonté de Dieu sera faite. Marc 5 : Trois miracles différents. Le premier miracle est celui d’un homme qui avait perdu la raison ; nous l’appellerions aujourd’hui un schizophrène. Il se battait chaque jour dans son esprit – nous voyons que certaines pensées sont bonnes, d’autres confuses et d’autres folles. Le bon : quand il a vu Jésus, il a couru et s’est prosterné devant lui. Il savait que Jésus était le fils de Dieu. La confusion : “Ne me tourmente pas”, bien qu’il ait reconnu qui était Jésus, il ne connaissait pas son but, ce que Jésus voulait faire pour lui. Était-ce à cause d’un mauvais enseignement/une mauvaise compréhension, ou était-il confus ? un mauvais enseignement apporte la confusion ! La folie : son esprit confus a demandé qu’ils (ses démons imaginaires) soient envoyés dans les porcs. Jésus l’a guéri ; 2000 porcs se sont précipités dans la mer et se sont noyés. L’homme qui avait été “possédé par un démon” était assis (en paix), vêtu et dans son bon sens. C’est ce que Jésus peut faire pour nous – nous apporter la paix et nous revêtir d’un bon esprit – et ensuite nous pouvons dire à nos voisins tout ce que Jésus a fait pour nous. Deux autres miracles : Une femme avait un écoulement continu de sang… ce qui lui valait d’être considérée comme impure, isolée de la société ; elle devait garder ses distances avec tout le monde. Cela durait depuis 12 ans, et tout le monde l’aurait rejetée. Mais cette femme avait foi en Jésus. “Si seulement je touche ses vêtements, je serai guérie”. Elle s’est approchée de Jésus par derrière, a touché son vêtement et a été immédiatement guérie. Maintenant qu’elle était “propre”, elle pouvait être acceptée de nouveau dans la société. Mais Jésus voulait lui donner plus que cela. Après avoir confessé sa foi et ses actes devant une foule (comme nos baptêmes), Jésus lui dit : “Ma fille, ta foi t’a guérie… va en paix”. Jésus l’accueille dans la famille de son Père ! De paria à concitoyens et héritiers – nous souvenons-nous de cette bénédiction ? Pensons toujours à TOUT ce qui nous a été donné et pourquoi. Jaïrus était un chef de la synagogue et sa fille de 12 ans était proche de la mort. Il supplie donc Jésus de venir la guérir. En chemin, Jésus est retardé par le miracle sur la femme ” impure “. Imaginez l’inquiétude de Jaïrus ! Un message arrive à Jaïrus : sa fille est morte, il est trop tard. Jésus lui dit (et nous dit) : ” N’aie pas peur, crois seulement “. Nous savons ce qui s’est passé, la jeune fille est rendue à la vie. Jaïrus voulait que Jésus guérisse sa fille, mais Jésus fait plus – il la ressuscite d’entre les morts et donne à Jaïrus et à sa famille une foi qui ne pourra jamais être reniée. Et une prise de conscience qu’il (et nous) ne pourra jamais rembourser suffisamment Jésus pour ce qu’il a fait. Nous aussi, nous avons reçu une nouvelle vie – maintenant, et si nous vivons selon cette nouvelle vie, nous recevrons la vie éternelle, avec le Seigneur. Fevrier

Le 10 Fevrier

La plupart des gens ont entendu parler des 10 commandements, qu’ils soient chrétiens ou non ; ce sont les commandements que Dieu a donnés à son peuple dès qu’il a atteint la montagne “sainte”, le mont Sinaï. De nombreux pays ont des lois basées sur ces commandements, en particulier les 6 derniers, c’est-à-dire Exode 20 versets 12-17, et ce sont les choses que la plupart des gens essaient de respecter. Ils savent que c’est mal de ne pas honorer ses parents, de tuer, de commettre l’adultère, de voler, de donner un faux témoignage et de convoiter (désirer) les choses que possède un voisin. Cela est confirmé par le fait que les personnes qui commettent de telles choses nient normalement dans un premier temps qu’elles les ont commises, car elles savent que les principes humains “normaux” de bonnes communautés s’y conforment. Si les gens en général savent que des choses comme celles-ci sont “mauvaises”, alors ceux d’entre nous qui sont baptisés devraient savoir à 100% qu’elles sont mauvaises, et il est donc triste que des frères et sœurs ne parviennent pas à démontrer qu’ils acceptent que ces choses sont mauvaises dans leur vie. Jésus attend certainement de nous que nous essayions de vivre selon ces “lois”. Les quatre premiers commandements, c’est-à-dire ne pas avoir de dieux, ne pas avoir d’idoles, ne pas abuser du nom de Dieu et observer le sabbat (versets 3-8), sont les commandements que les chrétiens devraient suivre – Jésus insiste à nouveau sur ces commandements, sauf pour le sabbat. Le peuple a pleinement respecté Dieu et ses commandements, versets 18-21, en écoutant. Et Dieu s’attend à ce qu’ils le respectent en le démontrant dans la manière dont nous pratiquons notre culte (versets 22-26). Ces détails, c’est-à-dire faire un autel en terre, ou si l’on utilise de la pierre, ne pas la ciseler pour lui donner une forme et même ne pas risquer de s’exposer accidentellement en montant des marches, sont tous une démonstration de respect pour Dieu. C’est ce qui devrait nous motiver à montrer du respect à Dieu dans tout ce que nous faisons, tout ! Sur le mont Sinaï, Dieu a parlé avec Moïse, Exode 19, versets 3-6, et le message adressé à son peuple était conditionnel, c’est-à-dire : “Maintenant, SI tu m’obéis pleinement et si tu gardes mon alliance, alors, de toutes les nations, tu seras mon bien précieux.” À cause de Jésus, nous sommes maintenant inclus dans cette promesse, mais nous devons encore essayer d’obéir, même si nous sommes maintenant sous la grâce et la miséricorde. Tout comme les enfants d’Israël, ceux d’entre nous qui sont baptisés ont également déclaré qu’ils “feront tout ce que le Seigneur a dit”, verset 8. Le reste de ce chapitre nous parle des limites qui ont été temporairement mises en place pour empêcher les gens (et les animaux) de s’approcher de la montagne pendant que Dieu apparaissait au peuple, Dieu était respecté. C’est le respect de Dieu et aussi de Jésus qui devrait nous donner envie d’obéir à Dieu. Le psaume 73 est l’un de ces psaumes qui nous montre la pensée et la faiblesse de l’homme, mais lorsque nous considérons Dieu, notre regard change. C’est un rappel dramatique que nous devrions toujours vouloir adorer et être avec nos frères et sœurs, verset 17. Le fidèle auteur de ce psaume était troublé par toutes les choses qui l’entouraient jusqu’à ce qu’il entre dans le “sanctuaire de Dieu” ; c’est là que nous pouvons comprendre ce qu’est Dieu et son dessein, notre “sanctuaire” est la prière, la lecture de la Bible, le culte avec nos frères et sœurs et la réflexion sur Dieu et Jésus. C’est alors que nous pourrons nous aussi trouver la compréhension de toutes les choses confuses qui nous entourent. Les versets 1-16 représentent la confusion, par exemple pourquoi les méchants, les arrogants et les orgueilleux sont-ils mieux lotis que moi ? Les versets 18-28 représentent la compréhension acquise de Dieu – c’est la façon dont nous devrions penser et agir, sachant que les méchants ne prospéreront pas et que les fidèles trouveront un refuge en Dieu ; ceci nous indique notre salut lorsque Jésus reviendra. Marc 6 présente le triste récit de la mise à mort de Jean-Baptiste à la suite d’une promesse stupide et impie du roi Hérode et des manigances de sa femme tout aussi impie, versets 14-29. C’est un exemple de la façon dont les méchants et les orgueilleux provoquent la douleur et la souffrance pour eux-mêmes et pour les autres, verset 26. À la suite d’une promesse stupide, verset 22-23, Jean Baptiste a été tué, verset 27-28. Il est si important que nous nous encouragions mutuellement à nous repentir, c’était la priorité de Jésus lorsqu’il a envoyé les 12 disciples, versets 7-12 – ils devaient guérir les malades au cours de leur voyage, mais la repentance était l’élément important. Certaines personnes écoutent le message, d’autres non, et même les proches de Jésus ont choisi de ne pas l’écouter, alors qu’il avait le message de la vie, verset 1-5. Nous savons que Dieu et Jésus pourvoient aux besoins, l’exemple de Jésus nourrissant les 5 000 personnes (verset 30-44) en est une illustration, mais ce n’est pas pour cela que nous devons suivre Jésus. Nous suivons Jésus parce que nous voulons être dans le royaume. La personne qui a écrit ce psaume souffrait manifestement, mais elle a conservé sa foi en Dieu grâce à la régularité de son culte. Le récit de la tempête sur le lac et de Jésus marchant sur l’eau, verset 45-52, est une excellente image de la façon dont Dieu et Jésus nous aident dans nos vies qui sont souvent troublées et “orageuses”. Jésus veut que nous criions à lui lorsque nous sommes en difficulté, parce qu’il est le seul à pouvoir nous aider, verset 50, et sa réponse est la même pour nous, c’est-à-dire “Prenez courage. N’ayez pas peur”. Lorsque Jésus est monté dans la barque, le vent s’est calmé, verset 51. Il en va de même pour nous lorsque nous demandons de l’aide, et que Jésus est à nos côtés, les choses se calment, c’est-à-dire lorsque nous sommes dans le “sanctuaire”. Tout comme les gens du temps de Moïse, nous devons encore faire de notre mieux pour obéir et surtout pour respecter. Fevrier

Le 11 Fevrier

In Exodus 21 we have a list of various laws that applied to God’s people (the Hebrews) up until the time of Jesus. The laws applied to things from how to treat Hebrew slaves to coping with dangerous bulls; without exception the laws are for the good of the people themselves and when followed demonstrated a love for God and for each other – this is why Jesus said that the most important laws were to love the Lord God AND your neighbour as yourself. The law about the Hebrew servant is all based on love anyway, God’s people had to employ or have as servants those of their fellows who for whatever reason fell on hard times so that those who were desperate could have a home and an income. The very fact that the person who was a slave could decide to permanently join the household, verse 5-6, means that the relationship between the “master” and the “slave” should be a good loving one. The female slave is the same loving relationship because the option was there for the woman to be the wife of the “master’s” son, verse 9. When we consider the bull in verse 28-32 we see that the owner has to protect others from the bull, so these laws are all about love for God and each other. A lesson that is very topical at the moment in one ecclesia in Uganda is verse 33-34 about a bull falling down un unprotected pit, the owner of the pit is responsible because they should have put a well maintained fence up around the pit to stop animals getting near it in the first place. So all of these laws are to protect others, but for those responsible to also understand that the consequences of not loving others, animals or God were very serious, even resulting in them losing their own lives, eg verse 16. Jesus, in Mark 8 actually refers back to these laws, verse 9-13, where in Exodus 21 we see in verse 15 and 17 that no one should “curse” his parents or “attack” them. In Mark 8 Jesus shows the Jews (Hebrews) that they had changed this loving law to a human “tradition” and by presenting a “gift” (corban) to God there were then free from “loving” their parents! This is a terrible thing because they were changing God’s laws, which were designed to demonstrate respect and love, into a human “tradition” that only advantaged the individual themselves. They were only interested in themselves and their own wealth and standing in the community! Jesus completely condemned the Pharisees and others who thought and acted like this as “hypocrites”, ie play actors, verse 6-7, and although we are no longer under the same laws in Exodus we can still learn the lessons from them and, as Jesus said “Love God and your neighbour as yourself”. The Pharisees had been criticising Jesus’ disciples for not “ceremonially” washing their hands before eating, verse 1-2, saying that they were “unclean”, ie “unclean” before God, according to their “tradition”, verse 3-4. However, Jesus demonstrated to them exactly what makes a person “unclean” before God, ie their actions, verse 20-23. These are the things that make anyone “unclean” before God and these teachings of Jesus actually do cover the laws in the Exodus reading, ie if we do not do any of these things then we would love our neighbour and God and then we would not commit any of those things that the law was designed to prevent! We obviously know that our lives are complete in Jesus, ie we will be in the kingdom if we remain faithful, but our determination to learn and to be more like him should be like that of the Syro-Phoenician woman (Gentile) in verse 24-30. Her daughter was ill, she knew that Jesus was preaching to his own people, ie the Jews, but she also knew that she could benefit too, and Jesus commended her for her faith, verse 29-30. Only faith in Jesus can save us, and we are promised this, therefore our actions and thoughts should demonstrate our faith! Psalm 74 is another of those psalms that are basically divided into 2, verse 1-11 is a sadness that God’s land, Jerusalem and the temple have been destroyed by the Jews’ enemies – we know that this was because of their unfaithfulness and their disobedience to God’s law, ie they did not love God or their neighbours. Verse 12-17 is a recognition of God’s power and love and how he saved Israel from Egypt and protected them from the proud Pharaoh and his army (depicted here as the “monster” and the “leviathan”) and destroyed them in the sea. He provided food in the wilderness and gave them water to drink, he sets the summer and winter etc, so this is the God who we should respect and obey! This is the God who will “remember”, verse 2, 18 and 22, and he will rise up and save those who “love their Lord God and their neighbours as themselves”. Fevrier

Le 12 Fevrier

Il semble que tout l’intérêt de la protection de la propriété et des lois sur la responsabilité sociale dans Exode 22 était de rendre non rentable toute tentative d’obtenir quelque chose par la tromperie. Il est clair que si quelque chose était volé, il fallait rembourser plus que le coût initial du bien, par exemple aux versets 1 et 4. Si un animal est autorisé à paître sur la terre d’autrui et détruit les récoltes, le propriétaire doit payer davantage, verset 5, il en va de même si un feu est laissé hors de contrôle, verset 6. Ces lois ont été conçues pour encourager tout le peuple de Dieu à aimer et à respecter à la fois Dieu et son prochain et pour dissuader les enfants de Dieu de ne serait-ce que considérer que le crime paie. Ces lois vont au-delà de ce que font de nombreuses sociétés aujourd’hui, en ce sens que ce qui est volé ou détruit doit être remboursé deux ou même cinq fois ! C’est ainsi que Dieu prend très au sérieux les vols commis par son peuple : ils doivent être remboursés ! Dieu juge même ceux de ses enfants qui font un mauvais usage des choses qui leur sont simplement prêtées, par exemple au verset 7-15, de sorte que toute propriété doit être respectée, tout comme notre amour pour Dieu et les uns pour les autres. En tant que chrétiens, c’est-à-dire en tant que peuple de Dieu, nous devrions tirer des enseignements de ces leçons et nous rappeler que voler et tricher est clairement mal, et que rien ne justifie ces mauvaises actions. Même les relations mutuelles sont clairement définies, par exemple aux versets 16 à 20. Le verset 21 est intéressant : “ne maltraite pas un étranger”, au sein de la famille de Dieu – il n’est pas acceptable de maltraiter quelqu’un s’il n’est pas de la même tribu ou nationalité que nous ! Ceux qui acceptent Jésus sont tous des enfants de Dieu et nos nationalités ne devraient pas compter dans la manière dont nous nous comportons les uns envers les autres, ce verset dit clairement que la discrimination est mauvaise. Nous ne devons pas profiter des orphelins ou des veuves, versets 22-24, les lois de Dieu nous enseignent à être respectueux de tous ceux que nous rencontrons ! Il est toujours très triste de voir des frères et des sœurs maltraiter quelqu’un, et encore moins de le discriminer ou de le voler ! Le verset 28 fait plus probablement référence aux anciens ou aux juges plutôt qu’à Dieu, car le mot utilisé ici pour “Dieu” est le même que dans le verset 9 et dans le Psaume 82 verset 1, et le contexte ici est de juger comme Dieu jugerait. Il est clair, d’après d’autres passages de la Bible, que nous ne devons pas blasphémer contre Dieu, mais nous ne devons pas non plus blasphémer contre ses serviteurs – ce sont nos anciens dans l’église. Et la raison de tout cela ? C’est parce que nous sommes des “personnes saintes” (verset 31). En tant que chrétiens, nous devons en tirer des leçons, les mettre en pratique dans nos vies et essayer de vivre comme Dieu le veut. Bien que nous devions essayer de faire des “jugements” comme Dieu le ferait, c’est Dieu qui, en fin de compte, est le juge, Psaume 75 versets 2, 7 et Psaume 76 verset 9. Cette connaissance devrait nous faire réaliser et respecter que Dieu est toujours conscient de nos actions et de nos pensées. Il est clair que les orgueilleux et les arrogants sont condamnés, Psaume 75 verset 4-5, et les arrogants et les orgueilleux sont ceux qui n’ont généralement aucun respect pour Dieu et pour leurs semblables. Les humbles sont ceux qui respectent et aiment Dieu et leurs semblables, verset 1 et Psaume 76 verset 11-12, c’est parce que Dieu est si grand et pourtant si aimant que nous devons être humbles, verset 1-3. Dans Marc 8, à partir du verset 31, Jésus explique clairement à ses disciples qu’il sera tué, mais que trois jours plus tard, il sera ressuscité. C’est à cause de notre condition humaine de pécheur et du chemin vers le pardon que Jésus a dû mourir, et en cela Dieu a démontré son grand amour pour nous en permettant que cela arrive à son fils. Ainsi, même si nous décevons Dieu et maltraitons les autres, nous pouvons être pardonnés si nous nous repentons et si nous remboursons ce que nous avons fait de mal. Jésus a clairement indiqué qu’en tant que chrétiens, notre vie doit être différente de celle des gens qui nous entourent. Nous devons avoir une perspective différente de la vie, et cela peut inclure des difficultés, verset 35. Être chrétien ne signifie pas que nous aurons une vie “riche” maintenant, mais cela signifie que si nous rejetons la “richesse” de cette vie, nous aurons une “vie” digne de ce nom lorsque Jésus reviendra. C’est ce que Jésus veut pour nous et cela explique pourquoi il a réprimandé Pierre avec tant de force lorsque celui-ci s’est “opposé” à lui au verset 32-33 – Pierre considérait le problème d’un point de vue humain, alors qu’il aurait dû le considérer d’un point de vue divin – tout comme nous devrions le faire lorsque nous considérons nos relations avec les autres. Tout comme son père Jésus a eu de la compassion pour les enfants de Dieu (voir versets 2 et 22-26), il est prêt à nous “guérir” spirituellement si nous le lui demandons et si nous nous repentons. Lorsque Jésus reviendra, il voudra voir un peu de lui-même reflété en nous, verset 38. Nous ne devons pas avoir honte de nous lever et de ressembler à Jésus dans notre façon d’agir et, ce faisant, Jésus n’aura pas “honte” de nous à son retour. Fevrier

Le 13 Fevrier

Exode 23 continue avec les différentes lois que Moïse a reçu de Dieu pour les donner au peuple de Dieu ; nous pouvons continuer à en tirer des leçons. Les premiers versets, ie 1-9, concernent les relations avec les autres, même avec votre ennemi ! Cela commence par “Ne répands pas de fausses nouvelles” et se termine par “N’opprime pas un étranger”. Il est si triste de voir des frères et des sœurs répandre de faux rapports et parler en mal de ceux qui ne sont pas de la même nationalité, Dieu condamne clairement ces actions. Ce chapitre traite de la justice et de la miséricorde, puis de l’adoration et du fait de donner le meilleur à Dieu, par exemple au verset 19, puis, et cela semble être un ordre significatif, les anges de Dieu nous guideront, au verset 20. Ainsi, si notre relation avec les autres est correcte, et si notre relation avec Dieu est correcte, les anges de Dieu nous guideront. Une fois encore, ces lois se résument à “aime le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et aime ton prochain comme toi-même”, c’est le thème de la bible ! Nous reconnaissons cependant que nous devons tous changer pour ressembler davantage à Jésus et, parce que Jésus était comme son père, Dieu, nous serons aussi comme Dieu ! En pensant à qui est Jésus, nous devons nous concentrer sur ce que nous devons être ! Dans Marc 8, verset 27, Jésus demande aux disciples : “Qui dit-on que je suis ?”, les disciples donnent quelques suggestions, verset 28, puis Jésus leur demande : “Et vous ?”, il demande : “Qui pensez-vous que je sois ?”, verset 29. C’est la même question que Jésus nous pose chaque jour : “Qui pensez-vous que je sois ? Nous avons tous lu l’évangile de Marc et nous avons appris de Marc qui est Jésus, c’est-à-dire Marc 1, verset 1 – Jésus-Christ est “le fils de Dieu”. Il y a une progression remarquable et profonde dans Marc pour nous amener à comprendre réellement qui est Jésus, ce qui nous amène à réfléchir à qui nous sommes. En lisant Marc, nous savons donc qui est Jésus, les disciples savaient qui était Jésus, mais les personnages qui nous sont présentés dans Marc avaient besoin d’apprendre qui était Jésus au fur et à mesure que les événements se déroulaient autour d’eux. Dans Marc, il y a deux incidents où une voix est entendue par Jésus et ceux qui l’entourent, le premier est dans Marc 1 verset 11, “Tu es mon Fils, que j’aime ; en toi j’ai mis toute mon affection”. C’était la confirmation pour Jésus qu’il était bien le fils de Dieu. Pendant le ministère de Jésus, par rapport au reste de la population de l’époque, les disciples étaient bien informés sur Jésus et ils ont été effectivement initiés au fait que Jésus était le fils de Dieu. Cela a été confirmé par Jésus dans Marc 4 verset 11, c’est-à-dire “Le secret du Royaume de Dieu vous a été donné”, ce qui signifie que les proches compagnons de Jésus savaient qui était Jésus. Mais bien qu’ils aient été témoins de toutes ces choses, ils restaient incertains et souvent ils ne comprenaient pas et nous voyons le point culminant de cette incertitude dans Marc 8 verset 17 et 21. Et c’est à ces disciples embarrassés que Jésus demande : ” Pour qui me prenez-vous ? ” (verset 29) et c’est Pierre qui décide de prendre la parole en disant “tu es le Christ”. C’est-à-dire le Messie, verset 30. Et oui, Jésus est le Messie, mais la réponse de Pierre s’inscrit dans le contexte de ce qui se passait à l’époque, c’est-à-dire que les Juifs étaient gouvernés par les Romains et c’est exactement ce que tout le monde, y compris les disciples, voulait, c’est-à-dire une “délivrance, un roi, un chef”, ce que signifie “Messie”. Jésus leur dit en fait de ne pas en parler à qui que ce soit, au verset 30, mais il parle ensuite immédiatement de sa mort. Dans notre réflexion d’hier, nous avons suggéré que Pierre s’était rebellé contre Jésus (verset 32), ce qui implique que Pierre pensait que la réponse de Jésus concernant sa mort ne correspondait pas à ses attentes, et que sa réponse sur le fait que Jésus était le Messie était donc erronée. La réponse de Jésus à Pierre apparaît comme une réprimande assez écrasante, verset 33, Jésus disait qu’il n’y a que 2 façons de penser : 1) l’inclinaison humaine, c’est-à-dire sauver sa vie personnelle, penser à des aspects personnels, égoïstes ; et 2) l’inclinaison divine, c’est-à-dire penser aux autres et chercher le bien des autres avant soi-même. Par conséquent, comme nous l’avons conclu hier, Pierre a été réprimandé parce qu’il pensait aux choses des hommes, c’est-à-dire au penchant humain, en fait il était contre Dieu et contre Jésus, son maître. Les lois de l’Exode ont été données par Dieu pour encourager le peuple à penser aux autres, c’est-à-dire au penchant divin. Ce qui suit dans le chapitre d’aujourd’hui, Marc 9, c’est la Transfiguration, une occasion destinée à aider les disciples à comprendre qui était Jésus, Jésus savait déjà qui il était, c’est Pierre et les autres (et nous) qui doivent passer d’un penchant humain à un penchant divin. C’est là que nous recevons la deuxième voix du ciel, c’est-à-dire “Voici mon fils, que j’aime. Écoutez-le”, verset 7, cette voix s’adresse clairement aux disciples qui étaient là, et ce “écoutez-le” inclut clairement ce que Jésus avait dit précédemment au sujet de sa mort, tout ce que Jésus a dit était vrai. En raison de cette révélation, on pourrait penser que les disciples seraient maintenant en mesure de modifier leur façon de penser, mais ils ont eu du mal à changer leur penchant humain et cela nous est démontré de manière imagée au verset 33-37, lorsqu’ils se disputaient pour savoir qui était le plus grand ! Nous continuerons cela dans la pensée de demain, mais nous devons essayer de changer pour un penchant divin. Le psaume 77 nous aide en cas de crise et nous aurons une pensée à ce sujet demain, si Dieu le veut. Fevrier

Le 14 Fevrier

Dans les chapitres 24 et 25 de l’Exode, il est question de la confirmation de l'”alliance”, c’est-à-dire du moment où le peuple de Dieu accepte de faire tout ce que Dieu a dit (chapitre 24, versets 3 et 4). Moïse avait lu le “livre de l’alliance”, qui est l’Exode 20 à 23, et leur accord pour le respecter a été confirmé par l’aspersion du sang, verset 8, qui a suivi les sacrifices. Cette alliance est un engagement des deux parties, c’est-à-dire Dieu et le peuple, à respecter l’accord. C’est la même chose que notre baptême, lorsque nous avons promis de suivre Jésus et Dieu, et nous pouvons être sûrs que si nous le faisons, alors Dieu tiendra sa promesse du royaume. Le chapitre 25 est le début des instructions que Dieu a données à Moïse pour l’équipement qui devait se trouver dans le tabernacle pour le très important culte de Dieu, il y a beaucoup de détails ici qui nous donnent une idée de l’importance que nous devons accorder à notre culte et à sa préparation. Nous pouvons tirer ces leçons, notamment des échecs des Juifs, qui sont résumés pour nous dans le Psaume 78, celui-ci étant une histoire de leur première existence en tant que nation. L’une des raisons des cérémonies d’adoration était que le peuple se souvienne, versets 1-6, elles devaient enseigner le peuple afin qu’il ait confiance en Dieu et n’oublie pas, versets 7-8. Cependant, le peuple se rebelle constamment, par exemple aux versets 10, 17, 32, 37 et 41, il rompt l'”alliance” qu’il avait conclue à l’époque de Moïse, malgré tout ce que Dieu avait fait pour lui. Dieu les avait sauvés d’Égypte et leur avait donné de l’eau et de la nourriture dans le désert, il les avait guidés (verset 53), mais ils se sont rebellés contre lui (verset 56). Leur rébellion a eu des conséquences et Dieu les a punis pour avoir rompu l’alliance (versets 57-64). Tous ces rappels sont donnés par Dieu pour que nous tous, qui professons le suivre, restions fidèles afin que Dieu puisse nous donner ce qu’il a promis. Le psaume précédent, le psaume 77, nous aide encore à nous souvenir ; ce psaume est le reflet d’une des périodes de l’histoire des Juifs où ils étaient en crise à cause de leur désobéissance à Dieu, certains suggèrent que c’était à l’époque d’Ezéchias, après la période de son père impie, Achaz. Peu importe, ce qui compte, c’est que l’auteur de ce psaume se trouvait dans une situation de crise. Sa réponse est donnée dans le psaume, mais comment réagissons-nous dans une crise ? Nous devrions savoir comment répondre, car nous subissons tous de multiples crises dans notre vie ! Le psaume 73 commence une série de psaumes qui réfléchissent à ces périodes de crise individuelle et nationale, et nous avons déjà examiné certains d’entre eux au cours des derniers jours. Le psaume 77 nous aide aussi à nous guider dans les périodes de crise, il nous donne des images de nuits blanches et de confusion, ou de désorientation. La personne qui a écrit ce psaume dit essentiellement que les choses ne sont pas justes, que rien ne semble correspondre à sa compréhension de ce que Dieu a dit, et puis le psaume montre que l’auteur est réorienté à la fin, c’est-à-dire qu’il sait maintenant où il va. Parfois, nous avons l’impression que les choses ne vont pas et nous ne comprenons pas pourquoi certaines choses se produisent, mais en lisant ce psaume et d’autres, nous pouvons nous remettre sur la bonne voie et comprendre ce qui se passe. Ce qui est évident dans ce psaume, c’est que le langage utilisé est très direct et que les préoccupations de l’auteur sont partagées avec Dieu. Nous pouvons donc nous aussi partager ouvertement nos véritables préoccupations avec Dieu dans la prière, par exemple aux versets 7-9. Nous savons que Dieu est aimant, mais parfois cela n’est pas évident lorsque nous souffrons, et notre inquiétude pour nous-mêmes et nos familles nous fait passer des nuits blanches à cause de nos soucis (verset 4), nous n’obtenons aucun réconfort (verset 2), et nous finissons par avoir des sentiments vraiment négatifs – nous pensons tous comme cela de temps en temps. Lorsque des situations de crise se présentent, nous nous demandons comment elles peuvent être résolues, nous nous demandons parfois pourquoi Jésus n’est pas encore revenu, nous regardons les événements du monde actuel et nous pensons qu’il devrait revenir, que c’est peut-être le moment, mais peut-être pas. Jésus reviendra au moment voulu par Dieu, mais comment devons-nous réagir à ce retard apparent ? Versets 10-12, nous devons regarder en arrière et nous souvenir de tous les “actes puissants” de Dieu et de la façon dont sa “main droite” a sauvé. La Bible utilise l’expression “la main droite” de Dieu pour exprimer la protection et l’attention, par exemple Ps110, verset 1 ; c’est là que Jésus se trouve maintenant et cela confirme que Dieu a donné Jésus pour notre protection ; Ps16, verset 8, un autre psaume étroitement lié à Jésus qui parle de protection ; Ps118, versets 15-16, parle de la protection de la “main droite” du Seigneur. Nous devons penser à Dieu tenant notre main, comme nous tenons la main de nos enfants. Ce sont les choses auxquelles nous devons penser lorsque nous sommes en période de crise et de difficulté, Psaume 77 verset 11, c’est-à-dire “se souvenir” – dans les moments de doute, nous devons penser à la délivrance de Dieu dans le passé, penser à son amour et à sa sollicitude. Parce qu’il n’y a pas d’autre “dieu” qui puisse aider, verset 13, nous devons nous rappeler que notre salut est ici, en Dieu, versets 14-19. Dieu nous a aidés dans le passé, nous pouvons donc être sûrs qu’il nous aidera à l’avenir. Les derniers versets du Psaume 78 nous rappellent la délivrance du peuple de Dieu lorsque David était roi (versets 65-72) et nous savons, grâce à d’autres passages de la Bible, que Jésus est le “fils de David” et qu’il a apporté et apportera le salut. Ainsi, même lorsque nous sommes confus et en crise, nous devons nous rappeler que Dieu nous a sauvés dans le passé et qu’il nous a promis un avenir. Il semble que les disciples n’aient pas vraiment compris qui était Jésus, comme en témoigne leur penchant humain. Nous avons vu en Marc 9 que leur dispute pour savoir qui était le plus grand en était la preuve. Leur foi faisait également défaut, Marc 10 verset 32, et même la demande des versets 37-40 le démontrait encore. Leur demande n’était pas vraiment éloignée de ce qui se passera de toute façon, puisque 12 disciples seront assis avec Jésus pour juger dans le royaume, mais il est ironique de constater que deux criminels étaient placés de chaque côté de Jésus lorsqu’il a été crucifié ! La réponse des autres était également motivée par leur penchant humain (verset 41), ils étaient tous motivés par leur avantage personnel, c’est-à-dire leur penchant humain, et même à la fin de la vie de Jésus, le penchant humain de Pierre, son instinct humain, a pris le dessus lorsqu’il a renié Jésus trois fois, laissant Jésus seul face à ses ennemis (Marc 14, verset 66). Le point culminant de l’évangile de Marc est tout aussi remarquable, car c’est à nouveau une voix qui confirme que Jésus est le fils de Dieu, mais cette fois, ce n’est pas une voix du ciel, ce ne sont pas les disciples, mais c’est une voix humaine, Marc 15 verset 39, “Assurément, cet homme était le fils de Dieu !”. La structure originale de ce verset, et celle de Marc 1 verset 11, suggère que Marc, par inspiration de Dieu, voulait que nous voyions un lien entre ce que Dieu a dit et ce que le centurion a dit, poussé par “comment Jésus est mort” ! Il était très clair pour le centurion, d’après ce qu’il a vu dans la façon dont Jésus est mort, que Jésus est mort en pensant aux autres, il était d’inclination divine, ce qui est ce que nous devrions être aussi. Le centurion n’a pas été convaincu par la séparation du voile dans le temple, il n’était pas là, il était avec Jésus quand il est mort, ce qui l’a convaincu, mais le voile était apparemment une représentation du ciel avec des étoiles, le soleil et la lune dessus, donc cela représentait le ciel réel qui sépare l’homme de Dieu. Et en mourant, Jésus a supprimé cette séparation. C’est donc en regardant Jésus, c’est-à-dire en regardant la manière dont il est mort, que nous reconnaissons Jésus. Jésus est mort pour le bien des autres, toute sa souffrance était pour les autres, c’est-à-dire une inclination divine. Telle devrait être notre image du “fils de Dieu”, par opposition à l’image d’un “messie” (libérateur). Marc 8 nous rappelle que Jésus parlait de sa propre mort et qu’il fait allusion à une deuxième question posée par tous ses disciples, car ses derniers mots dans ce chapitre parlent de “renoncer” à nous-mêmes, c’est-à-dire de passer de notre penchant humain à un penchant divin (versets 34-35). Nous devons nous poser cette question et voir si nous sommes d’inclinaison humaine, comme Pierre l’était à l’époque, ou d’inclinaison divine comme Jésus l’était et comme l’a vu le centurion. “C’est mon fils, que j’aime. Écoute-le !”. En Marc 10, en réponse aux autres qui critiquaient Jacques et Jean, Jésus les a réunis pour leur rappeler une fois de plus qu’il était venu pour “servir” et qu’il était venu “donner sa vie pour la rançon de la multitude”. C’est pourquoi nous devons toujours nous souvenir, nous souvenir de notre “alliance”, nous souvenir des soins passés de Dieu et nous souvenir que Jésus reviendra pour nous donner une “inclination divine” permanente. Fevrier

Le 15 Fevrier

Le tabernacle décrit dans l’Exode était le seul endroit sur terre où Dieu était prêt à vivre. Dieu n’a pas choisi de vivre dans un palais. Il a choisi de vivre dans une tente. Il n’a pas choisi de vivre dans l’isolement. Il a choisi de vivre avec son peuple. En fait, il a choisi de vivre au milieu d’eux et entouré d’eux. Ces caractéristiques décrivent le dessein de Dieu sur la terre. Dieu veut vivre parmi son peuple et être près de lui. Ce dessein est réaffirmé tout au long de la Bible et celle-ci se termine par la réalisation du dessein de Dieu et par le fait que Dieu vit parmi les hommes. Ce plan est visible dans le Tabernacle. Le tabernacle lui-même devait être fabriqué avec soin : “Installez le tabernacle selon le plan qui vous a été montré sur la montagne” (Exode 26:30). Les couvertures et la structure du tabernacle décrites dans Exode 26 ont une signification particulière. Les couvertures sont colorées. La couche intérieure est faite de fils bleus, violets et écarlates sur du lin blanc. La couche de poils de chèvre était probablement noire. La peau de bélier était teinte en rouge. La couche extérieure était peut-être jaune. Le lieu de la présence de Dieu devait être entouré de couleurs, comme un arc-en-ciel. En fait, les visions de Dieu dans Ézéchiel 1:28 et Apocalypse 4:3 montrent Dieu entouré d’un arc-en-ciel. L’arc-en-ciel nous rappelle l’alliance de paix conclue par Dieu après le déluge à l’époque de Noé. La promesse de l’arc-en-ciel est proche de la présence de Dieu tout au long des Écritures. Cela signifie que le lieu où Dieu vit est aussi le lieu où son peuple peut trouver la paix. C’est une bonne nouvelle pour nous. Le psaume 79 est une suite surprenante du tabernacle. Le tabernacle a été transformé en une structure permanente à l’époque de Salomon. Cela semble être une étape positive. Mais le psaume 79 décrit la destruction du temple et la mort du peuple ! Il s’agit d’une prophétie d’un temps futur où cela se produirait. Le psaume nous dit pourquoi cela s’est produit – à cause des péchés du peuple (verset 8). Dieu ne peut pas vivre avec des gens qui ne se soucient guère de respecter ses commandements et d’être de bons voisins. Le psaume 79 demande à Dieu de rendre le châtiment à ceux qui les ont détruits “sept fois” (verset 12). Ce châtiment “sept fois” était ce qu’Israël devait subir pour le péché, comme décrit dans le Lévitique 26. Le livre de l’Apocalypse nous donne le même schéma de punitions “sept fois”. Le psaume 80 décrit Israël comme une vigne dans un vignoble. De nombreux autres endroits font de même (par exemple Ésaïe 5 et trois paraboles de Jésus dans Matthieu 20 et 21). La vigne Israël était grande et productive. Mais, comme le temple du psaume 79, il a été détruit. Le psaume est un appel à Dieu pour qu’il sauve Israël. Nous avons d’autres informations. Cela doit se produire par l’intermédiaire du “fils de l’homme” (verset 17). Ce titre est utilisé pour désigner Jésus. La vigne Israël devait être sauvée par Jésus. Dans Marc 11, Jésus vient vers le peuple d’Israël. Il est accueilli comme un roi. Mais il n’a pas trouvé les choses comme elles devraient être. Il découvre que le temple a été transformé en marché. Jésus l’appelle “une caverne de voleurs”. Cette expression ne se trouve que dans Jérémie 7:11, qui décrit Israël dans sa pire condition. Jérémie poursuit en disant au verset suivant (Jérémie 7:12) que le temple sera détruit de la même manière que le tabernacle de Silo a été détruit. En d’autres termes, nous avons le scénario du Psaume 79 qui se répète. Le passage de Marc 11 décrit l’Israël corrompu de 2 manières. Premièrement, Israël était comme un figuier qui ne produisait pas de fruits. Si un arbre fruitier ne produit pas de fruits, alors il n’a pas de raison d’être. Il n’est bon qu’à être arraché. Lorsque Jésus a maudit le figuier, il s’agissait d’une parabole sur la façon dont Israël, qui ne produisait pas de fruits, devait être éliminé. La deuxième image était une montagne. Jérusalem était construite sur la montagne du Seigneur et il est probable que la montagne représentait la ville de Jérusalem. La ville n’était bonne qu’à être enlevée dans la mer. L’enlèvement de la montagne correspondrait à l’enlèvement d’une ville mauvaise. Les deux images indiquent le retrait d’Israël qui aura lieu après la résurrection de Jésus. Nous avons commencé par dire que Dieu veut vivre avec son peuple. Il le veut. Mais il est arrivé que son peuple soit devenu un voisin si méchant qu’il a dû déplacer sa maison au ciel. Cela s’est produit à l’époque de Jérémie, ce qui avait été prédit par les paroles du Psaume 79. Cela s’est également produit après l’époque de Jésus. Mais le plan de Dieu existe toujours. Il a envoyé le “fils de l’homme” pour aider les gens à se préparer. Son peuple doit se détourner de ses mauvaises habitudes et produire du fruit s’il veut vivre avec Dieu. Nous devons apprendre des erreurs d’Israël, afin de ne pas commettre les mêmes erreurs. Jésus a dit que le futur lieu de Dieu reviendra sur cette terre, “C’est pourquoi je vous dis que le royaume de Dieu vous sera enlevé et sera donné à un peuple qui produira du fruit”. (Matthieu 21:43). Produisons des fruits spirituels, afin que lorsque Jésus viendra, il puisse trouver à nous accueillir pour vivre avec lui dans le royaume de Dieu. Fevrier

Le 16 Fevrier

Exode 27 : Le tabernacle devait constituer un lieu où Dieu vivait parmi son peuple. Après avoir franchi l’entrée, la première chose à laquelle on était confronté était l’autel des holocaustes. Dieu donne des instructions concernant l’autel ; elles sont très spécifiques. C’est une bonne idée de le mesurer pour voir à quoi il aurait ressemblé. Il mesurait 7,5 pieds carrés et 4,5 pieds de haut. Il devait être fait de bois d’acacia, que l’on trouvait dans le désert… et le bois devait être recouvert de bronze. Il était fait pour être porté par des poteaux du même matériau. Vu sa taille, il aurait fallu plus de 4 hommes pour le porter. Moïse et le peuple ont suivi les instructions de Dieu en étant fidèles à la promesse de l’alliance : “Nous ferons tout ce que le Seigneur a dit”. Il y a un grand réconfort et une grande paix à expérimenter lorsque nous faisons collectivement la volonté de Dieu et que nous ne faisons qu’un avec Lui. Et c’est essentiellement ce qu’était le tabernacle : comment l’homme pécheur pouvait devenir un avec Dieu, comment l’approcher avec le cœur et l’esprit justes. Bien sûr, le tabernacle était une image donnée par Dieu des moyens de pardon qui seront trouvés lorsqu’ils seront accomplis par Jésus. “Le Christ est venu comme Grand Prêtre des biens à venir, avec un tabernacle plus grand et plus parfait, non pas avec le sang des boucs et des veaux, mais par son propre sang il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, ayant obtenu une rédemption éternelle.” Héb. 9:11-12. Il est certain que si notre esprit est conscient de cela, nous devrions avoir le bon esprit pour nous approcher du trône de la grâce. En toute simplicité, Jésus est le sacrifice de Dieu à l’humanité pour l’humanité, le juste pour l’injuste. Tout a été fait – la volonté de Dieu est claire, il veut (tellement) nous sauver… voulons-nous être sauvés ? Et si oui, est-ce pour les bonnes raisons ? à savoir être un avec Dieu. La cour (v9-19) du tabernacle empêchait les gens et les animaux de pénétrer dans la demeure du Seigneur. Le Seigneur est également précis en ce qui concerne la cour – ses dimensions, sa position (nord/sud, etc.), les matériaux, les couleurs, les supports, tout. Ces détails peuvent être considérés comme représentant les principes de l’adoration, du pardon et du salut, c’est l’une des raisons pour lesquelles les détails sont si spécifiques. Dieu nous enseigne ses voies, son salut, son plan, qui représentent tous son plan en Jésus qui a dit “Je suis le chemin, la vérité et la vie. Personne ne vient au Père que par moi” Jean 14:6. Psaume 82 : dieux. Il s’agit d’un psaume auquel Jésus s’est référé pour “enseigner” les dirigeants de son époque. Dans ce psaume, nous avons le mot “dieux” qui, au premier abord, semble étrange car nous savons qu’il n’y a qu’un seul Dieu. Le mot hébreu est Elohim qui signifie “puissants”. Ce mot peut désigner des anges, des hommes ou le Messie lorsqu’ils ont été choisis par Dieu pour représenter le Seigneur et faire sa volonté. Le contexte nous permet d’interpréter qui sont les “puissants”. Dans le psaume 82, nous voyons que les “dieux” qui ont été critiqués jugeaient injustement et soutenaient les méchants – ils auraient dû défendre les pauvres et les orphelins, etc. Nous voyons donc que ces “dieux” étaient des dirigeants ou des juges de la nation d’Israël. Ces juges, tout au long de l’histoire d’Israël, ont été avertis à de nombreuses reprises. “Prenez garde à ce que vous faites, car vous ne jugez pas pour un homme, mais pour le Seigneur, qui est avec vous dans le jugement” 2Chron 19:6. Ainsi, les juges (les puissants) auraient dû juger comme Dieu l’aurait fait. C’était un problème à l’époque de Jésus, et Jésus l’a révélé dans Jean 10:34. Il était critiqué par les “juges”, qui l’accusaient de blasphème et lui reprochaient de déclarer qu’il était Dieu. Les deux accusations étaient fausses, soit à cause d’un malentendu, soit à cause de la haine – ou les deux ! Que veut nous faire comprendre Jésus ? Jésus est le fils de Dieu (Jean 10:36) et fait les œuvres de Dieu, et que nous devrions savoir et comprendre “le Père est en moi et moi en lui” Jésus représente Dieu, il parle en son nom, il juge pour lui… il a fait ce que les juges auraient dû faire. Au lieu de cela, bien que connaissant la volonté de Dieu et étant en position d’autorité, ils ont choisi de faire leur propre volonté ; ils ne représentaient plus Dieu à son peuple. Ils étaient loin de savoir que Jésus était leur juge, à l’époque et à l’avenir ! En tant que chrétiens, nous sommes appelés à montrer le Seigneur au monde, à nous comporter comme le Seigneur, à penser comme le Seigneur. “Nous sommes les ambassadeurs du Christ, comme si Dieu plaidait par nous : nous vous en supplions au nom du Christ, soyez réconciliés avec Dieu” 2Cor 5:20. Un ambassadeur est une personne qui a été choisie pour représenter son patron. C’est un rappel utile au début de chaque journée – nous avons la possibilité de représenter le Seigneur dans tous ceux avec qui nous entrons en contact, que ce soit la famille, les amis, les frères et sœurs ou nos voisins (tout le monde). Faisons-le dans la prière. Marc 12 – L’enseignement de Jésus concernant la résurrection. Aux versets 18-27, nous voyons les sadducéens se moquer de l’enseignement de Jésus. Les Sadducéens étaient un groupe d’élite de chefs religieux qui niaient l’existence des anges, la résurrection et n’appréciaient que les 5 premiers livres de l’Ancien Testament. Dans ce chapitre, les sadducéens se sont moqués de Jésus pour son enseignement sur la résurrection, et ont même dit en substance que c’était manifestement une idée stupide ! Jésus répond : “Vous ne connaissez pas les Écritures”. Notez l’importance de connaître les Ecritures pour comprendre et croire les bonnes choses, pour être guidé dans la bonne voie avec la bonne mentalité, celle du Christ. Jésus utilise un verset des Écritures qu’ils prétendaient connaître et respecter – Exode 3:6 où Moïse était près du buisson ardent et où le Seigneur lui a parlé (par l’intermédiaire d’un ange). “Je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob”. Jésus ajoute : “Il n’est pas le Dieu des morts, mais le Dieu des vivants. Vous êtes donc dans une grande erreur”. A l’époque de Moïse, Abraham, Isaac et Jacob étaient morts. Moïse lui-même savait qu’on leur avait promis la terre de Canaan et que cette promesse se réaliserait dans un temps futur, aussi Moïse croyait-il en une future résurrection des morts. Alors comment le Seigneur Dieu peut-il être le Dieu des vivants alors qu’à ce moment-là, Abraham et Jacob étaient morts ? Il y a un petit verset qui révèle une merveilleuse vérité biblique cohérente : “Dieu, qui donne la vie aux morts et appelle ceux qui n’existent pas (soit qu’ils n’étaient pas encore nés, soit que, comme Abraham, ils étaient morts) comme s’ils existaient” Rom 4:17. Ainsi, à l’époque de Moïse et à la nôtre, Abraham, etc. sont morts, mais à l’époque de Dieu, Dieu est un Dieu des vivants, car il voit qu’ils seront ressuscités. Il sait qu’ils seront jugés fidèles et qu’ils recevront les promesses. Dieu peut voir la future résurrection lorsque Jésus reviendra, en fait Dieu les connaissait même avant leur naissance ! Telle est la connaissance de Dieu. Si nous pensons que Jésus voulait dire qu’ils avaient déjà été ressuscités, alors cela signifie que “Il (Jésus) est le premier-né d’entre les morts” Col 1:18 est faux ! Il est donc clair que ce n’est pas ce que Jésus voulait dire. Il y a beaucoup d’autres versets qui confirment qu’Abraham, etc. et d’autres personnes seront ressuscités LORSQUE Jésus reviendra : 1Cor 15, Heb 11, Jean 5 pour n’en citer que quelques-uns ! Si nous pensons que Dieu est un Dieu des vivants parce que notre esprit va au ciel et que nous serons donc vivants avec Dieu… vous vous trompez. Cette pensée vient de Ecclésiaste 12:7 “Alors la poussière retournera à la terre comme elle était, et l’esprit retournera à Dieu qui l’a donné” – la vraie compréhension de ce verset est que c’est l’esprit de Dieu (pas le nôtre) qui retourne à Dieu, il retournera à Dieu qui l’a donné comme dans Gen 2:7. Dieu a vu la future résurrection… Jésus a cru en sa future résurrection et en la résurrection des autres, Moïse et les autres ont compris qu’il y aurait un temps futur où cela se produirait – Dieu l’avait promis. Nous croyons en la résurrection pour les mêmes raisons, et Jésus nous encourage à être prêts pour son retour, lorsqu’il se produira comme promis. Fevrier

Le 17 Fevrier

Exode 28 est le récit de Dieu donnant à Moïse les détails de la confection des vêtements des prêtres ; chacun de ces articles était très détaillé et spécifique et, sans exception, les articles étaient confectionnés par une personne “qualifiée”, par exemple aux versets 3, 6 et 15. Ce fait, ainsi que les détails, confirment l’ampleur de la préparation requise par Dieu pour le culte que lui rend son peuple, afin qu’il “se souvienne” (versets 12 et 43). Aaron, le prêtre, devait avoir des vêtements appropriés au rôle de prêtre, chaque partie ayant une signification. Il y avait également une certaine révérence dans le culte, par exemple les fils d’Aaron devaient porter des sous-vêtements spécifiques, verset 42, et certains types de vêtements pour leur donner de la dignité, versets 39-41. Bien que nous ne soyons plus tenus de suivre ces exigences exactes parce que Jésus est notre prêtre et que nous ne sommes pas encore une nation, nous devons quand même apprendre des exemples et des exigences de Dieu, car il est toujours le même. Nous devons tous prendre notre adoration de Dieu au sérieux et nous préparer du mieux que nous pouvons, notre préparation ne doit pas être faite à moitié, elle doit être au mieux de nos capacités, car cela démontre notre respect de Dieu et de Jésus. La description de la cuirasse qui comportait 12 pierres, représentant les 12 fils de Jacob (Israël), c’est-à-dire les 12 tribus de la nation d’Israël, était chère au cœur du prêtre. Ce symbole était si important qu’il n’avait pas le droit de se balancer, il devait donc être attaché, verset 28, chaque fois qu’Aaron entrait dans le lieu saint du Tabernacle, il portait donc les noms près de son cœur, verset 29. Les pierres utilisées pour prendre des décisions, à savoir l’Urim et le Thummim, étaient également proches de son cœur, verset 30. L’image que nous avons ici est que tout était fait sérieusement et dans le respect de Dieu. Même la plaque sur le turban avait un but spécifique et un rappel, verset 36-38, la plaque portait la mention “Saint à l’Éternel” gravée dessus, afin que le peuple puisse la voir et s’en souvenir, et qu’Aaron sache qu’il était “saint à l’Éternel” car il représentait le peuple. Nous retrouvons cette phrase dans Zacharie 14, verset 20, où elle fait référence au temps de Jésus lorsqu’il reviendra pour établir le royaume de Dieu – tout à Jérusalem nous rappellera que tout est “saint au Seigneur”. Nous devons être sérieux dans notre culte si nous voulons y être. Les psaumes 83 et 84 devraient être nos prières aussi, comme tous les psaumes. Le psaume 83 a peut-être été écrit par Ézéchias lorsque Jérusalem était attaquée, il correspond certainement aux mots qu’il a utilisés, mais il peut convenir à tout moment à tout disciple de Dieu qui souffre. Les versets 1 à 4 peuvent convenir à n’importe quelle situation, parfois nous avons l’impression que tout et tous sont contre nous, versets 5 à 8. Mais nous nous souvenons de ce que Dieu a fait auparavant, versets 9-12, et nous pouvons avoir confiance que Dieu peut, si c’est sa volonté, apporter une aide immédiate, versets 13-18. C’est ce respect de Dieu qui est si important, car il est celui qui peut tout faire. Et quand nous considérons que Dieu a voulu vivre avec son peuple et qu’il veut vivre avec nous, nous pouvons aussi apprécier combien c’est “charmant”, Psaume 84 verset 1. Remarquez comment la personne qui a écrit ce psaume “aspire” à être dans la demeure de Dieu, verset 2, c’est ainsi que nous devrions nous préparer aussi et vouloir vraiment être avec nos frères et sœurs alors que nous adorons Dieu et Jésus et attendons le retour de Jésus. “Heureux ceux qui habitent dans ta maison”, verset 4, “ils te louent sans cesse”, le point culminant sera dans le royaume, mais nous devons faire cela maintenant avec nos frères et sœurs et louer avec eux. Dieu exaucera nos prières si nous avons la bonne attitude envers lui et envers les autres, verset 8, si notre confiance est en lui et non dans les choses humaines, par exemple l’argent, alors nous serons bénis, versets 9-12. Remarquez que nous devons vouloir être dans la maison de Dieu et non dans les “tentes des méchants”. Marc 13 est l’enseignement de Jésus sur les signes de la fin des temps, c’est-à-dire, pour nous, le moment où Jésus revient, mais il mettait aussi ses disciples en garde contre la destruction de Jérusalem par les Romains en 70. La leçon la plus importante pour nous tous est que personne ne connaît le moment où quelque chose se produit, nous ne connaîtrons pas le moment où Jésus reviendra, verset 32-37. Peu importe à quel point nous pensons pouvoir prédire, nous ne le saurons pas, c’est ce que dit Jésus ! Le message est de “veiller !” ou “rester éveillé !”, nous devons continuer à nous préparer et à mettre en pratique les leçons que nous apprenons. Le peuple de Dieu était proche du cœur du prêtre, nous sommes proches du cœur de Jésus, nous devons donc réagir, respecter et nous préparer. Il y a quelques phrases dans l’enseignement de Jésus sur la fin des temps qui nous mettent en garde et nous aident. Les versets 5 à 8 nous avertissent que lorsque ces choses se produisent, c’est le “commencement” – nous pourrions en être là maintenant, et nous devrions donc être plus pressés dans notre préparation ; le verset 10 dit que “l’Évangile doit être prêché à toutes les nations” – ce devrait donc être notre priorité, c’est-à-dire donner le bon exemple et enseigner aux autres ; le verset 13 nous enseigne à “tenir bon” parce qu’à la fin nous serons “sauvés” ; le verset 20 nous donne l’espoir que les inévitables souffrances seront “abrégées” ; et le verset 27 accroît cette confiance parce que ses anges “rassembleront ses élus”. Nous sommes dans une position privilégiée parce que nous avons été baptisés, mais cela implique la responsabilité de nous préparer. Le Tabernacle que Dieu a donné des instructions à Moïse pour qu’il le construise était complexe dans ses détails, lorsque Salomon a construit le Temple, lui aussi était complexe dans ses détails, la reconstruction sous Esdras et Néhémie puis Hérode a fourni un point central pour le culte ; cependant, Jésus a dit que ce magnifique temple serait à nouveau détruit, verset 1-4. Ce serait un signe que ce qui a été prophétisé se réaliserait. Nous savons que le retour de Jésus aura lieu, mais nous ne savons pas quand, alors nous devons nous préparer! Fevrier

Le 18 Fevrier

Nous avons lu le processus détaillé qui devait être mis en œuvre pour consacrer les prêtres dans Exode 29. Bien que nous n’ayons pas à le faire parce que notre prêtre est Jésus, nous pouvons néanmoins en tirer des leçons pour notre préparation. Nous pouvons également avoir une idée de l’effort que Jésus a fourni pour suivre les exigences de son père alors qu’il se préparait à devenir notre maître, notre prêtre et notre roi ! Dans le Nouveau Testament, la lecture de Marc 14 inclut Jésus donnant les instructions pour ce que nous appelons notre service de la fraction du pain, qui devait être préparé, et ce chapitre de l’Exode peut nous aider à mieux comprendre ce que doit être notre attitude lorsque nous nous préparons pour chaque service dominical. Notez au verset 1 de l’Exode 29 que le taureau et les agneaux devaient être “sans défaut”, ils étaient les meilleurs, nous devrions également vouloir donner le meilleur de nous-mêmes pour honorer Dieu et nous souvenir de Jésus. Le verset 6 nous rappelle les vêtements “habilement” confectionnés pour Aaron ; bien qu’il ne nous soit pas demandé de porter de tels vêtements, nous pouvons néanmoins nous faire une idée de la manière dont nous devons nous préparer. Ce chapitre contient de nombreuses instructions de Dieu concernant l’utilisation du sang pour “purifier”, par exemple aux versets 12, 16, 20 et 21, et il devient clair pour nous que sans l’effusion de sang, il ne peut y avoir de “pureté”. Cela nous rappelle une fois de plus Jésus et la façon dont nous nous souvenons de sa vie qu’il a donnée pour nous “nettoyer” lorsque nous buvons le vin rouge qui symbolise son sang. On attendait du peuple de Dieu qu’il participe à la consécration permanente des prêtres (verset 28), et si l’on considère le nombre d’animaux qu’il fallait sacrifier – deux par jour, tous les jours -, on a une idée de l’ampleur de la préparation nécessaire (versets 38-41). Toutes ces actions étaient nécessaires pour rappeler au peuple de Dieu ce que Dieu avait fait pour lui, comment il l’avait fait sortir d’Égypte (la mort) pour vivre avec lui, verset 45-46. Nous aussi, nous avons été sauvés de la mort par notre baptême en Jésus et nous avons constamment besoin de rappels afin de pouvoir reconnaître ce qui a été fait pour nous. Oui, Dieu est “compatissant et miséricordieux… lent à la colère, abondant en amour et en fidélité”, Psaume 86, verset 15, et nous dépendons tous de sa miséricorde, mais nous ne pouvons pas présumer de cela sans nous engager. Tous les Israélites devaient contribuer à la consécration des prêtres. Dans ce psaume, on reconnaît que nous avons besoin d’être enseignés, verset 11, et que nous devons louer, verset 12, car l’amour de Dieu est grand envers nous, verset 13. Notre prière est la même que celle de la personne qui a écrit ce psaume, versets 1-6, c’est-à-dire que nous reconnaissons que c’est Dieu qui sauve, qui fait preuve de miséricorde, qui donne de la joie, qui pardonne, et nous crions humblement pour obtenir la miséricorde ! Nous faisons cela parce que nous reconnaissons que nous ne pouvons pas travailler pour notre salut, nous ne pouvons pas avoir le salut par nos propres forces. Le psaume 85 montre que nous apprécions la faveur, la restauration et le pardon de Dieu (versets 1-3), que nous reconnaissons nos péchés et que nous nous repentons (versets 4-7), et il nous rappelle également que l’amour de Dieu est conditionnel (versets 8-9), c’est-à-dire que nous devons respecter Dieu (le craindre). Le psaume 86, verset 5, reconnaît également cet aspect conditionnel : l’amour est donné à ceux qui “l’invoquent”. La grâce est une “faveur inconditionnelle”, mais nous ne pouvons pas présumer de la grâce lorsque nous nous rebellons délibérément contre Dieu. La préparation est importante et Jésus a demandé à ses disciples de préparer la Pâque dans Marc 14 versets 12-16, remarquez qu’ils savaient ce qu’il fallait faire et que c’est eux qui ont demandé à Jésus où il fallait aller ; c’est une attitude proactive, comme nous devrions l’être. Le service de la fraction du pain que nous suivons en tant que chrétiens se trouve aux versets 22-25, dans lequel nous voyons le corps de Jésus et son sang qui a été donné pour nous pour notre salut. Alors, comment ne pas se préparer correctement à ce service chaque semaine ? Nous savons ce que l’on attend du dimanche et nous devons donc toujours nous préparer à avoir du pain et du vin rouge afin de pouvoir nous souvenir de la manière dont Jésus nous a demandé de nous souvenir. Nous ne sommes pas obligés de suivre les règles que Dieu a donné à Moïse de donner au peuple, mais nous pouvons en tirer les leçons et nous préparer tout aussi soigneusement, en veillant à donner le meilleur de nous-mêmes et à nous engager à faire en sorte que ce simple rappel soit fait correctement chaque semaine. La Pâque était un repas de fraternité que la famille prenait ensemble – nous devrions tous vouloir être avec notre “famille” en Jésus, alors où que nous soyons, nous devrions faire de notre mieux pour nous réunir pour la fraction du pain. Jésus sait que nous sommes tous faibles, c’est pourquoi il a si volontiers donné sa vie pour nous. Il savait que Judas, malgré ses prétentions, le trahirait (verset 20) ; il savait aussi que Pierre le renierait, malgré son insistance à ne pas le faire (verset 30). La différence entre Judas et Pierre est qu’il semble que Judas ne se soit pas repenti, alors que Pierre l’a fait, verset 72, il s’est “souvenu” et a regretté son erreur humaine. Dieu merci, nous pouvons nous aussi nous souvenir, reconnaître, nous repentir et être pardonnés de nos manquements, mais pour cela, nous devons avoir la bonne attitude et vouloir vraiment faire ce que Dieu veut que nous fassions et nous préparer. Jésus s’est préparé tout au long de sa vie et il nous donne l’exemple ; il a reconnu la volonté de son père, verset 35-36, il aurait préféré ne pas mourir de cette façon, mais il s’est totalement soumis à la volonté de son père. Jésus a fait ce qu’il fallait en priant pour qu’il lui donne de la force et le guide, verset 32-34, il a demandé à ses disciples de rester et de “veiller” avec lui – Pierre a eu l’occasion de se préparer et de prier pour avoir la force de ne pas renier Jésus comme Jésus avait dit qu’il le ferait, mais ils se sont tous endormis, verset 37-41. À cette dernière heure, alors que Jésus voulait de l’aide et du soutien et qu’il voulait surveiller le traître, ils l’ont laissé tomber, et nous le faisons aussi, c’est pourquoi nous avons besoin de la grâce et de la miséricorde, mais nous devons quand même nous préparer ! Fevrier

Le 19 Fevrier

Dieu sait que les êtres humains oublient toujours des choses. Il nous a donc délibérément donné des rappels pour que nous nous souvenions des choses importantes, c’est-à-dire les choses de Dieu. Pourquoi ? Pour que nous puissions avoir la vie et non la mort ; c’est tellement important pour Dieu qu’il nous a donné de multiples rappels, les lectures d’aujourd’hui et de demain poursuivent ce thème important. L’Exode 30 donne les instructions de Dieu pour l’autel de l’encens, les collections, le bassin de lavage, l’huile d’onction et l’encens lui-même. Là encore, il s’agit de principes spécifiques au culte du tabernacle et, plus tard, du temple de l’Ancien Testament, mais nous pouvons tout de même tirer des leçons importantes de ces principes. Le premier principe est le rappel le plus important, ces instructions de Dieu étaient destinées au peuple de l’époque et aux “générations à venir”, versets 8, 10 et 21, chaque nouvelle génération devant être instruite des détails par la génération précédente. L’enseignement à nos propres enfants et aux autres doit être une partie importante de notre culte pieux ! Le deuxième principe est que tous les membres du peuple de Dieu sont égaux à ses yeux, chaque personne a la même valeur aux yeux de Dieu, verset 15. C’était une sorte de taxe (en plus de l’argent donné pour d’autres choses), mais remarquez que cette valeur de l’argent de l’expiation est exactement la même, que la personne soit riche ou pauvre. La “richesse” d’une personne est sans conséquence pour Dieu en ce qui concerne la valeur de la vie. Le troisième principe ici est que nous devons respecter complètement les choses que Dieu valorise, l’huile d’onction et l’encens devaient être fabriqués selon des recettes spécifiques, par exemple les versets 22-25 et 34-36, mais ils ne devaient être utilisés QUE dans ces buts. Les versets 33 et 38 indiquent très précisément que ceux qui en abusent doivent être “retranchés de son peuple” – cela signifie que le culte de Dieu doit être rendu à sa manière, à l’endroit qu’il a indiqué et que les objets ne doivent être utilisés que pour le culte. La leçon pour nous est le respect des choses de Dieu, qu’il s’agisse de ses enseignements, de ses biens, de son peuple, etc. L’expression “Tente d’assignation” est utilisée à plusieurs reprises dans ce chapitre, aux versets 16, 17, 26 et 36 ; c’est un autre nom pour le tabernacle, mais l’expression nous aide à nous rappeler que leur (et notre) culte est un “lieu de rencontre avec Dieu”. Or, toute notre vie est un acte d’adoration, de même que lorsque nous nous réunissons dans nos salles et lieux de culte, de sorte que toute la journée et tous les jours, nous devrions respecter le fait que nous sommes dans le “lieu de rencontre avec Dieu” ! Le psaume 87 est un psaume qui confirme que Jérusalem est le lieu saint de Dieu, c’est le lieu où Dieu a habité avec son peuple lorsque la “tente de la rencontre” est devenue le temple et où les exigences du culte données à Moïse ont été initialement réintroduites. Malheureusement, l’histoire nous apprend que le peuple a abusé de tout ce que Dieu lui avait donné et qu’il a été puni. Cependant, Dieu a promis que sa gloire reviendra à Jérusalem dans le futur, après le retour de Jésus. Le psaume 88 a été écrit par Héman, un sage de l’époque de Salomon (1 Rois 4,31). Il reconnaissait que c’était Dieu qui sauvait (verset 1), mais il était troublé par une sorte de souffrance, peut-être sa vieillesse (versets 3-5). Il reconnaissait que sa condition venait de Dieu, versets 6-9, il reconnaissait aussi que ce n’était que de son vivant qu’il pouvait louer Dieu, versets 10-12, et c’est une leçon importante pour nous aussi, nous n’avons que notre vie maintenant pour démontrer que nous respectons Dieu. Héman reconnaît sa mortalité, versets 15-18, mais à travers tout cela il maintient son respect de Dieu. C’est un psaume triste, mais un autre sage de son temps, Ethan, nous pousse à la louange, mais nous y reviendrons demain. Marc 15 est un chapitre particulièrement triste car il nous parle de la crucifixion de Jésus ; même si Jésus se sentait comme Heman dans le psaume, il a soumis sa vie à la volonté de son père, sachant que son père connaissait la situation dans son ensemble. Ce que je trouve incroyablement triste, c’est que les chefs des prêtres, qui auraient dû savoir comment adorer et respecter Dieu, se sont levés “très tôt” pour prendre la décision de tuer Jésus (verset 1). Non seulement eux et le peuple ont rejeté Jésus qui donnait la vie, mais ils ont choisi une personne qui prenait la vie à sa place, versets 7 et 15, donc dans ce choix ils ont choisi la mort plutôt que la vie ! Ce qui m’attriste encore plus, c’est la façon dont la personne qui donne la vie a été raillée par les soldats, versets 16-20, les passants, versets 25-30, les principaux sacrificateurs, verset 31 et les autres crucifiés avec eux, verset 32. Seules les ambitions égoïstes des chefs des prêtres les ont poussés à se tromper à ce point ! La confession du centurion qui a supervisé le meurtre de Jésus a confirmé qui était Jésus (verset 39), et la résurrection décrite dans Marc 16 a dû suivre parce que Jésus était sans péché. Les deux Marie et Salomé se sont souvenues et se sont préparées (verset 1) ; elles se sont également levées tôt (verset 2) ; elles n’avaient pas encore décidé de ce qu’elles allaient faire (verset 3), mais contrairement aux chefs des prêtres, elles avaient du respect pour Jésus et son père et avaient la foi que quelque chose leur permettrait de faire quelque chose pour oindre le corps de Jésus. Nous devons aussi faire preuve de ce genre de foi lorsque nous essayons de suivre l’enseignement de Dieu et de Jésus, peut-être ne savons-nous pas comment accomplir les tâches, mais ayons la foi ! Ce que les femmes ont vu n’était pas ce à quoi elles s’attendaient ! Versets 4-8 – ” Il est ressuscité ! ” Toute la tristesse, toute la douleur, toute la confusion se résume à ce simple fait que notre salut est rendu possible par la mort et la résurrection de Jésus ! Les disciples ont eu du mal à le croire, même si Jésus le leur avait dit plusieurs fois auparavant (versets 11 et 13). Plus tard, Jésus les a réprimandés (verset 14) et ces hommes se sont engagés à 100 % dans la diffusion de l’Évangile. L’enseignement est important, c’est ce que le peuple de Dieu devait enseigner aux générations suivantes. Jésus dit maintenant à ses disciples d’enseigner aux autres, versets 15-18, et après que Jésus ait été emmené au ciel, c’est exactement ce qu’ils ont fait, versets 19-20. Grâce à leur travail d’enseignement, nous attendons maintenant le retour de Jésus, c’est à notre tour maintenant d’enseigner aux autres et de répondre à ces rappels que Dieu nous a donnés parce qu’il veut aussi que nous et les autres acceptions le salut. Fevrier

Le 20 Fevrier

Nous avons été appelés à être “saints” – sperate !, mis à part, sanctifiés – 1Cor1:1-3… – Il est compréhensible que Paul commence cette lettre en rappelant à ceux qui la lisent que nous sommes censés être séparés – c’est-à-dire différents des autres – lorsque nous regardons ensuite ce que Paul a à dire aux frères et sœurs de Corinthe, nous sommes peut-être un peu choqués par certaines des choses qui se passent ! Paul devrait cependant retenir notre attention en raison de la façon dont il commence et surtout lorsqu’il parle ensuite des avantages d’être en Jésus, versets 4-9… Il nous gardera forts ; nous serons irréprochables ; nous avons été appelés dans une communauté. Alors comment se fait-il que nous fassions tant d’erreurs personnelles et qu’il y ait des divisions dans l’église – à l’époque et maintenant ? Comment se fait-il que les frères et sœurs ne veuillent pas toujours assister à notre église ? Comment se fait-il que nous fassions toujours les mêmes erreurs, encore et encore ? Le concept du sabbat a été présenté au peuple de Dieu dans l’Exode 31. Le verset 13 dit que c’est un “signe” que Dieu les (nous) rend “saints”… – c’est un rappel de la puissance de Dieu, verset 15… ; c’est un temps de repos, v15, il faut s’en souvenir, v16… et il faut le prendre au sérieux verset 14… Le sabbat devait être un jour de la semaine où tout, y compris les gens, devait être “saint pour le Seigneur”. Cette séparation était censée être une réponse pieuse de louange à Dieu – le Dieu grand et merveilleux qui a fait la terre et pourtant, même s’il est si grand, il s’intéresse aussi à nous en tant qu’individus ! Ce qui ressort de tout cela, c’est à quel point Dieu a aimé son peuple et nous aime maintenant ! Il semblerait qu’au moment où Dieu concluait ces commandements à Moïse et au peuple et cimentait cette alliance avec eux, il savait déjà que le peuple se rebellait au pied de la montagne – malgré ce que disait Aaron, le veau d’or n’est pas sorti du feu ! (chapitre 32:24) – ils ont dû le planifier, faire le moule et couler l’or et le façonner en un veau . Ainsi, comme nous le savons, ils avaient fabriqué le veau d’or au moment où Moïse est revenu de la montagne ! Pourtant, Dieu a continué dans son amour à préparer une séparation pour son peuple (verset 18)… Il a même facilité la préparation de son culte en donnant aux gens les compétences nécessaires pour produire le matériel de culte (versets 1-11, en particulier les versets 3 et 6)… Dans tout cela, Dieu a simplifié les choses pour son peuple afin qu’il puisse adorer et être séparé. Il est donc si triste que le peuple de Dieu ait fondamentalement abandonné Dieu parce que Moïse a été long, Exode 32:1… c’est un excellent exemple pour montrer pourquoi il est nécessaire que tout le peuple de Dieu prenne la responsabilité de la croissance spirituelle de la communauté, ce n’est pas seulement le rôle du “leader” (représentant) désigné pour assurer cela. Nous devons prendre au sérieux les rappels que Dieu nous fait, car il sait qu’il est facile pour nous de retomber dans nos vieilles habitudes – et nous le faisons tous, aucun péché n’est plus grand qu’un autre, nous avons tous besoin de rappels, nous avons tous besoin de la grâce ! Indépendamment des motifs d’Aaron concernant le veau, qu’il ait essayé de garder le peuple uni jusqu’au retour de Moïse en leur donnant ce dont ils avaient envie, ou qu’il ait été aussi mauvais que ceux qui l’entouraient, Dieu n’était pas content du comportement du peuple, verset 9-10…, sa colère était telle qu’il voulait les détruire ! Moïse, en toute humilité, a plaidé auprès de Dieu et a réussi à faire valoir que Dieu ne devait pas les détruire, verset 14… Il est si facile de critiquer immédiatement le peuple, et peut-être Aaron aussi, mais nous faisons le même genre de choses et “remplaçons” parfois Dieu dans notre façon d’agir, de parler ou de penser ! La leçon à tirer pour nous tous est donc de pardonner davantage et de moins juger, car nous sommes aussi pécheurs et aussi “humains” que les autres ! Nous n’aurions probablement pas agi différemment d’Aaron si nous avions été à sa place, mais je souris de sa réaction en blâmant les autres, versets 22-24… tout cela me rappelle Adam et Eve et moi aussi – et ma déviation de la sainteté ! Le psaume 89 est un psaume qui fait référence à Jésus, par exemple aux versets 26-29… – nous pouvons en être sûrs grâce à la référence dans Hébreux 1, verset 5. Il reprend les promesses faites à David, par exemple au verset 35-37… Nous sommes donc certains qu’il s’agit aussi de notre louange. Il s’agit donc d’un psaume de louange pour ceux qui sont saints ou séparés, versets 1-2…, nous chantons le Seigneur et déclarons son amour parce que nous sommes saints ; même les cieux louent, versets 5-8 et 11… et c’est exactement ce dont le peuple de Dieu devait se souvenir le jour du sabbat, il devait louer Dieu à cause de sa puissance et de sa force, mais aussi de sa fidélité, malgré ses échecs. Et nous pouvons prendre confiance en cela en faisant de même lors de notre “sabbat”, c’est-à-dire le service de la fraction du pain, malgré nos échecs aussi ! Car Dieu fera ce qu’il a promis, verset 34-37… Ainsi, si nous n’abandonnons pas Jésus, nous pouvons rester confiants dans les promesses de Dieu et dans sa sainteté ! Donc retour à 1Corinthiens et tout comme les enfants de Dieu au temps de Moïse, les membres de l’église de Corinthe ont aussi oublié qu’ils étaient saints, ou n’ont pas réalisé les implications d’être saint, le peuple a fait le veau et les frères et sœurs de Corinthe ont suivi leurs enseignants préférés et comme nous lisons plus loin, ils ont accepté de mauvaises pratiques. Tout cela, Dieu était prêt à le pardonner si une intercession appropriée était faite et si la repentance était démontrée, mais c’est d’abord Dieu, dans son amour, qui a fourni les méthodes pour cela, car il savait que nous pécherions – et Dieu merci, il l’a fait ! Ainsi, nous remercions vraiment Dieu pour Jésus et aussi les uns pour les autres : chapitre 1 versets 4-9… Il y a 2 phrases dans cette “action de grâce” qui me donnent vraiment confiance, tout comme David l’a eu une fois qu’on lui a fait remarquer qu’il était dans l’erreur et qu’il s’est donc repenti, ce sont “attendre avec impatience notre Seigneur Jésus-Christ” et “être irréprochable au jour de notre Seigneur Jésus-Christ”. Ces deux phrases s’appliquent à nous, à condition que nous fassions de notre mieux pour rester saints, nous sommes “impatients” du retour de Jésus parce qu’en lui nous sommes “irréprochables”, évidemment cela ne signifie pas que nous pouvons pécher quand nous le voulons maintenant et ne pas nous en inquiéter, mais cela signifie que nous devrions essayer d’être “saints”, différents et séparés dans tout ce que nous faisons. Et nous sommes différents parce que nous croyons au “message de la croix”, verset 18…, nous croyons qu’à cause de la mort et de la résurrection de Jésus nous avons la vie, et parce que nous avons l’exemple de Jésus à suivre nous “mettons à mort” nos tendances humaines parce que nous voulons démontrer notre sainteté. Mais tout est centré sur “Christ crucifié”, verset 23…, l’enseignement de Paul à l’église de Corinthe était uniquement centré sur cela aussi, chapitre 2 verset 2… et lorsque nous nous souvenons à nouveau de la vie, de la mort et de la résurrection de Jésus, nous pouvons aussi voir la promesse future lorsque nous serons avec Jésus à son retour parce que nous sommes saints et que nous “avons les sentiments de Christ” (verset 16). C’est ce que nous devrions essayer de faire avec l’aide de Dieu et de Jésus ! 1Corinthiens 1 verset 8… Fevrier

Le 21 Fevrier

À cause de l’infidélité d’Israël et de sa rébellion contre Dieu, Dieu a déclaré qu’il ne voulait pas aller avec eux en Terre promise, Exode 33, verset 3. Il s’agit là d’une situation grave qui démontre les conséquences d’une rébellion délibérée contre Dieu. Dans ce cas, lorsque le peuple a appris que cela allait se produire, il a été bouleversé, a manifesté du regret et a fait quelque chose à ce sujet (verset 4), c’est-à-dire qu’il i) a reconnu sa culpabilité et ii) s’est repenti. Les ornements qu’ils ont enlevés semblent être les ornements superstitieux qu’ils avaient apportés d’Égypte lors de leur départ et ils mettaient leur confiance en eux plutôt qu’en Dieu. Dieu les avait clairement identifiés comme la source de leur rébellion, puisqu’il avait demandé à Moïse de demander au peuple de les enlever (verset 4-6). La leçon que nous pouvons en tirer est que nous devons “enlever” les choses qui nous tentent et nous poussent à aller contre Dieu ! La “tente d’assignation” dont il est question aux versets 7-11 était l’endroit où Moïse rencontrait Dieu avant la construction du tabernacle, ce qui explique probablement pourquoi le même nom a été utilisé pour désigner le tabernacle par la suite – la référence à la “tente d’assignation” dans Exode 30 était probablement due au fait que c’était le terme préféré et compris par le peuple. Mais la “tente de la rencontre” originale était installée à une certaine distance du camp principal, verset 7, ce qui montre peut-être que le peuple devait faire un certain effort pour s’enquérir de Dieu et qu’il y avait une “distance” entre le peuple et Dieu. Cela devrait nous rappeler que nous sommes tellement privilégiés de pouvoir aller directement à Dieu dans la prière, parce que nous sommes maintenant en Jésus. Cette proximité exige de nous plus de respect ! Moïse s’est humilié devant Dieu et, au nom du peuple, a reconnu qu’il ne pouvait pas voyager sans Dieu. Dieu a donc accepté qu’il accompagne le peuple (versets 15-17). Ce n’est pas que Dieu ait “changé d’avis”, c’est que Dieu veut que nous reconnaissions notre faiblesse et que nous reconnaissions également que nous ne pouvons et ne devons rien faire sans lui. Alors que Dieu fournit une copie des 10 commandements, cette fois sur des pierres que Moïse doit ciseler, Exode 34, verset 4, Dieu montre sa gloire à Moïse, versets 6-7. Ces versets sont merveilleux et nous montrent le caractère de Dieu et combien il pardonne, et nous le remercions pour cela, mais nous ne devons pas oublier que le péché et la rébellion ont aussi des conséquences. Moïse le reconnaît une fois de plus et demande pardon, versets 8-9, puis Dieu rappelle à Moïse et au peuple qu’ils sont liés par une alliance (un contrat sérieux) qui exige l’obéissance du peuple, versets 10-11. Dieu supprimera l’opposition, à condition qu’ils obéissent, mais nous obtenons également la raison pour laquelle la méchanceté et la tentation doivent être supprimées, verset 12. C’est l’amour de Dieu pour eux qu’ils doivent enlever les “pièges”, c’est-à-dire les choses qui les tentent, c’est aussi ce que nous devons faire dans nos vies et enlever les choses qui nous tentent loin de Dieu. Les psaumes 90 et 91 sont des psaumes de Moïse et dans ces psaumes, il reconnaît le caractère pécheur de l’homme et que la fin est la mort, Psaume 90, et ensuite il reconnaît qu’il y a la vie si la personne reste avec Dieu, Psaume 91. Le psaume 90 dit que l’homme est temporaire (versets 3-6), qu’il est pécheur (versets 7-10), que la sagesse vient de Dieu (versets 11-12) et que l’homme doit se repentir de ses mauvaises habitudes (versets 13-17). Le psaume 91, quant à lui, nous montre les bénédictions de la vie avec Dieu, versets 1-2 ; comment le salut vient de Dieu, versets 3-8 ; Jésus a cité les versets 9-13 lors de sa tentation dans le désert et c’est aussi notre ultime prière et les versets 14-16 nous rappellent que nous devons aimer Dieu si c’est le salut que nous cherchons. Il y a vraiment de la confiance dans ces psaumes pour ceux qui font vraiment de leur mieux pour connaître Dieu – la confiance est dans le futur royaume qui nous a été promis. 1 Corinthiens 3 est un chapitre triste car des frères et des sœurs provoquaient des divisions dans l’église, ce qui ne devrait jamais arriver – Paul qualifie leur attitude erronée de “mondaine”, verset 1-3. En tant que chrétiens, nous devrions penser à de meilleures choses que cela, nous ne devrions pas nous “disputer”, mais nous devrions être unis en nous aidant les uns les autres à faire face aux tentations dans la vie de chacun – c’est ce que Dieu a dit à son peuple dans l’Exode de faire, d’enlever ces choses qui les tentent et de ne pas faire d’accords avec les nations qui les entourent, elles et nous, devrions être séparés. Les frères et sœurs de l’église de Corinthe préféraient certains individus à d’autres, verset 4, et Paul précise que lui et Apollos n’étaient que des serviteurs, verset 5, et qu’ils faisaient simplement ce que Dieu et Jésus leur avaient dit de faire, versets 6-9. Ils construisaient “l’édifice de Dieu” et nous devrions faire de même, personne n’est plus grand qu’un autre, nous sommes tous des serviteurs et nous devrions tous faire de notre mieux pour contribuer à l’édifice. Notre seul fondement devrait être Jésus, verset 10-11, c’est Jésus qui sauve, c’est à Jésus que nous devons essayer de ressembler, aucun être humain ne nous sauvera, nous ne devrions donc pas traiter quelqu’un mieux qu’un autre. Heureusement, Dieu sait comment nous sommes et parfois, nos fondations ne reposent pas toujours sur Jésus. Il semble qu’il y ait de l’espoir pour ceux qui aiment encore Dieu et qui sont “éprouvés par le feu”, verset 12-15. Cependant, notre priorité devrait être de construire sur Jésus et de nous rappeler que nous faisons partie de la maison de Dieu, c’est-à-dire du temple, verset 16-17 ; c’est la construction dans l’unité qui est la partie importante et une grande leçon pour nous. Nous nous trompons nous-mêmes si nous mettons notre confiance en quelque chose d’humain, qu’il s’agisse d’argent, de travail, de maison ou d’éducation, la sagesse que nous devons essayer d’acquérir vient de Dieu, versets 18-20. La “sagesse” de l’Exode et des Psaumes consiste à faire confiance à Dieu et à lui obéir, et la conclusion de Paul est très appropriée : “Ainsi donc, ne vous vantez plus des hommes ! Tout est à toi, soit Paul, soit Apollos, soit Céphas (Pierre), soit le monde, soit la vie, soit la mort, soit le présent, soit l’avenir, tout est à toi, et tu es du Christ, et le Christ est de Dieu”, verset 21-23. Dieu est aimant, mais c’est un Dieu jaloux, il veut nous sauver, mais il a besoin que nous lui obéissions ; nous devons avoir confiance en lui et en Jésus et ne pas compter sur ce que nous pouvons faire de la vie maintenant pour notre propre avantage, nous faisons partie du temple de Dieu et nous sommes censés être séparés – saints ! Fevrier

Le 22 Fevrier

Le tabernacle devait être fabriqué avec les bons matériaux. L’Exode 35 nous indique ce qui était nécessaire. Il est probable que la plupart de ces matériaux étaient ceux qu’ils avaient emportés d’Égypte environ 3 mois auparavant. Les Israélites avaient pu demander aux Égyptiens toutes sortes de matériaux, que ces derniers leur avaient donnés (Exode 12:35-36). Ils ont fait cela parce qu’ils craignaient le Dieu d’Israël et qu’ils avaient vu toutes les plaies que Dieu avait fait tomber sur eux. Cela signifie que c’est Dieu qui a enrichi les Israélites avec les richesses égyptiennes. Maintenant, Dieu demandait le retour de certains de ces matériaux afin de construire son tabernacle. Il leur a demandé d’en rendre une partie volontairement. Tel était le défi. Garderaient-ils ces richesses pour eux-mêmes ou en rendraient-ils une partie à Dieu ? Il ne s’agit pas seulement d’une leçon d’histoire. C’est une leçon de l’histoire. Nous sommes confrontés au même défi aujourd’hui. Dieu nous a donné tout ce que nous avons. Notre chapitre du Nouveau Testament nous enseigne ceci : “Qu’avez-vous que vous n’ayez reçu ?” (1 Corinthiens 4:7). La question est de savoir si nous allons en rendre une partie volontairement pour l’œuvre du Seigneur ? On nous dit que le psaume 92 est “pour le jour du sabbat”. Notre première lecture de l’Exode 35 nous a appris que le jour du sabbat était un jour par semaine où Israël ne travaillait pas et se reposait (Exode 35:2). C’était un jour où Israël ne devait pas allumer de feu (Exode 35, 3). En d’autres termes, c’était un jour où ils n’avaient pas le droit de cuisiner. Ils devaient avoir de la nourriture froide préparée la veille. Que faisaient-ils donc le jour du sabbat ? Le psaume 92 nous dit qu’ils pensaient aux grandes œuvres de Dieu et à son grand enseignement (verset 5). Celles-ci leur procurent de la joie (verset 4), si bien qu’ils sont amenés à faire de la musique et à chanter (versets 1-3). Parmi les motifs de joie, il y a la défaite de leurs ennemis (verset 11) et des ennemis de Dieu (verset 9). Les justes prospèrent grâce à la bénédiction de Dieu. Les exemples du palmier fructueux et du cèdre majestueux nous en donnent la description. Même les personnes âgées peuvent le faire. Lorsqu’ils sont vieux, ils peuvent encore être fructueux. Le jour du sabbat était un jour où ils pouvaient se reposer de la peur des ennemis et se réjouir de ce que Dieu avait fait pour eux. Dieu fait cela pour nous aussi. Nous pouvons nous souvenir de sa grande œuvre le jour du Seigneur. Nous pouvons aussi nous réjouir de la défaite de nos ennemis, que le Christ a obtenue pour nous. Nous pouvons penser au grand enseignement de Dieu et à son œuvre. Nous pouvons louer Dieu pour cela. Le psaume 93 loue également Dieu. Cette fois-ci pour la majesté et l’éternité de Dieu (versets 1-2). Et aussi sa force (verset 4), ses commandements et sa sainteté (verset 5). Le livre de 1 Corinthiens traite des pires choses du monde grec. Bien qu’Athènes ait été la capitale, nous avons peu d’informations sur cette ville dans le Nouveau Testament. Mais Corinthe était proche d’Athènes et nous avons beaucoup d’écrits à son sujet. C’est dans la première lettre à Corinthe que les normes chrétiennes sont mises en contraste avec le pire du monde grec. Le monde grec avait sa propre sagesse et certains des pires comportements humains. Ces deux éléments devaient être combattus. L’une des questions qui se posent est la suivante : comment enseigner la bonne voie lorsque la ville est tellement orientée vers la mauvaise voie ? La réponse à cette question se trouve au chapitre 4 : il faut donner le bon exemple. S’ils peuvent voir ce que signifie être un chrétien, alors ils seront mieux à même d’être eux-mêmes chrétiens. Paul dit donc : “C’est pourquoi je vous exhorte à m’imiter” (1 Corinthiens 4:16). Paul leur a appris à avoir le bon comportement, mais il a aussi montré le bon comportement. Les deux choses sont nécessaires pour être un bon enseignant. Nous lisons que Paul leur enverra Timothée afin qu'”il vous rappelle ma manière de vivre dans le Christ Jésus, qui correspond à ce que j’enseigne partout dans toutes les églises” (1 Corinthiens 4:17). Un exemple de son mode de vie est donné au verset 12 : “Quand on nous maudit, nous bénissons ; quand on nous persécute, nous la supportons ; quand on nous calomnie, nous répondons avec bonté.” Voilà le christianisme en pratique. D’autre part, nous avons un exemple du pire type d’immoralité sexuelle parmi les croyants dans 1 Corinthiens chapitre 5. Quelqu’un a eu des relations sexuelles avec la femme de son père (verset 1). Paul indique clairement que ce n’est pas un comportement acceptable. En fait, de nombreux comportements similaires ne sont pas acceptables. Ils empêchent les croyants d’être le peuple de Dieu. Les exemples donnés sont l’immoralité sexuelle, la cupidité, l’idolâtrie, la calomnie, l’ivrognerie et l’escroquerie (versets 10 et 11). Ils doivent éviter ces comportements et éviter également ceux qui les pratiquent (5:11, 13). L’une des raisons de cet évitement est le danger de propagation de l’immoralité. Si une personne commence, d’autres copient. Il est donc nécessaire d’écarter de telles personnes de l’ecclésia afin que celle-ci ne soit pas corrompue. Ceci est fait dans l’espoir que le contrevenant se repente et soit sauvé de ces mauvaises voies (verset 5). Nos chapitres d’aujourd’hui nous ont enseigné la nécessité de donner ce qui est nécessaire afin d’édifier ce qui appartient à Dieu. Dans l’Ancien Testament, il s’agissait du Tabernacle. Aujourd’hui, c’est l’ecclésia de Dieu. Nous devons construire l’ecclésia volontairement. L’ecclésia doit rester libre des voies du monde, afin qu’elle soit différente du monde. Nous avons vu cela avec le monde à Corinthe. Nous devons enseigner les bons standards et aussi donner nous-mêmes le bon exemple. Et nous avons appris la nécessité de remercier Dieu pour sa grandeur et sa sollicitude, dont nous jouissons maintenant et dont nous jouirons dans le Royaume. Fevrier

Le 23 Fevrier

Exode 36 : Quelle merveilleuse image d’unité, des gens avec différents talents donnés par Dieu travaillant ensemble… tous faisant la volonté de Dieu avec le bon esprit. Nous voyons également que le Seigneur a pourvu à tout. Les matériaux précieux (or, argent, etc.) leur avaient été donnés par les Égyptiens lorsqu’ils avaient quitté le pays, et maintenant ils étaient capables de “donner” au Seigneur. Et ils ont donné de bon cœur, et on a dû leur dire d’arrêter parce qu’ils avaient déjà apporté plus qu’assez. Quelle joie chaque matin de voir les gens donner pour le tabernacle du Seigneur. Les ouvriers étaient également fidèles, tout était pour le Seigneur, ils ne prenaient rien au peuple pour eux-mêmes. Le Seigneur avait également fourni les compétences nécessaires en la personne de Bezalel et Aholiab afin de construire le tabernacle selon la volonté de Dieu. Ces deux-là avaient été doués et choisis par le Seigneur pour que tout le peuple de Dieu en profite. Ils ne pouvaient pas tout faire, ils n’avaient pas assez de matériaux, ils ne pouvaient pas à eux seuls construire le tabernacle aussi rapidement. S’ils avaient pu le faire, alors l’orgueil serait arrivé, on l’aurait appelé le tabernacle de Bezalel et Aholiab. Non. Ce devait être le tabernacle de l’Éternel, c’était Son projet, décrit par Moïse, réalisé par des experts appelés et inspirés, et financé par Son peuple à partir des “richesses” que Dieu lui avait données ; il représentait ce qu’était le tabernacle. C’est pourquoi toutes les parties individuelles du tabernacle sont mentionnées – toutes les parties avaient un but. À elles seules, elles ne représentaient rien, mais lorsqu’elles étaient associées à d’autres parties choisies, elles s’assemblaient pour former un lieu de rencontre glorieux où le Seigneur pouvait habiter parmi Son peuple. Nous retrouvons ce thème lorsque nous considérons notre propre corps. Il est merveilleusement fait et pourtant, accueillons-nous le Seigneur pour qu’il “habite” en nous ? “Le corps est une unité, bien qu’il soit composé de nombreuses parties qui forment ensuite un seul corps. Il en va de même pour le Christ. (1Cor12:12). “Or, vous êtes le corps du Christ. Et chacun de vous en est une partie” (1Cor12:27). “Il y a différentes sortes de dons, mais un même esprit” (1Cor12:4) Ceci est très important, l’église DOIT avoir le même esprit ; pas seulement le même esprit en nous-mêmes mais que nous ayons tous l’esprit du Seigneur. L’une de nos plus grandes joies et raisons d’adorer est que nous avons la certitude que l’église appartient au Seigneur, pas à nous ! Moïse, Bezalel et Aholiab, tous savaient que la demeure du Seigneur lui appartenait en tous points. Comme il est merveilleux et gracieux d’être inclus dans ce lieu. Mais il est encore plus merveilleux et gracieux de faire partie du corps du Christ ! !! Psaume 95 : Les 7 premiers versets sont des mots d’adoration que nous avons expérimentés : chant, joie, louanges à notre créateur, et remerciements pour la relation qui existe entre le Seigneur et ses brebis. Puis il semble y avoir un changement radical de pensées. ” Aujourd’hui, si vous voulez entendre sa voix : N’endurcissez pas vos cœurs, comme lors de la rébellion (Meribah), comme lors de l’épreuve (Massah) dans le désert”. Les versets suivants mettent en garde contre les conséquences de l’égarement de leur cœur – “ils n’entreront pas dans mon repos” (Royaume). Ces deux “thèmes” s’étaient produits dans l’histoire d’Israël. Le peuple a adoré le Seigneur avec un cœur reconnaissant après avoir été sauvé d’Égypte et avoir traversé la mer Rouge (Exode 15), mais peu de temps après (Exode 17), alors qu’il souffrait à cause du manque d’eau, son cœur s’était endurci et il a mis le Seigneur à l’épreuve en disant : “Le Seigneur est-il parmi nous ou non ?” Le Seigneur était avec eux, mais ils n’étaient pas avec le Seigneur ; les difficultés les avaient amenés à se séparer du Seigneur qu’ils avaient récemment adoré et auquel ils chantaient des louanges ! Lorsque des difficultés surviennent, nous avons deux choix : aller vers le Seigneur, ou nous endurcir et nous séparer davantage du Seigneur et nous plaindre en nous apitoyant sur notre sort. Ces leçons de l’Ancien Testament se retrouvent également dans le Nouveau Testament. Sept fois, ces versets du Psaume 95 sont cités dans Hébreux 3 et 4 avec des avertissements. “Prenez garde, frères, qu’il n’y ait en l’un de vous un cœur mauvais d’incrédulité en s’éloignant du Dieu vivant” (Hé 3:12) et “Efforçons-nous donc d’entrer dans le repos, de peur que quelqu’un ne tombe selon le même exemple de désobéissance” (Hé 4:11). Dans notre vie quotidienne, comment réagissons-nous aux difficultés ? Si nous les partageons avec le Seigneur et que nous lui faisons confiance, cela fait aussi partie du culte. Ainsi, les deux thèmes ne forment qu’un seul thème – la manière dont nous adorons le Seigneur. Tout comme il est vrai que si nous aimons, nous obéirons volontiers, il est également vrai que si nous avons l’esprit d’adorer et de louer, alors ce même esprit fera également confiance. Nous ne pouvons pas adorer et ne pas avoir confiance ! !! Sinon, notre Dieu est le bonheur ! Notre adoration ne devrait pas être à cause des circonstances, mais à cause de notre relation avec le Seigneur, et dans les moments difficiles, très souvent cette relation est plus forte. 1 COR 6 : Nous pouvons voir que les Corinthiens ont été appelés par Dieu : “Dieu est fidèle, celui par qui vous avez été appelés à la communion de son fils, Jésus-Christ notre Seigneur” 1Cor1:9. Étaient-ils tous en communion avec Dieu et Jésus ? Si nous regardons le chapitre 6, nous voyons que certains ne l’étaient pas. Ceux qui portaient leurs différends personnels avec d’autres membres de l’église devant des tribunaux païens n’étaient pas en communion avec le Seigneur, car ils allaient à l’encontre de la volonté de Dieu et des instructions du Seigneur dans Matthieu 18:15-17. Ses paroles visaient à obtenir la paix entre les deux “parties” et, si nécessaire, à impliquer l’Église. Je suis sûr que nous avons tous connu des problèmes au sein de l’église, avons-nous tous suivi les instructions de Jésus ? Paul les enseigne en les rappelant et en les interrogeant. Six fois dans ce chapitre, il dit “Ne savez-vous pas ?”. Ce qui suggère qu’ils savaient, mais qu’ils voulaient faire les choses à leur manière. L’église devait certainement mieux juger que le monde, ils auraient dû juger comme Dieu l’aurait fait. Après tout, dans le royaume, ils aideraient Jésus à juger et à diriger le monde. Aujourd’hui, c’est le terrain d’entraînement des futurs dirigeants.” Celui qui est fidèle avec peu sera aussi fidèle avec beaucoup” Luc16:10 et “Si tu n’as pas été fidèle avec l’argent injuste, qui te fera confiance avec les vraies richesses ?” Luc16:11. Paul poursuit : “Pourquoi n’acceptez-vous pas plutôt l’injustice ?” La réponse révèle que l’offensé était aussi un offenseur ! Il n’aimait pas son frère, il ne voulait pas pardonner et n’avait pas l’esprit juste en lui… il était mû par l’orgueil mondain. Prenez garde, dit Paul, “Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront pas du royaume de Dieu ?” En poursuivant un frère en justice, il avait enfreint les deux plus grands commandements (aimer Dieu et aimer son prochain). Avant que Dieu ne les appelle, ils étaient coupables de nombreux péchés, mais Dieu leur avait pardonné, pardonné, montré de l’amour envers eux etc, et en reconnaissance de cela ils auraient dû montrer le même esprit envers tous leurs frères et sœurs – pardonnez comme vous avez été pardonné. V12 : Tout m’est permis, mais tout ne m’est pas utile. Il y a beaucoup de petites phrases que les gens utilisent qui semblent justes mais qui doivent être testées pour s’assurer qu’elles n’apportent pas un mauvais enseignement. Aujourd’hui nous avons “L’amour de Dieu est inconditionnel”. Cette phrase ne figure pas dans les Écritures. Dans un sens, c’est vrai, mais cela peut suggérer que parce qu’Il nous aime, peu importe ce que nous faisons, nous pouvons faire ce que nous voulons ! Raisonnement “Cela n’a pas d’importance car Il nous aime toujours”. Ces idées ne nous mèneront pas au salut ! Ces idées nous séparent de la communion avec le Seigneur. Avec qui voulez-vous être en communion ? les prostituées, le monde, les injustes etc… même la mort ! Ou… le Seigneur, et la vie ; même la vie éternelle. Notre vie révèle avec qui nous voulons être en communion. Fevrier

Le 24 Fevrier

Exode 37 est le récit de la construction de l’arche, de la table, des chandeliers et de l’autel des encens par les Israélites, selon les instructions de Dieu. Tous ces objets étaient requis par Dieu pour que son peuple les utilise dans le cadre de son culte, ils rappelaient la grandeur de Dieu et sa présence parmi eux. Vous remarquerez, tout au long de ce chapitre, les détails et le soin apporté à la construction de ces objets par des personnes “qualifiées”. Tous les objets étaient faits “d’or pur”, versets 2, 6, 11, 17 et 26, c’était ce que les êtres humains pouvaient apporter de mieux, c’était le métal qui représentait le meilleur, il était “pur”, en d’autres termes, c’était le meilleur. La présence de Dieu avec eux était représentée par l’Arche et particulièrement les 2 chérubins avec leurs “ailes” déployées (probablement les ailes de vêtements qui étaient formées par la matière de la manche). C’est une belle image de la couverture. La construction des objets en “une seule pièce”, aux versets 8 et 17, est aussi une belle image de nous qui sommes “un avec Dieu”, c’est-à-dire qui essayons d’être comme lui. Tout cela a donc été conçu par Dieu pour conduire le peuple vers Dieu et l’adorer. La même leçon s’applique à nous aussi, nous devons donner le meilleur, considérer les choses que Dieu a faites comme un rappel de sa grandeur et de la nécessité de l’adorer. Notre “arche” ou “propitiatoire” est Jésus et il est “pur”, c’est-à-dire sans défaut, et nous devrions l’estimer comme de l'”or pur” aussi, il est la représentation de Dieu et le “meilleur” que Dieu a donné pour nous, nous devrions donc lui donner le meilleur de nous-mêmes. Les psaumes 96, 97, 98 et 99 sont tous des psaumes de louange et, parce qu’ils nous rappellent la grandeur de Dieu et sa volonté d’être avec nous, nous le louons aussi en utilisant des mots similaires, par exemple le psaume 96, verset 1-3. Le psaume 99 fait lui-même référence aux chérubins de l’Arche, verset 1, et nous reconnaissons que Dieu règne sur nos vies et nous reconnaissons à nouveau sa grandeur, versets 2-3. Bien qu’il soit si grand, il est prêt à diriger son peuple, versets 6-7, c’est le Dieu que nous adorons, qui nous a donné des rappels pour nous aider à adorer, mais nous devons le respecter complètement et reconnaître que nous ne pouvons pas présumer de son pardon, même s’il est un Dieu d’amour, verset 8. Il est un Dieu d’amour et son pardon est illimité, mais son pardon est conditionnel, nous devons faire de notre mieux pour faire ce qu’il veut et lui donner le meilleur. Comme le dit le Psaume 97, verset 10, nous devons “haïr le mal”, ce qui signifie haïr les choses que Dieu hait et faire de notre mieux pour être comme Jésus dans tout ce que nous faisons. Dans tous ces psaumes, il nous est également rappelé que Dieu jugera la terre, par exemple au Psaume 96 verset 13, ce qui nous rappelle une fois de plus que nous devons faire de notre mieux pour plaire à notre juge ! Ce sont de beaux psaumes sur lesquels nous pouvons réfléchir, tout comme la discussion sur le mariage dans 1 Corinthiens 7. Tout au long de la Bible, Dieu fait souvent référence au peuple d’Israël comme étant marié à lui, eux étant sa femme et Dieu étant le mari ; dans le Nouveau Testament, nous avons la même image avec Jésus et l’Église, c’est-à-dire Jésus comme le mari et son Église comme sa femme. Ainsi, bien que ce chapitre soit l’occasion pour Paul de répondre à des questions spécifiques posées par l’Église, nous pouvons également voir, au fil de la lecture, l’image de Jésus et de l’Église, par exemple aux versets 2 à 5, les maris et les femmes ne font qu’un, chacun appartient à l’autre, et c’est ainsi que nous devrions considérer notre relation avec Jésus, nous nous appartenons les uns aux autres, et si nous appartenons à Jésus, nous devrions toujours vouloir faire ce qu’il veut que nous fassions. Nous devrions toujours vouloir être sous sa protection et l’utiliser comme guide dans tous les aspects de notre vie, nous ne devrions pas vouloir le quitter, verset 11. Les conseils pratiques et spécifiques que Paul donnait ici étaient motivés par sa connaissance de la persécution à venir, et nous pouvons aussi les utiliser comme des leçons pratiques pour nous aussi, alors que nous essayons tous de vivre nos vies aujourd’hui. La leçon importante est de garder à l’esprit comment Dieu a aimé son peuple et comment Jésus aime l’Église, et que ces relations peuvent être représentées par nos mariages. Comme pour le mariage et la question ultérieure sur la circoncision, au verset 19, “ce qui compte, c’est d’observer les commandements de Dieu”. Nous avons tous été “achetés à un prix”, verset 23 – Jésus est mort pour nous et nous devons donc nous rappeler de continuer à l’adorer, lui et son père, en les considérant comme nos “maris”. Le verset 39 est clair : “La femme est liée à son mari aussi longtemps qu’il vit”. En pratique, cela signifie qu’un homme chrétien et une femme chrétienne mariés doivent rester ensemble et ne pas divorcer, mais spirituellement, si nous considérons la femme comme l’Église et le mari comme Jésus, alors ce message est puissant. La femme (nous, dans l’Église) sera “liée” à Jésus (le mari) aussi longtemps qu’il vivra – Jésus est maintenant immortel, nous sommes donc liés à Jésus pour toujours ! Seule notre infidélité brisera ce lien. Ainsi, tous ces détails complexes des objets de culte dans l’Exode ont encouragé le peuple de Dieu à se tourner vers lui et à le louer comme dans les psaumes ; le “propitiatoire” (l’arche) est maintenant Jésus et il est le meilleur, nous sommes mariés à lui et sommes “liés” à lui, nous avons donc la responsabilité de lui ressembler si nous voulons être avec lui dans le royaume de son père. Fevrier

Le 25 Fevrier

L’amour est démontré dans les trois lectures d’aujourd’hui, comme le dit Colossiens 3, verset 14 : “Et sur toutes ces vertus [la compassion, la bonté, l’humilité, la douceur, la patience], mettez l’amour, qui les lie toutes ensemble dans une parfaite unité.” Jésus a également dit dans Marc 12 verset 29-31 que “Le plus important [commandement] est celui-ci : Écoute, Israël, le Seigneur ton Dieu est unique. Aime le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ta force. Le second est le suivant : Aime ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de plus grand commandement que ceux-ci”. Dans Matthieu 22, Jésus ajoute : “Toute la Loi et les Prophètes sont suspendus à ces deux commandements”. L’amour doit motiver tous les aspects de notre vie chrétienne – l’amour de Dieu, mais aussi de Jésus et des autres : “Est-ce que je fais preuve d’amour dans TOUT ce que je fais ?”. Dans Exode 38, il est clair que les artisans qualifiés et tout le peuple ont démontré leur amour pour Dieu dans tout ce qu’ils ont fait pour suivre les ordres de Dieu en construisant le tabernacle et tous les objets de culte. Ils ont clairement suivi les ordres de Dieu, car tout s’est emboîté comme Dieu le voulait, comme nous le verrons demain dans Exode 39. Non seulement tout le travail a été achevé comme Dieu l’avait demandé, mais le peuple a gardé un registre précis de tous les objets utilisés (Exode 38, versets 21-31) – il s’agissait de beaucoup de matériel coûteux, mais tout a été enregistré avec amour. L’amour devrait nous inciter tous à être honnêtes et ouverts dans tout ce que nous faisons. Le terme de lin “finement torsadé”, par exemple aux versets 16 et 18, suggère un soin et une attention aux détails ; nous devrions appliquer ce même soin et cette même attention aux choses de Dieu, qui devraient être tout ce que nous faisons ! Les deux Psaumes, c’est-à-dire 100 et 101, sont également significatifs car les sentiments, à savoir la joie, la louange, etc. sont le reflet de l’amour. Nous ne pouvons véritablement “pousser des cris de joie”, Psaume 100 verset 1, “adorer avec allégresse”, verset 2, rendre “grâce” et “louer”, verset 4, que si nous aimons véritablement Dieu. Nous aimons parce qu’il nous aime et que son amour est sans limites (verset 5). Même si Dieu est le créateur tout puissant, il prend soin de nous en tant qu’individus (verset 3). Nous chantons l’amour de Dieu (Psaume 101, verset 1) et, pour démontrer cet amour, nous devons veiller à mener une vie “irréprochable” (versets 2 et 6). Et ces choses qui contribuent à une vie “irréprochable” sont de ne pas regarder les “choses viles” et de haïr “les actions des hommes infidèles”, verset 3 ; de ne pas être en compagnie d’hommes au cœur “pervers” et de ne rien avoir à faire avec le “mal”, verset 4, et de veiller à ne pas être en communion avec ceux qui “pratiquent la tromperie” et qui mentent, verset 7. Ce n’est qu’avec les “irréprochables” que nous devrions “habiter”, verset 6, parce qu’à la fin, lorsque Jésus reviendra, il “retranchera de la cité du Seigneur toute personne qui fait le mal”. Nous acceptons que nous ne sommes “irréprochables” qu’en Jésus, car il est impossible pour les êtres humains d’être irréprochables par eux-mêmes, car nous sommes naturellement pécheurs, mais nous devrions essayer de ressembler à Jésus, car c’est une démonstration d’amour. 1 Corinthiens 8 est vraiment un chapitre sur l’amour. Les frères et sœurs de l’église avaient posé à Paul une question, au verset 1, sur les aliments sacrifiés aux idoles, mais avant d’y répondre, il parle d’amour, en poursuivant aux versets 2-3. Pourquoi a-t-il fait cela ? Je pense que Paul voulait mettre en place un contexte très important, à savoir que toute décision que nous prenons doit être prise en fonction de l’amour – de manière implicite, Paul dit que si nous n’aimons pas notre frère ou notre sœur, nous n’aimons pas Dieu et, par conséquent, nous ne sommes pas connus de lui. Donc, si nous voulons être connus de Dieu, nous devons l’aimer et, en l’aimant, nous devons aimer nos frères et sœurs. Ce n’est que lorsque Paul a clarifié ce point qu’il répond à la question du verset 4. L’amour doit être le point de départ de toutes nos actions et de toutes nos conversations, lorsque nous interpellons quelqu’un, nous devons être motivés par l’amour. Lorsque nous voyons un frère ou une sœur faire quelque chose de mal qui pourrait l’exclure du royaume, nous devons l’interpeller ; lorsque nous prêchons aux autres, y compris à nos enfants et à nos familles élargies et dans toutes nos interactions les uns avec les autres, nous devons être motivés par l’amour. Ainsi, si nous donnons ou recevons le défi ou l’enseignement, nous devons reconnaître qu’il est motivé par l’amour. Revenons à l’exemple de la consommation de nourriture sacrifiée aux idoles. Paul précise ensuite que les idoles ne sont rien puisqu’il n’y a de toute façon qu’un seul Dieu, versets 4-6, et que par conséquent la nourriture qui leur est “sacrifiée” n’est pas du tout contaminée puisqu’il n’y a rien qui puisse la contaminer, versets 7-8. Il est donc clair qu’il n’y a aucune raison pratique ou religieuse de ne pas manger de la nourriture sacrifiée aux idoles. MAIS, ceux qui avaient une meilleure compréhension pour savoir qu’il n’y avait rien de mal à manger de la nourriture sacrifiée aux idoles ne doivent PAS en manger par amour pour le frère ou la sœur “plus faible”, versets 9-12. Si nous ne démontrons pas notre amour pour notre frère ou notre sœur et que nous péchons contre eux (en mangeant la viande), nous péchons “contre” eux (en mangeant la viande), nous péchons “contre le Christ” – c’est une chose très importante à retenir – si nous ignorons la “faiblesse” de notre frère ou de notre sœur, non seulement nous n’aimons pas Dieu, mais nous péchons aussi contre Jésus ! Paul est très clair dans son conseil, au verset 13, c’est-à-dire que nous ne devons pas faire les choses qui font tomber les autres dans le péché. Nous devrions appliquer ce principe à tout ce que nous faisons, si par exemple un frère ou une sœur s’enivre en buvant de l’alcool, alors les frères et sœurs qui l’entourent ne doivent pas boire eux-mêmes ou même suggérer qu’il n’y a pas de mal à boire parce que ce serait une tentation pour eux – cela démontre l’amour. Si un frère ou une sœur a abusé de fonds alors qu’il ou elle était trésorier(e) de l’ecclésia et qu’il ou elle s’est repenti(e) et a remboursé ce qu’il ou elle a volé, alors, par amour, nous ne le ou la mettrons pas dans une situation tentante en lui donnant à nouveau des responsabilités financières. Si un frère ou une sœur ne s’intéresse qu’au gain financier pour lui-même ou elle-même et pour sa famille, par amour, nous ne devons pas le ou la mettre dans une situation où il ou elle serait à nouveau tenté(e) de gagner plus pour lui-même ou elle-même. Toutes nos décisions doivent être motivées par l’amour – en pensant à leur salut. Le chapitre 9 semble être la réponse de Paul aux critiques injustes qu’il a reçues de l’église au sujet d’une certaine forme de paiement et, aux versets 17-18, il précise que la prédication et l’enseignement de l’évangile sont gratuits – personne ne devrait faire payer qui que ce soit pour quoi que ce soit et personne ne devrait attendre un paiement pour son travail – c’est une démonstration d’amour ! Il conclut ce chapitre en utilisant l’exemple d’un coureur qui s’entraîne pour une course et applique un entraînement strict pour obtenir une couronne temporaire, il compare cela à notre entraînement dans l’amour pour obtenir la couronne qui “durera pour toujours”, c’est-à-dire le royaume, verset 24-27. Nous devons donc, nous aussi, nous “entraîner” strictement afin de ne pas être “disqualifiés pour le prix”. Il y a tellement de mal et de haine dans le monde aujourd’hui, nous devons être différents et montrer de l’amour dans tout ce que nous faisons, que ce soit envers nos frères et sœurs, notre famille ou les gens autour de nous, nous devons démontrer de l’amour – cet amour qui englobe toutes les lois et les prophètes ! Fevrier

Le 26 Fevrier

Exode 39 décrit les instructions relatives aux vêtements du Grand Prêtre et des Prêtres. Il y a une certaine répétition avec Exode 28, et cette répétition souligne l’importance de ces instructions. Sans les vêtements appropriés pour s’approcher de Dieu, ils mourraient (Exode 28:43). Nous remarquons que les couleurs bleu, pourpre et écarlate reviennent sans cesse dans les vêtements. Elles sont importantes, d’autant plus que la pourpre provenait d’un coquillage et était très chère. Nous pouvons utiliser un peu de raisonnement pour comprendre certains de ces enseignements. Qu’est-ce qui est bleu, que ce soit dans la Bible ou dans la création de Dieu ? La réponse est le ciel, ce qui signifie qu’il représente le ciel et donc Dieu. L’autre chose qui est bleue, c’est la mer, qui n’est bleue que parce qu’elle reflète le ciel. Et qu’est-ce que l’écarlate, que ce soit dans la Bible ou dans la création de Dieu ? La réponse est le sang. Le rouge est un symbole de l’homme ou de la chair. Le rouge des vêtements des prêtres montre qu’ils sont humains ou charnels. Le bleu des vêtements montre qu’ils sont célestes ou divins. Les prêtres font le travail de Dieu, ils sont donc des hommes qui se comportent de manière céleste. C’est ce que signifie également la couleur pourpre, qui provient du mélange du bleu et du rouge. En réalité, il n’y avait qu’un seul homme qui était vraiment céleste, et c’était Jésus. En fait, Jésus a été vêtu d’écarlate (Matthieu 27:28) et de pourpre (Marc 15:17) avant sa crucifixion. Le Grand Prêtre et les prêtres accomplissaient l’œuvre de Jésus en portant les vêtements appropriés et en se comportant comme un prêtre devait le faire. La robe bleue (qui est surtout un symbole du ciel) comportait également des cloches et des grenades. Le porteur faisait du bruit lorsqu’il accomplissait ses fonctions, ce qui le rendait conscient, lui et les autres, de l’importance de son travail. La grenade était le symbole de la fécondité du prêtre dans son travail. La grenade est en forme de cloche et pleine de graines. Nous arrivons à la fin de l’Exode, au chapitre 40, où le tabernacle est installé. Il a fallu environ 9 mois pour le construire, soit à peu près le temps de gestation d’un bébé humain. Il a été installé le jour du nouvel an, prêt pour tout le cycle annuel des fêtes. L’ordination des prêtres prenait 7 jours (Lévitique 8) afin que les prêtres soient prêts pour la Pâque sept jours plus tard. L’ordre de montage du Tabernacle suit un ordre logique : d’abord la structure, puis les couvertures sur la structure, comme pour toute tente. Ensuite, le mobilier intérieur, de l’intérieur vers l’extérieur. Tout le tabernacle était oint d’huile d’onction (verset 9), il était donc consacré à une œuvre sainte. Aaron, le grand prêtre, et ses fils, les prêtres, étaient également oints (verset 13) et consacrés à une œuvre sainte. C’est un modèle de Jésus. Jésus a été oint pendant ses sept derniers jours pour l’œuvre sainte qu’il devait accomplir (sa mort). C’est également un modèle pour les croyants. Les croyants sont aussi oints au sens figuré (1 Jean 2:20), ce qui vient de la connaissance de la vérité. Les croyants sont le temple de Dieu (1 Corinthiens 3:16). Tout comme le tabernacle, nous avons été choisis pour être la demeure de Dieu et un lieu saint. Nous devons nous assurer que nous faisons le travail saint que l’on attend de nous et que nous vivons d’une manière sainte. Le Psaume 102 nous dit dans son titre qu’il s’agit de la “prière d’un homme affligé”. Nous voyons son problème. L’auteur est malade et croit qu’il va mourir. Il est devenu si maigre qu’il n’a plus que la peau sur les os. Il gémit et pleure et ne peut pas dormir. Il est raillé par ses ennemis et il est seul. Nous pensons à Job ou à Légion dans leur détresse. Le fait qu’il y ait un Psaume 102 nous indique que Dieu l’a entendu. Dieu poursuit en parlant de son amour pour Jérusalem (versets 13-16) et de la manière dont il répondra aux prières des affligés (verset 17). L’implication est que Dieu le fera en particulier lorsque Jérusalem sera restaurée. En ce temps futur (verset 18), même les prisonniers condamnés à mort seront libérés et restaurés. Cela donnera lieu à des remerciements à Jérusalem (verset 21). En réalité, nous sommes tous prisonniers du péché et nous mourrons donc pour nos péchés. C’est Jésus qui est venu libérer ces prisonniers (Esaïe 61,1). La fin du psaume 102 poursuit ce thème. Dieu a créé les cieux et la terre, qui vont s’user. Le symbole le plus évident de l’usure dans la vie de tous les jours est utilisé, à savoir les vêtements. Le passage décrit comment les cieux et la terre s’useront et seront changés. Il s’agit de l’enveloppe physique de la planète Terre. Nous lisons que les cieux sont décrits comme un vêtement (Psaume 104:2, Job 38:9). Ce passage s’applique également au ciel et à la terre spirituels, la Bible désignant par là les personnes qui s’y trouvent (Deutéronome 32:1 ; Ésaïe 1:2). Le peuple sera changé et rendu nouveau. Cela se fait par Jésus, qui est celui qui agit pour Dieu en réalisant cela. Nous l’avons lu dans Hébreux 1:10-12 qui cite le passage du Psaume et l’applique à Jésus. 1 Corinthiens 10 explique l’importance de l’Ancien Testament. Ce qui s’est passé avant (dans l’Ancien Testament) est un exemple dont nous pouvons tirer des leçons (verset 6). Il commence par dire que les choses du passé étaient des symboles du baptême et du Christ. Le passage des Israélites à travers la mer Rouge était un modèle de baptême. Le rocher que Moïse a frappé pour produire de l’eau vive était un symbole de Jésus. En fait, de très nombreux événements de l’Ancien Testament nous enseignent sur Jésus. Ce n’est pas seulement de l’histoire à apprendre. Ils contiennent d’importantes leçons pratiques pour nous. Nous ne devons pas adorer les idoles (verset 7). Nous ne devons pas être sexuellement immoraux (verset 8). Nous ne devons pas mettre Dieu à l’épreuve (verset 9, en insistant pour que Dieu fasse les choses pour nous). Nous ne devons pas nous plaindre (verset 10). Il nous est dit (verset 12) : “Si tu crois tenir ferme, prends garde de ne pas tomber !”. Ensuite, on nous donne des informations très rassurantes. Nous serons capables de supporter nos tentations parce que Dieu l’a dit (verset 13). Chaque fois que nous pensons que la vie est trop dure pour nous, rappelons-nous que Dieu a dit qu’il ne nous donnera pas d’épreuve trop dure pour nous. Nous sommes également avertis de la liberté en Christ. Nous avons beaucoup plus de liberté en Christ que les Israélites n’en avaient sous la loi de Moïse. Cependant, nous devons faire attention à la manière dont nous utilisons notre liberté. Nous ne devons pas l’utiliser de manière égoïste. Nous devons penser aux autres. Si nous affligeons nos frères par l’usage que nous faisons de la liberté, alors nous devons réfléchir à nouveau. Nous devons penser aux autres dans tout ce que nous faisons, tout comme Jésus l’a fait (versets 23-24, 31-33). Fevrier

Le 27 Fevrier

Nous avons tous besoin d’aide pour accéder au royaume, c’est pourquoi Dieu nous a donné le chemin, c’est-à-dire par Jésus, et nous a donné des rappels pour que nous n’oubliions pas la miséricorde et la grâce de Dieu et le besoin désespéré que nous en avons à cause de notre nature pécheresse. Le Lévitique 1 était un rappel pour les Israélites sur la façon de sacrifier les différents holocaustes comme leur rappel et leur considération, mais comme d’habitude ceux-ci peuvent aussi nous aider comme Galates 3 verset 24 dit, “Ainsi la loi a été mise en charge pour nous conduire au Christ afin que nous soyons justifiés par la foi.” Par conséquent, toutes ces lois et leçons destinées aux Israélites peuvent nous aider, même si nous n’avons pas à effectuer les sacrifices d’animaux proprement dits, puisque Jésus a accepté d’être sacrifié pour nous, elles pointent vers Jésus. Tous ces sacrifices étaient présentés à l’entrée de la tente d’assignation, c’est-à-dire le tabernacle (Lévitique 1, verset 3). Jésus est notre moyen d’être présenté à Dieu, et nous devons donc apporter nos “sacrifices” et les présenter devant lui, “l’entrée”. Les exemples de ce chapitre concernent le troupeau, le bétail et la volaille, et les versets 2 à 3 nous disent que ces offrandes étaient volontaires, qu’il leur appartenait donc, comme à nous, de choisir ce que nous apportons en offrande. Cependant, l’expression utilisée au verset 3 suggère que l’offrande devait être un “délice”, c’est-à-dire la meilleure (sans défaut) et également donnée volontairement, c’est-à-dire avec la bonne attitude et la volonté de faire la bonne chose pour Dieu. En gros, comment sont nos “sacrifices” ? Les “offrandes” que nous faisons, les donnons-nous avec “plaisir” ? Donnons-nous volontiers du temps ? Donnons-nous volontiers de l’argent ? Contribuons-nous volontiers à la nourriture et à d’autres choses ? Dieu veut que nous utilisions les choses qu’il nous a données pour son service comme une démonstration de notre “sacrifice” et de nos “offrandes”. Jésus est notre exemple et il a sacrifié toute sa vie en faisant volontairement la volonté de Dieu, c’est l’exemple que nous devrions suivre ; son sacrifice a duré toute sa vie, et il s’est terminé par le sacrifice ultime, sa mort lorsqu’il a été tué par des êtres humains malfaisants. Nous savons, d’après Hébreux 10, que le Psaume 40, verset 8, fait référence à Jésus : “Je veux faire ta volonté, ô mon Dieu ; ta loi est au fond de mon cœur.” Les 3 types d’animaux dans Lévitique 1 nous dit que la taille n’est pas importante, que ce soit une vache, une chèvre ou un oiseau, verset 2 et 14, cela n’a pas d’importance, ceux qui le donnent doivent donner le meilleur, c’est-à-dire “sans défaut” et le donner avec “plaisir”. Ainsi, peu importe que la personne soit riche, pour s’offrir la vache, ou pauvre, qui ne peut s’offrir que l’oiseau, pour bénéficier de cette offrande volontaire, elle est ouverte à tous. C’est le même message avec le salut de Jésus, il est ouvert à tous. Le plus important est que l’offrande soit “complète”, c’est-à-dire sans défaut, et qu’elle n’ait pas été donnée à contrecœur par la personne qui l’a faite. C’est exactement comme Jésus, il a tout donné à son père, il n’a rien retenu, il n’a rien gardé pour lui. La même question se pose à nouveau pour nous : dans quelle mesure le “sacrifice” que nous offrons à Dieu est-il réel ? Dans quelle mesure sommes-nous dévoués ? A quel point sommes-nous heureux de servir Dieu ? Ce “rappel” du sacrifice animal nous montre que la vie était dans le sang et que lorsque le sang était vidé du sacrifice, l’animal ou l’oiseau mourait, c’est-à-dire qu’il était entièrement donné, et cela devrait nous rappeler que nos “sacrifices” devraient être entièrement donnés. Donner le meilleur animal ou oiseau demandait du temps et des efforts, l’animal ou l’oiseau devait être soigné, il devait être vérifié en détail pour s’assurer qu’il serait acceptable et Dieu connaissait la qualité et les efforts fournis pour les sacrifices. Il en va de même pour nous aussi avec nos “sacrifices”. Le psaume 103 reflète également les pensées de la personne pieuse qui “se réjouit” de donner volontairement à Dieu, car c’est TOUT notre être qui loue, verset 1, c’est-à-dire “TOUT mon être intime”. C’est à cause de ce que Dieu a fait et fait pour nous, versets 2-5, c’est-à-dire que les “bienfaits” sont “le pardon des péchés”, “la guérison des maladies”, “le rachat de la vie”, “l’amour et la compassion” et “la satisfaction de nos désirs”. Notez que nos “désirs” devraient être d’être dans le royaume, lorsque notre “jeunesse sera renouvelée comme celle de l’aigle”. Dieu a fait toutes ces choses, c’est pourquoi nous faisons nos “offrandes” avec “plaisir”, c’est-à-dire que nous sommes vraiment heureux et contents de les faire et de ne rien retenir. Lorsque nous considérons à nouveau que tous nos péchés ont été pardonnés et que nous sommes rachetés par Jésus et que nous avons donc la paix de l’esprit, comment ne pas répondre de la bonne manière ? Tout ce psaume est une grande démonstration de l’œuvre d’amour de Jésus pour chacun d’entre nous, nous ne pouvons pas obtenir le pardon sans lui, c’est pourquoi notre louange, notre adoration et notre “sacrifice” doivent refléter cela. Les versets 8-11 rappellent les versets 6-7 de l’Exode 34 et nous démontrent une fois de plus que la miséricorde de Dieu s’applique à ceux qui “le craignent”, c’est-à-dire qui le respectent, le même message se retrouve aux versets 13 et 18. C’est son amour pour nous qui devrait nous donner envie de “sacrifier” dans le “plaisir”. Malheureusement, l’attitude des frères et des sœurs dans 1 Corinthiens, versets 20-21, est en total contraste avec l’exigence de Dieu pour ces offrandes ; ils avaient une attitude complètement erronée, ils étaient égoïstes, il n’y avait pas d’unité, il n’y avait pas de “plaisir”, chacun voulait profiter de lui-même. Il n’y avait pas de communion dans l’église, il y avait juste un groupe d’individus qui avaient perdu le principe pieux de donner volontairement et avec “plaisir” ! En fait, ils méprisaient Dieu et Jésus, c’est-à-dire qu’ils n’avaient aucun respect (crainte) et leur comportement était totalement inacceptable. Ils devaient donc changer et Paul les a mis au défi. Nous aussi, nous devons veiller à ne pas commettre les mêmes erreurs qu’eux, en méprisant Dieu et Jésus par nos “sacrifices” et “offrandes” réticents. Paul rappelle ensuite aux frères et sœurs présents, comme il nous le rappelle maintenant, l’exemple que Jésus a donné, aux versets 23 à 26, à savoir l’unité et la communion. Le pain rompu représentait le corps de Jésus, tout comme l’holocauste découpé dans le Lévitique, et Jésus a “brisé” le péché pour nous en vainquant pour nous ; nous devons donc nous réjouir des “sacrifices” que nous faisons. Le vin dans la coupe est un symbole du sang de la vie et nous sommes réconciliés à cause de Jésus, nous devons donc nous souvenir du prix qui a été payé pour nous et remercier Dieu avec la bonne attitude, en pensant à la fois à Dieu et à Jésus lorsque nous les rappelons dans le pain et le vin. Nous devons tout donner et le démontrer en nous “examinant”, versets 27-32, avant de prendre le pain et le vin chaque semaine et en nous comparant à Jésus et à ce qu’il a sacrifié pour nous. Il nous sera très vite rappelé que nous ne pouvons pas être comparés à Jésus, mais nous nous souviendrons ensuite rapidement que c’est seulement en Jésus que nous pouvons être sauvés, ce qui signifie que nos faiblesses sont couvertes, ce qui devrait à son tour nous inciter à nous repentir et nous inciter également à améliorer la qualité de notre “sacrifice”. Nous devons réfléchir sérieusement à ce qui a été fait pour nous. Le Psaume 103, verset 17, nous dit que ceux qui “craignent” (respectent) Dieu, obéissent et se souviennent sont ceux pour qui le royaume est préparé, c’est-à-dire nous, si nous restons fidèles et si nous nous “réjouissons” de ce que nous donnons en “offrande” en raison de ce qui a été fait pour nous. “Mais d’éternité en éternité, l’amour du Seigneur est avec ceux qui le craignent, et sa justice avec les enfants de leurs enfants – avec ceux qui gardent son alliance et se souviennent d’obéir à ses préceptes.” Fevrier

Le 28 Fevrier

Le Lévitique 3 continue avec les offrandes volontaires, celle-ci étant l'”offrande de communion”. Tout comme l’holocauste et l’offrande de céréales, l’offrande de communion devait être la meilleure, versets 1 et 6. Chacune de ces offrandes permettait à ceux qui les sacrifiaient de donner ce qu’ils pouvaient, mais chacun devait veiller à ce que les détails de l’offrande soient exactement suivis. Ces offrandes devaient être une “ordonnance durable” pour les générations futures, verset 17, c’est-à-dire qu’on devait s’en souvenir et les transmettre de parents à enfants. La même leçon s’applique à l’offrande de communion que pour les précédentes, c’est-à-dire que le meilleur devait être sélectionné pour Dieu afin de démontrer l’appréciation de la merveilleuse communion qu’ils avaient avec Dieu. L’offrande pour le péché du Lévitique 4 est différente des autres, car elle est obligatoire. Il s’agit de rechercher le pardon d’un péché involontaire, aux versets 2, 13, 22 et 27 pour les prêtres, au verset 3, pour toute la communauté, pour le chef et pour les individus, et à nouveau le sacrifice doit être sans défaut, par exemple aux versets 28 et 32. Ainsi, une fois encore, le meilleur doit être présenté ; il ne peut s’agir que d’un animal et le sang était utilisé de différentes manières car il devait être apporté dans le lieu saint. Le pardon n’était accordé que lorsque toutes les actions requises étaient accomplies (versets 20, 26, 31 et 35). Bien que nous n’ayons plus à faire cela à cause du sacrifice de Jésus, nous pouvons toujours tirer des leçons de ces actions, et les principes s’appliquent toujours à nous maintenant – nous devons reconnaître notre péché, prendre des mesures pour démontrer notre regret et rechercher directement le pardon de Dieu, c’est la repentance. Une chose que nous devons noter ici est qu’il s’agit du pardon pour un “péché non intentionnel”, c’est-à-dire lorsque nous péchons accidentellement, ou lorsque nous péchons parce que nous n’étions pas conscients que quelque chose était mal. Il semble donc qu’il n’y ait pas de pardon pour le péché INTENTIONNEL, par exemple lorsqu’un membre cherche à frauder la communauté ; c’est peut-être la raison pour laquelle Ananias et Sapphira ont tous deux été tués dans Actes 5 lorsqu’ils ont délibérément cherché à frauder la communauté et donc Dieu. C’est une chose que nous devons considérer et contre laquelle nous devons nous prémunir. Lorsque nous regardons la description des actions de Dieu dans le Psaume 104, nous comprenons pourquoi nous devons donner le meilleur de nous-mêmes et nous repentir lorsque nous prenons conscience d’un péché ou lorsque nous voulons remercier Dieu pour la communion que nous avons avec lui. Ce psaume est un chant de louange, il commence et se termine par la louange, verset 1 et 35, c’est une louange qui découle de la réflexion sur ce que Dieu fait réellement. Non seulement il a créé le monde, mais il veille à ce que le temps et toute la nature fournissent de la nourriture à toute sa création, que ce soit pour les animaux ou pour nous, versets 10-18. La sécheresse et l’excès de pluie nous rappellent à quel point nous en sommes dépendants. Certains de ces événements sont dus au fait que les êtres humains détruisent l’équilibre de ce que Dieu a mis en place. Notre destruction est due à la pollution, à l’abattage des arbres, à la coupe et au brûlage, à l’utilisation d’une trop grande quantité de carburant pour les déplacements, etc. Tout cela exagère donc la souffrance que nous connaissons tous, et cette destruction ne sera corrigée que lorsque Jésus reviendra. Nous pouvons louer Dieu parce que nous savons que même s’il y a des événements naturels pénibles, il est toujours aux commandes. Ce qu’il faut retenir, c’est que nous devons reconnaître que Dieu est tout-puissant, donc lorsque nous lui offrons volontairement des choses pour le remercier ou pour demander le pardon obligatoire, nous devons reconnaître à quel point nous sommes mauvais et respecter les exigences de Dieu. Je trouve toujours très triste que les gens soient trop fiers pour montrer ce respect à Dieu. Dans 1 Corinthiens 13, on nous rappelle une fois de plus ce que signifie l’amour, versets 4-7. L’amour, c’est toute une liste de choses et quand vous regardez cette liste, elle couvre toutes les choses qui aboutissent au péché si nous n’aimons pas ! Le chapitre commence en fait par mettre en perspective tous les dons mentionnés dans le chapitre précédent, versets 1-3, c’est-à-dire que si vous n’avez pas d’amour, tout le reste n’est qu’une perte de temps. L’amour ne doit jamais échouer, versets 8-13, les autres choses échouent, mais pas l’amour. En d’autres termes, l’amour doit être au centre de tout, tout doit être centré sur l’amour, c’est pourquoi nous devons respecter Dieu lorsque nous lui répondons, que ce soit en lui demandant pardon ou en le remerciant pour les choses qu’il fait pour nous. Par conséquent, lorsqu’une personne ou une église se vante d’une capacité que Dieu lui a donnée, elle ne fait pas preuve d’amour. Les dons spirituels dans 1 Corinthiens 12 ont été donnés et permis par Dieu, versets 4-6 et 11. Il est important de noter que ces dons ont été donnés par Dieu et utilisés exactement comme “il l’a déterminé”. Il est donc impossible pour Dieu de donner un don qui n’aurait pas pour conséquence l’amour, par exemple l’orgueil, donc ces personnes et ces églises qui insistent sur le fait qu'”ils ont le Saint-Esprit” et le démontrent par exemple en parlant en langues ne font pas preuve d’amour. Ces églises qui font payer les prières ne font pas preuve d’amour, nous devons donc nous interroger sur leur motivation. Toutes les choses doivent être faites humblement et dans l’amour, c’est ainsi que nous savons qu’une capacité vient de Dieu. Dieu fera toujours tout pour le bien de toute la communauté, verset 7, donc tout don apparent ne sera jamais utilisé pour la désunion ou le gain financier personnel ! L’image du corps, aux versets 12 à 26, nous montre que toutes les parties sont égales, qu’elles travaillent toutes ensemble pour le bien commun, que si une partie souffre, toutes souffrent, que le corps ne peut même pas être constitué d’une seule partie, sinon les autres fonctions ne seraient pas possibles. Paul précise que nous devons utiliser cette image pour nous rappeler quelles sont les fonctions que nous avons dans l’église, versets 27-31, toute nomination “faite par Dieu” est pour le bien commun, nous avons tous un rôle à jouer, aucun rôle n’est meilleur qu’un autre, nous devons tous travailler ensemble dans l’unité pour permettre à l’église de fonctionner. La leçon de ces deux chapitres ne concerne donc pas les dons spirituels, mais l’amour et le travail dans l’unité, sans abuser de la position et des capacités qui nous sont données ! Toutes ces lectures d’aujourd’hui exigent le respect de Dieu et l’humilité de notre part, tout ce qui n’est pas de l’amour pour Dieu et pour les autres est voué à l’échec. February

Le 1er Mars

Les Lévitiques 5 et 6 décrivent les offrandes de péché et de culpabilité. Toutes deux sont destinées aux péchés commis involontairement. Les offrandes de culpabilité sont destinées aux péchés ayant trait aux choses saintes (Lévitique 5:15), tandis que les offrandes de péché sont destinées aux autres péchés. Le pécheur devait reconnaître humblement qu’il avait péché. Il devait ensuite écouter Dieu et offrir le bon sacrifice. S’il faisait cela, il ne faisait aucun doute que Dieu lui pardonnerait. Dieu voulait tellement encourager les pécheurs à se repentir qu’il a pris des dispositions pour que les pauvres et les très pauvres soient pardonnés. Cette grâce de Dieu nous parvient aujourd’hui à travers l’œuvre de Jésus. Nous devons reconnaître le péché pour ce qu’il est et nous repentir, puis demander le pardon. Les principaux éléments du processus sont les mêmes. Nous sommes également informés de ce qui se trouvait à l’autre extrémité de l’échelle de la sainteté. On nous parle de deux choses qui sont “très saintes”. L’une d’elles est l’offrande de céréales commémorative (Lévitique 6:17). Elle est si sainte que tout ce qui la touche devient saint (6:18). L’autre est le sacrifice pour le péché (6:25). Là encore, si elle est touchée, elle peut aussi rendre les choses saintes (6:27). Cela signifie que les choses qui sont “très saintes” peuvent rendre d’autres choses “saintes”. Lorsque nous pensons aux choses les plus saintes, nous pensons au lieu très saint à l’intérieur du tabernacle. C’était le lieu de la présence de Dieu. Cela nous enseigne que c’est Dieu qui veut rendre saintes les choses impures. La seule personne autorisée à entrer dans le lieu très saint devait avoir la même attitude – celle de sanctifier les pécheurs. C’est ce qui se passait le jour des expiations, lorsque le grand prêtre entrait dans le lieu très saint avec le sang des sacrifices. Tout cela nous apprend quelque chose sur Jésus. Jésus était comme Dieu, il voulait aider les pécheurs à changer et à devenir des personnes saintes. Si Dieu et Jésus ont cette attitude, cela signifie aussi que nous devons avoir la même attitude. Nous devons vouloir amener les pécheurs à la repentance et à la sainteté. Nous ne devons pas être comme les Pharisiens qui condamnaient les pécheurs et rendaient les autres fiers comme eux. Nous devons montrer aux pécheurs le chemin de la vie – et non les en empêcher. Et nous devons être reconnaissants pour la grâce qui nous a été témoignée. Le psaume 105 poursuit ce thème. Il parle des œuvres merveilleuses de Dieu pour sauver son peuple. Il nous conduit à travers l’histoire, d’Abraham à la Terre promise. Il nous montre ce que Dieu a fait pour que cela arrive. Dieu a fait une promesse à Abraham (v9). Il a protégé la petite famille vulnérable des ennemis (v14). Il a envoyé Joseph en Égypte (v17) et il leur a envoyé Moïse et Aaron (v26). Il a envoyé les plaies sur l’Égypte et a amené les Israélites à la Terre promise. Tout cela pour que son peuple obéisse à ses commandements en paix dans le pays (v45). Nous pouvons regarder les détails de l’histoire et dire qu’un homme mauvais a emmené Joseph en Egypte. Mais Dieu nous dit que c’est Lui-même qui l’a fait. Cela faisait partie de son plan. Même s’il semble que l’homme prenne les décisions de l’histoire, c’est en fait Dieu qui contrôlait tout. Dieu a un plan et rien ne peut l’arrêter. Il s’est toujours souvenu de sa promesse à Abraham (v42). Tout comme il a agi dans le passé, il agira dans l’avenir. Il ressuscitera Abraham d’entre les morts pour qu’il reçoive le royaume, ainsi que les croyants fidèles. Louons Dieu pour son grand plan et les merveilles qu’il fera pour le réaliser ! 1 Corinthiens 14 décrit le mauvais usage du don spirituel du parler en langues. Les Corinthiens avaient des réunions désordonnées, où plusieurs personnes parlaient en même temps (v27) et où les gens disaient des choses que les autres ne pouvaient pas comprendre (v27-28). Ce chapitre indique clairement que prononcer des paroles que les autres ne peuvent pas comprendre n’est pas ce que Dieu veut. Les églises évangéliques doivent lire ce chapitre et le comprendre. Si elles le faisaient, elles ne parleraient pas toutes en même temps avec des mots qui ne peuvent pas être compris. Le chapitre nous rappelle que le don spirituel des langues était des langues et non des sons incompréhensibles (v10 et 21). Ce qui importe vraiment, c’est que les non-croyants soient enseignés pour qu’ils croient, et que les croyants soient enseignés pour qu’ils grandissent. Nous devons utiliser nos voix pour y parvenir. Nous devrions tous réfléchir à notre propre comportement. Sommes-nous en train d’édifier les croyants pour rendre gloire à Dieu, ou sommes-nous en train de semer la confusion et de rebuter les gens ? Pour parler à la manière du Lévitique, conduisons-nous les gens au péché ou à la repentance ? Ou, pour parler à la manière des Psaumes, sommes-nous en train de travailler avec Dieu ou contre Lui ? L’objectif des lectures d’aujourd’hui est d’amener les non-croyants à la croyance et au repentir et les croyants à une foi solide, afin que nous puissions tous être le peuple saint de Dieu qui partage les promesses faites à Abraham. Mars

Le 2 Mars

Le Lévitique 7 continue avec les instructions de Dieu au peuple et aux prêtres concernant leurs offrandes à Lui. Dieu a donné des instructions différentes pour les offrandes d’holocauste, de céréales, de communion, de péché et de culpabilité. Chacune de ces offrandes avait un but différent. Nous nous approchons du Seigneur pour différentes raisons à différents moments de notre vie ; parfois pour obtenir le pardon, parfois pour faire une offrande, parfois pour remercier et adorer, ou pour la communion, très souvent pour plusieurs raisons. Nous nous identifierions à la recherche du pardon (en apportant une offrande pour le péché ou une offrande de culpabilité), puis à l’engagement envers Dieu (holocauste et offrande de céréales) et enfin à la communion avec le Seigneur (offrande de communion). Ce sont toutes des façons valables (avant Jésus !) d’obtenir le pardon des péchés et la communion avec le Seigneur. Si les gens apportaient volontairement leurs offrandes selon la volonté de Dieu, ils étaient déjà sur la bonne voie, faisant la volonté de Dieu en cherchant à lui plaire – contrairement à Caïn. Il nous est également rappelé que Dieu est toujours prêt à pardonner si nous suivons ses voies. Il est toujours là ; nous savons où aller. Si les offrandes ont été faites dans le bon esprit, alors l’offrant était pardonné et uni au Seigneur. Si le cœur de l’offrant souhaitait rester séparé du Seigneur, alors les offrandes étaient futiles. Le rituel est pour les robots, sans cœur, et n’apporte jamais la communion. Israël a été mis en garde à plusieurs reprises contre l’endurcissement de son cœur. “Cessez d’apporter des offrandes sans signification” Esaïe 1:13 : les offrandes auraient dû être pleines de sens, révélant l’amour de Dieu, sa grâce, son pardon et sa volonté de communion. Il voulait que leur cœur soit uni à son esprit. Si souvent, ils se contentaient de suivre le rituel et s’en allaient comme si rien ne s’était passé. David, “un homme selon le cœur de Dieu” dit dans le Psaume 51:16-17 “Tu ne prends pas plaisir aux sacrifices, tu ne prends pas plaisir aux holocaustes. Les sacrifices de Dieu, c’est un esprit brisé, un cœur brisé et humble.” David veut dire que sans l’esprit juste, les offrandes étaient insignifiantes et sans valeur. Nous aussi, lorsque nous nous réunissons en communion pour partager un repas avec le Seigneur à la fraction du pain, nous devons nous examiner. (Il est préférable de le faire avant d’arriver à la réunion, il y a plus de temps.) Nous devons venir avec le bon esprit. Nous devons nous méfier de la familiarité, le simple fait de partager le pain et de boire une gorgée de vin n’a aucun sens en soi. Tout ce que les emblèmes représentent, le rappel de la vie sacrificielle de Jésus et le don (l’offrande) de Dieu à l’humanité pécheresse, etc., apporte du sens et de la valeur, et révèle à la fois le désir de Dieu et le nôtre de poursuivre la communion. Jean écrit : “En vérité, notre communion est avec le Père et avec son fils Jésus-Christ. Et nous vous écrivons ces choses afin que votre joie soit complète” 1 Jean 1:3-4. Psaume 106 : Nous savons que “Tout ce qui a été écrit auparavant a été écrit pour notre instruction”. Rom 15:4. En d’autres termes, lisez (écoutez !) et apprenez ! Le psaume 106 contient de nombreuses leçons qui nous sont données par le biais de rappels de l’histoire d’Israël. Cependant, le psaume commence par la louange de la miséricorde de Dieu. Si nous sommes conscients de l’énormité de la miséricorde de Dieu à notre égard, si nous méditons et nous attardons sur ce don de Dieu, et si nous le faisions au début et à la fin de chaque journée, SI, alors il serait peu probable que nous péchions si souvent. Au début de chaque journée, nous nous préparons pour la journée, mais chaque jour a ses défis spirituels et il nous est dit de revêtir l’armure de Dieu, de nous préparer pour la journée avec le Seigneur (Eph 6:10) Combien de fois suivons-nous ce conseil ? Les paroles de la Bible (et donc de Dieu lui-même) nous encouragent à mettre la foi en action, et à partager nos journées avec le Seigneur. Quelle belle invitation, il doit y avoir quelque chose de grave si nous n’acceptons pas, avec joie et humilité, son souhait ! Que nous apprend l’histoire d’Israël dans le Psaume 106 ? Ne vous séparez pas du Seigneur. Cela peut se produire de plusieurs manières et quelques exemples sont donnés dans ce psaume. V-7 Quand Israël a été sauvé d’Egypte, “ils n’ont pas compris tes merveilles, ils ne se sont pas SOUVENUS de la multitude de tes miséricordes, ils se sont rebellés près de la Mer Rouge” Comment ont-ils pu oublier ! Pas seulement ce qui s’est passé, mais surtout pourquoi. Dieu était avec eux, mais à cause de la peur, ils se sont séparés de Dieu. La leçon est de ne jamais oublier la miséricorde continue de Dieu envers vous, il est fidèle, alors comprenez que la peur est parce que vous regardez le problème comme si vous étiez seul, allez vers le Seigneur “venez à moi” et trouvez la paix. V- 13 “Ils ont vite oublié Ses œuvres. Nous attendons le retour de Jésus, nous avons reçu des instructions jusqu’à ce qu’il vienne, nos vies reflètent-elles la préparation pour son retour, et la gratitude pour ses œuvres ? Ou abusons-nous de la miséricorde de Dieu? v16 – Ils enviaient Moïse et Aaron. L’envie vient d’un cœur ingrat, qui n’est pas satisfait de sa vie. C’est compréhensible pour un non-croyant, mais pas pour un croyant. L’envie est très souvent liée à la convoitise (l’avarice) et c’est un péché, nous disons que nous ne faisons pas confiance et que nous ne sommes pas satisfaits de ce que le Seigneur nous a donné. Nous oublions sa miséricorde, son amour, son pardon, son aide, son salut, ses promesses, et nous nous attardons sur ce qui ne nous a pas été donné, et donc nous nous séparons du Seigneur ! v19-20 – ils adoraient une idole. A bien des égards, c’est le même problème. Y a-t-il quelque chose que nous désirons plus que la présence de Dieu dans nos vies ? v24 – “Ils ne crurent pas à sa parole (et à ses promesses) et n’écoutèrent pas la voix du Seigneur”. Il est si important d’écouter sa parole, pas seulement de la lire. Les mots doivent vivre dans nos vies, et pas seulement rester sur les pages. C’est la seule voie vers le salut et la vie avec notre créateur. v34-39 – Israël avait été séparé du monde pour témoigner au monde des voies justes de Dieu. Au lieu de cela, ils sont retournés dans le monde. Nous sommes des témoins du Seigneur et le disciple Jean nous donne le même avertissement. “N’aimez pas le monde ni les choses du monde” 1 Jean 2:15. Si nous sommes vraiment conscients de la miséricorde de Dieu envers nous, nous n’oublierons pas ses œuvres, nous n’envierons pas et ne serons pas ingrats, nous n’aurons pas ou ne voudrons pas avoir d’idoles, nous vivrons selon sa volonté(parole) à cause de son amour, et chercherons à lui plaire en choisissant sa voie (pas la nôtre), et nous ne retournerons pas au monde. 1 COR 15 : “Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures ; il a été enseveli, et il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures”. Nous avons tous reçu l’Evangile et vu les preuves dans les Ecritures. (Dans l’Ancien et le Nouveau Testament). Nous savons que cela est vrai. Il y a toujours eu des non-croyants et des moqueurs dont le cœur n’a pas répondu à l’évangile. Et il y a toujours eu ceux qui nient certaines parties du message biblique. Par exemple, la résurrection. Mais nous avons un message clair sur ce qui s’est passé et pourquoi. La mort du Christ n’était PAS due à un blasphème, ni à la perdition de la nation, ni à l’interdiction de payer les impôts à César, ni à la trahison. Ce n’était PAS une punition de Dieu pour la désobéissance ! La mort du Christ était destinée à pardonner les péchés de l’humanité (les justes pour les injustes). Sa mort était en obéissance à la volonté de Dieu ! La résurrection du Christ a confirmé que, sans aucun doute, il était celui dont les Écritures parlent. (Psaume 16,110 ; Esaïe 53, Actes 2 etc.) personne d’autre n’avait été ressuscité à la vie éternelle. La résurrection a confirmé que le salut avait été accompli dans la vie et la mort de Jésus. Il était le premier, et lorsqu’il reviendra, les fidèles seront également ressuscités à la vie éternelle et seront avec lui et son Père pour toujours. C’est pourquoi (surtout ces derniers temps) nous prions “que ton règne vienne”. Paul partage quelques autres “vérités” dans ce chapitre. Le Seigneur régnera sur toutes les nations ; il viendra un temps où il n’y aura plus de mort ; toutes choses seront soumises à Dieu, y compris Jésus, qui est toujours volontaire (remarquez que Jésus reconnaît la suprématie de son Père), afin que Dieu soit tout en tous. Les fidèles seront changés, en un instant, et seront “incorruptibles” – comme Jésus. Le plan de salut de Dieu pour l’humanité sera achevé. Quelle joie pour le Sauveur et les sauvés ! “Rendons grâce à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ. Soyez donc fermes, toujours plus nombreux dans l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail n’est pas vain dans le Seigneur”. Mars

Le 3 Mars

Dans le Lévitique 8, nous lisons les détails de l’ordination d’Aaron et de ses fils comme prêtres. Nous voyons une fois de plus que cela exigeait une attention particulière aux détails, et tout cela a été fait comme “le Seigneur l’a ordonné à Moïse”, versets 9, 13, 17, 21, 29 et 36. Il a toujours été important de faire ce que le Seigneur a ordonné – et c’est tout aussi important aujourd’hui dans nos vies chrétiennes. Moïse, Aaron et les fils d’Aaron devaient être sûrs des détails et des exigences de Dieu pour que leur service soit acceptable et on nous rappelle encore une fois le travail “habile” qu’impliquait la préparation de tous les objets utilisés dans le culte de Dieu, verset 7. Parce que Jésus est maintenant notre Grand Prêtre, nous ne sommes pas tenus de suivre les mêmes processus, mais la quantité de préparation et de détails que nous lisons devrait être une leçon pour nous dans notre culte et dans notre approche de Dieu – nous devrions certainement le respecter en tant que créateur. Dans le psaume 107, nous avons quatre exemples humains de séparation d’avec Dieu : certains “erraient dans le désert”, verset 4 ; d’autres étaient “assis dans les ténèbres et dans l’obscurité la plus profonde” (ce qui peut signifier qu’ils étaient tellement pécheurs, mais la leçon pourrait être la même s’ils étaient littéralement en prison), verset 10 ; certains sont “devenus fous par leurs voies rebelles”, verset 17 et d’autres ont simplement ignoré Dieu et se sont enrichis en se concentrant sur les affaires, verset 23-24. Nous avons des indices que certains de ces états étaient des punitions en raison de la rébellion contre Dieu, c’est-à-dire les versets 11 et 17 (encore une fois) ; toutes les conditions exigeaient une reconnaissance de leur éloignement de Dieu, c’est-à-dire les versets 6, 13, 19 et 28. Nous pouvons donc être sûrs que toutes ces personnes, dans chacune de ces situations, devaient reconnaître leur impiété et se repentir de leurs voies. Ce sont les choses dont ils ont souffert qui les ont amenés à repenser leurs voies, la faim et la soif, verset 5 ; “le travail amer”, verset 12, “le dégoût de la nourriture”, verset 18 ; et ils ont réalisé que Dieu avait une puissance impressionnante et non eux, verset 24-27. Ce n’est que lorsqu’ils ont reconnu leurs erreurs et se sont repentis que Dieu a répondu, versets 7-9, 14-16, 20-22 et 29-32. Le reste du psaume semble résumer ces 4 exemples, nous rappelant comment Dieu peut changer les choses, si nous le reconnaissons et nous repentons. Les versets 33-38 montrent que Dieu a d’abord asséché les fleuves et les sources à cause du péché, mais qu’il va aussi les faire revenir – il y a donc un contraste dans ces versets. Il y a également un contraste dans la série de versets suivante, les versets 39-42, c’est-à-dire la diminution du nombre de personnes et l’humilité qui en résulte, puis Dieu les relève. Il est possible que ce psaume fasse référence au retour des Israélites de la captivité à Babylone en Israël – ils avaient été emmenés en captivité à cause de leur péché et maintenant, parce qu’ils s’étaient repentis, ils sont ramenés. C’est exactement comme cela que nous devrions réagir, nous ne devrions pas pécher en premier lieu, mais lorsque nous le faisons, nous pouvons reconnaître et nous repentir et nous tourner de nouveau vers Dieu et, comme le dit le dernier verset, “Que celui qui est sage prenne garde à ces choses et considère le grand amour du Seigneur.” Verset 43. Et c’est cet amour que nous devons démontrer dans tout ce que nous faisons, comme le dit Paul dans 1Corinthiens 16 verset 14 “Faites tout dans l’amour.” C’est le caractère de Dieu et cela devrait être le nôtre aussi – l’attention portée aux détails dans le Lévitique était due à l’amour ; ceux qui sont sages comprennent l’amour et maintenant nous lisons ici que nous devrions aimer. Colossiens 2 verset 2, et chapitre 3 verset 14 nous montrent que l’amour aboutit à l’unité. Ces mots de conclusion dans 1 Corinthiens 16 démontrent l’amour de Paul pour ses frères et sœurs, par exemple les versets 1 à 4, où il conseille de faire des collectes chaque dimanche afin que de l’argent soit disponible pour les frères et sœurs qui souffraient à Jérusalem. Il voulait passer du temps avec eux (versets 5-9), il était soucieux que Timothée soit accepté par eux (versets 10-11) et il se préoccupait du bien-être des autres (versets 12-18). La communion est la clé de tous nos cultes, et la lettre de Paul porte sur les gens et sur les réactions des gens aux autres, en fait tous les chapitres d’aujourd’hui portent sur les gens et l’unité. Cela apparaît dans les derniers versets où les églises d’Asie envoient leurs salutations à l’église, y compris l’église qui se réunit dans la maison d’Aquila et Priscilla, et la prière commune est que Jésus revienne, versets 19-24. Mars

Le 4 Mars

Les prêtres commencent leur ministère dans le Lévitique 9. Ils ont préparé le tabernacle, les instruments d’adoration, les animaux et les vêtements des prêtres, comme “Dieu l’avait ordonné”, verset 7. Tout ce qui a été fait a été fait de la “manière prescrite”, verset 16, et tout cela s’est terminé par des cris de joie du peuple, verset 24. Toute leur préparation les avait amenés au stade où ils pouvaient tous être témoins de la “gloire du Seigneur”, verset 5-6 ; l’attitude affichée ici par le peuple est aussi celle que nous devrions adopter lorsque nous nous préparons à voir la “gloire du Seigneur”. Nous voyons cela en Jésus, aussi notre préparation doit être quotidienne si nous voulons être avec Jésus et son père tous les jours ! Bien que nous ne puissions pas les voir, nous pouvons voir leur gloire dans les choses qui nous entourent. Les détails sont importants, les sacrifices étaient tous “sans défaut”, verset 2-3, et les prêtres savaient ce qu’il fallait faire, par exemple aux versets 9, 12 et 18, et parce que tout était fait correctement, ils ont tous vu “la gloire du Seigneur”, verset 23. Malheureusement, à partir de ce sommet de joie, deux des fils d’Aaron, les prêtres, ont rapidement manqué de respect et, dans Lévitique 10, nous voyons les résultats de leur manque de respect en offrant “un feu non autorisé” au Seigneur, verset 1. C’était “contraire à son commandement” et Dieu les a mis à mort, verset 2. La raison en est donnée au verset 3 : ils n’ont montré aucun respect et il n’est pas étonnant que Moïse soit resté “silencieux” ! Il est probable qu’ils étaient ivres, ce qui explique pourquoi il a été dit à Aaron qu’ils ne devaient pas boire d’alcool lorsqu’ils entraient dans le Tabernacle (versets 8-11). Le Lévitique 16, versets 1-2, suggère que, sous l’influence de l’alcool, ils ont péché en entrant dans le lieu très saint, un endroit où seul le Grand Prêtre pouvait aller une fois par an, c’est-à-dire le jour des Expiations. Notre préparation doit toujours respecter Dieu, il l’exige, si nous voulons sa bénédiction ! Les deux fils ont perdu la vie mais il y a eu des conséquences personnelles sur d’autres aussi, Moïse, Aaron, Eléazar et Ithamar n’étaient pas autorisés à pleurer la perte de leurs proches, Lévitique 10 verset 6. Tous les péchés ont des conséquences et nous devons constamment le rappeler dans nos enseignements. Moïse était naturellement sur un pied d’alerte après cela et était déterminé à ce que les choses soient faites correctement et il a défié les prêtres quand il a vu quelque chose de mal, verset 16-18, c’est ce que nous devrions faire aussi. Nous devrions également être comme Moïse qui a donné à Aaron l’opportunité de répondre, versets 19-20, dans ce cas les actions du prêtre étaient compréhensibles. Nous avons tous la responsabilité de veiller à ce que le culte de chacun soit correct. Le psaume 108 est un psaume de louange pour ce que Dieu a fait pour son peuple, versets 1-5, il reconnaît que Dieu sauve, verset 6, et l’aide contre ses ennemis, verset 12. Nous avons également un indice que le psaume est tourné vers Jésus car il dit que Juda est le sceptre de Dieu, verset 8, une bénédiction similaire dans Genèse 49 verset 10. Les psaumes 109 et 110 sont certainement des psaumes qui regardent vers Jésus, par exemple le verset 3 du psaume 109 est cité dans Jean 15, verset 25 ; le verset 8 est utilisé en référence au remplacement de Judas dans Actes 1, verset 20 ; le verset 25 est cité dans Matthieu 27, verset 39 et Marc 15, verset 29 ; et dans le psaume 110, verset 1, nous avons la référence de Matthieu 22, verset 44. La mention de Melchisédek au verset 4 est mentionnée dans Hébreux 6, où nous lisons que Jésus est semblable à Melchisédek. Nous sommes donc convaincus que tout dans l’Ancien Testament renvoie à Jésus et que les leçons que nous en tirons peuvent nous aider dans notre vie actuelle. Nous pouvons voir dans le psaume 109 à quel point ces paroles étaient vraies par rapport à la vie de Jésus, à la manière dont il a été accusé et “combattu” par les chefs religieux et aussi par Judas, par exemple aux versets 4, 6, 20 et 26, ce sont les mêmes mots que ceux traduits par “satan” qui décrivent comment Jésus a été “combattu”. C’est une corruption complète de l’enseignement biblique quand les gens accusent un “satan” surnaturel pour le péché, il n’existe pas, c’est une personnification d’un opposant ou d’un accusateur. Le “satan” auquel Paul faisait référence dans le verset 11 de 2 Corinthiens était aussi un opposant, probablement les Juifs qui essayaient de s’en tenir à la loi, c’était certainement une source humaine, pas une source surnaturelle. La section du chapitre où Paul mentionne cela est à propos d’un frère ou d’une sœur qui a péché, verset 5-6, et il exhorte les frères et les sœurs à leur pardonner et à les réconforter, verset 7-10. Et c’est ce réconfort que Paul considère comme important pour tous les aspects de notre vie chrétienne, c’est le réconfort que nous recevons de Dieu, 2 Corinthiens 1 versets 3-7. L’église et ses membres traversaient toutes sortes de souffrances, Paul les mentionne aux versets 8-11, et Paul dit que nous aurons le réconfort de Dieu si nous faisons de notre mieux pour le suivre et prier pour ceux qui souffrent et essayer de les aider. La foi et l’espérance que nous avons en Dieu doivent se refléter dans nos vies. Par exemple, Paul explique au verset 15-22 que nous ne devons pas dire une chose et en faire une autre, c’est-à-dire “oui, oui” et ensuite “non, non” (verset 16), nous devons simplement dire “oui” (verset 19-20). Parce que nous devons “tenir ferme” en Jésus, nous devons toujours être fidèles à notre parole. Vraisemblablement, Nadab et Abihu ont dit “oui” pour suivre les commandements de Dieu, mais ils ont ensuite agi “non” lorsqu’ils ont désobéi et péché contre lui. Ainsi, frères et sœurs, nous avons la responsabilité de refléter à la fois Dieu et Jésus dans notre façon d’agir, avec un respect total, en essayant toujours de réconforter et en ne cherchant jamais à tirer un avantage égoïste de notre croyance (2 Corinthiens 2, verset 17). Nous devons rendre grâce à Dieu, verset 14, tout comme les gens du temps de Moïse présentaient leurs sacrifices “odorants” et leurs “arômes” agréables à Dieu, versets 15-16, et l’adorer et le respecter de la bonne manière. Mars

Le 5 Mars

Le Lévitique 11 traite des animaux purs et impurs et de ce qui rend les enfants de Dieu impurs, mais pour nous aider à comprendre la leçon à tirer, nous devons nous rappeler qu’il ne s’agit pas d’animaux purs et impurs, mais de leçons spirituelles. Actes 10 nous dit qu’aucun animal n’est impur en soi, donc la leçon ici n’est pas physique, elle est spirituelle. Les versets 44-45 nous disent que Dieu est séparé de l’impureté et il nous encourage à l’être aussi, en fait, si nous voulons être comme Dieu, nous devons aussi être séparés de l’impureté. Ainsi, Dieu a séparé son peuple de l’Égypte, ce qui est une image de notre séparation du monde et, comme le dit Paul dans 2 Corinthiens 6, versets 17-18, nous devons être “séparés” et Dieu sera notre “père” et nous serons ses “enfants”. Nous devons donc faire la distinction entre les choses impures et les choses pures, Lévitique 11 verset 47, c’est-à-dire que nous devons faire la distinction entre les choses pieuses et les choses impies dans le monde – les choses pieuses conduisant à la vie et les impies à la mort. C’est cela la sainteté ! Le psaume 110 nous rappelle Jésus et la résurrection (verset 3), les “troupes” nous rappelant les croyants et “du sein de l’aurore” étant la résurrection elle-même (Isaïe 26, verset 19). Le verset 1 montre clairement que Jésus va au ciel pour s’asseoir à la droite de Dieu. Le psaume 111 est donc une louange à Dieu pour ce que Jésus a accompli pour nous – nous louons Dieu pour ses “œuvres”, verset 2, sa grâce et sa compassion, verset 4, son alliance, verset 5, la confiance que nous pouvons avoir en lui, verset 8, et sa rédemption [en Jésus], verset 9. Ainsi, ce Dieu aimant, attentif et compatissant doit être “craint”, verset 10. Cette “crainte” est un véritable respect massif – les mots “respect” et “crainte” ne donnent pas toute la signification de la “crainte” – ce n’est pas une “crainte” qui nous pétrifie, c’est une “crainte” comme celle de la mer ou de l’eau – nous savons ce qu’elle peut nous faire, alors nous “craignons” l’eau. La “crainte” de Dieu est comme la “crainte” de contrarier un père aimant, c’est-à-dire que nous ne voulons pas le contrarier parce qu’il nous punira, par amour. Le Psaume 112 verset 1 dit que “bienheureux” l’homme qui “craint” Dieu, cet homme est celui qui “se réjouit de ses commandements”, donc cette “crainte” signifie que nous obéissons aux commandements de Dieu parce que nous voulons lui plaire et que nous ne voulons pas le contrarier. Les avantages de la “crainte” de Dieu apportent de nombreuses bénédictions, versets 2-6, et cela est contrasté par le fait que nous ne “craignons” pas les mauvaises nouvelles, verset 7. Si nous “craignons” Dieu, nous n’avons pas “peur” des autres choses, verset 8. “Craindre” Dieu, c’est donc plus que le respecter, c’est une vraie “peur”, mais une peur fondée sur l’amour et la confiance. Le Dieu que nous “craignons” est le Dieu qui aide les individus, verset 9, dont la “justice” demeure à jamais. C’est l’homme “méchant” qui est affligé par le fait de ne pas craindre Dieu parce qu’il manque les bénédictions de Dieu, verset 10, tout comme les “méchants” ont manqué le royaume dans l’enseignement de Jésus dans Matthieu 8 verset 12. Lorsque nous en arrivons à 2 Corinthiens 3 et 4, nous nous rendons compte que la liberté en Christ s’accompagne de responsabilités, nous sommes responsables de nos actions, de notre engagement à grandir et à essayer constamment d’être comme Jésus. Il y a tellement de liens avec la loi à l’époque de Moïse dans ces chapitres, de la compréhension de la loi, chapitre 3 verset 3, au rayonnement de la “lumière” de l’évangile, chapitre 4 verset 6. Il y a un contraste dans ces chapitres entre la lumière qui faiblit, au chapitre 3, versets 7-11, et la lumière de l’Évangile, au chapitre 4, verset 6, qui ne faiblit jamais. C’est pourquoi nous ne perdons pas courage, versets 16-18. Ainsi, les leçons du Christ sont tellement plus grandes et plus claires que les leçons de l’enseignement sur le pur et l’impur qui s’estompent. En résumé, la gloire du chapitre 4 est plus grande que la gloire déclinante de la loi du chapitre 3. Mars

Le 6 Mars

Nous sommes obsédés par la santé. Nous voulons tous être en bonne santé. La Bible n’utilise pas le mot “santé”. Elle utilise plutôt les mots “paix” et “plénitude”. Cela est approprié. La santé est en fait la plénitude et la paix qui découlent de l’absence de maladie et de handicap. La Bible ne nous dit pas seulement comment obtenir la paix avec notre corps, mais aussi la paix avec Dieu. Les lois de Lévitique 12 et 13 en sont des exemples, même si, à première vue, cela peut sembler difficile à voir. Le Lévitique 12 traite de l’accouchement. L’un des problèmes qui se posent à cet égard est l’écoulement de sang qui se produit pendant l’accouchement et qui est source d’impureté. En fait, cette loi fait partie d’un groupe de lois que l’on retrouve également dans le Lévitique 15, qui décrit le “flux de la chair”. La plupart des traductions utilisent des mots tels que “écoulement corporel”, mais cela passe à côté de l’essentiel. Le problème est la chair et les choses qui en sortent, ce qui rend l’homme impur. Jésus en parle ainsi : “Rien de ce qui est extérieur à l’homme ne peut le rendre impur en entrant en lui. C’est plutôt ce qui sort d’un homme qui le rend “impur”” (Marc 7:15). La chair (la nature humaine) produit le mal et c’est là le problème. Le Lévitique 13 passe aux lois sur la lèpre. Bien qu’elles ressemblent à ce que nous pouvons voir aujourd’hui avec la lèpre, il y a quelques différences importantes. Le cheveu blanc et la “profondeur de la peau” sont des exemples de différences. S’il ne s’agit pas de la lèpre, de quoi s’agit-il alors ? Lorsque nous examinons le même mot ailleurs dans la Bible, nous rencontrons des exemples. Ozias l’avait parce qu’il s’était rebellé contre Dieu et avait brûlé de l’encens, ce qu’il ne devait pas faire (2 Chroniques 26). Miriam l’a eu lorsqu’elle a contesté le leadership de Moïse (Nombres 12). Tous deux sont des exemples de comportements issus de l’orgueil humain. Naaman n’en a été guéri que lorsqu’il a été humble et s’est lavé dans le Jourdain (2 Rois 5). L’orgueil est lié à la maladie, et l’humilité à sa guérison. Les symptômes de la maladie conduisent également à cette conclusion. Au verset 2, le mot pour “enflure” est le mot pour “exaltation”. Le mot pour “éruption” ou “croûte” est le mot pour “attachement” (comme dans attachement de la chair) et le mot pour “taches brillantes” est en fait “éclat”. Tous ces mots sont liés à l’orgueil de la chair. L’orgueil éloigne l’homme de Dieu. L’humilité amène l’homme à Dieu. Jésus a également parlé de ce principe : “Celui qui s’élève sera abaissé et celui qui s’abaisse sera élevé” (Matthieu 23:12). Cela signifie que les Lévitiques 12 et 13 sont des lois physiques qui sont aussi des paraboles spirituelles sur la chair (la nature humaine). Elles nous enseignent que la chair (la nature humaine) est le problème. Comme nous le lisons dans Romains 8:5-6, “Car ceux qui vivent selon la chair s’attachent aux choses de la chair, mais ceux qui vivent selon l’esprit s’attachent aux choses de l’esprit. Car fixer son attention sur la chair, c’est la mort, mais fixer son attention sur l’esprit, c’est la vie”. Lorsque nous passons au psaume 113, nous rencontrons Dieu. La différence entre Dieu et la chair (la nature humaine) est énorme. Dieu est au-dessus des nations (verset 4). Il est plus haut que les étoiles (verset 6). Il doit “s’humilier” (ou s’abaisser) pour regarder l’homme (verset 6). Malgré toute la grandeur et la hauteur de Dieu, il se soucie des plus petits et des plus faibles. Il se préoccupe du pauvre, de l’indigent et du stérile (versets 7-9). Une telle attention de la part d’un si grand Dieu est impressionnante. Nous sommes obligés d’être d’accord avec les mots du psaume, Louez le Seigneur ! Le psaume 114 montre la sollicitude de Dieu pour son peuple. Il les a appelés à sortir d’Égypte. Il en a fait son peuple et il est devenu son sanctuaire. Il les a ensuite emmenés dans la Terre promise. Au cours de ce processus, il a transformé la mer en terre et fait jaillir l’eau du rocher. Pas étonnant que la terre et les montagnes aient tremblé. Rien ne peut arrêter la volonté de Dieu de sauver son peuple. Louons le Seigneur ! 2 Corinthiens nous ramène à la chair (la nature humaine). Notre chair s’use (5,1) et nous gémissons dans notre corps (5,2). Mais nous n’avons pas peur, car Dieu nous fournira une existence permanente qui ne s’use pas. C’est comme un bâtiment permanent comparé à une tente. Nous avons aussi des liens avec nos pensées lévitiques, car nous devons éviter l’impureté de la chair (la nature humaine) qui se trouve dans le monde : “C’est pourquoi, sortez d’eux et séparez-vous, dit le Seigneur. Ne touchez pas à ce qui est impur et je vous accueillerai” (6,17). Il nous est conseillé : “Purifions-nous de tout ce qui contamine le corps et l’esprit, en nous perfectionnant dans la sainteté par respect pour Dieu” (7,1). Nous avons les mêmes leçons de contrôle de la chair (nature humaine) et d’évitement de l’impureté. Nous ne devons pas nous mélanger avec le monde et devenir comme lui. Nous devons être différents. “Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle création, le vieux a disparu, le nouveau est venu !” (5:17). Nous sommes nouveaux en Christ – et non vieux dans le monde. Lorsque nous pensons à l’amour du Christ, cela nous amène à penser que nous sommes différents du monde. “En effet, l’amour du Christ nous oblige, car nous sommes convaincus qu’un seul est mort pour tous, et donc que tous sont morts. Et il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort pour eux et qui est ressuscité” (5,14-15). Ne vivons donc pas pour nous-mêmes et pour la chair (la nature humaine). Vivons aujourd’hui pour le Christ. Nous sommes “nouveaux” en Christ, et non “vieux” dans le monde. Mars

Le 7 Mars

Comme nous l’avons appris dans notre réflexion d’hier, les leçons que nous tirons du Lévitique sont importantes, car les lois détaillées dans ces chapitres nous rappellent la malpropreté du péché et il en est de même pour les exemples que nous lisons aujourd’hui dans le Lévitique 14. Le verset 1-32 est le commandement de Dieu pour la purification des maladies infectieuses de la peau et le verset 33-53 pour la purification de la moisissure, les deux sont expiés d’une manière similaire, les deux exemples deviennent purs et les deux impliquent une attention particulière aux détails. Les commandements de Dieu avaient une application physique, mais en raison des mots utilisés dans la langue originale, nous pouvons être sûrs qu’ils contiennent également une signification spirituelle – c’est là que se trouve notre leçon. Les versets 54-57 suggèrent donc que le rappel spirituel de ces problèmes physiques est que l’orgueil est le mauvais caractère d’un enfant de Dieu – les mots originaux pour “enflure”, “éruption” et “tache brillante” suggèrent “orgueil”. Ainsi, en acceptant la leçon spirituelle de ces problèmes physiques, nous pouvons voir à quel point nous devons être détaillés dans la “purification du péché”, nous devons également être sûrs qu’il a été “purgé” et si les tentatives de correction n’ont pas fonctionné, alors, dans le cas de l’exemple de la moisissure dans la maison, la maison entière doit être démolie et reconstruite, verset 43-45. C’est pourquoi nous devons être très prudents avec le péché, si nous ne faisons pas de notre mieux pour l’arrêter, il rendra toute la personne et la communauté complètement pécheresses. Par exemple, si nous avons un ancien corrompu dans notre communauté et qu’il n’est pas remis en question et amené à la repentance, alors son influence corrompra toute la communauté – c’est pourquoi il est toujours important de remettre en question et de s’assurer que tout acte répréhensible est remis en question et supprimé. Lorsqu’un problème est identifié, il est “mis hors du camp” et le prêtre doit aller l’examiner, verset 1-3, en d’autres termes, la personne qui pèche doit être traitée avec amour et attention, mais ne doit pas être autorisée à “contaminer” le reste de la communauté. Le traitement des défauts physiques doit nous rappeler le péché (et non pas que les défauts physiques sont causés par le péché), verset 12, une “offrande de culpabilité” a été présentée. Lorsqu’une personne reconnaît avoir péché et qu’elle se repent et est pardonnée, elle doit reconnaître qu’elle a été pardonnée en changeant, verset 8-9. Cette “purification” est si importante, par exemple aux versets 20, 28 et 31. Il est également important que tous, riches ou pauvres, puissent bénéficier de la même purification, aux versets 21 et 31. Tout le monde a donc la même possibilité d’être purifié ! Nous devons tous être prêts à défier les autres et nous devrions tous être prêts à être défiés par les autres. Par exemple, avec le mildiou, il a fallu l’identifier, verset 35, le tester, verset 38, puis le vérifier, verset 43. Remarquez au verset 34 que c’est Dieu qui a mis la moisissure là, peut-être comme un test, une conséquence ou une punition – quand nous considérons que Dieu ne veut pas que quelqu’un périsse, il n’est pas surprenant qu’il provoque des choses dans nos vies pour nous faire réfléchir et reconsidérer nos actions dans le but d’amener la repentance. Les psaumes 115 et 116 sont les psaumes qui sont traditionnellement lus par les Juifs au moment de la Pâque – les psaumes 113 et 114 avant le repas et 115 à 118 après le repas, donc 115 et 116 étaient immédiatement après le repas et ils commencent par rappeler l’amour et la grandeur de Dieu, 115 versets 1-7, Dieu est un tel contraste avec les choses par lesquelles les gens le remplacent et quand vous lisez ces versets vous vous rappelez que c’est UNIQUEMENT Dieu qui peut faire ces grandes choses pour nous. Il est complètement futile d'”adorer” quoi que ce soit qui est fait par l’homme, parce qu’ils donnent un faux espoir et Dieu dit que ceux qui les font seront comme eux, verset 8, c’est faux ! Seul Dieu est notre “secours et notre bouclier”, verset 9-11. C’est pourquoi nous le louons ! Le psaume 116 nous fait comparer la fausseté des objets fabriqués par l’homme, car il oppose la bouche, les yeux, les oreilles, le nez, les mains et les pieds à ce que Dieu fait en nous délivrant de la mort, c’est-à-dire dans le royaume, versets 8-10, et il nous rappelle que “tous les hommes sont des menteurs”, verset 11, c’est-à-dire ceux qui n’essaient pas d’être comme Dieu. Comment pouvons-nous rendre à Dieu ce qu’il a fait pour nous ? Nous devons essayer de lui obéir et “d’accomplir nos vœux”, de prendre les leçons spirituelles qu’il nous donne et de les mettre en pratique dans nos vies, versets 12-14. Nous sommes précieux aux yeux de Dieu, versets 15-16, et c’est pourquoi il nous met au défi et nous examine ! Dans 2 Corinthiens 8 et 9, nous voyons 2 caractéristiques d’un enfant de Dieu qui a répondu correctement à l’amour et à la miséricorde de Dieu, c’est-à-dire la générosité et le fait de semer généreusement. La motivation qui nous pousse à agir de cette manière est une réponse à ce qui a été fait pour nous, c’est-à-dire la vie, la mort et la résurrection de Jésus afin que nous puissions à notre tour avoir la vie. Au chapitre 8, verset 9, Jésus est décrit comme “pauvre”, il a tout donné pour nous afin que nous puissions devenir “riches”, c’est-à-dire “riches” en ayant reçu la vie dans le royaume. Et tout comme dans les psaumes nous “louons le Seigneur”, nous rendons “grâce à Dieu pour son don indescriptible”, chapitre 9 verset 15. Cette générosité dont nous devrions tous faire preuve – les frères et sœurs de l’église de Corinthe étaient pauvres (chapitre 8 verset 2), mais ils ont quand même donné tout ce qu’ils pouvaient – est un acte de communion, chapitre 8 verset 4 et chapitre 9 verset 13. Ce “partage” est dû à la vie que nous avons en Jésus et, en raison de notre gratitude, nous devrions tous donner généreusement et ne pas essayer de devenir riches et puissants, car c’est de l’orgueil et un péché. C’est Dieu qui pourvoit à nos besoins, il a fourni à son peuple la manne dans le désert (chapitre 8, verset 15) et il nous donne les récoltes maintenant (chapitre 9, versets 10 et 11) ; nous ne donnons donc aux autres que ce que Dieu nous a donné. Paul nous rappelle aux versets 6-9 que nos contributions aux autres se reflètent dans ce qui nous est donné lorsque nous sommes dans le besoin, nous devons donner parce que nous le voulons, et ce parce que Dieu nous a tout donné dans son fils ! Notre don est une appréciation de ce que Dieu nous a donné, versets 12-13. C’est l’orgueil qui dicte la façon dont nous réagissons à une situation donnée. Nous devons donc nous humilier, démontrer et tester notre appréciation de ce que Dieu a fait pour nous. Mars

Le 8 Mars

Le Lévitique 15 est probablement le chapitre le moins agréable à lire de la Bible. Il traite des “décharges corporelles”, comme le dit une version. À première vue, il ne semble pas y avoir grand-chose d’utile à en tirer. Mais si nous pensons cela, c’est que nous ne comprenons pas pourquoi Dieu l’a placé là. Nous devons examiner le chapitre de plus près. Le plus gros problème est la traduction qui tente de transformer le chapitre en un catalogue médical, alors qu’il s’agit en réalité d’un chapitre spirituel. Au lieu de “décharges corporelles”, l’hébreu dit en fait “écoulement de la chair”. Nous apprenons à connaître la chair, qui est souvent l’opposé des choses spirituelles. La chair, c’est l’humanité, qui est à l’origine des problèmes dans le monde. Elle conduit à l’impureté, qui à son tour sépare de Dieu. Dieu ne peut pas vivre avec l’homme si celui-ci est impur (verset 31). Le chapitre décrit diverses causes de flux de la chair, dont certaines sont pires que d’autres. Le flux décrit dans les versets 4-13 est le pire. Il rend l’homme lui-même impur (impureté primaire), les choses qu’il touche sont impures (impureté secondaire) et les choses qui les touchent sont impures (impureté tertiaire). Nous pouvons voir qu’il s’agit d’une souillure qui se répand et qui peut rendre de nombreuses choses impures. Une telle impureté doit être isolée avant de contaminer d’autres choses. Sur le plan pratique, c’est ce qui est nécessaire lorsqu’il y a une maladie très infectieuse comme l’ébola. Sur le plan spirituel, c’est une parabole qui montre comment une personne impure peut répandre son impureté et ruiner la spiritualité des autres. Jésus nous enseigne le problème de la chair (la nature humaine). “Rien de ce qui est extérieur à un homme ne peut le rendre “impur” en entrant en lui. C’est plutôt ce qui sort d’un homme qui le rend ‘impur'” (Marc 7:15). Le Lévitique 15 est une parabole sur les dangers de la nature humaine et de ce qui en sort. Nous devons être prudents. Nous ne devons pas devenir impurs nous-mêmes, nous ne devons pas propager l’impureté et nous devons éviter ceux qui peuvent nous rendre impurs. Le psaume 117 est célèbre pour être le plus court psaume et le plus court chapitre de la Bible. Mais il est très important. Il est cité dans Romains 15:11 pour enseigner aux Juifs que toutes les nations loueront Dieu, et pas seulement les Juifs. Tout cela est dû à la grande miséricorde de Dieu. Nous, les nations, devons être reconnaissantes de l’appel de Dieu et de sa miséricorde. Le psaume 118 parle de Jésus. Les versets 22 et 26 sont cités avec l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem. En fait, tout le psaume raconte comment Jésus a franchi les portes de Jérusalem pour offrir le sacrifice (de lui-même). En lisant le Psaume, nous pouvons voir à quoi pensait Jésus en faisant ce voyage. Il n’avait pas peur de l’homme, car il avait confiance en Dieu (verset 6). Il nous conseille de faire de même (verset 8). Il est confiant dans la victoire sur ses ennemis (versets 7, 10-12). Même s’ils ont essayé de le piéger et de le faire tomber, il s’est appuyé sur Dieu et Dieu l’a aidé (verset 13). Il est confiant que Dieu le sauvera et lui donnera la victoire (versets 14-15). Cela l’a amené à chanter Dieu (verset 14). Il croyait qu’il ne mourrait pas – c’est-à-dire qu’il ne mourrait pas pour toujours (verset 17). Il croyait qu’il vivrait – c’est-à-dire qu’il serait ressuscité des morts (verset 17). Grâce à toutes ces choses, nous pouvons nous aussi “rendre grâce au Seigneur, car il est bon, et son amour dure à jamais” (versets 1 et 29). Dans 2 Corinthiens 10 et 11, nous trouvons Paul aux prises avec de fortes personnalités à Corinthe. Ils disaient que Paul avait une apparence faible et qu’il n’était pas un orateur impressionnant (10:10, 11:6). Ceux d’entre nous qui sont des orateurs peuvent être réconfortés par ces paroles. Il importe peu que nous soyons mauvais orateurs. Ce qui compte, c’est que nous disions la vérité de Dieu. Paul a constaté que ces gens se vantaient d’eux-mêmes (10:12). Ils se sont tellement vantés qu’ils ont prétendu être des apôtres. En fait, ils étaient faux (11:13). Ils enseignaient des choses qui n’étaient pas justes (11:4). Paul est obligé de répondre à leurs affirmations en expliquant ce que signifie être un apôtre. Il s’agit de personnes choisies par le Christ pour la prédication. Les apôtres sont ceux qui ont souffert pour le Christ plus que tout autre, comme ceux qui sont destinés à la mort (1 Corinthiens 4:9). Paul donne une liste de toutes les choses qu’il avait souffertes jusqu’à ce moment-là (11:23-33), prouvant qu’il avait les qualifications d’un apôtre et que les faux apôtres ne les avaient pas. Les faux apôtres étaient un danger pour l’Église, car ils pouvaient tromper toute l’Église. À cet égard, ils étaient comme la propagation de l’impureté dont il est question dans le Lévitique 15. L’Église devait être protégée et comprendre que Paul était celui qui enseignait la vérité. C’est le but des lettres à Corinthe : s’assurer que l’Église est propre et spirituellement saine, plutôt que d’être un lieu de propagation de l’impureté. Les lettres ont pour but de s’assurer que l’ecclésia appartient au Christ (10:5, 7). Nous aussi, nous devons nous rappeler que nous appartenons au Christ. Nous devons nous rappeler ce que le Christ a fait pour nous, en allant jusqu’à l’autel du sacrifice et en donnant sa vie. C’est grâce à cela que nous, les nations, pouvons recevoir la miséricorde de Dieu et louer Dieu que sa miséricorde dure pour toujours. Mars

Le 9 Mars

Lévitique 16 : Le jour des expiations était, et est toujours, un jour très spécial dans le calendrier juif. C’est ce que les Juifs appellent aujourd’hui “Yom Kippour”. C’est le seul jour de l’année où tous les péchés de la nation sont effacés. Le Lévitique 16 nous parle des offrandes et des rituels que le Grand Prêtre, avec l’aide d’autres personnes, devait accomplir ce jour-là. Parmi les offrandes, le Seigneur a demandé au peuple d’apporter deux boucs. L’Éternel choisissait, par tirage au sort, un bouc pour être sacrifié en tant qu’offrande pour le péché et l’autre bouc en tant que “bouc émissaire”. Le Grand Prêtre devait poser ses deux mains sur la tête du bouc vivant et confesser sur lui tous leurs péchés. Le bouc était emmené et relâché dans le désert, pour ne plus jamais être vu ni revenir. Il s’agissait d’une image de réassurance pour que le peuple sache que ses péchés étaient pardonnés et enlevés, que c’était la volonté de Dieu et qu’il voulait que ce soit leur volonté. Il avait fourni tout ce qui était nécessaire, le peuple devait avoir les mêmes désirs, c’est-à-dire celui de l’expiation/de l’unicité, et suivre volontairement ses paroles de miséricorde. C’était un temps d’humilité, d’examen de soi, de pardon, puis de partage de la joie du pardon et d’une relation restaurée avec le Seigneur. Pouvez-vous imaginer la joie dans le camp, d’être purifié et d’avoir reçu un nouveau départ partagé, et la volonté de montrer la même miséricorde à ses semblables que le Seigneur avait montré à soi-même. Bien sûr, nous avons en Jésus un bien meilleur Grand Prêtre et une plus grande assurance. Écoutez quelques citations de l’épître aux Hébreux. “Car un tel souverain sacrificateur répond à notre besoin, celui qui est saint, irréprochable, pur, séparé des pécheurs, qui n’a pas besoin d’offrir des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés, puis pour le peuple, car il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui-même” Hébreux 7:26-27. “Ce n’est pas avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang qu’il est entré dans le lieu très saint, une fois pour toutes, ayant obtenu une rédemption éternelle, afin que cela purifie vos consciences, pour servir le Dieu vivant.” Hébreux 9:12-14. “Le Christ a été sacrifié une fois pour ôter les péchés de plusieurs, et il apparaîtra une seconde fois, pour apporter le salut à ceux qui l’attendent.” Hébreux 9:28. Nous savons tous, sans aucun doute, que c’est Jésus. Il n’y en a pas d’autre. Nous avons été pleinement rassurés par sa vie et sa mort sacrificielles, et sa résurrection à la vie éternelle, tout cela selon le plan de son Père. Un plan fait d’amour et de miséricorde. En conclusion de ces dons, l’auteur des Hébreux dit : “Approchons-nous de Dieu avec un cœur sincère, dans la pleine assurance de la foi, le cœur aspergé pour nous purifier de toute mauvaise conscience, et le corps lavé dans une eau pure. Retenons fermement l’espérance que nous professons, car celui qui a promis est fidèle.” Hébreux 10:22-23. Psaume 119:1-40, 176 versets ! 22 groupes de 8 versets. Dans le premier groupe de 8 versets, chaque phrase commençait par la lettre “Aleph” et le groupe suivant de 8 commençait par la lettre “Beth”, et ainsi de suite, jusqu’à ce que les 22 lettres de l’alphabet hébreu soient enregistrées dans le même style. Évidemment, nous ne pouvons pas voir ce modèle dans nos bibles traduites, mais cela nous rappelle qu’il y a beaucoup plus de “conception” dans la parole de Dieu que nous ne pouvons jamais voir ! Lorsque nous lisons ces mots, nous pouvons voir le cœur et la vie de l’auteur. Non seulement nous connaissons le même Dieu, nous avons la même parole, mais nous partageons aussi les mêmes hauts et les mêmes bas dans notre relation avec Dieu. Par exemple, dans les versets 1 à 8, nous voyons l’écrivain rechercher la plénitude du cœur. “Heureux ceux… qui le cherchent de tout leur cœur”, “qui marchent dans ses voies”, “qui gardent assidûment tes préceptes”, “qui obéissent à tous tes commandements”. Il est clair que le souhait de l’auteur est de se consacrer à 100 % à son Seigneur, mais qu’il est parfois incapable d’y parvenir. La parole de Dieu, et la volonté de Dieu, lorsqu’elle est recherchée dans le bon esprit, aide l’écrivain en lui rappelant Dieu, c’est-à-dire son amour, sa miséricorde, son pardon et sa patience ! “Ne m’abandonne pas complètement” au verset 8, je me retrouve régulièrement à prier pour que Dieu continue à être patient avec moi. Non pas pour que je puisse continuer comme je suis, mais pour que le Seigneur m’aide à changer qui je suis. Je trouve très utile l’exemple de David dans le Psaume 51, qui demande au Seigneur de l’aider dans ses luttes contre sa nature humaine (la volonté propre). Et nous voyons des demandes similaires dans ce psaume aux versets 33-40. L’auteur connaissait probablement le Seigneur plus que nous, et nous pourrions en conclure que tout ce qu’il demandait, nous devrions le faire aussi, peut-être même davantage ! “Enseigne-moi” ; “Donne-moi l’intelligence” ; “Fais-moi marcher dans ta voie” ; “Incline mon cœur vers toi… et loin de la cupidité” ; “Fais que mes yeux te regardent… et non des choses sans valeur” ; “Enlève la disgrâce que je redoute… ranime-moi dans ta justice”. Toutes ces paroles confessent que, par nous-mêmes, nous sommes perdus : l’humanité fait naturellement fausse route et vit dans un esprit erroné. Avec Dieu, si nous cherchons le changement, de nos voies à ses voies, et si nous lui demandons de l’aide pour faire ces changements, il apportera sûrement ces changements, et finalement le changement final, quand Jésus reviendra, quand nous serons changés en un clin d’œil, pour être comme Jésus, et pour être avec Jésus. 2 Corinthiens 12-13. De quoi nous glorifions-nous ? Certains Corinthiens se vantaient d’eux-mêmes, ce qui n’est pas du tout le bon esprit. “Que rien ne soit fait par ambition égoïste ou par vanité, mais que, dans la modestie, chacun estime les autres mieux que lui-même”, Philippiens 2:3. Paul parle d’un “homme en Christ” qui, il y a 14 ans, a eu une vision et une révélation où il a été “enlevé au troisième ciel”. Il s’agissait manifestement d’une révélation plus importante que celle que les Corinthiens prétendaient avoir reçue, mais Paul ne prétend pas directement qu’il était cet homme, bien que le contexte le suggère. Non, Paul se vante de Dieu et de la façon dont il l’a sauvé (2 Corinthiens 11:32), et de la façon dont le Seigneur lui a donné cette vision il y a 14 ans, et pourtant Paul n’avait pas choisi d’en parler auparavant, parce que “je ne me vanterai pas de moi-même” et qu’il ne voulait pas que les gens surestiment qui il était. En raison des nombreuses révélations qu’il avait reçues, il aurait pu facilement être fier. Mais le Seigneur a provoqué “une écharde dans la chair” qui a amené Paul à se voir avec humilité. Bien qu’il ait prié 3 fois pour que “l’écharde” soit enlevée”, ce ne fut pas le cas, “Ma grâce te suffit, car ma force s’accomplit dans la faiblesse.” Ainsi, lorsque nous sommes faibles et que nous allons chercher de l’aide auprès du Seigneur, nous sommes moins résistants à sa volonté et donc la force du Seigneur agit mieux en nous. C’est ce dont Paul était heureux de se vanter, à savoir ses faiblesses et l’aide du Seigneur. Ces versets nous rappellent que le Seigneur répondra à nos prières, heureusement il ne nous donne pas toujours ce que nous voulons, mais il nous donne ce dont nous avons besoin, et ceci pour notre salut. Paul rappelle aux Corinthiens sa conduite, il faisait tout pour leur salut, il les aimait comme un parent aime ses enfants. “Tout a été fait pour leur édification”. Remarquez que tout est fait pour que les autres soient édifiés, et non pour s’élever soi-même ! Paul a des inquiétudes compréhensibles quant à sa prochaine visite, il craint de trouver beaucoup de gens vivant encore dans le péché. Beaucoup des commentaires de Paul seraient appropriés si Jésus s’adressait à nous, nous avertissant d’être prêts pour son retour. “Examinez vous-mêmes si vous êtes dans la foi. Mettez-vous à l’épreuve !” Après avoir montré sa préoccupation et son attention, Paul termine sa lettre par son désir pour les fidèles : “Consolez-vous, soyez unis d’esprit, vivez en paix, et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous” Nous en sommes certainement plus conscients lorsque “nous sommes faibles”. Mars

Le 10 Mars

Le Lévitique 17 contient trois principes importants concernant les lois relatives à l’interdiction d’effectuer des sacrifices en dehors de la zone du tabernacle et de boire du sang, à savoir : “Voici ce que l’Éternel a ordonné”, verset 2 ; “On les apportera au prêtre, c’est-à-dire à l’Éternel”, verset 5 et “La vie de toute créature, c’est son sang”. Toutes les lois et tous les commandements de Dieu avaient pour but d’enseigner à ses enfants pour leur propre bien afin qu’il puisse finalement les sauver, ils avaient tous des leçons pratiques aussi bien que spirituelles. Le premier principe selon lequel ces lois sont des commandements de Dieu aurait dû être une raison suffisante pour obéir, mais malheureusement notre nature humaine est naturellement rebelle ; cependant, lorsque nous enfreignons ses lois, il y a des conséquences. Le peuple avait copié les pratiques des Égyptiens et des autres nations avec lesquelles il était en contact, et donc les sacrifices étaient entrepris n’importe où, vraisemblablement à n’importe quel “dieu”, mais Dieu a dit “stop !”. – le seul endroit valable pour offrir un sacrifice est le Tabernacle, verset 3. Quiconque sacrifiait à autre chose, n’importe où ailleurs, devait être “retranché”. C’est Dieu seul que nous devons servir, tel est le message ici. Les lois peuvent sembler fastidieuses pour certaines personnes, mais c’est parce qu’elles ont oublié qui elles adorent, c’est-à-dire Dieu, verset 5. C’est un danger pour nous aussi si nous oublions que c’est Dieu que nous adorons lorsque nous suivons ses commandements ! Ces “sacrifices” doivent être un “parfum agréable à l’Éternel”, verset 6 – Il est le seul vrai Dieu, tout ce qui est destiné à autre chose est simplement mauvais, verset 7. La leçon pour nous est que nous ne devons jamais remplacer Dieu par quoi que ce soit, sinon nous risquons d’être coupés du monde. Dieu a dit aux enfants de Dieu de ne pas boire ou manger de sang, verset 10 – pourquoi ? Parce que le sang doit être considéré comme le “sang de la vie”, versets 11-12 et 14 ; c’est ce qui maintient la créature en vie, et nous devons donc voir dans le sang la “vie”. On nous rappelle que Jésus a donné sa vie pour nous, qu’il a versé son sang pour nous, et comme il est dit au verset 11, “c’est le sang qui expie la vie”. Il faut le respecter, parce que Dieu l’a dit ! Le Lévitique 18 contient beaucoup de “choses à ne pas faire” concernant les relations sexuelles, toutes les possibilités sont couvertes ici et il est clair que ces commandements viennent de Dieu, versets 4-5, pourquoi ? Parce que Dieu “est le Seigneur”, versets 2 et 4-6, nous devrions “craindre” Dieu avec un très grand respect, par conséquent, aucun d’entre nous ne s’engagera dans ces relations sexuelles illégales. Comment le pourrions-nous, si nous craignons Dieu ? Désobéir est une “méchanceté”, verset 17, c’est “détestable”, verset 22, c’est une “perversion”, verset 23. Dieu dit à son peuple de ne pas se “souiller” comme les nations avant lui, verset 24, il les a punies, verset 25, et il punira ses enfants s’ils désobéissent 26-28. Il y avait une raison justifiable pour que Dieu punisse ceux qui étaient avant ; par conséquent, ceux qui veulent suivre Dieu doivent obéir, verset 29-30. Hier, nous avons vu que chaque section du Psaume 119 commençait par une lettre de l’alphabet hébreu pour nous aider à nous souvenir de ce plus long Psaume et aussi du plus long chapitre de la Bible. Lorsque nous lisons un chapitre aussi long, nous pouvons manquer à la fois les détails et la vue d’ensemble. C’est l’un des deux seuls psaumes qui parlent de la parole de Dieu (l’autre est le psaume 19). Le verset 1 indique clairement quel est le but du psaume : “Heureux ceux dont les voies sont irréprochables, qui marchent selon la loi du Seigneur”. Le but est de respecter les commandements de Dieu de manière irréprochable. Le verset décrit également la vie comme une marche. Nous devons marcher dans la bonne direction. Marcher le long de ce chemin est un thème de ce psaume. Ceux qui le font sont capables de ne rien faire de mal (v3) et ne souffrent donc pas de la honte qui vient de la désobéissance (v6). Ils ne s’écartent pas du chemin (v10) et ils ne se tournent pas vers une voie de tromperie (v29). Comment pouvons-nous ne pas nous égarer ou nous tourner ? En apprenant les commandements de Dieu (v7) et en laissant la parole de Dieu les enseigner (v12, 26, 33). Mais il ne s’agit pas d’un apprentissage ponctuel pour un examen, nous devons faire en sorte que les commandements restent dans notre cœur, “J’ai caché ta parole dans mon cœur pour ne pas pécher contre toi” (v11). C’est ce que Jésus a fait. Lorsqu’il a été tenté, il a été capable de se rappeler les commandements et d’éviter le péché. Pour apprendre les commandements, nous devons les raconter (v13) et nous les rappeler. Nous devons les méditer et y penser souvent (v15, 24). Lorsque nous comprenons les commandements justes, cela nous apporte plaisir et joie (v14, 16, 24) comme si c’était une grande richesse. Les commandements sont droits et justes – par exemple, de nombreux commandements protègent le pauvre et veillent à ce qu’il ait de quoi manger. Il y a des choses merveilleuses à découvrir et à apprendre d’eux (v18). Nous devons les laisser être notre maître et notre conseiller (v24) dans toutes les situations de notre vie. Ensuite, nous vivons avec Dieu, nous lui parlons et il répond à nos prières (v26). Le psaume développe le thème de celui qui apprend les commandements de Dieu et s’engage à les suivre. Et nous apprenons la profondeur de l’engagement de l’individu envers Dieu. Il est déterminé à le suivre toujours (v43). Il a fait le choix d’aimer les commandements (v47-48). Ils sont meilleurs pour lui qu’un gros tas d’argent (v72). Quand il les médite, il apprend la connaissance de Dieu et sa façon d’évaluer les choses (v66). Il apprécie qu’ils sont bons, tout comme Dieu lui-même (v68). Par conséquent, il a choisi Dieu comme sa part dans la vie (v57). Il pense aux commandements régulièrement et même la nuit ils sont dans son esprit (v55). Quand il fait cela, il est obligé de se lever et de remercier Dieu pour eux (v62). Il chante les commandements de Dieu (v54). Quand il pense à eux, il se force à marcher dans la bonne voie (v59) et à le faire rapidement (v60). Cela ne signifie pas que la personne du psaume était parfaite et trouvait cela facile. Cela ne signifie pas non plus qu’il était “irréprochable” parce qu’il était parfait. Il admet qu’il s’est trompé en s’écartant du chemin. Cela a entraîné son affliction (v67). Il comprend que son affliction a été un maître pour lui et qu’elle l’a aidé à apprendre les commandements (v71). Il peut donc dire qu’il était bon pour lui d’être affligé (v67) et que Dieu a apporté cette affliction fidèlement (v75) ! Les difficultés dans notre propre vie peuvent nous enseigner et nous ramener sur le bon chemin. Lorsque nous sommes sur le bon chemin, nous constatons que tout le monde n’aime pas ceux qui font le bien. Les arrogants se moquent d’eux (v51). Ils mentent à leur sujet (v69). Mais même s’ils sont arrêtés, ils n’oublieront pas la loi de Dieu (v62). Suivre la loi de Dieu nous rend différents des méchants. Et cela nous rend semblables aux autres qui marchent aussi sur le bon chemin. Il dit : “Je suis l’ami de tous ceux qui te craignent, de tous ceux qui suivent tes préceptes” (v63). Et il fait que ceux qui sont sur le même chemin soient amis avec lui (v74, 79). Cette section du Psaume se termine par un rappel du but du Psaume : ” Que mon cœur soit irréprochable devant tes décrets, afin que je ne sois pas confus. ” C’est aussi notre but – marcher dans la bonne voie avec notre Dieu afin de ne pas avoir honte au jour du jugement. Luc 1 nous parle de personnes pieuses qui n’avaient pas honte de marcher dans la bonne voie, d’obéir à Dieu, même si elles ne comprenaient pas complètement ce qui se passait. Zacharie et Elisabeth, par exemple, verset 5-7, étaient tous deux âgés et n’avaient pas d’enfants, mais ils étaient prêts à écouter Dieu, verset 11-17. Zacharie a effectivement douté et cela a eu des conséquences (versets 18-20), mais Élisabeth a loué Dieu (versets 23-25). Marie était une autre personne qui n’avait pas honte, elle se demandait comment les choses allaient se passer, mais elle écoutait aussi, verset 26-38, et elle a accepté ce qui lui avait été dit. Marie et Elisabeth ont pu comparer leurs sentiments et leurs expériences (verset 39-45), ce qui a conduit Marie à louer et à glorifier Dieu (verset 46-55), car elle a compris le dessein de Dieu. Zacharie, qui ne pouvait pas parler, a eu un grand impact sur sa famille et sur ceux qui l’entouraient. Lorsqu’il a pu parler à nouveau, Elizabeth et lui ont insisté sur le nom de Jean, verset 57-64. Ils ont fait ce que Dieu leur a ordonné et ceux qui les entouraient se sont aussi prosternés, verset 65-66. Comme Marie, Zacharie s’est aussi prosterné, glorifiant Dieu et montrant qu’il comprenait le salut et la miséricorde de Dieu, versets 67-79. Ils connaissaient tous les lois de Dieu et étaient tous capables de voir l’élément spirituel et ce à quoi tout cela menait. Nous aussi, nous devrions écouter Dieu et obéir. Mars

Le 11 Mars

Le Lévitique 19 est un recueil de lois importantes données par Dieu à Moïse pour qu’il les transmette au peuple, verset 1-2. Le titre de ma Bible est “lois diverses”. Cela semble les minimiser un peu, comme si elles étaient mentionnées en passant, mais ce n’est certainement pas le cas ! Dans ce chapitre relativement court, Dieu répète 16 fois qu’il est le “Seigneur” et qu’il est “saint”. Par conséquent, la phrase “Je suis le Seigneur” (parfois on ajoute “ton Dieu”) doit être un message important pour ses enfants, nous devons l’écouter si nous voulons être un de ses enfants. Si nous adhérons à cette loi, c’est parce que nous reconnaissons qui est Dieu, et qu’il est notre Dieu ! Presque toutes ces lois s’appliquent à nous aujourd’hui, à quelques exceptions près qui sont évidentes, comme le fait de garder le samedi comme sabbat, alors que nous gardons le premier jour de la semaine, c’est-à-dire le dimanche, comme notre “sabbat” de la fraction du pain, parce que Jésus est ressuscité ce jour-là. Une autre exception évidente est le sacrifice proprement dit, car Jésus était notre sacrifice, mais nous devrions essayer d’obéir et de suivre le reste. Les versets 9 et 10 sont clairement une démonstration de notre attitude dans le partage de ce dont Dieu nous a bénis ; les versets 11 à 13 sont très applicables à notre vie quotidienne, c’est-à-dire ne pas voler, ne pas mentir, ne pas tromper, ne pas jurer faussement, ne pas frauder, ne pas garder un paiement qui est dû à un autre. Toutes ces choses sont reprises par Jésus dans ses enseignements et nous ne devrions jamais agir ainsi dans nos relations avec quiconque, car si nous le faisons, nous faisons tout cela à Dieu ! Nous ne devrions jamais être méchants envers qui que ce soit (versets 14-17), nous devrions être vus comme Dieu et Jésus (verset 18), c’est ce qu’on appelle la “loi royale” dans Jacques 2, verset 8. Jésus lui-même dit la même chose et il nous dit que les 2 lois importantes sont d’aimer le Seigneur ton Dieu et ton prochain comme toi-même, car toutes les lois en dépendent ! Il est si triste de voir des personnes, et encore plus des frères et sœurs, chercher à se venger des autres, c’est clairement mal. Les deux dernières lois de cette liste parlent de ne pas maltraiter l’étranger dans ton pays, verset 33, et aussi de ne pas utiliser de balances malhonnêtes, c’est-à-dire de tricher, verset 35-36. Cela nous indique clairement que nous devons toujours faire preuve d’une attitude pieuse – un chrétien ne doit jamais être raciste, par exemple, ou tromper quelqu’un. Dieu répète l’expression “garde mes décrets” au moins deux fois dans ce chapitre, c’est-à-dire aux versets 19 et 37 ; cela ne laisse aucun doute sur le fait que nous devons essayer de les garder ! Ce chapitre est riche d’enseignements pour nous ! Les versets 81 à 128 du Psaume 119 continuent à décrire les pensées et les expériences de celui qui marche sur le chemin de Dieu. Il a expliqué précédemment qu’il avait des problèmes avec les orgueilleux et les méchants, mais dans cette section, ses problèmes sont portés à un niveau supérieur. Ils lui ont maintenant tendu des pièges (v85) et des pièges (v110) pour prendre sa vie. Sa vie a été presque anéantie (v86-88). Il souffre de la persécution (v84, 88, 95). Dans ces profondeurs, il ne désespère pas et ne cesse pas d’avoir confiance en Dieu. Il espère en Dieu et aspire au salut (v81). Il ne recourt pas à l’abandon des commandements de Dieu, même lorsque la vie est si pénible (v83). Ses yeux défaillent (v82, 123) alors qu’il attend le secours de Dieu. Il a fait de Dieu son refuge et son bouclier (v114). Et dans cet état de confiance, il crie vers Dieu (v115-117, 107). C’est ce qu’il faut faire quand la vie devient difficile. Nous devons nous assurer que nos voies sont justes avec Dieu (v92), faire appel à Dieu et avoir confiance en Lui. Puis attendre. C’est à Dieu de décider quand et comment il aide. Nous ne pouvons pas lui forcer la main, mais nous pouvons compter sur sa miséricorde. Les justes montrent clairement qu’ils sont déterminés à suivre Dieu : “Si je prends constamment ma vie en main, je n’oublierai pas ta loi” (v109). Il ne fait aucun doute que cette attitude est la bonne. Nous devrions avoir cette attitude envers la loi de Dieu. Il la considère plus douce que le miel (v103) et meilleure que l’or fin (v127). Elle lui donne de la joie (v120). Il l’aime (v97). Elle le rend plus sage que les autres (v98), plus perspicace que les autres (v99) et ayant plus de compréhension que les autres (v100). Il est certain que nous voulons aussi cela. Nous devrions prier pour avoir plus de compréhension (v125) et faire le vœu de garder les commandements de Dieu (v106). Cela signifie que nous devons continuer à lire la parole de Dieu comme nous le faisons maintenant. Elle nous guidera alors ; “Ta parole est une lampe à mes pieds et une lumière pour mon sentier”. (v105). Qu’elle brille sur notre chemin, afin que nous ne nous égarions pas et ne trébuchions pas. Luc 2 est un chapitre familier pour nous tous, car il parle de la naissance et des premières années de Jésus, mais je voudrais que nous continuions à considérer les personnes fidèles qui ont “gardé les décrets de Dieu”. Joseph et Marie voulaient clairement suivre la loi de Dieu, verset 22-24, et 39-40, également verset 41 – ils se sont donné pour objectif d’obéir à Dieu. Nous savons qu’ils étaient pauvres parce qu’ils ont offert deux colombes, ce qui était autorisé pour les pauvres dans le Lévitique 12, donc même s’ils étaient pauvres, ils ont veillé à obéir à Dieu. Siméon a suivi les lois de Dieu, verset 25-27, tout comme Anna, verset 36-37. Et parce qu’ils ont tous suivi les lois de Dieu, ils ont été bénis, Marie en ayant le fils de Dieu, Joseph en prenant soin de lui et en élevant Jésus, verset 51-52. Dieu n’aurait jamais confié cette tâche à des personnes qui ne respectaient pas ses lois ! Siméon a pu voir le sauveur qu’il voulait vraiment voir avant de mourir, verset 28-32, et Anne a pu raconter aux autres les choses merveilleuses dont elle avait été témoin, verset 38. Même les bergers étaient probablement des personnes fidèles, ils s’occupaient probablement des moutons qui étaient gardés pour les sacrifices, et leur attention aux détails et à la garantie que les moutons étaient “sans défaut” signifiait qu’ils étaient “récompensés” en étant informés de Jésus et en ayant le privilège de le voir, versets 8-20. Ainsi, Dieu nous demande de respecter ses lois, nous sommes censés révérer ses paroles, et ce faisant, nous serons également bénis en voyant Jésus en réalité lorsqu’il reviendra pour établir le royaume de son père. Mars

Le 12 Mars

La lecture du Lévitique 20 se poursuit à peu près de la même manière que le chapitre 19 avec les choses que les enfants de Dieu ne doivent pas faire, et ensuite Dieu donne ses raisons pour lesquelles nous ne devons pas faire ces choses, elles sont “détestables”, “méchantes”, “abhorrées par Dieu”, “déshonorantes” et une “honte”. Dieu nous jugera toujours si nous allons délibérément à l’encontre de ses lois et de ses degrés, et vous ne pouvez pas le blâmer pour cela en raison de toutes les choses qu’il a faites pour son peuple, y compris nous maintenant ! Il les a appelés, et nous aussi, à être un peuple séparé (saint), versets 22-24 et 26. Dieu dit que nous devons faire une “distinction” entre les choses pieuses et les choses humaines, verset 25. Nous devons donc faire de notre mieux pour faire la même distinction qu’au temps de Moïse, bien qu’en Jésus nous puissions obtenir le pardon lorsque nous commettons une erreur. Au temps de Moïse, les conséquences étaient immédiates (versets 10 à 16). Ces conséquences étaient sévères et montrent à quel point ils étaient mauvais aux yeux de Dieu. Si nous continuons à vivre de la sorte sans reconnaître la gravité de nos péchés et sans nous en repentir, nous serons nous aussi exclus du royaume de Dieu. Ignorer les lois et les décrets de Dieu, c’est se rebeller contre lui et un exemple terrible de cette rébellion est montré dans l’exemple du sacrifice d’enfants au faux dieu Moloch, verset 1-5. La raison que Dieu donne pour la punition est encore une fois juste, parce qu’ils se rebellent contre lui et ceux qui ferment les yeux sont aussi coupables de cela, donc tous seront coupés de la grâce et de la miséricorde de Dieu. Nous avons donc tous la responsabilité de faire de notre mieux pour suivre les lois et les décrets de Dieu et d’encourager les autres membres de notre communauté à faire de même. Nous devons être “séparés” (saints), versets 7-8, si nous voulons avoir une place dans la “terre promise” de Dieu, verset 20, qui est finalement le royaume. Dieu tient tellement à ce que nous ne fassions pas les choses “odieuses” que font les gens qui nous entourent qu’il nous a donné des “règles” à respecter, verset 23. Malheureusement, ses enfants se sont rebellés et une génération entière a perdu la vie dans le désert. Nous prions pour qu’aucun d’entre nous ne se rebelle aussi et ne perde l’occasion d’entrer dans le royaume. Toutes ces lois sont des choses que nous faisons bien de suivre, si nous échouons nous avons le privilège de chercher le pardon en Jésus, mais Dieu a toujours ces choses en horreur et c’est dans son amour et sa miséricorde qu’il nous a donné Jésus – mais nous ne devons pas présumer de sa miséricorde ! Le Psaume 119 est un Psaume aux nombreux thèmes. Ceux-ci réapparaissent sans cesse, et nous les voyons à différents moments du psaume. Il y a une cohérence dans le message. Une fois encore, tout tourne autour des commandements de Dieu. Ils sont justes (v137-138, 144) et vrais (v142, 151, 160) et merveilleux (v129). Ils sont éternels à travers les âges (v152, 160). Ils sont un trésor. Nous voyons la passion de l’écrivain pour elles, “Je me réjouis de tes promesses comme celui qui trouve un grand butin” (v162). Il se languit et soupire après les commandements (v131). C’est l’accomplissement de son désir. Il est amoureux d’eux (v140, 163, 167). Il est zélé pour eux (v139). Et il est contrarié quand les autres n’obéissent pas à la loi (v136). Il loue Dieu pour ces lois justes, ” sept fois par jour je te loue pour tes lois justes ” (v165). Il pense aux promesses pendant la nuit (v148). Les lois sont le reflet du grand Dieu qui les a conçues. Dieu est juste (v137-138), comme ses lois. Sa justice est éternelle (v142), comme ses commandements. Dieu ne cessera pas de faire ce qui est juste. Sa compassion est grande (v156), nous n’avons donc pas à craindre d’être pardonnés. Il est un Dieu qui est proche des justes (v151). Cela signifie qu’il est près d’eux quand ils sont dans un grand besoin. C’est nécessaire dans le psaume parce que l’auteur est humble et méprisé (v141) et dans le trouble et la détresse (v143). Il est persécuté, et ces persécuteurs sont également proches (v150, 157). La vie est rendue plus difficile parce que certains des persécuteurs sont des dirigeants (v161) qui ont du pouvoir. Mais il continue à faire confiance à Dieu pour son aide (v146) et se lève même avant l’aube pour demander de l’aide au nouveau jour (v147). Il veut être sauvé par Dieu (v146). C’est la différence essentielle avec les méchants, car le salut est loin des méchants (v155). Dieu fait une différence claire entre les justes et les méchants, comme dans le Lévitique il y a une distinction. Le psaume se termine d’une manière étrange. L’auteur admet qu’il s’est égaré comme une brebis égarée (v176). Nous terminons le psaume en pensant que suivre les voies de Dieu ne nous oblige pas à être toujours parfaits dans tous les domaines. Mais cela nous demande de nous souvenir des commandements (v176) et de marcher dans cette voie. Si nous sommes des moutons qui doivent suivre un chemin, alors il est plus facile de suivre le berger. Cela nous amène à penser au bon berger, notre Seigneur Jésus. Nous devons nous assurer que nous essayons de suivre ses pas et de respecter ses commandements. De cette manière, nous pourrons être présentés comme irréprochables au jour du jugement et recevoir le salut qui est promis à ceux qui gardent les commandements. Et c’est Jean le Baptiste, dans Luc 3, qui a répondu aux instructions de Dieu et a commencé à enseigner la repentance menant au pardon (versets 1-6). Cette chose exacte avait été prophétisée auparavant dans Ésaïe 40, versets 3-5, et Dieu a donc fait en sorte que Jean accomplisse cela exactement de la manière qu’il avait prévue. L’enseignement de Jean est très direct, il était clairement conscient que le peuple désobéissait aux lois de Dieu, qui étaient exactement celles requises par le Lévitique à cette époque (versets 7-9). Il les a appelés “serpents” et a clairement indiqué qu’ils devaient “produire du fruit” pour démontrer leur “repentance”, en d’autres termes, ils devaient faire les choses que Dieu exigeait d’eux ! Les gens ont répondu, les versets 10-14 et les exemples que Jean a donnés restent des leçons pour nous aujourd’hui, c’est-à-dire que nous devons changer et démontrer que nous sommes différents, séparés, saints ! Les gens devaient partager ce qu’ils avaient (verset 11), ne pas exagérer leurs revendications (versets 12-13) et ne pas extorquer de l’argent ou accuser faussement (verset 14). Ce sont toutes des façons pratiques pour les gens de Dieu d’agir une fois qu’ils ont accepté Dieu et Jésus. Jean a enseigné au sujet de Jésus, il a “préparé le chemin”, certaines personnes se sont demandées si Jean était Jésus, mais Jean a clairement indiqué qu’il ne l’était pas, versets 15-18. Notez que le verset 17 fait allusion à un jugement. Oui, Jésus est venu pour sauver, mais le salut s’accompagne de responsabilités ! Jésus lui-même a été baptisé, verset 21-22, et Dieu était “bien content” de cette situation, car les gens pouvaient maintenant avoir l’occasion de se repentir de leurs fautes. La lignée humaine de Jésus est clairement tracée pour nous dans les versets 23-38, oui Jésus était le fils de Dieu, mais il était aussi clairement le fils de Marie, l’être humain qui a pu enlever le péché du monde ! Nous remercions Dieu que ce soit le cas, car nous savons que nous échouons, mais nous prions aussi pour que notre attitude soit telle que nous fassions de notre mieux pour suivre les commandements de Dieu ! Mars

Le 13 Mars

Lévitique 21 contient des “règles” spécifiques pour les prêtres – nous savons que les spécificités réelles de ces règles pour les prêtres ne sont plus applicables pour nous maintenant parce que Jésus est notre prêtre et que nous ne sommes plus sous ces aspects du culte. Même si certains de ces aspects sont peut-être inconfortables pour nous maintenant, le respect fondamental de Dieu et les leçons spirituelles doivent demeurer. Le nombre de fois où il est dit que les prêtres et Dieu étaient “saints” devrait nous faire réfléchir, de même que l’expression “Je suis le Seigneur”. Cela semble être la motivation de ces “règles”, les prêtres devaient se souvenir et respecter et ne pas devenir familiers et blasés de leurs rôles, et ils ne devaient pas non plus oublier que Dieu est le Seigneur ! Il est vrai que nous devons être constamment rappelés de notre position devant Dieu, même si nous avons été rapprochés de lui par Jésus, il nous est rappelé ici que tout défaut est une image du péché – et c’est le péché qui empêche le contact avec Dieu. Chaque jour, je remercie Dieu de nous avoir rapprochés de lui et de nous permettre, malgré nos faiblesses et notre “impureté” naturelle, d’être en compagnie de Dieu grâce à Jésus. Ces versets inconfortables cherchent à nous rappeler que, malgré nos taches, nous pouvons venir à Dieu par Jésus. “Je suis l’Éternel qui les rend saints” est l’expression courante dans ce chapitre, c’est-à-dire aux versets 8, 15 et 23, et c’est Dieu qui nous a rendus “saints” en Jésus. Les psaumes 120 à 125 sont le premier des 15 psaumes connus sous le nom de “chant des ascensions” – des chants qui étaient chantés par le peuple lorsqu’il montait au temple de Jérusalem pour adorer. Ces psaumes semblent se rapporter à nos différents sens et nous devrions en tirer des leçons : Le psaume 120 est la voix ; 121 est la vue ; 122 est l’emplacement, c’est-à-dire où nous sommes ; 123 est regarder dans la bonne direction ; 124 est notre aide et 125 est les bras protecteurs de Dieu – nous rappelant les “ailes” des chérubins et la protection de Dieu avec le peuple. Ainsi, nous semblons avoir le début d’une image globale de notre relation avec Dieu en utilisant tous nos sens et nos émotions – ce que les gens disent peut être mauvais – nous avons des mensonges, des tromperies (Ps120:2-3) et même lorsque nous parlons de paix, certaines personnes qui entendent sont pour la guerre (Ps120:7), pourtant, lorsque nous appelons Dieu, il nous répond (Ps120:1), Dieu répondra comme il l’entend (Ps120:4). En réponse à notre recherche, à notre demande et à notre réponse quant à la provenance de notre aide, nous obtenons cette merveilleuse réponse, Psaume 121, versets 1-2… et il veille sur nous – cela est répété 5 fois – Dieu veille sur chaque aspect de notre vie, que nous soyons éveillés ou endormis et il ne laissera pas notre “pied glisser”, verset 3. Parfois, dans notre vie actuelle, nous sentons clairement que nos pieds glissent. La protection ultime doit donc être le royaume, comme le suggère le psaume 122, où la paix et la sécurité sont assurées, par exemple aux versets 6 à 9… Ce psaume est notre “lieu”, c’est-à-dire l’endroit où notre voyage se termine, nous voulons aller “jusqu’à la maison de l’Eternel”, verset 1, nous voulons nous tenir à Jérusalem où il y aura clairement la sécurité et la paix. Oui, nous devons certainement prier pour de l’aide dans des pays comme l’Ukraine, l’Afghanistan, le Cameroun, etc. mais la paix que nous recherchons vraiment est celle que Jésus apportera. Nous réalisons à quel point nous sommes pécheurs et donc à quel point nous dépendons de la miséricorde, et le Psaume 123 est justement cela, parce que nous savons que seul le fait de regarder vers Dieu, maintenant par l’intermédiaire de Jésus, est le seul endroit où nous trouvons la miséricorde, versets 1-2… C’est dans l’humilité et la soumission que nous regardons vers Dieu, tout comme l’esclave et la servante regardaient vers leur maître ou leur maîtresse. Et nous avons ici le contraste au verset 3-4 avec les “orgueilleux” et les “arrogants” – les orgueilleux et les arrogants ne chercheraient pas la miséricorde, donc ils ne recevront pas de miséricorde ! Les orgueilleux ne compteraient pas sur l’aide de Dieu, Psaume 124, ce sont les humbles qui reconnaissent Dieu à leurs côtés, versets 1-5… C’est cette reconnaissance que nous avons besoin de l’aide de Dieu qui nous distingue et démontre l’humilité et le besoin d’aide et de miséricorde ! Cela nous conduit à la louange en reconnaissant que “notre secours est dans le nom de l’Éternel, le créateur du ciel et de la terre”, verset 6-8… Seul Dieu peut “entourer son peuple” de ses bras pour le protéger, Psaume 125 : 1-2… c’est encore une grande image de la confiance en Dieu et de sa réponse, malheureusement en ce moment nous sommes entourés par beaucoup de méchanceté, c’est pourquoi elle ne peut jamais coexister avec les enfants de Dieu, verset 3…, d’où toutes les indications dans la bible que nous devrions essayer d’être séparés – ou “saints” maintenant alors que nous nous préparons pour le royaume à venir. Et grâce à Dieu, la méchanceté sera bannie, verset 4-5… quand il n’y aura plus de cruauté envers les autres hommes et femmes, comme cela a été démontré de façon horrible en Ukraine. Le temps passé par Jésus dans le désert, dans Luc 4, nous fait comprendre que tout cela est pertinent pour nous aujourd’hui. Jésus a été tenté de la même manière que nous, il avait évidemment de plus grands pouvoirs que nous parce qu’il est le fils de Dieu – donc plus la capacité est grande, plus la tentation est grande, mais tout au long de ses tentations rapportées ici, il s’est souvenu qu’il était “saint” – séparé. N’ayant rien mangé pendant 40 jours, il devait avoir faim et il aurait très facilement pu transformer les pierres en pain – nous connaissons ses capacités lorsqu’il a nourri les 5 000 et les 4 000 personnes, mais il a pensé à l’humilité et à la manière dont Dieu a aidé ses enfants dans le désert. Il s’est souvenu du résumé du Deutéronome 8 et de la manière dont Dieu a conduit son peuple et a “veillé” sur lui. Même s’il souffrait pendant un certain temps, il se souvenait de son père et de tout ce qu’il représentait. Verset 4… La tentation de régner sur les royaumes du monde a dû être une tentation incroyable, nous nous sommes sentis désespérément impuissants en voyant la souffrance dans le monde due aux actions humaines, par exemple les guerres, mais nous sommes impuissants, Jésus ne l’était pas, il aurait pu résoudre les problèmes tels qu’il les voyait alors, mais il s’est à nouveau souvenu de sa sainteté et s’est rabattu sur ce qu’il savait être juste dans les commandements de son père, citant Deutéronome 6 : 13 au verset 8… Et, apparemment pour laisser les choses à Dieu et à son calendrier, le troisième exemple est également contré par Deutéronome 6:16 aux versets 9-12… Dans tous ces cas, Jésus s’est assuré que tout orgueil était étouffé par l’humilité, laissant les choses à Dieu. Bien que Jésus ait été rejeté par beaucoup, il a enseigné, guéri et continué à enseigner le royaume de Dieu versets 43-44… Résumée aux versets 18-19… une autre image du royaume. Ps122 versets 6-9… Alors que nous partageons maintenant le pain et le vin, remercions Dieu de nous avoir rendus saints et de nous avoir promis le royaume ! Mars

Le 14 Mars

La façon dont nous agissons tout le temps doit démontrer un respect total envers Dieu. Le Lévitique 22 nous rappelle la nécessité de donner le meilleur de tout à Dieu – pour les Israélites, il s’agissait des sacrifices qu’ils faisaient, par exemple aux versets 19-20, et qui devaient être sans défaut, au verset 21. Les versets 22-25 donnent quelques exemples de ce qui est considéré comme défectueux ; ils font également la distinction entre une offrande “volontaire” et un “vœu”, mais ce qui ressort ici, c’est que Dieu a établi des “règles”. Qu’elles soient comprises ou non, elles devaient être suivies afin de démontrer le respect envers Dieu, verset 1-2. Le chapitre se termine par un rappel répété que nous devons “garder les commandements de Dieu”, versets 31-33, pourquoi ? Parce que Dieu a dit “Je suis le Seigneur”. C’est Dieu qui a rendu le peuple “saint”, c’est Dieu qui l’a fait sortir d'”Égypte”, il l’a fait aussi pour nous, il nous a rendus saints et nous a fait sortir du “monde”, alors nous devons aussi le respecter. Nous avons déjà discuté dans les chapitres précédents du fait que tout “flux” ou “décharge” provenant de notre corps rend la personne “impure”, verset 4, et cela nous rappelle que ce qui vient naturellement de nous, c’est-à-dire notre nature humaine, est pécheur et que nous devons essayer de changer et d’être comme Jésus et comme Dieu. Dans son amour, Dieu a prescrit un moyen pour que les gens du temps de Moïse puissent être purs, comme il l’a fait avec nous, c’est-à-dire que nous avons Jésus. Mais nous devons encore respecter Dieu. C’est la clé de notre marche vers le royaume, nous devons le respecter et respecter ses voies, réaliser que ses voies sont toujours justes et nous devons essayer de suivre ses commandements. Les 3 psaumes suivants dans les “Cantiques des ascensions” sont les Psaumes 125-127, nous avons vu hier que le Psaume 125 parle des bras de protection de Dieu dans la façon dont il “entoure” son peuple, verset 2, il entoure son peuple de sorte que les méchants ne puissent pas l’influencer dans de mauvaises voies, versets 3-5, et la paix en résulte, finalement dans le royaume. Le psaume 126 passe au sens suivant, celui de la louange. Lorsque le peuple de Dieu pense à sa situation en Égypte et dans les autres nations où il a été dispersé par la suite, et qu’il la compare à son nouveau statut de retour à Sion, il est submergé par la joie, versets 1-3. Ils ne pouvaient s’empêcher de louer, ils pensaient que c’était un rêve, et ils chantaient de joie ! Nous aussi, nous devrions avoir cette même joie et ces mêmes louanges en raison de ce qui nous a été promis dans le royaume lorsque Jésus reviendra. Nos “fortunes” seront également restaurées si nous continuons à respecter Dieu et au lieu des larmes, il y aura la joie, verset 4-6. Le verset 5 présente de nombreux liens avec les prophéties relatives à la restauration d’Israël dans le royaume au retour de Jésus, à savoir Ésaïe 35, verset 10 ; 51, verset 11 ; 60, verset 15 et 61, verset 7, de sorte que je pense que nous pouvons affirmer sans risque que nous sommes censés penser à la joie dans le royaume lorsque nous lisons ces versets dans les psaumes. Et le psaume 127 souligne à nouveau le respect de Dieu que nous devons avoir dans tout ce que nous faisons. Les versets 1-2 disent que si nous ne sommes pas motivés par Dieu et que nous ne “construisons” pas sur ce qu’il dit, notre travail est une perte de temps, nous devons essayer de suivre Dieu et d’obéir à ses commandements, sinon nous échouerons dans toutes nos entreprises. Ce psaume suggère une famille, versets 3-5, nous aussi sommes dans une famille en Jésus, en communion les uns avec les autres, il s’ensuit que si nous construisons notre communauté sur la base de Dieu, c’est-à-dire “Dieu construit la maison”, alors elle sera forte et notre travail en son sein ne sera pas vain. Cela démontre un respect de Dieu. Jésus a enseigné le royaume de Dieu et, d’une certaine manière, il en a fait la démonstration physique lorsqu’il a guéri des gens, comme l’homme de Luc 5, et que les gens l’ont loué (verset 26). L’homme lépreux que Jésus a guéri au verset 13 a commencé à changer de vie à partir de ce moment – avant que Jésus ne le guérisse, il était rejeté par tout le monde – après sa guérison, il aurait été accepté de nouveau dans sa famille et aurait eu de nouveau des amis. Jésus a fait toute sa construction avec Dieu, c’est-à-dire que “Dieu construit sa maison”. Par exemple, avant de choisir ses disciples, Jésus a prié et Dieu l’a orienté pour qu’il choisisse les bonnes personnes pour son ministère. Les premiers ont résulté de la pêche miraculeuse des poissons au verset 6-7. Mais cela s’est produit APRÈS que Jésus ait d’abord utilisé la barque de Pierre (Simon) pour enseigner. Au cours de cet enseignement, Pierre a appris et démontré son respect pour le fils de Dieu (versets 4-5) et a répondu (versets 8-10) ; cette réponse de respect et d’humilité a amené Jésus à dire “suis-moi” (verset 11). L’ordre des événements semble correct, c’est-à-dire que le premier est l’enseignement, le second le respect, le troisième l’appartenance à la famille de Dieu. Luc rapporte que Lévi a été appelé ensuite et, bien que cela ne soit pas dit ici, il a lui aussi écouté Jésus (Marc 2, verset 14), et il a manifestement respecté son enseignement et fait partie de la famille. La partie la plus puissante de ce chapitre est que Jésus pardonne, il l’a dit à l’homme paralysé (verset 23), et ceux qui respectaient Jésus ont tout laissé et l’ont suivi – Jésus est devenu leur priorité numéro un et parce que Jésus était leur priorité numéro un, cela signifie que Dieu l’était aussi. Malheureusement, tout le monde ne respecte pas Jésus, les pharisiens ne le font pas, ils se plaignent (versets 30 et 33), ils ne réalisent pas qu’ils sont comme tout le monde et qu’ils doivent se repentir (verset 32). Il est clair que tout le monde a besoin de se repentir car nous sommes tous pécheurs. Malheureusement, les pharisiens se croyaient justes et ne pensaient pas qu’ils étaient “malades”. Ils n’ont donc pas pris la peine de chercher un médecin, alors qu’ils auraient dû le faire (verset 31). Sans respect pour Dieu (et pour Jésus), la construction s’écroule – Jésus y faisait allusion dans la parabole du verset 36-39. Le “vieil édifice” était faible et ne pouvait être réparé ; il était inutile d’arracher une pièce d’un vêtement neuf pour réparer l’ancien, car cela détruit le nouveau ! De même, il ne sert à rien de verser du vin nouveau dans du vieux vin, car les deux seront détruits. Si Jésus dit que le vin nouveau doit être versé dans des outres neuves, c’est qu’une nouvelle façon de répondre à l’enseignement de Jésus et de Dieu est nécessaire pour qu’il y ait un salut, et cela est facilité par un profond respect des choses de Dieu. Mars

Le 15 Mars

Les 7 fêtes annuelles juives sont mentionnées dans le Lévitique 23 (Pessah, Pains sans levain, Premiers fruits, Semaines, Trompettes, Jour des expiations, Tabernacles). Il mentionne également le sabbat, qui est un événement hebdomadaire. L’une des raisons pour lesquelles le sabbat est regroupé avec les autres jours est l’objet du chapitre, à savoir les “rendez-vous” avec Dieu. La plupart des traductions disent qu’il s’agit des “fêtes fixées”. Mais l’hébreu ne mentionne pas le mot “fête”. Il s’agit de “rendez-vous” ou de “temps fixés”. Le mot “fête” donne également une fausse impression. Aucun des rendez-vous n’est une fête telle que nous la connaissons. La seule “fête” est la Pâque, qui se mangeait debout, rapidement et avec des herbes amères. Ce n’est pas un moment de détente et pas une fête au sens où nous l’entendons ! Et le jour des expiations n’est absolument pas un festin – c’est généralement un jeûne. Dieu a fixé ses “temps fixés” dans le calendrier divin. Ce qui est important, c’est ce qu’ils représentaient tous ! Nous ne pouvons pas en expliquer les détails maintenant, mais il est utile d’en connaître le sens profond. Voici donc un résumé : la Pâque désigne la mort de Jésus, l’agneau de Dieu. Le pain sans levain représente la marche chrétienne. Les prémices représentent la résurrection de Jésus. Les semaines représentent la récolte des croyants chrétiens. Les trompettes représentaient la résurrection des morts. Le jour des expiations représente le pardon des péchés. Les tabernacles représentaient la vie dans le royaume. Lorsque nous pensons à tout cela, nous comprenons que Dieu a un plan de temps fixes, que son peuple, les Juifs, met en œuvre chaque année. Dieu a fixé des moments pour toutes ces activités. Aujourd’hui, c’est le temps de la récolte des croyants. Le prochain événement du calendrier divin est la résurrection des morts. Nous l’attendons avec impatience ! Tirons donc le meilleur parti du temps dont nous disposons et aidons la moisson des croyants en aidant les autres à honorer Dieu. Les psaumes 128, 129 et 130 font partie du livre d’hymnes des pèlerins (Psaumes 120-134), également connu sous le nom de “chants d’ascension”. Le pèlerin part du lointain (Psaume 121). Il se trouve maintenant à Sion (Jérusalem), la ville de David. C’est là que se trouve la bénédiction. Nous lisons cette bénédiction dans les trois psaumes. Sion est le lieu de la bénédiction (Psaume 128,5) où Dieu bénit nos familles. C’est le lieu où les croyants sont libérés de leurs ennemis (Psaume 129, 4-5). C’est le lieu où les péchés sont pardonnés (Psaume 130). Nous sommes sauvés de nos ennemis – notre propre péché et ceux qui nous haïssent. C’est le lieu où nous pouvons être bénis par la famille ou la camaraderie. C’est le lieu de la fin du voyage de notre vie où nous trouvons le repos. C’est le lieu où Israël célébrait la “fête” des Tabernacles. Pour cette fête, les Juifs devaient effectuer un pèlerinage à Jérusalem et y célébrer la fête (Deutéronome 16:16). De même que la fête des Tabernacles rappelait au croyant le temps du repos dans le royaume, de même ces Psaumes nous rappellent le repos promis dans le royaume. Notre espérance est une espérance basée sur Jérusalem (Apocalypse 21:2). Dans la lecture du Nouveau Testament de Luc 6, nous rencontrons le futur roi du royaume. Il nous parle du type de personne qu’il aura dans son royaume. Nous devons l’écouter attentivement si nous voulons faire partie du royaume. Il a des conseils difficiles à nous donner. Nous devons aimer nos ennemis et les bénir (versets 27-28) ! Tout comme Dieu bénit ses ennemis sans rien recevoir en retour, nous devons nous préparer à cela aussi (verset 35). Dieu est bon et miséricordieux envers eux, et nous devons l’être aussi (verset 35-36). La façon dont nous nous comportons devrait être celle dont nous voulons que les autres nous traitent (verset 37-38). Plus nous donnons à cet égard, plus nous recevrons. Si nous apprenons bien ces leçons, nous deviendrons comme Jésus. C’est notre objectif : ” Quiconque est bien formé sera semblable à son maître ” (verset 40). C’est pourquoi nous lisons la Bible. Nous devons apprendre à être comme Jésus en paroles et en actes (verset 43-49). Ceux qui sont comme Jésus seront dans son royaume, centré sur Sion, et jouiront de la paix, de la satisfaction, des rires et de la communion que Dieu a promis au moment voulu. Ce temps est proche. Regardons vers cet âge meilleur et assurons-nous d’y être prêts. Mars

Le 16 Mars

Lévitique 24 : Instructions pour les enfants d’Israël, Aaron et ses fils concernant l’entretien du chandelier. Nous nous souvenons que le chandelier se trouvait dans la tente d’assignation, à l’extérieur du lieu très saint. Les gens devaient apporter “de l’huile pure d’olives pressées” pour la lumière ; Aaron et ses fils devaient entretenir les lampes sur le chandelier en or pur, en les gardant allumées du soir au matin, tous les jours. Le chandelier était fait d’or pur et massif, et il était entièrement martelé d’une seule pièce. Le Seigneur a donné des instructions précises pour sa conception ; et une fois encore, nous voyons pourquoi – il représente quelque chose d’autre qui donnerait de la lumière à l’humanité. “Ta parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier” Psaume 119 verset 105, c’est-à-dire la parole de Dieu, la Bible. Lorsque nous regardons les détails concernant le chandelier, les “coupes, bourgeons et fleurs”, nous voyons qu’il y avait 3 de chaque sur chaque branche et 4 de chaque sur la tige du chandelier, donc 9, c’est-à-dire 3×3, décorations sur chaque branche et 12, c’est-à-dire 4×3, décorations sur la tige. Le chandelier avait 6 branches, dont 3 partaient des côtés opposés. Combien de décorations Dieu a-t-il donc spécifié ? Il y avait 6 branches de 9 décorations = 54, plus 12 sur la tige, c’est-à-dire 54+12= 66. Dieu a spécifié 66 décorations sur le chandelier. Nous avons suggéré que le chandelier est un symbole de la Parole de Dieu, alors combien de livres avons-nous dans la Bible ? 66 ! De plus, si nous regardons un côté du chandelier et la tige, nous avons 3×9 = 27 décorations sur un côté plus la tige, c’est-à-dire 12. Cela fait donc 27+12=39, c’est exactement le nombre de livres de l’AT, c’est-à-dire 39, et du NT, c’est-à-dire 27. Et nous avons le rappel du Seigneur, au temps de Moïse, que le chandelier de Dieu était précieux, c’est-à-dire en or, et qu’il était un, c’est-à-dire un dans son but et son inspiration, parce que Dieu considère Sa parole, c’est-à-dire l’AT et le NT, comme une seule “œuvre”, donc, en tant que chrétiens, nous lisons toute la Bible. Il y a encore beaucoup à voir, mais nous savons que Dieu a apporté la lumière dans le monde, nous le voyons dans sa parole, nous le voyons en Jésus. La gardons-nous “allumée” chaque jour ? Entretenons-nous nos lampes ? “Sommes-nous les vierges sages” qui ont de l’huile, c’est-à-dire la foi en action, dans leurs lampes en permanence, prêtes pour le retour de Jésus ? Matthieu 25, versets 1-3. Le psaume 132 est un psaume, comme beaucoup d’autres, qui contient des éléments de conception, l’histoire, l’avenir, les promesses de Dieu, la réassurance, les prières des fidèles et les réponses à ces prières, et plus encore ! Un autre aspect est que les paroles sont valables aujourd’hui, et l’auraient été dès l’époque de David. À mon avis, ces paroles auraient été prononcées avec plus de force lorsqu’Israël était en exil sans roi, mais nous aussi, nous faisons partie de ces paroles alors que nous attendons le fils de David (Jésus), le roi à venir. Le psaume évoque l’alliance de Dieu avec David au verset 7 de 2Sam, dans laquelle il a promis à David une “maison” royale, une promesse qui s’accomplira avec la venue de l’Oint, le Messie (Jésus). Nous voyons donc que ce psaume a pu être écrit pendant l’exil, alors que le peuple attendait que le Seigneur restaure le royaume de David en Israël. Et c’est tout à fait vrai pour aujourd’hui. Le désordre total dans le monde : guerres, famines, maladies, injustices, changements climatiques, etc. sont tous terribles, et il est intéressant de noter que tous les problèmes sont résolus lorsque le Seigneur revient, alors prions tous : “Que ton règne vienne”. Le réconfort de la prière des versets 1 à 10 est apporté par les versets suivants du Seigneur. C’est presque l’inverse du verset 1 ! “Seigneur, souviens-toi de David (et de nous)”. Le Seigneur leur dit, ainsi qu’à nous, “Souviens-toi du Seigneur”, par les mots et les promesses qu’il t’a donnés, nous aussi pouvons trouver le même réconfort et la même assurance. Quand je suis troublé, je trouve un réconfort rapide en confessant qu'”il y a un Dieu”, et cela me rappelle ce qui a été écrit et promis. Dans ce psaume, voici quelques-uns des réconforts : Le Seigneur a promis ; il accomplira (verset 11) ; Jérusalem est l’endroit où le Seigneur choisira d’habiter pour toujours (versets 13-14) ; des bénédictions abondantes (nourriture, salut et joie) et je préparerai une lampe pour mon Oint (Jésus), et sa couronne fleurira.” Voilà les réponses à nos préoccupations et à toutes celles du monde aussi. Il n’est pas étonnant que “ta parole soit une lampe à mes pieds”, sans cette lumière nous ne pourrions pas voir où nous devons aller ou ce qui vient ! Luc 7, versets 1-10, montre la foi du centurion qui a provoqué l’étonnement de Jésus (v9). Les bonnes actions du centurion (v5) ont fait dire aux anciens des Juifs “il mérite que son serviteur soit guéri”. Mais Jésus a vu de plus grandes qualités chez cet homme, à savoir l’humilité (v6), la foi (v7), lorsqu’il a dit “dis la parole, et mon serviteur sera guéri”. Puis, au verset 8, il révèle le raisonnement de sa foi en Jésus. L’autorité du centurion lui avait été donnée par Rome et il voyait que l’autorité de Dieu avait été donnée à Jésus, de sorte que Jésus n’avait qu’à donner l’ordre et tout serait fait. Lorsque nous lisons dans Matthieu 8, verset 8, que le CENTURION a parlé à Jésus et que nous comparons cela avec le contraste dans Luc 7, verset 7, c’est-à-dire “le centurion envoya des amis pour lui dire”, Luc dit ce qui s’est passé littéralement et Matthieu dit que les PAROLES du centurion ont été apportées à Jésus par ses amis, c’est-à-dire qu’ils ont parlé pour lui. Les deux récits parlent de délégation d’autorité. En tant que christadelphiens, nous ne croyons pas à une trinité, par exemple, mais nous reconnaissons l’autorité déléguée que Jésus a reçue de son père. Cet aspect de la foi que l’on trouve chez le centurion a ” stupéfié Jésus ” et Jésus a dit : ” Je vous le dis, je n’ai pas trouvé une si grande foi, même en Israël “. Comme nous sommes bénis ! Aux versets 11 à 17, Jésus ressuscite le fils d’une veuve. Preuve d’une autorité déléguée que les Juifs qui ont été témoins de l’événement, ont confessé en louant Dieu (v16). Jésus dit dans Jean 5 verset 19, “Le Fils ne peut rien faire par lui-même….” (tout pouvoir et toute autorité avaient été donnés par son père) et v21 “Car de même que le Père ressuscite les morts et leur donne la vie, de même le Fils donne la vie à qui il lui plaît de la donner”. Jésus continue en Jean 5 à parler de Jean le Baptiste et Luc fait de même au chapitre 7 versets 18-35. Jésus a un grand respect pour Jean le Baptiste et pourtant, dans ses moments les plus sombres, Jean avait besoin de l’aide de Jésus. Il est intéressant de voir quels mots Jésus a choisis pour fortifier Jean : “Retourne et rapporte à Jean ce que tu as vu et entendu : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont guéris, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux l’homme qui ne tombe pas à cause de moi”. Pour moi, Jésus rappelle à Jean le chapitre 35 d’ISAÏE, un chapitre qui se termine par “la tristesse et les soupirs s’enfuiront”. Le chapitre commence en parlant d’un désert, quelque chose que Jean connaît bien puisque c’est là qu’il a vécu pendant un certain temps ; les versets 3-4 parlent de fortification avec la promesse que le Seigneur vient te sauver, les versets 5-6 de guérison. Je soupçonne que Jean avait pensé à Ésaïe 35 et que lorsque Jésus lui a parlé (par l’intermédiaire des disciples de Jean), il a révélé que Jésus connaissait les doutes de Jean et lui a gracieusement transmis un message très personnel avec des mots d’encouragement tirés de ce même chapitre. Luc 7, verset 36-50, présente un contraste entre le cœur de Simon, un pharisien, et celui d’une femme pécheresse (prostituée ?). Nous savons quel cœur (esprit) nous devrions avoir. Je trouve le verset 47 révélateur “ses nombreux péchés ont été pardonnés, parce qu’elle aimait beaucoup” L’amour, DE LUI-MÊME, n’apporte pas le pardon, c’est par la foi que nous sommes sauvés. Cependant, si nous aimons, nous ne voulons pas que quelque chose (le péché) s’interpose entre nous et le Seigneur, plus nous aimons le Seigneur, plus nous voulons être comme lui et nous voulons un pardon complet, c’est-à-dire total. Ainsi, parce qu’elle aimait beaucoup, elle a cherché à être pardonnée pour ses nombreux péchés et pour être “une” avec son Seigneur, et parce qu’elle avait cet esprit, elle a été pardonnée, totalement. Elle le savait et a donc continué à aimer. En revanche, “Celui à qui on a peu pardonné, aime peu”. Si, comme Simon, nous aimons peu, alors le pardon n’est pas si important pour nous, peut-être qu’à cause de NOTRE chagrin (pas celui du Seigneur) nous pourrions demander à être libérés, ce n’est pas de l’amour, ce n’est pas “l’unité” avec le Seigneur. Et si on nous a pardonné peu, alors nous aimerons peu à notre tour. Jésus ne condamne pas Simon, il essaie de l’aider. Simon (et toute l’humanité) ne connaîtra “l’unité” que lorsqu’il sera conscient de la profondeur de l’amour qui est en Jésus (et en Dieu), et lorsque nous parviendrons à connaître cet amour, nous CROîtrons en amour pour eux. Et nous aussi, nous pouvons entendre les mots “Tes péchés sont pardonnés, ta foi t’a sauvé ; va en paix”. Mars

Le 17 Mars

Le Lévitique 25 est un chapitre merveilleusement pratique dont toutes les nations du monde pourraient bénéficier si elles le suivaient ! Le chapitre traite de “l’année sabbatique”, au cours de laquelle la terre bénéficie d’une année de repos après avoir été cultivée et travaillée dur ; le chapitre traite également de “l’année du jubilé”, qui est en fait une grande “remise à zéro” tous les 50 ans, au cours de laquelle toutes les personnes qui, au cours des années précédentes, s’étaient trouvées en difficulté financière et avaient dû vendre leurs terres, leurs biens ou même elles-mêmes à d’autres, se voyaient rendre leur terre ou leur “liberté”. Ces deux mesures empêchaient les gens de s’exploiter les uns les autres et d’exploiter la terre, et elles garantissaient que les riches ne pouvaient pas devenir très très riches aux dépens des pauvres, qui ne s’appauvrissaient donc pas non plus. Malheureusement, les êtres humains sont avides et la terre ne peut pas rester en jachère, de sorte que les riches s’enrichissent de plus en plus aux dépens des pauvres, et que les pauvres s’appauvrissent – car en général, personne ne respecte Dieu. Les paroles de ce chapitre sont clairement celles de Dieu, verset 1, et Moïse doit transmettre le message au peuple, verset 2. En plus d’être pratiques, ces paroles contiennent également des leçons spirituelles, pour eux et pour nous. Le fait de toujours laisser la septième année comme un sabbat exigeait foi et confiance en Dieu, car pendant cette septième année, personne ne devait labourer, semer ou récolter comme ils l’avaient fait pendant les six années. Il leur était cependant permis de glaner ce qui avait poussé tout seul, verset 6-7, et tout et tous en profitaient, les étrangers, les animaux, les animaux sauvages ainsi que le peuple lui-même. On nous explique un peu plus en détail comment cela fonctionnait aux versets 20-22, c’est-à-dire que Dieu veillait à ce que la terre produise une récolte la sixième année qui leur permettrait de tenir jusqu’à la récolte de la neuvième année. Il y avait une bénédiction immédiate si seulement le peuple faisait confiance à Dieu ! La leçon pour nous est de faire confiance à Dieu et de ne pas être avide et “construire de plus grandes granges” pour garder ses récoltes comme l’homme l’a fait dans la parabole de Jésus dans Luc 12 verset 13-21. Ces sabbats de 7 ans se construisaient jusqu’à l’année du Jubilé où plus que la terre pouvait être “remise à zéro”, versets 8-12, l’année du Jubilé était celle où tous devaient retourner dans leur propre propriété, verset 13. Il s’agit là encore d’un acte de foi, mais aussi d’un principe que nous devrions certainement appliquer en tant que chrétiens aujourd’hui, à savoir ne pas profiter les uns des autres (14-17). La nature humaine profite des uns et des autres, mais en tant que peuple de Dieu, c’est-à-dire en tant que chrétiens aujourd’hui, nous ne devons profiter de personne. Si nous mettons toute notre confiance en Dieu, alors il nous aidera maintenant, comme il a aidé les Israélites au verset 18-19 ; ceci était spécifique pour les Israélites qui allaient dans la terre promise, mais les principes restent pour nous et ils seront certainement accomplis de nouveau lorsque nous serons dans le royaume. Les versets 23 à la fin du chapitre montrent comment la terre et même les gens qui tombent dans des moments difficiles peuvent être rachetés, mais à l’année du Jubilé, ils peuvent récupérer leur terre ou leur liberté – c’est la “remise à zéro”, mais c’est aussi un très bon rappel spirituel que nous avons été “rachetés” du péché par Jésus et qu’en lui nous sommes “libérés” des conséquences du péché, c’est-à-dire de la mort permanente ! Dieu rappelle au peuple qu’il doit respecter ces lois parce qu’il est le Seigneur (versets 38 et 55). C’est un commandement pour nous tous de ne pas profiter les uns des autres, de ne pas faire payer d’intérêts et de permettre à tous d’être rachetés à n’importe quel stade de leur vie. Il y a tellement de principes dans ce chapitre que nous pouvons appliquer dans nos vies maintenant ! Le psaume 135 et les versets 15-18, qui parlent des idoles, toutes fabriquées par l’homme, établissent un contraste entre le Dieu en qui nous pouvons avoir confiance et les objets de l’imagination et de l’invention de l’homme – ils ne peuvent pas soutenir les personnes qui les “adorent”, mais Dieu le peut et le fait. Ce psaume est plein de louanges, il commence et se termine par des louanges, à cause du pouvoir de Dieu sur le temps (versets 5-7), de son pouvoir de sauver de ses ennemis (versets 8-12) et pour cet aperçu si important du royaume (versets 13-14 et 19-21) – tout cela exige des louanges. Le psaume 136 répète effectivement le message du psaume précédent, mais divise chaque fait avec le toujours répété “Son amour dure à jamais”. Et son amour dure à jamais, c’est son amour qui a nourri ses enfants pendant le repos de l’année sabbatique, c’est son amour qui a permis à tous ceux qui ont commis des erreurs d’être libérés tous les 50 ans, c’est son amour qui nous a promis le royaume où nous ferons l’expérience de son amour pour toujours ! Ces psaumes ont pour but de rappeler son amour dans tous ses actes, ce n’est que l’être humain lui-même qui peut se détacher de cet amour. Même si l’année du Jubilé a eu pour effet d’empêcher les riches de s’enrichir, il n’y a rien de mal à ce que certains possèdent des richesses, si elles sont utilisées de la bonne manière. Par exemple, dans Luc 8, versets 1-3, les femmes aidaient Jésus “de leurs propres moyens”, elles utilisaient correctement ce dont Dieu les avait bénies. La parabole du semeur semble appropriée à considérer maintenant après avoir lu sur le sabbat de la septième année ! L’explication qu’en donne Jésus au verset 11-15 conclut que “ceux qui ont un cœur noble et bon” sont ceux qui entendent et qui, en “persévérant”, produisent une récolte. Nous devons tous répondre aux commandements et aux leçons de Dieu et de Jésus, nous devons écouter et agir. Il est inutile d’avoir une lumière et de la mettre sous le lit, versets 16-18, nous devons utiliser la lumière qui nous a été donnée. Comme dans la lecture d’hier, la lumière nous rappelle la parole de Dieu, la Bible, et nous avons la responsabilité de la faire voir et d’être vus par elle, ce qui signifie que nous devons obéir à Dieu. Jésus précise que pour faire partie de sa famille, nous devons “écouter la parole de Dieu et la mettre en pratique”, verset 21. Tout comme Dieu contrôle le temps, Jésus contrôle la tempête aux versets 22-25, à la grande “peur” et à l’étonnement de ses disciples. Encore une fois, cette “crainte” est la même que celle que nous devrions avoir d’un père aimant, qui nous “punira” si nous lui désobéissons, parce qu’il nous aime ! Tout comme l’homme que Jésus a guéri de sa maladie mentale à double personnalité est allé raconter à tout le monde ce que Jésus avait fait pour lui (verset 38-39), nous devrions aussi parler aux autres du futur royaume de Dieu. La femme malade qui saignait constamment savait que seul Jésus pouvait la guérir et elle s’est donné pour but de toucher le bord du manteau de Jésus, verset 43-44, et elle a été guérie. Sur le plan spirituel, nous devons aussi être comme elle, car c’est seulement en Dieu et en Jésus que nous pouvons être guéris de nos péchés. Mars

Le 18 Mars

Le Lévitique 26 est essentiellement divisé en trois parties, à savoir “la récompense pour l’obéissance”, versets 1-13 ; “la punition pour la désobéissance”, versets 14-39 et la possibilité de se repentir, versets 40-46. Lorsque ses enfants “craignent” Dieu et que, par conséquent, les choses vont bien, et aussi lorsque le peuple revient à Dieu, alors Dieu est “l’Éternel”, versets 1-2, 12-13 et 44-45, et cela semble approprié. On peut s’attendre à ce que, lorsque le peuple le suit et s’humilie lorsqu’il réalise qu’il ne l’a pas suivi, Dieu dise “Je suis l’Éternel”. Il est déraisonnable de s’attendre à ce que Dieu soit avec nous si nous ne cherchons pas à lui plaire. Nous savons tous comment nous réagissons lorsque des personnes que nous aimons nous rejettent complètement, pourquoi devrions-nous attendre de Dieu qu’il agisse différemment ? Ce sont les “décrets, lois et règlements” que Dieu a donnés à Moïse, verset 46, pour que Moïse les transmette au peuple, donc ils auraient dû les prendre au sérieux, comme nous devrions le faire lorsque nous en tirons des leçons. Les 13 premiers versets indiquent clairement que “si” le peuple obéissait à Dieu et ne le remplaçait par rien, il l’aiderait en lui fournissant nourriture et sécurité, etc. Cependant, s’ils se rebellaient contre lui et faisaient ce qu’ils voulaient, alors Dieu leur apporterait des problèmes, verset 14-39, c’est-à-dire qu’ils subiraient les attaques de leurs ennemis et les maladies, verset 14-17 ; ils souffriraient de la famine, verset 18-20 ; ils souffriraient des animaux sauvages, verset 21-22 ; ils souffriraient davantage des attaques de leurs ennemis et des fléaux, verset 23-26 ; ils souffriraient de l’hostilité de Dieu et seraient expulsés du pays, verset 27-35 ; même ceux qui auraient échappé à la terreur et se trouveraient dans d’autres pays seraient également effrayés, verset 36-49. Cinq fois, Dieu a dit qu’il leur donnerait des occasions – les souffrances qu’il leur infligeait étaient destinées à les faire revenir à lui, il voulait qu’ils se débarrassent de leur orgueil et qu’ils soient humbles, verset 19. Chacune de ces “punitions” était à l’opposé des bénédictions que Dieu avait promises s’ils obéissaient ; plus ils se détournaient de Dieu, plus les bénédictions qu’ils avaient à l’origine disparaissaient. Ils ont rejeté Dieu et fait ce qu’ils voulaient, et ils ont souffert – cela doit sûrement être une leçon pour nous aussi ! Pourtant, Dieu est un Dieu miséricordieux, oui il exige l’obéissance, mais lorsque le peuple s’humilie, verset 41, c’est-à-dire reconnaît son péché et se repent, alors il ne le détruit pas complètement. Oui, Dieu est aimant et miséricordieux, c’est sans limite, mais c’est conditionnel ! Avez-vous remarqué que Dieu a dit que lorsqu’ils seraient sortis du pays, le pays jouirait du sabbat qu’ils auraient dû lui donner, verset 34-35. Le but du sabbat au chapitre 25 était que le peuple démontre sa foi et son appréciation de l’amour de Dieu. Malheureusement, l’histoire nous apprend que les Juifs ont rejeté Dieu et ont été envoyés en captivité, qu’ils ont subi la “punition de la désobéissance” – tout cela ! Tirons-en les leçons ! Le psaume 137 est le chant que le peuple de Dieu a écrit et chanté lorsqu’il était en captivité à Babylone, il y était comme Dieu avait dit qu’il y serait s’il le rejetait, mais ce chant confirme que le reste a reconnu son erreur et s’est repenti, il voulait retourner dans son pays comme nous voulons être dans le royaume de Dieu lorsque Jésus reviendra. Le psaume 138, verset 3, confirme ce qui est écrit dans le Lévitique, c’est-à-dire que si nous “appelons” Dieu, il “répondra” ; cet “appel” doit être un mode de vie, et non une considération ponctuelle de Dieu ! Une fois de plus, nous voyons que Dieu n’est pas content des orgueilleux, verset 6, et que Dieu accomplira toujours ses desseins, verset 8. Il n’abandonnera pas son peuple à cause des promesses qu’il a faites. Le Psaume 139 devrait nous faire réfléchir, car Dieu sait tout de nous, nous ne pouvons aller nulle part où nous pouvons nous cacher de lui ! Il connaît nos pensées, il sait ce que nous pensons, verset 1-4. Il connaît tous nos mouvements et nous devrions toujours nous en souvenir et le reconnaître. Seul Dieu peut nous donner la vie éternelle et notre prière devrait être la même que celle de la personne qui a écrit ce psaume : que Dieu “nous sonde et connaisse notre cœur”, verset 23-24. C’est Dieu qui nous a créés, versets 13-16, donc c’est Dieu qui nous connaît intimement, donc on ne peut pas se cacher de lui. Ceux d’entre nous qui pensent pouvoir se cacher de Dieu doivent le reconnaître, se repentir et devenir humbles ; ceux d’entre nous qui, dans l’humilité, demandent à Dieu de nous sonder peuvent envisager le royaume éternel avec confiance. Nous savons qu’il y a un coût à suivre Jésus, Jésus l’explique dans Luc 9, versets 57-62. Le coût de la vie de disciple peut être de ne pas avoir de maison, d’abandonner l’entreprise familiale, de quitter la famille parce que ses principes ne sont pas les mêmes que ceux de Jésus. Jésus est très précis dans sa conclusion, car il dit que quiconque regrette d’avoir suivi Jésus n’est pas digne du royaume (verset 62), de sorte que notre adoration de Dieu et de Jésus doit être quotidienne, quoi que nous fassions. Les disciples ont démontré, par leur dispute aux versets 46-48 sur la question de savoir qui serait le plus grand, qu’ils n’avaient pas encore pleinement compris ce que signifiait l’humilité et le fait d’être comme Jésus – la réponse de Jésus a été qu’ils devaient accueillir le ” petit enfant ” parce qu’en Jésus, s’occuper de l’enfant n’était pas une grande tâche grandiose, mais accueillir l’enfant n’était pas moins important que d’accomplir une grande tâche ! De plus, dit Jésus, en accueillant l’enfant, vous accueillez Jésus et aussi Dieu ! L’argument a peut-être été déclenché par le fait que seuls Pierre, Jacques et Jean étaient avec Jésus lors de la transfiguration (verset 28-36), et que cela a été considéré comme une “grande tâche”, mais le but de suivre Dieu est de le faire dans l’humilité – l’orgueil a causé la dispersion des Israélites parmi les nations, l’orgueil a été condamné dans les Psaumes et maintenant Jésus dit que “le plus petit sera le plus grand”. Le message est donc clair : nous devons tous suivre notre Seigneur avec humilité. Mars

Le 19 Mars

Le but du livre du Lévitique est de rendre le peuple de Dieu saint, par exemple aux chapitres 11:44-45, 19:2, 20:26. La relation entre Israël et son Dieu dépendait de leur sainteté, tout comme Dieu est saint. Nous devons également essayer d’être justes avec Dieu et d’être saints nous aussi. Le Lévitique se termine par le chapitre 27 sur les vœux. C’était un chapitre sur les offrandes principalement volontaires à Dieu, au-delà des prescriptions de la loi (à l’exception de la dîme, qui était obligatoire). Une personne pouvait faire le vœu d’une personne, d’une maison ou d’une terre et, ce faisant, cet objet devenait très saint – et pas seulement saint (verset 28). Une personne faisait cela parce qu’elle voulait se rapprocher de Dieu et exprimer sa dévotion. Pour cette raison, Dieu considère que faire des vœux à Dieu est une bonne chose. Les vœux peuvent être de simples cadeaux, mais ils peuvent aussi faire partie d’une demande. Par exemple, si vous (Dieu) me permettez d’avoir un enfant, je le consacrerai à Dieu (comme ce fut le cas pour Hannah qui donna naissance à Samuel). Ou encore, si vous êtes dans une situation de danger de mort, vous ferez le vœu de verser quelque chose à Dieu si celui-ci vous sauve. Dans tous les cas, ce qui était promis devait être payé (Ecclésiaste 5:4-6). Dieu sait si vous trouvez que payer un vœu est difficile (Psaume 15:4). Il sait aussi que beaucoup de gens avaient peur de faire des vœux (Ecclésiaste 9:2). Dieu apprécie les personnes qui font des vœux. Cette discussion devrait nous faire réfléchir à notre propre relation avec Dieu. Que donnons-nous pour aider notre relation avec Dieu ? Il n’est pas bon d’avoir une relation avec Dieu où Dieu donne tout et nous ne donnons rien (2 Samuel 24:24). Les Psaumes 140-142 parlent de David lorsqu’il craignait pour sa vie à cause de ses ennemis. C’est là qu’il a dû s’appuyer sur sa relation avec Dieu. Il devait être saint s’il voulait que Dieu entende ses prières et l’aide. Les méchants étaient autour de lui comme des serpents venimeux, préparant sa chute (140:1-5, 141:9-10, 142:5-7). David était impuissant à se sauver lui-même. Il s’en remet à Dieu et prie passionnément pour sa vie. Il est conscient de la tentation de se tourner vers le côté obscur et de faire le mal (141:3-4) et s’assure qu’il ne le fera pas. Il avait besoin que Dieu le voie comme un être saint, différent des gens qui l’entouraient, s’il voulait être aidé par Dieu. Même si cela signifiait que quelqu’un devait le frapper et le réprimander pour le ramener à la raison (41:5). De cette façon, sa prière serait comme de l’encens – acceptable pour Dieu (141:2). Mais s’il se tournait vers la méchanceté, sa prière ne serait pas acceptée (Proverbes 28:9). Nous voyons des aperçus d’autres personnes dans ces Psaumes. Les charbons ardents sur la tête des méchants (140:10) nous rappellent Lot, qui était saint et a été sauvé d’une ville mauvaise (2 Pierre 2:7-8). Et à Jésus. Même s’ils ont essayé de le pousser d’une falaise (141:6), Dieu l’a sauvé. Ayons confiance en Dieu lorsque nos vies deviennent difficiles. Assurons-nous que notre vie est en accord avec Dieu, avant que les mauvais jours n’arrivent, afin que Dieu écoute nos prières et nous sauve. Notre Seigneur a beaucoup de conseils à nous donner dans Luc 10. Il n’y a pas assez de prédicateurs pour porter le message de l’Évangile au monde (verset 2). Mais ceux qui le font ne doivent pas prendre la réponse personnellement : “Celui qui vous écoute m’écoute ; celui qui vous rejette me rejette ; mais celui qui me rejette rejette celui qui m’a envoyé” (verset 16). Ceux qui font cela ont leur nom écrit dans le ciel (verset 20). La section suivante traite de la manière dont nous pouvons obtenir la vie éternelle (verset 25-37). Jésus nous a dit d’aimer Dieu et d’aimer notre prochain (verset 27). Nous devons réfléchir à la manière dont nous faisons ces deux choses. Les Juifs pensaient, à tort, que leur prochain ne pouvait être que juif. Ils limitaient leur amitié à ceux qu’ils choisissaient. Jésus a raconté la parabole du bon Samaritain pour montrer que ce n’était pas vrai. Nous ne sommes peut-être pas comme les Juifs dans ce domaine, mais limitons-nous notre aide à ceux que nous aimons ? Sommes-nous réellement partiaux ? Il est tout à fait naturel que nous le soyons. Au contraire, nous devons être spirituels sur cette question et aider tout le monde. Le message de Luc 10 se termine par des conseils sur l’utilisation du temps. Marie a choisi les paroles de Jésus (verset 39), tandis que Marthe a donné la priorité à la vie quotidienne (verset 41). Dans nos vies bien remplies, passons-nous trop de temps à la vie quotidienne et pas assez de temps à nous asseoir aux pieds de Jésus et à l’écouter ? Nous devrions certainement prendre le temps de réfléchir chaque jour aux paroles de Dieu. Cela nous aidera à avoir une relation correcte avec Dieu, afin que nous soyons aidés au moment où nous en avons besoin. Mars

Le 20 Mars

Nous commençons à lire le livre des Nombres. Les Juifs appellent ce livre “Dans le désert” d’après certains mots du verset 1. Il s’agit d’Israël dans le désert pendant 38 ans. En fait, ces 38 ans ne se déroulent que dans les chapitres 15 à 19 ! Le chapitre 1, verset 1, est important car il nous apprend que Dieu ne parle plus à Moïse sur le mont Sinaï. Dieu habite maintenant dans le Tabernacle et vit avec son peuple. Son peuple doit se rappeler qu’il doit se comporter d’une manière sainte, comme le décrit le livre du Lévitique. Le chapitre 1 concerne les Nombres – le nombre d’hommes d’Israël âgés de plus de 20 ans qui entrent au service du Seigneur (à l’exception des Lévites qui entrent dans un autre type de service, Nombres 4:3). Moïse reçoit l’ordre de compter et d’enregistrer ce nombre. Il a 12 assistants pour l’aider dans ce travail. Cela nous rappelle un autre leader qui avait 12 disciples comme assistants. Le nombre total est de 603550. Chacun est important. Si Dieu connaît le nom de toutes les étoiles du ciel (Esaïe 40:26), alors il connaît le nom de chacun de ses membres, y compris vous et moi. Et si nous sommes considérés comme le peuple saint de Dieu, nous devons aussi nous comporter de manière sainte. Les Psaumes 143 et 144 reprennent le thème des Psaumes précédents. David est dans une situation désespérée et ces psaumes sont de nouveaux appels à l’aide de Dieu. Il ne s’agit pas des ennuis quotidiens de la vie courante, mais de dangers qui menacent sa vie. Il sait qu’il n’a aucun droit à l’aide de Dieu. Aucun vivant n’est juste devant Dieu (143, 2) et qui est l’homme par rapport à Dieu (144, 3-4) ? Parce que l’homme ne mérite pas d’être aidé, il doit compter sur la miséricorde de Dieu (143:1). C’est ce que nous devons faire lorsque nous sommes en difficulté. Nous n’avons pas le droit d’aider, mais nous faisons appel à la miséricorde de Dieu. David pense à Dieu et à ce qu’il a fait dans le passé (143:5). Il fera de Dieu son refuge (144:2) et il est prêt à recevoir de Dieu tout ce qu’il a besoin d’apprendre (143:10). Le psaume 144 ressemble plus à une panique nationale qu’à un problème personnel. Il parle de guerre (144:1) et d’ennemis étrangers (144:7, 11). David attribue ses compétences en matière de guerre à Dieu (144:1). C’est Dieu qui le sauve, lui et le peuple, et non le roi. Voici un exemple d’une humble confiance dans le Dieu d’Israël, dont nous avons également besoin : “Heureux le peuple dont le Dieu est le Seigneur” (144:15). Luc 11 nous parle de l’importance de la prière (versets 1-13). Ne cessez pas de prier ! Les Psaumes en sont aussi des exemples. La parabole de l’ami persistant nous enseigne à ne pas cesser de prier. Il a persisté jusqu’à ce qu’il obtienne sa requête. De la même manière, nous devons persister. Dieu est celui qui est prêt à nous donner ce dont nous avons vraiment besoin, tout comme un père le fait pour ses enfants. La prière du Seigneur nous enseigne comment prier. “Père” – nous avons une relation spéciale avec lui et nous ne devons pas avoir peur de lui parler. “Que ton nom soit sanctifié” – nous devons sanctifier le nom de Dieu dans nos vies. Si nous ne le faisons pas, pourquoi écouterait-il nos demandes ? “Que ton règne vienne” – C’est la vraie réponse à tous nos problèmes. “Donne-nous notre pain quotidien” – notre nourriture est une bénédiction de Dieu. Que Dieu nous nourrisse aujourd’hui. “Pardonne-nous” – sans cela nous sommes condamnés. “Ne nous soumets pas à la tentation” – nous devons nous protéger de nous-mêmes et prier pour que les circonstances ne nous éloignent pas de Dieu. La partie suivante de l’évangile de Luc traite de l’octroi de bons cadeaux aux enfants de Dieu – Israël. Mais cela se fait par l’intermédiaire de Jésus. Jésus a guéri un homme muet. Mais beaucoup en Israël n’étaient pas réceptifs. Ils l’appellent “Prince des démons”. Ils voulaient un signe du ciel (verset 16), n’ayant pas reconnu la guérison comme un signe du ciel. Jésus décrit l’Israël contemporain comme une “génération méchante” (verset 29). Ils étaient comme un homme mauvais, qui devient ensuite sept fois plus mauvais (parabole des esprits mauvais aux versets 24-26). Ils étaient comme des gens dont le corps était rempli de ténèbres (verset 35). Dans le reste du chapitre, Jésus juge leur comportement. En résumé, le chapitre nous parle d’un Père aimant qui veut donner à ses enfants de bons cadeaux, mais ses enfants se rebellent et déshonorent ses cadeaux et son nom. Dans leur arrogance, ils pensaient être la lumière. Mais en fait, ils étaient les ténèbres. La leçon pour nous est de faire attention à l’image que nous avons de nous-mêmes et de nous assurer que nous vivons de manière sainte avec Dieu. Jésus nous encourage à faire ce qui est juste : “Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et lui obéissent” (Luc 11:28). Mars

Le 21 Mars

Comme on nous l’a rappelé hier, Numbers est un livre sur les nombres et chaque nombre est une personne, nous avons donc un livre sur les individus. Comme il y avait beaucoup de personnes, il fallait un ordre pour qu’il y ait une coordination et une répartition des responsabilités. La première chose qui nous est rappelée dans Nombres 2 est que l’endroit où Dieu rencontre le peuple est situé en plein centre, au verset 17 – la tente d’assignation est le tabernacle, elle représente le lieu de rencontre ou de repos de Dieu. Il est tellement évident que pour que toute activité fonctionne, Dieu doit être au centre. Ce chapitre traite de l’endroit où chacune des tribus d’Israël s’est installée, bien que temporairement, et de la façon dont elles ont déménagé lorsque Dieu l’a voulu. Dans ces deux situations, il y avait un ordre et Dieu restait au centre. Chacune des 12 tribus a été placée dans des groupes de 3, chacun avec sa tribu “leader”, c’est-à-dire les versets 9, 16, 24 et 31. Pour être en mesure de déplacer tous ces gens et tous les équipements et animaux, il fallait un ordre, de sorte que chaque groupe fasse ses bagages et parte dans l’ordre, et lorsqu’ils établissaient à nouveau le camp, le même ordre était suivi afin qu’il n’y ait pas de chaos, de confusion ou de dispute, et que Dieu soit toujours au centre. La leçon spirituelle est évidente aussi pour nous chrétiens, nous suivons un ordre ou un guide, c’est-à-dire la bible, nous savons où nous allons, c’est-à-dire au royaume, nous savons comment y arriver, c’est-à-dire en obéissant à Dieu et pour tout ce que nous faisons, Dieu est au centre, c’est-à-dire qu’il “rencontre” avec nous et il “reste” avec nous. Dieu voit le plan global et il sait comment le plan va se dérouler, nous devons donc obéir à chaque partie de ce plan, même si nous ne pouvons pas voir l’image globale, nous devons faire confiance et marcher dans la foi ! En procédant de cette manière, chacun était en mesure de savoir qui l’entourait et donc qui il devait aider et guider lorsque les temps devenaient difficiles, chaque personne connaissait son voisin parce que l’établissement d’un nouveau campement ne se faisait pas au hasard, ainsi, bien que la communauté se soit déplacée pendant 40 ans (bien que la plupart du temps elle soit restée au même endroit), les relations avec les voisins et le reste de la tribu se sont renforcées. Il y a une similitude avec nos ecclésias (ou églises) actuelles. Et parce que Dieu sait ce qui est le mieux pour nous, nous ne pouvons rien faire d’autre que de le louer, Psaume 145 versets 1-2. Tout au long de ce psaume, David énumère de nombreuses choses qui nous poussent à le louer, par exemple sa “grandeur”, verset 3, ses “œuvres impressionnantes”, sa “grâce et sa compassion”, sa promesse du “royaume”, versets 11-13, il tient ses “promesses”, verset 13 et il prend soin des individus, verset 18. C’est pourquoi nous louons, verset 21, c’est pourquoi nous enseignons, verset 4. Dans le psaume 146, la personne qui a écrit ce psaume dit très clairement qu’il ne faut pas faire confiance aux humains, car ils ne peuvent pas sauver, verset 3, ils sont corrompus et mortels, verset 4, c’est-à-dire que lorsqu’ils cessent de respirer, ils retournent à la poussière, comme Dieu l’a dit dans le jardin d’Eden, et leurs projets n’aboutissent à rien. Mais ceci est contrasté avec ceux qui ont confiance en Dieu, versets 5-8. Dans ces versets, nous avons un aperçu du pardon de Dieu en Jésus (libérer les “prisonniers”), c’est-à-dire permettre le pardon des péchés, et donner “la vue aux aveugles”, c’est-à-dire ouvrir les yeux pour voir Jésus ! Le psaume 147 poursuit le thème de la grandeur et de la puissance de Dieu, c’est-à-dire comment il a tout créé et comment il construit Jérusalem et Israël, et même s’il est tout-puissant, on nous rappelle à nouveau qu’il s’intéresse aux individus, au verset 11, c’est-à-dire à ceux qui “mettent leur espoir dans son amour indéfectible”. Mais une chose est sûre dans ces 3 psaumes – ceux qui sont méchants ne prospéreront pas, Psaume 145 verset 20, 146 verset 9 et 147 verset 6, ce sont seulement les humbles que Dieu soutient. Nous sommes tellement privilégiés de faire partie de ces promesses de Dieu, c’est pourquoi nous le louons et lui obéissons ! Dans Luc 12, Jésus poursuit les enseignements de son père, comme on pouvait s’y attendre ! Aux versets 1-3, il nous rappelle de ne pas nous fier aux êtres humains, même à ceux qui prétendent (hypocrites) être pieux, car Dieu sait tout et nous a avertis à plusieurs reprises qu’il sait ce que les humains pensent ; il nous rappelle de ne nous fier qu’à Dieu, aux versets 4-7, car seul Dieu peut sauver, et c’est donc lui que nous devons “craindre”. Il nous rappelle la nécessité de nous engager dans les voies de Dieu et de suivre son “ordre”, en reconnaissant qu’il sait mieux que quiconque, versets 8-10. La parabole du riche fou, versets 13-21 – il pensait pouvoir faire confiance à ses propres capacités, mais Jésus lui fait comprendre que ce n’est pas le cas, qu’être “riche envers Dieu” est la seule voie vers le succès, verset 21. Et si Dieu, et donc Jésus, sont tous deux au centre de nos vies, nous n’avons pas à nous inquiéter car Dieu sait ce dont nous avons besoin, notre priorité de “besoin” doit être le royaume et si nous le “cherchons en premier”, tous nos besoins nous seront donnés, alors n’ayez pas peur, versets 22-33. Contrairement au riche fou, notre trésor est Dieu et Jésus, et c’est là que doit se trouver notre cœur ! Jésus nous dit d’être prêts à tout moment pour le retour de Jésus, qu’il s’agisse du retour réel ou de la fin de notre vie. Nous devons donc attendre chaque jour le retour de Jésus et être prêts, c’est-à-dire agir à la manière de Christ, versets 35-48 – notre foi doit nous amener à agir à la manière de Christ. Et un exemple de cela est d’être unis dans notre foi, tout comme les Israélites l’étaient dans l’Exode, chacun faisant partie d’une communauté unie et recherchant l’unité, versets 54-59. Sans Dieu au centre, nous nous retrouverons dans de graves problèmes. Mars

Le 22 Mars

Dans Nombres 1, nous lisons le dénombrement d’Israël sans les Lévites. Maintenant, dans Nombres 3, nous lisons le dénombrement des Lévites. Leur service était différent des autres, car ils devaient s’occuper des travaux du Tabernacle (versets 7-8). Contrairement aux autres tribus, la tribu de Lévi était très petite, même en tenant compte du dénombrement de tous les hommes âgés de plus d’un mois (verset 39). Cela signifie que le sacerdoce provenait de la plus petite tribu. Nous notons que c’est comme pour le roi qui venait de la plus petite tribu à l’époque (1 Samuel 9:21). Dans ces deux nominations, Dieu a travaillé à travers les choses les plus petites et les plus faibles pour atteindre son but. Il y a là une leçon d’humilité. Une autre leçon d’humilité nous vient de la tragédie de la mort de Nadab et Abihu (verset 4). C’était un événement important. Par rapport aux milliers de Lévites, il n’y avait que 5 prêtres (à moins bien sûr qu’Eléazar et Ithamar aient eu des fils). Parmi eux, 2 ont été tués. On nous dit que Nadab était le premier né, qui aurait dû prendre la relève du sacerdoce après Aaron. Nadab est mort en assumant son rôle plus que de raison lorsqu’il a offert du feu “étranger” (verset 4). Cela ressemble à de l’orgueil. Nous avons tous des rôles donnés par Dieu, mais nous ne devons pas assumer plus que ce que Dieu nous demande. Nous devons rester humbles. Les Psaumes 148-150 font partie du groupe de 6 Psaumes de louange qui terminent le livre des Psaumes. Ils constituent une bonne façon de terminer les Psaumes, en louant Dieu pour ses œuvres merveilleuses, sa parole merveilleuse et son soin merveilleux des justes. Toute la création loue Dieu (Psaume 148). Lorsque nous regardons les étoiles, nous voyons la merveille de la puissance de Dieu. Les étoiles ne peuvent s’empêcher de rendre hommage à leur créateur. Lorsque nous regardons la vie, nous voyons la merveille du dessein de Dieu. La vie ne peut s’empêcher d’honorer Dieu en vivant comme elle le fait, et nous pensons donc à son créateur. Il doit en être de même pour le peuple de Dieu (versets 14-15, 149:2, 150:6), qui doit louer Dieu pour son salut. Cela se traduit par des chants et des danses (149:3). Ils chantent même sur leurs lits (149:5). Nous voyons ce qui se passe dans le psaume 149. Le peuple loue Dieu, ce qui rend Dieu heureux de son peuple (149,4), ce qui rend le peuple encore plus heureux (149,5). Tout le monde est très très heureux. C’est le résultat de notre foi. Ainsi, nous concluons les Psaumes : ” Que tout ce qui respire loue le Seigneur. Louez le Seigneur”. Souvenons-nous tous de louer Dieu – car c’est ce que fait le peuple de Dieu ! La mission de Jésus concernait également le salut – sauver les gens de la perdition (Luc 13:5). Les gens doivent se repentir avant que le désastre et la mort n’arrivent (Luc 13:1-5). Jésus est venu libérer les gens de leurs péchés et de leurs maladies (13:10-17). Le royaume de Dieu arrive (13:18-21) et chacun doit s’y préparer. Malheureusement, seuls quelques-uns y entreront (13:22-30). Cela exclut une grande partie des pharisiens et une grande partie des habitants de la ville de Jérusalem (13:31-35). Nous aussi, nous devons nous préparer pour le royaume, et tenir compte de l’avertissement selon lequel beaucoup ne le trouveront pas. Le message évangélique du royaume est comme un grand banquet auquel tous sont invités (14:15-24). Les serviteurs doivent aller porter l’invitation au peuple (14:23) car tout le monde doit être invité. Mais il y a des mots forts pour nous. Nous devons prendre soin des pauvres et des malades si nous voulons recevoir le bénéfice de la résurrection (14:12-14). Et nous devons porter la croix du disciple. Cela implique de “se haïr” et de “détester” toutes choses, sauf les choses de Dieu (14:25-27). Cela semble être en contradiction avec la nécessité d’aimer notre prochain et notre famille. Mais Jésus nous donne la réponse en Luc 16:13 : “Aucun serviteur ne peut servir deux maîtres. Ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il sera dévoué à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir à la fois Dieu et l’argent.” Nous devons servir Dieu avant toute chose. Il ne suffit pas d’accorder à Dieu une valeur égale à celle des autres choses. Dieu doit être le premier maître dans notre vie. Mars

Le 23 Mars

Nombres 4 : Dans ce chapitre, nous voyons d’autres détails que le Seigneur a donnés à Moïse et Aaron concernant la façon dont le peuple et le tabernacle allaient voyager. Ils ont reçu des instructions spécifiques sur les tribus qui partiraient en premier et sur l’ordre de départ des autres tribus. Des instructions ont également été données sur la manière dont le démontage de la “tente” de la rencontre serait effectué et sur les personnes qui y participeraient. Lorsque nous pensons à la tâche consistant à déplacer des millions de personnes (y compris des enfants et des personnes âgées) et du bétail de manière ordonnée, où chacun savait ce qu’il avait à faire, nous voyons la nécessité des “détails”. Sans ces détails, il y aurait eu le chaos et la division. En lisant ce chapitre, j’ai pris des notes sur les détails spécifiques. Il est si facile de se perdre dans les détails et de ne pas y prêter attention. Lorsque de nombreuses choses sont déplacées, il est bon d’étiqueter les boîtes. Cela se faisait à l’époque de Moïse par la couleur de la couverture vue, ainsi la couverture bleue était sur l’arche, et était destinée au lieu très saint ; les autres objets étaient couverts de peaux de blaireaux et destinés au lieu saint. Il ne fait aucun doute que ceux qui enlevaient les rideaux et les planches seraient également ceux qui reconstruiraient le tabernacle à l’arrivée. Il y a bien d’autres choses à découvrir, mais la beauté de tout cela, c’est que si chaque personne agissait selon la volonté de Dieu, tout serait facile. Dieu avait tout prévu ; les matériaux, les dimensions, tout avait été fait pour que le Seigneur et Son peuple puissent voyager ensemble. C’était simple, à condition que les gens ne remettent pas en question les instructions de Dieu. Si vous pensiez que vous pouviez faire le travail mieux que quelqu’un d’autre, ou si vous vouliez vous “élever”, ou faire les choses à votre manière (en ignorant les instructions qui ne vous plaisaient pas), alors soudainement l'”église”, construite en plusieurs parties, ne s’adapte plus aussi bien, elle se brise et n’est plus une demeure convenable pour Dieu ! Cela peut se produire dans l’ecclésia, soit nous travaillons ensemble, en suivant les instructions de Dieu sur le chemin du royaume, sachant que le Seigneur sera avec nous, et nous guidera, soit nous faisons notre propre volonté ! Chercher à prendre une “place plus élevée”. Si nous avons cet esprit, nous nous sommes déjà disqualifiés aux yeux du Seigneur et cela sera également apparent pour les autres ! Restons simples (pour le bien de tous) et faisons tout selon la volonté de Dieu afin qu’Il puisse habiter parmi nous. “… Jésus-Christ lui-même est la pierre angulaire, en qui tout l’édifice, s’ajustant les uns aux autres, s’élève pour devenir un temple saint dans le Seigneur, en qui vous aussi vous êtes édifiés pour être la demeure de Dieu par l’esprit” Ephésiens 2:20-22. Proverbes 1 : Si tu connaissais un homme sage, il serait bon de t’asseoir et de l’écouter pour obtenir une compréhension et une instruction sur la façon de vivre ta vie, pour voir les choses que tu fais bien et celles où tu te trompes. Remercions le Seigneur que nous ayons accès aux paroles inspirées (de Dieu) d’un homme sage (Salomon). Ce sont des paroles qui révèlent nos cœurs (bons ou mauvais) et ce sont des paroles attentionnées, des paroles qui guident comme un parent donnerait à un enfant. Mais ce ne sont pas seulement de “bonnes” paroles, ce sont des paroles et des instructions qui, si elles sont mises en pratique, apportent sagesse et connaissance (par l’expérience), et une vie plus satisfaisante, et cela se poursuit tout au long de la vie d’une personne. Avec tant de sagesse, par où Salomon commence-t-il ? “La crainte de l’Éternel est le commencement de la connaissance” (v7). Dans ce verset, le mot “crainte” signifie un respect total et une révérence mêlés à une crainte saine de Dieu. Nous avons besoin de cela, sinon nous ne prenons pas ses paroles ou sa miséricorde au sérieux. Si nous avons la “crainte du Seigneur”, nous vivrons en conséquence, nous serons conscients de nos faiblesses et de notre besoin d’aide, nous chercherons le salut et le royaume de Dieu. Avec une crainte saine de Dieu, nous nous souviendrons que nous sommes toujours en Sa présence. Il connaît toutes nos pensées et nos actions, et pourquoi ! “Un homme sage entendra et apprendra davantage” (du Seigneur) v5. Un homme sage deviendra plus sage ! “Si l’un de vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu” Jacques 1:5. L’année dernière, un frère africain a perdu son jeune enfant, et malgré de nombreuses recherches, l’enfant n’a jamais été retrouvé. Un de ses amis lui a demandé comment il allait et comment était sa foi. Il a répondu : “J’ai prié pour la sagesse”. C’est très sage ! La chose la plus sage à faire, un homme sage qui veut devenir plus sage ! Lorsque nous nous trouvons dans une situation terrible et que nous ne pouvons pas penser rationnellement, c’est le moment idéal pour demander la sagesse et l’aide de Dieu. Mettons cela en pratique plus fréquemment, le Seigneur veut vous donner la sagesse, priez pour cela, puis écoutez et attendez. Cette sagesse de Dieu est comparée à la pensée du monde dans les versets 10-19. Nous reconnaissons immédiatement que toutes les séductions du monde sont mauvaises, comme le résume le verset 19 : “Les voies de quiconque est avide de gain… enlèvent la vie à ceux qui les possèdent”. Mon patron est un homme riche, mais il n’est pas satisfait et sa vie est dominée par l’avidité, en vérité c’est un homme pauvre. Cependant, la sagesse apporte de belles richesses qui changent la vie. “Celui qui m’écoute habitera en sécurité, il sera en sûreté, sans crainte du mal”. Une belle promesse en ces temps difficiles ! Une promesse de Dieu pour tous ceux qui écouteront et feront. LUKE 15. 3 paraboles dont le thème commun est “perdu et retrouvé”. Ces paraboles étaient pertinentes pour les gens de l’époque, et pour l’humanité d’aujourd’hui. Le chapitre commence par nous dire à qui Jésus s’adressait, il y avait deux groupes. Jésus était avec les collecteurs d’impôts et les “pécheurs”, et à part de ce groupe (certainement dans leur esprit), les Pharisiens et les enseignants de la loi. La critique des Pharisiens était que Jésus accueillait les pécheurs (sans doute avec joie !) et qu’il mangeait avec eux. Jésus raconte une parabole, celle de la brebis perdue et du berger. Il pose la question “Si tu étais un berger, que ferais-tu ?”. Certains pourraient dire qu’ils ne laisseraient pas les 99 en rase campagne, mais peut-être qu’il les avait laissées chez ses amis et voisins (v6). La brebis perdue est si précieuse pour le berger, le berger a une relation si forte avec cette brebis sans défense, qu’il fera tout ce qu’il peut pour la retrouver, et il ne se sentira jamais “complet” tant qu’il ne l’aura pas trouvée. Lorsqu’il la retrouve, il se réjouit : “Réjouissez-vous avec moi, j’ai retrouvé ma brebis perdue”. Tous ceux qui ont écouté auraient compris les actions et les sentiments du berger. Mais ensuite, Jésus élève l’histoire à un niveau de compréhension céleste (v. 7) : “Je vous le dis, de même, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent que pour 99 justes qui n’ont pas besoin de se repentir”. Le cœur des “pécheurs” a réalisé qu’ils étaient les brebis perdues et que Jésus était le berger. Le cœur des pharisiens se considérait comme des justes et voyait tous les autres avec un esprit critique, y compris Jésus, ils s’éloignaient du berger et étaient perdus ! Ils ne se rendaient pas compte de leur besoin de se repentir. Qu’en est-il de nous-mêmes dans l’ecclésia ? Accueillons-nous TOUS, pour les amener à Jésus, nous avons tous péché, nous devrions accueillir (même encourager !) TOUS à venir à Jésus. Mais nous venons à Jésus en ayant besoin d’être changés, de recevoir un nouveau cœur et un nouvel esprit, d’être inspirés à changer nos voies pour ses voies. Beaucoup sont venus à Jésus, mais tous n’ont pas été changés, l’échec n’était pas celui du Seigneur, c’était que CERTAINS NE VOULAIENT PAS ÊTRE CHANGÉS. La parabole des 2 fils et du père. Nous voyons l’esprit (les attitudes) dans les 3 personnages. Le plus jeune fils représentait les “pécheurs”. Le père représente Dieu (et sa volonté est accomplie par Jésus pour les pécheurs repentants) et le fils aîné représente les Pharisiens. Ainsi, bien que les collecteurs d’impôts et les pécheurs aient été “perdus” comme le plus jeune fils, en venant à Jésus ET en changeant de vie, ils ont été retrouvés : “Ils étaient morts, mais maintenant ils vivent, ils étaient perdus, mais maintenant ils sont retrouvés”. Les Pharisiens (le fils aîné) n’avaient pas le même esprit que le père (Dieu). v 20 -23.” Mais comme il (le plus jeune) était encore loin, son père le vit et fut rempli de compassion pour lui ; il courut vers son fils, jeta ses bras autour de lui et l’embrassa, “faisons un festin et célébrons….”. fut sa réponse ! Si les Pharisiens (et nous) n’ont pas le même esprit que Dieu, nous sommes perdus, nous sommes séparés de Dieu et nous “triment” pour le Seigneur au lieu de servir le Seigneur par amour, et nous murmurons et gémissons au lieu de nous réjouir ! La pensée du fils aîné était totalement égoïste, aucune considération pour son frère (même un déni qu’il était son frère) et aucune considération pour le père, cela me ramène à Joseph, ses frères, et la relation avec son père, on pensait que Joseph était “perdu”, mais ce sont ses frères qui étaient perdus! Mars

Le 24 Mars

Il y a essentiellement 3 sujets dans Nombres 5 qui étaient spécifiques au peuple de Dieu à l’époque de Moïse, mais ils sont de puissantes leçons spirituelles pour nous aussi maintenant. Le premier concerne l’éloignement du péché de la présence de Dieu, c’est-à-dire les lépreux (symbole du péché) et le “flux de chair” (symbole du caractère pécheur de l’être humain), il s’agit des versets 1 à 4 ; le second est le nécessaire remboursement des torts commis, plus un cinquième, versets 5 à 10, et enfin, du verset 11 à la fin, nous avons la jalousie justifiée ou injustifiée d’un mari envers sa femme. Chacun de ces exemples est une leçon pour nous maintenant. Nous confessons tous que nous sommes des disciples de Dieu, nous devons donc faire de notre mieux pour ne pas pécher et pour supprimer la tentation pour nous-mêmes. Il est clair que nous devons essayer d’être comme Dieu, donc si nous essayons d’être comme Dieu, comment pouvons-nous vouloir pécher ! Éphésiens 2, versets 1 à 10, parle de nous qui avons été rendus vivants par Dieu grâce à Jésus, donc nous devrions être morts au péché, en effet, si nous péchons, nous sommes comme morts. Nous sommes des personnes saintes et nous ne pouvons donc pas être infidèles à Dieu. Nos péchés doivent être en dehors du camp ! En d’autres termes, nous devons essayer de ne pas pécher, et encore moins planifier de pécher ! La deuxième leçon est que si nous prenons quelque chose à quelqu’un, ce qui est un péché, par exemple voler, ne pas rendre la monnaie, ou prendre quelque chose par fraude, etc, nous devons le rembourser et donner un cinquième supplémentaire de la valeur, ce qui montre le repentir. La raison pratique de cette mesure était que prendre quelque chose qui n’était pas à nous n’en valait pas la peine et qu’il ne fallait donc pas le faire. La leçon spirituelle est que nous détesterions le fait d’envisager de pécher contre quelqu’un d’autre, parce que nous aimons et respectons l’autre personne. S’il n’est pas possible de “payer” l’autre personne, nous donnons quelque chose à Dieu. Que donnons-nous donc à Dieu en paiement de nos péchés ? La troisième leçon est la considération du mari jaloux qui soupçonnait sa femme d’avoir été infidèle. En termes pratiques, il y aurait eu une “peur” des conséquences, de sorte qu’une femme ne voudrait pas être infidèle en premier lieu, ni faire quoi que ce soit qui rendrait son mari jaloux et la mettrait à l’épreuve. Pour faciliter la leçon spirituelle, nous devons considérer qu’à cette époque, le mari représentait Dieu et la femme le peuple. À notre époque, le mari représente Jésus et la femme représente l’Église (Éphésiens 5). Ainsi, Dieu et Jésus sont tous deux “jaloux” de nous, ils veulent que nous restions avec eux et nos actions sont testées. Ne faisons rien qui puisse rendre Dieu ou notre Seigneur Jésus jaloux. Dans les Proverbes, il est question de deux types de personnes qui réagissent différemment à la parole de Dieu : l’une la rejette et l’autre l’accepte et en vit. Celui qui met le péché “hors du camp” est celui qui obtient la vie, celui qui s’accroche au péché est rejeté par Dieu. Ce n’est qu’en obéissant à Dieu que nous pouvons comprendre la justice et la droiture, verset 9, ce qui renvoie au Deutéronome 32, verset 4, où nous lisons que Dieu est le rocher et que son caractère est juste et droit – c’est ainsi que nous devrions être aussi en devenant comme lui. Nous devons comprendre les voies de Dieu, c’est pourquoi nous mettons les péchés hors du camp! Le verset 12 des Proverbes est le but de Dieu qui veut nous sauver de la corruption et du mal, ainsi nous voyons clairement pourquoi Dieu veut que nous restions loin du péché. Ensuite, nous marchons avec les justes, verset 20 ; ces voies sont bonnes, mais la bonne voie est la sagesse. Dans Luc 16, nous lisons deux exemples de paraboles de Jésus. Le premier est celui du gérant astucieux qui n’a pas fait ce qu’il aurait dû faire et qui s’est contenté de plaire à ses compagnons pour qu’ils le “récompensent”, nous devrions toujours vouloir plaire à notre maître. L’autre est celui de l’homme riche et de Lazare qui nous enseigne à utiliser l’opportunité maintenant pour plaire à Dieu et aussi à Jésus. Le verset 10 met la leçon en perspective, c’est-à-dire que si nous sommes injustes dans une petite chose, nous serons injustes dans beaucoup, donc on ne nous fait pas confiance ; d’un autre côté, si nous sommes fidèles dans une petite chose, nous serons fidèles dans beaucoup ! Nous devons donc utiliser ce qui nous a été donné de la meilleure façon possible. Il est clair que cette parabole ne porte pas sur les richesses, comme en témoigne la réaction des Pharisiens (verset 14). La parabole de l’homme riche et de Lazare porte sur la nécessité de faire le meilleur usage possible du temps présent, car le jugement arrive. L’homme riche a eu de nombreuses occasions d’aider, mais il a choisi de ne pas le faire et il a perdu son occasion, il n’a pas mis ses péchés hors du camp et n’a pas appris la sagesse de Dieu. Il a agi de manière infidèle. Ces paraboles nous donnent de grandes leçons spirituelles et nous permettent de marcher avec Dieu et Jésus. Le point central de chacune des lectures d’aujourd’hui est que vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’homme (ou l’argent), verset 13, c’est l’un ou l’autre. C’est une autre raison pour laquelle Dieu a dit de mettre les péchés en dehors du camp, en d’autres termes, les voies de l’homme sont en dehors parce qu’elles ne mènent pas à la vie. Nous avons une merveilleuse opportunité d’avoir la vie, alors saisissons les opportunités maintenant pour plaire à notre maître. Mars

Le 25 Mars

Le vœu de naziréat dans Nombres 6 est détaillé et très normatif, il devait donc être pris au sérieux. Bien qu’il s’agisse d’un vœu volontaire, il n’en demeure pas moins que c’est une affaire sérieuse. La femme ou l’homme qui faisait un vœu de séparation était lié à ce vœu par Dieu et même s’il était contaminé par un cadavre, c’est-à-dire si quelqu’un mourait soudainement pendant qu’il était là, il était considéré comme ayant péché en étant contaminé (verset 11). Dans ce cas, ils devaient recommencer, verset 12. La période du vœu était un engagement important pour les personnes qui s’y engageaient (versets 1-4). Lorsqu’ils terminaient leur vœu, ils devaient faire certaines offrandes, curieusement toutes similaires à celles offertes par les prêtres, versets 13-21. Tous ceux d’entre nous qui ont été baptisés ont fait des vœux lorsqu’ils se sont engagés à suivre Jésus et aussi Dieu. Ceux d’entre nous qui sont mariés se sont engagés devant Dieu à rester fidèles à leur partenaire. Nos “vœux” doivent donc également être pris au sérieux. Nous pouvons aussi vouloir faire des vœux supplémentaires pour remercier Dieu pour une chose spécifique, par exemple, mais avant de le faire, nous devons nous assurer que nous sommes sérieux, car Dieu nous y obligera. Nous ne nous engageons évidemment pas dans les mêmes actions physiques que ceux qui faisaient des vœux au temps de Moïse, mais notre attitude doit être la même. La dernière bénédiction de ce chapitre est merveilleuse et s’applique à ceux qui sont engagés et sérieux, versets 22-27. Il est intéressant de noter que dans Luc 1, Zacharie devait prononcer ces paroles pour bénir le peuple à sa sortie du temple, mais il n’a pas pu le faire parce qu’il ne pouvait pas parler à cause d’un manque de foi. Le chapitre 3 des Proverbes parle de la sagesse. Le chapitre commence par nous rappeler de nous souvenir des enseignements et des voies de Dieu et d’y obéir, versets 1-4. Nous ne devons pas nous fier à notre propre compréhension. Nous sommes censés être si déterminés à savoir ce que Dieu veut que nous fassions que sa “parole est dans nos cœurs”, c’est-à-dire que nous devons lire et apprendre ses voies chaque jour. C’est ainsi que nous trouvons grâce auprès de Dieu, verset 4, et que nous obtenons ensuite de l’aide, verset 5. Si nous le reconnaissons, il nous conduira, verset 6, comme il est dit dans la bénédiction par Moïse. Le problème que nous avons tous, c’est que si nous suivons nos propres pensées et idées humaines, nous nous égarerons et nous nous éloignerons de Dieu, c’est pourquoi nous devons toujours prendre les choses de Dieu au sérieux. Dieu fera ce qu’il peut pour nous réorienter lorsque nous ne le suivons pas, verset 11, et nous sommes heureux si nous appliquons sa sagesse à nos vies, verset 13. Les grands avantages de la sagesse de Dieu sont bien meilleurs que tout le reste, même les rubis, l’argent et l’or, versets 14-15. Les versets 16-18 nous rappellent que la sagesse de Dieu nous apporte la vie et que c’est ce que nous devons rechercher. La sagesse apporte l’avantage que Dieu ne permettra pas que nous tombions, à condition que nous fassions de notre mieux pour être des disciples de Dieu. C’est cela, la sagesse. Les sages acceptent que les voies de Dieu sont justes, les sages visent le royaume et essaient de ne pas se laisser distraire par les voies humaines, car elles ne peuvent pas sauver. Il est sage de se rappeler que Dieu s’intéresse à la terre, c’est là que son amour est centré et c’est là que nous devrions aussi nous concentrer, versets 19-20. Dieu et Jésus savent tous deux que nous échouerons et que nous pécherons, mais il y a des conséquences pour ceux qui poussent les autres à pécher (Luc 17, versets 1-5). Il vaut mieux, dit Jésus, que celui qui fait pécher les autres soit jeté à la mer avec un poids autour du cou, autrement dit, il vaut mieux que cette personne soit morte ! C’est dire à quel point il est grave de ne pas respecter Dieu ou de faire pécher les autres. Cependant, Dieu est indulgent, et nous devrions l’être aussi, lorsque quelqu’un qui a péché contre nous se repent. La foi est importante, les disciples ont demandé à Jésus de l’augmenter, verset 5, et Jésus a utilisé la guérison des lépreux pour démontrer la foi d’un individu, verset 19. Cet homme était l’une des dix personnes qui ont demandé à Jésus de les guérir, tous avaient la foi, mais lui seul a vraiment compris et accepté Dieu et Jésus, car lui seul est revenu pour reconnaître sa guérison et remercier Jésus (versets 15-18). Seul cet homme avait commencé à comprendre les choses de Dieu.    La façon dont Jésus répond aux Pharisiens semble nous aider à comprendre ce qui se passe, versets 20-21. Jésus disait en effet qu’il était le Roi et que s’il y avait un Roi, alors il devait y avoir un Royaume… Il était au milieu du groupe de personnes auxquelles il parlait, ce qui lui permettait de dire que le Royaume de Dieu est parmi vous. Si nous voulons être dans le royaume physique quand Jésus reviendra, nous devons essayer de vivre les choses du royaume dans nos vies maintenant. Beaucoup attendent le retour de Jésus et c’est ce que Jésus suggère aux versets 22-24. Il n’y aura aucun doute sur le retour physique de Jésus, il sera évident pour tous ceux qui le cherchent. Malheureusement, Jésus a d’abord dû souffrir pour que cela se produise : il a souffert la mort, puis la résurrection… pour nous. Il se peut que nous ayons à souffrir aussi dans l’attente du retour de Jésus et nous en avons des indications dans les similitudes avec les époques de Noé et de Lot, versets 26-31. A la fin, le jugement est venu, mais si nous sommes fidèles et sages et que nous regardons vers le Royaume, nous ne regarderons pas en arrière avec regret. Mars

Le 26 Mars

Le tabernacle était donc achevé exactement selon le plan de Dieu et il devait maintenant être consacré à Dieu…. nous lisons cela dans Nombres 7 versets 1-2. Tout le peuple avait contribué à sa construction et il devait maintenant contribuer au transport de tout, versets 3-8. Notez au verset 9 que l’arche et les autres objets devaient être transportés par des personnes plutôt que par des charrettes, il était important que les instructions de Dieu soient suivies. Toutes les tribus ont eu la même occasion de donner et toutes ont donné la même chose à ce moment de la dédicace. Chaque représentant désigné apportait les offrandes, versets 10-11, dont les détails sont répétés 13 fois pour chacune des 12 tribus, une tribu par jour. Les mots pour Juda sont les mêmes pour les 11 autres, versets 12-17. Tous étaient un engagement, tous coûtaient et tous étaient les meilleurs. C’est ainsi que nous devrions réagir lorsque nous faisons des choses pour Dieu, nous devrions faire et donner le meilleur de nous-mêmes et aussi être unis dans notre façon de mener nos activités. À la fin des 12 jours, beaucoup de choses avaient été faites et consacrées à Dieu – c’est une grande chose pour nous de travailler ensemble, chacun apportant sa contribution. Le tabernacle lui-même était une contribution et maintenant la dédicace l’était. Le résumé des éléments se trouve aux versets 84 à 88. Dieu était manifestement satisfait de la dédicace et du résultat final, car nous lisons qu’il a parlé à Moïse, au verset 89, ce message se trouve dans le chapitre de demain. La leçon que nous avons pour aujourd’hui est celle de l’unité, de l’égalité et de l’engagement.    Proverbes 4 continue avec l’importance de la sagesse et d’en faire notre priorité. Nous devons aimer la sagesse et notre récompense est une aide, versets 1-9. Il n’y a pas d’autre moyen d’obtenir de l’aide pour la vie que Dieu nous a promise que d’aimer sa sagesse, versets 10-13. Cet amour que nous devons manifester ne consiste pas à “marcher avec les méchants”, versets 14-17, car ils n’ont pas le chemin de l’espoir, et malheureusement, si nous marchons avec eux, nous finirons comme eux. En revanche, les justes sont dans la lumière, c’est un message répété de la Bible, et ceux qui marchent dans la lumière ont un avenir dans le royaume. Le message est donc de continuer à écouter Dieu et de mettre en pratique ce qu’il enseigne, versets 20-27 – c’est ce que chacune des tribus a fait dans notre lecture des Nombres et c’est ce que chacun de nous devrait faire en marchant vers le royaume. Les paraboles de Jésus dans Luc 18 nous aident à tirer d’autres leçons sur la manière de rester fidèle à Dieu. Tout d’abord, nous devons continuer à prier, tout comme la dame a continué à demander justice, verset 1 à 8. Non pas que Dieu ressemble à un juge injuste, mais il donne ce qui est juste pour son peuple. Le message est de continuer à prier. Ensuite, nous devons rester humbles ; l’orgueil ne nous fera pas entrer dans le royaume, et nos prières ne seront pas écoutées si nous sommes fiers, versets 9-14. Jésus dit clairement que si nous ne devenons pas comme des petits enfants, nous n’entrerons pas dans le royaume, verset 17, nous devons être humbles et obéir. Nous devons également refléter Dieu dans nos relations avec les autres, comme le montre le message suivant, versets 18-21. Malheureusement, cet homme était malheureux parce qu’il avait confiance en sa richesse (verset 23). Jésus fait remarquer qu’il est difficile pour ceux qui se confient dans les richesses d’entrer dans le royaume, verset 24-30, et il souligne que le fait de le suivre, lui et son père, a un coût. Tout comme pour les Israélites, il nous en coûte de nous engager, mais les récompenses du royaume sont inégalables. Jésus a démontré le prix à payer en donnant sa vie pour nous, versets 31-34, bien qu’à l’époque les disciples n’aient pas compris. Le coût peut prendre de nombreuses formes, mais quelle que soit sa forme, il exige un engagement de notre part à tous. L’aveugle, à la fin du chapitre, voulait voir et Jésus lui a donné cette capacité (verset 42). Nous aussi, nous devrions prier pour pouvoir voir les choses de Dieu et devenir sage. Mars

Le 27 Mars

Les évangiles nous présentent une image de notre Seigneur Jésus constamment en mouvement, voyageant entre les 2 principaux centres de sa mission – Jérusalem au sud, et la Galilée au nord. Nous savons également qu’à une occasion au moins, il est allé encore plus au nord, à Tyr et Sidon, et à Césarée de Philippe. Mais la majorité de ses voyages se sont déroulés entre Jérusalem et la Galilée. Mais derrière ces voyages physiques dans la géographie se trouve le but principal de tout son ministère – donner sa vie pour racheter les pécheurs des conséquences dévastatrices de leurs péchés – la mort éternelle et leur éloignement de la communion avec le Seigneur leur Dieu. Et à travers toute sa vie de conscience de sa mission, il y avait la réalisation que sa vie serait un voyage – pas un voyage géographique, mais un voyage du but de sa vie, vers les horreurs de Golgotha, et les gloires du matin de la résurrection. Et notre Seigneur savait que chaque voyage géographique qu’il faisait vers Jérusalem le rapprochait du moment terrible où il ferait ce voyage pour la dernière fois, pour se livrer aux mains d’hommes mauvais qui lui ôteraient la vie d’une manière si douloureuse et dégradante. Et c’est l’évangile de Luc qui porte à notre attention la réalité de ce dernier voyage. 9:51-13:22 (:33 )-17:11-18 :31-19:28,41. Ce premier passage nous ramène à des paroles prophétiques sur notre Seigneur enregistrées par Esaïe – ch 50 – l’un des 4 chants du serviteur d’Esaïe. Nous y trouvons la base de la détermination de notre Seigneur face à l’épreuve qui l’attendait – sa communion étroite et quotidienne avec son Père qui l’a enseigné à travers sa vie de prière et de méditation régulière. Lorsque notre Seigneur Jésus lisait les Écritures (l’Ancien Testament), il lui était révélé que certains passages – comme celui-ci – le concernaient. Il connaissait à l’avance le plan de sa vie, son destin comme serviteur du Seigneur qui devait renoncer à sa vie pour que le péché et la mort soient vaincus. Nous savons qu’il y a des occasions où notre Seigneur a fait des voyages spécifiques pour rencontrer des individus particuliers. L’exemple le plus évident est celui de la femme de Samarie. La femme syro-phénicienne pourrait bien être un autre exemple. Et je voudrais vous suggérer que la visite du Seigneur à Jéricho dans la lecture d’aujourd’hui en est un autre. L’évangile de Luc se concentre sur les groupes défavorisés de la société juive ; il parle des femmes plus que n’importe quel autre évangéliste ; il fait également référence aux publicains et aux pécheurs plus souvent que les autres, souvent dans le même souffle (5,30 ; 15,1). Les publicains étaient un groupe de personnes détestées par les Juifs, en raison de leurs liens avec la puissance occupante romaine. La façon dont les Romains prélevaient les impôts des Juifs consistait à vendre le droit de collecter les différents impôts dans une zone géographique définie à des “publicains”, qui extorquaient ensuite l’argent des gens du peuple et y ajoutaient une majoration considérable pour eux-mêmes. C’était une recette pour faire ressortir le pire de la nature humaine. Et dans Luc 19, nous avons un homme appelé Zachée, qui était non seulement un publicain, mais pire encore, il était un chef publicain – quelqu’un qui avait d’autres collecteurs d’impôts sous ses ordres. Il ne fait aucun doute que nous sommes censés conclure que c’était un homme riche à cause de sa profession détestée. Pourquoi est-ce que je suggère que Jésus est allé à Jéricho pour trouver cet homme ? – A cause du chapitre 18 et de la parabole. Les 2 hommes décrits dans la parabole sont tellement exagérés dans leurs actions que la parabole ne peut être basée que sur 2 individus réels que le Seigneur avait observé à un moment donné lors d’une de ses visites au temple de Jérusalem. Je crois que le Seigneur est allé à Jéricho exprès pour chercher Zachée. Les détails de l’histoire sont merveilleux. Nous pouvons facilement imaginer la foule de Jéricho faire tout son possible pour empêcher Zachée de s’approcher de Jésus, en exploitant le seul avantage qu’ils avaient sur lui : sa manque de taille ! Il doit donc faire preuve d’inventivité et d’ingéniosité : il grimpe à un arbre. Et Jésus passe en dessous. L’arbre était un sycomore – ou plus précisément un figuier d’Égypte. Jésus lève les yeux, et voit un fruit prêt à être cueilli – un homme prêt à renoncer à sa vie d’exploitation. Le publicain, dans sa prière, avait demandé la miséricorde – et maintenant Jésus va confirmer à cet homme qu’il peut être réhabilité. Il s’invite dans la maison de Zachée – il ” doit ” venir – tout comme Jésus ” doit ” passer par la Samarie en Jean 4, même s’il n’était pas géographiquement nécessaire qu’il prenne cette route particulière. Le langage de l’événement continue de frapper avec force – le salut est venu à la maison. Ce qui est arrivé à la maison, c’est le Seigneur Jésus – l’incarnation même du ” salut de Dieu “, dont Luc a déjà montré qu’il était un ” leitmotiv ” de son évangile (2,30 ; 3,6). Le récit ne parle pas d’une personne qui, sur un coup de tête, a décidé de grimper à un arbre et qui s’est convertie instantanément. Il est bien plus facile d’y voir le récit d’un homme qui avait déjà conclu que son mode de vie antérieur était insoutenable, et qui cherchait un moyen de se lancer dans une nouvelle vie. Il était une brebis égarée, et le bon berger est parti à sa recherche. Ayant accompli cette mission particulière, le Seigneur continuera son voyage vers Jérusalem (v28), sans doute encouragé par le succès de l’histoire de Zachée. Mais il aura aussi le cœur lourd en sachant que sa mission d’amour et de grâce allait être cruellement et brutalement rejetée par les chefs juifs. Notre Seigneur ressent cette tristesse en son nom propre, associée à la peur bien réelle du traitement inhumain qu’il va bientôt subir. Mais il devait également ressentir cette tristesse au nom de ces brebis sans berger qui se réjouissaient maintenant parce qu’elles pensaient que la perspective de leur délivrance de Rome était imminente, mais qui, en quelques jours seulement, réclameraient le sang de leur roi. Nous devons considérer notre Seigneur comme la même combinaison d’émotions opposées que nous avons nous-mêmes – capable d’une grande euphorie et d’une profonde tristesse. Et alors qu’il s’approche de Jérusalem pour la dernière fois dans ce voyage d’objectifs que Luc a tracé pour nous, nous le voyons verser des larmes – consumé par la tristesse de ce que la ville va éprouver à cause de leur rejet de lui (v41-). Et à peine 40 ans plus tard, la ville a en effet terriblement souffert aux mains des Romains qui l’ont effectivement détruite et ont violemment mis fin à leur système de culte basé sur le Temple. Des centaines de milliers de personnes périrent, et un nombre tout aussi important fut vendu comme esclave à travers le monde méditerranéen. Mais même jusqu’à la fin, bien que le Seigneur ait su ce qui l’attendait sous la forme d’une arrestation injuste, de procès illégaux et d’une exécution brutale par crucifixion, il a continué à tendre la main aux gens, comme nous le montrent les derniers versets de ce chapitre. L’ombre de la croix a plané devant notre Seigneur tout au long de sa vie consciente, et nous ne devons jamais minimiser les agonies que notre Seigneur a endurées ; il n’était pas une sorte de personnage surhumain. Ses souffrances et sa douleur étaient bien réelles, et son triomphe sur elles n’était jamais inévitable. Mais nous pouvons nous inspirer de ce qui a soutenu notre Seigneur à travers toutes ces terribles expériences – c’était “la joie qui était devant lui” (He 12, 1-2) – la joie de monter vers la présence de son Père, la joie de la victoire sur le péché et la mort, la joie de partager cette victoire avec ses frères et sœurs. Et nous confirmons que nous voulons participer à cette victoire en partageant ensemble maintenant le pain et le vin, exprimant notre gratitude personnelle et communautaire pour que notre Seigneur ait fait ce voyage à Jérusalem afin que nous puissions avoir devant nos yeux cette merveilleuse perspective décrite plus tôt dans Luc par notre Seigneur – 12:32. Mars

Le 28 Mars

Nombres 10 est le moment où les Israélites quittent le mont Sinaï, où ils se trouvaient depuis leur sortie d’Égypte. Ils ont été instruits par Dieu et ont préparé tous les éléments dont ils ont besoin pour être une nation pieuse, ce qui a pris 2 ans, 2 mois et 20 jours, versets 11-13. Comme Dieu l’avait dit, lorsque la nuée s’est levée au-dessus du tabernacle, il était temps de partir. Auparavant, Dieu avait également déclenché le signal des deux trompettes, versets 1-7. Ainsi, lorsque la nuée s’est levée, les sacrificateurs ont également soufflé dans les trompettes (verset 8) – cela devait être un modèle pour les générations suivantes. C’était un rappel que Dieu serait avec eux quand ils affronteraient n’importe quel ennemi, verset 9, c’était aussi un moment pour se souvenir de leurs réjouissances et de leurs louanges, verset 10. Nous avons tous besoin de rappels des choses que Dieu fait pour nous afin de nous rappeler de toujours faire appel à lui, que ce soit pour de l’aide ou pour des louanges – les Israélites ont utilisé les trompettes, Dieu nous a donné la Bible, le service de la fraction du pain, les uns les autres et des choses naturelles comme la nature et les choses qui nous entourent – nous devrions donc utiliser ces rappels pour nous souvenir de Dieu. Nous en avons discuté précédemment lorsque Dieu a donné à Moïse l’ordre du camp et l’ordre de départ et de retour au camp, et ici, aux versets 14-28, nous voyons que cela est mis en pratique. Pour que cela fonctionne, il fallait que tout soit en ordre, comme Dieu l’avait demandé, que chaque tribu soit en ordre, que le tabernacle soit au milieu, que l’arche ouvre la voie et que la dernière tribu soit la dernière – tout était clair, tout était ordonné, tout était juste. C’était juste parce que Dieu a donné les exigences – parfois nous ne voyons pas toujours la raison de faire les choses dans un ordre particulier, mais c’est donné par Dieu et c’est donc juste. Le peuple s’est donc mis en route (versets 33-34), dans la foi, il a avancé, parce que Dieu avait dit qu’il devait le faire et Moïse a prononcé les paroles appropriées pour qu’il avance (verset 35). De même, nous devons prier pour que nos “ennemis” soient dispersés et que nos “adversaires” fuient devant lui – ces “ennemis” et “adversaires” peuvent souvent représenter nos péchés et nos tentations, et nous devons donc toujours prier pour cela. Et lorsque les Israélites et nous nous reposons, nous prions pour que Dieu reste avec nous, verset 36. Les Israélites étaient humbles lorsqu’ils suivaient Dieu et c’est ce que Dieu demande toujours à ses enfants. Dans Proverbes 6, nous voyons la liste des 7 choses que Dieu hait et déteste, verset 16-19. La liste est intéressante ; il déteste “les yeux hautains”, c’est-à-dire l’arrogance et l’orgueil ; “les langues mensongères”, c’est-à-dire les mensonges ; “les mains qui versent le sang innocent”, c’est-à-dire les personnes qui prennent l’œuvre de Dieu dans leurs propres mains ; “le cœur qui conçoit de mauvais plans”, c’est-à-dire la corruption ; “des pieds prompts à se précipiter dans le mal”, c’est-à-dire qui ne suivent pas les principes divins ; “un faux témoin”, c’est-à-dire qui ne défend pas la vérité ; “un homme qui sème la discorde entre les frères”, c’est-à-dire quelqu’un qui fait des commérages, complote et invente ou exagère des histoires – toutes ces choses que Dieu déteste. Chacun d’entre nous devrait regarder cette liste et se demander si nous sommes impliqués dans quelque chose de ce genre et se rappeler que Dieu “déteste” ces choses ! Ce proverbe est la suite des conseils d’un père pieux à son fils, conseils dont nous devrions tous tirer des leçons. Il s’agit notamment de faire attention à la manière dont nous nous impliquons avec notre voisin, verset 1-5, car il n’est peut-être pas pieux, il essaie peut-être de vous piéger, il ne pense peut-être pas à Dieu en premier. Le principe scripturaire est de travailler, et nous sommes invités ici à penser à la fourmi, versets 6-11 – nous avons tous des responsabilités et nous devons tous faire un pas dans la foi, tout comme les enfants d’Israël l’ont fait lorsqu’ils sont partis. Ne vous mêlez pas au “vaurien et au scélérat”, versets 12-15, le désastre les atteindra, et nous aussi, si nous sommes impliqués ! Ce sont tous des avertissements pour nous, et si nous sommes engagés envers Dieu comme nous devrions l’être, c’est-à-dire si nous ne nous impliquons que dans des choses pieuses, si nous travaillons pour Dieu en toutes choses et si nous évitons le vaurien et le bandit, alors nous pourrons nous reposer en Dieu ! L’avertissement contre l’adultère, versets 20-35, a clairement des avantages pratiques, mais l’enseignement évident est que nous ne devons pas être impliqués dans de telles choses. Si nous obéissons aux choses pieuses qui nous sont enseignées, alors nous éviterons les tentations, verset 20-23. C’est certainement vrai sur le plan pratique, mais c’est tout aussi vrai sur le plan spirituel. Nous devons connaître et nous souvenir des enseignements de Dieu, et nous devons utiliser ses enseignements pour éclairer notre “chemin”. Tout comme un homme peut “convoiter la beauté d’une femme immorale”, verset 24-25, nous pouvons tous “convoiter” des choses qui ne sont pas pieuses – cet enseignement “homme/femme” est souvent utilisé dans la Bible par Dieu pour montrer comment ses enfants “convoitent” des choses impies et se détournent de lui. Tout comme l’homme qui a commis l’adultère, nous connaissons tous de grandes difficultés lorsque nous nous détournons de Dieu, verset 26-29, et si nous ne faisons pas ce que Dieu veut que nous fassions, nous souffrirons d’une manière ou d’une autre ! Il est clair dans la Bible qu’il n’y a pas de catégories de péchés, c’est-à-dire qu’il n’y en a pas de plus grands que d’autres, mais les versets 30-35 nous font penser aux différences entre le vol pour nourrir sa famille et l’adultère : voler pour nourrir sa famille est clairement mal (en fait, vous devez rembourser 7 fois !), mais humainement parlant, il y a une raison justifiable pour cela, mais même avec la pensée humaine, il n’y a pas de raison logique de commettre l’adultère, les conséquences sont simplement trop dangereuses. Nous pensons donc à ignorer les enseignements de Dieu et comme pour l’adultère, les conséquences sont également trop dangereuses ! Malheureusement, dans Luc 20, les chefs des prêtres, leurs espions et les sadducéens étaient clairement arrogants et fiers, ils n’avaient aucune considération pour les enseignements de Dieu, et même s’ils semblaient avoir une forme de piété, ils ne connaissaient clairement pas les enseignements de Dieu et ont donc rejeté Jésus. Ils ont cherché des moyens de le tuer, chapitre 19 verset 47 et chapitre 20 verset 19, ils ont essayé de le piéger, verset 2 et 20, mais chaque fois, Jésus a vu leur cœur doublement intelligent et a répondu de manière appropriée. Jésus a averti le peuple de se méfier de ces maîtres arrogants, verset 46-47, tout comme Dieu l’avait dit dans les Proverbes, et c’est pourquoi Jésus l’a rappelé au peuple. La parabole des métayers, versets 9-18, nous rappelle combien de fois Dieu (le propriétaire) a essayé de ramener son peuple à lui, en envoyant finalement son propre fils (c’est-à-dire Jésus), mais à chaque fois, ces maîtres arrogants ont rejeté les tentatives de Dieu. Ce qui est vraiment triste, c’est que les prêtres savaient que Jésus racontait cette parabole à leur sujet (verset 19), mais ils étaient trop arrogants et fiers pour accepter qu’ils avaient tort et pour s’humilier. Ne soyons pas comme eux ! Dans sa réponse aux sadducéens, Jésus dit des choses merveilleuses sur la résurrection lorsqu’il reviendra, verset 34-38 – il nous rappelle que Dieu est le Dieu des vivants, et que nous avons donc un espoir merveilleux dans la résurrection si nous restons fidèles ! Mars

Le 29 Mars

Nombres 11 est un désastre pour Israël.    La raison de ce désastre est donnée à la fin du chapitre précédent.    C’était leur premier voyage depuis un an et ils avaient voyagé pendant trois jours et trois nuits sans interruption depuis le Mont Sinaï (Nombres 10:33).    Pendant cette période, ils avaient subi des épreuves et s’étaient plaints (11:1).    C’était le début de leurs plaintes contre Dieu, qui n’ont cessé de se répéter pendant tout le voyage dans le désert.    Ils se sont ensuite plaints de la manne (11:4-6), si bien que chaque famille s’est plainte dans sa tente (11:10).    Dieu leur a donné de la viande, mais il leur a aussi donné une plaie.    Ce n’est pas une lecture agréable.    L’apôtre Paul nous avertit : “Ne vous plaignez pas” (1 Corinthiens 10:10).    Sommes-nous aussi comme cela lorsque la vie devient difficile ?    Il faut de la foi pour accepter les difficultés et continuer à avancer sans se plaindre.    Le voyage que nous entreprenons nous mènera à la terre promise.    Ne nous plaignons pas de ce voyage.    Nous devons nous attendre à des difficultés.    Philippiens 2:14-16 dit : “Faites tout sans vous plaindre ni vous disputer… en quoi vous brillez comme des étoiles dans l’univers.”    Nous pouvons montrer que nous sommes différents de ceux qui nous entourent en ne nous plaignant pas.    Nombres 11 nous raconte l’impact que les plaintes ont eu sur Moïse.    C’était si grave qu’il voulait mourir (11:15).    En réponse à cela, Dieu a donné à 70 anciens une partie du Saint-Esprit de Moïse, afin que 70 anciens puissent aider à l’administration du peuple.    Il est probable que c’est de là que vient le conseil supérieur juif appelé le Sanhédrin.    Le peuple a besoin de sages anciens pour l’aider à comprendre la volonté de Dieu et à accepter le voyage dans lequel Dieu nous a mis.    Nous pouvons aider les autres à porter leur fardeau et à vivre sans se plaindre. La sagesse est ce que nous trouvons dans Proverbes 7.    C’est la sagesse que l’on trouve dans les commandements de Dieu.    Nous devons les avoir sous les yeux en permanence pour nous rappeler de les respecter (verset 2).    Lorsque nous voyons des choses, cela devrait nous aider à garder le bon chemin.    Si nous voyons quelqu’un qui veut nous entraîner dans l’immoralité sexuelle, les commandements nous rappelleront de ne pas le faire.    Nous devons les avoir sur nos doigts, afin de voir les commandements lorsque nous faisons quoi que ce soit (verset 3).    En fait, mieux vaut les avoir devant nos yeux ou sur nos mains que de les avoir dans notre cœur (verset 3).    Ils sont alors toujours avec nous pour nous garder dans le droit chemin.    Comme il est dit dans le Psaume 119:11, “J’ai caché ta parole dans mon cœur pour ne pas pécher contre toi.”    C’est ce qu’Israël devait faire après avoir reçu les commandements sur le mont Sinaï. C’est Jésus qui a gardé les paroles de Dieu dans son cœur afin de ne pas pécher.    C’est Jésus qui a été tenté dans le désert et qui a résisté avec l’aide de la parole de Dieu.    C’est Jésus qui ne s’est pas plaint.    Il ne s’est jamais plaint en disant : “Pourquoi moi ?”.    Il savait que la croix précède toujours la couronne.    Jésus a prédit que son peuple allait souffrir (Luc 21:12-16).    Mais en “tenant ferme, vous gagnerez la vie” (Luc 21:19).    Même si les tentations sont comme celles des Proverbes – les tentations et les problèmes de cette vie (verset 34) – nous devons tenir bon.    Jésus nous donne le conseil suivant : “Soyez toujours sur vos gardes” (verset 36), car nous serons confrontés aux tentations et au mal.    Nous devons rester fermes dans notre foi, afin de pouvoir nous tenir devant Jésus quand il viendra (verset 36).    Tirons les leçons des erreurs d’Israël et des conseils de Jésus et veillons à rester fermes dans la foi. Mars

Le 30 Mars

Nombres 12-13 : Les relations avec le Seigneur. Au chapitre 12, nous voyons Miriam et Aaron parler contre Moïse. Au début, nous supposons qu’ils parlaient à Moïse, mais il est plus probable qu’ils partageaient leurs plaintes avec d’autres personnes dans le camp, et c’est pourquoi le Seigneur a agi soudainement. Nous ne connaissons pas les raisons exactes de leurs plaintes, mais nous savons qu’elles étaient liées d’une manière ou d’une autre au fait que Moïse était marié à une femme éthiopienne ou cushite. Et cela était lié à la dévalorisation de Moïse à leurs yeux et au fait qu’ils cherchaient à être plus élevés parmi le peuple. La jalousie, la rancune et l’inquiétude quant à la façon dont nous apparaissons aux yeux des hommes (l’orgueil) sont des “péchés” courants, tous trois nous amenant à nous “séparer” du Seigneur. Le jugement du Seigneur était juste. Miriam, qui s’est plainte de Moïse, cherchait à s’élever devant le peuple, au lieu de cela, le Seigneur l’a humiliée devant le peuple et l’a chassée du camp pendant 7 jours, peut-être que la “lèpre” était une image de la façon dont Dieu la voyait, et nous devrions nous en souvenir chaque fois que nous voyons de l’orgueil en nous-mêmes et que nous nous demandons “que voit Dieu ?” ! Les 7 jours d’isolement étaient une punition positive, ils donnaient à Miriam le temps de reconnaître sa vraie personnalité et de retourner au camp, une femme changée, toujours consciente du pardon et de la miséricorde de Dieu. Si nous avons une bonne relation avec Dieu, nous voulons naturellement le servir, le plus grand exemple en étant Jésus. Les espions du chapitre 13 ont également révélé leur relation avec le Seigneur. Le Seigneur les avait sauvés d’Égypte (accomplissant ainsi une promesse qui leur avait été faite avant la naissance d’aucun d’entre eux, voir Gn 15,14). Dieu les avait nourris, abreuvés et conduits dans le désert, en fait, il avait tout fait pour les préparer à la terre promise (Gn 15, 18-21). Le peuple aurait dû comprendre que la parole et la volonté de Dieu étaient qu’ils partagent leur vie avec Lui et se rappeler que, quels que soient les problèmes auxquels ils étaient confrontés, le Seigneur était avec eux, et que tous les problèmes pouvaient être affrontés ensemble. Caleb et Josué avaient une bonne relation avec le Seigneur et pouvaient donc dire “Le Seigneur est avec nous… ne les craignez pas” Numb 14:9. Les dix espions n’avaient pas le même esprit, car leur relation avec le Seigneur était sans amour, sans confiance et sans humilité. Ils étaient séparés du Seigneur. Ils étaient pleins de peur, croyant que leurs ennemis étaient plus puissants qu’eux, ils n’avaient pas appris à faire confiance au Seigneur et à avoir foi en ses promesses. L’avons-nous appris ? Si nous l’avons fait, nous n’avons rien à craindre. Proverbes 8-9 : Qui écoutons-nous ? En tant que chrétiens, nous avons entendu les paroles et les manières du monde et nous avons entendu (heureusement) les paroles et les manières du Seigneur. Nous savons quelles sont les bonnes voies, nous avons entendu la sagesse, mais écoutons-nous ? “Heureux l’homme qui m’écoute… car celui qui me trouve trouve la vie et obtient la faveur du Seigneur. Mais celui qui pèche contre moi fait tort à son âme ; tous ceux qui me haïssent aiment la mort” Prov 8:34-36. La sagesse n’est pas seulement sur une page, ce n’est pas seulement quelque chose avec lequel on est d’accord, ce sont des mots d’instruction et de conseils pour le voyage vers la vie éternelle, disponibles chaque jour, dans chaque situation. Si nous ne sommes pas sûrs de ce que nous devons faire, une chose sage à faire serait de prier pour la sagesse de Dieu plutôt que pour la prétendue “sagesse” du monde ! Très souvent, cela apporte des réponses inattendues, mais c’est parce que nous ne réalisons pas toujours ce dont nous avons réellement besoin dans le cadre du plan de salut de Dieu. Il n’y a personne de plus sage que Dieu, il connaît toutes choses, nous pouvons avoir confiance en lui et en sa volonté pour nous, nous ne pouvons pas avoir confiance dans le monde ou même en nous-mêmes, alors écoutons-le continuellement et marchons avec lui. Luc 22 : Des larmes ? Les quatre évangiles relatent le “dernier repas”. Chaque écrivain se souvient de ce qui s’est passé lors de ce repas avec Jésus, et je suis sûr que les 4 écrivains pleuraient en écrivant. Il y avait de nombreuses raisons de pleurer. Versets 1 à 6 : Le contraste entre Jésus et les chefs des prêtres, les scribes et Judas. Il voulait les sauver, mais ils voulaient le tuer et l’humilier. Judas a choisi d’avoir de l’argent au lieu de l’amour de Jésus. Les chefs des prêtres craignaient de perdre leur position d’autorité dans une société méchante. Pour eux, il n’était pas question de bien ou de mal, c’était eux ou Jésus ! Jésus a choisi de mourir, le juste pour les injustes. Versets 7-18 : Jésus a demandé à Pierre et à Jean d’aller préparer un endroit pour le “dernier repas”. Ils se sont vite rendu compte que tout avait déjà été préparé par Jésus, et que ces préparatifs avaient été faits parce qu’il avait “ardemment désiré manger cette Pâque avec vous avant de souffrir”. Quelle humilité d’être l’un des élus pour partager ce repas de communion et de réaliser que Jésus avait un désir ardent de partager ce temps précieux avec eux, même s’il savait qu’ils allaient tous rapidement le laisser tomber ! Versets 19-20 : Les paroles du Seigneur : ” Mon corps, qui est donné POUR VOUS ” et ” Mon sang, qui est versé POUR VOUS”. Les disciples auraient versé des larmes en se rappelant ces mots. Nous aussi, lorsque nous rompons le pain et buvons du vin ensemble en communion, nous nous souvenons des mots de Jésus “Pour vous”. Ces mots s’adressent à nous tous, individuellement, et à tous ses frères et sœurs, collectivement. La vie sacrificielle de Jésus a été donnée pour nous, non pas pour que nous continuions dans l’ignorance ou l’égoïsme, mais pour que nous cherchions le pardon, que nous corrigions notre conduite et que nous suivions et servions notre sauveur. Versets 24-30 : Les disciples pleurent à nouveau lorsqu’ils se souviennent que Jésus leur donne des conseils pleins d’amour et les sert, mais qu’ils se disputent pour savoir qui sera le plus grand ! Jésus ne les avait pas abandonnés, mais il savait qu’ils avaient besoin de changement. Il leur a donc donné un exemple : il leur a lavé les pieds, le Fils de Dieu leur a lavé les pieds ! Les disciples se souviendront également que Jésus s’était préparé à cette situation en demandant à un homme de “porter une cruche d’eau” au lieu de rencontre. Jésus savait qu’ils auraient un mauvais esprit, mais il était encore patient avec eux et continuait à leur “apprendre” à changer, c’est-à-dire à être comme lui. Sommes-nous humiliés par le fils de Dieu ? Et si oui, combien de temps dure ce “changement” ? Versets 31-34 : Le Seigneur nous connaît mieux que nous. Pierre dit : “Je suis prêt à aller avec toi, en prison et à la mort”. Alors que Jésus avait dit : “J’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas, et quand tu seras revenu à moi, fortifie tes frères”. Pierre a rapidement échoué, reniant Jésus trois fois, et quand il a réalisé ce qu’il avait fait, il a pleuré amèrement. Pierre se croyait fort, mais lorsqu’il a été mis à l’épreuve, il s’est révélé être un disciple faible et reniant. Mais Jésus lui avait donné des mots à retenir qui montraient que Jésus savait ce que Pierre ferait, mais malgré cela, Jésus ne l’avait pas abandonné ! Il avait prié pour lui et lorsque Pierre était revenu à Jésus, c’est-à-dire qu’il s’était réengagé, Jésus lui avait confié la responsabilité de “fortifier tes frères”. Les larmes continuent à couler tout au long des évangiles, car nous voyons l’esprit de Jésus chercher à changer l’esprit de l’humanité. Pierre a été changé, il est devenu un témoin courageux et volontaire de Jésus, lançant un appel à ceux qui criaient “crucifie-le, crucifie-le”, afin qu’ils comprennent eux aussi la vie de Jésus, donnée pour eux, afin qu’ils se repentent, soient baptisés et soient pardonnés. ” Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis “. Jésus est-il notre ami ? “Vous êtes mes amis si vous faites tout ce que je vous commande” – Jésus a donné sa vie pour nous, c’est indéniable, mais sommes-nous fidèles et aimants en réponse ? Jésus n’aurait pas pu faire plus, mais nous le pouvons ! Mars

Le 31 Mars

Il est évident pour chacun d’entre nous que la nature humaine a deux facettes – les différentes guerres qui se déroulent dans le monde nous rappellent les choses terribles que les êtres humains sont capables de faire, mais au cours de ces mêmes périodes, nous voyons aussi les bons côtés de la nature humaine se manifester par des personnes qui ouvrent leurs maisons et apportent leur aide à de parfaits inconnus devenus des réfugiés. Les trois lectures d’aujourd’hui montrent les extrêmes de la nature humaine, c’est-à-dire à la fois le bon et le mauvais. Aux yeux de Dieu, le “bien” consiste à ne faire que des choses qui sont motivées par lui et qui démontrent son caractère ; le “mal” consiste à le rejeter et à agir d’une manière qu’il ne voudrait pas. Nombres 14 commence par le “mauvais” caractère, versets 1-4, “tout” le peuple “rouspétait” contre Moïse et Aaron, ils passaient leur colère sur les chefs, mais ce qu’ils faisaient vraiment, c’était se plaindre de Dieu et le rejeter ! Ils faisaient preuve d’un mépris total pour ce que Dieu avait fait pour eux en les faisant sortir d’Égypte en premier lieu. Ils avaient oublié combien ils avaient souffert là-bas et en fait, la seule chose dont ils souffraient maintenant était la peur de l’inconnu ! Personne ne les attaquait, personne ne s’opposait à eux, ils ne voyaient aucun signe de troubles et ils avaient oublié combien Dieu les avait aidés dans un passé récent ! On peut comprendre que Moïse et Aaron aient été désemparés par l’attitude impie du peuple (verset 5), mais le vrai “bien” ressort de la façon dont Caleb et Josué ont réagi (versets 6-9) – ils ont défendu ce qui était juste, ont donné des preuves de leur foi et ont exhorté le peuple à ne pas se rebeller et à ne pas avoir peur – ils ont défendu Dieu ! Nous avons tous besoin de dirigeants forts et dignes de Dieu, comme Moïse, Aaron, Caleb et Josué, et nous devons les respecter comme nous l’enseigne le Nouveau Testament. Cependant, le peuple n’avait aucun respect pour eux, en fait ils parlaient de les tuer, verset 10 – c’est terrible et Dieu intervient, comme il le fait toujours dans des situations comme celle-ci. Il y a des moments où nos aînés et nos dirigeants (nos bergers) doivent défendre ce qui est juste. Dieu voit ce qui se passe, comme il l’a fait ici, et il réagit immédiatement, versets 11-12 – cela devrait servir d’avertissement à tous ceux d’entre nous qui s’opposent à nos dirigeants clairement pieux ! Nous voyons une autre caractéristique “bonne” chez Moïse. C’est la deuxième fois que Dieu dit qu’il fera une grande nation des descendants de Moïse parce qu’il allait détruire le peuple, mais à chaque fois Moïse fait preuve d’une humilité totale, intercède pour le peuple et dit humblement à Dieu ce que Dieu aurait déjà su de toute façon, versets 13-16. Moïse reconnaît le caractère de Dieu et lui donne toute la louange et la gloire, verset 17-19. C’est un exemple du caractère que Dieu veut voir se manifester dans son peuple – un cœur humble et contrit ! Moïse, Aaron, Caleb et Josué ont réussi le “test” que Dieu avait fixé, mais le peuple a malheureusement échoué. Bien que Dieu leur ait pardonné (verset 20), il y a eu des conséquences (versets 21-23). Il s’agit là d’une réponse très immédiate, dont nous devrions nous souvenir dans la manière dont nous vivons nos vies – nous ne devrions pas “traiter Dieu avec mépris” par les choses que nous faisons, aussi grandes ou petites qu’elles puissent paraître ! Toutes nos actions doivent respecter Dieu et refuser nos propres ambitions égoïstes. Il est rapporté ici que seul l’esprit de Caleb était différent, au verset 24, et que Josué et lui verront le pays, aux versets 30 et 38. Ceux qui ont fait preuve de mépris n’entreront pas dans le pays, versets 32-35 – une grande conséquence ! Les conséquences étaient encore plus graves pour ceux qui avaient répandu les mauvaises nouvelles et incité le peuple à pécher, verset 36-37 – ils avaient une plus grande responsabilité et ils ont échoué dans leur réponse et ont été immédiatement punis. Nous devons donc vraiment faire attention à ce que nous disons qui pourrait inciter les autres à pécher, en nous rappelant que Dieu est toujours au courant de ce qui se passe. Malheureusement, le peuple n’avait toujours pas appris, malgré le fait que Dieu ait dit qu’ils devraient maintenant passer 40 ans dans le désert, ils ont accepté leur péché, mais ils ont continué à aller contre Dieu et ont subi d’autres conséquences, verset 41-45. Quand nous regardons Proverbes 10, nous voyons ce même “bien” et “mal” dans la nature humaine, tous les versets sauf 4 ont un “bien” et un “mal” pour nous faire réfléchir – c’est seulement le “bien” qui récolte la récompense ; le “mal” subit les conséquences – lisez tous les versets pour voir comment, en tant que chrétien, nous devrions agir chaque jour ! Moïse, Aaron, Caleb et Josué ont clairement agi de manière à obtenir les récompenses. Les 4 versets qui ne comportent qu’un seul élément sont tout aussi importants : il s’agit des versets 10, 15, 22 et 26, chacun d’entre eux comportant un message spécial destiné à souligner ce qui est dit ailleurs dans le chapitre. Le verset 10 est entièrement “mauvais”, il est clair que celui qui fait quelque chose “avec malice” est “mauvais”, de même que le “fou bavard”, c’est-à-dire quelqu’un qui dit n’importe quoi et ne transmet pas la sagesse de Dieu. Le verset 15 est un verset intéressant parce qu’il parle de la richesse et de la pauvreté sous un jour “mauvais”, mais si nous regardons Proverbes 18 verset 11 et Psaume 52 verset 7, nous voyons que la foi dans la “richesse” est “mauvaise”, parce qu’elle ne peut pas sauver ; alors que la personne pauvre et pieuse verra la futilité de ceux qui se sont confiés dans la richesse ! C’est la bénédiction du Seigneur qui apporte la “richesse”, verset 22, c’est donc en Dieu qu’il faut avoir confiance et non dans les êtres humains. Et le verset 26 nous montre à quel point il est “mauvais” d’être paresseux, c’est-à-dire que c’est douloureux ! Une fois de plus, la leçon pour nous est claire : nous devons respecter et suivre Dieu, et ne pas nous opposer à lui dans ce que nous disons ou faisons. Dans Luc 23, il y a un groupe de personnes qui s’est clairement opposé à Dieu et à Jésus et un groupe qui est clairement resté ou devenu fidèle. Toute l’assemblée “, verset 1, a amené Jésus à Pilate pour l’accuser – il s’agit probablement des chefs juifs qui incitaient le peuple et racontaient des mensonges pour condamner Jésus, verset 2. Ce n’est pas ce que Jésus avait dit, il avait en fait dit de “rendre à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu”. Bien que Pilate ait dit qu’il ne pouvait trouver aucune faute (verset 4), ils ont insisté sur le fait que Jésus causait des problèmes par son enseignement (verset 5), c’était leur deuxième tentative. De nouveau, après qu’Hérode n’eut trouvé aucune faute, leur troisième tentative fut de choisir Barabbas, verset 18, et leur quatrième fut de continuer à insister, verset 23. D’autres se sont moqués (versets 11, 35 et 39). Il est clair qu’ils ont traité Dieu et Jésus avec mépris ! L’autre groupe, en revanche, avait un respect total, écoutait et répondait. L’un des criminels qui a été crucifié avec Jésus a défié son camarade, verset 40-43, et il a été récompensé par la promesse qu’il serait dans le royaume lorsque Jésus reviendrait sur terre. Le centurion a loué Dieu après avoir été témoin des événements entourant la mort de Jésus, verset 47 ; d’autres personnes qui se trouvaient autour ont également été touchées, verset 48 ; ceux qui connaissaient Jésus ont regardé, verset 49 ; Joseph a défendu ses convictions, versets 50-54 et les femmes ont pris soin de son corps, versets 55-56. Tous ceux qui faisaient partie du “bon” groupe ont réagi de la “bonne” manière indiquée dans les Proverbes. C’est ainsi que nous devrions aussi réagir dans tout ce que nous faisons. Mars

Le 1er Avril

Nombres 15 détaille certaines des offrandes supplémentaires qui seraient exigées des enfants de Dieu lorsqu’ils atteindraient le pays que Dieu leur avait promis (versets 1-2). L’holocauste proprement dit devait être accompagné de farine, d’huile et de vin, tous préparés d’une manière particulière (verset 11), et devait également accompagner chaque sacrifice (verset 12). Les lois s’appliquaient à tous ceux qui étaient “nés dans le pays” ET aux “étrangers”, versets 13-16. Ainsi, quiconque voulait faire partie du peuple de Dieu et bénéficier de la bénédiction de Dieu devait suivre les exigences de Dieu. Elle devait s’appliquer aux “générations à venir”, c’est-à-dire à tous leurs descendants, et à tous ceux qui voulaient suivre Dieu. C’est une situation merveilleuse, Dieu voulait que tout le monde bénéficie de ses promesses et il n’excluait personne, à condition qu’ils suivent ses voies. De plus, lorsqu’ils atteignirent le pays, ils devaient présenter une offrande de nourriture à Dieu, versets 17-21. Là encore, cette offrande était destinée à tous, y compris aux générations futures, mais comme toutes les offrandes mentionnées dans ce chapitre, le peuple devait montrer son appréciation et son respect à Dieu pour son amour envers lui. Bien que nous ne soyons pas tenus d’accomplir ces offrandes particulières maintenant, vous pouvez voir à quel point notre service de la fraction du pain et les offrandes complètes de nos vies dans le service sont importants – nous devons avoir le même engagement à remercier Dieu et à montrer notre appréciation pour les choses qu’il fait pour nous. Il est vrai que nous commettons des erreurs dans notre service, et ces erreurs sont qualifiées de “non intentionnelles”, versets 22-26, puis de péchés individuels non intentionnels, versets 27-28, mais la leçon importante qui en découle est la suivante : comment reconnaître si une action est non intentionnelle ? Nous devons toujours lire et nous familiariser avec ce que Dieu veut et aussi nous interpeller mutuellement avec amour si un groupe ou un individu commet une erreur involontaire. Il est important pour nous tous de nous rappeler ce que Dieu veut ! Dans son amour, il a prévu un moyen de pardonner à tous, y compris à l'”étranger” (verset 29). Dieu veut vraiment que nous soyons tous sauvés ! Cependant, il reste ces péchés intentionnels, où nous planifions délibérément de désobéir ou de ne pas respecter les lois de Dieu – c’est la rébellion, et lorsque cela se produit, les gens se sont exclus de l’amour de Dieu, verset 30-31. Au cas où nous nous demanderions ce que cela signifie, un exemple nous est donné dans les versets suivants. L’homme qui a délibérément ramassé du bois le jour du sabbat, verset 32-36. Cela semble vraiment drastique qu’il soit lapidé juste pour avoir ramassé des bâtons, mais il l’a manifestement fait délibérément, même s’il savait que c’était mal, et cela montre à quel point Dieu veut que nous le suivions et qu’il veut empêcher ceux qui se rebellent de corrompre ceux qui sont fidèles ! Nous devons donc vraiment réfléchir à ce que nous faisons qui peut être considéré comme une “rébellion” contre Dieu – ce peut être voler, être ivre, mentir, convoiter, se disputer avec notre femme ou notre mari, ne penser à Dieu et à Jésus que le dimanche, n’assister à la fraction du pain que lorsqu’il y a des visiteurs – il peut y avoir beaucoup de choses qui s’insinuent dans nos vies. Dieu sait que nous sommes vulnérables et c’est pourquoi il nous fournit des rappels, nous avons la fraction du pain chaque dimanche, notre lecture de la Bible chaque jour, nos discussions avec les frères et sœurs. Dans ce chapitre, il est demandé aux gens de faire des glands sur leurs vêtements pour leur rappeler qu’ils doivent toujours obéir à Dieu (verset 37-40). Nous devons tenir compte de tous les rappels que Dieu nous donne pour nous souvenir de lui et de ses voies. Si nous ignorons ces rappels, nous pouvons facilement prendre de mauvaises habitudes et nous rebeller contre Dieu. Les versets qui ne montrent pas nécessairement une caractéristique opposée dans ce chapitre sont les versets 7, 22, 25 et 29-30, mais ils sont tous aussi importants car, comme tous les versets, ils sont donnés par Dieu ! Chaque verset doit être lu attentivement et chacun de nous doit se demander quelle partie du verset s’applique à lui, est-il “bon” ou “mauvais” ? C’est maintenant qu’il faut changer ! Le chapitre commence avec Dieu qui dit qu’il “déteste les balances malhonnêtes”, c’est-à-dire qu’il déteste les gens qui trompent les autres, verset 1 ! Nous savons que tout au long de la Bible, nous lisons que l’orgueil est “mauvais”, le verset 2 nous rappelle la différence entre orgueil et humilité ! Les derniers versets nous font penser au royaume, le verset 30 implique que les “justes” enseignent aux autres afin qu’ils puissent eux aussi être sauvés et le verset 31 précise que les justes recevront leur récompense lorsque Jésus reviendra sur la terre, tout comme ceux qui continuent à se rebeller ! Luc 24 est le chapitre consacré à la résurrection de Jésus, grâce à laquelle nous pouvons tous être sauvés si nous faisons de notre mieux pour suivre à la fois Dieu et Jésus. J’aime la façon dont les femmes ont manifesté leur amour pour Jésus, en se rendant “tôt le matin” ; nous avons le défi affectueux des anges, versets 4-7, qui les a amenées à “se souvenir”, verset 8. J’aime la façon dont les 11 disciples et les autres étaient encore ensemble, versets 9-10. Même s’ils n’ont pas cru les femmes (verset 11), Pierre a couru lui-même au tombeau (verset 12). J’aime la façon dont les deux disciples parlent de Jésus pendant qu’ils marchent, versets 13-14, et leur réaction lorsque cet “étranger” semble ne pas être au courant des événements de Jérusalem, verset 17. Tous étaient troublés par les événements, mais ils sont restés fidèles à Jésus. C’est une merveilleuse leçon pour nous aussi, lorsque nous sommes souvent troublés par les événements. Notre confusion peut parfois être exagérée parce que nous ne nous sommes pas souvenus de ce qui nous a été enseigné. L’importance de l’enseignement et de l’apprentissage est démontrée par Jésus, versets 25-27 et 44-43, nous aussi nous devons voir Jésus dans toute la Bible – nous avons lu la Loi de Moïse, nous devrions voir Jésus dans les sacrifices et les offrandes, nous venons de terminer la lecture des psaumes, là aussi nous devrions voir Jésus ; et si Dieu le veut, lorsque nous commencerons à lire les livres des prophètes, nous continuerons à voir Jésus. Les yeux des deux hommes sur le chemin d’Emmaüs se sont ouverts de sorte qu’ils ont reconnu Jésus lorsqu’ils ont rompu le pain, verset 30-31 ; les disciples et les autres ont compris lorsque Jésus leur a rappelé de la Bible les choses qui ont été dites de lui, verset 45-47. Ce sont nos “rappels”, et d’autres aussi. Ils sont passionnants et merveilleux et nos cœurs devraient être brûlants, verset 32, et nous devrions vouloir être des témoins et enseigner aux autres les choses merveilleuses qui nous ont été promises, verset 48. Le message de Jésus pour nous tous est de ne pas avoir peur et de ne pas douter, verset 38, Jésus est ressuscité des morts comme Dieu l’avait promis. Dieu a emmené les Israélites dans la terre promise, comme il l’avait promis, et Jésus reviendra, comme il l’a promis. Ainsi, comme les disciples, nous devons nous aussi poursuivre notre chemin avec “une grande joie” et “en louant Dieu”, versets 52-53. La repentance et le pardon des péchés ont été apportés par Jésus, et nous pouvons avoir confiance en cela, à condition de rester fidèles. Avril

Le 2 Avril

Tout comme nous avons vu hier dans Nombres 15 un exemple d’échec humain après une leçon, nous avons la même chose aujourd’hui dans Nombres 16 qui est un exemple d’orgueil humain qui suit la leçon sur la mémorisation et l’utilisation des rappels dans le chapitre précédent. Koré, Dathan et Abiram étaient orgueilleux et se considéraient comme aussi bons, sinon meilleurs que Moïse et Aaron – plus important encore, ils étaient si arrogants et insolents qu’ils n’ont montré aucun respect pour le choix des dirigeants de Dieu à cette époque. L’esprit humain est si dangereux s’il n’est pas remis en question par nous-mêmes et par les autres. Nous voyons la corruption qui a été causée ici par quelques-uns qui sont devenus arrogants et ont pensé qu’ils pouvaient faire mieux que les autres et ont eu envie d’être dirigés eux-mêmes, oubliant qu’ils étaient aussi des serviteurs. C’est le problème lorsque les frères et sœurs oublient que chacun d’entre nous est un serviteur, certains peuvent avoir un rôle de leader ou d’aîné mais ils sont des serviteurs et leurs fonctions doivent être accomplies dans l’humilité. Regardez ce qui s’est passé ici lorsque quelques-uns sont devenus orgueilleux, ils ont convaincu 250 autres, verset 1-2, ils ont également convaincu une partie du peuple, verset 41. L’orgueil non contesté est si destructeur et il y a des conséquences. Dans ce cas, ces 3 personnes ont été tuées par Dieu, verset 31-34 ; les 250 personnes ont été tuées, verset 35 et ensuite 14 700 autres personnes sont mortes de la peste, verset 49. La perturbation et la détresse causées par quelques personnes qui se sont rebellées étaient importantes – l’orgueil tue ! Il se peut que notre expérience ne soit pas aussi dramatique que cela, mais Dieu reste le même et exige notre respect à tout moment, et il exige l’humilité. Nous devons donc tous nous rappeler que nous sommes tous des serviteurs, tous avec des rôles différents à jouer, tous aussi importants les uns que les autres, mais nous devons servir, et non dominer les autres. L’humilité de Moïse et d’Aaron contraste fortement avec celle de ces hommes qui auraient dû être mieux informés – à deux reprises dans ce chapitre, Moïse et Aaron ont démontré leur humilité en protestant auprès de Dieu au sujet des ” plans ” de Dieu pour détruire le ” peuple méchant “, versets 22 et 45, ils ont essentiellement intercédé pour le peuple afin d’empêcher Dieu de le détruire comme ses actions le méritaient – cela nous rappelle ce que Jésus fait pour nous en nous sauvant de nos péchés ! L’esprit humain est trompeur, il déforme la vérité – cela a été démontré par la réponse de Dathan et Abiram à Moïse, verset 12-14, ils ont commodément oublié que leur vie d’esclaves en Égypte n’était pas un pays “où coulent le lait et le miel” et ils savaient très bien que ce n’était pas la faute de Moïse s’ils étaient maintenant dans le désert et non dans le “pays où coulent le lait et le miel” comme Dieu l’avait promis – c’était à cause de la rébellion du peuple, y compris eux-mêmes (Nu 14). Tous ces rebelles savaient également que c’était Dieu qui avait placé Moïse et Aaron dans ces rôles de serviteurs, mais ils l’ont à nouveau oublié. Moïse avait raison dans sa condamnation de ces rebelles, versets 8-11, ils étaient “allés trop loin” ! Dieu est toujours juste, il voit toujours et il connaît toujours les motivations de nos cœurs. Il sait aussi que nous avons besoin de rappels constants pour nous aider à garder le contrôle de notre nature humaine, et il donne un autre rappel à son peuple sous la forme du bronze des censeurs des 250 hommes qui devait maintenant être transformé en une couverture de l’autel, verset 36-40. Dieu donne à ses enfants de très nombreuses occasions de lui rester fidèles. La façon dont le peuple s’est rebellé le lendemain nous montre à quel point notre nature humaine est corrompue (verset 41), ce qui nous rappelle encore une fois à quel point nous avons besoin de Jésus ! Une lecture attentive de Proverbes 12, en examinant chacun des versets et en considérant les “bonnes” et les “mauvaises” caractéristiques, montre pourquoi Dieu a détruit les rebelles dans l’Exode de la manière dont il l’a fait. La première partie du verset 1, c’est-à-dire “Celui qui aime la discipline aime la connaissance”, est une bonne description du caractère de Moïse et d’Aaron, tout comme la première partie du verset 2 et la dernière partie du verset 3. En revanche, la deuxième partie du verset 1, c’est-à-dire “mais celui qui déteste la correction est stupide”, décrit les rebelles, de même que la deuxième partie du verset 2 et la première partie du verset 3. La première partie du verset 7 décrit les rebelles, la seconde partie décrit Moïse et Aaron. À l’exception des versets 14 et 28, on retrouve ces caractéristiques “bonnes” et “mauvaises”. Laquelle êtes-vous ? Il est toujours évident de savoir qui sont les justes, le verset 14 dit que par les choses que quelqu’un dit, nous pouvons dire s’il y a de bonnes choses dans son esprit et nous voyons qu’il est récompensé – les paroles de Moïse et Aaron ont montré qu’ils étaient pleins de bonnes choses. Ce n’était pas le cas des rebelles – tout ce qu’ils faisaient, c’était de se plaindre aux autres de Moïse et Aaron ! Le verset 28 nous montre la récompense des justes, c’est-à-dire la vie dans le royaume de Dieu lorsque Jésus reviendra, ce qui n’est pas le cas pour les rebelles ! Il y a au moins 3 versets dans ce chapitre qui nous exhortent à travailler et à ne pas être paresseux, par exemple les versets 11, 24 et 27, nous devons tous accepter la situation et le rôle dans lesquels Dieu nous a placés et tirer le meilleur parti des opportunités qu’il nous a données. Nous devons travailler à ce que Dieu nous a donné à faire. Peut-être que si les rebelles avaient été plus diligents dans les rôles qui leur étaient confiés, ils n’auraient pas eu le temps de se plaindre ! Dans Galates 1 et 2, Paul a souffert de défis peu aimants de la part des premiers chrétiens. Les gens disaient qu’il ne devrait pas être le serviteur de la manière dont il l’était, et suggéraient qu’il était là par sa propre volonté, alors Paul a dû contester vigoureusement cela, chapitre 1 verset 1, 11-24, chapitre 2 verset 1-5. Remarquez comment Paul souligne à plusieurs reprises qu’il n’était pas dans ce rôle de serviteur à cause de l’homme, mais qu’il avait été placé là par Dieu et Jésus. Ainsi, le défi des leaders serviteurs pieux n’était pas propre à Moïse et Aaron, il est arrivé à beaucoup d’autres, y compris à Paul et de manière significative à Jésus, et malheureusement, cela continue à se produire aujourd’hui – mais comme toujours, Dieu sait ! Les paroles de Paul aux versets 6-9 devraient faire écho à notre propre incrédulité lorsque nous sommes témoins d’autres croyants qui font des commérages, qui se plaignent sans amour et qui défient les autres qui ont certains rôles (qui peuvent sembler plus importants, mais qui ne le sont pas) – c’est de l’orgueil et c’est totalement faux. Au contraire, nous devrions tous aider et encourager la pratique pieuse de nos leaders serviteurs. Cependant, il y a des moments où il est nécessaire de défier ces leaders pour leurs actions impies. Par exemple, Paul a dû interpeller Pierre au chapitre 2 lorsque celui-ci s’est rangé du côté des chrétiens juifs de l’église et s’est éloigné des chrétiens païens, versets 11-13. Paul savait que Pierre était dans l’erreur et il l’a donc interpellé (verset 14), la raison de son interpellation se trouvant aux versets 15-16. En Christ, il n’y a pas de différence entre Juifs et Gentils, car nous avons tous besoin de Jésus pour notre salut afin de nous libérer des effets de notre nature humaine qui nous corrompt si rapidement, versets 17-21. Les grandes leçons des chapitres d’aujourd’hui sont les suivantes : éviter l’orgueil, qui corrompt ; accepter ceux que Dieu désigne ; rester humble ; considérer les “bonnes” et les “mauvaises” caractéristiques et voir où nous nous situons ; défier avec amour ceux qui laissent les caractéristiques humaines devenir dominantes et, surtout, reconnaître que nous sommes tous pécheurs et que nous avons besoin de Jésus pour notre salut. Avril

Le 3 Avril

Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur la sagesse, en prenant Proverbes 13 comme point de départ. La devise d’une école que j’ai fréquentée était “Cherchez la sagesse”. Cela peut sembler être une bonne devise, mais je ne me souviens pas que le personnel nous ait jamais expliqué ce qu’était la sagesse, ni où la trouver. La devise “Cherchez la sagesse” semble provenir de la Bible. Commençons donc notre étude en cherchant la première personne de la Bible qui a cherché la sagesse ? Pensez à la première personne qui a voulu acquérir la sagesse. Je me demande si vous l’avez deviné. Nous la trouvons dans la Genèse 3:6 : “La femme vit que l’arbre était bon pour la nourriture, qu’il était agréable aux yeux, et qu’il était un arbre désirable pour rendre sage, elle prit de son fruit et mangea. Elle en donna aussi à son mari qui était avec elle, et il mangea.” Un arbre désirable pour rendre sage ! Quel a été le résultat du désir d’Eve de devenir sage ? Il en a résulté la mort, la douleur, le chagrin, les larmes et le deuil. En fait, toutes les souffrances du monde actuel ont commencé parce qu’Ève recherchait la sagesse. Cela ne semble pas être un bon début pour une étude sur le sujet “Cherchez la sagesse”. Je ne pense pas que je réussisse à vous persuader de rechercher la sagesse. Peut-être pouvons-nous faire mieux en lisant ce que Salomon a à dire : Lorsque nous regardons Ecclésiaste 1, nous trouvons la conclusion de Salomon : verset 13-14 ” Et j’ai mis mon cœur à chercher et à sonder par la sagesse tout ce qui se fait sous le ciel ; cette lourde tâche que Dieu a donnée aux fils de l’homme, pour qu’ils soient exercés. J’ai vu toutes les œuvres qui se font sous le soleil ; et en effet, tout est vanité et prise de vent.” Salomon a appliqué sa sagesse, et a conclu que tout est “vanité et prise de vent”, ou en d’autres termes, sans valeur et sans intérêt. Il a découvert que sa sagesse ne produisait rien d’autre que la dépression. Jusqu’à présent, je doute que je vous convainque des avantages de la recherche de la sagesse. Peut-être pouvons-nous faire mieux dans le Nouveau Testament. Notez attentivement ce que Paul nous dit de la sagesse dans 1 Corinthiens 1:18-23 “Car le message de la croix est une folie pour ceux qui périssent, mais pour nous qui sommes sauvés, c’est une puissance de Dieu. Car il est écrit : “Je détruirai la sagesse des sages, Et je réduirai à néant l’intelligence des intelligents.” Où est le sage ? Où est le scribe ? Où est le discoureur de ce siècle ? Dieu n’a-t-il pas rendu insensée la sagesse de ce monde ? En effet, puisque le monde, par la sagesse, n’a pas connu Dieu, il a plu à Dieu, par la folie du message prêché, de sauver ceux qui croient. Car les Juifs demandent un signe, et les Grecs cherchent la sagesse ; mais nous, nous prêchons le Christ crucifié, qui est une pierre d’achoppement pour les Juifs et une folie pour les Grecs.” Paul est d’accord avec Salomon. La sagesse des sages de ce monde ne peut les sauver. Jusqu’à présent, je ne pense pas avoir présenté un bon argumentaire en faveur de la recherche de la sagesse. Voyons si Jacques peut apporter un peu de lumière sur le problème. Nous trouvons un type de sagesse très différent dans Jacques 3. Examinons d’abord la mauvaise sorte de sagesse décrite, puis la bonne : verset 15-16 “Cette sagesse ne descend pas d’en haut, mais elle est terrestre, sensuelle, démoniaque. Car là où il y a de l’envie et de la recherche de soi, il y a de la confusion et tout ce qui est mauvais.” L’un des plus grands dangers pour nous est que la sagesse de ce monde est très séduisante pour ceux qui ne peuvent pas la voir pour ce qu’elle est. Selon le raisonnement de ce monde, il est sage de chercher à être riche, puissant et heureux, même si cela nuit aux autres. Comme le dit Jacques, cela conduit à l’envie, aux querelles, à la confusion et au mal. Les versets 17 et 18 nous parlent de la sagesse que nous devons développer : “Mais la sagesse qui vient d’en haut est d’abord pure, puis pacifique, douce, prête à céder, pleine de miséricorde et de bons fruits, sans partialité et sans hypocrisie. Or le fruit de la justice est semé dans la paix par ceux qui font la paix. ” Nous constatons qu’il y a deux sortes de sagesse. Il y a celle qui est destructrice, et celle qui est pacifique, douce, prête à céder, pleine de miséricorde et de bons fruits, sans partialité et sans hypocrisie. L’hypocrisie de l’humaniste est visible, car s’il est sincère, il doit admettre qu’il croit que l’égoïsme a été prouvé au cours de millions d’années comme étant bon, dans la mesure où il a soi-disant conduit le processus d’évolution des espèces supérieures par la sélection naturelle. Eve, dans Genèse 3, a montré comment la sagesse de ce monde est très attrayante et désirable, mais mène à la douleur, au chagrin et à la mort. La devise “Cherchez la sagesse” figurait sur l’insigne de l’école sur nos uniformes. L’insigne comportait également l’image d’un arbre. Peut-être la personne qui a conçu l’insigne avait-elle une vague idée d’un arbre lié à l’acquisition de la sagesse. Si c’est le cas, il est clair qu’il n’avait pas compris la signification biblique. Dans l’Ecclésiaste, Salomon applique sa sagesse pour regarder le monde du point de vue de l’impiété, et y trouve le désespoir et la dépression. Dans la lettre aux Corinthiens, nous lisons comment la sagesse de ce monde fait passer les gens à côté de la simplicité du Christ crucifié. Dans la lettre de Jacques, il est précisé qu’il existe une sagesse terrestre et une sagesse d’en haut. Jacques 3:17 nous indique un moyen de développer la sagesse d’en haut. Examinons sa liste : Pure – évitant la contamination par les fausses croyances et la philosophie de ce monde ; pacifique – cherchant à vivre en paix avec nos voisins ; douce – veillant à ne jamais être blessante dans nos actes et nos paroles ; disposée à céder – n’insistant pas toujours pour obtenir ce que nous voulons ; pleine de miséricorde – pardonnant à ceux qui nous ont offensés ; Souvenez-vous de ce que Jésus a dit alors qu’il souffrait beaucoup et qu’il était sur le point de mourir sur la croix ; Les bons fruits – Dans Galates 5, nous trouvons une liste des fruits de l’esprit ; Sans partialité – Montrer de l’amour et du respect à tous, qu’ils soient riches ou pauvres, quel que soit leur milieu, quelle que soit leur apparence ; Sans hypocrisie – pas de jeu de rôle pour nous – pas de faux semblant d’amour – toujours authentique. Le problème de la devise de l’école, “Cherchez la sagesse”, est qu’elle ne nous disait pas où chercher la sagesse. Elle ne nous disait pas comment chercher la sagesse ; elle ne nous disait pas qu’il existe une sagesse du monde et une sagesse d’en haut ; elle ne nous disait pas que l’une aboutit à la mort et l’autre à la vie éternelle. Les sages de ce monde n’ont aucun espoir de vie au-delà de quelques décennies malgré leurs ambitions, mais parce que notre Seigneur s’est volontairement offert, nous avons un espoir de vie éternelle. Pour les intellectuels impies de ce monde, ce que nous faisons lorsque nous rompons le pain et buvons du vin en souvenir de Jésus est une folie. Partager des prières de remerciement, puis manger un petit morceau de pain et boire une gorgée de vin en mémoire d’un homme qui a été crucifié il y a 2000 ans. Ils sont loin de comprendre que sa victoire sur le péché et la mort nous donne la vie éternelle. Avril

Le 4 Avril

En termes très simples, notre lecture de Nombres 19 porte sur la purification du péché. Le rappel constant du péché est la mort. La purification du péché et de la mort implique l’eau, cette purification symbolique par l’eau a été rendue possible par le sacrifice d’une génisse – une génisse “rouge” – “rouge” est littéralement “Edom” qui signifie “terre” ou poussière. Il ne faut pas beaucoup d’imagination pour voir que la purification symbolique par l’eau est équivalente au baptême ; ceci n’est possible que grâce au sacrifice de Jésus. Jésus était de la poussière, c’est-à-dire humain, tout comme nous ; mais il était sans péché, donc si nous voulons être “nettoyés”, nous devons nous laver dans l’eau du “baptême” qui a été rendu possible par Jésus. Hébreux 9, versets 11-14, établit ce lien spirituel pour nous. Ainsi, lorsque nous lisons ces versets apparemment difficiles de Nombres 19, cela nous aide à les comprendre et à en tirer des leçons, si nous voyons Jésus dans ces mots. La génisse était “sans défaut ni tare”, verset 2 ; elle a été transportée hors du camp pour être égorgée, verset 3 – exactement comme Jésus a été égorgé hors de Jérusalem. Les objets qui ont été brûlés avec la génisse ont également une signification, verset 6 ; par exemple, l’hysope est associée à la purification des croyants du péché et de la mort. Le lavage est très fréquent dans ce chapitre, par exemple aux versets 7, 8, 12, 19 et 21, et nous voyons donc à nouveau le lien avec le baptême. Les cendres de la génisse étaient utilisées pour mettre dans l’eau la purification du péché, verset 9. Les cendres de la génisse n’avaient pas de propriétés physiques particulières, et l’eau n’avait donc aucun pouvoir surnaturel, elle était simplement un symbole puissant de purification du péché, tout comme le baptême l’est pour nous aujourd’hui. L’eau, avec les cendres qu’elle contenait, était donc utilisée pour la purification cérémonielle du péché et constituait un rappel, verset 10. Suivent ensuite des exemples de son utilisation pour se purifier du péché. Si un cadavre ou une partie d’un cadavre était touché, verset 11, si quelqu’un mourait dans sa tente, verset 14, si quelqu’un était tué en présence de quelqu’un d’autre, verset 18, en d’autres termes, chaque fois que quelqu’un était proche d’un cadavre, la purification devait avoir lieu. La mort est le rappel du péché, et les lois de purification étaient un rappel que nous avons besoin d’être purifiés du péché. C’est exactement ce qui se passe avec notre foi et notre baptême en Jésus. Il ne s’agit pas seulement d’un symbole d’une action, nous devons également suivre les lois de Dieu au mieux de nos capacités. Dans ce chapitre, nous avons une image de la merveilleuse grâce et de la miséricorde de Dieu, qui a fourni un moyen de purifier nos péchés. Ainsi, ces actions, qui peuvent prêter à confusion dans ce chapitre, indiquent la merveilleuse purification des péchés fournie par Jésus si nous continuons à respecter Dieu et Jésus, à faire de notre mieux pour les suivre et à confesser nos péchés. Dieu veut que nous soyons associés à la vie et non à la mort. C’est comme dans Éphésiens 2v1-5, où nous étions morts mais maintenant nous sommes vivants. La génisse rouge était une parabole active de l’association à la vie, c’est donc un merveilleux rappel de la façon dont nous devons être purifiés de notre péché et de la mortalité qui en résulte. Proverbes 14 poursuit sa réflexion sur la sagesse. Le verset 10 de Proverbes 9 et le verset 10 de Psaumes 111 nous rappellent que “la crainte de Dieu est le commencement de la sagesse”. Craindre Dieu ne signifie pas avoir peur de lui, mais le respecter, le révérer et se rappeler qu’il est tout puissant. Dans Proverbes 14, la sagesse est mentionnée aux versets 1, 3, 8, 16, 24, 33 et 35. Nous avons besoin de sagesse pour “construire”, pour guider notre façon de parler, pour réfléchir à notre façon d’agir, pour craindre Dieu, pour utiliser nos biens de manière pieuse, pour prendre des décisions et pour influencer les autres pour le bien. Sans Dieu, nous ne pouvons faire aucune de ces choses, en fait, la “mauvaise” caractéristique de chacune de ces “bonnes” et “mauvaises” caractéristiques est un “fou” ! Il n’y a donc que deux options : soit nous suivons Dieu et sommes sages, soit nous suivons nos propres tendances humaines et sommes des “fous” ! Chacun des autres versets, à l’exception des versets 11, 10 et 12-13, présente des caractéristiques “bonnes” et “mauvaises” qui nous sont très utiles dans notre vie chrétienne. Le verset 27, par exemple, est vraiment lié à la lecture du livre des Nombres : nous devons ” craindre ” Dieu, essayer de faire ce qu’il veut et utiliser les opportunités qu’il nous donne avec sagesse afin de nous ” détourner des pièges de la mort ” ; c’est exactement ce que Dieu essayait de montrer dans Nombres 19, c’est-à-dire la purification du péché ! Les versets qui n’ont pas nécessairement une caractéristique à la fois “bonne” et “mauvaise” sont néanmoins puissants dans leurs messages : “Tenez-vous loin des hommes insensés, car vous ne trouverez pas de connaissance sur leurs lèvres (:7). Chaque cœur connaît sa propre amertume, et personne d’autre ne peut partager sa joie (:10). Il y a un chemin qui semble juste à l’homme, mais qui, à la fin, mène à la mort. Même dans le rire, le cœur peut souffrir, et la joie peut se terminer par le chagrin (:12-13)”. Il était très triste que les chrétiens de Galates 5 et 6 oublient les leçons enseignées par Paul et les autres apôtres et reviennent à la loi de Moïse que Jésus avait accomplie. La loi pointait vers Jésus, mais ces frères et sœurs lui accordaient plus d’importance qu’à Jésus, ce que Paul qualifie clairement de “folie”, au chapitre 5, versets 1-6, où il fait remarquer que s’ils croyaient qu’ils devaient être circoncis (comme l’exigeait la loi), alors ils devaient observer toute la loi – nous savons que cela n’était pas possible – seul Jésus l’a fait – nous devons donc bénéficier de la pleine grâce de Dieu en Jésus pour pouvoir être correctement “purifiés”. Malheureusement, l’influence juive a corrompu l’église chrétienne et Paul s’est montré très ferme en détruisant leur insistance sur la nécessité de la circoncision, par exemple au verset 7-12 et au chapitre 6 verset 12-16. Ce sont des mots très forts qui nous font comprendre que nous devons être sages et essayer de comprendre ce que Dieu nous dit réellement. Comme nous le lisons dans les Proverbes, la source de toutes les folies est notre nature humaine, décrite par Paul au chapitre 5 comme “les actes de la nature pécheresse”, versets 19-21 ; toutes ces caractéristiques sont “folles” et ont pour résultat final de nous exclure du royaume si nous vivons ainsi. En revanche, les caractéristiques “sages”, décrites comme le “fruit de l’esprit”, versets 22-23, sont les caractéristiques qui mènent à la vie. Si nous appartenons au Christ, nous devrions “mettre à mort” notre pensée humaine “insensée” et la remplacer par la pensée du Christ, c’est-à-dire essayer de vivre comme il a vécu, versets 24-25. J’ai une feuille de papier dans ma Bible et une autre sur mon bureau qui énumère les différents aspects du “fruit de l’esprit” pour me rappeler les caractéristiques que je devrais avoir chaque jour ! Malheureusement, il nous arrive d’échouer, mais chacun d’entre nous devrait s’entraider et se mettre gentiment au défi, chapitre 6, versets 1-5 ; nous devrions toujours nous enseigner les uns les autres, verset 6, et nous ne devrions pas abandonner et être paresseux, versets 7-10. “La grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous, frères et sœurs, Amen.” Verset 18. Avril

Le 5 Avril

Nombres 20 commence le temps après les presque 38 ans dans le désert. Une génération est morte pendant le voyage vers la Terre Promise, et maintenant Miriam et Aaron meurent. Moïse a un moment d’égarement et n’exécute pas la demande de Dieu de parler au rocher (Nombres 20:8). Au lieu de cela, Moïse frappe le rocher deux fois. On nous dira plus tard que le rocher représente le Christ (1 Corinthiens 10:4). Le rocher ne devait être frappé qu’une seule fois, ce qui s’est produit en Exode 17:6. Le fait de frapper le rocher symbolisait la mort de Jésus. Le Christ ne devait pas être frappé une seconde fois, mais on devait lui parler, ce qui devait être un symbole de sa résurrection. Lorsque Moïse a frappé le rocher une seconde fois, il n’a pas respecté le modèle conçu par Dieu. Cela lui a valu de ne pas être autorisé à entrer dans la Terre promise. Nous devons toujours nous rappeler que Dieu a ses raisons pour demander ce qu’il demande. Même si nous ne le comprenons pas, nous devons faire exactement ce qu’Il nous demande de faire. Nombres 20 décrit également le voyage du roi. Le peuple d’Israël voyageait sur la route du roi (verset 17). Le roi était Dieu. Plus tard, Dieu fera référence à ce voyage où il était roi dans Deutéronome 33:1 et Habukkuk 3:3. Il y aura un futur voyage du roi, et cette fois, Édom n’échappera pas au châtiment (Ésaïe 63:1). La personne que Dieu utilisera est son roi désigné, Jésus. À l’époque de Moïse, Israël n’avait pas le droit d’attaquer Édom ou Moab. Israël avait le droit d’attaquer les Amorites (Nombres 21). Mais Dieu n’était pas seulement l’ennemi des ennemis d’Israël. Il était aussi l’ennemi de tous ceux dont le cœur n’était pas droit, y compris les Israélites. Dieu envoya des serpents pour punir ces Israélites, qui furent guéris s’ils regardaient le serpent d’airain (Nombres 21:4-9). Le serpent d’airain représente également Jésus (Jean 3:14-15). Nous voyons comment le serpent et le rocher représentaient tous deux Jésus. Les symboles du futur Jésus les accompagnaient dans leur voyage dans le désert. C’est comme notre voyage. Jésus est avec nous sur le chemin de notre vie pour nous aider et nous soutenir jusqu’à ce que nous atteignions la Terre promise. Nous n’avons pas besoin de sentir que nous sommes seuls dans cette vie. Jésus est avec nous. Mais nous devons nous rappeler que cela ne suffit pas. Nous devons nous comporter comme si nous appartenions au Christ et avoir le bon cœur si nous voulons atteindre la Terre promise. Certaines des caractéristiques du voyage dans le désert sont mises en évidence dans notre chapitre 15 des Proverbes. Les yeux de Dieu sont partout sur les méchants et les bons (verset 3). Une discipline sévère attend ceux qui quittent le bon chemin (verset 10). Il y a beaucoup de choses dans les Proverbes sur le maintien du bon chemin, ce qu’Israël a eu du mal à faire. Nous allons choisir quelques points forts dans le reste du chapitre. Nous sommes encouragés à prier. La prière plaît à Dieu (verset 8). Dieu est proche des justes et écoute leurs prières (verset 29). Le verset 22 nous indique l’avantage de consulter les autres au sujet des plans. Les plans ont plus de chances de réussir si nous écoutons les conseils des autres. Enfin, réjouissons-nous dans le Seigneur. Nous n’avons pas besoin de vivre une vie misérable. Si nous trouvons la joie auprès de Dieu, cela rend la vie agréable (verset 15). Il nous donne une vie joyeuse et la santé (verset 30). Nous pouvons aussi nous réjouir de dire ce qui est juste (verset 23). Éphésiens 1 et 2 sont des chapitres spirituellement profonds. Ils sont également très encourageants. Les croyants ont été planifiés par Dieu dès le début (1.4). Son plan est que nous puissions être adoptés dans sa propre famille (1:5) et recevoir le pardon de nos péchés (1:7). Cela se produit en étant en Christ (versets 9 et 13). Le chapitre 2 décrit la différence entre le fait de venir en Christ et le monde, comme la différence entre la vie et la mort (versets 1-10). Il s’agit d’une différence énorme. Il explique également combien nous sommes bénis d’être en Christ et pourquoi nous pouvons nous réjouir dans le Seigneur. C’est par le Christ que les païens et les Juifs ont l’unité (2:11-22). C’est par le Christ que tous les peuples sont unis ensemble (1:10, 23, 2:21). C’est pourquoi Dieu a placé le Christ au-dessus de toutes choses (1,20-22). Toute puissance a été donnée au Christ afin qu’il puisse réaliser cette unité et donner le pardon et la vie à son peuple. Nous nous réjouissons des bénédictions que nous avons en Jésus. Avril

Le 6 Avril

Nombres 22 + 23 : Les leçons de Balaam. Nous nous souvenons qu’Israël avait campé “dans les plaines de Moab, du côté du Jourdain, en face de Jéricho”. Balak, roi de Moab, avait extrêmement peur parce qu’Israël avait beaucoup de monde. Il a donc demandé à Balaam de maudire Israël en disant : “Je sais que celui que tu bénis est béni et que celui que tu maudis est maudit”. Balak ou Balaam connaissaient-ils les promesses de Dieu à Abraham ? Gen 12:3 “Je bénirai celui qui te bénira, et je maudirai celui qui te maudira ; et toutes les nations seront bénies en toi”. Balak connaissait-il la volonté de Dieu pour Moab à ce moment-là ? “Tu ne harcèleras pas Moab, et tu ne lui livreras pas bataille” Dt 2:9. Nous voyons, frères et sœurs, combien il est important de connaître Dieu, de connaître sa volonté et ses promesses… pour prendre les bonnes décisions dans la vie et être en paix. Tous ces dons viennent de la connaissance et de la vie selon Sa parole. Balak envoie de l’argent (honoraires du devin) à Balaam, mais Dieu dit à Balaam : “Tu n’iras pas avec eux ; tu ne maudiras pas le peuple (Israël), car il est béni (par Moi)”. Balaam dit donc aux messagers de Balak : “Retournez-y… le Seigneur a refusé de me donner la permission d’aller avec vous”. Il n’a pas mentionné le reste de ce que Dieu a dit, “ne maudissez pas, etc”. (Je pense que ceci est significatif) Balaam a-t-il obéi à Dieu, ou faisait-il sa propre volonté, et cherchait-il simplement à obtenir un prix plus élevé de Balak ? Les motivations de Balaam étaient-elles Dieu ou l’argent ? La volonté de Dieu a été clairement exprimée à Balaam, et il nous a clairement exprimé sa volonté. Obéissons-nous à Dieu à certains égards, mais abandonnons-nous sa volonté dans d’autres domaines, notamment en ce qui concerne notre statut et notre argent ? Balak promet plus de richesses à Balaam s’il vient maudire Israël. Balaam demande à Dieu de lui donner des instructions et on lui dit d’aller avec eux, mais seulement de “dire mes paroles”. Pendant le voyage vers Balak, l’âne de Balaam voit l’Ange du Seigneur qui se tient sur le chemin “comme un adversaire contre lui”. Le mot hébreu pour adversaire est satan, donc nous avons un Ange du Seigneur qui fait la volonté de Dieu et qui pourtant est un satan ! !! C’est l’un des nombreux exemples où nous, en tant que Christadelphiens, reconnaissons la signification du MOT satan. Il n’y a pas de Satan (le mot satan n’a pas de majuscule, c’est juste un mot, pas un être). Mais il y a beaucoup de satans ! Lorsque le Seigneur a ouvert les yeux de Balaam, “il baissa la tête et tomba à plat sur sa face”. Il avait maintenant le bon esprit d’humilité pour écouter et confesser “J’ai péché”. Dieu, par l’intermédiaire de l’ange, répète l’instruction “dis seulement mes paroles”, de sorte que Balaam continue son voyage, bien conscient de la présence du Seigneur et de sa volonté. Si nous sommes conscients de ces deux éléments, chaque jour, nous serons bénis. Ainsi, le lendemain, Balak emmène Balaam sur les hauts lieux de Baal afin qu’ils puissent voir l’étendue d’Israël. Des offrandes brûlées ont été faites et le Seigneur a dit à Balaam ce qu’il devait dire aux Moabites. Balaam dit : “Comment pourrais-je maudire qui Dieu n’a pas maudit ?” Balak est frustré et essaie ailleurs, mais il entend des bénédictions encore plus grandes destinées à Israël, et en apprend davantage sur le seul vrai Dieu. “Dieu n’est pas un homme, pour qu’il mente. A-t-Il dit, et ne fera-t-Il pas ?” Nous voyons cela dès le début dans Genèse 1, et tout au long de la bible. Donc, si nous sommes fidèles, nous pouvons faire confiance au Seigneur pour notre avenir. Malgré toutes ces révélations, Balak refuse de se soumettre à Dieu. Balaam non plus n’a pas été “transformé par le renouvellement de son esprit” – il a peut-être eu une obéissance temporaire, mais il n’est pas resté fidèle. Pierre écrit “Il a aimé le salaire de l’iniquité”, 2 P 2:16 et Jude 11 dit “ne courez pas avidement dans l’erreur de Balaam pour le profit”. Nous pourrions aussi nous souvenir de Judas ! Les avertissements sont là – cherchez les bénédictions et les richesses que le seul vrai Dieu veut vous donner. Proverbes 16 : Lorsque nous lisons ces versets, nous devons lire un verset à la fois et réfléchir. Si vous êtes comme moi, vous voulez passer rapidement au verset suivant, mais vous ne pouvez pas faire cela avec les Proverbes, vous devez beaucoup réfléchir. Mais vous êtes récompensé – vous trouvez une sagesse qui est vraie pour la vie et pour la vie éternelle. J’ai choisi 4 exemples de conseils divins dont Balaam aurait bénéficié, s’il avait été fidèle à cette parole. Verset 6 : ” Par l’amour et la fidélité, le péché est expié ; par la crainte du Seigneur, l’homme évite le mal ” Balaam craignait le Seigneur mais manquait d’amour et de fidélité. Verset 16 : “Combien mieux vaut obtenir la sagesse que l’or, et choisir l’intelligence plutôt que l’argent” Balaam a fait les mauvais choix. Verset 20 : “Celui qui prête attention à l’instruction prospère et béni est celui qui se confie dans le Seigneur” Balaam a mis sa confiance dans l’homme et l’argent. Verset 28 : ” Il y a un chemin qui paraît juste à l’homme, mais à la fin, il mène à la mort” Combien de fois des mots ou des pensées sont dits qui paraissent justes ! jusqu’à ce qu’ils soient testés avec la parole et les pensées de Dieu. La vie de Balaam s’est terminée par la mort et la condamnation. Éphésiens 3, 4. La grâce, les dons et l’amour de Dieu – et notre réponse. L’épître aux Éphésiens commence par Paul, qui remonte le moral des Éphésiens (et le nôtre) en nous parlant des incroyables bénédictions (dons) que Dieu leur a apportées par son plan en Christ. Mais quels sont les fruits de ces bénédictions ? SI ELLES SONT VRAIMENT DISCERNÉES, elles apportent la gratitude, l’amour et une humilité incroyablement réconfortante. Avec cet esprit, nous choisirons de servir volontairement, de donner, d’aimer, de pardonner, afin de rendre gloire à son nom. L’Évangile, pour Paul (et pour nous), est toujours passionnant, car il parle de la volonté de Dieu d’une manière si profonde et apporte avec lui une nouvelle façon de penser et de vivre. Mais, à cette époque, il était encore plus passionnant. Le mystère du Christ avait MAINTENANT été révélé (il était là depuis le début, il était dans la parole de Dieu depuis le début, et si l’on regardait en arrière, on pouvait le voir) mais, bien qu’il ait été là, il n’a pas été révélé jusqu’à ce que le Christ soit né, ait vécu, soit mort et soit ressuscité, et qu’il soit à son tour proclamé aux Juifs et aux Gentils. C’est ce qui se passait à ce moment précis dans le plan de Dieu ! Par cet évangile, les païens (par la volonté de Dieu) étaient héritiers ENSEMBLE avec Israël, membres ENSEMBLE d’un seul corps, et partageant ENSEMBLE les promesses par Jésus-Christ. Malgré toutes ces bénédictions, Paul prie pour que les Éphésiens continuent à être “UN” avec le Seigneur, et que cette “Unitude” continue à croître. “Je prie pour que vous soyez fortifiés intérieurement par son esprit, afin que le Christ habite dans vos cœurs par la foi”, et pour que vous connaissiez (intimement) l’énormité de l’amour du Christ qui surpasse toute connaissance, et que vous soyez remplis jusqu’à la mesure de toute la plénitude de Dieu. Une vocation élevée ! Comment devons-nous vivre ? Ch4:1. ” Menez une vie digne de l’appel que vous avez reçu (le rappel est dans le ch 1 !) ” Soyez complètement humbles et doux ; soyez patients, dans l’amour. Faites TOUS les efforts possibles pour conserver l’unité de l’esprit”. Bien qu’il y ait de la diversité dans l’église, dans la véritable église il y a de grands domaines d’unité. Paul en mentionne 7. UN CORPS : En Christ, Juifs et Gentils (nous) sont “un seul homme nouveau” réconcilié avec Dieu en “un seul corps” par la croix du Christ. Eph 2,15-16. UN ESPRIT : un avec l’esprit de Dieu. UN ESPOIR : un avec la volonté de Dieu. UN SEIGNEUR : “Jésus est Seigneur” 1Cor 12:3. UNE FOI : “Le salut ne se trouve en personne d’autre (sauf en Jésus)” Actes 4:12. UN BAPTIME : voyez l’importance du baptême – l’un des 7 moyens d’atteindre l’unicité. UN SEUL DIEU et PÈRE. de qui tout ce qui précède a son origine, dans l’esprit de Dieu pour apporter le salut. “Notre communion est avec le Père et avec son fils, Jésus-Christ. Nous écrivons cela pour que votre joie soit complète” 1 Jean 1:3-4. Avril

Le 7 Avril

Nous avons vu hier que Balaam n’était pas un prophète pieux. En fait, nous savons, grâce à 2 Pierre 2, verset 15, que Dieu l’a décrit comme quelqu’un qui aimait l’argent et qui n’était intéressé que par la vente des visions qu’il avait. C’est l’événement avec son âne qui lui a donné une leçon, verset 16. Ainsi, Nombres 24, verset 1, montre que Balaam n’a pas suivi ses pratiques impies habituelles, mais qu’il a suivi ce que Dieu lui disait de faire et, au lieu de maudire Israël comme le roi voulait qu’il le fasse, il l’a béni comme Dieu voulait qu’il le fasse. Dieu l’a utilisé pour bénir Israël (verset 2). La bénédiction se trouve aux versets 3 à 9. Il n’y a pas beaucoup de bonnes choses à dire sur Balaam, Jude et l’Apocalypse font tous deux référence à ces événements pour donner des leçons sur la manière de ne pas agir. Nous ferons référence à l’Apocalypse plus tard. Barak était naturellement contrarié par la réponse de Balaam (verset 10), mais Balaam a continué à bénir Israël et à reconnaître Dieu (versets 15-24). Notez comment Balaam reconnaît que ses “yeux ont été ouverts” par cette expérience, indiquant qu’il était un faux prophète, mais qu’il comprenait maintenant qui était Dieu. La bénédiction comprend une indication que c’est Jésus qui détruira Moab à son retour, versets 17-18. Nous suivons ici encore un thème spirituel : Moab est identique à Edom et représente la nature humaine que Jésus détruira entièrement. Dans la référence à Pierre citée plus haut, nous voyons que le contexte concerne les mauvais aspects de la nature humaine, comme dans Apocalypse 2, verset 14, où nous lisons que Balaam était une tentation ou une pierre d’achoppement pour Israël. Nous lisons donc dans Nombres 25 ce que cela signifie en pratique, versets 1-3. Malgré toutes les choses que Dieu leur avait enseignées, ils ont quand même cédé à la tentation et se sont engagés eux-mêmes avec Moab. Les actes sexuels nous montrent à quel point les choses sont allées loin. Se mêler au peuple, à ses femmes et à ses dieux, c’était rejeter le seul vrai Dieu et se rebeller contre lui. La réponse de Dieu était compréhensible – les chefs ont été mis à mort et une peste a éclaté. Ce n’est que lorsque le prêtre Phinées est intervenu que la peste a pris fin, verset 7-9. Je pense que le fait de connaître les noms de l’homme et de la femme nous montre à quel point les choses avaient évolué et à quel point les Israélites étaient corrompus à cette époque. La leçon est que nous devons faire attention à qui nous suivons, et à qui nous nous laissons influencer – nous ne devons être influencés que par Dieu et par Jésus. Nous avons examiné hier les descriptions des Proverbes qui pourraient s’appliquer à Balaam – il y a d’autres versets dans Proverbes 17, par exemple les versets 5, 7-9, 12-13, 15-16, 20-21, 23-26 et 28. Barak pourrait également être décrit, par exemple aux versets 4-5 et 11. Nous ne devrions pas agir comme ces hommes, mais lorsque nous échouons, nous devrions avoir la même réaction qu’au verset 10 et agir comme les sages qui sont décrits ici. La folie est toujours utilisée pour décrire ceux qui s’opposent à Dieu. Le verset 1-5 d’Éphésiens 5 est très approprié à ce que nous avons lu dans ces deux premières lectures ! Dieu dit clairement que ceux qui se rebellent, ceux qui sont insensés et ceux qui sont sexuellement immoraux ne seront pas dans le royaume. Nous devrions plutôt rechercher les choses de Dieu et ce qui est décrit comme la “lumière”. versets 6-12. Nous devons tous être soumis au Christ, verset 21, ce qui implique d’essayer d’être toutes les choses mentionnées aux versets 14-20. Nous devons faire attention à qui nous côtoyons, à ce dont nous parlons, à qui nous ressemblons et toujours rendre grâce pour ce que Dieu fait pour nous. Nous avons alors une merveilleuse image de la façon dont nous devrions voir la relation homme/femme – elle nous rappelle la relation du Christ et de l’Église. Cela n’a rien à voir avec une hiérarchie, mais avec des rappels et de l’amour, verset 22-33. Ceux d’entre nous qui sont mariés doivent voir Jésus dans leur mari et l’Église dans leur femme ; dans notre Église, nous devons voir les frères comme Jésus et les sœurs comme l’Église. Nous devons tous travailler ensemble pour honorer Dieu et Jésus dans tout ce que nous faisons. Éphésiens 6 donne des conseils à tous les membres de l’Église, enfants, pères, esclaves et maîtres, nous sommes tous responsables de nos actes, versets 1-9. Nous devons réagir comme si Jésus était physiquement avec nous, car il l’est, même si nous ne pouvons pas le voir. C’est pourquoi nous avons besoin de ces rappels. Tant de fois, les Israélites ont oublié que Dieu était avec eux et qu’il était toujours conscient de ce qu’ils faisaient. Nous sommes exhortés à nous “revêtir” à la fois de Dieu et de Jésus – nous le voyons dans l’image d’un soldat dont chacun des vêtements représente ou rappelle un attribut divin, versets 10-20. Nous devons viser à nous habiller comme Dieu, c’est l’image que nous avons. Tous les exemples que nous avons dans les lectures d’aujourd’hui mettent en scène des individus qui ont été reconnus par leurs actions, ce sont de grandes leçons ; nous avons besoin de rappels pour rester fidèles et dans l’amour de Dieu pour nous, il nous a fourni des rappels, alors utilisons-les ! Avril

Le 8 Avril

Nombres 26 est un autre recensement des Israélites, cette fois 40 ans après le premier, verset 64. C’est significatif parce que les totaux étaient différents, en raison du fait que tous ceux qui avaient plus de 20 ans sont morts avant le moment de passer dans le pays, verset 65. Le recensement confirme que Dieu s’intéresse aux personnes et à leur héritage individuel, nous avons des noms et des nombres cités, mais nous avons aussi des rappels des échecs, par exemple Koré, Dathan et Abiram, verset 9, ainsi que le rappel évident de la raison pour laquelle la génération qui est sortie d’Égypte est morte dans le désert. La leçon est encore une fois de faire confiance à Dieu et de lui obéir. Proverbes 18, versets 1-9 nous rappelle la folie de suivre les désirs de la nature humaine. En revanche, le verset 10 est une assurance que si vous restez en Dieu, vous êtes en sécurité, les exemples de Caleb et de Josué le démontrent. Les versets 11-13 confirment que toute personne qui a confiance en elle-même est dans une situation de faiblesse et que l’humilité est nécessaire pour changer. Les versets 15-16 suggèrent qu’un homme qui recherche la “connaissance” est sage ; il y a un avantage à cela, suggéré au verset 22, à savoir trouver un “partenaire”. La meilleure chose que chacun d’entre nous puisse faire est de trouver un “partenaire” en Dieu et en Jésus. Cela me rappelle l’image commune dans la Bible de la relation homme/femme représentant, pour nous maintenant, Jésus et l’Église, et pour les Israélites à l’époque, Dieu et eux. C’est vraiment une bénédiction de Dieu ! Il en va de même pour une épouse ou un époux physique ! Avant de passer à la dernière lecture de ce jour, le verset 21 nous fait prendre conscience de l’importance de la nécessité de contrôler notre langue – c’est une question de “vie et de mort”. Vie et mort au sens spirituel du terme, car Dieu veut que nous contrôlions notre langue, mais c’est également vrai au sens physique du terme, car des propos imprudents peuvent nous mettre en danger aux yeux de nos semblables. Philippiens 1 est une synthèse du partenariat avec les autres croyants et de la manière dont nos actions sont perçues par les autres. Paul était si heureux de la fidélité de l’Église de Philippes qu’il a remercié Dieu pour le partenariat rendu possible en Jésus. Ses propres actions et paroles pieuses (sa langue) ont été vues par ses gardiens en prison, qui avaient le pouvoir physique de vie et de mort, mais ils ont été impressionnés par le mode de vie de Paul et lui ont permis de poursuivre son travail, bien que limité par son emprisonnement. Paul le mentionne aux versets 12-14. Du verset 27 à la fin de ce chapitre, Paul exhorte tous ceux qui lisent ses lettres à être aussi un exemple pour les autres. Nous devons vivre une vie digne du message de Dieu, en nous rappelant que notre salut vient de Dieu. C’est pourquoi, dit Paul au chapitre 2, versets 1 à 8, nous avons un grand exemple en Jésus, que nous devrions copier dans tous les aspects de notre vie. Il s’est donné lui-même pour nous, c’est-à-dire l’époux pour l’épouse, de sorte que nous devrions aussi ne pas regarder à nous-mêmes mais aux autres. Les versets 9 à 11 sont consacrés à la louange que nous devons adresser à Jésus en raison de ce qu’il a fait pour nous. Et “toute langue” confesse que Jésus est Seigneur, ce qui nous rappelle que la langue est une question de vie ou de mort. Ainsi, versets 12-13, nous accomplissons notre salut avec une “crainte”, ou un profond respect, de Dieu. Et cela est démontré à nouveau par nos actions, versets 14-18. Nous pouvons être irréprochables en Jésus, mais nous devons essayer de lui ressembler. Paul nous rappelle qu’il y a tant de tentations dans ce monde “tortueux”, mais que nous devons nous accrocher à la “parole de vie”. Ainsi, nous devrions tous nous concentrer sur Jésus, nous devrions essayer d’obéir à Dieu et nous devrions essayer de ressembler à Jésus – ce qui nous amène ensuite au salut dans la grâce et la miséricorde de Dieu. Avril

Le 9 Avril

Dans Nombres 26, nous avons une liste de tous les clans d’Israël.  Il y en avait 64.  Dans Nombres 27, nous apprenons que l’une des familles d’un clan était sur le point d’être perdue en raison de mariages mixtes.  L’affaire a été portée devant Dieu qui a jugé que la famille ne devait pas être perdue.  Les filles devaient recevoir l’héritage de leur père. Ce cas nous enseigne plusieurs leçons importantes.  Tout d’abord, il nous apprend que chaque famille est importante pour Dieu.  Nous pouvons tous en tirer un réconfort.  Deuxièmement, nous avons une leçon sur la manière d’approcher Dieu.  Les filles étaient humbles – elles comprenaient que leur père était mort pour son péché (verset 3).  Elles ont également agi avec foi – elles n’étaient même pas encore entrées dans le pays, mais elles avaient la foi qu’elles le feraient.  Troisièmement, cela nous enseigne que Dieu prévoit de donner à son peuple un héritage dans le pays.  Cela peut également nous réconforter.  Notre espérance est une espérance fondée sur la terre, où le peuple de Dieu héritera du royaume de Dieu sur terre.  Son peuple aura tous une place spéciale dans ce royaume. Nombres 27 nous enseigne également le leadership.  Moïse n’a pas été autorisé à entrer dans la Terre promise, pour avoir désobéi à l’ordre de Dieu concernant l’eau du rocher (verset 14).  Moïse a demandé à Dieu de lui fournir un berger pour diriger le peuple à sa place.  Nous notons que le rôle de berger est celui d’un leader (versets 15-17).  Il n’est pas nécessaire d’être un soldat, un administrateur ou un orateur pour diriger le peuple de Dieu.  Il faut quelqu’un qui prend soin de lui comme un berger. C’est un rôle de service.  Le leader doit constamment prendre soin des brebis d’une manière auto-sacrifiée.  David était un berger.  Même Saül savait s’occuper des animaux.  Jésus était le bon berger et Dieu lui-même est le berger (Psaume 23).  L’abus de pouvoir brutal auquel recourent les dirigeants humains n’est pas ce que Dieu veut dans le leadership. La dynamique du leadership est expliquée dans Proverbes 19.  Un roi fait une grande différence pour tous ceux qui l’entourent (verset 12).  Les dirigeants reçoivent les attentions égoïstes de nombreuses personnes avides de pouvoir.  Sa richesse et son pouvoir lui apportent de nombreux amis (versets 4 et 6).  Ceux qui sont pauvres font l’expérience inverse (verset 4 et 7).  Avec toute cette attention, un dirigeant doit veiller à ne pas devenir orgueilleux.  Il doit craindre celui qui est encore plus haut, c’est-à-dire Dieu (verset 23).  Il doit encore écouter les conseils (verset 27).  Un dirigeant peut penser qu’il a le contrôle, mais en réalité c’est Dieu qui l’a (verset 21).  S’il a une bonne épouse, cela vient de Dieu (verset 14).  Il doit également veiller à être patient.  Le verset 11 dit : “La sagesse de l’homme lui donne la patience ; il est à sa gloire d’ignorer une offense.”  C’est son comportement qui lui donne la vraie gloire, pas sa richesse ou son pouvoir.  Les conseils donnés aux rois sont également pertinents pour nous tous.  Nous sommes les dirigeants de notre maison/famille/soi-même/etc.  Nous devons diriger avec sagesse. L’apôtre Paul était le contraire d’un roi.  Il n’avait pas de maison, pas de femme, pas de richesse.  Il était souvent si pauvre qu’il devait être aidé. Il avait connu la richesse et les honneurs, mais il y a renoncé.  Il a dit : “Je considère tout comme une perte, comparé à l’immensité de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel j’ai tout perdu.  Je les considère comme des déchets, afin de gagner le Christ et d’être trouvé en lui, n’ayant pas une justice propre qui vienne de la loi, mais celle qui vient de la foi au Christ – la justice qui vient de Dieu et qui est par la foi.  Je veux connaître le Christ, la puissance de sa résurrection et la communion dans ses souffrances” (Philippiens 3:8-10).  Cela met tout en perspective.  Nous devons nous concentrer sur le Christ et avancer dans le Christ (Philippiens 3:12-16).  Nous devons suivre l’exemple de Paul (verset 17).  Une façon de le faire est de vivre en paix avec nos frères et sœurs en Christ (Philippiens 4:2-4).  D’autres moyens sont de se réjouir des choses de Jésus (verset 4), de prier en toutes choses (versets 6-7) et de penser à de bonnes choses (versets 8-9).  Cela nous donnera une étonnante tranquillité d’esprit, qui est là pour nous si nous faisons ces choses (verset 7).  Mais nous devons gérer nos attentes.  Nous ne vivons pas comme des rois dans ce monde.  Nous devons être satisfaits en toutes circonstances, même lorsque nous n’avons que de la nourriture et des vêtements (verset 12).  Et nous ne devons pas nous inquiéter de nos faiblesses.  Nous pouvons tout supporter grâce au Christ qui nous donne la force (verset 13).  Beaucoup de ces versets devraient être soulignés dans notre Bible, car ils sont exceptionnellement inspirants et réconfortants.  Puissiez-vous trouver un peu de la joie, de la paix et du contentement que nous pouvons avoir en Christ. Avril

Le 10 Avril

Nous ne pouvons jamais ignorer les mots importants utilisés dans des chapitres comme Nombres 28, même si nous ne sommes pas tenus de faire les offrandes et de célébrer les fêtes aujourd’hui. Ces offrandes étaient exigées par Dieu d’une nation pieuse et c’était avant Jésus. Nous apprenons beaucoup de ces œuvres et les appliquons à nos vies actuelles. Ce chapitre donne les exigences des sacrifices et des offrandes qui étaient requises, c’est-à-dire quotidiennes, hebdomadaires (sabbat), mensuelles et la Pâque annuelle et la fête des Semaines. Tout cela devait être fait, ce qui nous est rappelé dans des versets tels que 10, 15, 24 et 31 – ils sont tous en “plus” et “aussi bien que”. Remarquez également qu’il a été rappelé au peuple à plusieurs reprises que l’animal devait être “sans défaut” (versets 3, 11, 19 et 31). L’implication forte de ceci est que le peuple devait toujours se préparer, les animaux devaient être soignés, le grain et l’huile, etc. devaient être fournis au bon moment, pour le bon but, ils devaient être “agréables” à Dieu. On rendait grâce pour le nouveau jour, la nouvelle semaine, le nouveau mois, pour avoir été sauvé de l’Égypte (la nature humaine) et pour la récolte ; nous en lirons davantage au chapitre 29 demain. Chaque jour également, le peuple se rappelait et offrait un sacrifice pour ses péchés, et il voyait qu’il avait besoin d’un sacrifice “sans défaut” pour y parvenir. Ce sacrifice nous rappelle Jésus, car il était “sans défaut”, c’est-à-dire sans péché, mais nous devrions voir le message spirituel de ce chapitre pour nous aussi, c’est-à-dire que nous devrions nous préparer, nous devrions être heureux et vouloir toujours plaire à Dieu et à Jésus, nous ne devrions jamais dire que nous en avons assez fait maintenant et nous reposer, ou dire “cela suffira”. Israël était tenu de faire des offrandes à Dieu à certains moments et Nombres 28 demain les décrit également.  Chaque jour, deux agneaux devaient être offerts en holocauste (Nombres 28:1-8).  Nous pouvons identifier la signification de ces derniers.  L’un des agneaux devait être offert au crépuscule.  L’hébreu signifie “entre les deux soirs” et c’est à cette heure que l’agneau de la Pâque était offert (Exode 12:6).  Nous savons que cet agneau représentait Jésus (1 Corinthiens 5:7).  L’agneau du soir représentait la mort de Jésus.  Cela signifie que l’agneau du matin doit représenter la résurrection de Jésus qui a eu lieu le matin.  Chaque jour où ces sacrifices étaient offerts, ils enseignaient la mort et la résurrection futures de l’agneau de Dieu (Jean 1:29).  Non seulement il y avait des offrandes chaque jour, mais à la nouvelle lune, ils devaient offrir une autre série de sacrifices (Nombres 28:11-15).  Ces sacrifices portaient également sur Jésus.  L’holocauste de taureau enseignait le besoin d’expiation (Lévitique 1:4).  Le bélier rappelle que le bélier a été sacrifié à la place d’Isaac (Genèse 22:13-14).  Il nous rappelle également le fils premier-né de Dieu, que Dieu a offert en sacrifice.  Les sept agneaux nous rappellent à nouveau l’agneau de la Pâque.  Il y avait également un sacrifice pour le péché.  Jésus était notre sacrifice pour le péché.  Nous pouvons donc voir que les offrandes mensuelles renvoient toutes à Jésus.  Il en va de même pour les autres offrandes des fêtes.  Nous voyons que toutes les choses du culte renvoient à Jésus et que son sacrifice est absolument essentiel à notre relation avec Dieu.  Jésus a accompli la loi (Matthieu 5.17). Notre vie chrétienne est donc un engagement, notre engagement doit être constant et cohérent, jour après jour nous devons essayer de plaire à Dieu. Jour après jour, nous devons nous rappeler que nous sommes des pécheurs et que nous sommes redevables à Dieu pour la vie que nous avons maintenant en Jésus. C’est pourquoi notre vie chrétienne est quotidienne, pas seulement le dimanche ou lorsque des frères et sœurs nous rendent visite ! Ce chapitre me parle d’une préparation minutieuse et pieuse, peu importe le travail que nous devons faire pour vivre, nous devons toujours trouver du temps pour Dieu, en fait tout ce que nous faisons doit être un “sacrifice” pour lui. Jour après jour, tel est le message. Même le verset 20 des Proverbes commence par nous faire penser à ce qui se passe lorsque quelqu’un perd son temps, ou gaspille son argent, en buvant trop de vin et de bière, ce qui l’amène à se battre, il n’est pas sage ! La personne paresseuse ne se prépare pas au bon moment pour la récolte, verset 4, ou dort trop, verset 13, le point est que nous devrions toujours nous préparer afin d’avoir assez à épargner. La préparation est la clé ! Le problème quand on ne reste pas vigilant et qu’on ne se prépare pas, c’est qu’on finit par se précipiter, prendre des raccourcis et finir par ne pas plaire à Dieu. Souvent, pour rattraper le temps, les personnes en retard sont tentées de tricher et les versets ici montrent que Dieu n’est pas satisfait de cela non plus, versets 10 et 23. La personne qui construit sa vie autour de l’amour de Dieu et qui cherche toujours à lui plaire aura une vie “sûre”. Le verset 28 s’applique à un roi, mais comme nous devons être un royaume de “rois et de prêtres” et que nous sommes responsables de nous-mêmes et de ceux qui nous entourent, ce verset s’applique donc à nous maintenant. Et il nous est toujours rappelé que Dieu sait ce que nous faisons de nos vies (verset 27). Le message de Dieu reste donc le même – nous devons nous préparer soigneusement et servir Dieu quotidiennement par toutes nos actions. La vie que nous devrions essayer de copier chaque jour est celle de Jésus, qui était le seul à “garder un cœur pur”, verset 9, mais nous pouvons aussi être rendus “purs” par Jésus et, en recommençant à lire l’évangile de Jean, nous nous rappelons à quel point Jésus était pur et comment nous devrions essayer de vivre nos vies et donc d’être purs avec l’aide de Jésus. Dans Jean, chapitre 1, Jean-Baptiste dit de Jésus qu’il n’est pas digne de “délier les sandales de Jésus”, verset 26-27, et le lendemain, verset 29-34, où il confesse que Jésus est le fils de Dieu, l’agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. Tous ces sacrifices du temps de Moïse désignaient cet “agneau sans défaut”. Il est intéressant de noter que l’un des premiers disciples de Jésus était auparavant un disciple de Jean (verset 35-40). André avait déjà fait preuve d’un engagement envers les choses de Dieu et il a immédiatement vu en Jésus “l’agneau de Dieu” et a reconnu ce à quoi menaient les sacrifices. Il est triste que certaines personnes de l’église comprennent mal ce chapitre et concluent que Jésus et Dieu sont la même entité en disant que la “parole” est Jésus et qu’elle était avec Dieu au moment de la création dans la Genèse, car cela détourne le merveilleux plan de Dieu tout au long de la bible de fournir un sacrifice qui enlèverait réellement le péché du monde. La traduction littérale du verset 1 est “Au commencement était la parole et la parole était vers Dieu et la parole était Dieu”. Ce verset ne mentionne pas Jésus. L’ordre de l’enseignement dans ce chapitre est le suivant : 1) la parole de Dieu (versets 1-5), 2) puis la venue de Jean-Baptiste prêchant la parole (versets 6-9), 3) puis la venue de Jésus comme la parole de Dieu en chair (versets 10-14). Le “commencement” dont parle Jean est le commencement mentionné dans les autres endroits, c’est-à-dire Marc 1:1 et Luc 1:3 et 1 Jean 1:1-2. Il s’agit du début des temps de Jean le Baptiste et de Jésus. La parole de Dieu est venue au “commencement” de ces jours par l’intermédiaire d’anges qui ont annoncé au père de Jean (Luc 1:11-17) et à la mère de Jésus (Luc 1:26-38) la naissance de Jean Baptiste et de Jésus. Le plan de Dieu commence toujours par la parole de Dieu, car Dieu doit donner l’ordre de commencer la phase suivante de son plan. Philippe confesse à Nathanaël que lui et d’autres ont trouvé “celui dont Moïse a parlé”, verset 44-45, c’est pourquoi nous n’ignorons pas ce qui est écrit dans la loi parce que nous y voyons Jésus et pouvons en tirer des leçons pour notre vie quotidienne aujourd’hui. Avril

Le 11 Avril

Nous avons vu hier dans Nombres 28 que nous ne pouvons jamais ignorer les enseignements importants utilisés par Dieu pour instruire son peuple à l’époque de Moïse. Encore une fois, nous ne sommes pas tenus de faire les offrandes actuelles et de célébrer les fêtes aujourd’hui, mais nous devrions tout de même en tirer des leçons pour notre propre vie chrétienne. Ainsi, Nombres 29 continue avec ces fêtes et ces sacrifices, les 3 mentionnés étant annuels, c’est-à-dire la fête des Trompettes, verset 1 ; le Jour des Expiations, verset 7, et la semaine de la fête des Tabernacles, verset 12. Là encore, chacune d’entre elles s’ajoutait à toutes les autres fêtes et tous les autres sacrifices mentionnés dans le chapitre précédent, par exemple aux versets 6, 11 et 34. Le résumé du verset 39 souligne à nouveau que toutes ces fêtes étaient “en plus”. Nous voyons à nouveau l’engagement que nous avons examiné hier, ainsi que le fait qu’il a été rappelé au peuple à plusieurs reprises que l’animal devait être “sans défaut”, par exemple aux versets 2, 8, 23 et 26. La leçon à retenir est donc que le peuple devait toujours se préparer. La priorité de chacun devait être accordée à Dieu, tout comme le jour du sabbat où les gens ne devaient pas travailler (versets 7 et 35). Cela impliquait un sacrifice personnel et il était demandé aux gens de “renoncer à eux-mêmes”, donc même si le travail était critique, ils étaient censés donner toute cette journée à Dieu. C’est en soi une grande leçon pour nous, car notre temps doit être donné à Dieu. Dans son amour pour nous, il continue à nous donner des rappels afin de nous aider à nous souvenir de lui dans notre vie quotidienne. Nombres 30 nous parle des vœux volontaires, qui étaient en “plus” des fêtes et des sacrifices et comment, même s’ils étaient volontaires, ils étaient néanmoins contraignants. Ces vœux, ou promesses, étaient faits à Dieu en réponse à l’amour et à la miséricorde qu’il avait manifestés, individuellement ou collectivement, et les individus voulaient donner quelque chose en retour à Dieu pour le remercier. Il pouvait s’agir de temps, de service, d’un cadeau ou d’une autre chose, mais quelle qu’elle soit, elle devait être complétée et exécutée, verset 2. Les vœux devaient donc être pris au sérieux, il fallait y réfléchir et prier, il fallait un engagement de la part de la personne qui faisait le vœu. Ce chapitre fait une distinction pieuse entre le vœu d’un homme et celui d’une femme – celui de l’homme était contraignant, celui de la femme pouvait être annulé par l’homme le plus proche d’elle, c’est-à-dire son père ou, si elle était mariée, son mari, versets 5, 8 et 12. Cela n’a rien à voir avec la supériorité de l’homme sur la femme, mais c’est encore une autre image de l’ordre de Dieu et un rappel pour nous que l’homme représente Dieu et la femme son peuple, ou dans notre cas aujourd’hui nous pouvons voir l’homme comme représentant Jésus et la femme représentant l’église (Ephésiens 5). Si nous le voyons ainsi, nous pouvons constater que le vœu fait par l’homme, représentant Dieu ou Jésus, est contraignant ; cependant, le vœu de la femme, représentant le peuple de Dieu, doit être approuvé par Dieu (ou Jésus) – représenté par l’homme. Pour moi, l’image est encore plus forte au verset 15, où l’homme tarde à donner son approbation et parce qu’il le fait, il est alors responsable, car ni Dieu ni Jésus ne tardent à nous répondre, alors l’homme ne devrait pas non plus répondre au vœu de sa fille ou de sa femme. Il y a de l’attention et du respect dans la façon dont l’homme (représentant Dieu) répond, il peut modifier un vœu peut-être irréfléchi fait par sa fille ou sa femme ou l’accepter comme il l’entend. Proverbes 21 nous rappelle un vœu que nous avons tous fait – nous avons juré de suivre Dieu et notre Seigneur Jésus lorsque nous avons été baptisés, et dans le cadre de ce vœu, nous nous sommes engagés à nous souvenir de leur amour pour nous chaque semaine en rompant le pain et en buvant du vin. Ce “vœu” doit être plus grand que les sacrifices, verset 3. Le problème auquel nous, les êtres humains, sommes confrontés est que nous sommes facilement distraits des voies de Dieu et pensons que nos voies sont les meilleures, verset 2, mais nous devons nous rappeler que Dieu connaît notre cœur et sait ce qui est le mieux pour nous et comment nous pouvons atteindre le royaume. Tout comme le cœur du roi, nous sommes tous dirigés par Dieu dans la direction qu’il veut nous faire prendre, verset 1. Ceci, à moins que nous ne soyons méchants ou orgueilleux, auquel cas Dieu ne nous fera pas vivre, mais nos vies se termineront par la mort, verset 4 et 16. Ce sont ceux qui poursuivent la justice et l’amour qui trouvent la prospérité et l’honneur, verset 21. Ce qui est triste, c’est que les sacrifices des “méchants”, quels qu’ils soient, sont détestables pour Dieu, verset 27, ceux qui sont de faux témoins et ceux qui les écoutent périssent aussi, verset 28. Pour que nous n’ayons aucun doute sur le fait que ce sont les voies de Dieu qui sont justes et non celles de l’homme, il nous est dit qu'”il n’y a aucune sagesse, aucune perspicacité, aucun plan qui puisse réussir contre le Seigneur”, verset 30. Tous les sacrifices pointaient vers Jésus et dans le premier miracle de Jésus en Jean 2, nous voyons combien Jésus était plus important que tous ces sacrifices, tout comme le verset des Proverbes le laissait entendre aux versets 8-10. En changeant l’eau en vin, qui s’est avéré meilleur que le vin qui avait été bu auparavant, et en allant à l’encontre des attentes normales, Jésus a indiqué qu’il était la meilleure voie. Cela ne veut pas dire que l’ancienne voie était mauvaise, en fait Jésus a accompli l’ancienne voie, mais que ce sont les êtres humains qui étaient “mauvais”, nous avons tous besoin de Jésus pour notre salut. La “mauvaise” voie humaine est démontrée par la corruption de la fête de la Pâque à l’époque de Jésus – le peuple avait transformé “la maison de Dieu” en une place de marché, verset 16. Le peuple avait oublié les leçons qui auraient dû être tirées des sacrifices et des fêtes, dont la Pâque, et en avait fait une occasion de faire de l’argent. C’est pourquoi Dieu avait dit dans les Proverbes que les sacrifices des méchants étaient détestables. Sans rappels constants de la part de Dieu, il existe un réel danger que nous corrompions les choses de Dieu. Nous devons donc vraiment essayer de faire ce que Dieu veut et nous informer constamment de ses exigences. En Jean 3, on nous rappelle que lorsque le peuple s’est rebellé contre Dieu dans le désert et que Dieu a envoyé des serpents pour les mordre, Dieu a demandé à Moïse de fabriquer un serpent sur une perche pour que les personnes mordues ne meurent pas lorsqu’elles regardent le serpent sur la perche (verset 14). La crucifixion de Jésus a été comparée à cela, car dans sa vie, sa mort et sa résurrection, il a permis aux gens de “regarder vers lui” et de recevoir ainsi la vie éternelle (verset 15). Et c’est à cause de l’amour de Dieu que ce moyen d’évasion a été fourni, verset 16 ; c’est le même amour que Dieu a montré tout au long de la Bible en nous donnant des exemples et des rappels pour nous rappeler de suivre les voies de Dieu. L’intention de Dieu était de sauver le monde, mais cela exigeait de croire en Jésus (versets 17-18), et cela exige aussi une réponse de ceux qui croient, c’est-à-dire qu’ils doivent faire preuve de “lumière” dans leur vie (versets 19-21). Ainsi, tous les sacrifices, les fêtes et les leçons nous amènent à Jésus, et en Jésus, nous devons lui ressembler dans tout ce que nous faisons. Nous devons être reconnus comme Jésus, nous devons aussi être une “lumière”, et c’est ce que signifie “naître de nouveau”. Non seulement nous devons accepter Jésus, mais nous devons aussi lui ressembler chaque jour ! Versets 5-8. Comme le dit Jean le Baptiste à la fin de ce chapitre : “Celui qui croit au Fils a la vie éternelle, mais celui qui rejette le Fils ne verra pas la vie, car la colère de Dieu demeure sur lui.” Verset 36. Avril

Le 12 Avril

Dans Nombres 31, il est dit à Israël d’attaquer les Madianites pour se venger. Leur crime a été commis en Nombres 25:17, lorsqu’ils se sont joints aux Moabites et à Balaam pour tenter de corrompre Israël.  Ils avaient essayé d’amener Israël à se joindre à leur culte des idoles et à leur immoralité sexuelle.  La sainteté du peuple de Dieu était en jeu.  S’ils s’étaient mariés avec eux et s’étaient joints à leurs habitudes, ils n’auraient pas été différents des autres nations. Le peuple de Dieu est tenu 1) de n’adorer que Dieu, et 2) de ne pas se joindre à leurs mauvaises habitudes.  Nous avons le même appel de l’Évangile.  Nous devons 1) adorer Dieu uniquement et obéir à ses commandements, et 2) éviter d’être mondains.  Dans Nombres 31, tout le butin de la guerre contre les Madianites devait être purifié.  Ils avaient été en contact avec des carcasses humaines mortes. Tout devait être purifié par le feu ou par l’eau (versets 22-23). Les soldats israélites eux-mêmes devaient passer par un rituel de purification de sept jours (versets 19 et 24).  Il s’agissait de la loi de purification par contact avec un cadavre décrite dans Nombres 19.  Le peuple de Dieu est lié à la vie et non à la mort (Éphésiens 2:1-5).  En accord avec cela, Balaam (un enseignant de compromis) a été tué (verset 8), alors qu’aucun des membres du peuple de Dieu n’a perdu la vie (verset 49). Dans Proverbes 22, nous arrivons à la fin d’une section des Proverbes de Salomon qui a commencé au chapitre 10:1.  Cette section se termine à Proverbes 22:16.  À partir de là, il y a 30 paroles de sages qui commencent à 22:17 et se terminent à la fin du chapitre 24.  Il y a trop de conseils pour cette courte réflexion, nous allons donc en retenir quelques points saillants.  Proverbes 22:6 est un verset important pour les parents : “Formez un enfant dans la voie qu’il doit suivre, et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas. il ne s’en détournera pas”.  Les parents doivent former leurs enfants à la voie de Dieu afin qu’ils suivent le bon chemin lorsqu’ils seront grands.  Pour ce faire, il faut de la discipline pour les diriger sur le bon chemin (verset 15).  Le but de la discipline, comme toujours dans la Bible, est de mettre la personne sur le bon chemin.  La punition n’est qu’un moyen pour arriver à ses fins, pour aider la personne à se remettre sur le bon chemin.   C’est un bon nom que nous devons rechercher, et non la richesse (verset 1) et nous devons l’enseigner à nos enfants.  Les richesses ne nous permettront pas d’accéder au royaume.  Il n’y a pas de billet pour le royaume qui puisse être acheté.  Par contre, un bon nom auprès de Dieu signifie tout.  C’est l’humilité et la crainte de Dieu qui nous apporteront la vie, l’honneur et la richesse (verset 4).  Le chapitre en dit également long sur notre attitude envers les pauvres.  Nous ne devons pas exploiter les pauvres, sinon nous perdrons notre richesse (versets 16 et 22-23).  Nous devons partager la nourriture avec les pauvres (verset 9), si nous voulons être bénis.  Nous pouvons montrer que nous sommes sages par la manière dont nous nous comportons avec nos enfants, avec les richesses et avec les pauvres. Dans chacune des lectures d’aujourd’hui, il nous est enseigné que nous devons avoir une attitude juste si nous voulons avoir une relation juste avec Dieu. Dans Jean 4, il est dit à la Samaritaine que nous devons adorer Dieu en esprit juste et en vérité (Jean 4, 23-24).  Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que Dieu soit heureux avec nous si nous avons de mauvaises attitudes et suivons ce qui est faux.  Ce point a été bien expliqué aux Samaritains.  Ils ne croyaient pas qu’ils devaient adorer à Jérusalem (verset 22), ce qui était faux.  Jésus a fait quelque chose très inhabituelle – il a affirmé clairement qu’il était le Messie (verset 25).  Il l’a prouvé en lui montrant qu’il était au courant de sa vie conjugale malheureuse (versets 17-18).  Malgré cela, elle était la personne choisie par Dieu pour enseigner les villages samaritains (versets 39-41). Et son témoignage a été efficace.  Dieu utilise les bonnes personnes pour son œuvre, mais ce ne sont pas toujours celles que nous choisirions.  Il peut aussi se servir de nous pour apporter l’Évangile dans notre ville.  Comme l’a dit Jésus, les champs sont mûrs pour la moisson.  Nous avons juste besoin de personnes pour l’apporter à ceux qui ne connaissent pas encore la vérité. Avril

Le 13 Avril

Nombres 32 : Les tribus de Ruben et Gad voulaient le pays à l’est du Jourdain qu’Israël avait pris à Sihon et Og (ch 21). Les troupeaux de Ruben et de Gad étaient nombreux et les gens de ces tribus pensaient que la région conquise à l’est du Jourdain serait bonne pour eux. Par conséquent, ils sont venus voir Moïse pour demander que cette terre devienne leur héritage tribal. C’était une situation potentiellement dangereuse, que Moïse a reconnue. Il leur rappelle la situation de leurs frères. “Vos frères iront-ils à la guerre pendant que vous êtes assis ici ?” … et ce que “vos pères ont fait, quand ils ont vu la terre promise, ils ont découragé le cœur des enfants d’Israël, de sorte qu’ils ne sont pas entrés dans le pays que l’Éternel leur avait donné”. Ici, potentiellement, l’histoire se répétait, si Ruben et Gad se séparaient de leurs frères. Cependant, ils ont assuré à Moïse que tous leurs combattants se battraient avec leurs frères pour gagner la terre promise à l’ouest du Jourdain, jusqu’à ce que toutes les tribus reçoivent leur héritage. Une fois cet objectif atteint, ils vivront avec leurs troupeaux, leurs femmes et leurs enfants à l’est du Jourdain. Moïse accepte la suggestion, et il s’assure que tout le monde est informé de l’accord. Pour Ruben et Gad, cela semblait être un bon accord. Pour le reste des tribus, c’était aussi une bonne affaire ; ils auraient toute l’armée d’Israël et le terrain conquis par anticipation (à l’ouest du Jourdain) partagé entre moins de tribus ! En plus de cela, Ruben et Gad se battraient plus durement pour pouvoir rentrer chez eux et retrouver leurs proches le plus vite possible. Le danger était de savoir si, au fil du temps, ils resteraient ensemble, se feraient confiance et se soutiendraient mutuellement. S’ils continuaient à former les 12 tribus d’Israël, ils vivraient de la même manière (en appliquant la même loi), adoreraient le même Dieu, se réuniraient régulièrement, etc. Dieu avait déjà donné la loi à son peuple, et s’ils étaient tous fidèles, ils continueraient à ne faire qu’un. Il y a beaucoup de leçons ici pour toutes les ecclésiastiques. Si nous voulons être forts, nous devons être unis avec Dieu et la parole écrite, et unis les uns avec les autres. Nous devons communiquer, être attentifs aux autres, être sûrs de nos motivations et de celles des autres, partager nos craintes ou nos préoccupations. Nous rappeler que nous sommes des frères, des frères du Christ. Nous avons tous besoin, individuellement, de nous encourager les uns les autres. Nous rendons-nous compte à quel point il est décourageant de voir des frères et des sœurs ne pas assister à une réunion, par exemple ? Nous pouvons avoir une raison valable, mais pensons-nous aux préoccupations et aux craintes que les frères de Jésus peuvent avoir à cause de notre absence, communiquons-nous avec l’ecclésia pour expliquer notre situation ? En bref, même lorsque nous sommes séparés, sommes-nous “un” les uns avec les autres ? Rappelez-vous, nous sommes tous en chemin, chaque jour nous pouvons soit encourager, soit décourager. Rappelez-vous que Jésus dit que tout ce que vous faites pour ses frères, vous le faites pour Lui (Matt 25:40). Sommes-nous ses frères ? “Mes frères sont ceux qui entendent la parole de Dieu et la mettent en pratique” Luc 8:21. Proverbes 23 : Dans ce chapitre, nous avons 8 “ne pas”. V3 : “Ne désire pas ses mets (ceux d’un souverain) car ce sont des aliments trompeurs” ; V6 : “Ne mange pas la nourriture d’un avare”. Ce que le dirigeant a dans le v3 et l’avare dans le v6 sont des esprits qui n’ont pas votre bien-être à cœur, ils ne pensent qu’à ce qu’ils peuvent prendre de vous. Ils ont l’air de donner, mais ils prennent. Comparez ces hommes et leurs cœurs avec Jésus ! Il a tout fait en pensant à nous et il continue à donner de bonnes choses pour nous encourager et nous rassurer. V4 : “Ne vous surmenez pas pour être riche”. Si nous engageons notre vie à être riches, alors nous ne serons jamais contents ou satisfaits. Nous serons moins généreux envers ceux qui sont dans le besoin et nous passerons moins de temps en famille et à l’église. Qui était la femme la plus “riche” aux yeux de Jésus ? La veuve qui a donné tout ce qu’elle avait (2 mites), Luc 21:1-4. Elle était riche parce qu’elle faisait totalement confiance à Dieu. V9 : “ne parlez pas à l’oreille d’un insensé”. En revanche, plus nous entendons le Seigneur, plus nous devenons sages. V10-11 : “n’enlève pas l’ancienne borne”, ne prends pas aux impuissants, car Dieu est de leur côté. V13 : “ne refusez pas la correction à un enfant” la discipline est nécessaire, tout comme l’encouragement et le bon exemple. Nous sommes tous des enfants. Notre Père nous a donné des instructions dans les Écritures, “pour enseigner, corriger et former à la justice” 2Tim 3:16. V17 : “que ton cœur n’envie pas les pécheurs”, si nous envions les pécheurs, nos cœurs sont au mauvais endroit. Dirigez toujours vos pensées vers le Seigneur, soyez un avec Lui, priez et parlez avec Lui et Il vous donnera la paix. Rappelez-vous de tous ses dons, en particulier le don de Jésus. V20 : “ne vous mêlez pas aux ivrognes”, “ceux qui vivent ainsi n’hériteront pas du Royaume de Dieu” Gal 5:21. Tous ces “avertissements”, nous savons qu’ils sont corrects et justes. Nous savons que si nous avons ces pensées, nous n’avons pas le bon esprit, nous n’avons pas l’esprit du Christ ; et Paul donne un autre avertissement : “Si quelqu’un n’a pas l’esprit du Christ, il ne lui appartient pas” Rom 8:9. JOHN 5. Les évangiles rapportent 7 guérisons miraculeuses faites par Jésus le jour du sabbat (7ème jour), en tant que croyants, nous reconnaissons qu’il s’agit d’un dessein vu dans la parole inspirée de Dieu, et ce n’est qu’un témoin, parmi la multitude de témoins, du dessein de l’ensemble des écritures, du début à la fin, afin que l’humanité puisse connaître l’incroyable dessein de Dieu pour l’humanité, et qu’elle puisse mettre sa confiance en Lui. L’une de ces 7 guérisons miraculeuses du sabbat est présentée dans Jean 5:1-15, la guérison d’un homme qui avait été invalide pendant 38 ans. Parce que l’homme guéri portait son lit selon les instructions de Jésus, les Juifs ont persécuté Jésus parce qu’il avait fait ces choses le jour du sabbat (.v16). Ce qui suit sont des paroles d’enseignement de Jésus… afin qu’ils connaissent Dieu et celui qu’il a envoyé. Leçon 1 : (.v17) Dieu et Jésus travaillaient, l’œuvre de Dieu ne s’était pas arrêtée ; Leçon 2 : (v18-30) Jésus reconnaît qu’il n’était pas l’égal de Dieu (Jésus dépendait totalement de son Père). Dieu travaillait par l’intermédiaire de son fils, et parce que Jésus aimait son père, il a fait sa volonté, et a reçu de son père une autorité déléguée. Au verset 19 et au verset 30, Jésus dit clairement : “Je ne peux rien faire par moi-même”. Dieu a provoqué des miracles pour témoigner du fait que Dieu approuvait son fils et agissait à travers son fils. Mais plus important que les miracles, ce sont les paroles que Jésus a prononcées, ces paroles dites dans l’esprit de Dieu, qui pouvaient apporter (par la foi) une vie changée et même une vie éternelle future. Père et fils : V21 comme le Père ressuscite les morts, le fils le pourrait aussi ; V22 le Père a confié tout jugement au fils ; V23 en honorant le fils, nous honorons aussi le Père (bien que séparément !); V24 la volonté commune du Père et du fils, c’est-à-dire le salut, “de la mort à la vie”. V31-47, “Si je rends témoignage de moi-même (et non de Dieu), mon témoignage n’est pas vrai”. Jésus raisonne avec les Juifs, il leur demande de voir la preuve de son autorité déléguée. Elle a été vue et témoignée par Jean le Baptiste (v33-35). Les “œuvres” que le Père lui avait données étaient un plus grand témoignage, pas seulement les miracles, pas les paroles, mais aussi l’acceptation volontaire de Jésus comme serviteur sacrificiel, prêt à mourir, même pour ses ennemis, afin qu’ils puissent se tourner et trouver la vie. Un autre témoin est la parole écrite de Dieu (v37-40), c’est une preuve fournie (par Dieu) tout au long de l’AT. Prenez Moïse par exemple, quelqu’un en qui ils prétendaient avoir confiance, et pourtant “mais SI vous croyiez Moïse, vous me croiriez, car il a écrit sur moi”. Il y a plus de 300 prophéties de l’Ancien Testament qui se sont accomplies lors de la première venue du Christ ! Nous, en tant que frères et sœurs en Christ, avons été enseignés par Dieu, enseignés par sa parole, son fils et sa volonté. Et grâce à ces “dons d’en haut”, nous rendons naturellement honneur à Jésus, et ce faisant, nous rendons aussi honneur à son Père, de qui tout est venu. En comprenant l’autorité déléguée qui a été donnée à Jésus, cette connaissance rend une grande partie des Écritures faciles à comprendre, mais surtout, elle nous permet de “connaître (intimement) Dieu et celui qu’il a envoyé (Jésus)”. Avril

Le 14 Avril

Dans Nombres 33, nous avons le résumé de Dieu des étapes du voyage de ses enfants depuis leur sortie d’Égypte, versets 1-2. Remarquez qu’il est dit “sur l’ordre du Seigneur” que Moïse enregistre ce que nous lisons maintenant – cela confirme que la Bible est écrite par inspiration, mais aussi que c’est ce que Dieu veut que nous nous rappelions. Tout au long de ce chapitre, aucune étape ne manque, mais certains événements importants qui se sont produits à ces endroits ne sont pas enregistrés, en particulier les péchés et l’une des victoires du peuple – je pense que cela est significatif. Cela suggère que Dieu pardonne vraiment et que les victoires contre les ennemis ne sont pas importantes pour lui (nous verrons un point à ce sujet dans la lecture de Proverbes). Cependant, Dieu donne quelques détails dans ce résumé des étapes, ce qui suggère que ce sont les points importants dont il veut que nous nous souvenions. La première des 40 étapes détaillées est la sortie d’Égypte, verset 3-4, la Pâque est mentionnée, ainsi que les funérailles des premiers-nés égyptiens et le jugement sur les “dieux” de l’Égypte. Peut-être que le message pour eux, et pour nous, est que toutes les choses qui ne sont pas de Dieu sont sans valeur, et que nous devons être sauvés d’elles parce qu’elles n’apportent que la mort. Il n’est pas fait mention de la rébellion du peuple à Marah et à Elim, versets 8-9 ; tout ce qui est mentionné est qu’ils ont “voyagé pendant 3 jours” avant d’atteindre Marah (Ex 15), et qu’à Elim (Ex 16) il y avait “douze sources” et “soixante-dix palmiers”. Pourquoi ? S’agit-il d’une image de Jésus dans la tombe pendant 3 jours ? des 12 tribus d’Israël et des 70 anciens (Nu 11:16) qui ont aidé Moïse ? Quelles que soient les raisons pour lesquelles Dieu a mentionné ces éléments, il n’a pas mentionné le péché du peuple. La même chose s’applique au verset 14 à Rephidim (Ex 17) – il n’y avait aucune mention de la grogne, juste qu’il n’y avait pas d’eau. Il n’y avait aucun détail sur des événements importants comme la Mer Rouge au verset 10 ou l’étape du Sinaï. Aucune mention de la grogne à Cadès (Nu 20), verset 36, aucune mention ou Edom refusant leur passage, seulement la mort d’Aaron, verset 38-39. Au verset 40, il est seulement fait mention du roi d’Arad qui les a entendus arriver, mais pas de la victoire des Israélites sur eux (Nu 20 également). Aucune mention de Moïse voyant le pays (Nu 27) au verset 47. Il semble que Dieu veuille que nous nous souvenions de ce qui s’est passé et que nous y pensions, plutôt que de nous donner les détails tout le temps. Il nous donne des rappels importants comme un “test” pour voir si nous sommes vraiment intéressés par son merveilleux salut. Les instructions de Dieu, par l’intermédiaire de Moïse, sur ce qu’ils doivent faire lorsqu’ils entrent dans la terre promise sont spécifiques, et s’ils ne suivent pas les instructions de Dieu, il y aura des conséquences, versets 50-56. S’ils ne chassaient pas les habitants du pays, ceux qui resteraient seraient un problème constant pour eux. C’est exactement ce qui se passe dans nos vies si nous n’éliminons pas les choses impies de notre mode de vie, elles nous feront échouer et nous ramèneront peut-être au même endroit où nous avons commencé, c’est-à-dire en “Égypte” et à la mort ! Dans les Proverbes 24, nous trouvons les exigences de Dieu concernant le traitement de la méchanceté, versets 1-2 et 8-9. Il dit que nous ne devons pas “nous réjouir” lorsque notre ennemi tombe, verset 17-18 ; c’est peut-être la raison pour laquelle il n’est pas fait mention de la victoire dans Nombres 33:40. Dieu dit de ne pas “s’inquiéter” à cause des hommes mauvais, versets 19-20, car Dieu s’occupera d’eux en son temps. Nous devons être sages lorsque nous construisons notre avenir en Dieu, versets 3-7 et 14. Tout comme Dieu a dit à son peuple au temps de Moïse, nous devons nous séparer de ceux qui sont rebelles, versets 21-22, car nous deviendrons comme eux. Les rappels donnés par Dieu dans les Nombres doivent produire en nous un caractère qui fait ces bonnes choses et non les mauvaises énumérées aux versets 23-31. Nous devons toujours faire de notre mieux pour Dieu et ne pas être tièdes comme dans le verset 32-34, car cela se terminera également par un désastre. Jean 6 est notre lecture du Nouveau Testament. Jésus dit aux gens de ne pas se plaindre, au verset 43. J’essaierai d’ajouter d’autres réflexions sur ce chapitre plus tard dans la journée ou de les inclure dans celui de demain. Avril

Le 15 Avril

Nombres 34 nous donne les limites du pays dans lequel Dieu avait amené le peuple ; il était important qu’ils le reconnaissent, versets 1-2, et il était également important que tous prennent leur héritage correct, versets 13-15. Tous ont eu ce qui leur revenait de droit et tous ont eu ce dont ils avaient besoin – tout a été partagé correctement – une grande leçon pour nous est que Dieu nous donne ce dont nous avons besoin. Nous avons lu précédemment que les petites tribus avaient de plus petits héritages, tandis que les grandes tribus avaient les plus grands héritages, la division était due au besoin, et non à une quelconque supériorité – chacun a reçu ce dont il avait besoin. Dans Proverbes 25, nous lisons que les impuretés de l’argent sont éliminées lorsqu’il est affiné – il en va de même pour nos expériences dans la vie. Le processus par lequel Dieu nous “raffine” est tel que nous pouvons être purs comme de l’argent raffiné, verset 4-5. Au cours de ce processus, nous devons être humbles, versets 6-8. Tous ces autres proverbes du roi Salomon sont autant de bonnes leçons pour notre vie quotidienne, ils nous apprennent à être honnêtes, à ne pas faire de commérages, à être patients, à ne pas être cupides, à faire attention à ce que nous disons et à contrôler les choses que nous faisons. Hier, nous avons réfléchi à la manière dont Dieu “teste” notre fidélité pour voir si nous faisons vraiment de notre mieux pour rester de son côté, et pour voir si nous tirons des leçons des expériences que nous traversons dans nos vies – nous savons que Dieu et Jésus nous “testent”, et dans la lecture de Jean 6 d’hier, nous voyons que Jésus “teste” Philippe lorsqu’ils avaient tous ces gens à nourrir, verset 6. Philippe et André ont tous deux échoué au “test” parce qu’ils ne voyaient pas comment Jésus pouvait nourrir les gens avec le peu de choses qu’ils avaient eux-mêmes, versets 7-9. Ce que tous deux avaient oublié, et nous faisons de même, c’est qu’avec Dieu et Jésus, tout est possible et que, dans ce cas, Jésus a nourri la foule en multipliant les petites quantités qu’elle avait, verset 10-11. Lorsque Dieu et Jésus pourvoient, il y a abondance, versets 12-13. Il s’agit peut-être d’un autre rappel pour nous du peuple d’Israël avec les 12 paniers restants, mais le message évident est que lorsque nous nous en remettons à Dieu et à Jésus, et si telle est leur volonté, ils nous fourniront plus qu’il n’en faut. Dans ce cas, il y avait un autre objectif spécifique, car il fallait convaincre le peuple que Jésus était spécial (verset 14). Leur réaction a été de faire de Jésus un roi à ce moment-là, mais Jésus savait que tout est dans le temps de Dieu et il s’est éloigné du peuple, verset 15. Nous avons vu hier que Jésus a dit aux Juifs de cesser de rouspéter, verset 43. Ils rouspétaient parce qu’ils n’avaient pas tiré les leçons de leur histoire ou de leur propre vie. Jésus leur a rappelé l’histoire que nous avons lue dans les Nombres, verset 44-51. C’est Dieu qui appelle les gens à lui et à Jésus, et Jésus rappelle aux gens qu’il (Jésus) est le “pain de vie” ; il dit que les gens qui ont mangé le pain dans le désert sont morts, mais que si les gens mangent le pain de Jésus, ils vivront pour toujours. Évidemment, il ne s’agit pas de manger Jésus littéralement, et il est évident que Jésus ne veut pas dire qu’ils ne mourront pas maintenant, mais il voulait dire que si nous acceptons Jésus maintenant, nous vivrons avec lui pour toujours quand il reviendra sur la terre. Jésus réitère cela aux versets 53-58, nous montrant l’importance de l’accepter et de lui ressembler. C’est pourquoi nous nous souvenons de ces aspects de la vie de Jésus lorsque nous mangeons le pain et buvons le vin le dimanche. Nous ne mangeons pas littéralement le corps de Jésus ni ne buvons son sang, mais nous prenons le pain et le vin comme des symboles de l’acceptation spirituelle de Jésus dans notre vie et de notre ressemblance avec lui. Tout comme les gens du temps de Moïse avaient besoin de la manne pour rester physiquement en vie, nous avons besoin de Jésus, qui est venu de Dieu (c’est le sens de l’expression “venu du ciel”) pour rester spirituellement en vie. Jésus a également répété que les gens ne peuvent venir à lui que si Dieu les appelle, verset 65 ; ce sont des paroles difficiles que certains ne pouvaient pas accepter et ils ont quitté Jésus, mais tout comme les disciples ont dit à Jésus, verset 68, nous disons aussi “où pouvons-nous aller ?”. Il n’y a pas d’autre endroit où nous pouvons obtenir la vie ! Dans la lecture de Jean 7, Jésus réaffirme l’importance d’écouter l’enseignement de Dieu, versets 16-19 – nous devons écouter TOUT l’enseignement de Dieu et ne pas choisir les parties qui nous plaisent ! Les Juifs n’obéissaient qu’aux parties qui leur plaisaient et ils ont souffert d’avoir choisi les mauvaises choses à suivre. Jésus leur a donné l’exemple de la façon dont ils “travaillaient” le jour du sabbat en faisant du bien en circoncisant un enfant, alors qu’ils voulaient tuer Jésus parce qu’il faisait du bien en guérissant le jour du sabbat, verset 21-24. Nous aussi, nous devons prendre la “bonne décision” lorsque nous considérons les choses de Dieu. Ce qui est triste, c’est que les gens savaient que Jésus était le fils de Dieu (versets 28-29), mais ils n’acceptaient pas tous ce qu’il disait ! Certains l’ont fait, verset 31, et nous remercions Dieu que certains acceptent encore Jésus comme leur sauveur et essaient de faire ce que lui et son père veulent qu’ils fassent. Dans ce chapitre, Jésus parle de sa mort, de sa résurrection et de son ascension au ciel (versets 33-34), mais comme les gens ne comprennent généralement pas ce que Dieu a fait tout au long de la Bible, ils ne croient pas tous et sont divisés sur son identité. La leçon pour nous est de toujours lire et apprendre et de mettre en pratique ce que nous apprenons, car Dieu continue à nous “tester” dans nos vies en nous changeant, afin que nous soyons dans le royaume comme il le veut. Avril

Le 16 Avril

Nombres 35 est le passage d’aujourd’hui et il contient de nombreuses leçons de soin, de partage et de respect dont nous pouvons tirer des enseignements. Les lévites étaient les “serviteurs” religieux de l’époque, ils passaient tout leur temps à faire le travail de Dieu et à accomplir les actes de culte au nom du peuple – le peuple devait donc subvenir à leurs besoins, versets 2-5. On s’attendait à ce que les tribus qui avaient le plus de villes (parce qu’elles étaient plus nombreuses que celles qui avaient moins de villes) donnent davantage, verset 8. Nous devrions suivre ce principe aujourd’hui aussi, car nous avons tous des choses différentes, certains ont plus, d’autres moins, mais nous devrions être prêts à donner plus si nous avons plus. Si nous considérons que TOUT ce que nous avons vient de Dieu, alors quand nous voyons un besoin, nous devrions être prêts à donner ce que nous avons à ceux qui ont moins. C’est un grand principe chrétien que nous devons tous suivre. Dieu a donné les lois pour que chacun ait ce dont il a besoin. Un respect total de la vie était également exigé, la conséquence pour tuer délibérément quelqu’un, que ce soit avec un objet dans la main ou même avec le poing ou même une poussée, était fondamentalement une vie pour la vie, verset 16-21. Il n’y a aucune excuse pour des actions délibérées. Dans les enseignements de Jésus – qui sont aujourd’hui la manière dont nous devons nous comporter – Jésus condamne la colère qui conduit au meurtre, Matthieu 5, verset 21-22, et nous devons donc faire preuve d’un respect total pour la vie humaine, que Dieu a donnée en premier lieu. Les villes de refuge étaient une partie importante du système juridique pieux du peuple d’Israël, versets 9-13 ; remarquez que c’étaient des villes où les gens pouvaient se réfugier s’ils avaient “accidentellement” tué quelqu’un, afin qu’ils puissent “être jugés”. Il s’agissait d’un processus d’investigation plein d’amour pour s’assurer que la bonne ligne de conduite était adoptée. Nous pouvons également en tirer des leçons, en ce sens que nous devons toujours faire des recherches appropriées lorsqu’une accusation est portée, quel qu’en soit le sujet. Le verset 30 dit qu’une décision doit être prise en présence de “témoins” et non d’un seul “témoin” – c’est pourquoi Jésus nous dit dans Matthieu 18 que des “témoins” sont nécessaires en cas de litige. Une vie humaine est si importante pour Dieu, qu’elle soit tuée par accident ou non, que même si la mort est accidentelle et que l’individu s’échappe dans l’une des villes de refuge, il doit y rester (versets 26-28). Cela nous montre donc qu’il y a des conséquences et que nous devons respecter la vie – la leçon spirituelle est que nous ne devons même pas être en colère contre les autres, car Jésus dit que nous ne devons pas l’être. Proverbes 26 est une liste de proverbes sur un fou, versets 1-12 ; un paresseux, versets 13-16 ; un trompeur et un bavard, versets 17-28. Toutes ces personnes sont mauvaises et causent des problèmes : l’insensé est celui qui n’a aucun respect pour Dieu et qui désobéit et se rebelle ; la personne paresseuse ne fait rien et la commère répand des paroles malveillantes. Nous devons veiller à ne pas ressembler à l’un d’entre eux et à éviter les personnes qui se comportent de la sorte. Dieu sait cependant que nous échouons souvent, c’est pourquoi nous avons maintenant Jésus, mais cela ne signifie pas que nous pouvons faire ce que nous voulons, nous devons toujours faire de notre mieux, mais lorsque nous voyons les autres échouer, nous devons être lents à juger, en nous rappelant que nous échouons aussi. Nous en avons un exemple dans Jean 8 avec la femme prise en flagrant délit d’adultère – lorsque les gens ont voulu “tester” Jésus avec malice, nous voyons comment Jésus a réagi, aux versets 7-11 – il a dit que ceux qui n’ont pas péché devraient jeter la première pierre – personne ne l’a fait ! Mais il a également dit à la femme de ne plus pécher ! Lorsque nous sommes en Jésus, nous devons agir comme si nous étions dans la lumière et être comme Jésus, ce qui signifie ne pas être stupide, ne pas être paresseux et ne pas faire de commérages (verset 12). Jésus n’était rien de tout cela, il était comme son père, verset 14-18, ce qui contraste tellement avec l’impiété de la pensée humaine, verset 23-30. Jésus a clairement indiqué que la pensée humaine venait d'”en bas” et non d'”en haut”, comme Jésus l’était, et comme nous devrions l’être aussi. Comme Jésus l’a dit à la foule, il nous dit aussi que nous devons “nous en tenir à son enseignement”, verset 31-32 ; cela signifie que nous devons toujours continuer à faire de notre mieux pour le suivre, lui et son père, et que les autres doivent voir cela en nous aussi. Nous ne pouvons pas dire, comme les Juifs, qu’ils sont sauvés à cause de leur héritage, verset 33, nous ne sommes pas sauvés par le seul fait d’être baptisés, nous devons agir comme Jésus et être vus comme Jésus dans tout ce que nous faisons. Versets 34-38, Jésus dit qu’il y a deux options, nous sommes soit esclaves du péché, soit libres en Christ. Si nous voulons être libres en Christ, nous devons faire de notre mieux pour le suivre tout le temps, sans commérages, en étant actifs, sans nous rebeller et en étant prêts à rendre ce que Dieu nous a donné. Avril

Le 17 Avril

Le peuple a montré à quel point il prenait au sérieux les paroles de Dieu dans Nombres 36. Ils ont réfléchi aux implications de ce que Dieu voulait – c’est une chose saine et bonne à faire. On craignait que si les filles de Zelophehad se mariaient en dehors de leur tribu, l’héritage de Joseph ne devienne de plus en plus petit au fil des ans. Ce n’était pas un problème avec ce que Dieu avait dit auparavant, c’était un “test” pour voir comment le peuple répondrait en mettant les paroles de Dieu en pratique dans sa vie, verset 3-4. On peut supposer qu’une prière a été adressée à Dieu pour demander ce qui devait se passer et Dieu a répondu, verset 5-6, en disant aux filles de se marier uniquement dans leur propre tribu. Les autres tribus en ont également bénéficié, car il a été réaffirmé qu’aucun héritage ne passerait d’une tribu à l’autre (versets 7-9), ce qui signifie que lorsqu’une fille reçoit un héritage, elle doit se marier uniquement dans sa propre tribu. Évidemment, puisque nous ne sommes plus une nation, mais plutôt en Jésus, il n’y a plus de différence entre les “tribus” ; nous ne sommes pas contraints à cette façon de nous marier, mais le principe demeure – nous devons toujours chercher à voir comment les paroles de Dieu ont un impact sur notre vie quotidienne, il ne suffit pas de lire la Bible et de faire ensuite ce que l’on veut, nous devons toujours appliquer les enseignements de la Bible (de Dieu) à notre vie quotidienne. C’est ce qu’ont fait les filles, versets 10-13, et nous devons appliquer les enseignements de Dieu dans notre vie. Ne vous éloignez pas de Dieu, tel est le message. Les filles considéraient leur héritage de Dieu comme une bénédiction, nous aussi nous avons un héritage de Dieu, c’est-à-dire le royaume, donc comme elles nous devons répondre en nous assurant que les exigences de Dieu ne sont pas modifiées de quelque manière que ce soit. Ils ont respecté leur héritage, nous devons en faire autant ! Le dernier verset de ce dernier chapitre des Nombres nous rappelle que toutes ces choses sont “les commandements et les règlements que l’Éternel a donnés”, verset 13. Les gens de l’époque étaient désireux de ne pas être corrompus dans le pays que Dieu leur avait donné, malheureusement, l’histoire nous dit que cela n’a pas duré longtemps, mais nous DEVONS essayer de conserver la parole de Dieu et de ne pas la corrompre dans notre façon de vivre. Nous devons toujours mettre en pratique les voies de Dieu dans nos vies. Il n’est pas surprenant qu’un certain nombre d’enseignements de Jésus nous soient rappelés dans Proverbes 27, car Jésus est le meilleur exemple à suivre de quelqu’un qui applique toujours les paroles de son père dans sa vie quotidienne. Jésus utilise le verset 1 dans ses enseignements (Matthieu 6, verset 34) et, fait intéressant, dans sa parabole sur le riche “insensé” (Luc 12, versets 19-20), il indique clairement que l'”insensé”, dont il est beaucoup question dans les Proverbes, n’a aucun respect pour Dieu et ne met son espoir que dans sa propre richesse – ce qui est une perte de temps totale car, dans la parabole, l’insensé meurt cette nuit-là ! Jacques aussi utilise ce verset des Proverbes pour démontrer la différence entre le “sage” [en Dieu] et le “fou” [qui ignore Dieu], Jacques 3 verset 13-18. Le verset 1 de Proverbes 27 concerne l’orgueil ! Comme pour tous les proverbes, nous tirons de nombreuses leçons de ce chapitre, de sorte que chaque verset doit être considéré et appliqué à nos propres vies, mais pour continuer avec le thème de l’héritage, nous allons simplement regarder quelques versets à titre d’exemple. Le verset 8, par exemple, est un avertissement : si un homme [ou une femme] s’éloigne de sa “maison”, c’est-à-dire de la maison de Dieu, il ne survivra tout simplement pas – tout comme un oiseau qui quitte le nid avant d’être prêt à partir, il mourra. Il est intéressant de noter que Jésus nous donne un enseignement similaire dans la parabole du fils prodigue dans Luc 15 à partir du verset 11, dans ce cas le fils “perdu” a réalisé son erreur avant qu’il ne soit trop tard et est revenu. Le verset 10 de Proverbes 27 implique que nous devrions être plus proches de notre “prochain” pieux, c’est-à-dire de nos frères et sœurs spirituels, plutôt que de nos familles impies en chair et en os. Notre véritable ami, c’est Jésus ! Et c’est au verset 23 que nous faisons réellement connaissance avec Jésus, lorsque le berger s’assure de l’état de ses troupeaux. Les chapitres 9 et 10 de Jean nous disent que Jésus connaît l’état de ses brebis, il l’a démontré par ce qu’il a enduré dans sa vie et sa mort, donc il nous connaît vraiment. En raison de son engagement envers son père, et envers nous, il est maintenant notre intercesseur et nous devrions toujours célébrer la résurrection de Jésus, pas seulement à Pâques ! Connaissons-nous vraiment l’importance de la résurrection ? Dans 1Corinthiens 15, versets 21-23, nous lisons qu’Adam apporte la mort, mais que c’est Jésus qui apporte la vie, donc notre “Pâques” devrait être chaque jour et c’est chaque jour que nous devons avoir la bonne attitude. Notre façon de vivre est notre “croix”, c’est ce que nous devons “porter”, non seulement en nous rappelant la mort de Jésus, mais en nous rappelant qu’il a été ressuscité à cause de sa vie pieuse, et en nous rappelant que nous devons aussi avoir une vie pieuse. Dans Jean 10, versets 11-13, nous lisons que Jésus a dit “Je suis le bon berger” et qu’il a donné sa vie pour ses amis ! Nous aussi, nous devrions toujours prendre soin et diriger le “troupeau” qui nous entoure de la même manière que Jésus l’a fait, personne ne devrait être autorisé à s’égarer et nous devrions vouloir garder le troupeau sur le bon chemin. Le berger ne doit pas “s’envoler” et s’enfuir en cas de danger. Jésus est notre ami et il ne nous quittera jamais. Comme le dit le proverbe, un ami reste, il aide toujours. Nous devons être comme Jésus et aider les autres avec leurs fardeaux – par exemple, nous devrions prier pour les autres et les aider quand nous le pouvons. Si nous sommes de vrais amis de Jésus, nous ne devons jamais fuir nos frères et sœurs, nous devons rester à leurs côtés. Le verset 14 nous montre que Jésus nous connaît vraiment et que nous devrions le connaître – la question est : le faisons-nous ? Savons-nous vraiment ce qui lui plaît ? Faisons-nous ce qui lui plaît et suivons-nous ses enseignements ? Nous ne le “connaissons” qu’en le suivant. Nous devons mettre de côté nos péchés et changer, sinon nous crucifions Jésus une fois de plus ! Nous devons nous engager, c’est-à-dire lire, apprendre et mettre en pratique ce que nous apprenons. Ésaïe 40, verset 11, nous dit que Dieu soigne et conduit son peuple avec soin – Jésus était comme son père – et c’est ainsi que nous devons aimer les autres. Dieu et Jésus veulent vraiment que nous allions dans la bonne direction, c’est pourquoi nous devons être des amis de Jésus, c’est-à-dire mettre Jésus en premier. Dans Ézéchiel 34, versets 11 à 16, les brebis perdues ont été recherchées par Dieu – c’est l’assurance que nous avons d’être pris en charge par des bergers aimants, c’est-à-dire Dieu et Jésus. La promesse du royaume est pour leurs brebis, et leurs brebis seront là pour faire l’expérience d’un “bon pâturage”, donc Dieu et Jésus veulent que nous soyons bien et que nous soyons là. Ceux qui sont impies seront détruits, c’est-à-dire que la “fierté” décrite dans les proverbes aura disparu et ceux qui sont humbles seront là ! Nos vies doivent refléter Jésus comme le berger, Hébreux 13:20-21, il était le grand berger que Dieu a ramené d’entre les morts. Nous sommes équipés pour faire sa volonté, c’est-à-dire pour faire le bien, pour faire l’œuvre de Dieu, pour lire sur lui, pour apprendre sur lui et pour prêcher sur lui. Nous devons plaire à Dieu en permanence et marcher avec Dieu et Jésus, en étant toujours prêts. Dans 1Pierre 5, verset 4, nous lisons que le chef des bergers nous donne notre couronne, qui est le royaume, où les choses humaines comme le péché, la douleur et la souffrance disparaîtront. Dans Apocalypse 7, versets 13 à 17, “l’agneau” est le berger, où nos “robes sont blanches”, c’est-à-dire exemptes de péché. Nous devons donc essayer de garder nos robes blanches propres maintenant et essayer de rester séparés pour éviter la contamination par les autres. C’est l’endroit où notre tristesse se transforme en joie ! Jean 15:11-13. Toute joie consiste à être ensemble – nous, Jésus et Dieu. Jésus et son Père seront toujours avec nous. La fraction du pain chaque semaine nous rappelle leur amour et l’amour que nous devrions avoir. 1Jean 3, verset 16. Avril

Le 18 Avril

Dans les lectures, nous passons maintenant au Deutéronome qui est un résumé de tout ce qui s’est passé dans l’Exode, c’est-à-dire l’exode réel d’Égypte et le don de la loi, et dans les Nombres, qui sont les événements qui ont impliqué les individus lorsqu’Israël était dans le désert pendant 40 ans. Il était très important que les Israélites, qui entraient maintenant dans la terre promise, se souviennent de ce voyage de 40 ans et l’apprennent. Il s’agissait d’une nouvelle génération, car tous ceux qui avaient plus de 20 ans et s’étaient rebellés il y a 40 ans étaient morts, et ceux qui entraient dans le pays étaient leurs descendants. Moïse nous rappelle à tous qu’il est très important de “se souvenir des lois de Dieu”, et il commence son résumé au verset 5 du chapitre 1, notre chapitre d’aujourd’hui. Dieu attend de nous que nous soyons “sincères”, comme l’était Caleb (verset 25-36), dans la manière dont nous le suivons, lui et Jésus. Si nous ne le faisons pas, il y aura des conséquences, et Dieu n’écoutera aucune de nos supplications (verset 43-46). Les anciens (bergers) doivent donc toujours enseigner et avoir une sagesse pieuse, versets 15-18 ; si nos “dirigeants” ne sont pas pieux, ils amèneront les autres à s’éloigner, c’est-à-dire à “se cacher”, versets 12 et 28, c’est pourquoi le choix des anciens doit être fondé sur la crainte de Dieu et non sur une préférence humaine. Moïse a été très précis dans ce chapitre sur les caractéristiques de ces “sages”. Dans nos vies chrétiennes, nous devrions toujours nous souvenir de l’aide que Dieu nous a apportée dans nos vies, par exemple au verset 31 ; c’est très important pour nous, car nous pouvons en tirer de la force lorsque les temps deviennent difficiles, comme ils le deviendront certainement. Il est intéressant de noter dans ce chapitre que si le peuple avait toujours été avec Dieu, le voyage aurait duré 11 jours depuis Horeb, verset 2, mais parce qu’il s’est rebellé contre Dieu, cela a pris 40 ans ! La leçon que nous pouvons en tirer est évidente : nous devons toujours permettre à Dieu d’avoir le contrôle et ne pas nous rebeller contre lui et faire ce que nous voulons ! Proverbes 28 a des liens importants avec ce que nous avons lu dans le Deutéronome, par exemple le verset 21, ne pas montrer de partialité (Dt1:17), aussi le thème du peuple rebelle qui s’est rebellé contre Dieu est reflété dans le verset 2. Le verset 9 rappelle que Dieu a fait la sourde oreille lorsque le peuple lui a désobéi (Dt1, 43-46) et qu’il n’a pas écouté ses prières – nous ne pouvons pas espérer que nos prières soient exaucées lorsque nous nous rebellons contre Dieu. Le verset 7 est un lien avec l’observation de la loi – l’alternative est que ceux qui violent la loi sont une honte ! Comme les Israélites, nous oublions souvent que nous ne devons avoir confiance qu’en Dieu, verset 26, il est insensé de rejeter les voies de Dieu – les Israélites ont essayé d’entrer dans la terre promise à leur manière, mais ce n’est qu’en Dieu qu’ils auraient été en sécurité. La réaction pieuse de Caleb et Josué est reflétée au verset 18, ils sont entrés dans la terre promise parce que leurs voies étaient irréprochables, tous les autres se sont rebellés et ont “poursuivi des fantaisies”, tous sont tombés, c’est-à-dire qu’ils sont morts dans le désert. En Jean 11, nous avons le récit d’une famille très pieuse, versets 1-3, cette famille était très proche de Jésus, et pourtant Jésus leur a permis de souffrir quand il est resté là où il était pendant deux jours, verset 6, mais il y a toujours une raison à la souffrance. Nous devrions toujours nous rappeler que notre espoir est un espoir futur, et non une résolution immédiate – notre espoir devrait être celui de Marthe qui a exprimé son espoir au verset 24. Nous aussi, nous devons toujours nous tourner vers la future résurrection, lorsque Jésus reviendra. Jésus nous rappelle qu'”en lui” nous sommes considérés comme vivants maintenant, parce qu’il est “la résurrection et la vie”, verset 25. Nous devons toujours nous rappeler que Dieu a un grand “plan” et que la mort de Jésus, par exemple, faisait partie de ce plan – dans ce chapitre, nous voyons que c’est là que les Pharisiens ont commencé à chercher des moyens de mettre Jésus à mort, verset 53. La raison pour laquelle les Juifs ont agi ainsi était purement égoïste (versets 47-48), c’est-à-dire qu’il s’agissait de leur propre position humaine et égoïste ! C’était une rébellion contre Dieu, mais cela faisait aussi partie du plan de Dieu pour sauver. Comme nous l’avons vu hier, Jésus est un véritable ami (versets 33-35). Comme il a ressenti la douleur de Marie et de Marthe, il ressent notre douleur et s’émeut avec nous ; oui, Jésus nous aime (verset 36), il n’aime pas que nous souffrions, mais il y a des raisons à cela et nous bénéficions vraiment de nos périodes de souffrance, elles font de nous ce que nous sommes ! Nous devons nous rappeler que dans ce récit, la souffrance avait une raison d’être, c’est-à-dire d’enseigner et d’apporter notre salut, car les autorités juives cherchaient alors un moyen de faire tomber Jésus. Une autre fois, Jésus a pleuré sur la destruction future de Jérusalem (Luc 19:41), lorsque non seulement le peuple souffrirait terriblement, mais que le temple de Dieu et la ville seraient également détruits – là encore, il y avait une raison à cela – une autre leçon pour nous de ne pas nous rebeller contre Dieu. Apprenons donc ces leçons si importantes, à nous souvenir, à faire confiance à Dieu, à veiller à ne pas agir de manière humaine, mais à reconnaître que Dieu est aux commandes. Avril

Le 19 Avril

Le Deutéronome 2 raconte comment Israël s’est dirigé vers la Terre promise. Il explique ce qu’était la Terre Promise que Dieu leur donnerait et ce qui n’était pas la Terre Promise. La Terre promise était la terre à l’ouest du Jourdain. Dieu allait maintenant la leur donner après leur voyage de 40 ans dans le désert. Mais les terres d’Édom et d’Ammon ne faisaient pas partie de la Terre promise. Dieu avait donné ces terres à d’autres peuples (verset 21-22). Dieu avait donné le pays des Horites à Édom (qui est un autre nom pour les descendants d’Ésaü). Dieu avait donné le pays des Zamzummites aux descendants d’Ammon (qui étaient des descendants de Lot). Ainsi, nous voyons que Dieu donne des terres aux personnes qu’il choisit et au moment qu’il choisit. C’est ce qui nous est dit plus loin dans Actes 17:16 ; “il (Dieu) détermine les temps qui leur sont réservés et les lieux précis où ils doivent habiter.” C’est Dieu qui contrôle les nations et les déplace selon son plan au moment que Dieu a fixé. L’homme pense qu’il a le contrôle, mais il ne l’a pas. Toutes les nations sont sous la main directrice de Dieu. Dieu détermine les moments où elles existent et où elles existent. Les Proverbes nous enseignent la sagesse de Dieu. Nous retiendrons quelques mots de sagesse de Proverbes 29. Tout d’abord, la nécessité de discipliner un enfant (versets 15 et 17). Dans notre vision humaine de la discipline, nous pensons à la punition. Nous pensons à la punition que l’enfant mérite et nous veillons à ce qu’il la reçoive. Mais ce n’est pas le point principal de la discipline dans la Bible. Le point principal de la discipline est la restauration (par exemple, Galates 6:1). L’enfant peut s’être éloigné du droit chemin, mais la discipline le ramène dans le droit chemin. Dans le cas d’un enfant qui s’est égaré, la discipline le remet sur le bon chemin et rétablit les relations. Nous devons tous comprendre cela lorsque nous traitons les uns avec les autres. Si l’enfant comprend cela et recherche la sagesse, alors les parents ont de la joie (verset 3). Deuxièmement, dans Proverbes 29, nous avons le besoin de maîtrise de soi. L’insensé ne fait preuve d’aucun contrôle et se comporte sans retenue. Mais l’homme sage se maîtrise (verset 11). Un exemple de ce comportement insensé est celui de l’insensé qui se déchaîne au tribunal (verset 9). Ces personnes se mettent rapidement en colère, ce qui entraîne des désaccords et des péchés (verset 22). L’insensé devient incontrôlable et cause des dommages. En revanche, le sage est contrôlé par son intégrité et par les lois de Dieu (verset 18). Nous devons montrer que nous sommes sages en restant maîtres de nous-mêmes. De cette façon, nous éviterons le péché et suivrons le chemin des sages. Notre dernier choix dans Proverbes 29 est un principe important mais qui n’est pas souvent exprimé clairement. Le verset 25 nous dit de ne pas craindre l’homme mais de craindre Dieu. Nous devons nous assurer que nous craignons Dieu plus que l’homme. Ainsi, nous ferons ce que Dieu veut et non ce que l’homme veut. Si les Israélites dans le désert avaient craint Dieu plus que les géants du pays de Canaan, ils seraient entrés dans la Terre promise 38 ans plus tôt et se seraient épargné une vie dans le désert. Craindre Dieu est toujours la meilleure solution. En Jean 12, nous avons le début de la dernière semaine de Jésus. Le sixième jour avant la Pâque (verset 1), Jésus arrive à Béthanie. C’est là que vivait Lazare. Tous ceux qui avaient entendu parler de la résurrection de Lazare d’entre les morts venaient voir Lazare ainsi que Jésus (verset 9). C’était un témoignage de la capacité de Dieu à vaincre la mort, et un rappel pour Jésus que Dieu était capable de le ressusciter lui aussi. C’est sans doute en partie pour cette raison que la sœur de Lazare, Marie, a oint les pieds de Jésus d’un parfum coûteux (verset 2). On peut penser que Jésus est resté avec cette famille, et qu’il se retirait à Béthanie la nuit pendant cette dernière semaine. Le cinquième jour avant la Pâque (verset 12), Jésus fait une entrée triomphale à Jérusalem. Le peuple l’accueille comme le “roi d’Israël” (verset 13), mais pas les pharisiens. Certains Grecs ont été attirés par ces événements. Ces personnes ont entendu une voix venant du ciel (verset 28). Malheureusement, la plupart des gens étaient aveugles à la vérité et n’ont pas cru (versets 37-40). Certains dirigeants ont cru, mais ils avaient peur des hommes qui les auraient chassés de la synagogue (verset 42-43). Ils craignaient les hommes plus que Dieu et ont donc pris la mauvaise décision. Ils ont montré qu’ils étaient comme les insensés de Proverbes 29:25. Jésus, lui, craignait Dieu plus que les hommes, et il a été récompensé. C’est ce que nous voyons dans le Psaume 118:8-9, un psaume qui évoque la dernière semaine de Jésus et son voyage vers la croix. Jésus a fait la volonté de Dieu, quelles qu’en soient les conséquences. Il est toujours préférable de faire confiance à Dieu, car alors Dieu récompensera ceux qui lui font confiance. Avril

Le 20 Avril

Deutéronome 3 : Moïse poursuit l’histoire d’Israël, écrite pour sa génération et les générations suivantes, y compris les autres nations. Dès le début, dans Gen 1 (que Moïse a écrit), nous voyons : ” Et Dieu dit… et il en fut ainsi “. La même chose se passait du vivant de Moïse, même dans ce chapitre. v2 : Et l’Éternel me dit : “Ne le crains pas, car je l’ai livré entre tes mains, lui, tout son peuple et son pays”, et les versets 1 à 22 rappelaient au peuple d’alors, et rappellent aux lecteurs d’aujourd’hui. “Dieu a dit… et il en fut ainsi”. Bien sûr, sans les paroles et les promesses du Seigneur, les craintes et les doutes seraient compréhensibles. Les nombreuses villes avaient des murs élevés, il y avait des “géants” dans le pays, il y avait des armées puissantes à conquérir, etc., et la nation avait échoué 38 ans auparavant (elle n’avait pas fait confiance à DIEU, à ses paroles et à ses promesses). Cette fois-ci, c’était différent. Ils avaient APPRIS à faire confiance à Dieu, pas à eux-mêmes. Par eux-mêmes, ils ne pouvaient pas vaincre les ennemis, mais AVEC DIEU, connaissant Sa volonté, le peuple de Dieu ne pouvait pas perdre. Moïse a-t-il reconnu que son peuple (38 ans plus mûr) avait une mentalité différente de celle du groupe précédent ? Il semblerait qu’ils étaient au moins moins craintifs, et par la foi plus fidèles. Dans quel groupe sommes-nous ? Le groupe de la foi ou celui de la peur ? Il y a des peurs partout – dans des pays lointains, et même dans nos églises et nos familles. Beaucoup d’entre nous sont en route depuis longtemps. Dieu a-t-il été avec nous ? Oui. Y a-t-il eu des moments difficiles ? Oui, mais Dieu était avec nous. Avons-nous été avec Dieu ? Seuls les individus peuvent répondre à cette question, mais je suis sûr que nous reconnaissons tous que, pour la paix et la sécurité, nous devons être avec le Seigneur chaque jour. Les leçons d’histoire ont leurs avantages, même si l’humanité ne semble pas en tirer de leçons. L’histoire peut parfois sembler purement académique, mais elle peut être source d’inspiration. Il y a un verset dans ce chapitre que je trouve étonnant. (Verset 24) Avant de le lire, rappelons que Moïse écrit les mots de ce chapitre, qu’il a 120 ans et qu’il a eu une vie incroyable (bons et mauvais moments). Il lui a été donné des paroles à écrire, de la part du Seigneur, qui parlent de choses antérieures à l’existence de l’humanité. Il a reçu une image de la création, même de l’univers, et des promesses que Dieu a faites concernant le salut de l’humanité. Il a vu certaines de ces promesses s’accomplir au cours de sa propre vie, avec la formation de la nation d’Israël et sa fuite d’Égypte. Et cette nation a été nourrie et abreuvée, et guidée dans toutes les voies de Dieu. Les fléaux, la mer Rouge, le tabernacle, autant de témoins incroyables de la provision de Dieu. De plus, la relation personnelle que Dieu avait avec Moïse – tous ces dons étonnants de Dieu, et pourtant, que dit Moïse au v24 ? “Tu as COMMENCÉ à montrer à ton serviteur ta grandeur et ta main puissante”. En raison de cette prise de conscience, Moïse a demandé à voir davantage en traversant le Jourdain et en voyant la terre promise, comme Abraham l’a vu en Gn 13,14. La demande de Moïse a été refusée, “Ils sont tous morts dans la foi, sans avoir reçu les promesses, mais les ayant vues de loin, ils les ont embrassées et ont confessé qu’ils étaient étrangers et pèlerins sur la terre”. Hébreux 11:13. Nous aussi, nous avons vu des actes merveilleux de Dieu, trop nombreux pour être mentionnés, mais ce n’est que le début de la grande et puissante main de Dieu. “Quand même, viens, Seigneur Jésus”. Proverbes 30:5 “Toute parole de Dieu est pure, Il est un bouclier pour ceux qui se confient en Lui”. Lorsque nous commençons à apprendre les voies de Dieu à partir de la Bible, nous apprenons beaucoup de choses. Nous acquérons la connaissance de Dieu, et la sagesse, de l’amour pur, de la grâce, de la justice, etc. Nous apprenons aussi comment l’humanité devrait être – selon la volonté de Dieu. Nous reconnaissons également la sagesse et la beauté de Sa création, qui vit selon Son dessein. L’aigle dans les airs, le lion, etc. Mais aussi les petites créatures, les fourmis, les sauterelles, etc. et la façon dont elles travaillent ensemble (selon la volonté de Dieu). En connaissant mieux notre créateur, nous nous rapprochons de lui et nous changeons pour être plus proches de lui. En même temps, nous devenons plus conscients des manières de l’humanité ; l’orgueil, les injustices, la cupidité et l’égoïsme, l’adultère. Dans ce chapitre, Agur écrit ces pensées, et décrit son voyage de l’ignorance de son créateur à la connaissance de son créateur, “qui est un bouclier pour ceux qui mettent leur confiance en Lui”. Ses yeux ont été ouverts par la parole et la volonté de Dieu. Et les nôtres aussi – merci Seigneur. JOHN 13 : Cœurs et esprits. Jésus savait que le moment était venu : le lendemain, il serait séparé de ses disciples par la mort sur une croix. Mais plutôt que de s’attarder sur ses souffrances, il a continué à enseigner et à guider ses disciples. Les instructions données dans la chambre haute ne s’adressaient pas seulement à eux, mais aussi à ceux qui allaient croire en lui par l’intermédiaire de l’Évangile. Jésus leur lave les pieds et dit : “Ce que je fais, vous ne le comprenez pas maintenant, mais vous le comprendrez après cela” (v. 7). Nous voyons dans Luc 22:24 la raison pour laquelle Jésus fait cela – les disciples se disputaient entre eux pour savoir lequel d’entre eux serait le plus grand dans le Royaume de Dieu. Il est clair qu’à cette époque, ils n’avaient pas le cœur et l’esprit de Christ, ils étaient égoïstes et en compétition les uns avec les autres. L’orgueil était omniprésent ! Jésus, le fils de Dieu, le Messie, celui qui est mort pour eux, qui les a “aimés jusqu’à la fin”, lui (le plus grand homme qui ait jamais vécu) leur a lavé les pieds ! N’imaginez pas qu’il leur a simplement lavé les pieds et que cela a été fait rapidement. Je suis sûr que cela a été fait avec amour, doucement et lentement. Quelques jours plus tard, ils ont été encore plus humiliés lorsqu’ils ont réalisé que Jésus savait ce qui allait se passer peu après leur avoir lavé les pieds – la honte, la souffrance et la haine que l’humanité aurait pour lui, et aussi que ces mêmes disciples l’abandonneraient et le trahiraient de différentes manières. Et malgré tout cela, Jésus leur a lavé les pieds. Il leur a également dit : “Si moi, votre Seigneur et Maître, je vous ai lavé les pieds, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres.” v14 – Devrions-nous donc littéralement nous laver les pieds les uns aux autres ? Peut-être. Il n’y a aucune trace de cela dans les églises du Nouveau Testament. Mais ce qui est plus important, c’est l’état d’esprit qui sous-tend l’acte – celui d’un serviteur aimant. Si nous avons cet état d’esprit, nous ferons naturellement les choses qui sont nécessaires chaque jour – nous aurons l’état d’esprit de Jésus ! Jésus poursuit au verset 15 : “Je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait”. Il ne s’agissait pas seulement de laver les pieds, mais de vivre humblement une vie de serviteur volontaire et aimant – c’est ce que Jésus a fait pour eux, et ce qu’il a fait pour nous ! C’est ce que Jésus a fait pour eux et ce qu’il a fait pour nous, afin que nous soyons inspirés par lui et que nous changions pour devenir comme lui. Au verset 16, Jésus leur donne d’autres mots à retenir, des mots à vivre dans leur cœur et leur esprit. Dieu a envoyé Jésus, qui à son tour enverra les disciples. Jésus représentait et parlait pour Dieu, et les disciples allaient témoigner et parler de Jésus. Jésus les envoyait, mais ils devaient être changés, leur esprit devait s’unir à celui du Christ. Ils ont été choisis par Dieu et par Jésus, ce qui, dans un mauvais état d’esprit, pourrait provoquer de l’orgueil – mais avec la vraie compréhension et la pleine conscience de ce qui a été fait pour eux (et pour nous), l’humilité et, avec elle, une vie de prière pour être guidé et aidé dans ce voyage. Si nous avons le Seigneur dans nos cœurs et nos esprits, nous ferons les choses qui lui plaisent, et rien “ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur” Rom 8:39… même la mort. Avril

Le 21 avril

Dans Deutéronome 4, nous voyons une distinction importante entre l’œuvre de Dieu et l’œuvre de l’homme, et ce thème se poursuit tout au long des lectures d’aujourd’hui. Dieu commence par dire que son peuple doit écouter et appliquer ses commandements lorsqu’il entre dans le pays qu’il lui donne, versets 1-2. Ils ont “vu de leurs propres yeux” ce que Dieu a fait pour eux au cours des 40 dernières années et comment il a puni ceux qui ont fait confiance aux choses faites par l’homme, versets 3-4. Dieu leur rappelle qu’ils doivent suivre ses lois afin qu’en plus de le respecter en tout, ils soient un exemple pour les nations qui les entourent en démontrant qu’ils sont “sages”, versets 5-8. Comme le message de Dieu à son peuple à l’époque, nous devons nous aussi “faire attention” et “nous surveiller de près” afin de ne pas oublier les choses de Dieu dont nous avons entendu parler et que nous avons vues, et nous devons donner l’exemple à nos enfants ainsi qu’à ceux qui nous entourent, versets 9-10. Il était si clair au mont Sinaï, lorsque Dieu a parlé à tout le peuple à partir du feu, que c’était l’œuvre de Dieu et NON l’œuvre de l’homme, versets 11-14 – cela aurait dû être une preuve et une expérience suffisantes pour que le peuple reste fidèle. Malheureusement, Dieu savait que le peuple se rebellerait à l’avenir et, ici, il avertit le peuple de ne pas le remplacer par “l’œuvre de ses mains”, c’est-à-dire de fabriquer des objets pour l’adorer (versets 15-20). Il s’agit d’un enseignement très important, à la fois pour eux et pour nous, dans la mesure où nous ne devons pas remplacer Dieu par quoi que ce soit, il est le seul sauveur, les choses “faites par l’homme” ne feront que nous éloigner de Dieu, nous ne devons donc pas leur donner de l’importance dans nos vies. L’avertissement de Moïse au verset 23-24 est tout aussi approprié pour nous aujourd’hui. Tout comme le peuple de Dieu à l’époque, nous avons le privilège d’entendre et de voir les choses de Dieu et nous devons donc mener une vie appropriée (versets 32-34). Ce thème de la bonne utilisation de nos mains se poursuit dans Proverbes 31, où il est question de la femme, ou de l’épouse, au “noble caractère”, que certaines Bibles appellent la “femme vertueuse”. Ses œuvres sont toujours pieuses, elle utilise ses mains de manière pieuse, elle est toujours préparée et prête à faire plaisir à son mari, versets 12-29. Les exemples sont merveilleux et démontrent un respect total et une “crainte” de Dieu. Son mari a une confiance totale en elle et, grâce à elle, il est respecté, versets 11, 23 et 28. En tant que disciples de Jésus, nous pouvons voir les similitudes dans nos vies chrétiennes, car l’Église est représentée par la femme et Jésus par l’homme (Éphésiens 5). C’est une leçon si forte pour nous (frères et sœurs) d’être comme cette épouse (femme) dans les Proverbes de sorte que Jésus (et donc Dieu) soient respectés parce que les gens voient nos “bonnes œuvres”. C’est exactement ce qui a été dit au peuple de Dieu dans le Deutéronome lorsqu’il devait être considéré comme “sage”. La première moitié de Jean 15 parle de la vigne (Jésus) et des sarments (nous, l’église) et la vigne est censée produire du “fruit”. Si elle ne le fait pas, les sarments seront coupés (versets 1 à 4). C’est une grande image pour nous et l’enseignement de Jésus est très clair et est exactement le même que l’enseignement de son père que nous lisons dans le Deutéronome et les Proverbes, versets 5-8. Le même amour que Dieu a montré à ses enfants dans le Deutéronome est montré par Jésus à notre égard, versets 9-11, ce qui exige une réponse de notre part pour produire des “fruits”, tout comme la femme dans les Proverbes. Cela est particulièrement vrai lorsque nous nous rappelons que la plus grande partie de l’amour de Jésus a été démontrée par son sacrifice pour ses “amis”, verset 13. Et nous sommes les amis de Jésus SI nous faisons ce qu’il ordonne, verset 14, ce qui correspond encore une fois à ce que son père a dit dans le Deutéronome ! Nous avons été rapprochés de Jésus par la grâce, c’est pourquoi nous devons vraiment réagir, versets 15-17. Les gens qui nous entourent remarquent notre façon de vivre, nous devons toujours donner le bon exemple – le but est que nous montrions Dieu et Jésus dans nos vies. Cela ne se termine pas toujours par l’unité, en fait cela se termine souvent par la haine comme Jésus l’explique au verset 18- chapitre 16 verset 4. Dieu est un Dieu aimant et miséricordieux, son pardon est sans limite. Cependant, son pardon est conditionnel, verset 27 – Dieu nous aime, parce que nous aimons Jésus, et nous ne sommes ses amis que si nous faisons ce qu’il ordonne. Notre leçon est donc d’utiliser nos “mains” pour faire de notre mieux pour accomplir l’œuvre de Dieu chaque jour ! Avril

Le 22 Avril

Dans le Deutéronome 5, nous voyons le rappel des 10 commandements, c’est-à-dire les versets 7 à 21 ; il a été rappelé aux enfants de Dieu qu’ils devaient les prendre au sérieux et qu’ils devaient “les apprendre” et “les suivre”. Dans le Nouveau Testament, Jésus nous dit que nous devons aussi les respecter, à l’exception du sabbat, qui est le seul qu’il n’ait pas répété (notre jour de sabbat est maintenant le dimanche, même si nous devons nous souvenir de ce que Dieu et Jésus ont fait pour nous chaque jour). La raison pour laquelle eux, et nous, devrions apprendre et faire cela est que nous sommes si reconnaissants à Dieu de nous avoir fait sortir de l’esclavage du monde et du péché et de nous avoir promis le royaume, verset 6 ; les événements que nous lisons dans le Deutéronome nous rappellent notre vie actuelle et notre voyage vers le royaume. Nous avons fait la promesse, lors de notre baptême, d’apprendre et de faire ce que Dieu et Jésus veulent, et cela ressemble à la confession que le peuple a faite, par l’intermédiaire de ses dirigeants, au verset 27. Nous devons donc être “attentifs” à faire ce que le Seigneur a ordonné, verset 32. Ce message est souligné par le fait que l’expression “Dieu parlant du feu” est répétée 4 fois dans ce chapitre, c’est-à-dire aux versets 4, 22, 23 et 26 – lorsque de telles répétitions se produisent dans la Bible, nous devons nous demander pourquoi. Nous lisons également que les gens étaient “effrayés”. Il y a une référence à cela dans Hébreux 12, versets 18-21 et, en tant que disciples de Jésus, il nous est dit que nous ne nous approchons pas d’une montagne qui ne peut être touchée et qui brûle pour entendre la voix de Dieu. C’est pour cette raison qu’à l’époque de Moïse, le peuple a “refusé” d’écouter la voix de Dieu, verset 19, qui utilise en fait le même mot que celui traduit par “refuser” au verset 25. Nous ne devrions donc pas “refuser” d’écouter les enseignements de Jésus, qui sont les enseignements de Dieu. Nous devons donc vraiment écouter, obéir et mettre en pratique la parole de Dieu. Dans l’Ecclésiaste 1, qui est notre deuxième lecture aujourd’hui, nous lisons que le roi Salomon, malgré toute sa sagesse et son savoir (versets 16-18), a conclu que “tout est sans signification” (verset 2). Il voit tout ce qui se passe dans le monde, par exemple les nouveaux jours, la pluie, l’eau et le vent, versets 5-7, et comment tout cela se répète constamment, et il décrit cela comme “fatigant”, verset 8. Nous devons examiner les derniers versets de ce livre pour essayer de comprendre la conclusion de Salomon afin de mieux comprendre ce qu’il dit, c’est-à-dire que sans Dieu, tout n’a pas de sens ! Et lorsque nous nous comparons à Dieu, nous sommes si petits et insignifiants et, par conséquent, tout ce que nous accomplissons, par exemple la connaissance et la sagesse humaines, n’a aucun sens. Le seul accomplissement que nous pouvons faire dans notre vie est d’apprendre à connaître Dieu et Jésus, ainsi que le dessein de Dieu à notre égard et son royaume promis. Lorsque nous en arrivons à notre troisième lecture, en Jean 17, nous voyons la merveilleuse prière que Jésus a faite lors de la première fraction du pain : il prie pour lui-même, versets 1-5, il prie ensuite pour ses disciples, versets 6-19, puis il prie pour nous, versets 20-26. C’est étonnant et cela nous montre à quel point Dieu et Jésus veulent vraiment que nous soyons ensemble dans le royaume ! Jésus demande à son Père que nous apprenions par sa parole, c’est-à-dire la Bible (verset 20), qui est le message du disciple ; que nous soyons un avec Dieu et Jésus (verset 21) ; que nous soyons unis, c’est-à-dire que nous formions un seul corps (verset 23) ; et que nous soyons aimants comme Jésus l’était (verset 26). Le processus entier est que Jésus a prié pour que nous soyons comme lui, donc nous devons faire de notre mieux pour lire, apprendre et mettre en pratique ce que nous apprenons. Avril

Le 23 Avril

Les 2 chapitres du Deutéronome, ie 6 et 7 nous confirment que nous devons prendre au sérieux les rappels que Dieu nous fait. Au chapitre 6, il nous est dit que les commandements, les décrets et les lois, verset 1, doivent être observés, verset 2. Les enfants de Dieu devaient être “attentifs” à obéir, verset 3, cette exigence est si importante qu’elle doit faire partie intégrante de nous, le verset 6 la décrit comme étant “sur vos cœurs”. Notre amour pour Dieu doit être “de tout notre cœur, de toute notre âme et de toute notre force”, verset 5. Les parents étaient tenus d’inculquer cela à leurs enfants, verset 6, et ils devaient être prêts à répondre aux questions de leurs enfants, verset 20. Les rappels symboliques, dont il est question aux versets 8-9, soulignent que nous devons nous souvenir de Dieu et de ses commandements tous les jours, ils doivent devenir une seconde nature. Lorsque nous transmettons les raisons à nos enfants, nous devons expliquer les raisons de ces rappels et saisir les occasions d’expliquer toutes les raisons d’un commandement particulier. Nous avons besoin de rappels pour nous souvenir de ce qui a été fait pour nous. Le meilleur exemple est le service de la fraction du pain que nous devrions tous être impatients de célébrer chaque dimanche pour nous souvenir de l’amour de Dieu et de Jésus pour nous, mais aussi parce que nous voulons exécuter le commandement. Tout comme les Israélites ont été sauvés d’Égypte, nous aussi avons été sauvés du monde et du péché. “Veillez donc à suivre les commandements, les décrets et les lois que je vous donne”, chapitre 7 verset 12. Et si nous faisons attention et sommes prudents, alors Dieu gardera son alliance, verset 12. La raison pour laquelle nous devons toujours nous souvenir de ce que Dieu a fait pour nous et respecter ses commandements est que nous savons qu’il déteste les choses méchantes, verset 26, c’est pourquoi il a dit aux Israélites de détruire complètement les choses et les gens méchants, verset 16, nous aussi nous devons enlever tout ce qui peut nous éloigner de Dieu. Si nous ne le faisons pas, ils seront un piège pour nous. Le type de vie que nous lisons dans Ecclésiaste 2 est la vie centrée sur l’homme contre laquelle Dieu mettait en garde son peuple dans le Deutéronome. Ce type de vie n’était centré que sur soi, par exemple au verset 4-9, Dieu savait que si les choses méchantes n’étaient pas complètement détruites, les impies influenceraient son peuple pour le pire. La conclusion de Salomon était que sans Dieu, une vie n’a aucun sens, car après la mort, toutes les choses pour lesquelles vous avez travaillé iront à d’autres, verset 15-16. Salomon a essayé ce genre de vie et il a conclu qu’elle n’avait aucun sens ! Notre 3ème lecture en Jean 19 est notre meilleur exemple de souvenir – Jésus a été crucifié pour nous afin que nous puissions avoir la vie – le minimum que nous devons faire est de nous souvenir de l’amour de Jésus et de Dieu pour nous chaque dimanche dans le pain et le vin. Les rappels sont absolument nécessaires pour nous afin de rester fidèles à Dieu. La réponse surprise des chefs des prêtres au verset 15 montre qu’ils préféraient les choses de la pensée humaine plutôt que la pensée de Dieu – nous ne devons pas être comme eux si nous voulons être dans le royaume ! Avril

Le 24 Avril

Il y a de grands messages dans Deutéronome 8 et 9. On nous dit que Dieu a mis son peuple à l’épreuve pour savoir ce qu’il avait dans le cœur. Pour ce faire, il les a affamés et les a nourris de manne (8:3). Dieu allait toujours nourrir son peuple et ne pas le laisser mourir de faim. Même dans leur faim, ils devaient avoir confiance en Dieu. Dieu leur a donné la manne de sorte qu’ils devaient en recueillir une certaine quantité chaque jour, et le double avant le sabbat (Exode 16). S’ils ne croyaient pas à la parole de Dieu, ils ne suivaient pas les instructions. Ils essaieraient de collecter plus chaque jour (pour faciliter les choses) ou d’en collecter une partie le jour du sabbat (pour avoir de la manne fraîche). Ces deux stratégies ne fonctionneraient pas et proviendraient du fait qu’ils ne suivraient pas et ne croiraient pas à la parole de Dieu. Dieu les a mis à l’épreuve pour voir s’ils allaient suivre sa parole ou non. Malheureusement, beaucoup ont échoué le test. Il y a une leçon évidente pour nous. Suivons-nous et croyons-nous la parole de Dieu ? Sommes-nous prêts à suivre les commandements de Dieu, même en cas d’épreuves ? Dieu a prédit un temps d’abondance pour son peuple. Ce sera le moment où ils entreront dans la terre promise. Quand il leur a donné tout ce qu’ils pouvaient manger et la paix, ont-ils continué à être reconnaissants ? Ou seront-ils fiers et penseront-ils qu’ils l’ont fait (Deutéronome 8:17) ? Nous avons le même défi aujourd’hui. Sommes-nous reconnaissants à Dieu pour tout ce qu’il nous a donné ou pensons-nous l’avoir fait nous-mêmes ? Les bénédictions de Dieu pour son peuple ne provenaient pas de sa justice. Lorsque Dieu leur a donné la terre promise, ce n’était pas parce qu’Israël la méritait (9:5-6). C’était à cause de la méchanceté des nations qui y vivaient (9:4). Pouvons-nous vraiment dire que nous avons ce que nous avons parce que nous le méritons ? Ou est-ce plutôt grâce à la bonté de Dieu que nous jouissons de ces choses ? Israël a eu l’habitude de se détourner de Dieu dans son orgueil. Puissions-nous ne pas être comme eux. Le conseil du Deutéronome était qu’Israël soit reconnaissant pour ce que Dieu avait fait pour lui. C’est le même conseil qu’en Ecclésiaste 3. Lorsque nous avons de la nourriture, de la boisson et de la satisfaction, c’est un don de Dieu (verset 13). Ce n’est pas parce que nous l’avons mérité. Si nous le méritions, ce ne serait pas un don mais un salaire. Salomon est d’accord avec le Deutéronome pour dire que Dieu met l’homme à l’épreuve (verset 18). Mais Salomon le décrit comme un test pour voir si les hommes sont vraiment des hommes ou s’ils sont plutôt des animaux ? Autrement dit, les hommes se comportent-ils comme des animaux ou s’élèvent-ils au-dessus de leurs instincts primaires et se comportent-ils comme des personnes de Dieu ? Il est vrai que l’homme et la bête vont au même endroit et retournent à la poussière. Mais leur destin sera-t-il différent ? La différence entre l’homme et l’animal dans l’au-delà dépend de la façon dont il s’est comporté dans sa vie. Même les juges peuvent être méchants (verset 16). C’est un aveu surprenant, alors que l’on pourrait penser que c’est le temps de Salomon et qu’il veillerait sûrement à ce que la justice soit toujours rendue ! Il est clair qu’il ne peut y parvenir, mais il avertit les juges que même eux seront jugés (verset 17). Bien sûr, l’Ecclésiaste 3 est le grand chapitre sur le temps. Il y a un temps pour toutes choses. Nous ne pouvons pas faire la même chose à chaque occasion. Nous devons avoir la sagesse de savoir quand faire une chose ou son contraire. Dieu sait faire la différence, mais nous, le savons-nous ? En Jean 20 et 21, nous lisons la résurrection de Jésus. Jésus était un homme qui n’est pas mort comme les animaux. C’est un homme qui a été mis à l’épreuve et qui s’est révélé être un parfait homme de Dieu. Lorsque les disciples se sont rendus au tombeau, ils ont trouvé la pierre roulée et le corps disparu. Ils ont immédiatement pensé que le corps avait été volé. Mais s’il avait été volé, pourquoi les couvertures étaient-elles pliées (20:7) ? Un voleur ne ferait pas cela. Jean a cru à ce moment-là, mais pas Marie. Et ce, bien que Marie ait vu des anges (20:12). Croyant que le jardinier avait pris le corps, Marie a pris Jésus pour le jardinier. Quand elle a cru, elle est allée le dire aux autres disciples. Jésus étant ressuscité le premier jour de la semaine, la nuit du même jour que la résurrection, Jésus est apparu aux disciples (verset 19). Il présenta les preuves qu’il était vraiment mort (ses mains et son côté) mais qu’il était vivant. Une semaine plus tard, même Thomas était convaincu. Lorsqu’il a dit : ” Mon Seigneur et mon Dieu ” (verset 28), il voulait dire qu’il comprenait maintenant ce qui lui avait échappé auparavant. En Jean 14.5, il a demandé ce que Jésus entendait par ” le chemin “. Dans la conversation qui suit, Jésus dit : ” Celui qui m’a vu a vu le Père ” (14.9). Thomas comprenait maintenant que lorsqu’il regardait Jésus, il pouvait voir le Père. Il leur a également donné l’esprit saint pour leur permettre de pardonner les péchés (verset 22). De nombreuses personnes avaient du sang ou des traces de trahison sur les mains et avaient besoin de se repentir. Alors même qu’ils voyaient Jésus, les autorités étaient à la recherche des disciples, ce qui explique qu’ils se trouvaient dans une pièce fermée à clé. Jean 21 décrit l’apparition de Jésus aux disciples alors qu’ils pêchaient sur la mer de Tibériade (Galilée). Il était naturel de demander aux pêcheurs s’ils avaient attrapé quelque chose, car c’est ainsi que l’on pouvait acheter du poisson. Ils n’avaient rien attrapé et le fait de le dire ne faisait qu’ajouter à leur déception. Jésus, toujours méconnu, leur dit de jeter les filets du côté droit de la barque, ce qui donna lieu à une belle prise. Ils comptèrent le nombre de poissons, ce qu’ils devaient faire s’ils voulaient les répartir entre les pêcheurs. Nous sommes amenés à comparer cet incident avec le précédent en Luc 5:1-11. Auparavant, Jésus était avec eux dans la barque. Maintenant, Jésus n’était pas dans la barque et ils avaient quand même réussi à attraper des poissons. Ils avaient progressé jusqu’au point où ils pouvaient devenir des pêcheurs d’hommes (Luc 5:10). Jésus n’avait pas besoin d’être à leurs côtés, mais ils pouvaient quand même accomplir son travail avec succès. Avril

Le 25 Avril

Les lectures d’hier et d’aujourd’hui dans Deutéronome 9 et 10 continuent avec le même thème de la grâce et il est bénéfique de les lire ensemble. Les versets 1-6 du chapitre 9 disent 3 fois que ce n’est PAS à cause d’une quelconque justice de la part des Juifs que Dieu leur donnait le pays pour en prendre possession, c’est-à-dire les versets 4, 5 et 6, “ce n’est pas votre justice ou votre intégrité” que Dieu les sauvait ! Il est important pour nous de le noter, c’est pourquoi cela a été dit 3 fois. Par deux fois, Dieu dit que c’est à cause de la méchanceté des occupants précédents du pays que Dieu les enlève – cela nous dit que ces gens étaient vraiment méchants. Mais les 3 rappels que le peuple de Dieu recevait le pays même s’il était injuste, c’est de la “grâce” ! Dieu sauve le peuple même s’il est pécheur, décrit ici comme “un peuple à la nuque raide”. Les raisons pour lesquelles Dieu les a fait entrer dans le pays étaient également dues à sa fidélité envers leurs “ancêtres”, c’est-à-dire Abraham, Isaac et Jacob. Le chapitre 10, versets 12 à 22, est la réponse que nous devrions tous avoir à la “grâce” de Dieu – nous devrions “craindre le Seigneur”, “marcher dans ses voies”, “l’aimer”, “le servir de tout notre cœur et de toute notre âme” et “observer ses commandements et ses décrets”. La grâce dont nous bénéficions entraîne donc des responsabilités – nous devons “circoncire” nos cœurs (verset 16), c’est-à-dire “retrancher” ce qui est contre Dieu, ce qui signifie changer notre attitude humaine et agir à la fois comme Dieu et comme Jésus. Les versets intermédiaires entre le chapitre 9 verset 7 et le chapitre 10 verset 11 sont des exemples du manque de réponse correcte du peuple d’Israël à la grâce de Dieu, mais ils démontrent aussi la grâce de Dieu. Le sens original du chapitre 9, verset 8, suggère que “même lorsqu’ils étaient à Horeb (Mt Sinaï)”, où ils pouvaient voir la présence de Dieu dans la nuée et le feu juste devant eux, ils ont quand même péché et se sont rebellés contre Dieu ! Moïse leur rappelle qu’il était monté sur la montagne pour recevoir de Dieu les ordres qu’il lui donnait directement, et pourtant le peuple a demandé à Aaron de fabriquer le veau d’or pour lui ! Même s’ils ont péché de manière flagrante, Dieu leur a montré sa “grâce”, et c’est ce que Dieu leur rappelle maintenant, par l’intermédiaire de Moïse, de ne pas oublier que la grâce exige une réponse de notre part. On nous dit dans l’Exode, lorsque cet événement s’est réellement produit, que Moïse était “en colère”, mais est-ce pour cela qu’il a brisé les tables de pierre ? Moïse était un personnage humble, il a toujours fait passer les autres avant lui, même lorsque Dieu lui a dit qu’il ferait de ses descendants un nouveau peuple pour lui, Moïse a intercédé et a dit non ! En raison de son caractère humble, il semble raisonnable de penser que lorsque Moïse a brisé les tablettes au chapitre 9, verset 16, il protégeait en fait le peuple en brisant les tablettes parce qu’il avait déjà enfreint la loi. Nous dépendons de la grâce, mais nous devons continuer à faire de notre mieux pour suivre ce que Dieu veut. Avril

Le 26 avril

Le Deutéronome 12 a indiqué à Israël comment Dieu devait être adoré. Contrairement à l’adoration des idoles, Dieu ne devait pas être adoré sur chaque colline et sous chaque grand arbre. On ne devait pas non plus l’adorer de la manière que le peuple jugeait la meilleure (verset 8). Dieu devait être adoré à l’endroit où il avait mis son nom, c’est-à-dire le Tabernacle. Israël devait voir Dieu comme associé à un lieu particulier. Au départ, cela signifiait le Tabernacle, mais en fin de compte, cela signifiait que Dieu était à Jérusalem, où le temple était construit. C’est là que les holocaustes et les offrandes volontaires devaient être apportés. La visite à Dieu devait être perçue comme le lieu où ils devaient prendre un repas (verset 7). Nous associons le fait de prendre un repas à celui de manger avec des personnes dont nous sommes proches, comme la famille ou les amis. En prenant un repas avec Dieu, les gens verront qu’ils sont proches de Dieu et en communion avec lui. Ils devaient se réjouir avec Dieu (versets 7 et 12), c’est-à-dire qu’Israël devait prendre plaisir à se rapprocher de Dieu. Tout au long de l’histoire, Israël a lutté pour respecter ces commandements. Souvent, au temps des rois, on nous dit qu’ils n’ont pas enlevé les hauts lieux (par exemple 2 Rois 12:3), ce qui signifie qu’ils adoraient Dieu sur des autels locaux et non à Jérusalem. Le Deutéronome 12 se termine en rappelant qu’Israël doit respecter tous les commandements, ni plus ni moins (verset 32). Il peut être tentant de laisser tomber des commandements que nous n’aimons pas, mais nous ne devons pas le faire. Il peut être tentant d’ajouter des commandements qui nous plaisent, mais nous ne devons pas non plus le faire. Chaque commandement de Dieu est important et doit être respecté. L’Ecclésiaste 5 poursuit le thème de la manière d’approcher Dieu. Nous devons faire attention à ce que nous disons et faisons (verset 1). Nous devons particulièrement éviter de nous montrer insensés en présence de Dieu. Un fou parle beaucoup et peut dire des choses insensées, comme des promesses irréfléchies. Il peut aussi faire des rêves éveillés et désirer suivre ces rêves. Nous devrions éviter de faire ces choses (verset 6-8). La deuxième partie du chapitre est un examen de la richesse du point de vue de Dieu. Dieu nous dit que ceux qui sont au pouvoir sont susceptibles de prendre des richesses (versets 8-9). Mais celui qui aime les richesses n’est jamais satisfait car il en veut toujours plus (verset 10). Ceux qui sont riches ont besoin de dépenser des richesses pour s’occuper de leurs richesses (verset 11). Ils peuvent regarder leur richesse mais elle ne leur profite pas vraiment (verset 11). Les riches ne dorment pas bien (verset 12). Les richesses blessent souvent les riches (verset 13). Les richesses se perdent facilement (verset 13). Si c’est le cas, alors pourquoi tant de gens recherchent-ils le malheur de la richesse ? Malheureusement, beaucoup de gens dans le monde courent après les richesses. Celui qui suit Dieu devrait être différent. Il vaut mieux travailler dur, profiter des avantages qui viennent et en remercier Dieu (18-20). Tout plaisir que nous avons dans cette vie est un don de Dieu (verset 19). Souvenons-nous que nous quitterons tous ce monde sans emporter nos richesses avec nous. La richesse ne donne pas la vie et elle ne peut pas nous sauver, mais suivre Dieu le fera. Actes 2 est un jour qui a changé le monde. Dieu a baptisé les disciples avec le Saint-Esprit, ce qui leur a permis d’être des témoins de Jésus-Christ. C’était la fête juive de la Pentecôte, l’une des fêtes de pèlerinage, et il y avait des Juifs de toute la partie orientale de l’Empire romain (verset 5). Ces Juifs avaient grandi dans ces autres pays et pouvaient parler la langue locale ainsi que l’hébreu – la langue du culte juif (verset 8). Ces Juifs étaient capables d’entendre le message de l’Évangile dans la langue de leur pays de naissance. Ils étaient stupéfaits et prêts à écouter ce que cela signifiait (verset 12). Pierre a expliqué que cet événement avait été prédit par le prophète Joël (verset 16). Joël a parlé du jugement à venir sur Israël (versets 19-20), mais il a également dit que ceux qui invoquent le nom du Seigneur seront sauvés (verset 21). Pierre a ensuite expliqué que le Seigneur était Jésus (versets 25 et 36) et qu’ils devaient invoquer Jésus. Même David a compris le rôle de Jésus à partir des paroles de Dieu. S’ils voulaient être sauvés du jugement à venir, ils devaient invoquer le Seigneur Jésus. Pierre a expliqué que cela signifiait qu’ils devaient se repentir de leurs péchés et de leur ancien mode de vie et être baptisés. Ils devaient changer et suivre une nouvelle vie. Beaucoup l’ont fait. Ils ont accepté les paroles de Dieu et ont choisi de donner leur vie à la suite de Jésus. Ils observaient l’enseignement des apôtres, la communion fraternelle, la fraction du pain et la prière (verset 42). Ils ont partagé leurs propres affaires les uns avec les autres dans le temple de Dieu, et se sont réjouis et ont loué Dieu. Nous pouvons voir ici les paroles originales de Deutéronome 12. Ils sont venus dans le lieu où Dieu se trouvait, le temple, et ils ont mangé ensemble dans la communion fraternelle. Ils se sont réjouis et ont remercié Dieu. Comme nous le lisons dans l’Ecclésiaste, ils n’ont pas couru après des idées ou des paroles insensées. Ils ont écouté la vérité et l’ont suivie, et Dieu les a bénis pour cela. De la même manière, nous devons suivre la voie des disciples et des apôtres. Nous devons éviter la tentation de rechercher l’argent et l’or et nous devons vivre selon les commandements sans en ajouter ou en omettre. Nous recevrons alors la bénédiction de suivre Dieu. Avril

Le 27 avril

Deutéronome 13+14 : Poursuite des instructions de Moïse à Israël, les enfants de Dieu. Le Deutéronome 13 concerne les faux prophètes. Chaque génération doit se méfier des faux prophètes. Dans ce chapitre, Moïse dit à son peuple que les signes et les prodiges ne sont pas nécessairement un témoignage d’un vrai prophète. Si le prophète” a dit quelque chose qui n’était pas en accord avec la parole de Dieu, alors il était un faux prophète. Un exemple est donné au v12 où un signe ou un miracle se produit, mais ensuite il dit : “Allons après d’autres dieux et servons-les”. Il est clair que le prophète n’est pas un prophète de Dieu, il ne parle pas au nom du Dieu d’Israël ! Ces faux prophètes pouvaient provoquer l’infidélité du peuple de Dieu et devaient donc être mis à mort, même s’il s’agissait de votre plus proche parent. C’est parce que Dieu se soucie tellement du salut de l’homme. Nous voyons la même préoccupation chez Jésus en Matthieu 18:6. “Si quelqu’un pousse au péché l’un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on lui attache au cou une meule de moulin et qu’il se noie dans les profondeurs de la mer. C’est une autre raison pour laquelle nous devons être prudents et prier dans notre compréhension de la Bible, surtout si nous enseignons ou prêchons, et nous devons également vivre selon la parole de Dieu. L’enseignement erroné est un problème depuis le début (dans le jardin d’Eden) et il est évoqué dans le Nouveau Testament. Paul dit : “Si quelqu’un vous prêche un autre évangile, qu’il soit anathème”. Gal 1:9. Jean dit : “Ne croyez pas tout esprit, mais éprouvez les esprits, pour savoir s’ils sont de Dieu” 1Jean 4:1. Pierre dit dans 2 Pierre 2, “il y aura parmi vous de faux docteurs, qui introduiront secrètement des hérésies destructives”. Soyons donc prudents et priants en suivant le conseil de Deutéronome 13:18 “écoute la voix du Seigneur, pour garder tous ses commandements et faire ce qui est juste aux yeux du Seigneur ton Dieu”. Pour ce faire, nous devons être conscients de Dieu dans tout ce que nous disons ou faisons. Deutéronome 14 : Parce que Dieu avait choisi Israël pour être son témoin auprès des autres nations, ils ne devaient pas vivre comme les autres nations, ils devaient suivre les voies de Dieu. Ils ne devaient pas se couper ou se raser le devant de la tête pour les morts. Ils devaient faire attention à ce qu’ils mangeaient – ils devaient être conscients de Dieu dans leur nourriture quotidienne – en suivant Ses lois. Chaque jour serait un jour pour témoigner de Dieu, même dans les choses simples de la vie, comme manger et rendre grâce. Les champs qu’ils cultivaient tout au long de l’année leur rappelaient également Dieu et ses voies. Chaque année, une dîme (10 %) était mise de côté, “pour être mangée devant l’Éternel, ton Dieu, dans le lieu qu’il choisit pour faire résider son nom, afin que tu apprennes à craindre (révérer) toujours l’Éternel, ton Dieu”. Tous les trois ans, la dîme était destinée aux Lévites, à l’étranger, à l’orphelin et à la veuve dans leurs villes, afin qu’ils puissent venir manger et être rassasiés, et que le Seigneur bénisse tout le monde. Des lois merveilleuses qui leur rappellent, ainsi qu’à nous, que Dieu pourvoit à leurs besoins et prend soin de tous ses enfants. Ecclésiaste 6 : Nous voulons tous profiter de notre vie ; cela rend les choses tellement plus faciles. L’humanité, sans la joie de connaître Dieu, cherche d’autres moyens de s’épanouir. L’argent, les possessions, les enfants, même la nourriture et l’alcool. Aucun de ces moyens ne procure un plaisir durable, et l’homme se trouve toujours en manque d’épanouissement. Si l’homme consacre sa vie à la poursuite de l’argent et des possessions, cette poursuite apporte également une avidité insatiable et égoïste, ainsi que du chagrin. Si l’homme cherche à s’épanouir en ayant des enfants, ceux-ci sont souvent décevants, font les mêmes erreurs et sont un souci tout au long de la vie. Même la nourriture et l’alcool sont des plaisirs à court terme, et les excès de l’un ou l’autre mènent à une mauvaise santé et à un mauvais comportement. En tant que chrétiens, quel esprit devons-nous avoir ? “La piété avec le CONTENU est un grand gain. Car nous n’avons rien apporté dans ce monde, et nous ne pouvons rien en emporter. Or, si nous avons de la nourriture et des vêtements, nous nous en contenterons” 1 Tim 6:6-8. Nous sommes satisfaits – parce que nous savons qu’il y a un Dieu et qu’il nous aime. Nous avons confiance en Lui et en notre salut, nous avons trouvé notre plénitude et notre contentement, et c’est en Jésus et dans le Seigneur Dieu. Actes 3 : Pierre et Jean continuent à prêcher l’Évangile. Ils se rendent au temple et voient un homme qui est boiteux de naissance depuis plus de 40 ans. Pierre (sans aucun doute dans son esprit) dit “Au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche”. L’homme est immédiatement capable de marcher et de sauter partout en louant Dieu. Tout le monde, à l’époque et aujourd’hui, sait que c’est impossible, sans Dieu. L’homme (sans Dieu) aurait mis beaucoup de temps avant de pouvoir être en équilibre sur ses pieds. Il n’aurait pas eu suffisamment de muscles pour sauter et marcher, il aurait fallu lui apprendre à marcher, tout cela était impossible ! Mais il était là. Il est clair que le Seigneur est à l’œuvre. Comme pour l’avertissement de Deutéronome 3, quelles paroles accompagneraient un tel signe ou un tel miracle ? Pierre explique que le miracle n’a pas été accompli par eux, mais par le Seigneur. Il leur rappelle l’histoire récente, comment Israël avait rejeté son Messie, mais qu’en revanche Dieu l’avait ressuscité des morts. “Et son nom (Jésus), par la foi en son nom (Jésus), a rendu cet homme fort” v16. Pierre parle fermement mais avec douceur à la foule : “Frères, je sais que vous avez agi par ignorance”. Pierre avait commis des erreurs et avait été pardonné. Je crois que Pierre avait pardonné aux Juifs et avait maintenant l’esprit pour les sauver, le même esprit que son Seigneur. Il continue à faire appel à la foule. La souffrance du Christ était écrite auparavant, dans les prophètes. Conclusion – Dieu savait ce qu’ils feraient à son fils, et il a permis que cela se produise, tout comme Jésus. Si les gens pouvaient voir que la vie, la mort et la résurrection de Jésus étaient le plan de Dieu pour le salut, pour le pardon de leurs péchés, alors ils commenceraient à percevoir l’énormité de la grâce et de l’amour du Seigneur. Le message à ces gens était : “Repentez-vous et convertissez-vous” (maintenant). Car il y a un temps futur où Jésus reviendra pour établir le royaume. “Afin qu’il (Dieu) envoie Jésus-Christ, qui vous a été annoncé auparavant, et que le ciel doit recevoir jusqu’au temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé par la bouche de tous ses saints prophètes depuis le commencement du monde” v20-21. Quelles paroles appropriées, le seul espoir pour ce monde actuel – Jésus qui reviendra et “rétablira TOUTES choses”. Bien sûr, ce ne sont pas de simples mots, c’est une PROMESSE ! Frères et sœurs, nous avons entendu le même évangile. Nous avons cru au nom et à l’autorité de Jésus. Nous avons vu dans la Bible les preuves que Jésus était le plan de salut de Dieu depuis le début. Nous avons été baptisés, nous nous sommes repentis, nous avons été pardonnés. Merveilleux, mais cela fait partie de notre “passé”. Où en sommes-nous aujourd’hui ? Attendons-nous toujours avec impatience le retour de Jésus, la restauration de toutes choses, y compris de nous-mêmes ! Ayant connu la grâce de Dieu… vivons-nous selon cette grâce, ou abusons-nous de cette grâce donnée par Dieu ? Nos déclarations de foi individuelles sont visibles dans la manière dont nous vivons nos vies. “Nous savons que, lorsqu’il paraîtra, nous serons semblables à lui, car nous le verrons tel qu’il est. Et quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur” 1 Jean 3:2-3. avril

Le 28 avril

Nous voyons souvent l’Évangile dans l’Ancien Testament, par exemple dans le Deutéronome 15. Il s’agit de l’année de libération ou de l’année d’annulation des dettes – c’était un autre moment où il fallait se rappeler les choses de Dieu. Chaque jour de sabbat (ou notre dimanche) est un jour de rappel des choses de Dieu, si nous n’y prenons pas garde et si nous n’avons pas d’autres rappels, nous risquons de devenir trop familiers avec cette activité. Dieu a donné à son peuple des fêtes annuelles (Nombres 29 et 30) qui donnaient au peuple une “énergie” supplémentaire pour se rappeler les choses de Dieu. En outre, tous les 7 ans, il y avait une année de sabbat pendant laquelle toute l’année était consacrée à se souvenir et à penser à Dieu. Un autre rappel était l’année de “libération” ou année “d’annulation des dettes” sans paiement ! Les Juifs qui s’appauvrissaient et devenaient les serviteurs des autres étaient également libérés tous les 7 ans. Tous les 49/50 ans, c’était l’année du Jubilé [cela fait partie du cycle de 7 ans, c’est-à-dire 7×7=49, cela a commencé au milieu de l’année 49/50]. Il y avait une progression à travers les rappels, c’est-à-dire 7 jours, 7 ans et 49-50 ans, chaque étape nous donne l’occasion de réfléchir aux choses de Dieu. L’année de libération et l’année du jubilé sont évoquées dans Luc 4. Il est évident que Jésus a enseigné avant cela, mais c’est le premier événement relaté dans Luc concernant l’enseignement de Jésus et il définit l’ordre du jour de son message. Le verset 18-19 de Luc 4 est en fait une citation d’Esaïe 61 qui utilise le langage de l’année du jubilé où les captifs (prisonniers) sont libérés (Lévitique 25 verset 10). Tous ceux qui avaient vendu leur terre en raison des difficultés qu’ils avaient rencontrées se voyaient restituer leur terre gratuitement au cours de cette année. Le jour des expiations, qui était la fête célébrant le pardon des péchés, était suivi de la sonnerie de la trompette qui signalait le début de la période de cette “délivrance ou liberté” lorsque la terre était rendue (d’où le fait que l’année du Jubilé se situe dans l’année 49/50). Nous avons donc un rappel imagé dans le Deutéronome de la délivrance et de la liberté que Jésus apporte, c’est pourquoi l’enseignement de Jésus sur “l’année acceptable” reprend l’idée de “l’année du Jubilé”. Si nous comparons attentivement Luc 4, versets 18-19, nous voyons qu’il est différent d’Esaïe 61, mais qu’il inclut également Esaïe 58, qui traite du “Jour des Expiations” ; c’est à ce moment-là que l’Année du Jubilé a commencé. Le verset 6 d’Esaïe 58 contient une citation du Deutéronome 15 sur la liberté, tirée de l’année de libération. Nous pouvons en conclure que Jésus parlait de l’année de libération et du Jubilé pour décrire son œuvre. La remise des dettes représente le pardon des péchés, la liberté de ceux qui se sont vendus pour servir représente la libération de l’esclavage du péché, et la terre familiale qui a été vendue et qui est librement reçue en retour est une image de la réception d’une place dans le royaume. Tout cela est possible grâce au sacrifice suffisant de Jésus, représenté par les sacrifices du jour des expiations. Ces années dont nous avons parlé dans le Deutéronome sont donc une image de l’Évangile. Le langage de ces années se retrouve à de nombreux endroits dans les évangiles. Un exemple est la prière du Seigneur, où nous lisons “pardonne-nous nos dettes”, nous comprenons correctement que cela signifie “pardonne-nous nos péchés”, mais le langage est celui de l’année de libération où les dettes ont été remises. L’Ecclésiaste 7 parle du principe important de la connaissance, à savoir qu’elle entraîne une responsabilité. Avec la connaissance, nous sommes baptisés et cela détermine ensuite que nous sommes responsables de nous tenir devant le tribunal lorsque Jésus revient. Le verset 12 dit que cette connaissance est “sagesse” et que celle-ci donne à son tour la vie, qui est la terre rendue librement. La question qui se pose à nous est la suivante : est-ce l’argent ou la sagesse qui nous sauve la vie ? C’est la sagesse qui donne l’opportunité de vivre, mais la façon dont vous l’appliquez détermine si vous obtenez la vie – obtenir la connaissance et ne rien en faire n’a aucune valeur. Jésus nous rappelle que lorsque nous appliquons correctement la connaissance de la bible, c’est ce qui donne la vie lorsque Jésus reviendra. Les versets 2-4 disent qu’il vaut mieux aller à la “maison de deuil” plutôt qu’aux noces, car il faut toujours nous rappeler le schéma de la vie et de la mort, afin de nous préparer à la mort et de faire quelque chose pour gagner la vie quand Jésus reviendra. Les sages préfèrent que d’autres personnes les corrigent plutôt que quelqu’un qui est d’accord avec eux, verset 5, même si cela ne nous plaît pas au moment où nous sommes mis au défi. La personne sage fait preuve d’amour envers nous lorsqu’elle agit ainsi, et si nous acceptons la correction, nous sommes également sages. Nous avons tous besoin de grandir pour être comme Jésus et être prêts pour le royaume. Actes 5 et sa première section sont un excellent exemple de la nécessité de corriger les mauvaises pratiques dans l’église. Il s’agissait d’un problème sérieux et nous montre à nouveau comment deux individus apparemment bons chrétiens n’étaient en fait pas prêts pour le royaume – ils se sont mis à tromper. Il est intéressant de noter qu’Ananias signifie “grâce de Dieu” et que Sapphira signifie “beau”. Les connaître devrait donc donner une image parfaite d’un frère et d’une sœur idéaux et de la grâce de Dieu et de Jésus. Malheureusement, ils ne cherchaient pas la louange de Dieu, ils cherchaient la louange de l’homme et c’est pourquoi ils ont menti. Ils voulaient donner l’impression qu’ils avaient tout donné, et donc ils voulaient être loués. Ils ont oublié qu’on ne peut pas mentir à Dieu et que c’est ce que Dieu pense qui est important et non ce que l’homme pense. Il est sage de se rappeler que ce qui compte, c’est ce que Dieu et Jésus pensent de nous ! avril

Le 29 Avril

Le 30 Avril

1er Mai

Le Deutéronome 18 nous rappelle que les lévites ne devaient pas avoir d’héritage avec les enfants d’Israël. Au verset 1, ils devaient “vivre des offrandes faites au Seigneur par le feu”. Moïse répète cela au verset 2. Puis il précise ce dont ils devaient vivre, versets 3-4, et en donne la raison au verset 5. Cela était important à la fois pour les lévites et pour le reste des enfants d’Israël – les lévites montraient leur foi et leur confiance en Dieu et en leurs frères pour leur subsistance ; et pour le reste du peuple, cela démontrait également un respect de Dieu et de leurs représentants religieux. Nous avons ici une image de l’unité de l’ensemble du peuple : les prêtres et les lévites accomplissent les activités religieuses pour eux-mêmes et au nom du peuple, et le peuple les soutient dans leurs activités quotidiennes. Chaque partie du “corps” avait sa fonction (1Corinthiens 12), nous pouvons donc en tirer une leçon également dans notre vie chrétienne. Nous avons tous des fonctions et des capacités différentes et nous devons tous nous soutenir les uns les autres pour assumer ces fonctions – à l’époque de Moïse, Dieu avait besoin de sacrifices pour le culte et l’enseignement du peuple, et les Lévites s’en servaient pour subvenir à leurs besoins, car ils étaient donnés par Dieu. Le peuple, à qui Dieu avait accordé le succès dans son agriculture, donnait volontiers les sacrifices. Une image d’unité ! L’expression “le lieu que l’Éternel choisira” apparaît au verset 6, nous savons qu’il s’agissait de Jérusalem où le centre du culte devait finalement se trouver sous la forme du temple, ainsi Dieu continuait à préparer le peuple, tout comme il nous prépare pour le futur royaume, nous devons donc tirer les leçons de cette expérience et pratiquer l’unité dans tout ce que nous faisons. Pour qu’il y ait unité, nous devons avoir un objectif commun et la section sur les “pratiques détestables”, versets 9-13, nous rappelle que nous ne devons pas être impliqués dans des pratiques qui sont détestables pour Dieu, nous devons être “irréprochables”, verset 13. Il a été demandé aux lévites de s’installer dans les villes qui leur ont été données en Israël afin que tout le peuple d’Israël ait des enseignants pour les aider à comprendre, pour essayer de les encourager à être irréprochables et pour les aider dans les situations difficiles – de même, nous devrions en tirer une leçon et nous enseigner les uns les autres et aider à résoudre un problème. Le verset 6 parle d’un lévite qui vit ailleurs mais qui veut aller à Jérusalem (le lieu que Dieu choisira) pour mieux servir Dieu. C’est ainsi que nous devrions vouloir être en voulant être à Jérusalem, c’est-à-dire dans le royaume. En attendant, nous devons nous contenter d’être à l’endroit où Dieu veut que nous soyons maintenant, mais une fois ici, nous devrions toujours vouloir être dans l’ecclésia avec nos frères et sœurs pour nous préparer à la venue du Royaume ! Jésus nous dit dans le Nouveau Testament de “Chercher d’abord le royaume et sa justice” – cela devrait toujours être la première chose à laquelle nous pensons. Dans les Actes des Apôtres, nous lisons l’histoire d’un homme qui était un lévite et qui voulait être consacré à Dieu, chapitre 4 verset 36, il a vendu sa terre et ne s’est pas préoccupé de sa terre pour lui-même, même s’il pouvait garder l’argent, il l’a donné aux disciples pour le travail à Jérusalem. Son nom signifie “fils de l’exhortation” et nous pouvons l’utiliser comme un exemple pour notre vie en donnant notre temps et notre argent pour servir. Actes 1 verset 23, nous lisons que les disciples ont choisi Matthias pour remplacer Judas et il est suggéré que le Joseph mentionné ici pourrait être Barnabas (cela ressemble à Barsabbas), si cela est vrai, cela confirme que cet homme était respecté, donc cela pourrait nous donner un indice sur le respect que Barnabas avait. Mais si c’est le cas, il est clair que Barnabé n’était pas déçu de ne pas avoir été choisi, il était humble et sage dans sa façon de gérer la situation. Il a toujours travaillé et s’est consacré à Dieu et a démontré un caractère pieux dans sa façon d’agir – une leçon pour nous lorsque d’autres personnes se voient attribuer un rôle sur nous. Dans Actes 9, notre lecture d’aujourd’hui, Saul, qui est devenu Paul, a été accueilli par Barnabas. Paul s’est converti, les Juifs ont essayé de le tuer et, ce qui est compréhensible, les chrétiens n’avaient pas confiance en lui, verset 26, Paul aurait été déçu ! Cependant, Barnabé a répondu, verset 27, cela suggère que Barnabé était déjà au courant de Paul et il a démontré sa foi et est devenu une exhortation. Tout comme dans Josué 20 au sujet des villes de refuge, verset 4, un “plaidoyer a été fait pour l’innocence”, Barnabas a fait le travail du Lévite et lui a donné un lieu de refuge, c’est-à-dire dans l’ecclésia (remarquez le langage similaire dans les Actes et Josué 20v4). Barnabé a rempli son rôle dans l’ecclésia. De même, nous devrions assumer nos responsabilités au sein du corps et encourager les autres à venir aussi dans notre “lieu de refuge”, c’est donc un lieu important, nous devrions vouloir nous réunir et être ensemble dans notre lieu de refuge. Nous devons donc tous faire des efforts, c’est là que nous sommes censés être – toujours ! Nous devons donc être comme Barnabé, nous aider et nous encourager à nous réunir. Actes 11 fait à nouveau référence à Barnabé. Les versets 19-20 montrent que le message a été prêché aux Juifs et aux non Juifs à Antioche et que beaucoup ont cru, 20-21. La personne la plus appropriée pour prêcher était Barnabas, verset 22, il était approprié parce qu’on lui faisait confiance et qu’il était aussi de Chypre, donc la bonne personne a été utilisée au bon endroit, c’est-à-dire les différentes parties du corps, pour enseigner sur Jésus. Nous pouvons en tirer d’importantes leçons : encourageons-nous, soutenons-nous, sommes-nous humbles, défions-nous gentiment, sommes-nous une “exhortation” (exemple) ? Verset 25, Barnabas a cherché Paul avec soin et l’a ramené pour qu’il enseigne les Gentils ; cela démontre une compréhension complète du récit de Paul lors de sa conversion, c’est-à-dire que Paul devait être un prédicateur pour les Gentils ; cela démontre aussi l’humilité de Barnabas, il a été envoyé par les Apôtres, mais il ne s’agit pas d’orgueil, il s’agit de faire ce que Dieu et Jésus veulent en tout. Nous avons besoin de cet esprit aussi, nous ne devons pas du tout être égoïstes, nous devons nous concentrer sur l’œuvre de Dieu et le service du peuple de Dieu. Jésus a fait cela pour nous – il nous a servis, même s’il était le fils de Dieu, il a agi comme un esclave, il s’est laissé prendre et tuer pour nous, c’est l’humilité, il ne s’est pas servi lui-même. Nous nous rappelons dans le pain et le vin qu’il a TOUT donné pour nous afin que nous puissions avoir une place dans le royaume et être à l’endroit où nous voulons être, où nous pouvons avoir la vie. Suivons l’exemple de Barnabé dans notre marche vers le royaume. Mai

3er Mai

Le Deutéronome 20 donne des conseils sur la guerre. Israël était autorisé à détruire les nations de la Terre promise, mais guère plus. On nous a dit pourquoi ils étaient autorisés à le faire. C’était à cause de la méchanceté de ces nations (Deutéronome 9:4). Ce n’était pas à cause de la justice d’Israël. Il n’était pas permis à Israël d’attaquer le territoire d’Edom, de Moab ou d’Ammon à l’est, et il ne devait pas retourner en Egypte à l’ouest. La mer était au sud. Le nord était la Terre Promise qu’ils avaient le droit d’attaquer mais où ils ont échoué au départ. Il était rare qu’Israël soit en mesure d’attaquer des villes éloignées. Même dans ce cas, il lui était ordonné d’offrir des conditions de paix (versets 10-15). Il est difficile de savoir quand ces conditions ont été appliquées. On peut penser aux actions défensives du roi David lorsqu’il a été attaqué par les nations du nord, qui se trouvaient encore sur le territoire de la Terre promise. David a conquis la totalité de la Terre promise en se défendant contre les armées qui l’attaquaient. Israël n’était pas autorisé à construire un empire, mais seulement à hériter de la terre. La manière dont Dieu voulait que les batailles se déroulent était très différente de celle des autres nations. Premièrement, le prêtre devait s’adresser à l’armée, afin que la guerre devienne une guerre sainte (verset 3-4). Deuxièmement, ceux qui voulaient déserter étaient autorisés à le faire (verset 8). Cela signifie que ceux qui restaient derrière avaient la foi que Dieu pouvait leur donner la victoire. Dieu voulait aider une foule de croyants qui ne doutaient pas de lui. Ensuite, tous ceux qui avaient une nouvelle maison, une nouvelle vigne ou une nouvelle femme étaient autorisés à rentrer chez eux. Il restait donc une armée de personnes qui avaient été bénies avec une maison, une vigne et une femme. Puisque les arbres fruitiers prennent 5 ans pour atteindre le moment de manger, cela signifie que les gens auraient été bénis sur une période de temps. Si nous mettons tout cela ensemble, cela signifie qu’il y a une foule de croyants bénis qui étaient prêts à se battre. Il y a des leçons à tirer pour nous aussi. Nous aussi, nous sommes une armée de croyants bénis et nous avons notre propre combat spirituel. Nous devons combattre le bon combat de la foi (1 Timothée 6:12). Dans l’Ecclésiaste 12, il nous est donné une image de la vieillesse et de la mort. Nos capacités corporelles sont décrites en termes de ville et en termes de création. Tout comme une ville s’use, nous nous usons aussi. Avant de perdre toutes nos capacités, nous devons nous souvenir de notre Créateur pendant les jours que nous avons. Nous y parvenons en écoutant les conseils de Dieu et en les mettant en pratique. L’Ecclésiaste nous a donné beaucoup de sages paroles, qui sont justes et vraies (verset 11). Ces paroles sont comme des aiguillons (verset 11) qui nous poussent sur le bon chemin. Elles sont aussi comme les clous d’un berger. La seule utilisation d’un clou par un berger est pour sécuriser un endroit pour les moutons. Cela correspond à la symbologie. Les paroles des sages sont comme un berger qui utilise les mots pour nous diriger dans la bonne direction et la bergerie sert à nous garder au bon endroit. Nous devrions utiliser les sages paroles de la Bible pour nous mettre sur la bonne voie et nous y maintenir. Une autre façon de dire cela est “craignez Dieu et gardez les commandements” (verset 13). Nous voyons la parole de Dieu diriger Pierre sur le bon chemin en Actes 11 et 12. Il avait été montré à Pierre que Dieu autorisait désormais la communion avec les païens. Dieu a même donné à Corneille et à ses compagnons le don de parler des langues pour leur permettre de prêcher à d’autres païens. Vous pouvez imaginer l’efficacité d’un centurion romain pour prêcher aux autres dans leur langue ! Ensemble, les juifs et les païens se sont fait connaître sous le nom de chrétiens. Mais il y avait un problème causé par la persécution et les meurtres systématiques d’Hérode (Agrippa 1er). Tout comme l’autre grand adversaire (Saul), Dieu l’a écarté. Avant cela, Pierre avait été emprisonné et risquait la mort. Pierre a dû se souvenir qu’il avait dit qu’il était prêt à mourir pour son Seigneur et il s’est demandé si cela allait se produire maintenant. Mais Dieu avait d’autres plans. Pierre a été miraculeusement libéré de prison. Nous avons ici un lien avec la délivrance originale de la Pâque. L’évasion de Pierre a eu lieu au moment de la Pâque (verset 4) et probablement la nuit du repas de la Pâque. Pierre a été miraculeusement sauvé de la servitude des païens de la même manière qu’Israël a été sauvé d’Égypte. Les deux se sont produits la nuit. Tous deux devaient porter les bons vêtements. Tous deux ont été conduits par un ange. L’évasion de Pierre était un autre exemple de l’attention que Dieu porte à son peuple et de sa volonté de lui accorder la vie. Mai

Le 4 Mai

Deutéronome 21 : Autres lois de Dieu à Moïse et à Israël. La loi concernant le meurtre non résolu (v1-9). Les anciens de la communauté la plus proche du cadavre sont responsables de l’application de la loi de Dieu concernant un meurtre non résolu. Les anciens étaient préoccupés par le fait qu’un meurtre avait été commis et qu’ils ne savaient pas qui était le meurtrier. (Dieu le savait !). S’ils suivaient les instructions de Dieu, ils seraient innocents de tout crime aux yeux de Dieu (à moins qu’ils ne soient eux-mêmes le meurtrier !) Les anciens ont reçu l’instruction d’amener une génisse dans une vallée non cultivée, avec un ruisseau d’eau (un endroit tranquille et privé). Les anciens devaient briser le cou de la génisse, en présence de prêtres (lévites) et les anciens devaient se laver les mains sur la génisse et dire : “Nos mains n’ont pas versé ce sang (l’homme assassiné), et nos yeux ne l’ont pas vu. Fais l’expiation, Seigneur… et ne mets pas de sang innocent sur ton peuple Israël”. Nous nous souvenons des paroles de Pilate (Matt 27:24) “Il (Pilate) prit de l’eau et se lava les mains, en disant : “Je suis innocent du sang de cette personne (Jésus). Tu y veilles”. Tout le peuple répondit : “Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants”. Pilate n’était pas innocent concernant la mort de Jésus – il avait le pouvoir de libérer le seul homme innocent qui ait jamais vécu. Mais les Juifs étaient pires que Pilate – ils haïssaient Jésus et étaient tout à fait disposés à assumer l’entière responsabilité de la mort de Jésus. À ces gens, ceux qui accusaient Jésus de blasphème et criaient “crucifie-le, crucifie-le”, le Seigneur a dit aux disciples de prêcher d’abord à ces gens, afin que leurs péchés soient pardonnés au nom de Jésus. UNE GRÂCE ÉTONNANTE ! Femmes captives (v10-14) : Des lois ont été données concernant les femmes qui étaient capturées et qui étaient recherchées comme épouses. Les lois de Dieu “protégeaient” les femmes captives, elles avaient le temps de faire leur deuil, le temps de commencer une nouvelle vie. Le mari juif devait respecter sa femme comme un être humain, et son devoir était de montrer l’amour de Dieu à sa femme, et ce devoir n’a pas changé. “Maris, aimez vos femmes. Comme aussi le Christ a aimé l’Église, et s’est donné lui-même pour elle” Eph 5:25. L’héritage du premier-né (v15-17) : Peu importe le nombre de femmes qu’ils avaient, le premier-né du père était le premier-né en statut, ayant une double portion de l’héritage. Le père ne pouvait pas changer qui était le premier-né parce qu’il aimait mieux une de ses autres femmes et préférait peut-être le premier-né de cette femme. Cependant, le premier-né pouvait perdre son droit de premier-né, et les exemples sont nombreux dans les Écritures. Adam>Jésus ; Ruben>Joseph ; Jacob>Esau etc. Le fils rebelle (v18-21) : Si un fils refusait totalement de respecter et d’obéir continuellement à ses parents, malgré tous les efforts déployés, alors il était amené par ses parents aux anciens. Puis, après lui avoir expliqué la situation, les hommes de la ville le lapideraient à mort “afin que vous éliminiez le mal du milieu de vous”. Cela peut sembler dur, mais cela souligne pour les parents, les familles et les communautés la nécessité d’être respectueux, obéissants, de se soutenir et de s’aimer les uns les autres et d’aimer Dieu. Aimer, c’est en partie corriger et dire “non” aux actions et aux pensées erronées. Le monde ne se concentre pas sur la responsabilité de la communauté, et très souvent justifie l’injustice, et ce que Dieu avait appelé le mal, le monde l’a appelé O.K. C’est pourquoi le monde est dans l’état où il est – principalement sans Dieu. v22-23 : “Car celui qui est pendu est maudit de Dieu” – nous savons que Jésus a été “pendu à un arbre”, alors Jésus a-t-il été maudit par Dieu ? Nous devons regarder le contexte dans Deut 21:22. “Si un homme a commis un péché (ce qui n’était pas le cas de Jésus) qui mérite la mort, et que tu le pendes à un arbre, son corps ne passera pas la nuit sur l’arbre, mais tu l’enterreras ce jour-là. ” Les Juifs (Jean 19, 31) accusèrent Jésus de blasphème et de mériter la mort, d’être pendu à un arbre. Ils l’ont effectivement enterré ce jour-là et ont considéré Jésus comme maudit de Dieu ! Mais ils avaient tort, tellement tort ! Jésus n’avait pas commis de péché, n’avait pas été maudit par Dieu, et la résurrection de Jésus était la preuve de la bénédiction de Dieu, tant pour lui que pour ceux qui le croiraient. Cantique des Cantiques ch 1 : C’est un livre très difficile à comprendre, notamment parce que nous ne sommes pas sûrs de qui parle à qui. Les différentes traductions donnent des “locuteurs” différents, donc elles ne sont pas sûres non plus. Je vais donc en donner un bref aperçu. On l’appelle le Cantique des Cantiques parce qu’il était considéré comme le plus grand des chants. Il existe des expressions similaires comme “Saint des Saints” (le plus saint) et “Roi des Rois” (le plus grand des rois). Le chant est une histoire d’amour pleine d’émotion entre une jeune fille de la campagne et le roi Salomon. Sous une forme poétique, les amoureux expriment une passion intense et un désir profond l’un pour l’autre. Malgré cette passion, il est demandé de rester sexuellement pur avant le mariage (ch2:7). Il enseigne également qu’un mariage durable nécessite un dévouement, un engagement et une forte loyauté entre le mari et la femme. Nous voyons le caractère de l’homme qui est adoré – “ton amour” est meilleur que le vin et “ton nom” fait la joie de quiconque te connaît, ce qui signifie que ton caractère et la façon dont tu vis ta vie sont bons et agréables à tous ceux qui te connaissent. Alors frères, notre esprit est-il celui d’un amour pur ? Avons-nous une bonne réputation au sein de notre communauté ? La femme à la peau foncée pensait qu’elle n’était pas aussi belle que d’autres : “Ne me regardez pas, parce que je suis foncée, parce que le soleil m’a bronzée” v6. Mais Salomon, en réponse, la compare à “ma pouliche parmi les chars de Pharaon”. Salomon avait 12.000 chevaux, il dit donc qu’elle est son numéro un, parmi les 12.000 beautés choisies ! Il l’adore, ses joues, son cou, ses yeux. Cette intimité est partagée entre eux, et c’est ce qu’est un mariage divin, l’unicité, l’intimité, l’amour pur, l’engagement et la loyauté, c’est un esprit qui doit exister uniquement entre le mari et la femme. Il n’y a pas d’autre relation entre les hommes où il devrait en être ainsi. Elle est spéciale et doit être chérie et considérée comme un véritable don de Dieu. ACTES 13 : Que prêchons-nous ? Nous avons lu des discours qui ont été prononcés afin de prêcher l’évangile à toutes les nations, et nous en avons lu un autre fait par Paul dans Actes 13. En lisant ce chapitre, nous pouvons nous rappeler ce que nous devons faire. La première partie du chapitre montre le Saint-Esprit à l’œuvre dans l’église. Le Ciel et la Terre travaillent ensemble pour accomplir la volonté de Dieu, celle du salut. C’est un rappel pour nous de prier, de prier pour être guidé, pour avoir de la perspicacité, pour trouver les bons mots, tout. Nous prions pour que tout ce que nous faisons soit béni, mais parfois les mots semblent n’être que des “mots”. Nous devons prier avec un réel besoin URGENT, prier avec le bon motif, non pas pour que NOTRE travail soit couronné de succès, mais pour que la volonté de DIEU soit faite et que le salut vienne à quelqu’un d’autre, qu’il puisse lui aussi connaître et ressentir l’amour, la grâce et la vérité de Dieu et de son fils Jésus. Après la prière et les conseils, soyez prêts. Nous voyons que Paul et ses compagnons se rendirent à la synagogue le jour du sabbat et s’assirent (v14), où on leur demanda un message d’encouragement. Paul ne s’est pas mis en avant, ils ont attendu le moment opportun. Leçon suivante (v16) : connaître son public : reconnaître son public dès le début, s’engager avec lui – en faisant cela, les mots deviennent personnels, et c’est ainsi que le Seigneur souhaite que le message soit, de Lui à chaque personne individuelle. “Hommes d’Israël et vous, païens, qui adorez Dieu”. v17-22 : Paul donne une brève histoire d’Israël et de leur voyage de l’Egypte à David avec le Seigneur Dieu. Ces versets, pris isolément, n’auraient peut-être pas semblé pertinents pour les païens, mais dans ces mêmes Écritures, de Moïse (à partir de la Genèse) à David (et au-delà), le plan de Dieu pour toute l’humanité était là, et l’accomplissement de ce plan dans la vie de Jésus. v23 : de la “descendance de David”, Dieu a fait venir en Israël le Sauveur Jésus, comme il l’avait promis. v26 : un rappel de l’objet de ce discours – le salut, pour toutes les nations. v27 : le peuple de Jérusalem “n’a pas reconnu Jésus” et a tué son sauveur. Les Écritures sont le moyen de reconnaître Jésus, en particulier l’Ancien Testament. Jésus a fait la même chose sur la route d’Emmaüs (Luc 24), et nous devrions faire de même, afin que davantage de personnes reconnaissent Jésus, pas seulement le Jésus historique, mais aussi le Jésus vivant et ressuscité. v 38 : une autre leçon – essayez de garder le “cœur” du message simple. “Je veux que vous sachiez que par Jésus, le pardon des péchés vous est annoncé”. Oui, c’est notre mission – prêcher Jésus et tout ce qu’il représente, et ce faisant, rendre les gens conscients de la gloire qui est due à Dieu. Mai

Le 5 mai

Le thème des relations traverse les trois lectures d’aujourd’hui. Dans le Deutéronome 22, nous avons ce qui est décrit dans certaines Bibles comme les “lois diverses” et les “violations du mariage”, mais toutes ces lois concernent les relations et la PRÉVENTION des événements. Trop souvent, nous pouvons regarder les conséquences, surtout dans la deuxième section du chapitre, et penser que la punition pour le “mal” est trop dure, surtout pour la femme, mais nous devons nous rappeler que les lois ont été données par Dieu, qu’il a toujours raison et qu’il ne permettra jamais que l’innocent soit puni. Je suggère donc que ces lois soient considérées comme une prévention plutôt qu’une punition, car tout le monde sait ce qu’est la punition, c’est pourquoi une nation pieuse respectera et prendra toujours soin de l’autre partie. Par exemple, les gens devaient prendre soin de la propriété de leur voisin, verset 1-3, s’ils trouvaient un animal errant, ils devaient en prendre soin, trouver le propriétaire et le lui rendre. S’ils rencontraient un âne tombé sur la route, ils devaient l’aider, verset 4. Ce soin devait également s’appliquer aux animaux sauvages, c’est-à-dire qu’ils ne devaient pas profiter de la détresse de la mère de jeunes poussins ou d’œufs, versets 6-7, ils devaient laisser la mère aller afin qu’elle puisse produire d’autres descendants à l’avenir. S’ils construisaient une maison, ils devaient protéger ceux qui la construisaient contre les blessures, verset 8. Il s’agit là d’attention et de respect pour les autres et pour tous les animaux et les oiseaux, c’est-à-dire la création de Dieu. Il y a aussi des lois pratiques, c’est-à-dire les versets 10-11. Il est fou de penser que l’on puisse attendre d’un bœuf et d’un âne attelés ensemble qu’ils labourent un sillon droit, mais la leçon spirituelle est valable aussi, c’est-à-dire que l’on ne peut pas mélanger les croyances et s’attendre à un résultat pieux, le peuple de Dieu devait rester séparé, sinon il serait corrompu et éloigné de Dieu. Faire des glands pour leurs vêtements était pour eux un moyen de se rappeler les voies de Dieu et ceci est important – nous aussi nous devons nous rappeler les choses de Dieu et les appliquer à nos vies. Les versets 5 et 9 peuvent sembler déplacés, mais ils nous enseignent eux aussi de puissantes leçons spirituelles. Une femme ou un homme qui s’habille ou se comporte comme l’autre, c’est mal, Dieu a établi un ordre et défini des rôles pour chacun, et essayer de changer cela est “détestable” pour Dieu – cette forme de relation est abordée dans notre lecture de l’Ecclésiaste. On met en garde contre la plantation de deux semences différentes dans la vigne. L’image de la vigne est souvent utilisée dans la Bible pour décrire Israël, c’est-à-dire le peuple de Dieu. La leçon spirituelle est donc de ne pas se mélanger aux autres nations, sinon ils seront souillés. Ces leçons sont évidentes pour nous aussi dans notre vie chrétienne, nous devons prendre soin des autres et les respecter, nous devons faire attention à ne pas nous mélanger aux autres et à devenir comme eux. Les diverses violations liées au mariage, au viol et à l’adultère, du verset 13 à la fin du chapitre, continuent avec les relations et la prévention du mal. Une nation, un groupe ou un individu pieux ne ferait pas ces choses parce que leur esprit est fixé sur Dieu et les choses de Dieu. Tous les hommes doivent aimer et prendre soin de leurs femmes, toutes les femmes doivent respecter leurs hommes, c’est-à-dire les pères et les maris, et personne ne doit vouloir violer les autres – les conséquences d’un tel acte sont dures, mais justifiables aux yeux de Dieu, car il veut purger le “mal”. Dans le chapitre 2 du Cantique des Cantiques, nous poursuivons avec l’image des relations, c’est-à-dire entre un homme et une femme, donc mari et femme, ce qui nous amène toujours à penser à Jésus et à l’Église (Éphésiens 5). Il est évident, d’après les conversations du chapitre 2, que nous avons une relation entre un homme (amant) et une femme (bien-aimée), une relation forte basée sur l’amour. Cette relation devrait être imitée entre un mari et une femme parce qu’ils représentent Jésus et l’église – et Jésus (l’amant) a donné sa vie pour l’église (la bien-aimée). Il existe un certain nombre d’idées sur la signification du Cantique des Cantiques, mais en réfléchissant à la relation entre Jésus et l’Église et, à l’époque de l’Ancien Testament, entre Dieu et le peuple d’Israël, nous pouvons voir à quel point Dieu et Jésus nous aiment et à quel point nous devons les aimer. En faisant cela, comment pouvons-nous nous éloigner et ne pas respecter les choses que Dieu nous a données ? Le thème des relations dans les Actes 14 et 15 est développé dans la sympathie témoignée à ceux qui sont enseignés et aussi aux autres croyants. Le dévouement de Paul et Barnabas envers les autres est démontré par leur enseignement régulier de la “bonne nouvelle” (chapitre 14, versets 1-7), leur guérison de l’infirme (versets 8-10) et leur humble détermination à empêcher les habitants de Lystre de les élever au rang de personnes spéciales (versets 14-18). Le contraste dans ce chapitre montre à quel point la pensée humaine peut être dangereuse, car la foule, qui adulait Paul et Barnabas, s’est immédiatement transformée en une foule qui a tenté de tuer Paul, verset 19-20. C’est pourquoi nous avons constamment besoin de rappels des voies de Dieu, comme le disait Deutéronome, car les êtres humains oublient rapidement. Prêcher la “bonne nouvelle” était essentiel pour eux, verset 21, tout comme cela devrait l’être pour nous. Leur souci des autres est à nouveau démontré aux versets 22-25, où Paul et Barnabas avertissent les croyants qu’ils devront subir des épreuves avant d’entrer dans le royaume de Dieu, ce à quoi nous devons nous préparer et nous attendre nous aussi. Le chapitre 15 a pour but d’encourager les relations pieuses et de traiter d’une manière pieuse un problème qui s’était posé dans l’église. Le problème était dû au fait que les Juifs convertis au christianisme voulaient appliquer de manière incorrecte la pratique de la circoncision aux chrétiens païens (verset 5). Cela risquait de diviser la communauté, mais les apôtres et les anciens se sont réunis pour discuter de la question (verset 6), et après discussion (verset 7), ils ont écouté l’exemple de Pierre. Le fait que “toute la communauté” se soit tue et ait “écouté”, verset 12, prouve que tous étaient préoccupés par les relations et les autres, qu’ils faisaient preuve d’attention et d’amour, tout comme l’amour de la parole de Dieu, dont il est question aux versets 16-18, et que la conclusion à laquelle on est parvenu était fondée sur un enseignement et des principes pieux, versets 19-21. La lettre qui a finalement été envoyée a été accompagnée de la “bénédiction” de “toute l’église”, verset 22, et constitue une fois encore une puissante leçon sur le maintien des relations – il n’y a pas eu de compromis ici, tout est revenu à l’enseignement de Dieu et une lettre claire a été envoyée pour encourager ceux qui avaient été troublés, verset 31. Malheureusement, les relations se brisent, des erreurs sont commises, et c’est pourquoi nous avons tant besoin de Jésus, mais nous devons démontrer notre amour pour lui par la manière dont nous essayons toujours d’agir. Même Paul et Barnabas ont eu un désaccord sur la question de savoir qui devait se joindre à eux pour la prochaine étape de leur tournée de prédication, mais ils ont accepté de prendre des chemins séparés, verset 36-41 ; cependant, nous savons que plus tard ils se sont remis ensemble en maintenant leur relation pieuse. Les leçons à tirer sont donc claires : nous devons accorder de l’importance à nos relations, nous devons appliquer des enseignements et des principes pieux à toutes nos relations, nous devons faire preuve du même amour que Jésus a clairement manifesté et, oui, nous devons envisager les conséquences d’un manquement aux voies de Dieu, mais nous devons nous concentrer sur l’établissement de ces relations pieuses, de manière à être protégés, dans une certaine mesure, contre la tentation de l’échec. Mai

Le 6 Mai

Bien que les détails du Deutéronome 23 ne s’appliquent plus à nous aujourd’hui, puisque nous ne suivons pas exactement les lois, les principes scripturaires s’appliquent certainement. Nous savons que Dieu ne change jamais, il est le même aujourd’hui qu’il l’était dans l’ancien et le nouveau testament, nous devons donc faire de notre mieux pour comprendre ce que Dieu pensait lorsqu’il a établi ces lois. La raison de l’exclusion des Ammonites et des Moabites de l’assemblée du Seigneur est claire, versets 3-6, ils n’étaient pas du tout utiles au peuple de Dieu, en fait ils voulaient qu’ils soient maudits par Balaam – quelque chose qui n’était pas possible de toute façon, mais cela montrait leur haine d’une nation qui était une relation éloignée d’eux ! Ils étaient exclus parce qu’ils ne pensaient pas de la même manière que le peuple de Dieu, ils ne sympathisaient pas avec eux, ils croyaient différemment et ils n’avaient aucun respect pour eux – nous pouvons donc comprendre pourquoi de telles personnes devraient également être exclues de nos ecclésiastiques aujourd’hui. Cela ne fonctionnerait pas si nous étions en communion avec des gens qui ne croyaient pas comme nous ! Nous pouvons comprendre pourquoi la communion avec les Edomites et les Egyptiens est possible, versets 7-8, mais ce n’est qu’à la “troisième génération”, il semblerait donc qu’un certain enseignement ait eu lieu – nous savons que des gens d’autres nations se sont joints aux Israélites lorsqu’ils ont quitté l’Egypte, nous pouvons donc voir qu’une “union” sur quelques générations était possible lorsqu’un respect commun de Dieu était atteint. Les exemples des versets 1-2 sont plus difficiles à comprendre, mais ils rappellent le caractère pécheur et incomplet aux yeux de Dieu. Ce n’est pas que Dieu ait considéré ces personnes comme pécheresses et les ait exclues de toute possibilité de salut, c’est un rappel pour le peuple qu’il ne peut venir à Dieu que “entier” et avec la bonne “parenté”. C’est une image très vivante pour nous, dans la mesure où nous ne sommes “entiers” qu’en Jésus et où nous ne pouvons appeler Dieu notre “Père” qu’à cause de Jésus – nous ne pouvons donc entrer dans “l’assemblée de Dieu” que lorsque nous sommes baptisés. Les lois sur les impuretés, versets 9-14, nous montrent comment le camp de Dieu devait être respecté et que tout ce qui était impur devait être gardé à l’extérieur, ce qui exigeait honnêteté et respect de la part du peuple. Les autres lois de ce chapitre traitent du respect de Dieu et des autres – n’opprimez personne, versets 15-16 ; ne faites pas payer à votre frère des intérêts sur un prêt, versets 19-20 ; tenez les promesses que vous faites, versets 21-23 et ne volez pas les récoltes de votre voisin, versets 24-25. Tout cela pour montrer du respect, des leçons que nous pouvons apprendre aussi. Si le Cantique des Cantiques 3 nous donne une image de la femme/épouse/Église à la recherche de son mari/Jésus, alors nous avons une image de l’intensité que nous devons avoir lorsque nous cherchons à faire ce que Jésus veut, versets 2-3. Nous devons l’aimer et aimer son père de tout notre cœur, c’est pourquoi nous devons toujours respecter les lois de Dieu et son assemblée ! Même si la circoncision ne signifiait plus rien après la mort et la résurrection de Jésus, dans Actes 16, Paul a veillé à ce que Timothée soit circoncis afin de ne pas offenser les Juifs de l’époque, versets 1-5, c’est un excellent exemple du même respect que nous avons vu dans les autres chapitres aujourd’hui. Nous voyons que Dieu et Jésus s’intéressent tous deux aux individus et les amènent à la connaissance de Jésus pour qu’ils puissent entrer dans l’assemblée de Dieu. Nous voyons l’exemple de “l’homme de Macédoine”, verset 6-10, et de Lydie et sa famille, verset 11-15, qui avaient tous besoin d’être enseignés, tout comme les gens de Thessalonique, chapitre 17, verset 1-4 ; de Bérée, verset 10-12 et d’Athènes, verset 32-34 – les gens qui respectaient et répondaient étaient sauvés, ceux qui rejetaient et ridiculisaient (comme les Ammonites et les Moabites) ne l’étaient pas. Les Juifs qui s’opposaient à l’enseignement chrétien étaient en fait “exclus de l’assemblée de Dieu”, même s’ils ne s’en rendaient pas compte, versets 5-9 et 13-15. Il y en a qui suivent et il y en a qui ne suivent pas, essayons d’être ceux qui suivent ! Paul et Silas étaient tellement préoccupés par les individus qu’ils ont aidé une esclave atteinte d’une maladie mentale (chapitre 16, versets 16-18). Cet acte de bonté leur a valu d’être jetés en prison, versets 19-24. Parfois, des difficultés surgissent lorsque nous essayons de suivre Dieu et Jésus, et des personnes impies s’opposent parfois à nous à cause de notre piété, mais comme Paul et Silas l’ont fait, nous devons essayer de toujours faire confiance à Dieu. Leur réaction à leur emprisonnement a été d’accepter la volonté de Dieu et ils ont loué Dieu, verset 25 ; les prisonniers écoutaient leur exemple et leur enseignement, et nous savons par le récit que leur exemple a aussi sauvé le geôlier et sa famille, verset 31-34. Dieu s’intéresse aux individus, Jésus sauve les individus, nous devons prêcher et donner l’exemple aux individus ! Comme les Béréens, nous devrions tous “examiner les Écritures”, chapitre 17, verset 11. Mai

Le 7 Mai

Le Deutéronome 24 poursuit les thèmes du respect et de la bonté envers les autres. Les exemples de la bonté envers les pauvres, du respect de ceux qui ont moins de chance que nous, et de la nécessité de veiller à ce que ceux qui ont ne soient pas avides, sont tous très présents dans ce chapitre – et toutes ces valeurs sont chrétiennes, donc ces leçons s’appliquent très bien à nous ! Par exemple, personne ne devrait prendre les outils de travail de quelqu’un d’autre comme garantie, verset 6 ; personne ne devrait retenir les salaires des pauvres, versets 14-15 ; si un gage a été fait en utilisant un manteau, il faut le rendre pour la nuit, versets 10-13 et 17-18 et ne soyez pas avide avec vos fermes en vous assurant que tout est pris pour vous – laissez-en pour les autres, versets 19-22. La leçon spirituelle à en tirer est évidente : nous devons être gentils avec les autres. C’est une partie du fruit de l’esprit décrit dans Galates 5. Vous pouvez dire si quelqu’un est “gentil”, il aide toujours les autres, il donne du temps aux autres, il respecte les autres – toutes ces caractéristiques apparaissent dans ce chapitre. Même les premiers versets sur le mariage, c’est-à-dire les versets 1 à 4, n’auraient jamais eu besoin d’être écrits si le mari avait été gentil au départ ! Le fait qu’il veuille se remarier avec sa première femme montre clairement qu’il regrettait sa décision de divorcer de sa femme ! S’il avait été gentil au départ, il n’aurait jamais voulu que sa femme parte ! Dieu se soucie du mariage – nous voyons au verset 5 que ceux qui viennent de se marier doivent rester ensemble pendant un an et sont exemptés de la guerre et des autres services – nous voyons que les relations sont si importantes, surtout entre un homme et une femme, car elles nous donnent d’autres leçons aussi. Nous ne devons pas profiter les uns des autres, par exemple au verset 7, nous devons tous être gentils – avec nos frères et sœurs, avec nos familles, avec nos voisins, en fait, avec tout le monde ! Jésus est notre exemple ! La raison de notre “bonté” est que, comme les enfants de Dieu dans ce chapitre, nous étions aussi “esclaves en Égypte” avant d’être sauvés, verset 22 ! Le Cantique des Cantiques 4 continue avec le mariage qui a été introduit dans le chapitre 3, verset 11. Le chapitre 4 fait référence à un mariage, aux versets 1 et 8-12, où il est question du “voile” et de la “fiancée”. L’époux décrit son épouse en termes merveilleux et nous avons ici l’image d’un homme heureux de sa nouvelle épouse et d’une épouse qui a toujours cherché à plaire à son nouveau mari. La question que nous pouvons nous poser est la suivante : essayons-nous toujours de plaire à notre époux, c’est-à-dire Jésus ? Faisons-nous ce qu’il y a de mieux pour lui ? Faisons-nous toujours preuve de gentillesse ? Nous pouvons également nous poser la question en nous rappelant chaque jour nos relations mutuelles : essayons-nous toujours de nous faire plaisir dans tout ce que nous faisons ? La passion de Paul pour l’enseignement des autres est à nouveau apparente dans Actes 18 et 19, comment il se consacre à cette tâche, par exemple au chapitre 18, verset 4, 18-23 et au chapitre 19, verset 1-10. Il a continué même à travers les déceptions qu’il a subies aux mains de l’opposition juive, chapitre 18, verset 6, chapitre 19, versets 13-16 et ensuite l’émeute à Éphèse, à partir du verset 23. Mais malgré tout cela, il était encouragé, chapitre 18, versets 9-11 et chapitre 19, versets 11-12. Les récits d’autres personnes comme Priscille, Aquila et Apollos l’auraient également encouragé de sorte qu’il pouvait continuer à prêcher avec audace, chapitre 19, verset 8. Sa motivation pour prêcher le royaume de Dieu était l’amour – l’amour pour tous ceux qui l’entouraient – c’est pourquoi il a risqué sa vie, c’est pourquoi Priscille et Aquila ont enseigné Apollos aussi. Comme nous l’avons vu hier, nous rencontrerons des difficultés – comme le montre l’émeute d’Ephèse, les êtres humains sont parfois plus préoccupés par leurs moyens de subsistance que par le salut éternel. Les raisons de l’émeute le montrent clairement au chapitre 19, versets 25-27 – Démétrius était préoccupé par l’argent ! Il semblerait également que les Juifs, aux versets 13 à 16, se concentrent sur le pouvoir et peut-être l’argent, et c’est un merveilleux acte de foi pour ceux qui ont laissé derrière eux leur vie passée de tromperie et se sont débarrassés de leurs faux documents (versets 17 à 20). Dieu et Jésus ont déplacé les apôtres dans toute la région pour enseigner ceux qui étaient prêts à ce moment-là. Nous avons noté hier que le “Saint-Esprit” a fait avancer Paul et ses compagnons (Actes 16, versets 6-7), il est vrai qu’il y avait peut-être des personnes potentielles à enseigner en Asie, mais il était évident qu’ils devaient se rendre en Macédoine et y enseigner (Actes 16, verset 10). Il ressort clairement des chapitres que nous avons lus aujourd’hui que de nombreuses conversions ont eu lieu, et nous devons croire que c’est ce que Dieu et Jésus voulaient. Peut-être que le temps de la prédication en Asie était pour une autre fois et pour que d’autres fassent le travail ; c’est ainsi, je pense, que nous devrions considérer la diffusion de l’Évangile, c’est un travail pour tous, pas seulement pour Paul, par exemple. Comme il est dit dans 1 Corinthiens 1, plus d’un avait la tâche d’enseigner. Dans les Actes des Apôtres, nous suivons certains des travaux des apôtres, il y en aurait eu d’autres aussi. Ainsi, pour tenter de répondre au frère Sam, d’autres auraient enseigné en Asie et nous pouvons être sûrs que Dieu veillera à ce que l’Évangile soit enseigné là où il le souhaite et que tous aient l’occasion d’accepter Jésus. Mai

Le 8 Mai

Les lois diverses se poursuivent dans le Deutéronome 25 – la première concerne une cour de justice, mais nous devons nous rappeler ici que Dieu créait ses enfants pour en faire une nation, et que les tribunaux étaient donc appropriés ; ils ne le sont pas pour nous, chrétiens, car nous devons traiter les affaires au sein de notre communauté, à moins qu’une loi du pays n’ait été violée – auquel cas elle doit être traitée par le système juridique du pays. Cependant, pour notre leçon spirituelle des versets 1 à 3, nous voyons que la personne punie a besoin d’une punition appropriée au crime, mais PAS d’être “dégradée”, elle est toujours un frère ! Il doit y avoir un élément préventif dans la “punition”, mais il ne faut pas exagérer dans la colère. Et ces lois continuent de montrer une attitude attentive et “gentille” envers les autres et les choses qui nous entourent, par exemple le bœuf devait être autorisé à manger pendant qu’il travaillait, verset 4, ce qui est une démonstration de gentillesse. Il en va de même pour la femme qui n’a pas de famille et dont le mari est mort. Son beau-frère doit faire preuve de bonté en la prenant pour épouse (verset 5-10), une loi qui ne s’applique pas à nous aujourd’hui, car nous devons être le mari d’une seule femme, ou la femme d’un seul mari, mais le sentiment spirituel est là, à savoir prendre soin de la veuve. Le verset 11-12 est intéressant car il montre que chaque membre du peuple de Dieu doit respecter la nécessité de faire progresser la lignée familiale et que toute personne, quelles que soient les circonstances, doit respecter cela et ne pas créer de risque en endommageant les organes reproducteurs, verset 11-12. Cela démontre également le respect de ces parties du corps qui sont censées être privées ! La leçon concernant les balances et les mesures malhonnêtes est plus facile à comprendre dans notre vie actuelle, versets 13-16, c’est-à-dire l’honnêteté ! On nous rappelle sans cesse qu’en tant que peuple de Dieu, nous devons être honnêtes en toute chose ! La leçon que nous tirons des versets 17-19, bien qu’elle ne s’applique pas à nous aujourd’hui, est que Dieu n’oublie jamais, il connaît les personnes qui s’opposent à sa volonté et il les jugera comme il l’entend. Le Cantique des Cantiques 5 continue avec les noces, verset 1, mais l’époux s’en va et la mariée doit le chercher, verset 6, sommes-nous en train de “chercher” notre époux, c’est-à-dire Jésus ? Les Juifs, qui auraient dû le reconnaître, ne l’ont pas fait et l’ont rejeté. Nous devons donc aspirer au retour de Jésus et faire de notre mieux pour toujours lui plaire. Actes 20 traite de l’importance d’un enseignement correct, tout comme il critique les faux enseignements. L’importance de l’enseignement proprement dit est évidente, comme le montrent les versets 2, 7, 17, 20, 24, 25 et 27 ; les jours où Paul voyageait, il parlait de sa foi à ses compagnons de voyage, de sorte que sa mise en garde à ses frères et sœurs contre les enseignants corrompus venait du cœur. Il aurait été triste que des “loups sauvages” viennent détruire les enseignements de Jésus, verset 28-31, et il exhortait donc les autres croyants à être sur leurs gardes. De même, nous devrions être sur nos gardes pour les faux enseignants et vérifier, à l’aide de la Bible, si ce qu’ils disent est vrai ou non, car nous ne voulons vraiment pas être égarés par ceux qui ne sont intéressés que par leur propre position. Nous avons un merveilleux espoir pour l’avenir et nous devons donc tenir bon, versets 32-35, c’est un “dur labeur”, mais la promesse que nous avons d’une place dans le royaume en vaut la peine ! Mai

Le 9 Mai

Les leçons pour nous sont claires dans la lecture d’aujourd’hui, tirée du Deutéronome 21 – le peuple de Dieu est sur le point d’entrer dans la terre promise que Dieu lui donne et Moïse lui transmet les exigences de Dieu pour son entrée dans le pays. C’est Dieu qui fixe les “règles”, c’est à nous de choisir si nous faisons de notre mieux pour y obéir ou non ; si nous voulons être dans le royaume, nous devons essayer d’y obéir, versets 16-19. Notre “voyage dans le royaume” est exactement comme le voyage des enfants d’Israël vers la terre promise. Nous pouvons donc tirer les leçons de leurs expériences et les appliquer à notre vie actuelle. Nous sommes en route vers un “héritage”, comme Israël l’était, verset 1, et même si cela sera une réalité physique lorsque Jésus reviendra, nous devrions agir maintenant comme si le royaume était “en nous”. Ainsi, tout comme les Israélites au temps de Moïse, nous devrions prendre quelques-unes des “prémices” des choses que Dieu nous a données et les présenter à Dieu, versets 2-3. La raison de cette offrande se trouve aux versets 4-11, remarquez qu’il s’agit d’une “confession” : le peuple n’était rien et n’avait rien avant d’aller en Égypte ; il est devenu fort dans le “monde” dans lequel il vivait, mais il a souffert aux mains du “monde” ; il a ensuite “crié à Dieu”, ce qui est le premier geste dans l’acte de repentance ; Dieu est toujours là et il a écouté et répondu ; il les a fait sortir, il les a sauvés et les a amenés dans le pays de la promesse ; ensuite, nous avons les “remerciements” de l’individu et les “réjouissances”. Ce sont les mêmes changements dans notre salut aussi, c’est-à-dire que nous ne sommes rien sans Dieu, nous souffrons à cause du péché dans le monde, nous crions à Dieu pour de l’aide, il écoute et nous commençons notre nouvelle vie dans le baptême, il nous amène au royaume et nous “pratiquons” maintenant dans nos ecclésiastiques, donc nous devons le remercier et nous réjouir. Cependant, cela ne s’arrête pas là – nous devons aider les autres, versets 12-15, parce que nous sommes sauvés et qu’on nous a promis une place dans le royaume de Dieu, nous devons partager nos “prémices” avec les autres, ce qui signifie que nous devons enseigner, donner un bon exemple chrétien ET aider spirituellement et physiquement ceux qui sont dans le besoin dans notre pays, c’est-à-dire les réfugiés, les orphelins et les veuves. Ce sont des leçons fortes et puissantes pour nous aujourd’hui. Bien que nous n’ayons plus la responsabilité d’aider les Lévites, c’est-à-dire les chefs religieux de l’époque, nous pouvons utiliser cette leçon pour apprendre à nous entraider, car nous sommes tous tenus de nous aimer et de nous soutenir mutuellement. L’idée de ce chapitre est que tous devaient répondre par l’amour à ceux qui étaient dans le besoin en enseignant et en aidant PARCE QUE Dieu nous a sauvés – nous devons en tirer des leçons. Le Cantique des Cantiques 6 est cette image continue de l’homme et de sa femme, dans laquelle nous pouvons voir l’image de Jésus et de l’église, c’est-à-dire nous, et au temps de Moïse, Dieu et les enfants d’Israël. Cette relation intime devrait être semblable à notre relation avec Dieu et Jésus, comme la leur l’est envers nous. Quand nous nous arrêtons pour y réfléchir : L’amour de Dieu était si grand pour nous qu’il a permis à Jésus de mourir pour nous, afin que nous puissions entrer dans le royaume. Par conséquent, nous devrions aimer ceux qui nous entourent au point de les encourager à se préparer eux aussi pour le royaume, c’est notre “premier fruit” ! Les relations que nous lisons dans Actes 21 et 22 sont également fondées sur l’amour mutuel, par exemple l’amour des disciples pour Paul est évident lorsqu’ils essaient de le mettre en garde contre le fait d’aller à Jérusalem (chapitre 21, verset 4) et Agabus (verset 10-11), ainsi que les frères qui l’accompagnaient (par exemple Luc) (versets 12-14). Ceux qui ont “accompagné” Paul, versets 15-16, l’ont fait par amour. Cet amour pour les autres est les “prémices”, c’est-à-dire le “don” de l’amour de Dieu aux autres. Les frères qui les ont accueillis à Jérusalem, versets 17-19, l’ont fait par amour, tout comme le rapport “détaillé” que Paul leur a fait sur le déroulement de la prédication. La réjouissance qui devait faire partie de la consécration des prémices dans le Deutéronome était également évidente dans la réponse des frères au rapport de Paul, au verset 20. Bien que le plan n’ait pas fonctionné en fin de compte, la demande faite à Paul de démontrer qu’il était toujours respectueux de la religion juive était aussi un acte d’amour dans une tentative de le protéger des Juifs, versets 21-26. Tous ces frères et sœurs ont démontré leur espoir dans le royaume en montrant de l’amour aux autres, c’est-à-dire à ceux qu’ils enseignaient, défiaient, protégeaient, etc. Cela devrait aussi être notre réponse lorsque nous nous rappelons que Dieu nous a “amenés au royaume”. Le contraste avec les Juifs non chrétiens montre ce qui se passe lorsqu’il n’y a pas d’amour, c’est-à-dire qu’ils ont fait des suppositions incorrectes (versets 28-29), qu’ils ont essayé de tuer Paul (verset 31) et qu’ils se sont mis encore plus en colère lorsque Paul leur a dit qu’il devait enseigner les “païens” (versets 22-23). Il est tellement évident que notre réponse au salut de Dieu doit nous donner envie de partager ce que nous avons reçu avec les autres par amour ! Paul a dû changer son mode de vie antérieur, comme il le dit dans son discours, aux versets 3 à 16. De même, nous devons changer notre vie égoïste dans le “monde” pour partager nos “prémices”, c’est-à-dire les choses que Dieu nous a données, ce qui inclut l’enseignement et toute aide pratique pour ceux qui en ont vraiment besoin. Mai

Le 10 Mai

Le Deutéronome 27 dit à Israël de se souvenir des commandements de Dieu lorsqu’ils arriveront dans la terre de la promesse. Ils devaient écrire toutes les paroles de Dieu dans la pierre, dresser les pierres et prononcer des bénédictions et des malédictions. La manière dont ils devaient procéder était décrite et a été mise en œuvre dans Josué 8, où Josué a lu toutes les paroles de la loi devant l’arche, a fait écrire toutes les paroles de la loi dans la pierre et a fait dresser les pierres à Sichem. Tout Israël et toute autre personne sauraient que c’était la loi du peuple du pays. N’importe qui pouvait aller lire la loi à tout moment. Il est intéressant de noter que le chapitre suivant de Josué concerne les Gibéonites qui ont trompé Israël en utilisant à mauvais escient les mots de la loi. C’est comme s’ils avaient étudié la loi et avaient ensuite élaboré un plan. Dans Josué 8, nous lisons que Josué a lu toute la loi. Le Deutéronome 27 dit que 6 tribus devaient prononcer les bénédictions et que les 6 autres tribus devaient prononcer les malédictions. Nous supposons que cela incluait les mots du Deutéronome 28 et du Lévitique 26. Enfin, à la fin de la cérémonie, les lévites devaient prononcer 12 malédictions à voix haute. Il s’agit d’une fin inhabituelle et dramatique. 12 malédictions sont prononcées pour avoir enfreint 11 commandements spécifiques, puis un commandement général s’appliquant à tous les autres commandements non mentionnés (verset 26). S’il n’était pas clair auparavant, il l’était maintenant, que le non-respect des commandements entraîne des malédictions de la part de Dieu. Les 11 malédictions spécifiques couvrent 2 des 10 commandements (concernant les idoles au verset 15 et l’honneur du père et de la mère au verset 16), une concernant les frontières terrestres, deux concernant la justice, une concernant la corruption pour tuer quelqu’un, quatre concernant les relations sexuelles au sein de la famille proche et une concernant le fait de ne pas égarer quelqu’un. Les quatre recommandations concernant le sexe dans la famille proche sont peut-être les plus surprenantes et soulignent la nécessité de respecter les limites sexuelles au sein de la famille proche. Cela souligne l’importance de la cellule familiale en tant qu’unité clé de la spiritualité, maintenant qu’ils seront dispersés dans le pays. Il n’y aurait plus de Lévites et de Josué à proximité pour les guider dans les questions spirituelles. C’était maintenant au tour de la famille de veiller à la spiritualité de la famille. Ceci est vrai pour nous aujourd’hui. Nous sommes géographiquement séparés de nos frères et sœurs et nous avons besoin de la cellule familiale pour maintenir la famille spirituellement forte. Dans le chapitre 7 du Cantique des Cantiques, nous avons une description complète de la femme. Cette description est différente des descriptions précédentes des chapitres 4 et 6, où nous n’avons qu’une description de la partie supérieure du corps. De même, à la différence des autres descriptions, la description va des pieds à la tête, au lieu d’aller de la tête au corps. La femme est appelée (en hébreu) “fille de la volonté” (verset 1). Ce mot hébreu apparaît également dans le Cantique des Cantiques 6:12 et fait référence aux fidèles. Il y a 12 caractéristiques décrites dans cette description – le même nombre que celui utilisé pour décrire le roi bien-aimé (chapitre 5). Elle est maintenant entièrement constituée au même nombre que le roi. Ils sont semblables l’un à l’autre. Ses pieds sont sablés, ce qui signifie qu’elle a marché ou travaillé. Les pieds des fidèles qui portent l’Évangile sont beaux (Ésaïe 52:7). Le ventre et les cuisses sont utilisés dans la loi de l’infidélité dans Nombres 5, mais ici ils nous montrent qu’elle est fidèle. Ses traits, en particulier sa tête, sont décrits comme des lieux de beauté et de fécondité. Elle est belle parce que son travail porte du fruit dans le Seigneur. Le verset 6 est comme si le roi prenait du recul, regardait tout ce qu’elle faisait et disait : “Ouah !”. Elle est comme un palmier, qui est le symbole des justes (Psaume 92:12-13). Il jouira de ses seins, ce qui signifie qu’il jouira de son amour intime (Proverbes 5:19). Le chapitre se termine par une image du roi et de la femme qui ne font qu’un. Ils s’appartiennent l’un à l’autre et se désirent mutuellement. C’est une image de Jésus et de l’Église. C’est l’état pour lequel Jésus prie (Jean 17:20-21). Si jamais nous nous demandons ce que Dieu ou Jésus pense du travail fidèle, pensez à ce chapitre. Le travail fidèle est profondément admiré et très beau d’un point de vue spirituel. Dans les Actes 23 et 24, Paul doit corriger le Grand Prêtre, chef du système judiciaire, d’une injustice. Le Grand Prêtre a ordonné que Paul soit frappé à la tête avant le procès. Ce qui aurait dû se passer, c’est que si un homme était coupable, il pouvait être frappé dans le dos en guise de punition. Paul l’a appelé “un mur blanchi”. Cela nous rappelle Matthieu 23:27 où Jésus a appelé les Pharisiens les murs blanchis des tombeaux pleins d’hypocrisie et de méchanceté. Nous comparons ce procès à celui de Jésus, où ce dernier ne s’est pas plaint, tout comme une brebis qui va silencieusement à l’abattoir. Après le procès, Jésus apparaît à Paul et lui dit d’être fort (verset 11). À ce moment-là, on dit à Paul qu’il doit aller à Rome et témoigner. En d’autres termes, il n’allait pas mourir de la main des Juifs à Jérusalem comme Jésus l’a fait et comme Paul aurait pu s’y attendre. Cela a dû être un grand réconfort pour Paul. Malgré tout, cette prophétie allait mettre des années à se réaliser et impliquer l’emprisonnement et de nombreuses difficultés. Grâce à ces difficultés, Paul a pu témoigner aux dirigeants du pays. Le dessein de Dieu a prévalu et a permis à Paul de témoigner au centre du monde juif et au centre du monde païen. C’est une leçon pour nous, que même si nous ne voyons pas le dessein de Dieu dans nos vies, Dieu est à l’œuvre. Nous devons nous en remettre à Dieu et lui faire confiance pour faire ce qui est juste. Tout comme Paul a été protégé, Dieu protégera son peuple. Ils seront confrontés à des épreuves, mais ils seront également protégés. Alors ne vous inquiétez pas et soyez forts ! Mai

Le 11 Mai

DEUTÉRONOMIE 28 : Ne dites pas que vous n’avez pas été prévenus ! Moïse s’adresse à la nation d’Israël. Leur avenir est entièrement basé sur leur réponse aux commandements de Dieu. S’ils “obéissent à la voix de l’Éternel, ton Dieu, et observent soigneusement tous ses commandements”, alors il les bénira dans tout ce qu’ils entreprendront, familles, maisons, nourriture, récoltes, économie, etc. “Alors tous les peuples de la terre verront que vous êtes appelés par le nom du Seigneur” Israël devait être le témoin de Dieu auprès des nations. Si, en tant que chrétiens, nous faisons ce qui est souligné dans le texte ci-dessus, nous serons nous aussi de bons témoins du Seigneur. Mais si la nation était infidèle et choisissait de “servir d’autres dieux”, alors le Seigneur maudirait Israël. Ainsi, quoi que fasse Israël, ils étaient des témoins de Dieu. Lorsqu’ils étaient fidèles, ils étaient bénis et Dieu était avec eux. Lorsqu’ils étaient infidèles, ils étaient maudits ; et bien qu’involontairement de leur part, ils étaient toujours témoins de la parole de Dieu (et donc de Dieu) parce que Dieu les avait avertis de ce qui allait se passer. (v 15-68) parlent des malédictions à travers l’histoire d’Israël et nous savons que ces choses se sont produites – toutes annoncées des milliers d’années auparavant ! L’histoire d’Israël est un témoignage de Dieu et de sa parole, même s’ils ont été très souvent infidèles ! Sommes-nous fidèles à Dieu ? Et lorsque nous ne sommes pas fidèles, le prenons-nous au sérieux (Dieu le prend) ? Lorsque nous choisissons de vivre “à notre façon”, au lieu de suivre la voie de Dieu, nous avons choisi de l’abandonner, nous choisissons de nous servir nous-mêmes au lieu de Dieu. Nous commettons un adultère ! Ces malédictions montrent à quel point la situation (notre salut, etc.) est grave. Dieu choisit de “corriger” son peuple lorsqu’il l’abandonne. Il dit qu’il retirera toutes les bénédictions et les maudira, en précisant que les malédictions étaient sa volonté – dans l’espoir qu’ils reviennent à la raison, se repentent, demandent pardon et consacrent à nouveau leur vie au Dieu fidèle. Nous voyons les avertissements de Dieu s’accomplir dans l’histoire d’Israël. (v36) “Le Seigneur vous amènera, vous et le roi que vous avez établi sur vous, dans une nation, et là vous servirez d’autres dieux, du bois et de la pierre” – ACHEVÉ. (v49) “Le Seigneur amènera de loin une nation contre vous”. – REMPLI. (v52) Les villes assiégées, la famine menant à manger de la chair humaine, même leurs enfants etc – REMPLI. (v62) peu nombreux, la plupart détruits par de mauvais ennemis – REMPLI. (v64-65) dispersés parmi les nations, vivant des vies dans la peur, persécutés. – REMPLI. Pourquoi toutes ces choses sont-elles arrivées dans l’histoire d’Israël ? À cause de l’infidélité d’Israël, de son adultère. Dans ce chapitre, il y a un avertissement pour tous les disciples de Dieu, à l’époque et maintenant. (v47) : “vous n’avez pas servi l’Éternel, votre Dieu, avec joie et allégresse de cœur, à cause de l’abondance de tout”. SI nous sommes conscients des bénédictions que Dieu nous a données, de le connaître, de connaître son fils, son amour et son plan de salut, toutes ces choses merveilleuses en abondance, alors nous servirons naturellement le Seigneur avec joie et allégresse de cœur, et nous le ferons volontairement, en donnant de l’amour et en étant fidèles au Dieu toujours fidèle. La “joie et l’allégresse” seront des témoins de Dieu et de Jésus, car la source de notre joie est en eux, et non dans le monde. “Je vous donne un commandement nouveau, c’est de vous aimer les uns les autres ; comme je vous ai aimés, que vous aussi vous vous aimiez les uns les autres. A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres.” Jean13:34-35. ACTES 25 : Paul savait qu’en tant que citoyen de Rome, il pouvait insister pour être jugé devant le tribunal romain, et non devant le Sanhédrin juif, où il ne trouverait aucune justice. Si un citoyen pensait obtenir justice dans un tribunal provincial, il pouvait faire appel à l’empereur lui-même. Si l’appel était déclaré valable, le prisonnier était envoyé à Rome pour y être jugé. (Paul savait déjà par le Seigneur qu’il serait à Rome à un moment donné de sa vie – Actes 23:11 “Comme tu as témoigné pour moi à Jérusalem, il faut que tu témoignes aussi à Rome”). Mais Festus avait un problème, il devait produire une lettre fournissant les détails de l’affaire, et Festus ne comprenait pas le problème que les Juifs avaient avec Paul. Mais il connaissait quelqu’un qui pourrait comprendre – le roi Agrippa. ACTES 26 : Le roi Agrippa avait sans doute entendu des choses sur Paul de la part des Juifs, et il avait écouté Festus, mais il avait maintenant l’occasion d’entendre Paul parler pour lui-même. Nous avons également l’occasion d’écouter Paul, de comprendre son ancienne vie (son passé), sa vie pour Jésus (son “maintenant”), et son espoir futur pour tous ceux qui sont baptisés et croient au nom de Jésus. Paul était un Juif, un pharisien dévoué. Il croyait fermement aux promesses que Dieu avait faites à Israël, à la promesse de la venue d’un Messie et du rétablissement du Royaume de Dieu. Mais il n’a cru que Jésus était le promis que sur le chemin de Damas. En fait, avant cela, il s’était associé aux chefs juifs pour persécuter les disciples de Jésus, “étant extrêmement furieux contre eux”. Après sa “conversion”, il a vu l’espoir écrit dans les Écritures, dans la vie, la mort et la résurrection de Jésus. Le fait que Jésus ait été ressuscité des morts a confirmé à Paul que tous les croyants seraient ressuscités des morts pour participer à la bénédiction du Royaume de Dieu promis. Nous aussi, nous pouvons écouter les paroles de Jésus ressuscité à Paul (n’est-ce pas étonnant ?): “Je ferai de toi un ministre et un témoin des choses vues et de celles qui doivent être révélées. Je t’envoie pour leur ouvrir les yeux, pour les faire passer des ténèbres à la lumière, afin qu’ils reçoivent le pardon des péchés et un héritage parmi ceux qui sont sanctifiés par la foi en moi”. Paul a obéi à l’appel et a témoigné par les écritures “que le Christ souffrirait, qu’il serait le premier à ressusciter des morts, et qu’il annoncerait la lumière au peuple juif et aux païens” Actes 26:23. Nous avons entendu le discours de Paul, tout comme les gens de l’époque. Ils ont conclu “cet homme (Paul) n’a rien fait qui mérite la mort ou les chaînes”. Festus pensait que Paul était fou. Agrippa avait quelques connaissances, mais son cœur n’y était pas. MAIS des milliers de personnes, dans toutes les générations depuis, ont vu, ils ont écouté les lettres de Dieu (les écritures) et ont compris le témoignage de Paul. Nous aussi, nous avons fait ce voyage des ténèbres à la lumière… et nous avons embrassé le même espoir que Paul, c’est-à-dire Jésus. Mai

Le 12 Mai

Le Deutéronome 29 est le rappel de Dieu, par l’intermédiaire de Moïse, que le peuple d’Israël et Dieu avaient conclu une alliance entre eux – il s’agissait des bénédictions s’ils suivaient les règles de Dieu et des malédictions s’ils désobéissaient (Deutéronome 28). Il s’agit d’une alliance très équitable et juste. Dieu a amené le peuple dans la terre promise en raison des promesses qu’il a faites à Abraham, Isaac et Jacob (versets 12-15). C’est Dieu qui a fait cela pour eux, il était donc juste que Dieu attende quelque chose en retour, c’est-à-dire l’obéissance. À la fin du verset 15, il y a une phrase “mais aussi avec ceux qui ne sont pas ici aujourd’hui”, cette phrase inclut tous ces descendants futurs et ceux d’entre nous qui ont accepté Jésus et ont été baptisés et font donc partie de l’alliance et des promesses faites à Abraham, etc. Il est donc également juste que si nous voulons obtenir de Dieu les bonnes choses dans le royaume au retour de Jésus, c’est-à-dire notre “terre promise”, nous devrions aussi essayer de lui donner ce qu’il veut. Moïse rappelle au peuple les façons dont Dieu l’a aidé : il l’a sauvé d’Égypte (verset 2-3) ; ses vêtements et ses chaussures ne se sont pas usés dans le désert (verset 5) ; il a témoigné de l’inutilité des idoles (verset 16-17) ; et même lorsqu’il est arrivé aux frontières du pays et qu’il a été attaqué, Dieu lui a donné la victoire (verset 7-8). Tout au long de leur vie, ils ont eu des rappels de l’aide de Dieu – Dieu leur a même fourni des rappels supplémentaires, par exemple, pas de pain et de boisson fermentée, verset 6, de sorte que l’appel de Moïse était de veiller à suivre les termes de l’alliance, verset 9. Moïse dit qu’ils doivent veiller à ne pas tolérer les influences des autres nations, car elles seraient comme un poison pour eux (verset 18). Il en va de même pour nous, nous devons nous concentrer pleinement sur les choses de Dieu et ne pas laisser les influences extérieures nous éloigner. Notre “alliance” est indiquée par le baptême, mais nous ne pouvons pas dire que parce que nous sommes baptisés, nous pouvons faire ce que nous voulons parce que nous sommes “sauvés” ; la même “règle” s’applique à nous comme elle s’appliquait au peuple de Dieu à l’époque, verset 19, il y a des conséquences pour cette “fierté” et cette arrogance. Nous ne devons jamais continuer à faire le mal et à présumer du pardon de Dieu, versets 20-21. Dieu a donné les “malédictions” pour une raison et si ces malédictions venaient sur Israël, les générations futures et les peuples des nations environnantes verraient l’échec, verset 22-24. Nous avons vu hier que les Israélites (Juifs) étaient les témoins de Dieu, qu’ils soient bons ou mauvais, et que si le peuple était mauvais, il ne serait pas un bon témoin (versets 25-28) ; il en va de même pour nous – nous devons être vus comme des personnes pieuses par nos voisins, si nous agissons de manière impie, nous ne présentons pas Dieu sous un bon jour et nous rompons notre alliance avec Dieu. Malheureusement, le peuple de Dieu, Israël (il ne reste plus que Juda), a rompu l’alliance avec Dieu, et Ésaïe 1 nous dit que cela s’est produit à l’époque des derniers rois de Juda (verset 1). Les versets 2-3 nous rappellent que Dieu a fait du peuple une nation mais qu’il s’est rebellé contre lui, qu’il s’est comporté pire que des animaux qui connaissent leur maître, qu’Israël n’a tout simplement pas obéi à Dieu. Et toutes les malédictions mentionnées dans Deutéronome 28 sont tombées sur eux, comme Dieu l’avait prévu, versets 4-9. Il y a tellement de références au Deutéronome dans ce premier chapitre, et même Sodome et Gomorrhe sont mentionnées dans Deutéronome 29, verset 23 – Dieu dit dans Ésaïe 1 que son peuple agit exactement comme les habitants de Sodome et Gomorrhe, qu’il a détruits, verset 10. Dieu ne s’intéressait pas à leur culte parce que celui-ci ne leur apportait rien, ils étaient corrompus et impies et ne faisaient que suivre le rituel du culte – cela ne signifiait rien pour eux parce que cela ne changeait pas leur vie, versets 11-15. C’est un avertissement pour nous aussi, notre culte doit être sincère, nous devons vraiment croire ce que nous disons, et nous devons toujours nous rappeler que Dieu est toujours conscient de ce que nous faisons et de la façon dont nous agissons. Si nous voulons que Dieu écoute nos prières, nous devons essayer de faire ce qu’il veut que nous fassions. Dieu dit au peuple de “se laver”, d’arrêter de faire des actions mauvaises et de “cesser de faire le mal” (ou le mal) et de faire ce qui est juste, c’est-à-dire “rechercher la justice”, “encourager les opprimés”, “défendre les orphelins” et “plaider pour les veuves”, verset 16-17. Dieu veut que nous agissions comme lui et il est tellement déterminé à ce que nous changions qu’il continue à nous supplier, verset 18, mais il exige notre obéissance en tout, verset 19, et il nous rappelle la destruction si nous continuons à désobéir, verset 20. Son peuple s’est malheureusement rebellé, s’est retourné contre lui et a rompu son alliance, comme le montrent les versets 21 à 23. Parce qu’ils ont rompu l’alliance, Dieu a accompli ce qui était convenu dans l’alliance pour la rompre, verset 24-25. Cependant, Dieu merci, il y a toujours de l’espoir, et dans ce dernier verset, nous voyons cet espoir. Le verset 26 dit qu’il y aura une restauration et un nouvel avenir pour “Sion”, c’est-à-dire Jérusalem, verset 27, et que les rebelles et les pécheurs seront brisés, etc, versets 28-31. Grâce à Jésus, nous savons que le péché peut être éliminé, mais ceux qui acceptent Jésus doivent encore apprendre les leçons des Israélites et nous devons encore essayer d’obéir à Dieu et de suivre ses voies. Paul, Luc et Aristarque ont été de bons “témoins” lors de leur voyage vers Rome (Actes 27). Leur comportement devant tout le monde montrait clairement qu’ils étaient pieux ; nous savons, grâce aux événements précédents, qu’ils priaient toujours, qu’ils parlaient de leur foi et du royaume futur, si bien que des gens comme Jules le centurion les respectaient (verset 3). Paul était prisonnier sur ces navires, et pourtant les gens l’écoutaient, verset 21-25, verset 29-32 et 33-38, sa façon d’agir démontrait qu’il valait la peine d’être écouté – est-ce ce que les gens pensent de nous, ou nous considèrent-ils comme étant juste comme eux ? D’accord, nous ne sommes pas toujours écoutés, comme ce fut le cas pour Paul aux versets 9-12, je suppose que ce sont les pensées humaines liées à l’argent qui ont influencé le propriétaire du navire ! Mais l’avertissement de Paul s’est avéré vrai et nous savons que nos avertissements concernant le retour de Jésus seront également vrais. Nous devons donc continuer à avertir les autres, mais aussi donner le bon exemple dans nos vies en essayant de démontrer aux gens qu’il y aura un avenir meilleur lorsque Jésus reviendra. Je suppose donc que la question posée par les lectures d’aujourd’hui est la suivante : sommes-nous, êtes-vous, de bons témoins de Dieu ? Démontrons-nous Dieu dans tous les aspects de notre vie ? Faisons-nous les mêmes choses que les personnes impies qui nous entourent ? Nous devons nous rappeler que si nous voulons faire partie de la nouvelle alliance promise par Dieu en Jésus, nous devons au moins faire de notre mieux pour respecter notre part de l’alliance – nous savons que nous échouerons, mais si nous sommes fidèles et que nous essayons, nous pouvons être sûrs d’obtenir le pardon et la vie à l’avenir, mais nous ne pouvons pas continuer à faire délibérément le mal et espérer que Dieu nous pardonne ! Dieu est un Dieu d’amour et de pardon et il nous pardonnera si nous restons fidèles. Il n’y a pas de limite au pardon de Dieu, donc tout péché peut être pardonné, mais il est juste que son pardon soit conditionnel – l’histoire des Israélites en est un exemple, ils ont été chassés de la terre promise à cause de leur désobéissance et de leur rébellion. Le royaume nous a été promis – nous croyons que Jésus pourrait bientôt revenir, nous devons donc essayer d’être de bons témoins maintenant. Mai

Le 13 Mai

Le 13 Mai. Il y a 2 choix dans Deutéronome 30, ces choix sont soit la vie ou la mort, verset 15 – la vie apportera la prospérité et la mort apportera la destruction. Nous savons par notre lecture de la Bible, et nous le verrons plus tard dans notre lecture d’Ésaïe, que cette “prospérité” est en réalité le retour de Jésus. Le choix est donc aussi simple pour nous qu’il l’était pour le peuple au temps de Moïse, c’est soit la vie, soit la mort – Dieu plaide pour qu’ils choisissent la vie, versets 19-20, et le plaidoyer est le même pour nous aussi, que nous choisissions la vie. Nous voulons tous choisir la vie, c’est pourquoi nous devons répondre de la manière dont Dieu le veut, c’est-à-dire au verset 16, nous devons aimer Dieu ET “marcher dans ses voies”. Nous le faisons en respectant ses commandements, ses décrets et ses lois. Nous avons le libre arbitre de faire ce choix, Dieu ne nous force pas à lui obéir. Il le veut, mais il nous donne le libre arbitre, et il est clair que si nous voulons la vie, nous devons respecter notre part de l’alliance, l’aimer et lui obéir ! Trois fois dans ce chapitre, Dieu dit “obéis-lui de tout ton cœur et de toute ton âme”, c’est-à-dire aux versets 2, 6 et 10 ; c’est important et nous devrions réfléchir à cela et aux implications de notre engagement lorsque nous avons été baptisés. Dieu ne veut pas de disciples à demi-cœur, il ne veut pas de frères et sœurs qui se contentent d’assister à la fraction du pain le dimanche et de faire ce qu’ils veulent le reste de la semaine, il veut un engagement total – chaque jour ! Le contexte de ce chapitre est une réponse après la “malédiction”, verset 1, c’est-à-dire qu’ils ont rejeté Dieu, mais dans son amour, il met en place des dispositions pour continuer à écouter ceux qui se repentent, verset 2 encore, “et quand toi et tes enfants reviendront au Seigneur”. Dans ce “retour à Dieu”, Dieu pardonne, verset 3. Il n’y a aucune limite au pardon de Dieu après la repentance – peu importe où se trouve le peuple, il le ramènera, verset 4-5. C’est la même chose pour nous aussi, lorsque nous péchons, nous devons nous repentir et changer de direction, puis Dieu pardonnera. Même si nous avons Jésus maintenant et que nous pouvons avoir le pardon, nous devons toujours reconnaître que nous sommes pécheurs et nous repentir. Ésaïe 2 est un appel au peuple de Dieu qui rejetait et se détournait de Dieu. La “malédiction” dont il était question dans le Deutéronome était le résultat de leur rébellion et Ésaïe transmet cette fois l’appel de Dieu dans les premiers versets, les versets 1 à 4. Dieu décrit ici ce que sera son royaume, l’endroit où les gens voudront apprendre à le connaître, l’endroit où les différends seront réglés, l’endroit où la guerre n’aura plus lieu, l’endroit sur terre où Dieu veut que tous ses disciples soient ! Ainsi, quand nous pensons à cela, nous devrions vouloir marcher dans les voies de Dieu, verset 5, nous serions vraiment fous de ne pas le faire. Il est triste de constater que beaucoup veulent suivre les voies des êtres humains, verset 6-9 ; beaucoup sont fiers et arrogants, verset 12-18, Dieu dit clairement que les voies humaines périront, que les arrogants et les fiers seront humiliés. Le plaidoyer de Dieu est que nous devrions cesser de faire confiance à l’homme, verset 22, car faire confiance à l’homme est le choix qui amène la mort. Ésaïe indique tout aussi clairement que le jugement de Dieu sur ceux qui choisissent les voies de l’homme ne sera pas agréable, versets 10-11 et 19-21, de sorte que le plaidoyer de Dieu reste que nous choisissions tous la vie. Choisir la vie signifie que nous devons être humbles et suivre les voies de Dieu et non les voies de l’homme. Les voies de l’homme ne peuvent nous sauver, alors pourquoi envisager de mentir, de tricher, de frauder, etc. Un avenir merveilleux nous est promis, Dieu veut que nous soyons dans son royaume, il veut que nous choisissions la vie, tout ce que nous avons à faire est de lui obéir ! La dernière chose qui nous est rapportée dans Actes 28, c’est l’enseignement de Paul sur le royaume que Dieu nous a promis, versets 30-31, c’est dire à quel point il est merveilleux et important, c’est notre seul grand espoir et il nous a été donné à cause de notre foi en Jésus. La plupart des Juifs n’ont pas écouté, c’est pourquoi nous (les Gentils) avons une opportunité, verset 28. Paul n’a jamais cessé d’enseigner le royaume (verset 23), et c’est sa foi dans le royaume et son espérance en Jésus qui l’ont motivé à traverser toutes les épreuves, y compris celle d’être prisonnier (versets 16 et 20). Le chapitre commence par les détails des suites du naufrage qu’il a subi et le récit de Malte nous montre à quel point la pensée humaine est insensée. Au départ, les gens pensaient que Paul était un meurtrier lorsqu’il a été mordu par un serpent, versets 3-4, mais comme rien ne s’est passé, ils ont changé d’avis et ont pensé qu’il était un “dieu”, versets 5-6. C’est pourquoi nous devrions toujours nous référer uniquement aux lois et aux voies de Dieu pour guider nos vies, tout le reste est simplement faux ! Lorsque nous considérons cela, nous ne devrions faire que le choix de la vie tout le temps ! Le chiffre “trois” apparaît plusieurs fois dans les détails de ce chapitre, aux versets 7, 11, 12, 15 et 17, peut-être y a-t-il là une leçon pour nous, car “trois” nous rappelle la résurrection de Jésus après trois jours et chacun de ces “trois” ici est similaire à un nouveau départ, c’est-à-dire que pendant les trois jours, les gens ont été guéris ; après trois mois, ils ont repris la mer ; ils se sont reposés pendant trois jours ; ils ont fraternisé avec d’autres dans les trois tavernes et après trois jours, Paul a commencé ses discussions avec les Juifs à Rome. Ces “trois” nous rappellent-ils donc les nouveaux départs ? Si oui, nous pouvons nous aussi réfléchir à ce que Dieu nous a promis et décider de mieux refléter Dieu et Jésus dans nos vies. Comme nous avons fait le choix de la vie, nous devons toujours essayer d’obéir aux commandements de Dieu – le choix nous appartient ! Ne soyons pas comme les Juifs d’autrefois qui ont rejeté Dieu et, à cause de l’alliance qu’ils avaient conclue avec lui, des “malédictions” se sont abattues sur eux et leur choix s’est porté sur la mort, versets 25-27. Mai

Le 14 Mai

Chaque nouveau matin est une nouvelle opportunité, notre réveil matinal est une petite image de la résurrection et nous pouvons l’utiliser comme un nouveau départ. Pour le peuple d’Israël, un nouveau départ était sur le point de se produire, alors qu’il allait entrer dans le pays que Dieu lui avait promis. Le Deutéronome 31 nous rapproche de ce moment et Moïse donne certains des messages importants dont il veut qu’ils se souviennent. Le premier message est “d’être forts et courageux”, il le dit deux fois, versets 6-8. Le peuple a dû être inquiet, Josué a dû être inquiet, car ils allaient maintenant commencer dans un nouveau pays et avec un nouveau représentant de Dieu. “N’ayez pas peur”, tel est le message. Il se pourrait que le retour de Jésus soit proche pour nous maintenant et que nous soyons sur le point de “passer dans le royaume”, qui est notre “terre promise”, et le message est le même, “soyez courageux”, “n’ayez pas peur”. Cependant, nous avons toujours besoin de rappels. Moïse a veillé à laisser au peuple le message qu’il devait se rappeler toutes les lois que Dieu lui avait données, tous les 7 ans, à la fête des Tabernacles, ils devaient écouter toutes les lois que Dieu leur avait données, verset 9-13. Le peuple devait s’assurer que les hommes, les femmes, les enfants et ceux qui vivaient avec eux “écoutaient”, “apprenaient” et “craignaient” les paroles de Dieu, puis “suivaient attentivement” ce qui était dit. Dieu s’attend à ce qu’on le respecte en réponse à ce qu’il a fait pour nous. Il est triste de lire, du verset 14 à la fin du chapitre, que Dieu sait que le peuple le rejettera et il nous dit quel sera le déclencheur de ce rejet, au verset 20. C’est lorsqu’ils seront à l’aise et en sécurité qu’ils commenceront à suivre les choses faites par l’homme et à se rebeller contre Dieu. L’avertissement est donc là pour nous, nous devons toujours essayer de suivre ce que Dieu veut que nous fassions, de nous familiariser avec ce qu’il dit et de mettre en pratique ce qu’il dit. Ésaïe 3 nous rappelle que ce qui a été dit dans le Deutéronome s’est effectivement produit et qu’il y a eu un jugement sur le peuple de Dieu et que la ville de Jérusalem et la nation de Juda ont “chancelé”, versets 8-9, tout cela à cause de leurs péchés. Pourtant, en dépit de ce péché, Dieu continue de démontrer son amour et, dans Ésaïe 4, nous avons la promesse de Jésus, c’est-à-dire le “rameau”, verset 2, et nous avons un retournement complet de situation et nous voyons la colonne de nuée et de feu comme une protection, comme elle l’était dans le désert à l’époque de Moïse, versets 3-6. Nous avons donc ici une image d’espoir pour ceux qui sont justes. Dans Colossiens 1, nous voyons à quel point Jésus est supérieur à tous ceux qui l’ont précédé, versets 15-20, tout cela à cause de son obéissance à Dieu, de sa mort sur la croix et de sa résurrection ultérieure. Ce n’est que par la mort et la résurrection de Jésus que nous pouvons avoir l’assurance d’un avenir dans le royaume de Dieu. Auparavant, nous étions “étrangers à Dieu”, maintenant nous sommes “réconciliés”, versets 21-23. Remarquez à nouveau que nous avons un “si” ici – si nous continuons dans notre foi, si nous continuons à essayer de plaire à Dieu et à Jésus, alors nous pouvons avoir confiance en l’avenir. Parce que nous avons été sauvés, versets 13-14, ce qui signifie que nous avons le pardon des péchés. Tout au long de ce chapitre, nous pouvons voir des références à la “croissance”, par exemple aux versets 6, 10, 15 et 16, et en effet nous devrions “croître”, nous devrions produire du fruit et démontrer Jésus dans nos vies. Jésus a tout donné pour nous, il est mort volontairement sur la croix, et l’exemple de Paul, qui a souffert pour s’assurer qu’il enseignait Jésus à tous ceux qu’il rencontrait, démontre son engagement et le fait qu’il “n’avait pas peur”. En fait, Paul “se réjouissait de souffrir”, afin de pouvoir, dans l’amour, enseigner aux autres ce qu’est Jésus, et finalement nous, à être membres du corps de Jésus, qui est l’Église. Nous sommes donc dans la famille de Dieu, ne rejetons pas la promesse d’être dans le royaume par des actions impies ! Tirons donc les leçons des erreurs des Israélites ! Mai

Le 15 Mai

Le Deutéronome 32, versets 1 à 4, est le début du chant de Moïse et les paroles de Dieu dans les 2 premiers versets devraient déclencher notre humble réflexion, comme ce fut le cas pour Moïse, lorsque nous considérons combien Dieu est grand et combien ses paroles sont importantes pour notre salut. Tout comme les plantes ont besoin d’eau pour survivre, nous avons besoin de l’enseignement de Dieu pour avoir la vie ! Malheureusement, la suite du chant de Moïse montre la rébellion des Israélites, le peuple de Dieu. Nous voyons que pour nous prémunir contre cette rébellion, et par amour les uns pour les autres, nous devons tous nous encourager à respecter les enseignements de Dieu et à les mettre en pratique. En Ésaïe 5, nous avons un autre chant sur le peuple de Dieu, décrit comme une vigne, qui dans ce cas, représente à la fois Israël et Juda, mais malgré le soin apporté à la vigne, lorsque Dieu a cherché de “bons fruits”, il n’a trouvé que des mauvais, versets 1-4. Parce que son peuple n’a pas suivi ses commandements et n’a pas agi comme lui, il a justement amené la destruction sur eux. Remarquez comment Dieu a planté cette vigne sur une “colline fertile” et le verset 4 dit que Dieu n’aurait pas pu faire plus pour qu’ils aient la meilleure chance de s’épanouir – souvent nous nous plaignons de l’endroit où nous vivons et disons si seulement nous étions ailleurs – attention, car Dieu nous a mis là où nous sommes, c’est-à-dire dans un pays ou un village particulier pour que nous ayons la MEILLEURE chance de lui plaire et de nous préparer pour le retour de Jésus (Actes 17:26). Paul était déterminé à ce que ceux qui l’écoutaient apprennent des leçons telles que celles-ci et aussi de Jésus, et il a parfois mis ses frères et sœurs au défi Colossiens 1 verset 28-2:5 dit que nous devons toujours revenir aux enseignements de Dieu et faire attention aux “beaux arguments” de l’homme. Ceux-ci peuvent être vraiment trompeurs, et Paul répète l’avertissement au verset 8. Nous devons être à l’affût de la pensée humaine erronée, car elle aboutit souvent à un désastre ! À cette époque, certains pensaient que les chrétiens devaient revenir aux pratiques des Juifs, par exemple être circoncis et observer le sabbat, mais Paul, dans Colossiens, dit qu’en Jésus, nous sommes “libérés” de ces aspects de la loi. Oui, nous devons apprendre des erreurs des Israélites, mais nous devons aussi aller plus loin. La circoncision, par exemple, n’est pas l’incision de la chair par des mains d’hommes, c’est le “retranchement de la nature humaine”, versets 11-12. Paul dit que les frères (et sœurs) étaient en fait circoncis de toute façon parce qu’ils ont été baptisés et, dans ce symbole, ils ont été ensevelis avec Jésus et ensuite ressuscités pour une nouvelle vie. Cette nouvelle vie pour nous signifie que nous avons la promesse de la vie lorsque Jésus reviendra sur la terre, mais nous devons nous “exercer” maintenant en essayant de faire ce que Dieu veut que nous fassions, versets 20-23. Que l'”enseignement humain” vienne des Juifs, comme c’était le cas ici, ou de toute autre source, nous devons le traiter de la même manière, c’est-à-dire avec prudence. C’est pourquoi nous devrions tous toujours vérifier notre compréhension avec l’enseignement biblique, c’est-à-dire avec la parole de Dieu. Par exemple, Paul parle clairement de la mort physique et de la résurrection réelles de Jésus dans ce chapitre (et aussi dans le chapitre 1, que nous lirons plus tard). Il a utilisé des mots que nous comprenons tous, comme “mort” et “ressuscité des morts”, donc au verset 9 où nous lisons que “Car en Christ toute la plénitude de la Déité vit sous une forme corporelle”, cela ne peut tout simplement pas signifier que Dieu était Jésus, comme la plupart des groupes chrétiens croient à tort que cela signifie, parce que Dieu a toujours été immortel, donc il ne pouvait pas mourir. Cela signifierait que les versets sur la mort et la résurrection de Jésus n’auraient aucun sens ! Mais nous savons qu’ils ont un sens parce que lorsque nous avons été baptisés, nous sommes symboliquement “morts” avec Jésus et lorsque nous sommes sortis de l’eau, nous avons été symboliquement ressuscités avec Jésus et nous avons commencé une nouvelle vie – maintenant ET lorsque Jésus reviendra, dans le royaume. Grâce à la mort physique et réelle de Jésus, nous avons l’assurance d’être maintenant “vivants” en Christ et nous pouvons avoir confiance dans le royaume, versets 13-15. Cette confiance devrait alors nous aider à “rendre grâce” en toute situation, comme Paul nous le dit souvent dans cette lettre, par ex : Colossiens 2 versets 6-7 et Colossiens 1 verset 12, Colossiens 3 verset 15 et Colossiens 4:2. Les mots que nous lisons dans les versets 13-15 sont essentiellement la différence entre la mort et la vie et ils me rappellent le choix donné aux enfants d’Israël dans le Deutéronome 30, où Dieu les a suppliés de choisir la vie. Tout comme eux, nous avons également le choix de choisir la voie de Dieu, et donc d’être comme Jésus, qui était à son tour comme son père (c’est la signification évidente du verset 9 lorsque Paul parle de la Déité vivant sous une forme corporelle !) Cette connaissance est un grand réconfort mais aussi un grand avertissement. Un réconfort parce que nous sommes vivants en Jésus, c’est-à-dire “circoncis par le Christ”, mais aussi un avertissement pour nous tous, car si nous laissons entrer dans nos vies des actions humaines “destinées à mourir”, nous pouvons potentiellement mourir avec elles ! Nous devons veiller à ne pas perdre ” le lien avec la tête ” (verset 19), c’est-à-dire Jésus – je pense que c’est le rappel vital que Paul essaie de garder à l’esprit – une chose pour laquelle je suis conscient d’échouer – j’oublie de toujours penser à Jésus et à la façon dont il réagit aux situations. Il y a quelques phrases merveilleuses de Paul dans Colossiens qui nous rappellent notre statut en Jésus : Il nous a délivrés de la domination des ténèbres (Col1:12-14) ; Tout le monde est “parfait” en Jésus (Col1:28) ; Nous connaissons le “mystère de Dieu”, c’est-à-dire Jésus (Col2:2) ; Les choses de Dieu vivent en Jésus (Col2:9) ; Notre circoncision a été faite par Jésus (Col2:11) ; Dieu nous a rendus vivants en Jésus (Col2:13) ; La réalité de la vie se trouve en Jésus (Col2:17) et Nous sommes ressuscités avec le Christ (Col3:1). Quand nous savons que toutes ces choses sont à cause de Jésus, pourquoi le remplaçons-nous si facilement par les choses humaines que nous faisons et disons afin de penser que nous pouvons être plus “satisfaits” que nous ne le sommes déjà en Jésus ? La réalité est que chacun d’entre nous a besoin de Jésus pour nous changer et nous devrions aussi rendre entièrement gloire à Dieu et à Jésus pour ce qu’ils ont fait avec nous et ce qu’ils ont fait à travers nous. (Ephs2:8-10) : ” Car c’est par la grâce que nous sommes sauvés, par le moyen de la foi – et cela ne vient pas de nous, c’est le don de Dieu – et non par les œuvres, afin que personne ne puisse se glorifier. Car nous sommes l’ouvrage de Dieu, créés en Jésus-Christ pour faire de bonnes œuvres, ce que Dieu a préparé d’avance pour nous”. Nous devons donc nous demander : quelle est l’importance des paroles de salut de Dieu pour nous ? Est-ce que nous les “buvons” ? Quelle quantité de bons fruits essayons-nous de produire ? Dans quelle mesure essayons-nous d’opposer à nos pensées et idées humaines les modes de pensée et d’action de Dieu, et évidemment de Jésus ? Ces questions devraient être une priorité pour nous en raison de ce que Dieu et Jésus ont fait et font pour nous en nous donnant la vie ! Ce qui est étonnant, c’est que tout ce que nous avons à faire, c’est d’essayer, et Jésus s’occupe du reste ! Colossiens 1, verset 21-23. En réfléchissant à cela, pensons à la manière dont nous avons été “réconciliés” avec Dieu par le corps physique de Jésus dans la mort et dans la résurrection, et à la manière dont nous nous sommes engagés dans une nouvelle vie maintenant et avons aussi l’espoir de l’immortalité dans le futur, lorsque Jésus reviendra. Amen. Mai

Le 16 Mai

Le 16 Mai. Dans ma Bible, le titre de la lecture d’aujourd’hui dans le Deutéronome 33 est “Moïse bénit les tribus” d’Israël. C’était juste avant qu’ils n’entrent dans le pays que Dieu leur a promis – ces bénédictions sont spécifiques à eux et à leur attitude envers Dieu. Nous remarquons qu’il n’y a pas de bénédiction pour Siméon car cette tribu n’existe plus à cause de sa rébellion contre Dieu – les 12 tribus existent toujours car elles incluent maintenant Ephraïm et Manassé. Nous voyons dès le début de la bénédiction de Moïse que Dieu aime le peuple, versets 2-4. C’est Dieu qui est roi sur Israël, décrit au verset 5 comme “Jeshurun” – également utilisé dans le chapitre d’hier (Dt32:15) et plus loin dans celui d’aujourd’hui, c’est-à-dire au verset 26. “Jeshurun” signifie littéralement “celui qui est droit”, c’est-à-dire pieux, donc on attendait d’Israël qu’il soit pieux et qu’il manifeste Dieu dans sa vie. Les derniers versets de ce chapitre montrent combien le peuple de Dieu était privilégié en étant aimé de Dieu, versets 26-29. Non seulement Dieu est leur roi aimant, mais il est leur “refuge”, il protège de ses bras, il chasse leurs ennemis, il les sécurise et il a “sauvé” son peuple. Il est vraiment étonnant que le peuple se soit rebellé contre un Dieu qui est comme ça ! Dieu est le même pour nous, il nous aime, il veut aussi nous protéger et nous sauver, alors nous devons nous rappeler que nous devons répondre à l’amour de Dieu. Dans le chapitre d’hier, Deutéronome 32, après que Moïse ait terminé son chant, il a rappelé au peuple d’obéir aux paroles de Dieu car ” elles sont ta vie “, verset 45-47. Nous aussi, nous devons nous rappeler que les paroles de Dieu sont notre “vie”. Le chapitre 34 nous parle de la mort de Moïse, mais plus important encore, il nous dit à quel point Moïse était spécial et comment Dieu avait travaillé à travers Moïse dans un but précis, en sauvant son peuple et en l’amenant dans un pays, ainsi qu’en lui donnant des lois pour la vie quotidienne (versets 10-12). Dans notre lecture d’Ésaïe 6, dans le contexte de la rébellion d’Israël et de son détournement de Dieu, nous avons une démonstration de l’amour continu de Dieu et une prophétie sur le futur Jésus, le fils de Dieu et un “prophète comme Moïse” (Dt 18,15 et Ac 3,22). Les références à ce chapitre dans le Nouveau Testament montrent clairement qu’il s’agit du futur Jésus, par exemple Jean 12, versets 36-41. Ésaïe a reconnu qu’il était pécheur, Ésaïe 6, verset 5, et qu’il fallait une expiation pour le péché, verset 7. Et c’est exactement ce que Jésus est pour nous – nous sommes “impurs” et nous avons besoin d’une “expiation” et Jésus est cela pour nous. Le tout premier verset de ce chapitre nous donne une image du Seigneur sur le trône, c’est Jésus lorsqu’il revient pour établir le royaume de Dieu. Il ne s’agit pas d’Ozias, le roi de Juda, qui était d’ailleurs un bon roi, mais qui s’est enflé d’orgueil à cause de sa renommée (2 Chroniques 26, verset 16), et qui a tenté de prendre le rôle de prêtre et d’offrir de l’encens à Dieu jusqu’à ce que Dieu le frappe de lèpre, versets 19-20. L’orgueil est un péché réel et la lèpre est devenue un symbole du péché. En Esaïe 6, nous avons un roi qui n’est ni orgueilleux ni pécheur, c’est-à-dire une prophétie de Jésus. Malheureusement, les Juifs n’ont toujours pas écouté (versets 9-10), ce qui nous est confirmé en Jean 12, mais nous avons également une indication du moment où Jésus reviendra en tant que roi (versets 11-13), c’est-à-dire à un moment où il y aura destruction et souffrance. Mais Dieu n’abandonne jamais complètement son peuple, parce qu’il y a toujours quelques-uns qui restent fidèles et tout comme il y a encore de la vie dans les souches d’arbre après que l’arbre ait été coupé, et qu’une nouvelle vie commence, nous avons le même espoir parce que si nous restons fidèles à la fois à Dieu et à Jésus, nous avons les mêmes promesses que Dieu a données à son peuple s’il restait fidèle. En Colossiens 3 et 4, nous avons la description de ce à quoi doit ressembler la fidélité – tout comme Moïse a dit au peuple d’obéir aux paroles de Dieu, nous devons en faire autant. Ce ne sont pas nos œuvres qui nous sauvent – mais nos actions qui doivent apporter la gloire à Dieu et à Jésus. Dans ma Bible, Colossiens 3 est intitulé “Règles pour une vie sainte” – “règles” n’est pas vraiment le mot juste, ce n’est pas une “règle”, c’est une réaction satisfaite – ce devrait être une réaction naturelle au fait de savoir que nous sommes sauvés. Par conséquent, comme cela commence aux versets 12-13, cela devrait être notre réaction et c’est cette situation satisfaite qui est un exemple pour les autres ! C’est exactement comme cela que les enfants d’Israël auraient dû agir, mais ils ne l’ont pas fait ! Remarquez toutes les choses importantes dans cette liste qui devraient nous décrire : la compassion, la bonté, l’humilité, la douceur et la patience. Malheureusement, Ozias n’a pas fait preuve d’humilité alors que Dieu l’avait béni avec la prospérité ! Verset 14 : “Et par-dessus toutes ces vertus, mettez l’AMOUR, qui les lie toutes ensemble dans une parfaite unité.” C’est tellement important, et c’est la caractéristique que Dieu a démontrée au peuple en le sauvant d’Égypte et en l’amenant dans la terre promise ! Nous devrions essayer d’être comme Dieu en permanence. Le contraste entre la vie et la mort (en se rappelant que les paroles de Dieu sont “la vie”) est aussi dramatique que le contraste entre la liberté et l’esclavage. Dans l’esclavage, nous ne pouvons rien faire de ce que nous voulons, nous sommes dictés par notre “maître”. En Jésus, nous sommes libres ! C’est quelque chose qui ne semble pas possible (un paradoxe) – car être “libre” de faire tout ce que nous voulons humainement est en fait un “esclavage” parce que nous sommes morts ; avoir une vraie liberté, c’est être lié aux voies de Dieu et de Jésus parce que nous voulons vraiment être vivants ! Il est vraiment étonnant que ni Dieu ni Jésus ne nous forcent à être quelque chose que nous ne voulons pas être – nous avons le libre choix. Si être avec Jésus dans le royaume est quelque chose que nous voulons vraiment, alors nous réagirons naturellement et nous vivrons la vie que Dieu et Jésus veulent vraiment que nous vivions. Cependant, si nous ne voulons pas vraiment être dans le royaume, aucun des deux ne nous forcera à y être – c’est notre choix ! Jésus a donné sa vie entière et est finalement mort pour nous ! Compte tenu de cette connaissance, nous devons “fixer nos cœurs sur les choses d’en haut”, verset 1-4, c’est-à-dire que nous devons lire, apprendre, penser et faire les choses que Dieu veut que nous fassions. Nous devons “mettre à mort” toutes les choses qui ne plaisent pas à Dieu, verset 5-11, c’est-à-dire ne pas être sexuellement immoraux, luxurieux, mauvais, avides, ni être en colère, furieux, malveillants, raconter de mauvaises histoires, utiliser un mauvais langage ou être menteurs. Nous devons être pacifiques et reconnaissants pour ce que nous avons, verset 15-16, et “tout ce que nous faisons, en paroles ou en actes, faites-le au nom du Seigneur Jésus, en rendant par lui des actions de grâces à Dieu le Père”, verset 17. D’autres instructions pratiques sont données par Paul du verset 18 au chapitre 4, verset 1, qui sont toutes une démonstration d’amour, aucun d’entre nous n’en est exclu. Aux versets 2 à 6, il nous est demandé d’être “assidus à la prière” et, à nouveau, d’être reconnaissants. Ainsi, frères et sœurs, nous devons tous apprendre et mettre en pratique ce que nous apprenons dans notre vie quotidienne. Il ne sert à rien de dire que nous sommes le peuple de Dieu si nous n’agissons pas comme lui ! Mai

Le 17 Mai

Le premier chapitre de Josué se déroule le jour de l’an. Nous l’apprenons en remontant à partir du chapitre 4:19 (comparez 3:2, 2:22, 2:1 et 1:11). C’était un nouveau départ et une nouvelle ère. Moïse était parti et Josué est maintenant le chef. Les événements se sont déroulés au printemps, lorsque la récolte d’orge mûrissait, prête pour le peuple de Dieu. Le message à Josué est clair et répété – sois fort et courageux ! La base de cette confiance était le fait que Dieu était avec lui (verset 5). La dernière fois qu’Israël s’est approché du pays, ils ont eu peur des géants (Nombres 13:32). Maintenant, Dieu leur dit que personne ne peut se tenir devant eux (verset 5) – pas même les géants. Mais Josué ne devait pas seulement être fort et courageux face à l’ennemi. Il devait être fort et très courageux pour garder la loi de Dieu (verset 7). On a dit à Josué de méditer la loi jour et nuit (verset 8). En d’autres termes, Josué devait faire ses lectures bibliques quotidiennes et réfléchir à ce qu’il avait lu ! David nous a donné le même conseil (Psaume 1:2). Pour respecter les commandements, il faut avoir le courage de faire ce que les autres n’aiment peut-être pas et ce que les autres ne font peut-être pas. Il faut du courage pour être différent. C’est vrai pour nous aujourd’hui. Nous devons tous être forts et courageux dans notre vie de chrétiens. Les événements d’Esaïe 7 sont une autre occasion où le dirigeant de Dieu a eu besoin de courage. Deux rois, le roi d’Aram et le roi d’Israël, marchent avec leurs armées contre le roi de Juda. Le roi de Juda, Achaz, et son peuple ont eu très peur (verset 2). Les deux rois voulaient remplacer Achaz comme roi. Dieu a dit à Achaz, par l’intermédiaire du prophète Ésaïe, de ne pas avoir peur (verset 4). Ce message est arrivé à l’endroit même où Ézéchias devait avoir besoin de courage plus tard (Ésaïe 36:2). Dieu était prêt à donner un signe à Achaz pour qu’il ait confiance en Dieu. Mais Achaz était un roi méchant (2 Rois 16:2-3). Il ne voulait pas avoir une raison de croire en Dieu. Que devait faire Dieu lorsqu’un roi était aussi têtu et méchant ? Dieu a fait ce qu’il devait toujours faire. Il a prédit un temps où il interviendrait. Il a parlé d’un fils élu qui sauverait son peuple. Nous avons ici le signe d’une vierge qui accouche d’un enfant, ce qui était la prédiction de la venue du Christ roi (Matthieu 1:23). Ahaz a reçu un signe, qu’il le veuille ou non. Avant qu’un fils puisse grandir et apprendre la différence entre le bien et le mal, les deux rois ne seraient plus une menace. Le fils qui est né pourrait être le fils d’Ésaïe (Ésaïe 8:3). Cependant, il pourrait également s’agir du propre fils d’Achaz. Achaz a nommé son fils “Ézéchias”, ce qui signifie “ma force est Yah (Dieu)”. Achaz lui-même n’avait pas confiance en Dieu (il avait plutôt confiance dans le roi d’Assyrie), mais c’est Ézéchias qui avait confiance en Dieu malgré la vaste armée d’Assyrie (2 Chroniques 32:7-8). Nous aussi, nous devons faire confiance à Dieu et non à la puissance de l’homme. La nécessité de faire confiance à Dieu revient comme un conseil dans 1 Thessaloniciens 1 et 2. L’ecclésia se trouvait malheureusement dans une ville où les Juifs militaient contre les chrétiens (Actes 17). Le contexte des lettres aux Thessaloniciens est donc celui de la souffrance pour leur foi. C’est l’apôtre Paul qui a le plus souffert, mais eux aussi ont souffert (1:6, 2:14). Avec une telle persécution, quiconque maintenait sa foi était clairement un disciple fidèle. Ils sont devenus célèbres pour leur foi (1:7). Paul a souligné que Dieu met les croyants à l’épreuve pour découvrir ce qu’il y a dans leur cœur (2:4). Les Thessaloniciens ont résisté à l’épreuve. Paul a remercié Dieu pour leur foi, leur espérance et leur amour (1:3) – les plus grandes vertus chrétiennes (1 Corinthiens 13). L’exemple de Paul était essentiel pour que les croyants voient comment vivre par la foi. Paul avait été un grand exemple pour eux. C’est un contraste avec le roi Achaz qui avait été un mauvais exemple pour le peuple. Paul décrit son rôle comme celui d’un père (2:11). Il décrit ensuite ce qu’est le rôle d’un père. Il doit encourager, réconforter et pousser ses enfants à mener une vie pieuse (2:12). Les pères du monde entier seraient d’accord pour dire que c’est ce qu’ils doivent faire. Et lorsque les enfants font ce qu’on leur a enseigné, alors le père a du plaisir. Paul a pris plaisir à voir les Thessaloniciens (2:20). De la même manière, notre Père céleste est satisfait de nous si nous faisons ce qui est juste. Toutes nos pensées nous ont donné le même message, que nous vous rappelons à nouveau : soyez forts et courageux en vivant fidèlement devant notre Père céleste. Ceux d’entre nous qui sont des dirigeants doivent donner le bon exemple à cet égard. Mai

Le 18 Mai

Le 18 Mai. Josué 2 : Josué envoie 2 hommes pour “examiner le pays, surtout Jéricho”. Ils sont restés chez Rahab la prostituée mais ont été vus par certains habitants de Jéricho, qui ont fait un rapport au roi. Interrogée, Rahab a déclaré qu’elle ne savait pas d’où venaient les deux hommes (mensonge) et qu’ils avaient déjà quitté la ville (mensonge). Elle les avait cachés sous du lin sur son toit. Le roi a donc envoyé des hommes à la poursuite des espions, sachant qu’Israël était à l’est du Jourdain. Rahab monta sur le toit, révéla son cœur et confessa sa foi aux espions. “Je sais que le Seigneur vous a donné le pays”. Elle avait foi en la parole du Seigneur – alors que 38 ans plus tôt, 10 des 12 espions envoyés pour voir le pays ne l’avaient pas fait ! Connaissait-elle les promesses de Dieu à Abraham ? (probablement). “Nous avons entendu comment le Seigneur a asséché la Mer Rouge quand tu es sorti d’Egypte”. Elle a entendu la parole des autres, et a cru – beaucoup auraient entendu mais peu ont cru. C’était il y a 40 ans. Le retard n’a pas affaibli sa foi, en fait elle aurait raisonné que le temps se rapprochait. (Tout comme le retour de Jésus). “Nous avons appris que tu as dévasté Sihon et Og de l’autre côté du Jourdain” – c’était “un signe des temps”. La mer Rouge n’était pas une barrière pour le Seigneur et le Jourdain ne le serait pas non plus. Elle savait que la volonté de Dieu était sur le point de se produire. Les deux espions, j’en suis sûr, auraient été étonnés par sa foi. Je me demande ce qu’elle savait d’autre et comment. Après sa confession de foi, elle demande que sa famille soit sauvée. Ils acceptent, puis Rahab les aide à s’échapper et leur indique où aller, pour se cacher 3 jours dans la montagne (qui est à l’ouest de Jéricho, exactement dans le sens inverse de celui de leurs poursuivants – ils allaient à l’est vers le Jourdain). Au bout de 3 jours, les poursuivants abandonneraient, retourneraient à Jéricho, et les espions pourraient revenir vers Josué. Nous voyons que le cœur de Rahab était avec le Seigneur. Elle croyait aux promesses et faisait confiance à ses paroles et à sa miséricorde. Les espions ont donné à Rahab un cordon écarlate à suspendre à sa fenêtre et lui ont promis que les occupants de la maison portant le cordon écarlate seraient sauvés de la destruction de Jéricho lors de leur retour. S’ils étaient trouvés à l’extérieur de la maison, ils seraient également détruits… Nous voyons des “échos” de la Pâque, où le sang de l’agneau de la Pâque sur “le linteau et les montants de la porte serait un signe pour le destructeur de ne pas détruire les habitants de cette maison” Exode 12:23 … et le souvenir de la Pâque était proche (Jos 5:10). La maison de Rahab serait une maison de foi et de prière, s’attendant pleinement à ce que la volonté de Dieu s’accomplisse. Jéricho était en proie à une grande peur, mais la maison de Rahab est restée unie dans la foi. Bien qu’elle ait été une prostituée et qu’elle ait raconté un mensonge, on se souvient d’elle pour sa foi. “Par la foi, la prostituée Rahab n’a pas péri avec ceux qui n’ont pas cru”. Héb 11:31. “De même, Rahab a été justifiée par les œuvres.” (Jacques 2:25) quand elle a montré sa foi par ses œuvres. Et par sa foi, elle a reçu la miséricorde. ISAIAH 8 : Le Seigneur a dit à Isaïe d’enregistrer un nom Maher-Shalal-Hash-Baz qui signifie littéralement “hâte le butin, hâte la prise”. Ensuite, il eut des rapports sexuels avec sa femme (une prophétesse), elle donna naissance à un fils et le Seigneur dit à Isaïe de l’appeler Maher-Shalal-Hash-Baz ; il dit aussi à Isaïe la raison de ce nom. “Les richesses (le butin) de Damas (Syrie) et le butin de Samarie seront enlevés par le roi d’Assyrie”. Ainsi, chaque fois que l’enfant était vu par Ésaïe, sa mère ou quelqu’un d’autre, même le roi de Judée, il y avait un rappel de la prophétie et de la parole de Dieu. Ce rappel serait là avant l’accomplissement de la prophétie et après son accomplissement, tout comme les prophéties dans les Écritures ! La prophétie annonçait que les Assyriens allaient conquérir la Syrie et la Samarie, ce qui s’est produit en 722 avant Jésus-Christ. Juda n’aurait pas à attendre longtemps ; la prophétie s’accomplirait dans les 2 ans suivant la naissance de l’enfant. La défaite de ces 2 nations aurait pu apporter un soulagement à Juda, mais l’Assyrie allait également dévaster Juda, mais sans prendre Jérusalem. Tous ces événements ont été prédits par Dieu, donnant des détails précis, montrant que Dieu règne dans le royaume des hommes. Il est dit à Ésaïe “de ne pas marcher dans la voie du peuple” et de ne pas être effrayé par lui, mais d’être fidèle au Seigneur. Le Seigneur sera un sanctuaire pour tous ceux qui se confient en lui. Mais il sera “une pierre d’achoppement” pour ceux qui n’ont pas confiance en lui. Ces versets sont cités par Jésus aux Juifs incrédules dans Luc 20, par Paul dans Romains 9, par Pierre dans 1 Pierre 2, par Esaïe au chapitre 28 et dans les Psaumes 118. Lorsque nous regardons le premier écrit de ces citations, nous voyons le thème résumé en 2 versets. Psaume 118:6 “Le Seigneur est à mes côtés, je ne crains rien. Que peut me faire l’homme ?” Psaume 118:8 “Il vaut mieux se confier au Seigneur que de mettre sa confiance dans l’homme”. Ce serait la vie d’Ésaïe, et celle de ses enfants, témoins de la volonté et de la miséricorde de Dieu pour ceux qui ont confiance en Lui. Il en va de même pour nous, les croyants. Nous ne comprenons peut-être pas toutes les prophéties (ce n’est certainement pas mon cas), mais nous pouvons lui faire totalement confiance pour notre présent et notre avenir. C’est un grand réconfort dans ce monde troublé, où il n’y a personne d’autre en qui “nous pouvons mettre notre confiance”. 1 Thess 3 – Travail en cours. Paul montre son amour et sa préoccupation pour les chrétiens de Thessalonique. Son espoir, sa joie et sa couronne de réjouissance sont que les croyants seront “en présence de notre Seigneur Jésus-Christ, à son avènement” 1 Th 2, 19. Il envoie Timothée (notre compagnon de travail) “pour vous affermir et vous encourager dans votre foi, afin que personne ne soit ébranlé”. Timothée rapporte de bonnes nouvelles : l’église de Thessalonique avait le même esprit envers Paul que Paul avait pour elle. Quelle belle fraternité ! Paul rend donc grâce à Dieu, car la nouvelle était un témoignage de prières exaucées (oublions-nous de dire merci pour les prières exaucées/toutes les prières ?) Paul prie nuit et jour pour avoir l’occasion “de parfaire ce qui manque à leur foi”. 1 Thess 3:12 “Que le Seigneur vous fasse croître et abonder dans l’amour…”. 1Thess 4:1 “nous vous exhortons à abonder de plus en plus (à croître), à marcher et à plaire à Dieu”. 4:11 “mener une vie tranquille, s’occuper de ses propres affaires, et travailler de ses propres mains”. 4:12 pour être un exemple pour les non-croyants ; 4:12 pour comprendre que l’espérance en Jésus est pour ceux qui sont déjà morts (ils sont endormis) ainsi que pour ceux qui seront vivants au retour de Jésus. 4:16 Jésus descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront les premiers ; 4:17 les vivants en Christ seront avec Jésus avec ceux qui étaient auparavant morts en Christ. “Nous serons toujours avec le Seigneur”. Nous savons que Jésus doit RETOURNER et nous savons aussi que nous hériterons des promesses faites à Abraham, concernant la vie éternelle, SUR LA TERRE. Il y a tant de versets dans la bible qui confirment la volonté de Dieu pour l’humanité. Psaume 37:11 “Les doux hériteront de la terre” (cité par Jésus) – dans le même psaume, regardez les versets 22 et 29. Jean 13:33. Jésus s’adressant à ses disciples : “Là où je vais (le ciel), vous ne pouvez pas venir”. Il est clair, d’après les Thessaloniciens et ailleurs, que Jésus reviendra et sera avec les croyants pour toujours dans le Royaume de Dieu sur terre – c’est la volonté de Dieu. Cela nous a été clairement révélé, alors que de nombreux autres détails ne sont pas aussi clairs, comme le moment. Dieu a estimé que nous ne devions pas être omniscients, mais que nous devions faire confiance et suivre. Mai

Le 19 Mai

Le 19 Mai. Les Israélites sont sur le point de traverser le Jourdain pour entrer dans la terre promise que Dieu avait dit qu’ils posséderaient et où il les avait conduits. Nous l’avons lu dans Josué 3 et 4. Jusqu’à ce moment, Dieu avait préparé le peuple, il lui avait donné des “règles” sur la façon de fonctionner en tant que nation pieuse, il lui avait montré des miracles en chemin et l’avait aussi justement puni pour ses péchés collectifs et son manque de foi. Toutes leurs souffrances et toutes les leçons qu’ils avaient tirées de leurs souffrances signifiaient qu’ils étaient maintenant prêts à traverser en tant que peuple unifié et à entrer dans le “royaume” de Dieu. Ainsi, comme toujours, nous pouvons nous aussi tirer des leçons de leurs expériences alors que nous nous dirigeons vers le royaume de Dieu, qui sera centré sur le même lieu, c’est-à-dire Israël, lorsque Jésus reviendra. Les détails qui nous sont donnés dans ces 2 chapitres sont dramatiques et les nations qui étaient déjà dans le pays, c’est-à-dire le chapitre 3 verset 10, auraient été terrifiées par les actes de Dieu dont elles allaient être témoins, chapitre 5 verset 1. Les instructions que Dieu a données tout au long de ces chapitres devaient être suivies à la lettre, car elles étaient spécifiques à la démonstration de sa puissance (chapitre 3, versets 2-4 et chapitre 4, versets 1-3). La raison en était que le peuple devait voir que c’était Dieu qui sauvait, chapitre 3 verset 10 ; que Josué serait le chef, chapitre 4 verset 14 et que les peuples de la terre sauraient que Dieu est tout puissant, verset 24. Maintenant, les raisons 1 et 3 devraient nous motiver à nous assurer que nous suivons les exigences de Dieu ! Les lévites portèrent donc l’arche sur 1 000 mètres devant le peuple et dès que les pieds des lévites qui portaient l’arche touchèrent l’eau, le fleuve s’arrêta, chapitre 3 verset 15-17. Remarquez que le Jourdain était en “crue”, il était profond et coulait rapidement, il fallait de la foi aux Lévites pour marcher dans l’eau, ils se tenaient ensuite au milieu pendant que le peuple traversait. Cela aurait été une scène étonnante et la raison pour laquelle le peuple devait rester à 1000 mètres de l’arche – c’était parce que les gens de l’autre côté du Jourdain pouvaient voir l’arche qui représentait le “dieu” d’Israël, qui évidemment nous savons être le Dieu de toute la création, pas seulement d’Israël ! Il nous faut donc imaginer la scène : un fleuve en furie s’est soudainement arrêté de couler et toute une nation a traversé à pied sec – quiconque regardait aurait été effrayé par ce qui se passait – et c’est exactement ce que Dieu avait prévu. Une fois la rivière traversée, les 12 pierres ont été ramassées et placées pour rappeler au peuple d’Israël ce qui s’était passé (chapitre 4, versets 8-9), et la raison de ce geste (versets 4-7) était que les descendants futurs pourraient demander et être informés. Dès que les pieds des Lévites atteignirent le point où se trouvaient les rives du fleuve, de l’autre côté, l’eau se précipita à nouveau et continua à inonder. Tout le monde, le long du fleuve, en aval de l’embâcle, aurait su que quelque chose d’étonnant s’était produit ! Ces chapitres rappellent de nombreux événements de l’histoire biblique. Par exemple, le verset 19, le 10e jour du premier mois, est le jour où l’agneau était sélectionné pour chaque Pâque dans l’Exode 12, verset 3, de sorte que la traversée vers la terre promise a eu lieu le même jour 40 ans auparavant, lorsqu’ils se sont préparés pour l’exode d’Égypte. C’est également le même jour qu’à l’époque de Jésus, lorsqu’il est entré à Jérusalem sur l’âne, c’est-à-dire le “jour de la sélection des agneaux”. Nous savons par l’histoire que les Israélites (Juifs) se sont détournés de Dieu, malgré tout ce qu’il avait fait pour eux, et en Ésaïe 9, nous lisons le problème bien des années plus tard. Ce chapitre traite de l’arrogance et de l’orgueil du peuple, typiques de l’attitude des êtres humains, versets 8-9. Ils pensaient avec arrogance que même si Jérusalem et toutes les villes étaient détruites, ils construiraient de mieux en mieux, verset 10, ils n’avaient aucun respect pour qui était Dieu. Alors Dieu dit qu’il les détruira à cause de leur désobéissance, verset 11-12. Trois fois, Dieu dit que sa colère à cause de ce qu’ils avaient fait n’était pas passée, c’est-à-dire aux versets 12, 17 et 21, il allait détruire la méchanceté. Pourtant, Dieu laisse un espoir et nous lisons ces mots familiers qui sont cités dans le Nouveau Testament à propos de la naissance de Jésus, verset 6-7. Nous lisons la promesse du futur Jésus, même ici, au milieu de toute cette morosité. Nous savons qu’il s’agit de Jésus parce que ces paroles sont citées dans Matthieu 1 et Luc 1, mais pour le peuple de l’époque d’Ésaïe, cela signifiait aussi qu’il aurait un futur roi qui respecterait Dieu, ce qui fut le cas lorsque Josias devint roi (1 Rois 22). Le plus grand espoir est évidemment le retour futur de Jésus, lorsque la vie sera donnée à tous ceux qui craignent Dieu, et c’est ce que nous rappelle 1 Thessaloniciens 5. Tout comme les Israélites ne savaient pas exactement quand Dieu allait agir, dans leur cas ils ont dû attendre 3 jours, nous ne savons pas non plus quand Jésus reviendra, verset 1-3. Ce sera au moment où nous ne nous y attendons pas. Nous avons tous entendu des gens spéculer sur le moment où Jésus reviendra, mais seul Dieu sait quand, nous avons quelques indications que c’est peut-être bientôt, mais nous ne le savons pas – l’important n’est donc pas de spéculer, mais d’être TOUJOURS prêt. Les versets 4 à 11 disent que nous ne devons pas être surpris du retour de Jésus, car nous devons être prêts à tout moment, nous devons être “vigilants”, “maîtres de nous-mêmes”, nous devons nous “protéger” par la “foi”, “l’amour” et “l’espérance”. C’est ainsi que nous devrions agir chaque jour en attendant le retour de Jésus. Nous avons cette merveilleuse promesse de traverser vers notre “terre promise”, verset 9, donc parce que le salut nous a été promis, nous devons être pieux ! L’amour est la clé du mode de vie d’un chrétien et les versets 12-15 nous montrent que TOUT ce que nous faisons doit être fait dans l’amour, donc que nous enseignions ou que nous défions les autres ou que nous les aidions ou même que nous soyons aidés, tout doit être fait dans l’amour. Cet amour doit être le même que celui que Dieu a montré à son peuple autrefois et à nous maintenant et nous devons nous souvenir de l’amour que Dieu a démontré et continuellement le respecter et lui obéir, sinon il sera en colère contre nous et nous savons ce que Dieu fait aussi pour arrêter la méchanceté ! Ainsi, frères et sœurs et aussi amis, nous sommes exhortés à être joyeux, à prier et à rendre grâce, verset 16, nous devons utiliser le temps que nous avons avec sagesse en attendant le retour de Jésus, verset 23. Cela signifie que si nous sommes baptisés, nous devons être considérés comme pieux, si nous ne sommes pas baptisés, nous devons accepter Jésus si nous voulons être dans le royaume et nous devons être considérés comme pieux ! Car Dieu fera toutes ces choses, verset 24, tout comme il a fait entrer le peuple dans la terre promise au temps de Josué ; il a aussi puni au temps d’Esaïe et il renverra aussi Jésus au bon moment pour faire entrer ceux qui sont pieux dans le royaume, mais aussi pour punir ceux qui ne sont pas préparés ! Mai

Le 20 Mai

Dieu sait toujours ce qu’il fait, même si nous ne le savons pas ! Humainement parlant, il semblerait que ce ne soit pas une bonne idée que pendant quelques jours tous les hommes d’Israël soient incapables de se déplacer sans douleur à cause de ce qui serait perçu comme une blessure auto-infligée lorsqu’ils ont tous été circoncis le même jour ! L’histoire juive nous apprend que les ancêtres des Israélites ont utilisé cette tactique pour obtenir un avantage et une vengeance impie sur les Sichemites après le viol de la sœur des frères, Dina, Genèse 34, versets 24-27. Il semble donc étrange que les Israélites fassent souffrir tous leurs combattants alors qu’ils viennent de pénétrer en territoire ennemi. Cependant, c’était l’ordre de Dieu et nous devrions toujours faire ce que Dieu nous demande de faire (Josué 5, verset 2). C’était un acte de foi de la part de Josué et des Israélites et cela démontre que le plan de Dieu est toujours le meilleur – la peur ressentie par tous les habitants du pays signifiait qu’ils savaient qu’ils ne pouvaient pas lutter contre Dieu, même s’ils le voulaient, verset 1. Dans ce chapitre, on nous donne la raison pour laquelle les jeunes générations n’ont pas été circoncises, comme elles auraient dû l’être, parce qu’elles étaient dans le désert, versets 4-8. Mais Dieu dit ensuite à Josué que cet acte avait maintenant une signification supplémentaire, à savoir que l’opprobre de l’Égypte avait été “roulé”, verset 9, ce qui était un autre rappel que Dieu avait fait toutes ces choses pour eux et qu’ils étaient une nation “différente”. La Pâque qu’ils ont ensuite mangée était 40 ans après qu’ils se soient préparés à quitter l’Égypte et le jour de leur départ, 40 ans plus tard, ils ont mangé les produits du pays que Dieu leur avait donné, verset 10-12. C’est une chose étonnante, si seulement le peuple continuait à s’en rendre compte, que Dieu pourvoit toujours, qu’il sait toujours ce qui est le mieux, et que la nourriture qu’ils voulaient vraiment leur était donnée. Et la manne a cessé à partir de ce jour-là, après la Pâque. Nous devrions toujours mettre Dieu en premier dans nos vies ! La chute de Jéricho est détaillée au chapitre 6. Remarquez avec quelle précision les Israélites ont suivi les instructions de Dieu – pendant 6 jours, ils ont fait le tour de la ville une fois, en silence – chaque jour, ils retournaient à leur camp. Le septième jour, ils firent 6 fois le tour de la ville, en silence comme avant, mais la septième fois, ils durent crier, verset 15-19. Le jugement de Dieu a été porté sur les habitants de la ville à cause de leur méchanceté, mais cela a marqué le début de la campagne des Israélites pour prendre le pays. Remarquez également que, grâce à la foi, Rahab et sa famille ont été sauvées, alors que tous ses concitoyens ont été détruits, versets 24-25. Le peuple devait faire ce que Dieu lui ordonnait – nous avons ici aussi une exigence supplémentaire, aux versets 17-19, tout ce qui se trouvait dans la ville devait être consacré à Dieu. Comme nous le verrons dans notre réflexion de demain, il est très important de toujours essayer de faire ce que Dieu veut que nous fassions. Le début d’Esaïe 10 est un avertissement spécifique aux anciens d’Israël, mais c’est aussi un avertissement très approprié pour nous, versets 1-4. Nous sommes tous responsables des pauvres, des veuves et des orphelins, nous devons tous nous assurer qu’ils obtiennent justice et que nous faisons tous les choses justes et appropriées pour eux. Dieu jugera ceux qui ferment les yeux sur leurs besoins et ces versets indiquent clairement que si nous négligeons d’assurer la justice, rien ne nous sauvera de la colère de Dieu ! Le contexte de ces versets nous montre que l’on attendait de l’aide de la part des voisins immédiats dans le royaume de Dieu, Israël. Notre leçon est donc que nous devons veiller à ce que nos frères et sœurs immédiats, que nous devrions voir quotidiennement, soient aidés – aucun de nous n’est exclu de cette responsabilité. Dieu s’est servi des Assyriens comme d’un outil pour provoquer son jugement sur son propre peuple (versets 5-7). Malheureusement, le peuple de Dieu était devenu impie, les dirigeants étaient devenus orgueilleux et comptaient sur leurs propres richesses. Il en va de même pour tous les peuples et nations qui agissent sans Dieu, ils deviennent toujours orgueilleux et les Assyriens l’étaient aussi, verset 12-15. Ne soyons pas comme cela ! Comme c’est toujours le cas, il y a un reste et ils reviendront, versets 20-23, tout ce que nous avons à faire est de répondre à Dieu et de lui faire confiance, versets 24-25. Nous savons, grâce à notre lecture de la Bible, que la volonté de Dieu sera toujours accomplie. En fin de compte, c’est lorsque Jésus reviendra pour établir le royaume de son père, mais ces images du royaume de Dieu dans la nation d’Israël nous ont montré comment Dieu réalise son dessein. Mais il apporte aussi le jugement si ses règles ne sont pas respectées ! Notre amour les uns pour les autres devrait ressembler à l’exemple que nous voyons dans 2 Thessaloniciens 1, versets 3-4, et lorsque nous agissons également de la sorte et prenons soin avec amour de nos frères et sœurs immédiats, nous démontrons que nous sommes pieux, verset 5. Ce faisant, nous sommes “jugés dignes d’entrer dans le royaume de Dieu”. Tout comme les exemples de bon comportement au temps de Josué et de mauvais comportement au temps d’Ésaïe, nous devons faire de notre mieux pour faire preuve de foi et ne pas nous enorgueillir de nos propres capacités. Comme Paul nous le rappelle au verset 6-10, Dieu est conscient de notre comportement et nous serons jugés pour celui-ci. Le chapitre 2 parle de l’homme “sans foi ni loi”, c’est-à-dire des hommes et des femmes qui n’ont aucun respect pour Dieu, qui agissent à leur guise et qui pèchent. Faire des choses impies, c’est comme une dépendance, vous péchez de plus en plus et à la fin, en fait, cela “gouverne” la vie du pécheur, c’est pourquoi nous avons besoin de rappels constants de Dieu et de ses voies – c’est pourquoi nous voyons le même enseignement partout dans la bible pour “tenir ferme” aux enseignements de Dieu, verset 13-15. Toutes nos prières devraient viser à ce que Dieu et Jésus nous aident à leur ressembler en tout point (versets 16-17). Mai

Le 21 Mai

Il est si triste que, malgré toutes les choses merveilleuses que Dieu a faites pour le peuple d’Israël, comment il l’a conduit à la terre promise, comment il l’a protégé de ses ennemis et lui a donné la terre au moment où la récolte était prête pour qu’il ait de quoi manger, il a péché, Josué 7, verset 1. Remarquez qu’à cause du péché d’un homme, tout Israël est tenu pour responsable et la colère de Dieu “s’enflamme contre Israël”. Et Dieu cessa d’aider le peuple dans sa quête pour conquérir la ville suivante, Aï, verset 2-5. Parce que les habitants d’Aï ont chassé les Israélites, leurs “cœurs ont fondu”, c’est-à-dire qu’ils sont devenus craintifs et toute leur confiance des dernières semaines aurait été détruite. De plus, la confiance du peuple d’Aï aurait augmenté et ils seraient devenus audacieux et se seraient demandé si le Dieu d’Israël n’était pas faible et impuissant après tout ! Pouvez-vous voir les dégâts causés par la désobéissance – tous souffrent, et pire encore, le nom de Dieu est rabaissé et n’est plus respecté par les autres – il devrait être évident pour les gens qui nous entourent que nous sommes pieux et que l’on peut nous faire confiance. Il est évident que Josué a vu cette défaite comme un désastre, versets 6-9, il a immédiatement vu les dommages qui pourraient être causés à Israël lorsque la rumeur s’est répandue que l’armée d’Aï les avait mis en déroute. Dieu répond à Josué et dit que la raison pour laquelle cela est arrivé est qu’Israël a péché, verset 10-12. Dieu dit à Josué qu’il doit consacrer le peuple et éliminer le problème, et que tout le peuple doit être impliqué, verset 13. Dans les versets suivants, nous voyons comment Dieu identifie Acan comme l’homme en question, versets 14-18. Dieu est toujours conscient de qui se rebelle, il fait aussi en sorte que toute la communauté soit impliquée dans la résolution du problème, quel qu’il soit. Une fois Acan identifié, il n’a pas d’autre choix que de se confesser, verset 20. Josué envoie donc des gens pour vérifier et constate que ce qu’il a dit est vrai. Acan a eu l’occasion de se confesser dès le début du processus, mais il a choisi de ne pas le faire, sa famille l’a protégé aussi, c’est pourquoi ils ont aussi souffert à la fin et ont tous été lapidés, verset 25-26. Il s’agit d’une punition radicale, que nous ne devrions pas appliquer aujourd’hui, quel que soit le “problème”, mais à cette époque, le peuple était encore en train d’apprendre et il fallait éliminer l’impiété du milieu. Aussi horrible que soit cette image, les leçons sont claires pour nous : nous devons obéir à Dieu ; si nous ne le faisons pas, il y a des conséquences. Rappelez-vous Ananias et Sapphira dans Actes 5 ! Ésaïe 11 est l’un de ces chapitres de la Bible que nous pouvons utiliser pour donner une idée de ce que sera le royaume de Dieu. Nous avons cette merveilleuse image de paix et d’absence de mort d’aucune sorte dans les versets 6-9 – “On ne fera ni tort ni destruction sur toute ma montagne sainte, car la terre sera remplie de la connaissance de l’Éternel comme les eaux couvrent la mer.” C’est pourquoi il y aura la paix, parce que tous les gens connaîtront et respecteront Dieu, il n’y aura personne comme Acan et sa famille là-bas ! Et tout cela est amené par Jésus, c’est à lui que ce chapitre fait référence au verset 1-5 puis au verset 10-16. Jésus est le “rameau qui sortira de la souche de Jessé”, c’est celui dont il est question dans Apocalypse 5 verset 5, c’est Jésus qui descend de David, le deuxième roi d’Israël et c’est Jésus qui sera le roi qui régnera depuis Jérusalem à son retour. C’est seulement Jésus qui peut juger avec sagesse qui apportera cette paix dont nous parlons. Souvent, lorsque nous lisons des récits bibliques où Dieu a jugé des gens à cause du péché, il y a toujours un récit d’espoir dans lequel les personnes pieuses peuvent puiser du réconfort. Ainsi, même à l’époque d’Ésaïe, alors que le peuple était jugé à cause du péché, ceux qui étaient restés fidèles pouvaient trouver du réconfort dans ces moments terribles. Il en est de même pour nous aujourd’hui, nous pouvons nous réconforter dans le fait qu’il y aura un temps où la souffrance et la douleur prendront fin lorsque Jésus reviendra sur la terre pour établir le royaume de son père. Notre prière est exactement comme celle de Paul pour les frères et sœurs de Thessalonique dans 2 Thessaloniciens 3 versets 1-5. Nous devons tous prier pour ne pas céder à la tentation comme l’a fait Acan, nous savons qu’il est facile de se laisser prendre par les “méchants” et les “mauvais” hommes, alors nous prions pour avoir la force et pour que nos “cœurs soient dirigés vers l’amour de Dieu”. Le contexte de l’avertissement concernant la tentation des hommes méchants et mauvais se trouve aux versets 6-15. En tant que chrétiens, nous ne devrions pas être oisifs, nous devrions vivre selon l’enseignement que nous avons reçu. Le principe “si un homme ne veut pas travailler, il ne mangera pas” doit être notre point de départ dans notre façon d’agir. Acan pensait qu’il pouvait s’enrichir rapidement en volant Dieu ! Jésus, décrit comme le juge sage dans Esaïe, juge avec justice et veille à ce que les pauvres reçoivent la justice, nous devrions donc faire de même maintenant. Si nous avons des frères ou des sœurs qui sont oisifs ou qui attendent simplement que leurs autres frères et sœurs les aident, alors nous devrions tous prendre des mesures pour les “avertir comme un frère”. Le problème avec les frères et sœurs qui ne s’intéressent qu’à eux-mêmes, c’est qu’ils empêchent les autres d’aider ceux qui ne peuvent vraiment pas s’aider eux-mêmes, c’est pourquoi il est si important que nous fassions tous de notre mieux pour subvenir à nos besoins plutôt que d’ajouter aux fardeaux de l’église qui devrait vraiment aider les plus pauvres des pauvres ! Nous sommes tous responsables les uns des autres, comme l’ont appris les Israélites à l’époque de Josué. Mai

Le 22 Mai

Josué 8 est le récit de la destruction d’Aï. Cette fois, il est écrit que “l’Éternel dit…”, par exemple aux versets 1 et 18, et Josué est convaincu que ses actions viennent de Dieu (verset 7). Il rappelle également au peuple qu’il doit suivre les ordres de Dieu (verset 8). Ceci est en contraste avec leur première attaque où la mention de Dieu n’est pas enregistrée, par exemple au chapitre 7 versets 2-3. Théoriquement, les 2 000 ou 3 000 personnes n’auraient rien eu à craindre si Dieu avait été avec eux, mais à cause du péché, Dieu ne l’a pas été. Au chapitre 8, parce que le peuple s’était repenti, Dieu était visiblement avec lui et il a utilisé toute l’armée, sans doute pour lui redonner confiance, même s’il a eu la vie facile parce que l’armée d’Aï a été prise en embuscade loin de la ville. La leçon est claire pour nous : si nous sommes obéissants, Dieu est avec nous ; si nous nous rebellons, nous ne pouvons pas nous attendre à ce que Dieu soit avec nous et il ne le sera pas ! Cette fois-ci, Dieu a permis au peuple de garder son butin (verset 2). Ainsi, si nous sommes pieux maintenant, nous pouvons obtenir des extras appropriés pour nous aider dans notre vie actuelle, ainsi que la promesse du royaume lorsque Jésus reviendra. Il est clair que dans ce chapitre, Dieu est inclus dans les actions du peuple et Josué termine la période où il s’assure que les instructions que Moïse a données avant sa mort dans Deutéronome 27 sont exécutées, Josué 8 versets 31 et 33. Ce sont les grandes leçons que le peuple devait apprendre, par exemple Deutéronome 11 leur disait d’aimer Dieu, d’être attentif à obéir et de se souvenir, puis dans les chapitres 38 et 39 on leur rappelait les bénédictions s’ils suivaient Dieu et les malédictions s’ils ne le suivaient pas. Josué leur a rappelé et a lu la loi comme il le ferait désormais tous les 7 ans, Deutéronome 31 verset 10. Josué 8 verset 34-35 nous le confirme, donc en théorie, les Israélites étaient maintenant de retour sur la bonne voie, on leur avait rappelé qu’ils devaient obéir à Dieu et démontrer leur respect pour lui en faisant ce qu’il voulait qu’ils fassent. Et lorsque le peuple de Dieu est dans cet état d’esprit de repentance et d’humilité, il peut chanter les louanges d’Esaïe 12 et chanter le salut de Dieu, versets 2-3. Même s’ils ont péché, ils peuvent encore être réconfortés (verset 1), et tout comme Josué s’est vu dire de ne pas avoir peur, tous les membres du peuple de Dieu peuvent l’être aussi s’ils l’aiment et le craignent. Si nous sommes pieux, alors le “monde” peut voir et aussi glorifier Dieu, verset 5. Dans sa lettre à Timothée (1 Timothée 1, versets 3-7), Paul l’encourage à avertir ceux qui enseignent des choses fausses. Cela nous rappelle une fois de plus combien il est important de s’assurer que nous nous en tenons aux enseignements de Dieu, car s’en écarter entraînera des problèmes. Il est également important d’utiliser correctement les enseignements de Dieu (verset 8), et l’indice pour cela se trouve au verset 5, c’est-à-dire l’amour, qui est la caractéristique que nous devons appliquer en toute chose, tout comme Jésus l’a fait (verset 14). Si nous aimions tous Dieu autant que nous le devrions, nous voudrions toujours faire ce qu’il veut que nous fassions ! Paul s’est rendu compte lui-même que la voie qu’il avait empruntée à l’origine était mauvaise ; il devait changer et, en toute humilité, il se décrit comme le “plus grand pécheur”, verset 16. Il a confessé, comme nous devrions tous le faire, que Jésus est venu pour sauver les pécheurs (verset 15). Ainsi, aucun de nos enseignements ne devrait comporter de l’arrogance et de l’orgueil, nous devrions enseigner et encourager les autres dans l’humilité et donner de bons exemples dans tout ce que nous faisons. Au chapitre 2, il parle du culte comme d’un bon exemple, verset 1 à 8, du fait que nous devrions “mener une vie tranquille”, que nous devrions prier ensemble sans nous disputer, toutes ces choses sont de bons exemples ! Il en va de même pour les surveillants et les diacres au chapitre 3, regardez les qualifications pour les surveillants, c’est-à-dire les anciens dans notre église, versets 1-7, même les diacres ou les administrateurs doivent donner de bons exemples, versets 8-13. Tous sont des serviteurs et tous doivent donner le bon exemple, comme l’a fait Josué et certainement Jésus. Nous avons déjà mentionné le rôle des sœurs (femmes) et la manière dont elles représentent l’Église (Éphésiens 5) ; elles doivent, comme les frères (hommes), donner le bon exemple dans tout ce qu’elles font. Ce n’est que lorsque nous travaillons tous ensemble comme un seul corps que de grandes choses se produisent – c’est lorsque nous nous écartons des lois de Dieu que les problèmes surviennent, par exemple au chapitre 1 verset 6 et versets 19-20. Il est triste de voir des frères et sœurs “s’éloigner” de Dieu, c’est notre rôle à tous d’encourager l’unité et la piété ! Mai

Le 23 Mai

Le récit de Josué 9 est intéressant car il relate la déception des Gibéonites qui vivaient dans le pays que Dieu donnait à Israël. Lorsque Josué s’est rendu compte de leur déception, ils ont expliqué pourquoi aux versets 24-25, c’est-à-dire qu’ils ont “entendu” ce que Dieu avait fait et ont craint pour leur vie. Parce que Josué avait fait un serment avec eux, il ne pouvait pas permettre qu’ils soient tués et, au lieu de cela, il en a fait des esclaves (versets 26-17). Je pense qu’il y a un indice d’un problème avec ce serment dans le verset 14 où il est écrit qu'”ils ne consultèrent pas l’Eternel”. C’est toujours le début des problèmes lorsque nous ne “consultons” pas Dieu, par exemple en lisant la Bible ; la leçon à tirer ici est que nous ne devrions jamais ignorer ce que Dieu veut et suivre ses conseils sur la façon dont nous devrions réagir à toute situation. Nous ignorons Dieu à nos risques et périls ! La section de chapitres d’Esaïe comprise entre 13 et 23 est constituée de prophéties contre les “nations”, c’est-à-dire les nations païennes qui entourent Israël. Au chapitre 13, nous commençons la prophétie contre Babylone. Dieu s’est servi d’eux pour porter le jugement sur Israël à cause des péchés d’Israël, mais ils sont devenus mauvais, méchants, arrogants et fiers (versets 11 et 19). Ils étaient clairement des “pécheurs”, verset 9. Et à cause de cela, la “colère” de Dieu s’abattra sur eux, verset 5, 9 (encore) et 13, et Dieu utilisera une autre nation pour le faire, à savoir les Mèdes, verset 17, ce peuple était un peuple cruel qui n’avait aucun respect pour la vie ou le matériel, verset 18. Leur destruction serait si grande que Babylone serait laissée inhabitée, verset 20-22, c’est un passage utile pour avoir confiance que ce que Dieu dit est vrai, car Babylone n’a jamais été habitée depuis lors ! La leçon de ce chapitre est donc la même que celle de Josué : si quelqu’un veut être béni par Dieu, il doit le respecter et le suivre. Tout comme les nations qui choisissent de l’ignorer et de n’avoir aucun respect pour lui et qui font ce qu’elles veulent et finissent par recevoir la colère de Dieu, il en sera de même pour nous si nous choisissons d’ignorer ses voies et de suivre notre propre chemin. Dans le chapitre qui contient les “instructions à Timothée”, dans 1Timothée, versets 15-16, nous voyons le conseil de Paul d’être “diligent” dans ces matières, c’est-à-dire les paroles de Dieu ; de “surveiller de près ta vie et ta doctrine” car si tu le fais, tu “te sauveras toi-même et tes auditeurs”. C’est ainsi que nous devons nous comporter si nous voulons avoir les bénédictions de Dieu, en particulier les bénédictions que nous recevrons dans le royaume lorsque Jésus reviendra. Soyez un “exemple”, comme le dit Paul au verset 12, et consacrez-vous à “lire”, “prêcher” et “enseigner”. Ce sont toutes des leçons pour nous. Nous devons faire attention aux faux enseignements dispensés par d’autres personnes qui confondent et déforment les paroles de Dieu, verset 1-5. Ces personnes sont si dangereuses qu’elles sont décrites comme des “démons”, qui sont de faux dieux, et leurs enseignements sont décrits comme des “esprits séducteurs”. Il n’y a évidemment rien de surnaturel dans ces mots, ils décrivent simplement des êtres humains corrompus qui sont arrogants et fiers. En tant que chrétiens responsables, nous devons donc signaler ces erreurs aux autres, versets 6-7. Et nous devons tous nous “entraîner” à être pieux, nous devons lire, discuter et nous exercer à mettre en pratique les voies de Dieu. LR