Réflexions sur la lecture de la Bible en français Juillet – Decembre

Calendrier

Janvier-JuinJuilletAoûtSeptembreOctobreNovembreDecembre

Juillet – Cliquez sur la date ci-dessous:

1–2345678910111213141516171819202122232425262728293031– Top

Août – Cliquez sur la date ci-dessous:

12345678910111213141516171819202122232425262728293031– Top

Septembre – Cliquez sur la date ci-dessous:

123456789101112131415161718192021222324252627282930 –Top

Octobre – Cliquez sur la date ci-dessous:

123–45678910111213141516171819202122232425262728293031Top

Novembre – Cliquez sur la date ci-dessous:

123456789101112131415161718192021222324252627282930Top

Decembre – Cliquez sur la date ci-dessous:

12345678910111213141516171819202122232425262728293031Top

Le 1 Juillet

Les réflexions pratiques d’aujourd’hui commenceront à nouveau par Saül. 1 Samuel 13 est malheureusement le tournant de sa vie : il a désobéi à Dieu de manière flagrante, verset 13. Saül a essayé de justifier ses actions (versets 11-12), mais cela ne change rien au fait qu’il a désobéi à Dieu. C’est un avertissement pour nous, parfois nous justifions nos actions en utilisant des enseignements bibliques hors contexte, mais ce n’est clairement pas ce que Dieu veut. Par exemple, parce que nous savons que Dieu pardonne les péchés, ce qu’il fait, nous pouvons supposer qu’il le fera toujours, en oubliant qu’il connaît aussi notre attitude. La désobéissance de Saül a eu des conséquences, mais sa justification ne tenait pas debout. Saul a pris la loi en main et a oublié que Dieu est partout et qu’il contrôle tout. Remarquez les réactions humaines de Saül, il reproche à Samuel d’être en retard, il utilise l’excuse du départ des soldats, il fournit sa propre justification et il devient fier de sa propre position et n’a aucun respect pour Dieu. Malgré cela, Dieu reste à l’œuvre et prépare un roi de remplacement, verset 14. Le décor est également planté pour que la puissance de Dieu se manifeste à travers la faiblesse humaine d’Israël, verset 16-22. Nous retrouvons ces contrastes entre suivre Dieu et ne pas le suivre dans Ésaïe 57. Le chapitre commence par parler des méchants, c’est-à-dire de ceux qui ne respectent pas Dieu, verset 4, et qui l’ont remplacé par leur propre force, leur argent ou d’autres choses. Dieu dit que ces choses en lesquelles vous vous êtes confiés doivent vous sauver, car elles ne le feront pas ! Les versets 14 à 19 montrent ce qui arrive à ceux qui font confiance à Dieu et essaient de suivre ses commandements. Notre attitude doit être l’humilité, verset 15. Nous devons avoir un respect total pour Dieu, sachant qu’il nous guérira, verset 18-19, mais en étant conscients que nous devons nous repentir lorsque nous échouons. Il n’y a que deux voies à suivre dans la vie et elles nous sont montrées dans ce chapitre. Verset 2, ceux qui marchent dans la droiture entrent dans la paix. Le contraste est au verset 21, il n’y a pas de paix pour les méchants. L’Apocalypse nous montre la récompense pour ceux qui suivent à la fois Dieu et Jésus. Lorsque Jésus reviendra, toutes nos souffrances et nos douleurs prendront fin, notre nature humaine s’éteindra (Ap 21,4). Nous sommes “l’épouse” (versets 2 et 9), ceux dont le nom figure dans le “livre de vie” (verset 27) si nous sommes reconnus comme disciples de Jésus (Ap 22,4). Nous pouvons avoir confiance en cette promesse, mais il y a un avertissement car tous ceux qui ne sont pas reconnus comme étant de Jésus seront exclus (Ap21,8). Cette image dans l’Apocalypse est celle du futur, lorsque Jésus reviendra. C’est un moment que nous attendons avec impatience car il signifie que nous serons sauvés de notre nature humaine et que la mort disparaîtra (Ap 22,3). La leçon est donc que nous avons un avenir merveilleux à attendre, que nous devons toujours essayer de respecter et de suivre les commandements de Dieu et que nous avons un sauveur pour nous aider. Juillet

Le 2 Juillet

Réflexions pratiques aujourd’hui à partir de nos lectures. Dans 1 Samuel 14, nous avons un instantané de la vie de deux personnes, l’une pieuse, l’autre malheureusement pas. Il s’agit de Jonathan et de Saül. Tous deux étaient des leaders, voir 1 Samuel 13:2 pour Jonathan et nous savons que Saül était le roi. Nous pouvons en tirer des leçons pour notre vie chrétienne. Il est clair que Jonathan était pieux (versets 6, 10 et 12). Jonathan avait une véritable confiance en Dieu et croyait que Dieu contrôlait tout. Toutes ses décisions et ses actions étaient pieuses et cela a été remarqué par les autres, par exemple son porteur d’armure, verset 7 et le reste de l’armée, versets 39 et 45. Il s’agit d’un exemple important pour nous tous, frères aînés, qui devons suivre Dieu avec sincérité et donner le bon exemple. C’est tout le contraire de Saül – il devient de plus en plus impie en laissant son attitude humaine remplacer son attitude pieuse précédente. Dans ce récit, Saül ne reconnaît pas que c’est Dieu qui a remporté la victoire (versets 15 et 23), il ne reconnaît pas non plus le rôle de Jonathan dans cette victoire, en fait il était prêt à le tuer pour avoir brisé un serment mal pensé qu’il avait fait (versets 24, 28, 44). Saül était le chef, mais il n’a pas consulté Dieu, verset 36. Il pensait simplement, comme les fils d’Eli, que la puissance de Dieu était dans l’arche (verset 18). Il s’est contenté de réagir aux situations et de paraître pieux (versets 34 et 35), remarquez que c’était la “première fois”. Malheureusement, Saül n’était plus entièrement dévoué à Dieu, en fait, il était plus intéressé par sa propre force et par les personnes qu’il pouvait recruter pour son armée (verset 52). La colère et la jalousie de Saül ont permis aux Philistins de s’échapper, ce qui a eu pour conséquence la poursuite des combats au fil des ans. Dans Esaïe 58, nous voyons à nouveau cette comparaison entre les attitudes pieuses et impies, les versets 1 à 5 montrent la mauvaise attitude, c’est-à-dire prétendre être pieux, et les versets 6 à 12 montrent l’impiété. Les impies, par exemple, ont l’air pieux mais leurs actions les trahissent, ils font toutes ces mauvaises choses. Les pieux pratiquent réellement ce qu’ils croient et respectent Dieu. Notez que la réponse de Dieu est conditionnelle, aux versets 9-10, et que cela est à nouveau souligné aux versets 13-14. Ainsi, si nous voulons que Dieu nous aide et nous amène dans son royaume, nous devons démontrer notre piété. La demande éventuelle de Saül pour une réponse dans 1 Samuel 14:37 n’a pas été satisfaite. Lorsque nous échouons et si nous avons la bonne attitude, nous avons le pardon parce que nous avons Jésus, Matthieu 1:21. La généalogie de Jésus, aux versets 1 à 16, montre le plan de Dieu en dépit des défaillances humaines, car nous voyons les “erreurs” dans la vie des gens, par exemple David et Bethsabée, au verset 6. Il s’agit d’un espoir énorme que nous avons en Jésus, car avec la bonne attitude, nos péchés sont pardonnés. Dans ces deux chapitres, la nature humaine est exposée : Mt 1,20, Joseph était en colère lorsqu’il a découvert que Marie était enceinte, mais il a écouté Dieu, verset 24, il était pieux. Hérode, par contre, n’avait absolument aucun respect pour Dieu, il était déterminé à détruire le fils de Dieu, verset 16. C’est un cas extrême, mais il est bon de s’en souvenir pour illustrer à quel point la nature humaine est corrompue. La naissance de Jésus a été un événement qui a changé le monde, elle a signifié que nous pouvons nous rapprocher de Dieu en Jésus afin que nos péchés soient pardonnés et que nous ayons la promesse de la vie. Juillet

Le 3 Juillet

Les pensées pratiques de 1 Samuel 15 montrent tristement la chute continue de Saül dans la pensée humaine qui le conduit à être rejeté comme roi, verset 26. Saül a reçu une mission, celle de détruire complètement les Amalécites, un peuple impie qui a refusé de laisser les enfants d’Israël passer sur son territoire toutes ces années auparavant (versets 2-3). Comme Saül, nous avons aussi des tâches à accomplir, résumées par le fait de suivre Jésus, et Dieu attend de nous que nous fassions de notre mieux pour les accomplir. Saül n’a fait que la moitié du travail et Samuel a apporté le message de Dieu à Saül, versets 10-11. L’arrogance de Saül est ici épouvantable : il savait qu’il avait mal agi (verset 9). Il est ensuite allé ériger un monument, verset 12, c’est de l’orgueil ! Il a ensuite menti à Samuel (verset 13), il a blâmé ses hommes (verset 15) et il a essayé de se justifier en disant que c’était des sacrifices ! Vous ne pouvez pas mentir à Dieu, vous ne vous en tirerez pas ! Même si vous justifiez la désobéissance dans votre propre esprit, comme Saül l’a fait, versets 20-21, vous ne vous en sortirez pas ! Les versets 22-23 mettent les choses en perspective, c’est-à-dire que Dieu est plus intéressé à ce que nous lui obéissions plutôt qu’à ce que nous fassions des sacrifices, quels qu’ils soient. La rébellion et l’arrogance sont des comportements typiquement humains. Saul semble se repentir, mais Dieu connaît son cœur et il y a des conséquences. Ésaïe 59 en est un autre exemple et les paroles de Dieu à Israël aux versets 3 à 8 auraient également pu être adressées à Saül et à nous-mêmes lorsque nous essayons de justifier nos actions humaines. Saul a certainement dit des mensonges, verset 4, faisons-nous la même chose à nos frères et sœurs ? Le fait est que si, comme Saul, nous désobéissons à Dieu, alors “la justice est loin de nous”, verset 9-11. Nous ne pouvons pas attendre de Dieu qu’il soit avec nous si nous agissons mal ! Nous échouons tous, verset 12-15. Le reconnaître est la première partie de la repentance et si nous faisons de notre mieux pour bien agir, le plan de Dieu en Jésus nous permet d’être pardonnés (verset 16). En fin de compte, Dieu apporte le salut par Jésus, verset 20. Et nous en arrivons à Jésus dans Matthieu 3 et 4. Les premiers mots enregistrés de Jean le Baptiste et de Jésus sont “repentez-vous” ! Je suggère que c’est délibéré et donc important, Mat3:2 et Mat4:17. Les deux ont dit que le Royaume était proche, donc si nous voulons faire partie du royaume, nous devons nous repentir. Lorsque Jésus a été baptisé, Dieu a dit qu’il était content, verset 17, Dieu était content parce que le salut était maintenant possible. Ce salut était possible parce que Jésus a toujours obéi à son père, les exemples pendant sa tentation montrent à quel point Jésus a suivi son père, Mat4:1-11. Il a contré toutes ses mauvaises pensées humaines en citant ce que son père avait dit et voulu. Nous devons essayer de faire de même. Nous remercions Dieu pour Jésus, car nous avons vraiment besoin du salut apporté par lui. Avec ce merveilleux espoir que nous avons, nous avons aussi la responsabilité d’essayer de faire de notre mieux pour obéir à Dieu et à Jésus. Juillet

Le 4 Juillet

Saul a été rejeté comme roi parce qu’il n’a pas suivi les ordres de Dieu. Dieu indique clairement qu’il doit être remplacé, 1Sam16:1. Samuel obéit, même s’il s’inquiète de la réaction de Saül, et se rend à Bethléem selon les instructions. Le début du verset 2 nous montre à quel point Saül était impie, car Samuel avait peur de lui ! Saül ne reflétait en rien l’amour de Dieu, il ne cherchait que son propre intérêt, une attitude qui n’est pas acceptable pour Dieu. Un avertissement pour nous encore une fois : il ne faut pas non plus se contenter de regarder les apparences extérieures, comme Samuel a commencé à le faire (verset 6). Non, Dieu regarde le cœur, verset 7, et parce que David était pieux, Dieu a travaillé avec lui, verset 13. Et parce qu’il était pieux, il était aussi considéré comme pieux et remarqué par les autres, verset 18. Un tel contraste avec Saül, versets 14-16, remarquez que le mauvais esprit venait de Dieu pour permettre au caractère impie de Saül de se manifester, probablement un mauvais caractère, ou une dépression, ou peut-être la jalousie. Parce que David était pieux, on lui faisait confiance et il a gagné le respect, une caractéristique que nous devrions avoir en tant que disciples de Jésus, verset 21-23. L’image que nous donne Ésaïe 60 est celle d’une restauration, c’est finalement dans le royaume que tout est restauré et que tous ceux qui sont dans le royaume sont pieux. Certains des mots utilisés ici nous rappellent ceux utilisés dans l’Apocalypse, lorsque toutes les choses seront restaurées. C’est une merveilleuse image de la paix et c’est ce que Jésus enseigne dans Matthieu 5. Les versets 1-12 sont les caractéristiques de ceux qui seront dans le Royaume, ils sont complètement opposés à la pensée humaine naturelle, comme Saul et nous lorsque nous ne respectons pas les commandements de Dieu. Et Dieu nous donnera toutes ces choses dans le royaume à tous ceux qui font humblement de leur mieux pour suivre. Le sel et la lumière des versets 13 à 16 semble être Jésus qui nous demande d’examiner nos propres motivations pour voir si ce que nous faisons reflète réellement ce que nous disons être. Parce que nous disons que nous suivons Jésus, nous devons toujours essayer de démontrer que nous sommes Jésus dans nos vies, sinon il est inutile d’être “sel” ou “lumière”, ils doivent tous deux avoir une utilité ! Nous ne pouvons pas ignorer que Dieu et Jésus nous demandent d’obéir, verset 19, si nous voulons faire partie des promesses de Dieu, nous devons obéir. Jésus nous donne ensuite des exemples de la manière dont nous devons obéir du fond du cœur, et il rend les péchés les plus évidents, comme le meurtre et l’adultère, très proches de nous tous, pour nous faire comprendre à quel point nous devons ressembler à Jésus. Meurtre = colère ; adultère = luxure, Jésus nous fait réfléchir à notre attitude. Jésus bouleverse la pensée humaine. Saul n’a pas changé, mais il aurait dû le faire, et nous devons tous le faire. Jésus nous invite donc tous à examiner nos motivations et à remettre en question nos actions et nos pensées. “Que ferait Jésus” doit être notre question constante. Juillet

Le 5 Juillet

Dans Matthieu 6, Jésus dit de chercher d’abord le royaume de Dieu, puis toutes les choses que nous désirons nous seront données, verset 33. Deux questions se posent : 1) que signifie chercher d’abord le royaume et 2) qu’est-ce qui doit être inclus dans les choses que nous désirons ? Nous avons vu dans nos réflexions sur les lectures que seuls ceux qui sont pieux seront dans le royaume, ce qui implique que nos désirs doivent aussi être pieux. Comme exemple pour nous aider, nous avons le caractère pieux de David dans 1 Samuel 17, parce qu’il a toujours mis le “royaume” en premier. Il est clair qu’il pensait d’abord à Dieu, versets 26, 30, 36, 45 et 46. Tous ces versets nous montrent que les premières pensées de David étaient de Dieu, il était affligé que Dieu soit défié. Il n’avait aucune crainte de la force humaine car il savait que Dieu était avec lui. Il y a une énorme différence de caractère entre David et les autres ici. Les Philistins se sont appuyés sur la force humaine, versets 4-7, Eliab était jaloux et embarrassé et a mal représenté David, verset 28, et Goliath était fier, verset 43-44, toutes ces attitudes humaines sont mauvaises et David était complètement opposé à celles-ci car il mettait Dieu en premier. Bien que David soit décrit comme un “garçon” ici, il ne l’était pas, c’était un jeune homme, assez fort et assez grand pour porter l’uniforme de Saül, verset 38-39 et aussi assez fort pour utiliser l’épée de Goliath, verset 51. David pensait d’abord à Dieu et il désirait ce que Dieu veut, pas ce que les humains veulent. Esaïe 61 est une continuation de l’image de la restauration du peuple de Dieu, il inclut l’enseignement sur Jésus, le retour du peuple d’Israël sur la terre d’Israël et finalement le royaume lorsque Jésus reviendra. Un verset qui a eu un impact sur moi montre comment chercher le royaume de Dieu en premier et désirer les mêmes choses que Dieu nous…. verset 8. Ce message clair nous montre ce que Dieu aime, c’est-à-dire la justice, ce que nous devrions aussi aimer, comme David l’a fait. Le verset nous montre aussi ce que Dieu déteste, c’est-à-dire le vol et l’iniquité. Ces deux mots couvrent tout ce qui est impie, ainsi Dieu déteste prendre ce qui n’est pas à vous ; il déteste aussi quand nous violons ses commandements. Nous savons que certaines parties de ce chapitre ont été accomplies par Jésus parce que Jésus nous dit qu’elles l’ont été dans Luc 4:18-19, donc les enseignements de Jésus dans Matthieu 6 sont en partie un accomplissement d’Esaïe 61 et les enseignements de Jésus ici continuent dans le thème de notre attitude. Il nous dit d’être humbles, versets 1-4, il nous dit comment prier, versets 5-15, il nous dit que lorsque nous faisons des choses dans le cadre de notre culte personnel, nous ne devons pas les montrer aux autres, versets 16-18. Dans toutes ces sections, il nous dit de ne pas être hypocrites, le mot hypocrite signifiant “jouer la comédie” ou “faire semblant”. Dieu connaît nos motivations, nous ne pouvons pas lui mentir, nous ne pouvons pas lui faire semblant, Jésus est très critique envers les hypocrites. Dans les versets 19-24, Jésus nous demande quelles sont les choses qui se trouvent réellement dans notre cœur et si nous essayons de servir deux maîtres, c’est-à-dire Dieu et l’argent ou les choses humaines. Jésus est clair sur la bonne réponse, à savoir que vous ne pouvez pas servir les deux. Le contraste entre la lumière et les ténèbres est grand et sans équivoque, Jésus dit que si vos désirs sont humains, vous êtes mauvais et dans les ténèbres, mais que si vous désirez des choses pieuses, vous êtes bons et dans la lumière. Puis Jésus dit de ne pas s’inquiéter, versets 25-34, de ne pas s’inquiéter de notre vie, de la nourriture, des vêtements, etc, mais de chercher d’abord le royaume de Dieu, alors nous aurons les choses pieuses que nous désirons. Remarquez que nous aurons les choses pieuses que nous désirons, pas les choses humaines. Dieu est aux commandes, il sait exactement ce qui se passe dans nos vies, il connaît nos motivations, nos pensées, nos actions. Il sait si nous sommes authentiques ou non et il sait ce que nous désirons afin de nous amener à son royaume. David pensait d’abord à Dieu, le faisons-nous ? Juillet

Le 6 Juillet

En pensant aux leçons pratiques des lectures d’aujourd’hui, nous voyons toujours le contraste entre les personnages pieux et impies dans 1 Samuel 18. La jalousie de Saül à l’égard de David devient maintenant une chose régulière. Saül était en colère parce que David était crédité de plus de succès que lui, verset 8, il a essayé de tuer David, verset 11, et il est resté irrespectueux de la volonté de Dieu, verset 12. Il a comploté pour faire tuer David par les Philistins, verset 17 et verset 21, il était même prêt à ce que sa fille souffre de voir son mari tué. C’est un homme dont l’impiété a pris le dessus sur sa pensée quotidienne et qui est devenu de plus en plus mauvais. C’est ce qui arrive lorsque les êtres humains laissent la pensée humaine prendre le dessus. C’est un contraste complet avec David qui avait des amis qui étaient aussi pieux, verset 1-3, il faisait de son mieux en toutes choses de sorte qu’il avait le respect des autres, verset 5 et 16 et il était humble, verset 18 et 23. Oui, David était un homme pieux, il ne s’attribuait aucun mérite, il était connu, même les chansons à son sujet le montrent, verset 7, il était même connu par ses ennemis, verset 30. Mais malgré tout ce succès, il restait humble. Saul aurait dû se réjouir pour David, car il était de son côté ! Une grande leçon pour nous, nous ne devrions pas être fiers et arrogants comme Saül l’était, nous devrions accepter que Dieu travaille dans la vie de tous nos frères et sœurs et accepter humblement la volonté de Dieu. David a toujours été conscient de la présence de Dieu dans sa vie et a toujours essayé de faire ce que Dieu voulait. Ésaïe 62 est un exemple de ce qui devrait toujours être dans notre esprit et dans nos prières. Ce chapitre traite à nouveau de la restauration par Dieu de son peuple et de son pays, qui se termine finalement par le royaume. Tout cela est possible, comme nous le savons, par Jésus, le verset 10 nous en donne une idée, dans la mesure où la “bannière” est une image possible de la mort et de la résurrection de Jésus (Ésaïe 11:10, 49:22 et Jean 12:32) ; toutes ces choses nous rappellent le plan de Dieu qui nous inclut. Ainsi, comme nous voyons dans la vie ultérieure de David qu’il a toujours prié pour la restauration future de son royaume par Dieu, nous devrions faire de même. Versets 6-7, nous sommes ceux “qui invoquent le Seigneur”, nous devrions donc toujours prier pour le royaume et pour le retour de Jésus. Parce que nous savons que cette promesse est réelle, nous devons écouter ce que Jésus nous dit. Matthieu 7 poursuit sa première prédication et, dans les versets 1 à 6, il nous rappelle notre propre tendance au péché et comment nous devons être humbles et ne pas juger les autres dans le but de les condamner. Nous sommes tous faibles, seul Jésus n’a pas péché, David était pécheur tout comme nous, nous devons donc toujours nous examiner et garder un œil sur nos tendances humaines. Si nous essayons d’être pieux et d’obéir à Dieu, nous pouvons demander avec confiance, versets 7-12. Nous pouvons demander ce que Dieu veut. Nous avons le choix d’être dans le royaume ou non, versets 13-14, Dieu ne nous force pas à faire quoi que ce soit, mais si nous voulons être dans le royaume de Dieu, nous devons faire ce que Dieu veut. Les actions de Saül ont montré ce qu’il avait dans le cœur, les actions de David et de Jonathan ont fait de même et il en est de même pour nous. Jésus utilise des plantes portant de bons et de mauvais fruits pour illustrer son propos. Si nous sommes sincères dans notre foi en Dieu, les gens verront par nos pensées et nos actions si nous ressemblons à Jésus, et si nous ne le sommes pas, les autres le verront aussi. Dieu et Jésus voient certainement. Il est important que nous nous en souvenions, car Jésus peut toujours se retourner et dire qu’il ne nous connaît pas (verset 21-23). La leçon à tirer est donc d’être un bâtisseur avisé (versets 24-27). Dieu nous a donné à tous l’occasion d’être dans le royaume, il veut que nous y soyons, nous y serons si nous avons confiance et faisons de notre mieux et si nous avons confiance en Jésus parce qu’il couvre nos échecs, mais si nous faisons semblant (hypocrites) alors notre salut est en danger. Alors ensemble, produisons tous de bons fruits. Juillet

Le 7 Juillet

En pensant aux leçons pratiques des lectures d’aujourd’hui, nous voyons toujours le contraste entre les personnages pieux et impies dans 1 Samuel 18. La jalousie de Saül à l’égard de David devient maintenant une chose régulière. Saül était en colère parce que David était crédité de plus de succès que lui, verset 8, il a essayé de tuer David, verset 11, et il est resté irrespectueux de la volonté de Dieu, verset 12. Il a comploté pour faire tuer David par les Philistins, verset 17 et verset 21, il était même prêt à ce que sa fille souffre de voir son mari tué. C’est un homme dont l’impiété a pris le dessus sur sa pensée quotidienne et qui est devenu de plus en plus mauvais. C’est ce qui arrive lorsque les êtres humains laissent la pensée humaine prendre le dessus. C’est un contraste complet avec David qui avait des amis qui étaient aussi pieux, verset 1-3, il faisait de son mieux en toutes choses de sorte qu’il avait le respect des autres, verset 5 et 16 et il était humble, verset 18 et 23. Oui, David était un homme pieux, il ne s’attribuait aucun mérite, il était connu, même les chansons à son sujet le montrent, verset 7, il était même connu par ses ennemis, verset 30. Mais malgré tout ce succès, il restait humble. Saul aurait dû se réjouir pour David, car il était de son côté ! Une grande leçon pour nous, nous ne devrions pas être fiers et arrogants comme Saül l’était, nous devrions accepter que Dieu travaille dans la vie de tous nos frères et sœurs et accepter humblement la volonté de Dieu. David a toujours été conscient de la présence de Dieu dans sa vie et a toujours essayé de faire ce que Dieu voulait. Ésaïe 62 est un exemple de ce qui devrait toujours être dans notre esprit et dans nos prières. Ce chapitre traite à nouveau de la restauration par Dieu de son peuple et de son pays, qui se termine finalement par le royaume. Tout cela est possible, comme nous le savons, par Jésus, le verset 10 nous en donne une idée, dans la mesure où la “bannière” est une image possible de la mort et de la résurrection de Jésus (Ésaïe 11:10, 49:22 et Jean 12:32) ; toutes ces choses nous rappellent le plan de Dieu qui nous inclut. Ainsi, comme nous voyons dans la vie ultérieure de David qu’il a toujours prié pour la restauration future de son royaume par Dieu, nous devrions faire de même. Versets 6-7, nous sommes ceux “qui invoquent le Seigneur”, nous devrions donc toujours prier pour le royaume et pour le retour de Jésus. Parce que nous savons que cette promesse est réelle, nous devons écouter ce que Jésus nous dit. Matthieu 7 poursuit sa première prédication et, dans les versets 1 à 6, il nous rappelle notre propre tendance au péché et comment nous devons être humbles et ne pas juger les autres dans le but de les condamner. Nous sommes tous faibles, seul Jésus n’a pas péché, David était pécheur tout comme nous, nous devons donc toujours nous examiner et garder un œil sur nos tendances humaines. Si nous essayons d’être pieux et d’obéir à Dieu, nous pouvons demander avec confiance, versets 7-12. Nous pouvons demander ce que Dieu veut. Nous avons le choix d’être dans le royaume ou non, versets 13-14, Dieu ne nous force pas à faire quoi que ce soit, mais si nous voulons être dans le royaume de Dieu, nous devons faire ce que Dieu veut. Les actions de Saül ont montré ce qu’il avait dans le cœur, les actions de David et de Jonathan ont fait de même et il en est de même pour nous. Jésus utilise des plantes portant de bons et de mauvais fruits pour illustrer son propos. Si nous sommes sincères dans notre foi en Dieu, les gens verront par nos pensées et nos actions si nous ressemblons à Jésus, et si nous ne le sommes pas, les autres le verront aussi. Dieu et Jésus voient certainement. Il est important que nous nous en souvenions, car Jésus peut toujours se retourner et dire qu’il ne nous connaît pas (verset 21-23). La leçon à tirer est donc d’être un bâtisseur avisé (versets 24-27). Dieu nous a donné à tous l’occasion d’être dans le royaume, il veut que nous y soyons, nous y serons si nous avons confiance et faisons de notre mieux et si nous avons confiance en Jésus parce qu’il couvre nos échecs, mais si nous faisons semblant (hypocrites) alors notre salut est en danger. Alors ensemble, produisons tous de bons fruits. Juillet

Le 8 Juillet

La lecture de 1 Samuel 20 met en évidence l’effet de l’impiété par rapport à la piété. L’impie Saül montre où était sa priorité humaine, verset 31. Il n’avait pas tenu compte de ce que Dieu avait dit et essayait d’aller à son encontre en voulant la mort de David pour que sa famille, Jonathan, ait l’héritage royal ! Il était tellement déterminé à arriver à ses fins qu’il a ignoré Dieu. En revanche, le pieux Jonathan s’est rangé du côté du pieux David, il avait un respect total pour Dieu et ne s’intéressait pas à son héritage humain, il ne s’intéressait qu’à ce que Dieu voulait, même si cela signifiait un nouveau roi d’une famille différente. Ce chapitre nous montre à quel point les humains peuvent être bas lorsqu’ils ont du mépris pour Dieu, comme Saül l’a démontré. Jonathan voulait faire ce qui était juste et il est allé à juste titre contre son père parce qu’il respectait davantage Dieu. C’est ainsi que nous devrions être aussi, nous devrions mettre Dieu en premier, même au-dessus de notre famille, de notre tribu, de notre nationalité – tout cela est sans valeur comparé à la famille de Dieu. Nous avons une prière d’Israël dans Esaïe 64, qui devrait être la nôtre aussi. Une prière pour que Dieu montre sa puissance et sauve ceux qui le respectent, verset 5. Remarquez qu’il est dit “aide ceux qui font volontiers le bien et se souviennent de tes voies”. Une fois de plus, nous voyons que l’aide que nous recevons de Dieu est conditionnelle, nous ne pouvons pas espérer de l’aide si nous sommes impies comme Saul l’était. Être pieux implique que nous voulions changer, verset 8, nous voyons Dieu comme le potier qui fait un pot dans la forme qu’il veut, nous sommes l’argile et Dieu nous change en les personnes qu’il veut que nous soyons. Les expériences que nous traversons dans notre vie nous façonnent et nous changent, si nous faisons confiance à Dieu et ne nous rebellons pas contre lui. Le plan de Dieu pour nous implique fortement Jésus, car nous ne pouvons pas être sauvés sans lui, car nous ne pourrons jamais être sans péché. Matthieu 9 nous montre que Jésus a le pouvoir de pardonner les péchés (verset 6), ce qui nous réconforte beaucoup car nous avons tous besoin d’être pardonnés. Les versets 12-13 montrent que Jésus est venu pour guérir les malades spirituels, c’est-à-dire les pécheurs, et pour apporter la miséricorde. Dieu est miséricordieux, comme il l’a démontré en nous donnant Jésus. Les exemples de l’ancien testament nous montrent à quel point les humains ont une volonté faible, même David a péché, mais il attendait avec confiance en Dieu le temps de Jésus, où ceux qui ont confiance en lui pourront voir leurs péchés pardonnés. Mettre une rustine sur l’ancien ne fonctionnera pas, nous devons avoir une nouvelle façon de faire les choses, et celle-ci se trouve en Jésus, verset 16-17. Jésus a changé notre façon de voir les choses, par exemple la mort n’est plus qu’un sommeil, verset 24, et Jésus a le pouvoir de ressusciter les morts, verset 25. Nous continuerons tous à rencontrer des difficultés dans notre vie, mais avec foi, nous demandons de l’aide à Jésus, versets 22 et 29. Dans ces exemples, la guérison a été immédiate, cela peut ou non se produire pour nous avant le retour de Jésus, mais nous avons confiance que nos vies sont entre les mains de Dieu et qu’il nous aidera comme il l’entend. Il est triste que certaines personnes, malgré tous les avertissements et les exemples, continuent à rejeter Dieu et Jésus, verset 34. Les Pharisiens étaient tellement “aveugles” qu’ils ne pouvaient même pas voir, avec leur connaissance de la Bible, que Jésus était le fils de Dieu. Nous avons une merveilleuse espérance, que nous devrions vouloir partager, et notre prière devrait donc l’être aussi, verset 39. Nous devons prier pour pouvoir enseigner aux autres le merveilleux message de Jésus et du Royaume à venir. Juillet

Le 9 Juillet

Dans notre première lecture d’aujourd’hui (1 Samuel 21&22), David semble faire de son mieux pour protéger le prêtre Ahimelech lorsque David a vu qu’un des hommes de Saül était là, verset 7. David ne voulait pas que le prêtre soit accusé, par Saül, de l’avoir aidé, ce qui aurait mis sa vie en danger. David a donc inventé une histoire aux versets 2-3. Malheureusement, Saül n’a pas voulu accepter cette histoire après que Doeg lui en ait parlé, 1Sam22:16, David s’est reproché ce triste événement, 1Sam22:22 et il écrit ses pensées dans le Psaume 52. Il y montre le contraste entre les personnes pieuses et impies – les impies seront abattus, verset 5, les justes verront la justice, versets 2-7 et auront un avenir, versets 8-9. Jésus ne condamne pas David pour son “histoire”, en fait il utilise une partie de ce récit pour essayer de faire comprendre aux Pharisiens que nous aurons des occasions de prendre des décisions spirituelles, Matthieu 12:3-4 et 1Sam21:6. Saül et Doeg sont tous deux si éloignés de Dieu que même les hommes de Saül refusent d’exécuter l’ordre de Saül, verset 17. Doeg n’a aucun principe et tue les prêtres, verset 18. Nous constatons souvent qu’il y a des conséquences pour les gens qui ne sont chrétiens que pour leur propre intérêt, comme Saül et Doeg, et Ésaïe 65 nous le rappelle une fois de plus, aux versets 13-16. Les serviteurs de Dieu sont ceux qui essaient de suivre Dieu en tout et de le rechercher, verset 10. Par conséquent, les serviteurs obtiennent les choses que ceux qui “abandonnent” Dieu désirent ardemment, verset 11. Ainsi, si nous faisons semblant d’adorer Dieu, si nous mentons à nos frères et sœurs et si nous ne faisons que gagner de l’argent pour nous-mêmes, nous faisons partie de ceux qui sont dans le verset 12. L’appel de Dieu aux Israélites, comme à nous, est de se tourner et de le chercher. Ce n’est qu’à ce moment-là que nous ferons partie du royaume promis, dont nous voyons une image aux versets 17-25. Dans Matthieu 10, Jésus envoie ses disciples enseigner aux autres. Cette même responsabilité d’enseigner nous est donnée à nous aussi et il nous est dit de nous attendre à des difficultés, par exemple aux versets 16-23. Mais Jésus nous dit de ne pas avoir peur (verset 26). Il dit de ne pas se retenir d’enseigner, versets 27-28. N’ayez pas peur des humains, ayez simplement peur de Dieu qui a le pouvoir de nous laisser dans la tombe. Dieu est tout à fait conscient des situations dans lesquelles nous nous trouvons, versets 29-30, nous n’avons peut-être pas la paix maintenant, mais nous l’aurons dans le royaume. Jésus dit quelque chose qui devrait nous faire réfléchir à la façon dont nous vivons notre vie, aux versets 32-33. Nous ne pouvons reconnaître Jésus que si nous enseignons à son sujet, si nous lui obéissons et si nous agissons comme lui. Si nous essayons d’être comme lui dans tout ce que nous faisons, il nous reconnaîtra devant Dieu et nous aurons la vie dans le royaume, mais si nous ne reconnaissons pas Jésus, nous mettons notre salut en danger. Oui, nous sommes sauvés par la grâce, mais nous reconnaissons aussi que Jésus vient pour juger, verset 34. Il dispense des enseignements difficiles aux versets 37-39, mais nous devons mettre Dieu et Jésus en premier, avant notre famille et avant nous-mêmes, même si cela signifie souffrir pendant un certain temps comme David l’a fait. Une récompense nous a été promise si nous suivons Jésus, si nous lui obéissons et si nous faisons ce qu’il nous enseigne, alors ne nous excluons pas de cette récompense (versets 40-42). Juillet

Le 10 Juillet

Dans notre première lecture d’aujourd’hui, nous nous intéressons toujours à David et à la façon dont Dieu l’a protégé. Dans 1samuel 23:1-2, nous apprenons comment Dieu utilise David pour sauver Keilah contre les Philistins, ainsi Dieu peut nous sauver tous contre nos ennemis si nous faisons ce qui est juste et ce que Dieu nous demande de faire, mais surtout David priait Dieu, ainsi nous devons aussi imiter sa vie. Au verset 7, nous voyons comment Dieu a combattu pour David et ses hommes. Au verset 11, nous voyons également que les citoyens de Keilah que David avait sauvés étaient prêts à le livrer à Saül, ce qui montre comment les humains se comportent réellement, ce qui montre la vraie nature humaine et ce qui est similaire à la façon dont Jésus-Christ a été rejeté. Mais le plus intéressant est de voir Jonathan intervenir pour sauver David et l’aider à trouver plus de force dans le Seigneur au verset 16-17, l’encourageant à ne pas avoir peur, sachant que tous deux seront rois d’Israël. Ainsi, dans la vie, nous devons faire confiance à Dieu dans toutes les situations. Esaïe 66 – En V2, le mot hébreu traduit par “contrit” ici dans Esaïe est très intéressant. Il est utilisé trois fois dans l’ancien testament. Le mot contrit est utilisé pour décrire l’affliction d’une personne particulière. Le mot hébreu est “naw-keh” qui signifie littéralement frappé, estropié, mutilé, boiteux ou abattu. Par conséquent, le verset signifie que Dieu désire les boiteux spirituels. Si quelqu’un vous dit que vous êtes si boiteux spirituellement, dites “merci”. Dieu cherche ceux qui peuvent le voir et ceux qui sont contrits et brisés dans leur esprit. 2samuel 4:4 2samuel 9:13. Juillet

Le 11 Juillet

Dans 1 Samuel 24, nous voyons David courir pour sauver sa vie avec le roi Saül à sa poursuite. Saül essaie de tuer David et a cru les rapports selon lesquels David essayait de lui faire du mal (v9). Il se trouve que David est en position de tuer Saül alors que celui-ci se trouve dans une grotte. David refuse. On pourrait arguer que Dieu a permis que l’occasion se présente, mais David refuse quand même. Dieu a choisi Saül comme roi et Dieu est le seul à avoir le droit d’empêcher Saül d’être roi. David ne fera pas de mal au roi. David a une compréhension si claire du bien et du mal qu’il peut prendre une décision claire même lorsque d’autres ne le peuvent pas. Cela vient du fait que David accepte que Dieu contrôle sa vie. David fait confiance à Dieu pour prendre soin de lui, même dans des circonstances aussi dangereuses. David choisit de faire ce qui est juste, même dans un moment de pression extrême. C’est un grand exemple pour nous. Pouvons-nous distinguer le bien du mal dans un moment où nous avons tant à perdre et où il serait facile de réagir sous le coup de l’émotion ? Les actions de David nous enseignent quelque chose de très important. Même si d’autres personnes nous font du mal, nous ne devons pas leur rendre le mal. Celui qui fait le mal est dans l’erreur, mais si nous nous mettons à faire le mal nous-mêmes, alors nous nous abaissons à leur niveau et devenons nous-mêmes des malfaiteurs. David souligne un point important : “Les mauvaises actions viennent des mauvaises personnes”. (v13). S’il avait saisi l’occasion de faire du mal à Saül, il serait devenu un malfaiteur. Il serait devenu roi comme Saül, mais alors il serait devenu un mauvais roi comme Saül. David n’était pas mauvais, mais bon. Nous pourrions aussi dire : “Les bonnes actions viennent de ceux qui font le bien.” C’était le cas de David. L’homme juste sait que c’est Dieu qui provoque la vengeance (Hébreux 10:30) et ce n’est généralement pas un privilège du juste. Soyons comme David. Refusons de faire le mal et faisons le bien. Ayons confiance en Dieu. Jérémie 1 nous raconte comment Dieu a choisi Jérémie comme prophète. Il a été choisi avant sa naissance (v5) pour porter la parole de Dieu aux nations (v10) ! Nous ne comprenons pas une telle clairvoyance car nous ne l’avons pas. Cependant, Dieu est capable de voir l’avenir et de planifier en conséquence. À cet égard, Jérémie est comme l’apôtre Paul, qui a également été choisi avant sa naissance (Esaïe 49:1) pour porter la parole de Dieu aux nations (Esaïe 49:6). Dieu envoie sa parole aux nations parce que les nations font aussi partie de son plan et qu’elles ont aussi besoin d’être prêchées. Jérémie et Paul ont tous deux rencontré beaucoup d’opposition et de problèmes. En général, les gens ne veulent pas entendre le message de Dieu. Dieu a dit à Jérémie qu’il veillerait sur lui, même si les gens le combattaient. Il en était de même pour l’apôtre Paul. Nous pouvons avoir des problèmes similaires, mais généralement pas dans la même mesure. Lorsque nous sommes témoins du message de Dieu, nous devons accepter que les gens ne veuillent généralement pas l’entendre. Si nous sommes fidèles à délivrer le message de Dieu, alors Dieu sera fidèle en se tenant à nos côtés. Matthieu 12 explique la réaction des gens au message de l’Évangile. Au chapitre 10, Jésus avait envoyé les douze disciples prêcher l’Évangile, et aux chapitres 11 et 12, nous avons la réponse à cette annonce. Il y a deux choses importantes que les Juifs n’ont pas appréciées. Ils n’aimaient pas l’attitude de Jésus vis-à-vis du sabbat (v1-14). Et ils n’aimaient pas ses miracles (v22-37). Dans le cas des lois du sabbat, Jésus n’a pas suivi leurs traditions du sabbat. Il a suivi la loi qui disait qu’il ne fallait pas faire son travail le jour du sabbat. Cueillir et manger du maïs n’était pas un travail de jour. Le deuxième cas, celui des miracles, est encore plus bazar. Pourquoi les pharisiens ne se sont pas réjouis avec la personne qui a été guérie ? Dieu a envoyé son prophète pour faire de bonnes actions et des miracles et les chefs religieux ont détesté cela ! Puis ils ont l’aveuglement de demander un signe (v38) malgré tous les autres signes miraculeux qui étaient vus ! On peut comprendre que Dieu soit en colère contre son peuple. En fait, l’aveuglement de son peuple avait été prédit. La parabole des sept esprits (v43-45) montre que cette génération a commencé à écouter l’évangile et s’est un peu réformée. Ils se sont débarrassés de leur mauvais esprit (c’est-à-dire de leurs mauvaises pensées et de leurs mauvaises manières). Cependant, à la fin, ils finiront par être sept fois pires. C’est ce qu’ils ont fait en mettant Jésus à mort. Le chapitre se termine par une rencontre avec la famille de Jésus (v40-50). La question se pose de savoir qui est sa famille. S’agit-il des Pharisiens et de la génération du mal ? Non. La famille de Jésus est constituée de ceux qui font la volonté de Dieu. Ce sont ceux qui entendent son enseignement et le suivent. Si nous écoutons les paroles de Jésus et de ses disciples et les suivons, alors nous sommes la famille de Jésus. Comme David et Jérémie, cela signifie être différent de la plupart des gens qui nous entourent. Cela inclut ceux qui prétendent être du côté de Dieu et utiliser son nom. Nous montrons que nous sommes la famille de Jésus en évitant les mauvaises actions de ceux qui font le mal et en faisant ce qui est bon et juste. Juillet

Le 12 Juillet

Le récit de David, Nabal et Abigail dans 1 Samuel 25 montre le meilleur et le pire des caractéristiques humaines. Nabal était totalement ingrat pour l’aide que David lui a apportée. Il était égoïste, rancunier, irrespectueux et, pire que tout, il n’était pas disposé à partager avec les autres les choses que Dieu lui avait données en premier lieu. Les versets 10-11 montrent son orgueil humain et sa nature insensée. La réaction de David au rejet de Nabal montre ici aussi un manque de jugement, sa première réaction a été la colère et il était déterminé à aller détruire Nabal, le verset 13 puis le verset 22 montrent à quel point David était en colère. Il justifie sa colère et ses actions par le fait qu’il attendait quelque chose en retour de sa protection des brebis de Nabal (verset 21). C’est une réaction humaine naturelle, mais nous devons faire attention à ne pas être comme cela, nous ne devons pas aider les autres en attendant une récompense de leur part, notre motivation doit être d’aider les autres parce que c’est ce que Dieu veut que nous fassions. David le reconnaît dès qu’Abigaïl le confronte, versets 32-34. Abigaïl est ici la bonne conscience et elle empêche David de prendre les choses en main et de pécher. Cette leçon est si importante pour nous que nous devons être prêts à nous remettre en question et à nous écouter les uns les autres. La pieuse Abigaïl est consciente du plan de Dieu pour David et le respecte, elle a démontré sa connaissance et son respect de Dieu en défiant David, verset 24-31. C’est une autre leçon pour nous : nous devons être sensibles lorsque nous défions les autres et toujours le faire avec amour et dans le respect de Dieu. Une autre grande leçon est que Dieu est toujours celui qui se venge si c’est ce qui est nécessaire, et dans ce cas, Nabal a eu une crise cardiaque fatale quand Abigaïl lui a dit, verset 37-38. Nous devrions toujours laisser les choses à Dieu et ne pas prendre les choses en main. Remarquez comment les serviteurs de Nabal n’avaient aucun respect pour lui parce qu’ils savaient qu’il était méchant, mais remarquez aussi combien Abigaïl était gentille parce qu’ils étaient libres de lui parler, verset 14-17, nous devons avoir un caractère comme Abigaïl, David a vu son bon caractère et l’a épousée. Jérémie 2, nous montre à quel point notre nature humaine est trompeuse. Les enfants d’Israël ont oublié que Dieu leur a donné le pays et les a sauvés d’Égypte, verset 6. Toutes les bonnes choses que Dieu avait faites pour eux ont été oubliées et Dieu a été remplacé par des idoles sans valeur, verset 27-28. L’idole de Nabal était son train de vie et sa boisson, ce qui ne l’a pas du tout protégé. Nous devons donc nous aussi veiller à ne pas remplacer Dieu par des idoles, quelle que soit la forme que cela prend. C’est un thème récurrent dans les prophètes, Isaïe nous l’a rappelé aussi. Jérémie nous montre à quel point nous sommes pécheurs lorsque nous le remplaçons après tout ce qu’il a fait pour nous, verset 13. Contrairement à David, Dieu peut s’attendre à ce que nous répondions à son amour et à ses soins, si nous ne répondons pas, il nous coupera les vivres. Dans Matthieu 13, Jésus nous rappelle dans les paraboles que nous devons répondre, son explication aux disciples, versets 18-23, montre que nous devons répondre à l’amour de Dieu et produire une récolte. Son explication aux versets 36-43 montre également que Jésus et ses anges nous jugeront lorsqu’il reviendra, nous prions pour que nous produisions tous de bonnes récoltes maintenant. Nous avons déjà vu à de nombreuses reprises que nous sommes sauvés par la grâce et nous en remercions Dieu, mais nous devons encore répondre et essayer de vivre une vie qui ressemble à celle que Jésus nous a montrée. Juillet

Le 13 Juillet

Dans 1 Samuel 26, Saül démontre à nouveau qu’on ne peut pas lui faire confiance, car il poursuit à nouveau David, verset 2. David cherche à nouveau une occasion de démontrer à Saül qu’il n’est pas une menace en entrant dans le camp de Saül, verset 6. David n’a pas l’intention de blesser Saül (versets 9-11), il veut simplement montrer qu’on peut lui faire confiance et prend sa lance et sa gourde (verset 12). Cela nous montre à nouveau à quel point David était digne de confiance et pieux. Remarquez que Dieu a plongé les soldats dans un profond sommeil, ce qui montre clairement que Dieu est à l’œuvre avec David parce qu’il a agi de manière pieuse. Cet aspect est également inclus dans notre lecture de Jérémie 3. Le contexte est celui du peuple infidèle d’Israël et de Juda, qui ne suit pas Dieu de tout son cœur (versets 4-5). Dieu leur reproche d’invoquer Dieu, de dire qu’il est leur ami et de s’attendre à ce qu’il les aide alors qu’en réalité ils font le mal. Ils faisaient semblant d’être pieux, verset 10. C’est ce que Saül a fait et la leçon à tirer ici est que nous ne devons pas faire semblant non plus, car Dieu ne sera pas content de nous. Il est clair que toutes les souffrances d’Israël sont dues à leur impiété. Dieu les supplie de changer, c’est-à-dire de se repentir, versets 12-13. C’est aussi notre message, car Dieu est toujours le même, nous ne pouvons pas être tièdes ou faire semblant d’être pieux, nous devons être pleinement engagés et démontrer notre foi, et si nous faisons semblant, nous avons la possibilité de nous repentir. Nous ne pouvons pas faire semblant et espérer être dans le royaume ! Dans Matthieu 14, nous avons un autre exemple de quelqu’un qui est clairement impie, il s’agit d’Hérode. Jean le Baptiste a essayé de changer son attitude, versets 3-5. Nous savons par le récit que Jean a été tué à cause d’un serment stupide qu’Hérode avait fait, verset 9, il ne voulait pas montrer la faiblesse humaine devant ses invités. Un avertissement pour ne pas nous mettre dans des situations dont nous ne pouvons pas nous sortir ! Contrairement aux autres, Jésus a toujours eu de la compassion pour les autres parce qu’il suivait son père, verset 14. Il en va de même pour le repas des 5 000 hommes (verset 21). C’est un tel contraste avec Saül et Hérode. David faisait preuve de compassion et nous devrions en faire autant. Le récit de Jésus marchant sur l’eau est une grande leçon pour nous, pour que nous ayons la foi dans toutes les difficultés de notre vie. Il s’agit d’un récit réel de ce qui est arrivé aux disciples : ils étaient dans une barque en pleine tempête au milieu du lac, verset 24. Jésus apparaît et Pierre sort à la rencontre de Jésus, verset 29-30. C’est une image de nos vies aussi, avec tous nos soucis et nos souffrances, parfois nous sommes dépassés par les événements et nous commençons à sombrer. C’est là que la foi nous aide, car nous demandons la même chose que Pierre : “Seigneur, sauve-moi”. Verset 31. Nous aurons des difficultés dans notre vie, les expériences de David nous le montrent, ainsi que celles de Jean-Baptiste et des disciples. Nous ne recevrons peut-être pas la paix immédiatement, comme cela s’est produit ici avec les disciples, mais nous aurons la paix dans le royaume. La paix viendra vraiment lorsque Jésus sera avec nous, verset 32. Juillet

Le 14 Juillet

Le récit de 1 Samuel 28 sur la “sorcière” ou le “médium” d’Endor peut prêter à confusion. Notre compréhension de la Bible nous apprend que lorsqu’une personne meurt, qu’elle soit bonne ou mauvaise, elle n’est plus, il n’y a plus d’”esprit” qui vit. Nous savons également que c’est mal de consulter un médium et nous savons aussi, d’après Lévitique 20:27, que quiconque s’y adonne doit être mis à mort. Il est donc très probable que Dieu se serve de cette femme pour réaffirmer ce qu’il lui avait déjà dit par l’intermédiaire de Samuel. David était dans une situation potentiellement difficile, vivant avec les Philistins qui étaient maintenant en guerre avec Israël, verset 1-2, que ferait David s’il devait se battre contre ses compatriotes ? Parce que Saül faisait seulement semblant de suivre Dieu, il a seulement expulsé les médiums, verset 3. Samuel lui aurait dit de les tuer, mais Saül a peut-être gardé ses options ouvertes au cas où il en aurait besoin ! Nous savons déjà, grâce à Ésaïe et à Jérémie, que les idoles et les soi-disant esprits n’ont aucune valeur, et qu’en les gardant, Saül faisait preuve d’un manque total de foi et d’irrespect envers Dieu. A cause de l’impiété de Saül, Dieu ne lui répondait plus, verset 6, et Saül a encore péché en consultant un médium, verset 8. La réponse n’était pas celle à laquelle Saül s’attendait, elle n’a fait que confirmer ce qu’il savait déjà, à savoir que Dieu n’était pas avec lui, et lui a appris que lui et ses fils allaient être tués (verset 19). Une triste fin pour un homme impie. Dans Jérémie 4, nous voyons également des avertissements et des leçons pour nous. Remarquez que la destruction qui s’annonce est due au fait que le peuple n’a pas écouté Dieu, c’est par leur faute qu’ils vont souffrir, versets 14, 18 et 22. L’armée babylonienne était en marche pour provoquer le jugement de Dieu, mais malgré cela, Dieu continuait à appeler son peuple à se repentir (versets 4 et 8). Cela montre la miséricorde de Dieu, mais aussi sa sévérité : si nous ne le suivons pas, nous risquons de souffrir. Il est clair que la miséricorde de Dieu est conditionnelle, versets 1 et 2, nous ne pouvons pas prétendre le suivre, nous devons répondre de tout cœur. Dans Matthieu 15, nous avons ce même message de Jésus, versets 7-9. Jésus cite Ésaïe et l’applique aux Pharisiens, mais il peut tout aussi bien s’appliquer à nous si nous ne sommes pas sincères dans notre vie chrétienne. Jésus nous fait comprendre que toutes les mauvaises choses viennent de l’intérieur de nous, versets 18-20, et que ce sont elles qui nous rendent impurs devant Dieu. Si nous sommes impurs, nous devons nous repentir, c’est-à-dire changer. Le récit de la femme cananéenne, aux versets 21-28, montre qu’elle a persisté à venir demander de l’aide à Jésus, qu’elle n’a laissé rien l’arrêter, et que Jésus l’a félicitée pour sa foi, au verset 28. Elle a mis toute sa foi en Jésus, prête à accepter tout ce qu’il lui donnait, verset 27. À condition de ne pas faire semblant, nous pouvons avoir confiance en la patience et la compassion de Jésus et de Dieu. Il y a de nombreuses leçons à tirer de l’épisode de la nourriture des 4000 personnes, mais j’aime la leçon tirée de la réaction des disciples, versets 32-33. Ils avaient la mémoire si courte qu’ils avaient déjà oublié ce qui s’était passé avec les 5000 ! Mais Jésus leur a gentiment rappelé ce qu’il pouvait faire et, de même, nous devrions lui faire confiance dans tous les aspects de notre vie et ne pas essayer de prendre le contrôle nous-mêmes comme Saul l’a fait. Juillet

Le 15 Juillet

Il ne nous est pas dit que Dieu contrôlait la situation dans laquelle David s’est trouvé, c’est-à-dire qu’il faisait partie de l’armée philistine qui allait attaquer Israël, mais je suis convaincu que Dieu a arrangé les événements pour que David puisse s’enfuir. 1 Samuel 29:11. Nous nous trouvons parfois dans des situations difficiles, mais si nous sommes pieux et que nous essayons de mettre Dieu en premier, il nous aidera comme il l’entend. Tout n’est pas rose, car pendant que David et ses hommes sont partis, leurs maisons ont été attaquées et tout ce qu’elles possédaient a été pris. C’est terrible et la réaction de chacun est compréhensible, 1 Samuel 30:6. La première chose que fait David est de prier, verset 7. Jusqu’à présent, David a été un bon exemple d’homme de prière et c’est un exemple que nous devrions suivre. La chose naturelle serait de courir après ces Amalécites, mais David s’est arrêté pour prier. L’attitude de David se retrouve également à la fin de ce récit, il s’est assuré que tous ses hommes en profitent, verset 23 et il a partagé ce que Dieu lui avait donné, verset 26. Toutes ces choses montrent aux autres qu’il était un homme qui suivait Dieu. Nous ne sommes pas appelés à nous battre comme David, en fait on nous dit de ne pas le faire, mais nous pouvons avoir la même attitude que David dans sa façon de réagir à différentes situations. Dans Jérémie 5, nous voyons tristement les mauvaises attitudes du peuple et des dirigeants juifs. Il n’y avait pas une seule personne qui était honnête et essayait de suivre Dieu à Jérusalem, verset 1. Personne n’était prêt à se repentir, verset 3. Le peuple et les prophètes ont menti au sujet de Dieu, versets 12-13. Les prophètes racontaient des mensonges, les prêtres faisaient ce qu’ils voulaient et les Juifs aimaient cette façon de faire (verset 30-31). C’est une situation terrible dans laquelle il ne faut pas s’attendre à ce que Dieu détruise le pays et emmène le peuple en captivité à Babylone ! L’avertissement pour nous est certainement de toujours essayer d’obéir à Dieu, d’être honnête, de nous repentir quand nous échouons, de respecter ce que Dieu dit, de ne pas mentir, de suivre ce que Dieu veut dans nos services et de contester avec amour quand les choses ne vont pas. Notre christianisme ne doit pas être centré sur ce que nous voulons, mais sur ce que Dieu veut. Jésus a toujours fait ce que son père voulait et il a toujours défié ceux qui n’étaient pas corrects. L’exemple dans Matthieu 16 est aux versets 1-4, les pharisiens faisaient semblant et Jésus le savait et a dit qu’il ne leur donnerait pas d’autre signe que celui de Jonas. Si l’on regarde Mt 12, 38-45, on peut probablement conclure que Jésus faisait référence à sa propre mort et à sa résurrection qui allait bientôt arriver. Jésus met ensuite en garde ses disciples contre les enseignements des pharisiens, verset 12. C’est pourquoi il est important pour nous de lire la Bible et de vérifier les choses qui nous sont dites, attention au message. Les Juifs de Jérémie aimaient les mensonges qu’on leur enseignait, Jésus nous dit d’être prudents et de vérifier ! La confession de Pierre, au verset 16, est aussi notre confession et, de ce fait, nous avons un avenir merveilleux dans le royaume qui nous est promis. Nous savons déjà, grâce à Ésaïe, que les voies de Dieu ne sont pas nos voies, que nous ne comprendrons pas toujours, mais que nous devons faire confiance, comme David l’a fait et comme Pierre a dû l’apprendre lorsqu’il a essayé d’empêcher Jésus d’aller à Jérusalem (verset 22). À l’époque, Pierre ne comprenait pas et Jésus a dû lui rappeler qu’il devait avoir la pensée de Dieu (verset 23). Comme Pierre, nous devons avoir l’esprit de Dieu, nous devons obéir et apprendre de Jésus, cela devrait être notre prière constante alors que nous attendons le royaume. Nous devons changer nos esprits, passer de la pensée humaine à la pensée de Dieu, versets 24-27. Juillet

Le 16 Juillet

C’est une triste fin dans 1 Samuel 31 avec la mort de Saül et de Jonathan et des autres fils de Saül. Ce que Dieu avait dit qu’il arriverait, est arrivé et avec la mort de Saül et de ses fils, et donc des héritiers, la voie est maintenant ouverte pour que David devienne roi. Bien que triste parce que Saül n’a pas suivi Dieu correctement, nous voyons comment Dieu traite ceux qui lui désobéissent et Saül se retrouve sans la chose impie qu’il désirait le plus, c’est-à-dire que sa famille soit sur la jetée. La leçon pour nous est certainement de rechercher les choses de Dieu et son royaume ! Dans Jérémie 6, nous poursuivons la prophétie de la destruction imminente de Jérusalem par les Babyloniens. Au verset 13, nous voyons l’une des raisons de cette destruction : le peuple était avide de gains financiers, de biens et d’autres gains personnels, tout comme Saul. Leurs prophètes et leurs prêtres étaient pareils et ne donnaient pas le bon exemple, et Dieu dit qu’ils “pratiquent tous la tromperie”. Le verset 15 montre à quel point le peuple s’est éloigné de Dieu car il n’a pas honte et n’est pas gêné par ses actes impies, c’est terrible, que nous apprenions à ne jamais nous corrompre ! C’est pourquoi il est si important que nous nous interpellions mutuellement, dans l’amour, lorsque nous voyons les autres agir de manière impie, car naturellement les humains se rebellent, verset 28 et nos cœurs s’endurcissent et nous nous éloignons de Dieu. À la fin, Dieu rejettera tous les rebelles, verset 30. En Matthieu 17, nous avons le récit de la transfiguration où Moïse et Elie ont parlé à Jésus. Nous ne pouvons que spéculer sur la manière dont cela s’est passé, mais Pierre, Jacques et Jean ont eu le privilège d’en être témoins. Nous avons également le privilège de voir des images du royaume dans la Bible et souvent, nous ne comprenons pas. Jésus nous dit la même chose qu’aux disciples : “N’ayez pas peur” (verset 7). Les autres disciples ne comprenaient pas pourquoi ils ne pouvaient pas guérir le garçon malade et Jésus leur répond lorsqu’ils l’interrogent, verset 20. Le point important pour moi ici n’est pas la guérison mais la foi, et nous devons avoir la foi, la foi en Dieu, en Jésus et dans le Royaume. Tel doit être notre objectif dans la vie. Nous savons que Jésus a payé le prix de notre salut par sa mort et sa résurrection, et il essaie d’y préparer ses disciples (versets 22-23). Malgré toutes les bonnes choses que Jésus a faites, il sera rejeté et tué. Nous prions pour que Dieu renforce aussi notre foi, mais aussi pour que nous puissions démontrer notre foi. Le dernier exemple de ce chapitre, c’est-à-dire Mt17:24-27, met en évidence quelque chose qui devrait nous faire réfléchir en ce sens qu’il démontre notre foi. Je pense que Jésus est en train de dire qu’il était exempté de payer l’impôt du temple parce qu’il était le fils de Dieu. Mais remarquez que Jésus dit que les impôts doivent être payés pour ne pas offenser. Les impôts du temple étaient nécessaires pour aider à l’entretien du bâtiment et aux différents travaux, c’est le cas pour nous aussi, nous devons entretenir nos salles là où elles existent, et aider à la prédication, etc, donc nous devons aussi être prêts à contribuer de ce que Dieu nous a donné. La priorité de Saul était de construire un héritage humain, notre priorité devrait être de réaliser l’œuvre de Dieu. Juillet

Le 17 Juillet

Le pardon est la pensée pratique des lectures d’aujourd’hui. Dans 2 Samuel 1, David apprend la mort de Saül et de Jonathan. Sa tristesse pour Jonathan est facile à comprendre, mais humainement parlant, elle l’est moins pour Saül, en raison de tout ce que ce dernier lui a fait. Il n’y a pas le moindre soupçon de manque de respect pour Saül dans la complainte de David, versets 17-27, en fait David attribue des choses à Saül, versets 23, 24 et 25. David avait pardonné à Saül tout ce qu’il lui avait fait, il l’a fait parce qu’il était l’oint du Seigneur et qu’il l’aimait comme tel. Nous savons à quel point David le respectait dans la façon dont il a traité le jeune Amalécite qui a menti en disant qu’il était celui qui avait tué Saül, verset 15. Il y a au moins deux leçons à tirer ici : ne pas mentir, surtout pour se faire valoir aux yeux des autres, mais aussi pardonner. Jérémie 7 montre à nouveau comment nous devons nous repentir pour obtenir le pardon de Dieu. Le peuple était puni parce qu’il faisait semblant d’adorer Dieu, versets 9-10. Ils péchaient délibérément et menaient une vie impie, tout en continuant à se rendre au culte. Ils manquaient totalement de respect à Dieu et il leur rappelle qu’il est conscient et qu’il regarde, verset 11. Dieu avait demandé à plusieurs reprises au peuple de se repentir, c’est-à-dire de changer, versets 3-7, mais ils ont refusé et ont fait confiance aux mensonges, verset 8. Remarquez tout au long de cette section que Dieu pardonnera si le peuple change de voie. Le message clair ici est que vous ne pouvez pas vous attendre à ce que Dieu nous aide et nous écoute si nous n’essayons pas de faire les bonnes choses et de nous repentir. Dieu dit encore au verset 23 de lui obéir et il sera leur Dieu. Dieu est patient mais nous ne pouvons pas présumer qu’il sera toujours patient avec nous, il cessera de nous écouter, verset 16. Matthieu 18 poursuit sur ce thème. Un peu d’orgueil apparaît chez les disciples lorsqu’ils demandent qui sera le plus grand, verset 1. Jésus précise que nous devons tous être humbles, versets 2 à 4. Nous ne devons pas rechercher des positions élevées en tant que chrétiens, nous devons être humbles comme David l’a été pendant cette partie de sa vie. L’orgueil est un gros problème qui nous empêche d’être pieux, mais il y a d’autres choses aussi, nous devons nous examiner pour voir s’il y a des choses qui nous rendent impies, versets 7-9. C’est le même message qui a été donné au peuple dans Jérémie. Regardez à quel point Dieu veut que nous changions, versets 10-14. Grâce à Jésus, tout ce que nous avons à faire, c’est d’essayer. Malheureusement, nous continuerons à pécher et à faire des erreurs, mais nous prions pour qu’aucun d’entre nous ne se rebelle réellement contre Dieu et que nous nous repentions. Il nous arrivera donc de pécher contre un frère ou une sœur, verset 15. Jésus nous dit ce qu’il faut faire dans ces situations, remarquez que c’est par une conversation avec le frère ou la sœur que ce processus commence. Les autres membres de l’église ne sont impliqués que si une solution n’a pas été trouvée, verset 16, donc un petit nombre de témoins sont impliqués, si cela ne fonctionne pas l’église s’implique, verset 17. Ce sont des étapes claires qui démontrent l’amour et le respect des autres. Même s’il n’y a pas de réconciliation, l’amour demeure, car Jésus a enseigné aux collecteurs d’impôts et aux pécheurs, et c’est ce que nous devons faire aussi. Jésus nous donne ensuite la parabole du serviteur sans pitié, aux versets 21-34. Nous sommes les serviteurs, Jésus est le roi, le royaume des cieux est notre vie chrétienne maintenant. Les deux serviteurs de cette histoire avaient tous deux une dette, notre dette étant les péchés que nous commettons. Nous avons été pardonnés par Jésus et donc par Dieu pour nos péchés, verset 27. Nous avons tous reçu le pardon d’une dette énorme et cela devrait susciter en nous l’amour pour nos frères et sœurs et nous devrions leur pardonner aussi. Ce serviteur qui a été pardonné par son roi (Jésus) était impie, il n’a pas pardonné la dette de son frère, ou son péché, verset 28-30. Son maître n’était pas satisfait de son attitude, verset 32-34. Ce qu’il faut retenir, c’est que Dieu nous traitera de la même manière si nous ne pardonnons pas, verset 35. Le pardon est une partie importante de la vie d’un chrétien, nous sommes pardonnés, donc nous devons aussi pardonner. Nous péchons et nous devons nous repentir pour que nos péchés soient pardonnés par Dieu. Il ne nous est pas dit d’attendre la repentance de nos frères et sœurs jusqu’à ce qu’ils se repentent. Nous devons toujours être prêts à pardonner aux autres parce qu’une dette énorme nous a été pardonnée ! Juillet

Le 18 Juillet

2 Samuel, 1 suggère l’humilité de David, qui ne semble pas se précipiter pour prendre le contrôle du royaume d’Israël, même s’il savait que c’était ce que Dieu avait annoncé. Il prie et Dieu répond. Sa première réaction a été la prière. Il fait ensuite revenir toutes les familles de ses hommes à l’intérieur des frontières d’Israël. Versets 2-3. Même si David a laissé les événements se dérouler sous le contrôle de Dieu, il ne s’est pas précipité pour prendre ce qui lui appartenait. Il n’a été consacré roi que lorsque les autres ont entendu qu’il était de retour, verset 4. C’est l’humilité, il ne s’est pas précipité en avant. De même, nous ne devons pas nous précipiter, nous devons attendre humblement. David commence sa royauté en Judée en essayant de faire la paix avec les restes de l’armée de Saül, versets 4-7. Une fois de plus, il ne manifeste aucune colère à l’égard des hommes de Saül ; en fait, il dit même qu’il se montrera favorable à leur égard parce qu’ils ont donné à Saül un enterrement correct. Malheureusement, Abner, le commandant de l’armée de Saül, a d’autres idées et va à l’encontre de la volonté de Dieu en faisant d’Ish-Bosheth le roi d’Israël (versets 8-9). Ce fut le début d’une guerre entre les deux camps du peuple de Dieu. Une triste situation qui s’est produite tout simplement parce que le côté Israël n’a pas fait ce que Dieu voulait. Des hommes des deux côtés ont perdu la vie parce que tout le monde n’a pas vérifié ce que Dieu voulait. Jérémie 8 continue avec les tristes conséquences du mépris de Dieu par le peuple, les versets 5-6 nous montrent que le peuple a suivi sa propre voie, il ne s’est pas retourné ou repenti. Le peuple faisait semblant et écoutait des mensonges, versets 8 et 10, et Dieu leur demande s’ils étaient même désolés, non, ils ne l’étaient pas, verset 12. Jérémie résume la triste situation au verset 14 : le peuple s’est rebellé contre Dieu et a péché contre lui. C’est pourquoi ils allaient souffrir, ils ont changé les choses que Dieu avait dites et ont écouté les mensonges. Nous pouvons en tirer des avertissements alors que nous essayons de vivre notre vie en Jésus. Matthieu 19 parle du divorce et du fait que lorsque nous nous marions, c’est pour la vie (verset 6). Le récit du jeune homme riche est également une bonne leçon pour nous. Le jeune homme était généralement bon, il disait suivre les commandements que Jésus avait mis en évidence, versets 18-19 et 20. Mais il lui manquait encore quelque chose, verset 21. Le jeune homme comptait sur sa richesse pour se faire une place dans la communauté. Peut-être y avait-il aussi un peu d’orgueil dans sa réponse à Jésus sur les commandements qu’il respectait, et il s’en alla tout triste, verset 22. Avant que nous ne commencions à penser que cela ne s’applique pas à nous parce que nous ne sommes pas riches, remarquez la réaction des disciples, au verset 25. Ils avaient tout quitté pour suivre Jésus et pourtant ils se sont associés à ce que Jésus a dit en demandant “qui peut être sauvé”. La leçon à tirer est la suivante : en qui ou en quoi avons-nous confiance ? Comme Jésus l’a dit, il est impossible d’être sauvé sans Dieu, verset 26. Le message pour nous est de mettre Dieu en premier comme David l’a fait, nous ne devons pas être comme les gens de Jérémie qui ont cru aux mensonges, mais nous devons essayer d’être comme le personnage que Jésus a suggéré au jeune homme riche. Nos priorités doivent être sur Dieu ; notre confiance doit être sur Dieu et nous devons traiter la moindre petite richesse que nous avons comme étant donnée par Dieu et l’utiliser à son service. Versets 29-30. Juillet

Le 19 Juillet

Les lectures d’aujourd’hui nous offrent à nouveau quelques leçons pratiques que nous pouvons utiliser pour nous aider dans notre vie quotidienne. Il était inévitable que David devienne plus fort que la famille restante de Saül, 2 Samuel 3:1 et il n’est pas surprenant qu’Abner réfléchisse à sa propre position, versets 6-7. Je ne suis pas sûr des motifs qui l’ont poussé à aller voir David, verset 12, peut-être étaient-ils sincères ou peut-être s’agissait-il à nouveau de préservation de soi, mais dans tous les cas, David a fait preuve de pardon à son égard, versets 13-14. David a saisi l’occasion de faire régner la paix en Israël et de récupérer sa femme ! Il y avait certainement de la paix dans le cœur de David lorsqu’il a renvoyé Abner pour mettre son plan à exécution (verset 21). C’est certainement la façon dont nous devons agir nous aussi lorsqu’il y a des différends entre nous, nous devons trouver un terrain d’entente et ne pas continuer à penser aux problèmes passés entre nous. Si les deux parties essaient de mettre Dieu en premier, alors il peut y avoir une réunion. Malheureusement, dans ce cas précis, Joab ne voyait pas les choses de cette façon et voulait régler son différend avec Abner en le tuant, verset 26-27. Joab était amer car Abner avait tué son frère et il voulait se venger. Mais il y avait des conséquences à cela, versets 28-29. Le meilleur plan d’action est toujours le pardon, si nous nous rappelons sans cesse les moments où nos frères et sœurs nous ont fait du tort, il n’y aura jamais de paix ni d’unité. Jérémie 9 nous montre à nouveau à quel point les êtres humains peuvent devenir impies si nous ne faisons pas de notre mieux pour suivre ce que Dieu veut. Les versets 3 à 6 sont une terrible description par Dieu de son peuple, remarquez les mensonges et la tromperie. Il n’est pas correct de prétendre être pieux, nous devons toujours essayer de mener une vie pieuse, versets 7-8. Dieu est toujours conscient de nos motivations et de nos actions et il explique clairement pourquoi Israël est puni à cette époque (versets 13-14). L’avertissement pour nous ici est de ne pas abandonner la loi de Dieu et de ne pas faire les choses égoïstes que nos cœurs humains désirent. Dieu est très clair sur le fait que nous ne devons pas nous vanter de la sagesse humaine, comme le faisaient Abner et Joab, mais que nous devons nous vanter de Dieu, de sa bonté et de sa justice (versets 23-24). Nous devons toujours essayer de penser à Dieu en premier. La circoncision n’est qu’un signe extérieur de la nationalité d’un homme, ce que Dieu recherche en nous tous, c’est un cœur qui démontre le caractère de Dieu lui-même, verset 25. La parabole des ouvriers de la vigne dans Matthieu 20 est la façon dont Jésus explique comment nos cœurs devraient être. Les ouvriers qui se plaignaient n’étaient pas satisfaits de ce qu’on leur donnait, versets 11-12. Ils n’étaient pas intéressés par l’unité, ils ne pensaient pas au stress que les ouvriers qui n’avaient pas été embauchés à l’origine vivaient pendant la journée, se demandant s’ils pourraient gagner de l’argent ce jour-là pour pouvoir manger ce soir-là. Ils n’ont pas non plus loué le propriétaire du terrain pour son amour ! Être pieux signifie que nous devons renverser les choses et penser aux autres et non à nous-mêmes, comme David l’a fait dans les exemples précédents. Les hommes qui ont attendu toute la journée ont fait preuve de patience malgré leur réelle inquiétude quant à la façon dont ils allaient payer la nourriture pour leur propre famille à la fin de la journée. Nous avons tous besoin de la grâce et de la miséricorde pour entrer dans le royaume, ce que signifie le denier, alors louons Dieu pour cela et ne portons pas de jugement sur les autres. Jésus nous rappelle à nouveau le prix à payer pour le salut, versets 17-19. Il est triste de constater qu’à ce stade, Jacques et Jean n’ont pas compris la leçon de la vigne ni le prix à payer pour nous tous, et qu’ils ont fait une demande très humaine pour être aux côtés de Jésus dans le royaume (verset 21). Leur demande a provoqué la désunion de leurs frères (verset 24). Et Jésus les réunit tous pour leur rappeler l’humilité, l’amour, la paix et le fait d’être un serviteur (versets 25-28). Ce sont de grandes leçons que nous devons essayer de suivre chaque jour. Nous devons être humbles, reconnaissants, indulgents, tolérants, obéir à Dieu et être conscients que nous avons tous besoin de Jésus et qu’aucun de nous n’est meilleur qu’un autre. Juillet

Le 20 Juillet

Et les pensées pratiques suivent. Jacques 1 dit que si vous regardez attentivement la bible et que vous ne faites pas ce qu’elle dit, vous avez perdu votre temps ! Nous examinons donc des exemples dans la Bible et nous en tirons des enseignements. Notre première lecture dans 2 Samuel 4&5 contient quelques exemples dont nous pouvons tirer des leçons. Baana et Récab savaient qu’Ish-Bosheth était affaibli après la mort d’Abner et ils ont décidé de changer de camp pour essayer d’impressionner David. 2Sam4:8 montre comment ils ont pensé. Ils avaient oublié un certain nombre de choses : 1, Dieu est aux commandes, 2, ils ne devaient pas prendre la loi entre leurs mains, 3, ils ne se souvenaient pas du respect de David pour la famille de Saül, 4, ils ne se souvenaient pas du pardon, 5, ils étaient fiers de ce qu’ils avaient fait. Les versets 9-12 nous montrent ce que David a pensé de tout cela et il a fait tuer les deux orgueilleux. David savait qu’il serait le roi de tout Israël, mais il laissait tout cela à Dieu ; il avait la foi que cela se produirait, mais il ne manipulait pas et ne permettait pas aux autres de manipuler les événements. Tout Israël a été alarmé, probablement parce que les chefs étaient maintenant faibles, 1Sam4:1, ils n’avaient pas peur de David parce qu’ils l’ont surtout respecté et l’ont fait roi sur Israël, 2Sam5:1-3. Ainsi David est devenu roi de Juda et d’Israël, Dieu a travaillé avec les événements et David n’a pas eu à prendre le royaume par la force, il a attendu le temps de Dieu. La patience est une chose dont nous devons aussi nous souvenir, les choses n’arrivent pas en notre temps, c’est le temps de Dieu que nous devons attendre. Dieu était avec David, verset 10 et il lui a donné la victoire sur les tribus qui étaient encore dans le pays promis aux Israélites, par exemple la prise de Jérusalem, verset 6-8. David s’y installe (verset 9), ce qui est important dans le plan et le dessein de Dieu. David a toujours prié pour demander à Dieu de le guider (versets 19 et 23) et Dieu lui a répondu et lui a donné la victoire à ces moments-là. Malheureusement, nous savons que le peuple a rejeté Dieu de manière importante et a suivi sa propre voie, inventant des choses (idoles) pour remplacer le Dieu qui a tout créé et qui a travaillé dans la vie de David pour commencer à établir son royaume. Jérémie 10 nous rappelle une fois de plus combien ces “idoles” sont sans valeur, versets 1-5. Toute idole ou coutume qui remplace Dieu ou à laquelle on attribue le mérite des choses que Dieu nous donne est sans valeur. Dieu est tellement plus puissant que toute autre chose, versets 2-8 et versets 12-13&16. Il est très important que nous nous en souvenions, car Dieu, par l’intermédiaire de Jérémie, ne cesse de répéter à quel point ces idoles sont sans valeur (versets 11, 14 et 15). Le peuple a tellement rejeté Dieu qu’il a amené la destruction sur lui ! La prière de Jérémie devrait être la nôtre aussi, versets 23-25. Matthieu 21 montre une autre entrée triomphale à Jérusalem, la Cité de David. Les gens attendaient un roi et criaient avec enthousiasme la salutation appropriée, verset 9. C’était un grand moment, mais la nation n’était pas entièrement dévouée à Dieu, elle avait transformé son temple en marché (versets 12-13). Les gens étaient plus intéressés par ce qu’ils pouvaient gagner des autres que par le respect de Dieu. Les principaux sacrificateurs ont complètement rejeté Jésus comme étant le fils de Dieu (verset 15). Les chefs des prêtres auraient dû conduire le peuple vers Dieu et vers Jésus, mais ils n’ont pas tenu compte des enseignements de la Bible et des prophéties qu’ils auraient connues. Même lorsque Jésus a raconté la parabole des locataires (versets 33-44), ils savaient que Jésus parlait d’eux (versets 45-46). Ils étaient déterminés à se débarrasser de lui. Nous ne devons pas ignorer les enseignements de Dieu, ni profiter du rôle de serviteur qui nous a été confié pour nous donner des avantages humains, par exemple pour gagner de l’argent ou avoir de l’autorité sur les autres. Agir ainsi est clairement une erreur. Jésus était très critique à l’égard des prêtres et des chefs religieux, par exemple aux versets 28-32, il disait que les prêtres etc. n’étaient pas repentants. Même le figuier qui se fane au verset 19 est une image des chefs et des autres, qui n’ont pas produit de fruits. Nous avons tous la responsabilité de mettre en pratique les enseignements de Dieu dans notre vie quotidienne, nous ne devons pas utiliser notre religion pour améliorer nos normes humaines, nous devons nous repentir, nous ne devons pas prendre les choses en main mais être patients et nous ne devons pas non plus remplacer Dieu par quoi que ce soit. Juillet

Le 21 Juillet

Le thème de “vérifier ce que Dieu veut” est présent dans toutes nos lectures d’aujourd’hui. Dans 2 Samuel 6, David fait ce qu’il pense être juste, mais c’est manifestement une erreur et il y a des conséquences. Il semblerait que la bonne chose à faire soit de transporter l’arche à Jérusalem (versets 1-2). Mais ils ont mal placé l’arche sur un chariot, verset 3. Pensant que c’était la bonne chose à faire, ils ont célébré et adoré Dieu (verset 5). Mais l’arche n’a pas été déplacée correctement et lorsque l’arche a vacillé sur le chariot, Uzza a tendu la main et est mort, verset 6-7. Dieu était en colère parce que l’arche n’était pas déplacée comme elle aurait dû l’être, David était également en colère à cause de la colère de Dieu, verset 8. C’est une situation grave, nous devons tous vérifier que les choses que nous faisons dans le culte sont ce que Dieu veut. La deuxième tentative est réussie parce que David a vérifié et s’est assuré que l’arche était transportée cette fois-ci, verset 13. L’arche a été transportée avec succès à Jérusalem avec des chants et des louanges. Dans Jérémie 11, Dieu parle de l’alliance ou du contrat rompu, versets 1-5. Parce que Dieu a sauvé les Juifs d’une mort certaine en Égypte, ils devaient obéir à ses commandements en réponse au fait d’être son peuple. Ils ont désobéi, en fait ils se sont rebellés contre Dieu et ont refusé de se repentir, à tel point que Dieu a décidé de porter le jugement sur eux. Il a dit que Jérémie ne devait pas prier pour eux, verset 14. Ainsi, comme David, les Juifs auraient dû vérifier et répondre à ce que Dieu veut. Nous devons tous enseigner sur Dieu et Jésus, parfois les gens n’écoutent pas et souvent il s’agit de la famille et des amis, c’était le cas de Jérémie, verset 21. Anathoth est la ville d’origine de Jérémie, Jérémie 1:1, donc ces gens qui menaçaient Jérémie étaient sa famille ! Ces expériences étaient également similaires à celles de Jésus et peuvent être les nôtres, mais nous devons encore enseigner, vérifier et agir. La parabole de Jésus sur le banquet de noces, dans Matthieu 22, versets 1-14, contient le même message. Le premier groupe qui aurait dû venir aux noces (invitation au royaume) était les Juifs, verset 4. Mais ils ont refusé de venir, versets 5-7, ce qui est très similaire à ce qui se passe à l’époque de Jérémie, les Juifs ont rejeté Dieu à plusieurs reprises, malgré tout ce qu’il avait fait pour eux. Alors le roi (Dieu) envoie ses serviteurs dans les rues pour inviter d’autres personnes, versets 8-10, c’est le message aux gentils, c’est-à-dire à nous ! Lorsque Jésus revient pour voir les invités, il remarque qu’un invité n’est pas habillé correctement, versets 11-12. L’homme n’était pas habillé correctement, il n’avait pas vérifié ce que Dieu et Jésus voulaient. C’est grave, car si nous ne faisons pas de notre mieux pour suivre Dieu, nous risquons d’être rejetés par lui, verset 13. La pensée d’aujourd’hui est donc de vérifier ce que Dieu veut. Nous devons tous être sûrs de la manière dont nous adorons, dont nous nous comportons et dont nous respectons les exigences de Dieu. Nous devons apprendre des erreurs des autres et mettre en pratique ce que Dieu veut dans nos vies. Juillet

Le 22 Juillet

La pensée pratique d’aujourd’hui, tirée des lectures, est celle du respect de Dieu. 2 Samuel 7 montre que le cœur de David est à la bonne place, il pensait à Dieu et à l’arche, versets 1-2. Il était préoccupé par le fait qu’il avait un palais mais que Dieu n’en avait pas. David a fait ce qu’il fallait et a demandé à Nathan. La réponse de Dieu n’a peut-être pas été celle à laquelle David et Nathan s’attendaient (versets 5-7), si bien qu’à ce stade, Dieu ne voulait pas qu’un palais soit construit. Cependant, Dieu a continué à faire une promesse merveilleuse et importante à David, qui concernait finalement Jésus et le royaume établi pour toujours (verset 13). David a reconnu que Dieu était toujours avec lui, verset 9, en le respectant pleinement. Ce respect se poursuit dans la prière de David, où il est humble (versets 18-19), reconnaît le plan de Dieu (verset 20), reconnaît la grandeur de Dieu (versets 22-24), reconnaît ses merveilleuses promesses (versets 25-26) et reconnaît ses merveilleuses bénédictions (versets 27-29). Bien que Jérémie ne comprenne pas pourquoi Dieu agit d’une manière particulière, il fait preuve de respect en reconnaissant qu’il est juste, Jérémie 12:1. Jérémie s’inquiète de savoir pourquoi les méchants semblent prospérer et il demande à Dieu pourquoi, versets 1-4. Parce que Jérémie respecte, Dieu répond mais explique pourquoi le châtiment sera infligé à tous – c’est parce que personne ne s’en soucie, verset 11 – personne ne respecte. Il y a cependant toujours de l’espoir, car Dieu n’éliminera pas les gens pour toujours, il fera preuve de compassion, mais il faut respecter tout ce que Dieu représente, versets 15-16. Remarquez que la royauté de Dieu est conditionnelle. Ceux qui continuent à manquer de respect seront à nouveau déracinés, verset 17. Dans Matthieu 23, Jésus a critiqué les pharisiens et les enseignants parce qu’ils ne respectaient pas Dieu. Ils faisaient les choses pour le spectacle et n’étaient pas humbles, versets 5-7. Ils ne faisaient pas ce qu’ils prêchaient, verset 3. Ils faisaient toujours semblant, sans aucun respect. Jésus nous dit clairement que nous devons être humbles en toute chose, que nous ne devons appeler personne “père” au sens religieux du terme, car nous n’avons qu’un seul père, c’est-à-dire Dieu, et que nous ne devons appeler personne “maître” au sens religieux du terme, car nous n’avons qu’un seul maître, c’est-à-dire Jésus, versets 8-12. C’est l’humilité et le respect. Les pharisiens empêchaient les gens d’être sauvés (versets 13-14) ; ils donnaient le mauvais exemple (verset 15) ; ils ne respectaient pas la façon de faire de Dieu (versets 16-22) ; ils ne faisaient pas preuve de justice, de miséricorde et de fidélité (versets 23-24) ; ils étaient cupides et complaisants (versets 25-26) ; ils faisaient toujours semblant (versets 27-28) et ils dissimulaient leurs péchés passés (versets 29-32). Ils n’avaient aucun respect ! Nous devons constamment respecter Dieu et ce qu’il représente dans tous les aspects de notre vie et ne pas être comme les Pharisiens. Nous devons être respectueux comme David et Jérémie. Dieu est miséricordieux mais il apportera le jugement en son temps, versets 33-36. Jésus est compatissant et il sauvera ceux qui le respectent, lui et son père, verset 37-39. Alors respectons-les ! Juillet

Le 23 Juillet

Les lectures d’aujourd’hui font apparaître une attitude pieuse, à commencer par celle de David dans 2 Samuel 8 et 9. La guerre semble être une situation inévitable alors que le pays d’Israël est protégé de ses ennemis, mais contrairement à d’autres dirigeants qui ont réussi, David met Dieu en premier. Il a reconnu que Dieu était à l’œuvre dans sa vie, 2Sam8:6 et il a répondu en dédiant à Dieu le précieux matériel gagné à la guerre, verset 11. Il était déterminé à ce que tout ce qu’il gagnait soit gardé pour être utilisé pour des choses en rapport avec Dieu, il ne l’a pas gardé pour lui-même. Nos “guerres” n’ont rien à voir avec celles de David, nous ne nous débarrassons pas des ennemis physiques du pays, en fait on nous dit de ne pas nous battre, mais nous avons l’occasion de gagner des choses physiques, de l’argent en travaillant par exemple, alors est-ce que nous le dédions à Dieu ? De toute façon, tout ce que nous possédons appartient à Dieu, alors quelle part gardons-nous pour nous ? C’est Dieu qui a donné la victoire à David, verset 14, c’est Dieu qui nous donne le succès aussi, le reconnaissons-nous ? Le verset 15 est une leçon pour nous tous, nous devons faire ce qui est bon pour le peuple, c’est-à-dire ne pas être égoïste et faire les choses pour nous-mêmes, nous devons penser à nos frères et sœurs. Le chapitre 9 est un excellent exemple de la façon dont David pensait aux autres, il a pris conscience de l’existence de Mephibosheth et a veillé à ce qu’il soit pris en charge pour le reste de sa vie. David a certainement pensé à Dieu en premier ! Le peuple de Jérémie 13 n’avait tout simplement pas écouté l’enseignement de Dieu (verset 11). Ils étaient arrogants, verset 15, ils étaient fiers, verset 17 et ils ne lui rendaient pas gloire, verset 16. C’est tout le contraire de la façon dont David a agi dans les exemples que nous venons de voir et Dieu les condamne à cause de leurs nombreux péchés, verset 22. Ce qui est triste, c’est qu’ils l’avaient pratiquement oublié, verset 25. Dieu est patient avec nous, mais il veut que nous fassions les choses pieuses et que nous ayons une attitude pieuse. Dans Matthieu 24, Jésus précise que personne ne sait quand il reviendra, verset 36. Il est donc important que nous fassions attention à la manière dont nous vivons notre vie (verset 42). Nous devons être reconnus comme pieux par notre façon d’agir et nous avons maintenant l’occasion de montrer que nous agissons de manière pieuse. Nous savons tous que Jésus revient, mais ce chapitre suggère des choses qui seront évidentes avant le retour de Jésus. Nous sommes peut-être très proches du retour de Jésus maintenant, mais nous ne le savons pas, même si nous pensons avoir une idée de la date, ce sera toujours une surprise, verset 50. Les derniers versets de ce chapitre, c’est-à-dire à partir du verset 45, relatent l’enseignement et les avertissements de Jésus selon lesquels nous devons faire de notre mieux pour faire les choses que notre maître, Jésus, veut que nous fassions. Cela inclut le fait de suivre les enseignements de Dieu. Nous avons la responsabilité de faire de notre mieux pour “le peuple”, comme David l’a fait et comme Jésus le veut. La Bible nous donne des enseignements clairs sur la façon de vivre et sur la façon d’attendre le retour de Jésus. Lorsqu’il reviendra, nous le saurons tous et nous ne devons pas nous laisser convaincre par ceux qui disent qu’il est sous différentes formes ou dans différents endroits, versets 24-27. Ayez la foi que nous saurons, notre attention doit se porter sur la façon dont nous vivons maintenant. Juillet

Le 24 Juillet

Les réflexions pratiques tirées des lectures d’aujourd’hui porteront sur la manière dont nous, chrétiens, réagissons à certaines situations. Dans 2 Samuel 10, David montre une bonne attitude en voulant faire preuve de bonté envers les Ammonites, verset 2. La délégation qu’il envoie est mal comprise (versets 3-4) et les hommes de David sont renvoyés humiliés. David s’en sort à nouveau en se souciant des autres, verset 5. Ce sont des qualités que nous devrions tous avoir. Malheureusement, dans ce cas, la guerre a éclaté, mais c’était une époque où les frontières d’Israël étaient sécurisées et Joab avait probablement raison dans son évaluation au verset 12, c’est-à-dire que Dieu avait le contrôle. Nos actions doivent être pieuses en permanence afin que personne ne puisse nous accuser d’être à l’origine d’un problème en raison de nos motivations impies. Une phrase de Jérémie 14 résume l’attitude de ceux qui ne sont pas pieux, verset 10. Nous devons nous “retenir” pour que Dieu nous accepte, nous devons toujours vérifier nos motivations et peut-être devrions-nous nous demander “que ferait Jésus” dans toutes les situations. Jérémie lui-même a démontré son attitude pieuse dans la manière dont il a répondu à chacun des jugements de Dieu sur son peuple, versets 7-9 ; 13 et 19-22. Il s’est associé au péché d’Israël, il a reconnu que les prophètes mentaient et il a essayé de servir de médiateur pour ses compatriotes. Dieu connaît le cœur de ce peuple et il est resté fidèle à son plan de destruction, verset 11. Jérémie, lui, reste pieux. En arrivant à Matthieu 25, nous voyons comment Jésus considère nos attitudes et nos motivations. Dieu et Jésus sont tous deux miséricordieux envers nous, mais nos actions sont toujours jugées. Toutes les vierges de cette parabole, aux versets 1-13, attendaient Jésus, l’époux, et étaient donc toutes des chrétiennes apparentes qui attendaient la venue de leur Seigneur. Toutes s’étaient endormies, donc toutes étaient dans la même situation. Seul un groupe était mieux préparé avec l’huile nécessaire pour les lampes. Il existe de nombreuses suggestions sur ce que représente l’huile, mais il est clair qu’elle a trait à la préparation du retour de Jésus, car sans elle, on ne peut entrer dans le royaume. Alors que les vierges folles étaient parties chercher de l’huile, l’époux est arrivé, les sages ont été invités à entrer et la porte s’est refermée (verset 10). Il était trop tard pour les vierges folles, verset 12, et nous devons donc nous préparer dès maintenant, verset 13. La façon dont nous vivons maintenant a un impact sur la façon dont nous serons jugés lorsque Jésus reviendra. La parabole des talents, versets 14-30, suggère que nous devons travailler à notre préparation. Nous avons tous des opportunités et des capacités données par Dieu et nous sommes censés les utiliser et en faire profiter notre maître. Il peut s’agir de prêcher, d’encourager, d’être reconnu comme pieux dans tous les aspects de notre vie et de saisir les occasions de donner l’exemple aux autres comme David l’a fait. Nous ne pouvons pas nous attendre à autre chose que des critiques si nous n’utilisons pas les “talents” qui nous sont donnés. En tant que chrétiens, nous ne pouvons pas nous asseoir et attendre le salut simplement parce que nous sommes baptisés. La condamnation de Jésus envers le serviteur qui n’a pas utilisé son talent est forte, versets 26-30. La dernière parabole, aux versets 31 à 46, nous montre comment nous devrions naturellement aider les autres, car ce faisant, nous aidons Jésus. Jésus prendra toutes nos bonnes actions comme si nous les avions faites pour lui. L’inverse est vrai : si nous n’aidons pas, Jésus considère que nous n’avons pas aidé. Chacun de nous, peu importe ce qu’il possède, peut aider, nous sommes tous responsables, nous devons tous être préparés pour le retour de Jésus et nous devons tous utiliser les capacités qui nous ont été données. Notre prière est que le verset 34 soit une invitation pour nous tous. Juillet

Le 25 Juillet

Jusqu’à présent, David a agi de manière pieuse, mais 2 Samuel 11 met en évidence une grosse erreur de David qui a laissé des conséquences durables. Il nous montre également la profondeur de la miséricorde de Dieu lorsque David reconnaît son péché. La situation semble survenir parce que David s’est relâché. Il aurait dû être avec ses troupes, mais il est resté derrière à Jérusalem, verset 1. Peut-être était-il fier de ses exploits, peut-être est-il devenu paresseux, mais dans tous les cas, il se trouvait dans un endroit où il n’aurait pas dû être. Nous devons être conscients des situations où nous permettons à notre garde de baisser et de se détendre. David s’est relâché, il a été tenté et a cédé à la tentation, versets 2-4. Il s’agit d’un véritable avertissement pour chacun d’entre nous, lorsque nous nous sentons à l’aise dans ce que nous nous étions fixé comme objectif. David a peut-être eu l’impression d’avoir atteint son but et a laissé les autres continuer. Le fait est que notre objectif est le royaume et nous ne devrions pas nous relâcher avant cela ! En un seul acte de luxure, David a ensuite déclenché une liste d’événements malheureux qui l’ont mis encore plus dans le pétrin. Lorsqu’il a découvert que Bethsabée était enceinte (verset 5), il a essayé de se couvrir. Il envoie d’abord chercher Urie et lui propose de passer la nuit avec sa femme (versets 6-7). Urie, qui avait des principes, n’a pas suivi la proposition de David (verset 9). David essaie à nouveau, verset 10, et Urie explique pourquoi, verset 11. David essaie un autre plan, versets 12-13. Comme cela ne fonctionne pas, David devient désespéré et planifie le meurtre d’Urie, versets 14-15. Un péché conduit à une dissimulation élaborée, David devenant de plus en plus désespéré. David connaissait mieux que cela, il connaissait les commandements de Dieu et voilà qu’il en enfreint au moins quatre, à savoir la convoitise, l’adultère, le meurtre et le vol. Il n’a pas grandi avec les lois de Dieu, mais ses actions et sa réponse à David montrent qu’il a des principes et qu’il n’est pas prêt à s’amuser avec sa femme pendant que ses collègues de l’armée sont au combat. Urie a été tué, verset 17. Joab est également au courant des manigances de David, dont on se souviendra à l’avenir (verset 16). Cet événement a des conséquences, comme nous le verrons dans les lectures de la semaine prochaine. À la nouvelle de la mort d’Urie, David épouse Bethsabée (verset 27). Mais Dieu n’est pas content ! Nous devons nous prémunir contre la tentation et le péché et toujours continuer à chercher le royaume et ne pas nous relâcher. Lorsque nous arrivons à Jérémie 15, nous voyons à nouveau comment Dieu a traité les Israélites qui se rebellaient contre lui (verset 6). La déclaration de Jérémie à Dieu, au verset 10, suscite une promesse de Dieu, au verset 11 et à nouveau aux versets 19-21. Dieu a promis à tous ceux qui le suivent un avenir merveilleux, aussi ne devons-nous pas nous relâcher avant de l’atteindre. David a péché, comme nous tous, mais il a été pardonné parce qu’il a reconnu son péché et nous aussi, nos péchés sont pardonnés grâce à ce que Jésus a fait pour nous. Matthieu 26 est un triste chapitre de complot, de trahison et de reniement, certains ont été pardonnés, par exemple Pierre, d’autres non, par exemple les prêtres et Judas. Jésus connaissait le cœur de Pierre comme Dieu connaissait celui de David. Lorsque nous venons au service de la fraction du pain, nous devrions nous souvenir de beaucoup de choses, versets 26-29. Notre pardon, notre avenir dans le royaume, la souffrance que Jésus a endurée pour y parvenir, tout cela devrait être rappelé lorsque nous prenons le pain et le vin chaque dimanche. Nous devrions vouloir y participer et être en communion avec Jésus et les uns avec les autres. Nous péchons tous, comme David, et nous avons tous besoin du pardon parce qu’aucun de nous n’est parfait, mais nous devons toujours faire de notre mieux pour ne pas décevoir Dieu et Jésus lorsque nous sommes tentés et que nous péchons. Juillet

Le 26 Juillet

David n’avait toujours pas pensé qu’il avait péché lors de son adultère et de son meurtre jusqu’à ce que Dieu envoie Nathan pour l’interpeller dans 2 Samuel 12. Nathan commence par une parabole, versets 1-4. La réaction de David aux versets 5-6 est exactement le même genre de réaction que la nôtre lorsque nous lisons ceci. L’homme de la parabole est clairement dans l’erreur. Il est toujours plus facile de voir les péchés chez les autres que chez soi, c’est pourquoi nous devons nous mettre au défi avec amour et écouter humblement lorsque nous sommes mis au défi. Nathan dit ensuite, après que David a déjà condamné l’homme de l’histoire, que cet homme était David, verset 7. Nathan continue ensuite à rappeler à David que Dieu lui a tout donné (versets 7-8). Pourtant, David ne s’est pas contenté de ce que Dieu lui a donné, par ses actions, il a “méprisé la parole de Dieu”, verset 9. C’est grave parce que ce que David a fait n’était pas seulement un péché de sa part, mais il a aussi poussé d’autres personnes, qui étaient au courant de ce qui s’était passé, à manquer de respect à Dieu. Il y a donc eu des conséquences pour le péché de David, comme il y en a pour nos péchés, versets 10-12 et 14. Nous pouvons obtenir le pardon de nos péchés si nous nous repentons, mais il y a des conséquences et nous ne pouvons rien y changer. Parfois, ces conséquences sont un sentiment récurrent de culpabilité que nous éprouvons, ou bien elles peuvent être le fait de devoir subvenir aux besoins d’autres enfants si nous avons été adultères, ou encore une mauvaise réputation si nous avons menti ou volé de l’argent. David a certainement subi de nombreuses conséquences, comme nous le rappellerons au cours des prochains jours. Parce que David a immédiatement reconnu sa culpabilité, admis son péché et s’est repenti (nous le savons grâce au Psaume 51 de David), il a été pardonné, verset 13. Les conséquences pour David ont été immédiates, verset 15 et verset 27, ici l’autorité de David était déjà sapée par Joab, qui savait exactement ce que David avait fait. Il est clair que David est resté fidèle après cet événement, la façon dont il a réagi à la mort de son bébé le démontre, verset 22-23. Il y a aussi des conséquences pour les péchés des Israélites dans Jérémie 16:11-13. De la même manière que David a voulu plus pour lui-même que ce que Dieu lui avait donné, les Israélites ont voulu plus et ont désobéi à Dieu. La différence entre David et les Israélites est que David s’est repenti et pas le peuple. Dans le terrible récit de la mort de Jésus en Matthieu 27, les actions ont aussi de graves conséquences. Il est peut-être trop tard pour que Judas fasse l’expérience du merveilleux pardon de Dieu, versets 3-5. Judas a compris que ce qu’il avait fait en trahissant Jésus était une erreur qu’il regrettait, mais il était trop tard. Il s’est tué parce que, contrairement à David, il ne s’est pas repenti et n’a pas cherché le pardon. Il est donc important pour nous de reconnaître nos péchés et notre nature humaine pécheresse devant Dieu et Jésus. La femme de Pilate a subi les conséquences des actions des prêtres et du manque de leadership de son mari, verset 19. Le verset 25 est un verset très significatif qui a entraîné des conséquences. En 70 après J.-C., beaucoup de sang a été versé lorsque les Romains ont expulsé les Juifs d’Israël, de sorte que “le sang de Jésus était très présent sur eux et sur leurs enfants”. Nos péchés ont des conséquences. Nous pouvons être pardonnés si nous nous repentons, mais nos actions peuvent déclencher des événements sur lesquels nous n’avons aucun contrôle. Bien que la crucifixion de Jésus ait été terrible, elle a ouvert notre chemin vers le salut et, sous le contrôle de Dieu, nous, et d’autres, sommes rendus justes et nous pouvons avoir la merveilleuse confiance que nos péchés sont pardonnés lorsque nous avons la bonne attitude. Les principaux sacrificateurs se sont moqués de Jésus sur la croix, verset 41-44 ; ils n’avaient absolument aucun respect pour Dieu, contrairement au centurion romain qui a déclaré que Jésus était le fils de Dieu, verset 54. Dans Jérémie, Dieu promet un avenir où il ramènera les Juifs à lui (Jérémie 16:14-15) et nous savons qu’il y a de l’espoir dans la mort et la résurrection de Jésus. Juillet

Le 27 Juillet

Les conséquences du péché de David continuent à être vues dans 2 Samuel 13. Dieu a dit à David qu’il y aurait une véritable discorde au sein de sa famille à cause de ce qu’il a fait et c’est exactement ce qui se passe. David a comploté pour dissimuler son péché et c’est exactement ce que sa famille a fait pour obtenir ce qu’elle voulait. C’est quelque chose dont nous devrions nous souvenir aussi, si nous manigancons maintenant pour obtenir ce que nous voulons, nous risquons de subir la même chose en retour à cause du mauvais exemple que nous donnons. David a perdu le respect de sa famille et ils ont fait la même chose que lui ! Il n’est pas surprenant que si les parents agissent mal, les enfants sont susceptibles de faire de même. L’inverse est vrai aussi, si les parents agissent de manière positive, il est plus probable que les enfants fassent de même, nous avons donc la responsabilité de donner le bon exemple, le bon exemple. Remarquez dans ce chapitre combien de fois les relations familiales sont utilisées, c’est-à-dire frère, sœur, fils, comme si Dieu nous rappelait que les conséquences ont commencé par la famille. Amnon convoite sa sœur Tamar, verset 2 ; Jonadab imagine un stratagème et tente Amnon, verset 5 ; Amnon viole sa sœur, verset 14 ; David est furieux, verset 21 ; Absalom le hait, verset 21, puis le tue, versets 28-29. L’impact d’un seul péché produit tant de conséquences qui touchent de plus en plus de personnes. Tamar était la partie innocente ici, elle a essayé d’arrêter son frère, versets 12-13, même après avoir été violée, elle a essayé de faire ce qu’il fallait, verset 16 et elle a fini par ne pas pouvoir se marier, verset 20. Nos péchés ont des conséquences ! David a été pardonné, mais il en a subi les conséquences. Il s’en est probablement voulu pour tout cela, car il savait qu’il l’avait déclenché parce que Dieu avait dit que cela arriverait, mais il a également été trompé en arrangeant les événements, versets 6-7 et 26-27, et il se sentira toujours coupable pour cela. Peut-être aussi regrettait-il toutes ses femmes et tous les demi-frères et sœurs qu’il avait engendrés ! Nous pouvons poursuivre le même thème dans la deuxième lecture de Jérémie 17. Par leurs actions impies, c’est la faute des Israélites s’ils ont été livrés à leurs ennemis, verset 4. Dieu est toujours clair dans la Bible : si nous désobéissons, nous en subirons les conséquences (versets 5-6), et la manière dont cela se produira dépendra de Dieu ; cependant, il est également clair que si nous essayons de mettre Dieu en premier, nous serons bénis (versets 7-8). Cela ne signifie pas que nous ne souffrirons jamais, mais lorsque la souffrance viendra, nous n’aurons pas peur car Dieu nous a promis un avenir dans le royaume. Nous devons toujours être conscients que notre nature humaine est pécheresse et nous devons toujours lire la Bible, prier et toujours avoir Dieu à l’esprit pour contrer les tentations qui en découlent, versets 9-11. Jérémie prie, versets 12-18, remarquez qu’il commence par respecter pleinement Dieu et reconnaître combien il est grand et juste. Il demande ensuite le pardon, c’est-à-dire la guérison, parce qu’il réalise qui il est vraiment. Il dit des choses que Dieu connaît déjà, par exemple que les gens qui l’entourent ne le respectent pas, verset 15 (similaire à 1 Pierre 3:3) et il prie pour que Dieu accomplisse sa volonté. Dieu demande ensuite à Jérémie d’essayer à nouveau d’enseigner au peuple le respect, verset 24, et des bénédictions suivront, versets 25-26. Bien que les chefs des prêtres se soient vu présenter les preuves de la résurrection de Jésus dans Matthieu 28:11-15, ils ont continué à comploter pour faire publier un mensonge. C’est la bassesse de l’être humain. En tant que chrétiens, nous devons être meilleurs que cela et, grâce à la mort et à la résurrection de Jésus, à notre foi en lui et à nos efforts pour le suivre, nous sommes meilleurs que ceux qui complotent. La lecture de la résurrection de Jésus doit nous remplir de joie, comme ce fut le cas pour les femmes lorsqu’elles en furent informées (verset 8). Leur joie s’est accrue lorsqu’elles ont vu Jésus, versets 9-10. C’était un moment merveilleux pour ceux qui ont cru, comme cela devrait l’être pour nous maintenant, car malgré notre tendance au péché, nous sommes rendus purs en Jésus en démontrant notre foi et en essayant de lui ressembler. La résurrection a changé le monde, et nous pouvons maintenant, grâce à Jésus, aller vers notre père avec confiance… Nous sommes libres en Jésus, mais nous avons aussi la responsabilité de faire de notre mieux, versets 16-20. Nous venons de lire l’histoire d’un nouveau départ, c’est donc aussi un appel pour nous tous à recommencer, si nous complotons, alors arrêtez. Nous pouvons être pardonnés si nous nous repentons. Juillet

Le 28 Juillet

Dans notre première lecture, 2 Samuel 14, nous avons la poursuite de la manipulation de David par Joab. Joab a un avantage sur David parce qu’il sait que ce dernier a causé la mort d’Urie. Les conséquences se poursuivent pour David, car Joab connaît la faiblesse de David (verset 1). Absalom était l’héritier de David et parce qu’il avait tué Amnon, il a été banni. L’histoire que Joab fait dire à la femme de Tekoa a un résultat similaire à celui de la situation avec Absalom, et David est essentiellement dupé pour permettre à Absalom de revenir, verset 21. Il semble que Joab manipulait David, vraisemblablement dans son propre intérêt, et que David était une personne plus faible (humainement parlant) et donc aussi un roi plus faible, à cause de son péché. Il s’agit d’un rappel constant pour David et pour nous aussi. La section sur Absalom, aux versets 25-26, suggère la fierté de son apparence, il était fier de ses cheveux parce qu’il les pesait ! Sa plainte sur le fait qu’il n’a pas été autorisé à voir le roi, au verset 32, suggère également un manque d’humilité pour ce qu’il a fait en tuant son frère. Il justifie ses actes dans son esprit par ce qu’Amnon a fait à sa sœur et le fait qu’il nomme sa propre fille Tamar, au verset 27, suggère que ce qu’Amnon a fait était très présent dans son esprit. Prendre les choses en main et ne pas permettre à Dieu d’apporter la justice entraîne toujours plus de complications. Dans Jérémie 18, Dieu rappelle à Jérémie et au peuple d’Israël que c’est lui qui est aux commandes (verset 6). Tout comme le potier crée des formes différentes à partir de l’argile, Dieu contrôle ce qui se passe dans les nations (verset 7). Mais même si Dieu apporte le désastre à ceux qui ne le suivent pas, il donne encore des opportunités, verset 8 et verset 11. David a saisi l’occasion et s’est repenti, bien qu’il en ait subi les conséquences, il a été pardonné ; Absalom, par contre, n’a pas laissé de place au jugement de Dieu et a pris les choses en main. Dieu nous laisse le choix de faire le bien ou le mal, il a tracé le chemin que nous devons suivre, mais si nous disons, comme les Israélites au verset 12, que nous allons continuer avec nos “propres plans” et “suivre l’obstination de notre propre cœur”, alors Dieu nous tournera le dos, verset 17. Dieu a tout fourni à son peuple, même de l’eau toute l’année (verset 14), mais ils l’ont quand même rejeté et se sont tournés vers d’autres dieux ! Ils ont même rejeté Jérémie, que Dieu avait envoyé pour essayer de leur faire changer de cœur, verset 18. Dès que nous nous détournons des enseignements de Dieu, le désastre s’ensuit. Romains 1, versets 1-6, nous montre à quel point Dieu est aimant en nous donnant la vie par Jésus. Ce n’est que dans la résurrection de Jésus que nous pouvons avoir confiance en la vie, car nous avons le pardon, et nous en remercions Dieu. Ces deux chapitres, Romains 1 et 2, nous rappellent comment nous devons agir en tant que chrétiens. Paul est un bon exemple pour nous par sa détermination à faire ce qui est juste, versets 9, 11 et 13. Il sert de “tout son cœur”, il se souvient “constamment” des autres dans ses prières, il a “hâte de voir” les autres frères et sœurs et il est “impatient de prêcher”. C’est la description d’un chrétien engagé, que les gens peuvent regarder et voir quel genre de personne il est maintenant. C’est ce que nous devrions essayer d’être aussi. Paul nous rappelle également que nous avons toujours la responsabilité d’obéir à Dieu (versets 28-32). Toutes ces choses que nous ne devrions pas faire et que nous devons continuer à vérifier pour nous assurer que ce que nous faisons plaît à Dieu. Le verset 7 dit que si nous “persistons” à faire le bien, nous aurons la vie, tandis que le verset 8 dit que si nous “cherchons notre bien”, c’est-à-dire si nous faisons les choses pour nous-mêmes, nous subirons “la colère et la fureur” de Dieu. Le message est le même dans toute la Bible : nous devons essayer d’obéir à Dieu, verset 13. En tant que chrétiens, nous devons agir de la même manière que nous prêchons, c’est ainsi que nous nous faisons respecter, même si les gens n’acceptent pas notre message – nous devons agir de manière pieuse, verset 21-24. Si nous agissons de manière impie, Dieu lui-même ne sera pas respecté par les autres. Le “cœur” doit être droit, verset 28-29, ce qui signifie que nous devons faire de notre mieux pour suivre Dieu en toutes choses. Juillet

Le 29 Juillet

Pensée pratique pour aujourd’hui. Les actions d’Absalom dans 2 Samuel 15, notre première lecture, nous montrent comment une personne se comporte lorsqu’elle n’a aucun respect pour Dieu. Le verset 1 montre qu’il est fier. Il a un char sur lequel il se tient debout et une garde d’honneur qui court devant lui. C’est un homme qui est fier et qui essaie de se donner de l’importance. Il n’est manifestement pas humble comme Dieu le veut. Il s’est aussi clairement imposé comme plus grand que David, il a en fait sapé son père et a essayé de se construire un soutien comme un politicien, versets 2-4. Non seulement il n’avait aucun respect pour son père, mais il n’avait aucun respect pour Dieu, il avait complètement ignoré le fait que c’était Dieu qui avait nommé son père comme roi ! Absalom conspirait contre Dieu et contre son père ! Absalom savait comment mettre les gens de son côté en se rendant plus accessible et cela a fonctionné puisque les cœurs des gens se sont ouverts à lui, versets 5-6. Le problème, c’est qu’Absalom n’était pas pieux et que le peuple était influencé par un homme fier et impie. Même lorsque Absalom a eu la bénédiction de David pour aller à Hébron, il n’a fait que rassembler une armée, versets 7-12. Ce ne sont pas les actions d’un homme pieux, il faisait semblant. David le savait aussi, car lorsqu’il a été informé du soulèvement, il s’est enfui, versets 13-14. La situation s’est aggravée parce que David était maintenant un leader faible à cause de ses propres erreurs avec Bethsabée et Urie. Jérémie 19 nous rappelle pourquoi le peuple était dans le pétrin, parce qu’il avait “abandonné” Dieu (verset 4) et n’avait pas écouté ses paroles (verset 15). Nous voyons cela tant de fois dans la Bible, si nous cessons d’écouter Dieu et de faire ce qu’il veut, il en résultera des désastres. C’est lorsque nous arrivons à Romains 3 et 4 qu’il nous est rappelé que personne n’est juste, Romains 3:10-18. Les croyants juifs disaient à tort qu’ils étaient justes parce qu’ils étaient juifs, c’est-à-dire descendants d’Abraham et de David, mais Paul dit que ce n’est pas juste. Le seul moyen d’être juste est en Jésus, verset 21-26. Nous devons avoir la foi en Jésus-Christ, c’est-à-dire croire en la grâce de Dieu, mais nous ne pouvons pas demander le pardon et continuer à faire la même chose… nous devons essayer de changer. David s’est beaucoup repenti de ce qu’il avait fait et il a été pardonné. Nous avons donc confiance que si nous reconnaissons que nous sommes des pécheurs, que nous nous repentons de nos péchés et que nous essayons de changer, nous serons aussi pardonnés. Comprendre notre nature pécheresse et la grâce de Dieu nous met dans une position merveilleuse, Romains 4:7-8, il y a une bénédiction que nos péchés ne sont pas comptés contre nous. Juillet

Le 30 Juillet

2 Samuel 16 continue avec la fuite de David devant son fils Absalom et met à nouveau en évidence les différentes caractéristiques pieuses des différentes personnes du récit. Nous devrions toujours regarder l’exemple de la façon dont les autres ont réagi aux événements pour en tirer des leçons. David a confié à Ziba la responsabilité de s’occuper de Mephibosheth en 2Sam9 et Ziba s’est souvenu de la bonté dont David faisait preuve envers les autres, en particulier envers ceux qui étaient rejetés par beaucoup, comme c’était le cas de Mephibosheth. Ziba est sorti pour aider David, verset 1-2. C’est un excellent exemple de la façon dont nous devrions nous entraider lorsque les circonstances changent dans la vie des autres. Ziba risquait probablement sa propre vie en aidant David, qui était maintenant un réfugié dans son propre pays, mais il est sorti de son chemin pour l’aider. Malheureusement, ce n’est pas le cas de Mephibosheth, qui a oublié l’aide que David lui a apportée toutes ces années auparavant et qui ne s’intéresse plus qu’à son propre pouvoir et à son rang, car il avait pour objectif de devenir roi en tant que petit-fils de Saül (versets 3-4). Il a oublié que c’est Dieu qui a écarté Saül du royaume et l’a donné à David. La même chose s’applique à Shimei qui est sorti et a maudit David, versets 5-8 et 13-14, il était un parent de Saül et il pensait à tort que David avait pris le royaume par la force, alors qu’en fait David respectait la famille de Saül, comme en témoigne le soin qu’il a pris de Mephibosheth ! La leçon à tirer ici est d’accepter que Dieu agisse dans les événements et de ne pas prendre les événements en main pour notre propre gain égoïste. La réponse de David nous aide à comprendre comment nous devrions réagir à des situations bouleversantes, car il a empêché ses hommes de tuer Shimei (verset 10-12). David a accepté que la malédiction vienne de Dieu parce qu’il savait que c’était à cause de son péché qu’il était devenu un réfugié, il s’est senti coupable de ce qu’il avait fait et il a été humble dans sa réponse. C’est une bonne attitude à avoir pour nous tous lorsque nous considérons à quel point nous sommes tous pécheurs et à quel point le péché est mauvais, il y a des conséquences, mais aussi de l’espoir comme nous le voyons dans l’épître aux Romains. Ahithophel est un autre personnage de ce récit de Samuel qui n’agit plus d’une manière pieuse, bien que ce qu’il suggère à Absalom soit exactement ce que Dieu a dit qu’il arriverait à cause du péché de David, verset 21-22. Ce triste événement a encore affaibli David aux yeux du peuple et, pour un temps, a fait paraître Absalom plus fort. Il est parfois difficile pour nous de savoir qui dit la vérité et qui croire, c’est pourquoi nous devons toujours lire, prier et vérifier à l’aide des Écritures ce qui nous est dit. Ahithophel semble maintenant donner de mauvais conseils, mais le peuple suit ses conseils comme s’ils venaient de Dieu. Il en va de même pour Jérémie 20 – le prêtre Pashhur disait des choses différentes de ce que Jérémie disait, versets 1-6. Jérémie confirme que Pashhur enseignait des mensonges (v6). Le peuple préférait ce que disait Pashhur parce qu’il n’enseignait pas que le peuple serait emmené en exil. Nous devons faire attention à ne pas nous contenter d’écouter les choses que nous aimons écouter, mais vérifier et réfléchir à ce que chacun dit pour voir si c’est probablement de Dieu ou non. Le peuple aurait dû se rendre compte que le châtiment arrivait parce qu’il faisait semblant de suivre et d’adorer Dieu. Jérémie était un peu frustré que ce qu’il avait enseigné ne se soit pas encore réalisé et il s’est plaint à Dieu, versets 7-10, mais la différence avec Jérémie et David, c’est qu’ils voyaient toujours Dieu à l’œuvre, 11-12 et Jérémie loue même Dieu, verset 13. Cela peut être difficile pour nous, mais nous devrions essayer de voir Dieu à l’œuvre dans toutes nos vies et voir que Dieu est aux commandes, peut-être pourrons-nous alors accepter un peu mieux notre souffrance. Dieu sait comment nous souffrons et sait que parfois nous avons envie d’abandonner, comme Jérémie qui souhaitait ne pas être né, verset 14-18, mais il a gardé sa foi et sa confiance en Dieu. C’est la foi que Dieu veut et dans Romains 5 et 6 nous voyons que la foi apporte la paix, Ro5:1-2. David et Jérémie souffraient tous deux, mais ils avaient la paix, car Dieu était aux commandes. Ils pouvaient voir qu’ils grandissaient en fait dans la foi à cause de ce qu’ils souffraient et Paul nous dit la même chose, verset 3-5. Il semble étrange de dire “réjouissons-nous de nos souffrances”, mais la souffrance fait de nous des personnages plus pieux, elle nous rappelle que notre péché finit par entraîner la mort ; elle nous permet aussi de voir un peu combien Jésus a souffert pour nous afin de nous donner la vie ! Jésus est mort pour les pécheurs et Dieu nous a montré son amour, verset 6-8. Le fait de savoir cela devrait nous inciter à être pieux dans tout ce que nous faisons. Ainsi, en Jésus, nos péchés et notre nature pécheresse ne nous sont pas “comptés”, Romains 6, versets 11-14, ce qui ne signifie pas que nous pouvons simplement pécher et supposer que Dieu nous pardonnera, mais que nous devons reconnaître la gravité du péché et, par conséquent, la grâce nécessaire pour le pardonner. Paul est très clair sur le fait que nous devrions toujours essayer de ne pas pécher, versets 15-18, et que, parce que nous reconnaissons que nous avons été sauvés par la grâce, nous devons respecter Dieu et Jésus et leur amour pour nous, et “obéir de tout cœur” à ce que Dieu enseigne. Si nous ne prétendons pas être pieux et que nous essayons d’obéir tout le temps, alors lorsque nous péchons (car nous pécherons toujours), nous pouvons être sûrs d’être pardonnés, et c’est la confiance que la foi et la grâce nous donnent. Juillet

Le 31 Juillet

La pensée pratique d’aujourd’hui commence dans 2 Samuel 17. Nous pensons à nouveau aux actions d’un individu et nous considérons l’orgueil. Ahithophel était le conseiller qui a changé de camp et est allé avec Absalom, il était considéré comme “celui qui consulte Dieu” (2Sam16:23), ces mots peuvent nous donner un indice sur l’attitude d’Ahithophel. Il a fait une suggestion à Absalom, 2Sam17:1-3, Absalom était heureux, mais il voulait aussi le conseil de Hushai qui était différent de celui d’Ahithophel, verset 7-13. Absalom a suivi ce conseil qui a beaucoup contrarié Ahithophel, au point qu’il s’est ôté la vie, verset 23. Ahithophel semble orgueilleux et n’était pas prêt à accepter que le conseil de quelqu’un d’autre était peut-être meilleur que le sien, il n’a pas non plus considéré que Dieu était à l’œuvre dans le conseil qui lui a été donné. Peut-être était-il jaloux de Hushai parce qu’Ahithophel avait été le premier à faire allégeance à Absalom plutôt qu’à David. Dieu a effectivement agi pour contrecarrer les conseils d’Ahithophel, verset 14. La leçon pour nous tous est que si nous croyons que Dieu contrôle nos vies et notre communauté CBM, nous devrions tous être prêts à accepter les suggestions des autres et respecter humblement le résultat qui peut être ou ne pas être ce que nous voulons. L’humilité est la clé de la façon dont nous vivons notre vie chrétienne. Nous savons, grâce à 2Sam15, que Hushai travaillait pour David, et que David avait prié pour que Dieu fasse échouer les conseils d’Ahithophel, mais nous devrions quand même retenir la leçon que l’orgueil ne fonctionne pas. Les exemples de Hushai et des prêtres qui aident David (verset 15-16) et de Shobi, Machir et Barzillai qui l’aident (verset 27-29) en sont la preuve. Ils avaient tous du respect pour David parce que Dieu l’avait oint roi, ils savaient que c’était la voie de Dieu, même si cela ne semblait pas se dérouler comme prévu sur le moment ! C’est pourquoi il est toujours si important d’essayer de comprendre le plan de Dieu et de déterminer ce qui est juste et ce qui ne l’est pas, nous avons la Bible et la prière pour le faire. Jérémie 21 contient quelques leçons qui poursuivent ce thème de l’orgueil et de la recherche de ce que Dieu veut. Le roi Sédécias, bien qu’impie, se tourne à tort vers Dieu pour attendre de lui qu’il l’aide dans sa détresse, verset 1-2. C’est trop tard et avec une mauvaise attitude, nous ne pouvons pas nous attendre à ce que Dieu aide l’un de nous si nous le négligeons dans nos vies et ne nous tournons vers lui que lorsque nous avons besoin de quelque chose ! La réponse de Jérémie de la part de Dieu était claire, versets 3 et 4. Il est trop tard quand le désastre arrive, le roi et le peuple auraient dû être pieux, ils auraient dû faire les bonnes choses du verset 12, malheureusement ils ont fait le “mal” et Dieu a apporté le désastre qu’il avait promis. Le peuple a choisi l’orgueil et sa propre voie, plutôt que l’humilité et la voie de Dieu. Romains 7 et 8 nous montrent combien il est difficile de ne pas pécher et de ne pas céder à la tentation. Parce que nous sommes conscients des commandements de Dieu, nous sommes plus conscients du péché, ce qui nous rend plus conscients de notre état de pécheur, mais nous réalisons alors à quel point nous dépendons de la grâce de Dieu ! Paul se décrit comme un homme misérable, Rom7:24, parce qu’il connaît sa nature pécheresse et ses tendances. Il sait qu’il n’y a rien de bon en lui (verset 18) et reconnaît qu’il n’y a pas d’espoir pour lui ou pour nous à cause de notre nature humaine. Cependant, il reconnaît ensuite qu’il y a un espoir, qu’il y a un sauveur, c’est Jésus, verset 25. Ainsi donc, “en Jésus” il n’y a “aucune condamnation”, Rom 8:1-2, ce qui nous donne toute confiance car sans cela il n’y a pas d’espoir. Cependant, cela ne signifie pas que nous pouvons agir comme Sédécias et le peuple ou comme Ahithophel et Absalom et présumer que Dieu nous montrera sa miséricorde et sa grâce, nous devons essayer de “produire du fruit”, Ro7:4 et nous devons “avoir nos pensées fixées sur ce que l’esprit désire”, Ro8:5. Paul est clair sur le fait que ceux qui sont contrôlés par la nature pécheresse ne peuvent pas plaire à Dieu, Ro8:8. Le chapitre 8 présente le contraste entre la vie et la mort, ceux qui essaient de suivre Dieu ont la vie et ont confiance en lui, mais ceux qui suivent simplement les choses humaines ont la mort. Si nous voulons la vie, nous devons changer, verset 13. Si nous faisons de notre mieux pour continuer à suivre Dieu et Jésus, si nous sommes humbles, si nous essayons de comprendre ce que Dieu veut et si nous essayons toujours de rester fidèles, “rien ne nous séparera de l’amour de Dieu”, verset 39. Juillet

Le 1er août.

Nous poursuivons l’histoire d’Absalom et de sa rébellion contre David et, par ses actions, contre Dieu, dans 2 Samuel 18. Il y a beaucoup de leçons à tirer pour que nous puissions essayer de répondre différemment aux autres dans des situations similaires que nous vivons dans notre vie quotidienne. Toute cette persécution de David a eu lieu à cause de ses péchés avec Bethsabée et Urie, Dieu a dit qu’il y aurait des conséquences (2Sam12:11-12) et il y en a eu – peut-être David a-t-il tiré une leçon de l’une des leçons de sa vie, comme en témoigne le fait qu’il ne voulait pas rester derrière lui, au verset 2, mais que ses soldats lui ont conseillé de rester “pour cette occasion”, au verset 3. David ne voulait pas rester, peut-être pour deux raisons : 1) il voulait être avec ses hommes, ce qui est très probable, et 2) il ne voulait pas subir d’autres tentations pendant que ses hommes étaient sortis, en fait, à cette occasion, il est resté à la porte de la ville, verset 4. Il s’agit là d’un point intéressant, car en cette occasion, David était un réfugié, il courait pour sauver sa vie, il était donc alerte et réagissait à la situation dans laquelle il se trouvait, alors qu’auparavant, au chapitre 11, il était content et à l’aise – un grand avertissement et une leçon pour nous, qui devons faire attention lorsque nous nous trouvons dans des situations plus faciles. Nous ne devons jamais cesser de penser à Dieu et à Jésus. David était un être humain comme le reste d’entre nous et il a continué à faire des erreurs, et c’est peut-être une autre erreur qu’il a faite concernant Absalom au verset 5. Selon la loi, Absalom aurait dû être tué parce qu’il avait tué son frère et qu’il essayait de tuer “l’oint de l’Éternel”, c’est-à-dire David, mais David le protégeait et il n’était pas cohérent, par exemple il a tué l’Amalécite en 1Sam1 pour avoir tué Saül, “l’oint de l’Éternel”, 1Sam1:14-16. Alors pourquoi David protégeait-il son fils, pourquoi réagissait-il si durement lorsque quelqu’un disait qu’il avait tué Saül ? Nous devons tous faire preuve de prudence et d’humilité lorsque nous condamnons les autres pour leurs actions et penser aux conséquences possibles lorsque nous vivons la même chose. David protégeait clairement son fils comme tout père le ferait, mais il a été très rapide à tuer le fils d’un autre père Amalécite ! Soyons lents à condamner et vérifions si l’action est conforme à la volonté de Dieu. David aimait manifestement son fils, comme nous pouvons le lire après que David ait entendu le récit de la mort d’Absalom, verset 33, peut-être David était-il plus désemparé parce qu’il repensait à son meurtre d’Urie et à la condamnation que David avait reçue de Dieu – encore une fois, David savait que, selon la loi, il aurait dû être mis à mort, mais Dieu l’a épargné, mais avec des conséquences et la mort d’Absalom était l’une de ces conséquences. Non pas qu’Absalom ne l’ait pas mérité, car c’était un homme impie et orgueilleux, il n’avait aucun respect pour Dieu et pour son père, l’oint du Seigneur. C’est la chose dont Absalom était le plus fier qui a causé sa mort – ses cheveux, verset 9. La chose dont il était le plus fier est devenue sa chute et c’est si souvent le cas dans la vie des êtres humains – l’orgueil est souvent présent avant la chute ! Absalom s’est montré aux autres, il s’est même fait une colonne commémorative et l’a érigée dans la vallée du roi et il n’était même pas un roi confirmé, verset 18. Les hommes de David avaient du respect pour David, versets 12-13, mais pas Joab, versets 14-17. Dans le cas de Joab, il a perdu le respect de David à cause de ce qu’il avait fait, il n’a pas pardonné et s’est positionné pour obtenir le plus d’avantages. Jérémie 22 est un rappel des actions impies des rois d’Israël qui ont entraîné la captivité du peuple, ce sont toutes les actions impies que nous voyons chez les êtres humains, versets 9, 13, 17 et verset 22. Nous devons regarder ce que Dieu a fait pour nous, versets 15-16. Dieu les avertit, verset 21 – nous devons nous prémunir contre toutes ces choses, nous devons nous souvenir de ce que Dieu a fait pour nous, être prudents lorsque nous pensons être en sécurité et toujours nous rappeler de faire ce qui est droit et juste, versets 3-4. Si nous suivons notre propre voie, Dieu nous coupera les vivres, verset 5. Romains 9 nous aide à comprendre certaines des souffrances et des choses apparemment étranges qui se produisent dans nos vies et aussi dans celles des autres. Paul établit une conversation théorique à partir des versets 6 à 29 où il discute de choses similaires à tout le livre de Job. Dieu peut fondamentalement faire ce qu’il veut, il n’a pas à nous rendre de comptes, nous n’avons pas le droit de remettre en question sa façon de faire les choses, nous devons simplement lui faire confiance. Nous ne comprenons peut-être pas tout, mais Dieu nous dit de lui faire confiance, nous n’avons pas le droit de poser des questions, nous ne pouvons pas blâmer Dieu pour notre nature pécheresse ou pour les situations dans lesquelles nous nous trouvons, versets 19-21. Il est normal que nous ayons des questions, par exemple aux versets 14 et 19, mais nous devons avoir confiance ! Paul est un personnage merveilleux dont nous pouvons nous inspirer. Il était absolument bouleversé par le fait que ses compatriotes, les Juifs, n’avaient pas accepté Jésus et il a prié pour eux, versets 1-5. Il a même prié pour qu’il soit “retranché” plutôt qu’eux, comme David à propos d’Absalom. Pourtant, les Juifs avaient rejeté les enseignements de Paul sur Jésus et voulaient sa mort, Actes 23:12-15, mais comme David, il aurait préféré qu’ils soient sauvés. Beaucoup de leçons à méditer et à essayer de copier les parties pieuses de nos vies, mais de rejeter les actions impies et de devenir ainsi un peu plus comme Jésus. Août.

Le 2 août.

Dans notre première lecture de 2 Samuel 19, nous pouvons à nouveau tirer des leçons pratiques de ces personnages qui ont réagi de différentes manières aux différentes situations dans lesquelles ils se trouvaient. Nous pouvons en tirer des leçons pour essayer d’agir comme Jésus dans notre vie quotidienne. Le fait que David continue à pleurer la perte d’Absalom est compréhensible – David avait perdu un fils et un héritier, et surtout, c’était de sa faute si cela était arrivé (verset 4). Cependant, les actions de David ont un très mauvais effet sur ses hommes qui lui ont sauvé la vie et lui ont rendu le royaume (versets 1-3 et 5-7). Nous devons tous être conscients de l’impact de nos actions sur les autres, nous pouvons nous sentir justifiés d’agir d’une certaine manière, mais d’autres peuvent voir cela de manière complètement différente – Joab a dû rappeler à David qu’il avait également un engagement envers ses hommes, et il a suivi son conseil, verset 8. La leçon à tirer ici est que nous devons tous nous rappeler que nous avons un impact sur les autres par ce que nous faisons, et que nos actions doivent donc être pieuses. Il y a trois autres personnages dans ce chapitre dont nous pouvons également tirer des leçons. Shimei, qui a maudit David lorsqu’il fuyait Absalom, vient dire qu’il est désolé, versets 16-20. C’est une bonne chose de faire la paix avec les autres, mais c’était une erreur de se faire des ennemis de son frère en premier lieu. Shimei n’aurait pas dû maudire David lorsque celui-ci était faible, car il se trouvait maintenant dans une position vulnérable, maintenant que David était de retour au pouvoir. David lui a pardonné et l’a protégé à nouveau, verset 21-23. David a montré le bon caractère en pardonnant et en protégeant Shimei. La réponse de Mephibosheth est intéressante, verset 24-30. Peut-être Mephibosheth dit-il la vérité à David et que c’est son serviteur Ziba qui a menti en disant qu’il voulait être roi lorsque David s’est enfui – la façon dont il a réagi alors que David était en exil semble le suggérer (verset 24). La façon dont il a réagi alors que David était en exil semble le suggérer (verset 24). Le fait qu’il soit resté dans les mêmes vêtements et qu’il n’ait pas pris soin de lui suggère le deuil, donc peut-être que son histoire est correcte et que Ziba a menti à son sujet. David l’a cru, verset 29, et regardez comment Mephibosheth a réagi, verset 30 – cela montre l’humilité et le pardon de la part de Mephibosheth aussi. Ceci étant, c’est une bonne leçon pour nous : même lorsque nous sommes lésés, nous devons rester humbles et pardonner. Une leçon à tirer de David, qui s’est empressé de juger Mephibosheth dans 2 Sam16:1-4 – David ne pouvait pas vérifier l’histoire et aurait dû attendre avant de condamner. Nous devons toujours essayer de vérifier les histoires et ne pas porter de jugements immédiats – nous apprenons qu’il y a souvent deux versions d’une histoire, même si l’une d’entre elles semble très plausible. La leçon à tirer ici est de toujours vérifier ce qu’on nous dit avant de tirer des conclusions. Barzillai a toujours soutenu David et David a continué à lui faire des faveurs. La façon dont nous agissons a un impact ! Jérémie 23 contient une merveilleuse prophétie sur Jésus, versets 3-8 – Jésus “régnera avec sagesse” et fera “ce qui est juste et droit” – il est la seule personne en qui nous pouvons vraiment avoir confiance, c’est pourquoi nous attendons son retour avec tant d’impatience, mais aussi nous essayons de lui ressembler dans nos vies. Cette image contraste fortement avec les faux bergers et les prophètes menteurs dont Jérémie nous parle dans le reste du chapitre. Les prophètes étaient des enseignants, les prêtres étaient des chefs religieux, ils ont la responsabilité d’enseigner et de diriger d’une manière pieuse ; nous savons s’ils disent la vérité ou des mensonges par la manière dont ils se comportent et ce qu’ils disent, une autre raison pour laquelle nous devons vérifier ! Dieu entend ce qu’ils disent, verset 25 et il dit de ne pas les écouter, verset 16 et Dieu dit qu’il les punira, verset 15. En attendant le retour de Jésus, nous devons apprendre de lui en lisant la Bible et prier pour essayer d’être comme lui. Nous devons faire très attention à ne pas faire confiance à ceux qui disent avoir des messages de Dieu et qui disent avoir des rêves – Jérémie dit clairement que ceux dont il est question ici sont des menteurs ! Romains 10 et 11 aident à mettre les choses en perspective. Rom8:8-13 nous enseigne où notre confiance doit être, elle doit être en Jésus – cela signifie également que nous devons “croire du fond du cœur” et cela inclut également notre façon d’agir. Dieu est “bon” mais il est aussi “sévère”, nous devons respecter Dieu dans tous les aspects de notre vie, Rom11:22-24. Israël a été puni pour son incrédulité et sa rébellion. Nous, les Gentils, avons eu la possibilité d’être sauvés par Jésus, ce qui montre la “bonté” de Dieu, mais nous devons essayer de lui obéir, sinon il nous montrera aussi sa “sévérité”. Paul nous avertit, en tant que chrétiens, de continuer à respecter ses voies et ses commandements. Il conclut cette section aux versets 33-36 par une prière, reconnaissant la grandeur de Dieu et le fait que nous ne pourrons jamais comprendre toutes ses voies, mais que nous continuons à le louer et à le respecter ! Août

Le 3 Août

Dans 2 Samuel 20 et 21, David doit faire face à de nouveaux troubles de toutes parts. Des gens s’opposent à lui de partout, comme Dieu l’avait prévu : sa famille, ses compatriotes, son armée et les Philistins. Ces deux chapitres commencent et se terminent par des défis, ce qui caractérise la vie de David depuis qu’il a commis l’adultère avec Bethsabée et tué Urie. 2 Sam 20:1 nous montre la rébellion de Saba qui a incité l’armée d’Israël à se ranger de son côté, verset 2 et a ainsi déclenché un autre problème pour David. Il avait désigné Amasa comme commandant de son armée (2Sam19:12) pour remplacer Joab, sans doute parce qu’il lui faisait plus confiance qu’à Joab, cependant, les deux étaient des membres de la famille (Amasa et Joab étaient tous deux des neveux de David). Les événements qui se sont déroulés au chapitre 20 démontrent une fois de plus que ce n’est pas parce que des personnes sont apparentées que l’on peut leur faire confiance ou leur témoigner du respect. Pour une raison quelconque, Amasa a mis plus de temps à rassembler Juda, verset 5, et David a donc envoyé Abishai, et donc Joab, rétrogradé, à la poursuite de Saba, versets 6-7. Cependant, Joab en a profité pour tuer Amasa, verset 9-10, c’est une chose terrible à faire car c’est simplement la jalousie qui a déclenché cette réaction, il n’y a pas eu de découverte de la raison du retard. Peut-être que Joab le “punissait” pour s’être rangé du côté d’Absalom, mais quoi qu’il en soit, Joab n’avait plus de respect pour David qui avait nommé Amasa pour le remplacer en premier lieu. Toutes ces personnes étaient liées d’une manière ou d’une autre et démontrent à quel point les choses peuvent mal tourner lorsqu’il y a des conflits familiaux et de personnalité au sein de la famille, dans le cas de David, conséquences de son adultère et de son meurtre. Les conséquences des erreurs sont également illustrées dans 2Sam21 lorsque David demande l’aide de Dieu après trois années successives de sécheresse (verset 1). Saül avait tenté à tort d’anéantir les Gibéonites qui étaient protégés par serment (Josué 9:16). Dieu n’a donc pas apprécié qu’il n’y ait pas eu de compensation pour cette tentative de génocide et David a la tâche difficile de sélectionner des membres de la famille de Saül pour subir le châtiment qui a été décidé, verset 9. Le bouleversement et la détresse que cela a causé à Rizpa, au verset 10, nous rappelle une fois de plus que les erreurs ont des conséquences. C’est un extrême assoiffé de sang, mais nous devons nous rappeler qu’il y a toujours des conséquences à nos mauvaises actions, des conséquences sur notre famille et nos amis, peut-être des années plus tard ! Dieu a répondu aux prières lorsque tout est rentré dans l’ordre, verset 14. La guerre avec les Philistins se poursuit dans les dernières années de la vie de David et, bien qu’il veuille aller rejoindre ses hommes (probablement parce qu’il regrette d’être resté en arrière lorsqu’il a vu Bethsabée), il est trop vieux et devient un handicap (verset 17). Il n’y a que deux choix possibles dans Jérémie 24 : un groupe écoute Dieu et Jérémie et fait preuve de foi en allant en captivité et donc en vivant, versets 4-7, et il y a l’autre groupe qui rejette Dieu et ce que Jérémie dit et essaie de compter sur ses propres forces, reste à Jérusalem et meurt, versets 8-10. La leçon pour nous est de toujours écouter Dieu et de vérifier ce que les autres disent. Il était évident que les prophètes et les prêtres menteurs du temps de Jérémie étaient faux, car ils attribuaient à de faux dieux les bienfaits que Dieu leur accordait et ils ne menaient pas une vie qui démontrait leur foi professée – une autre leçon à retenir. La section sur l’amour dans Romains 12, c’est-à-dire les versets 9 à 21, est une caractéristique que les gens qui sont partis en exil ont peut-être démontrée à l’armée babylonienne qui les emmenait en captivité. Ces gens ont fait confiance à ce que Jérémie disait et ont abandonné leurs maisons sans se battre, ce qui aurait impressionné les Babyloniens, comme le dit Paul aux versets 17-20, et c’est ainsi que nous devrions réagir à toute situation dans laquelle nous nous trouvons, nous devons “vaincre le mal par le bien”, verset 21. Nous devons aimer – cela doit être sincère, verset 9. Tous ces attributs chrétiens doivent nous décrire ! Lisez lentement les versets 10 à 16 – est-ce que cela vous décrit ? Cela devrait être le cas ! Nous savons que Dieu et Jésus nous sauvent par la grâce, et nous remercions Dieu que ce soit le cas, David a reçu la grâce et a été sauvé, nous recevons la grâce et nous sommes sauvés, MAIS nous devons changer nos habitudes (nous repentir) ; nous ne devons plus nous “conformer au monde” ; nous devons “renouveler” notre esprit, versets 1-2. Parce qu’on nous a promis la vie par la grâce, nous devons réagir et essayer d’être comme Jésus. Nous avons été introduits dans une famille en Jésus, nous avons tous des tâches différentes dans le corps de Jésus et nous devons donc travailler ensemble dans l’unité, sans conflits internes comme dans la famille de David, sans rejeter les vrais maîtres de Dieu comme dans Jérémie, mais en travaillant tous ensemble, en nous respectant les uns les autres et en respectant Dieu et Jésus, versets 3-8. Nous ne pouvons pas tous faire les mêmes choses, c’est pourquoi nous devons accepter humblement nos capacités de la part de Dieu et le louer pour la grâce dont il a fait preuve envers nous tous ! Dans l’épître aux Romains, Paul nous demande de faire de notre mieux pour utiliser les capacités que Dieu nous a données afin de travailler tous ensemble dans le corps de Jésus. Août

Le 4 Août

Nous avons le chant de louange de David dans 2 Samuel 22, son chant était après que Dieu l’ait délivré de Saül, verset 1. La même louange aurait été chantée par David à la fin de sa vie, tout comme elle peut être chantée par nous dans nos vies si nous avons mis Dieu en premier comme David l’a fait. David donne tout le crédit de ses victoires à Dieu, versets 17-20 et cela doit être vrai pour nous aussi dans nos vies quand nous traversons des problèmes et des souffrances, si nous sommes fidèles alors Dieu nous sauve aussi. Le problème avec la plupart d’entre nous, c’est que nous attendons de Dieu qu’il nous sauve de tous nos problèmes maintenant, mais Dieu ne travaille pas comme ça. Il s’intéresse à notre salut final, c’est-à-dire au retour de Jésus. David montre qu’il attendait cela avec impatience au verset 51. La “descendance pour toujours” ne peut faire référence qu’à Jésus et à ceux qui l’acceptent. Il est naturel pour nous de vouloir être sauvés maintenant, comme David l’a fait lorsqu’il souffrait, verset 7, Dieu a sauvé David et Dieu nous sauve parfois maintenant, mais son objectif principal est d’apporter le salut, versets 2-3, ce salut permanent est le royaume. David décrit Dieu comme le “libérateur”, le “refuge”, et il le loue pour cela, verset 4. C’est là que nous devrions également commencer à prier, en louant Dieu d’être toutes ces choses pour nous. David nous rappelle que le salut de Dieu est conditionnel, versets 26-27 – si nous voulons le salut de Dieu, nous devons être “fidèles” et “purs”. Nous savons que David a péché et que nous péchons aussi, mais si nous confessons continuellement nos péchés et nous repentons, nous sommes aussi “irréprochables”, “justes” et “purs”, versets 21-25. Dieu “se réjouit” de nous, comme il l’a fait pour David, si nous faisons de notre mieux pour suivre ses voies et, tout au long de sa vie, David a fait de son mieux (verset 20). Oui, il a péché et nous aussi, mais si nous confessons et nous repentons, nous sommes également irréprochables (1 Jean 1:5-10). Dieu est patient avec nous et avec le reste de l’humanité. Nous lisons dans Jérémie 25 que Dieu a envoyé des prophètes, dont Jérémie, pour encourager le peuple à se repentir et à suivre Dieu de tout son cœur (versets 5-6), mais qu’il n’a pas écouté (versets 3, 4, 7 et 8) et que Dieu l’a donc puni. Dieu n’est patient que jusqu’à un certain point et aucun de nous ne devrait compter sur la grâce de Dieu si nous ne sommes pas prêts à nous repentir et à changer. Dès le verset 15 de ce chapitre, nous lisons que la colère de Dieu s’abattra sur toute l’humanité si elle n’accepte pas Dieu et ne se repent pas. Cependant, comme toujours avec le plan et le dessein de Dieu, il y a toujours un espoir, et Dieu a promis que les Juifs retourneraient au pays après 70 ans, ce qui s’est produit à l’époque d’Esdras et de Néhémie. Le contexte de Romains 13 et 14 est aussi celui du salut, Ro13:11, nous sentons que le retour de Jésus est très proche et que c’est à ce moment-là que Dieu apportera son salut ultime, le moment que David attendait avec impatience. Ainsi, dans ces deux chapitres, nous voyons des leçons pour notre vie quotidienne sur la façon dont nous devrions agir et démontrer que nous sommes fidèles, justes et purs. Par exemple, nous devons nous soumettre au gouvernement, verset 1, car c’est Dieu qui l’a placé là ! Si nous nous rebellons, nous nous rebellons contre Dieu, verset 2. Les Juifs qui sont allés à Babylone les ont impressionnés et ont donné de bons exemples, nous devons faire de même. Pas de “dettes”, pas d’”adultère”, pas de “meurtre”, pas de “vol”, pas de “convoitise”, versets 8-9, Jésus dit que nous ne devons même pas penser à ces choses ou être en colère, nous devons “aimer notre prochain comme nous-mêmes”. Il y a plus, pas d’”orgies”, pas d’”ivrognerie”, pas d’”immoralité sexuelle”, pas de “débauche”, pas de “dissension”, pas de “jalousie”, pas de “satisfaction de soi”, verset 13, nous devons ressembler à Jésus, verset 14 et nous comporter décemment. Nous avons vu récemment comment Saul, Absalom et les Juifs ne faisaient les choses que pour eux-mêmes et nous savons ce qui leur est arrivé. Alors que nous voyons le temps de Jésus revenir, nous devrions faire plus d’efforts pour faire toutes ces choses. Romains 14 est un autre conseil sur la façon dont nous devons nous respecter et nous aimer les uns les autres, nous devons nous “construire” les uns les autres, verset 19, et ne pas nous détruire les uns les autres. Nous devrons tous rendre compte à Dieu de la manière dont nous nous sommes comportés les uns envers les autres (versets 10-12). Nous sommes dans notre “église” pour nous entraider, versets 7-9, et Jésus est mort pour nous tous afin d’apporter le salut à tous ceux d’entre nous qui font de leur mieux pour suivre Dieu. Août

Le 5th Août

Nous pouvons si facilement nous tromper nous-mêmes et penser que la vie continuera comme avant, mais dans la lecture de 2 Samuel 23 d’aujourd’hui, nous voyons le respect de David pour Dieu et comment David pensait au caractère d’une personne qui fait tout dans la justice et dans la crainte de Dieu. Dans le cas de David, il gouvernait dans la crainte de Dieu, mais la même chose s’applique à nous aussi dans tout ce que nous faisons, versets 3-4. La description du verset 4 est celle de la paix et de l’ordre des choses. David montre qu’il s’intéresse également à son salut (verset 5), il pense à la future “alliance éternelle”, c’est-à-dire au moment où Jésus reviendra. Ses priorités étaient donc a) d’être juste, b) de craindre Dieu et c) d’envisager son salut. Ces priorités devraient également être les nôtres. Aux versets 6 et 7, David oppose la personne pieuse à la personne méchante. Il dit que les méchants sont comme des épines qu’on ne touche même pas, mais qui sont brûlées et détruites. Dans la section qui nous parle des “hommes puissants” de David, du verset 8 à la fin, bien que nous voyions comment ces hommes étaient, en termes humains, puissants, David a toujours donné le crédit à Dieu, verset 10 et verset 12. Même lorsque trois de ses hommes risquent leur vie et lui apportent de l’eau, David loue Dieu pour cela, l’adore et le remercie, versets 16-17. David a essayé de mettre Dieu à la première place à tout moment, il a souffert, il a connu de bons moments, il a péché, il s’est repenti, mais à travers tout cela, il a appris à respecter Dieu en toutes choses et à chercher son salut futur. C’est ainsi que nous devrions être aussi, nous connaissons tous des difficultés, qu’il s’agisse de nourriture ou de santé, nous connaissons le bonheur et la joie, nous péchons et nous devrions le reconnaître et nous repentir, mais nous devrions aussi regarder en priorité notre salut lorsque Jésus reviendra. Nous devons essayer de toujours mettre Dieu au premier plan et ne pas être comme les Juifs de Jérémie 26 (notre deuxième lecture) qui ont souvent rejeté la patience de Dieu, ses rappels constants et les occasions qu’il leur donnait de se repentir (verset 3), même au dernier moment, Dieu était encore prêt à changer son plan et à céder ! Mais il est également clair que si nous ne changeons pas, il y aura un désastre, verset 4-5. L’appel à la repentance est constant car Dieu veut que nous venions tous au salut (verset 13). Les opposants à Jérémie n’aimaient pas ce qu’il disait et l’ont même défié dans le temple, la maison de Dieu, mais ils n’ont pas respecté les paroles de Dieu, même s’ils faisaient semblant d’adorer, versets 7-9. Une leçon pour nous est que nous devons vérifier ce que Dieu veut et utiliser les expériences passées et d’autres événements pour déterminer si ce que nous lisons ou ce qu’on nous dit est juste. Certains des anciens ont vérifié ce que Jérémie disait, verset 17-19, ils se sont souvenus de ce que le prophète Michée avait dit à l’époque du roi Ézéchias et Dieu a cédé pour un temps. Le même message est répété dans Romains 15, verset 4, nous devons utiliser tous les événements de l’Écriture pour en tirer des leçons alors que nous faisons de notre mieux pour suivre ce que Dieu veut dans le but d’être encouragés et d’avoir un espoir. Nous devons nous encourager et nous mettre au défi les uns les autres, verset 1-3, nous devons faire passer les autres en premier comme Jésus l’a fait. En Romains 15 et 16, notre troisième lecture d’aujourd’hui, nous avons une image de l’unité, Rom15:5-6 et Rom16:17-18, et les exemples de frères et sœurs chrétiens travaillant ensemble pour un but commun sont importants. Nous devrions également chercher à être unis dans nos églises CBM, nous devrions être ensemble avec nos frères et sœurs et ne pas laisser les personnalités causer des divisions, remarquez dans Rom16:18 que ceux qui causent des divisions ne servent pas notre Seigneur Jésus – ces personnes sont souvent celles qui peuvent parler très bien et ont des arguments convaincants, mais nous devons vérifier si ce qu’ils disent est ce que Dieu et Jésus veulent. David et Jérémie mettaient Dieu en premier, tout comme Paul, par exemple, son “ambition” était de toujours prêcher, Ro15:20, les Gentils étaient “heureux” d’aider les Juifs quand ils étaient dans le besoin, verset 27. Aucune de ces personnes pieuses n’avait le cœur léger, elles voulaient toutes faire ce qu’il fallait pour Dieu, elles voulaient faire ce qu’il fallait pour “louer Dieu”, versets 7-13. Remarquez le nombre de fois où Paul fait référence à l’ancien testament, ce qui confirme une fois de plus que nous devons utiliser toutes les écritures pour tirer des leçons. Paul a souffert dans son travail pour Dieu et pour Jésus et il encourage ses frères et sœurs à prier pour lui, verset 30-33, et c’est la même demande pour nous aussi, nous devrions prier les uns pour les autres alors que nous traversons tous les diverses souffrances que nous connaissons. Une partie de notre prière doit être celle de Paul dans Romains 16:25-27, nous devrions prier pour que tous croient et obéissent et soient ainsi amenés au salut, le même salut que David voulait vraiment. Notre vie chrétienne en Jésus devrait consister à croire et à obéir, à confesser et à nous repentir lorsque nous commettons des erreurs et, par la grâce de Dieu, à obtenir le salut. Août

Le 6 Août

2 Samuel se termine par le péché de David qui compte son armée pour voir combien il est fort. Il semblerait que le peuple d’Israël en général ait recommencé à agir de manière impie, car Dieu n’était pas content (chapitre 24:1). Dieu était en colère contre Israël et a permis que la situation se présente pour que David soit tenté, comme cela s’est produit dans Job 1 et aussi avec Jésus dans Marc 1. Contrairement à Jésus, David a cédé à la tentation, même si Joab lui a déconseillé de le faire (verset 3). David n’a pas écouté et les combattants ont été comptés, verset 4. C’est peut-être par orgueil que David a agi de la sorte, mais il s’est certainement repenti lorsque Joab est revenu et a rapporté le nombre de combattants (verset 10). Il est très clair que David n’a blâmé personne d’autre que lui-même pour son péché. Il a été tenté par une situation, a cédé à la tentation et a péché, il le reconnaît maintenant et demande pardon. Il reconnaît maintenant son péché et demande pardon. Cependant, il y a eu des conséquences et Dieu a donné à David trois options pour susciter l’humilité nécessaire chez le peuple et chez lui. David a été sage dans sa réponse, au verset 14, il est “tombé entre les mains de Dieu”, c’est la confiance dans la miséricorde de Dieu et la volonté d’accepter les conséquences que Dieu a décidées, c’est l’humilité et le résultat est le même. 70 000 personnes sont mortes à cause de la peste, tout cela à cause de l’orgueil de David et probablement du peuple – David a montré sa “force”, Dieu a démontré que sa force n’était pas dans l’armée de David mais en Dieu. David a accepté son péché, verset 17, et il a également veillé à ce qu’il lui en coûte quelque chose, verset 24. Nous devons contrôler notre orgueil, nous devons essayer de ne pas céder à la tentation, nous devons accepter nos erreurs, nous repentir et demander pardon, puis accepter les conséquences, si nécessaire à n’importe quel prix. Le peuple de Jérémie 27 était tenté d’écouter les prophètes menteurs (versets 9, 14 et 16) qui ne disaient que ce qu’ils savaient que le peuple voulait entendre, c’est-à-dire qu’il ne serait pas emmené à Babylone. Cependant, Dieu disait clairement à travers Jérémie que c’était exactement ce qui allait arriver à ceux qui allaient être sauvés à la fin ! Nos réactions humaines naturelles sont toujours à l’opposé de ce que Dieu veut, nous devons devenir comme Jésus dans notre façon de réagir aux situations et de faire confiance à Dieu. Nous retrouvons ce contraste complet dans Marc 1, lorsque Jésus n’a pas cédé à la tentation dans le désert, alors que Dieu avait permis que la situation de tentation se présente (versets 12-13). Les autres évangiles nous apprennent que Jésus n’a pas cédé à la tentation qui s’est présentée à lui. Reconnaître nos péchés, comme l’a fait David, est fondamental pour notre vie chrétienne. Jean a enseigné “la repentance pour le pardon des péchés”, verset 4 ; Jésus a immédiatement enseigné aux gens à “se repentir et à croire à la bonne nouvelle”, verset 15. Ceux qui ont suivi Jésus ont eu confiance en lui, versets 18 et 20. Ils ont tout laissé pour suivre Jésus, ce qui témoigne de leur confiance. Il ne nous est pas demandé de tout quitter, mais nous devons tout de même faire confiance de la même manière, comme l’a fait David. Dans les guérisons que Jésus a ensuite opérées, nous avons de petites images de la puissance de Jésus pour vaincre le péché. Dans la guérison de l’homme atteint d’une maladie mentale, aux versets 25-27, nous pouvons voir une image de Jésus aidant ceux qui cèdent à la tentation ; la Bible utilise le mot “satan” pour décrire tout adversaire. Dans la guérison de l’homme lépreux, verset 40-42, la lèpre est souvent utilisée dans la Bible pour représenter le péché, et comme l’homme qui s’est mis à genoux pour demander à être “purifié”, nous faisons de même en demandant que nos péchés soient pardonnés. La Bible n’enseigne pas que les maladies sont le résultat du péché, mais nous pouvons voir dans les maladies une image du péché qui nous rappelle que nous sommes tous pécheurs et que le péché entraîne la mort. Nous devrions donc tous compter à la fois sur Dieu et sur Jésus, nous venons à Jésus pour être pardonnés et nous pouvons accepter avec confiance cette guérison si nous nous repentons. Août

Le 7 Août

La première lecture, 1 Rois 1, comprend le fils de David, Adonias, qui prétend être roi, verset 5-7. Cela présente des similitudes avec l’époque où son frère aîné Absalom aspirait lui aussi à devenir roi. Cependant, il a demandé conseil au prêtre Abiathar et à Joab. Joab a soutenu ses actions, probablement parce qu’il voulait ce qu’il y a de mieux pour lui, comme d’habitude, et qu’il en savait manifestement beaucoup sur les erreurs passées de David, il n’est pas évident de savoir pourquoi Abiathar l’a soutenu aussi. Ce qui est clair, c’est que la discorde allait continuer dans la famille de David, comme Dieu l’avait promis après le péché de David avec Bethsabée et Urie. Il est facile de comprendre pourquoi Adonija supposait qu’il serait roi car il était l’héritier le plus âgé et était impatient parce que son père était maintenant très vieux et ne pouvait plus se chauffer, verset 1-4. Bethsabée et Nathan informent le roi David de ce qui se passe et ce dernier nomme Salomon roi (versets 32-35). Il est clair que c’est dans le plan de Dieu que Salomon devait être roi, bien qu’il soit rapporté ici que David a juré sous serment que Salomon serait roi. 2Sam12:24-25 nous dit que Dieu aimait Salomon et nous voyons dans les lectures des jours suivants que Dieu était avec Salomon. Parce qu’Adonija s’était opposé à son père et à Dieu en s’érigeant en roi, il s’attendait à être puni (49-51), mais Salomon a réagi avec sagesse en donnant à Adonija l’occasion de faire ses preuves (52-53). Salomon montrait déjà son caractère sage et divin dans sa réponse à cette situation. Même à la fin de la vie de David, nous continuons à voir les conséquences de ses erreurs, il était un roi faible et beaucoup de ceux qui étaient proches de lui ont vu sa faiblesse et sa vulnérabilité. Dieu est resté avec David, malgré ses fautes, parce que David était humble. On ne peut pas en dire autant du faux prophète Hanania, dans Jérémie 28, qui “prêchait la rébellion contre l’Éternel”, verset 16. Comme tant de personnes avant lui, il s’est rebellé contre Dieu et il n’y a qu’un seul résultat lorsque les gens font cela, verset 17. Hanania savait qu’il ne disait pas ce que Dieu avait dit, il savait qu’il mentait, il ne s’intéressait qu’à ce qu’il pouvait tirer de ce qu’il disait parce que le peuple préférait son message à celui de Jérémie, verset 1-4. Il était si confiant dans sa propre tromperie qu’il a même pris l’image visuelle d’un joug sur le cou de Jérémie et l’a brisé, verset 10-11. Dieu avait dit à Jérémie de porter cela en Jérémie 27:2, donc pour Hanania, aller à l’encontre de ce que Dieu avait dit était complètement erroné et punissable, Jérémie 28:12-14 et nous sommes de retour aux conséquences. Parce que Hanania s’est rebellé, d’autres allaient souffrir davantage à cause de ce qu’il a fait et dit – une nouvelle leçon pour nous rappeler que lorsque nous péchons et nous rebellons, il y a des conséquences pour les autres, et Hanania est mort en sachant que sa fierté et son arrogance aggravaient la situation des autres. Nous avons tous la responsabilité d’enseigner ce qui est juste, si nous enseignons le mensonge, nous serons condamnés par Dieu, verset 15, donc, comme Hananiah, nous serons renvoyés. Dieu est un Dieu d’amour, de grâce et de miséricorde, mais nous devons respecter ce qu’il dit. Marc 2 nous amène à nouveau à Jésus et le grand message de confiance qui ressort ici est que Jésus pardonne les péchés, verset 5 et verset 10. C’est le message que Jésus semble vouloir faire passer lors de la guérison de l’homme paralysé (versets 1-12). Une fois encore, cette guérison nous fait prendre conscience que nous avons tous besoin d’être guéris de nos péchés et que seul Jésus peut le faire pour nous en croyant en lui. Lévi a été impressionné par l’enseignement de Jésus (versets 13-17) et a suivi Jésus, qui a répété que Jésus est venu pour sauver les pécheurs (verset 17). Nous devons tous accepter que nous sommes pécheurs et que nous avons besoin de Jésus, car nous ne pouvons pas être pardonnés sans lui, mais pour remplir notre contrat avec lui, nous devons le suivre et essayer de lui ressembler, en adoptant la bonne attitude. Les Pharisiens n’avaient pas la bonne attitude, ils critiquaient Jésus et ses disciples parce qu’ils ne suivaient pas exactement la lettre de la loi telle qu’ils la voyaient, par exemple ne pas jeûner (verset 18) et travailler le jour du sabbat (versets 23-34), mais Jésus a souligné les choses les plus importantes, c’est-à-dire sa mort (verset 20) et, par sa mort et sa résurrection, il était le “repos” pour tous ceux qui le suivaient (verset 27). Août

Le 8 Août

David continue de reconnaître que Salomon était sage et pieux dans 1 Rois 2 et il transmet ses propres conseils à son fils qui est maintenant sur le trône en tant que roi, versets 1-4. Il tient beaucoup à ce que Salomon obéisse à Dieu et à ses lois, ce que Salomon a fait au début de son règne. David demande également à Salomon de traiter avec sagesse tous ceux qui s’étaient opposés à David, une tâche que David ne pouvait pas accomplir parce qu’il n’avait pas l’autorité morale pour les punir comme ils le méritaient à cause de ses propres péchés avec Bethsabée et Urie. Mais tous ces gens se sont opposés à David à un moment ou à un autre : Joab s’est vengé d’Abner et d’Amasa et a soutenu Adonias, verset 5-6, et Abiathar s’est également rangé du côté d’Adonias, verset 26-27 ; son remplacement a également été l’accomplissement de ce que Dieu avait dit au sujet de la maison d’Eli. Tous deux ont fait preuve d’un manque de respect envers David, l’oint de Dieu. Adonija et Shimei prétendaient avoir du respect pour Salomon et pour David. Salomon avait dit dans 1Ki1:52-53 qu’Adonija serait bien s’il démontrait qu’il était humble et pieux, cependant, en demandant qu’Abishag soit sa femme, il prouvait que tout ce qu’il voulait était le royaume, car il prenait ce que tout le monde aurait pensé être une femme ou une concubine de David, démontrant ainsi qu’il était le conquérant. Bien que Bethsabée ait été séduite par cette demande, Salomon a vu que c’était une tromperie, versets 23-25. Même chose avec Shimei – il s’est opposé à David et s’est ensuite excusé, mais David n’avait manifestement pas entièrement confiance en lui et a laissé la décision à Salomon, versets 8-9. Shimei a prouvé qu’il n’avait pas changé car il n’a montré aucun respect pour Dieu et le serment, ou la promesse qu’il a faite, verset 41-46. C’est une leçon pour nous tous, nos mauvaises actions seront exposées à un moment donné de notre vie et nous en subirons probablement les conséquences, quel que soit le temps que cela prendra. Toutes ces personnes ont souffert à cause des choix impies qu’elles avaient faits auparavant. Mais sous la direction de Dieu, le royaume était maintenant “fermement établi dans les mains de Salomon”. Il est si important que nous continuions à vérifier ce que Dieu veut et que nous le rappelions aux autres, comme Jérémie l’a fait dans Jérémie 29 lorsqu’il a écrit des lettres aux exilés de Babylone pour leur rappeler comment ils devaient agir à tout moment. Le conseil de Dieu au peuple était de s’installer à Babylone, verset 4-6 ; de prier pour leurs ravisseurs, verset 7 et de cesser d’écouter ceux qui racontaient des mensonges, verset 8-9. Tous ceux qui, dans 1 Rois 2, ont écouté les mauvais conseils, se sont rebellés contre Dieu et ont souffert en conséquence – le message reste le même, vérifiez toujours ce que Dieu veut. Dieu a un plan pour chacun de nous, tout comme il en avait un pour les exilés à Babylone, versets 10-14. Nous devons faire attention à ne pas écouter les mensonges mais à écouter Dieu ! Dans Marc 3, Jésus nous aide à comprendre un peu mieux cela lorsqu’on lui dit que sa mère et ses frères sont dehors, versets 31-35. Ils étaient peut-être venus pour essayer de le “protéger” parce que d’autres disaient qu’il avait “perdu la tête” (verset 21), mais dans sa réponse, Jésus a complètement changé les personnes que nous, chrétiens, devons considérer comme notre famille. Notre famille “spirituelle” devrait avoir une priorité plus élevée que notre famille naturelle, car Jésus dit que son “frère”, sa “sœur” et sa “mère” sont ceux qui “font la volonté de Dieu”. C’est une leçon importante que nous devons toujours garder à l’esprit : si nous voulons être la famille de Jésus, nous devons faire la volonté de Dieu. Cela signifie que nous devons apprendre ce qu’est la volonté de Dieu, que nous devons obéir et que nous devons suivre Jésus. Il nous est facile de comprendre ce que Jésus entend par être son “frère” et sa “sœur”, car c’est ainsi que nous nous appelons lorsque nous sommes baptisés, nous sommes frères et sœurs de Jésus, mais comment pouvons-nous devenir sa “mère” ? Nous savons par d’autres écritures que nous devons essayer de devenir comme Jésus, c’est-à-dire que nous devons essayer de faire ce que Jésus fait, donc dans un sens nous essayons de permettre à l’attitude de Jésus de “se former” en nous (Galates 4:19), donc dans ce sens nous sommes la “mère” de Jésus. En tant que chrétiens, nous devons toujours essayer de ressembler à Jésus dans notre façon de penser, de parler et d’agir, nous devons être reconnus comme des frères et sœurs de Jésus. Ainsi, dans notre vie quotidienne, nous devons le démontrer, contrairement à Joab, Adonias, Abiathar et Shimei qui ont tous agi comme des êtres humains avec des priorités humaines pour rechercher leurs propres ambitions, nous devons plutôt ressembler à Jésus qui a toujours mis son père et les autres en premier. Les Pharisiens cherchaient toujours à critiquer Jésus et ils ont même commencé à chercher à le tuer dès le début de son ministère (verset 6), même si Jésus avait dit qu’il valait mieux faire le bien le jour du sabbat (verset 4). Le message à retenir est donc de toujours essayer d’obéir à Dieu. Août

Le 9 Août

1 Rois 3 nous enseigne une grande leçon de la vie de Salomon. Salomon venait d’être fait roi, mais il ne savait pas comment régner. Il se considérait comme un “petit enfant” (v7). C’est un bon début pour nous tous. En parlant du royaume de Dieu, Jésus a dit que “quiconque ne reçoit pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n’y entrera jamais” (Marc 10:15). Salomon avait reçu de Dieu le royaume d’Israël comme un petit enfant. Un petit enfant est humble, écoute les autres, apprend et grandit. Toutes ces choses, nous devons les faire. Un petit enfant ne recherche pas le pouvoir ou les grandes richesses. Nous ne devrions pas non plus. Salomon a reçu de Dieu le don de tout ce qu’il voulait (v5). C’est un don exceptionnel. Combien d’entre nous choisiraient la sagesse comme Salomon l’a fait ? Dans son choix, Salomon s’est comporté comme un petit enfant. Il voulait en savoir plus. Dans 1 Rois 3, Salomon juge le cas de deux femmes qui se disputent un enfant. Il a utilisé sa sagesse pour découvrir la vérité. Comme le dit le sage lui-même, “Les desseins du cœur d’un homme sont des eaux profondes, mais l’homme intelligent les fait jaillir” (Proverbes 20:5). Et Salomon était cet homme d’intelligence qui a découvert ce qu’il y avait dans le cœur. Pensez à la joie que le jugement de Salomon a apporté à la mère. C’est le bénéfice de la sagesse. Elle apporte la joie. Soyons comme des petits enfants et choisissons de trouver la sagesse de Dieu. Pour notre joie et pour la joie des autres. Le chapitre 30 de Jérémie se situe 7 ans avant la fin du royaume des fils de Salomon. C’est l’époque du dernier roi de Juda, Sédécias (Jérémie 28:1). Le royaume était passé d’une hauteur spirituelle à l’époque de Salomon à la plus basse profondeur à l’époque de Sédécias. Ils avaient perdu la sagesse et l’humilité d’un petit enfant. Lorsque Jérémie a été envoyé pour la première fois en Israël, il était également un enfant (Jérémie 1:7). Dieu a envoyé Jérémie avec un message d’avertissement sur la fin potentielle du royaume. Le roi Sédécias serait-il un petit enfant et écouterait-il ? Au chapitre 30, nous avons un message positif concernant l’avenir. Dans un temps futur, ils auraient un autre roi, comme le roi David (v9). Dieu sera à nouveau leur Dieu et ils seront son peuple (v22). Même s’il devait y avoir des problèmes, Dieu a toujours apporté de bonnes nouvelles à son peuple. Les sages peuvent prendre cela à cœur et trouver du réconfort. Marc 4 nous parle du futur royaume de Dieu, dont Jérémie a parlé. Il contient un certain nombre de paraboles qui nous enseignent des aspects du royaume de Dieu (v11). La parabole clé est la parabole du semeur. La semence représente la parole de Dieu, qui est entendue par les gens. Mais que feront les gens lorsqu’ils auront entendu la parole de Dieu ? À cet égard, nous sommes comme Sédécias, qui avait lui aussi le choix d’écouter ou non la parole de Dieu. Et nous, que ferons-nous ? L’ignorerons-nous, en profiterons-nous un peu ou en ferons-nous le choix de toute une vie ? Ne nous trompons pas. Le royaume de Dieu arrive. Dieu veillera à ce qu’il le fasse. Il a déjà commencé. La parabole de la graine qui pousse (v26-29) n’apparaît que dans l’évangile de Marc. Le royaume vient lentement – si lentement que nous ne sommes pas capables de voir les changements. Mais il arrive. Un jour, nous nous réveillerons et il sera là. Préparons-nous à l’accueillir. Nous ne devons pas être comme Sédécias qui l’a ignoré. Ou Salomon qui a bien commencé mais a mal fini. Nous sommes sages si nous suivons la parole de Dieu jusqu’au bout et si nous produisons des fruits jusqu’au bout. Août

Le 10 Août

Salomon continue de démontrer sa sagesse dans 1 Rois 4 par ceux qu’il a choisis comme ses principaux fonctionnaires, par exemple, ceux du verset 5 sont les fils de Nathan le prophète, ils avaient donc une bonne formation. Cela doit être une leçon pour nous lorsque nous choisissons des frères pour être des anciens dans notre communauté, ceux qui ont un bon bagage spirituel sont plus susceptibles de mieux nous servir. Ce n’est pas toujours le cas, les fils d’Eli, par exemple, n’étaient pas de bons exemples ; cependant, comme Salomon, nous devons choisir avec sagesse. Lorsque Salomon a demandé la sagesse (1 Rois 3:9), il pensait d’abord aux autres, il était désintéressé et a certainement mis Dieu en premier et Dieu lui a accordé sa demande, verset 29-34. Salomon a utilisé sa sagesse de la bonne manière et a sans doute loué Dieu pour les merveilles de sa création ! Salomon était un homme riche, mais il a partagé ce qu’il avait, verset 27, une autre leçon pour nous. Que nous soyons riches ou non, nous devons partager ce que Dieu nous a donné. Comme son père David, Salomon a attribué à Dieu toutes les réalisations d’Israël (1Ki3:3) et Dieu lui a accordé, ainsi qu’au peuple, la paix et la sécurité, verset 24-25 et le peuple était “heureux”, verset 20. Salomon a pu préparer les matériaux pour la construction du temple (1 Rois 5) et, grâce à la sagesse que Dieu lui a donnée, il y a eu une coopération entre Salomon et Hiram (verset 12). La façon dont nous traitons les autres a toujours un impact durable, nous avons vu des exemples de mauvaises choses qui ont généré d’autres mauvaises choses, mais ici nous avons une bonne chose, verset 1. David a donné un bon exemple à Hiram et les générations futures en ont bénéficié, une autre leçon pour nous de toujours donner de bons exemples pieux. Jérémie 31 est une grande image de l’espoir futur lorsque Dieu promet que, malgré la rébellion de son peuple, il le “rebâtira”, verset 4. Il y a toujours de l’espoir à cause de l’amour de Dieu, verset 3. Dieu est toujours juste et il disciplinera ceux qui rejettent continuellement ses voies, par exemple, Jérémie 30:11, mais il restaurera, Jérémie 30:17. Nous devons essayer de nous rappeler à tout moment qu’il y a toujours cet espoir et, comme Dieu le dit dans Jérémie 31:16, nous aurons des raisons de souffrir maintenant et de pleurer, mais nous devons essayer de regarder vers l’avenir lorsque notre fidélité sera récompensée. Dieu transformera notre souffrance en joie, verset 13. La détresse régnait à Bethléem après la naissance de Jésus, lorsque le roi Hérode a tué tous les garçons de moins de deux ans. Ce verset de Jérémie 31:15 a été cité par Matthieu (2:17-18). Il y a toujours eu de la souffrance et il y en aura toujours jusqu’au retour de Jésus. Nous sommes donc encouragés à toujours attendre avec impatience ce temps de joie qui viendra comme Dieu l’a promis. Dieu a promis à Salomon que son fils construirait le temple et qu’il y aurait un temps de joie lorsque cela se produirait, et parce que les promesses de Dieu se sont déjà réalisées auparavant, nous avons confiance qu’elles se réaliseront à nouveau. Jérémie s’est réjoui du message de Dieu concernant le retour des Juifs dans le pays, verset 26, et nous devrions nous réjouir du message selon lequel Jésus reviendra et établira le royaume pour toujours, verset 31-34 ! Ces versets seront finalement accomplis lorsque Jésus reviendra. Marc 5 nous parle de trois guérisons de Jésus, la première, aux versets 1-20, est très spectaculaire : l’homme atteint d’une maladie mentale a été guéri, il était probablement ce que nous appelons aujourd’hui un schizophrène, et Jésus a dû démontrer que la maladie avait disparu en montrant que les cochons s’étaient noyés dans le lac. Cela démontre également que Jésus a le pouvoir de guérir tout problème, qu’il soit physique ou mental. La femme qui saignait constamment depuis 12 ans, verset 25-29, a fait preuve d’une foi extraordinaire, elle connaissait déjà la puissance de Jésus et savait que tout ce qu’elle avait à faire était de toucher ses vêtements, probablement l’ourlet de sa robe. Jésus voulait aussi lui parler et l’encourager, et lui enlever le stigmate d’être “impure” selon la loi. Il lui a donc demandé qui l’avait touché, verset 32-34. Jésus voulait aussi l’encourager, comme il l’avait fait avec l’homme qui souffrait d’une maladie mentale. Jésus et son père s’intéressent à nous en tant qu’individus, ils savent que nous souffrons et feront la bonne chose pour nous à ce moment-là. Il se peut que nous ne comprenions pas toujours pourquoi les choses se produisent, et la troisième guérison aurait eu pour conséquence de nous bouleverser et de nous troubler. Jaïrus avait demandé à Jésus de l’aider à guérir sa fille (verset 22-24). Il a dû être très inquiet et bouleversé lorsque Jésus a été retardé par la femme qui saignait, ce retard ayant peut-être contribué à la mort de sa fille (verset 35). Mais Jésus lui dit : ” Crois simplement “, verset 36. Jésus nous enseigne ici une autre leçon. Pour ceux qui vont ressusciter, Jésus décrit leur mort comme “un sommeil”, verset 39, ce qui transmet le message fort que c’est temporaire et que si quelqu’un est malade, il se réveillera souvent mieux après avoir dormi. Jésus ramène cette jeune fille à la vie (verset 42), démontrant à nouveau sa puissance et son amour. Sa réelle préoccupation pour les individus est démontrée dans le dernier verset, 43, dans sa protection de la jeune fille qui, autrement, serait devenue un point de convergence involontaire pour les personnes qui ont appris ce miracle. Pour résumer les leçons, Salomon a démontré qu’avec la sagesse de Dieu, il peut y avoir de la joie et du bonheur, le message de Jérémie était un message d’espoir, oui nous subirons les conséquences de nos péchés/erreurs, mais Dieu ne nous abandonnera jamais – on nous a promis un avenir dans le royaume, Jésus démontre une attention individuelle à tous ceux qui ont confiance et croient en lui et en son père. Tout cela devrait nous aider à traverser nos différents niveaux de souffrance qui sont temporaires et si notre souffrance aboutit à la mort, elle aussi est temporaire, Jésus la considère comme un “sommeil” ! Août

Le 11 Août

David continue de reconnaître que Salomon était sage et pieux dans 1 Rois 2 et il transmet ses propres conseils à son fils qui est maintenant sur le trône en tant que roi, versets 1-4. Il tient beaucoup à ce que Salomon obéisse à Dieu et à ses lois, ce que Salomon a fait au début de son règne. David demande également à Salomon de traiter avec sagesse tous ceux qui s’étaient opposés à David, une tâche que David ne pouvait pas accomplir parce qu’il n’avait pas l’autorité morale pour les punir comme ils le méritaient à cause de ses propres péchés avec Bethsabée et Urie. Mais tous ces gens se sont opposés à David à un moment ou à un autre : Joab s’est vengé d’Abner et d’Amasa et a soutenu Adonias, verset 5-6, et Abiathar s’est également rangé du côté d’Adonias, verset 26-27 ; son remplacement a également été l’accomplissement de ce que Dieu avait dit au sujet de la maison d’Eli. Tous deux ont fait preuve d’un manque de respect envers David, l’oint de Dieu. Adonija et Shimei prétendaient avoir du respect pour Salomon et pour David. Salomon avait dit dans 1Ki1:52-53 qu’Adonija serait bien s’il démontrait qu’il était humble et pieux, cependant, en demandant qu’Abishag soit sa femme, il prouvait que tout ce qu’il voulait était le royaume, car il prenait ce que tout le monde aurait pensé être une femme ou une concubine de David, démontrant ainsi qu’il était le conquérant. Bien que Bethsabée ait été séduite par cette demande, Salomon a vu que c’était une tromperie, versets 23-25. Même chose avec Shimei – il s’est opposé à David et s’est ensuite excusé, mais David n’avait manifestement pas entièrement confiance en lui et a laissé la décision à Salomon, versets 8-9. Shimei a prouvé qu’il n’avait pas changé car il n’a montré aucun respect pour Dieu et le serment, ou la promesse qu’il a faite, verset 41-46. C’est une leçon pour nous tous, nos mauvaises actions seront exposées à un moment donné de notre vie et nous en subirons probablement les conséquences, quel que soit le temps que cela prendra. Toutes ces personnes ont souffert à cause des choix impies qu’elles avaient faits auparavant. Mais sous la direction de Dieu, le royaume était maintenant “fermement établi dans les mains de Salomon”. Il est si important que nous continuions à vérifier ce que Dieu veut et que nous le rappelions aux autres, comme Jérémie l’a fait dans Jérémie 29 lorsqu’il a écrit des lettres aux exilés de Babylone pour leur rappeler comment ils devaient agir à tout moment. Le conseil de Dieu au peuple était de s’installer à Babylone, verset 4-6 ; de prier pour leurs ravisseurs, verset 7 et de cesser d’écouter ceux qui racontaient des mensonges, verset 8-9. Tous ceux qui, dans 1 Rois 2, ont écouté les mauvais conseils, se sont rebellés contre Dieu et ont souffert en conséquence – le message reste le même, vérifiez toujours ce que Dieu veut. Dieu a un plan pour chacun de nous, tout comme il en avait un pour les exilés à Babylone, versets 10-14. Nous devons faire attention à ne pas écouter les mensonges mais à écouter Dieu ! Dans Marc 3, Jésus nous aide à comprendre un peu mieux cela lorsqu’on lui dit que sa mère et ses frères sont dehors, versets 31-35. Ils étaient peut-être venus pour essayer de le “protéger” parce que d’autres disaient qu’il avait “perdu la tête” (verset 21), mais dans sa réponse, Jésus a complètement changé les personnes que nous, chrétiens, devons considérer comme notre famille. Notre famille “spirituelle” devrait avoir une priorité plus élevée que notre famille naturelle, car Jésus dit que son “frère”, sa “sœur” et sa “mère” sont ceux qui “font la volonté de Dieu”. C’est une leçon importante que nous devons toujours garder à l’esprit : si nous voulons être la famille de Jésus, nous devons faire la volonté de Dieu. Cela signifie que nous devons apprendre ce qu’est la volonté de Dieu, que nous devons obéir et que nous devons suivre Jésus. Il nous est facile de comprendre ce que Jésus entend par être son “frère” et sa “sœur”, car c’est ainsi que nous nous appelons lorsque nous sommes baptisés, nous sommes frères et sœurs de Jésus, mais comment pouvons-nous devenir sa “mère” ? Nous savons par d’autres écritures que nous devons essayer de devenir comme Jésus, c’est-à-dire que nous devons essayer de faire ce que Jésus fait, donc dans un sens nous essayons de permettre à l’attitude de Jésus de “se former” en nous (Galates 4:19), donc dans ce sens nous sommes la “mère” de Jésus. En tant que chrétiens, nous devons toujours essayer de ressembler à Jésus dans notre façon de penser, de parler et d’agir, nous devons être reconnus comme des frères et sœurs de Jésus. Ainsi, dans notre vie quotidienne, nous devons le démontrer, contrairement à Joab, Adonias, Abiathar et Shimei qui ont tous agi comme des êtres humains avec des priorités humaines pour rechercher leurs propres ambitions, nous devons plutôt ressembler à Jésus qui a toujours mis son père et les autres en premier. Les Pharisiens cherchaient toujours à critiquer Jésus et ils ont même commencé à chercher à le tuer dès le début de son ministère (verset 6), même si Jésus avait dit qu’il valait mieux faire le bien le jour du sabbat (verset 4). Le message à retenir est donc de toujours essayer d’obéir à Dieu. Août

Le 12 Août

Salomon a passé 13 ans à construire le “palais de la forêt du Liban” (1 Rois 7:1). Le palais était le lieu de la justice (verset 7) où Salomon s’asseyait pour juger les affaires les plus difficiles du pays. Ce palais ressemblait un peu à une forêt, car il y avait quatre rangées de colonnes de cèdre. Le palais lui-même se trouvait vraisemblablement à Jérusalem. Nous remarquons qu’il n’y a aucune description d’or ou d’argent dans le palais, comme c’était le cas dans le temple de Dieu – seulement du bois et de la pierre. La majeure partie de 1 Rois 7 est constituée de descriptions d’objets destinés au temple du Seigneur. Nous remarquons que le principal constructeur était quelqu’un de Tyr, une ville païenne. Il est significatif qu’un païen ait joué un rôle essentiel dans la construction (à moitié païen en fait). Nous savons que les Gentils seront inclus dans la construction du futur temple de Dieu – celui qui sera fait de personnes (1 Corinthiens 3:16). Le temple construit à l’époque de Salomon était beaucoup plus orné que le tabernacle. Il y avait plus de meubles. Il y avait deux piliers spéciaux à l’avant, la cuve était maintenant une grande “mer” et il y avait dix supports mobiles en bronze. Les piliers et ces derniers ne se trouvaient pas dans le Tabernacle. Les supports mobiles étaient utilisés pour laver les animaux utilisés pour les holocaustes (2 Chroniques 4:6). Cela signifie que le lavage des animaux et celui des prêtres étaient séparés dans le culte du temple. Les supports étaient inhabituels car ils étaient équipés de roues et portaient des motifs de palmiers, de chérubins, de lions et de taureaux. Cela nous rappelle les chérubins d’Ézéchiel 1. Ce qui est clair, c’est que Dieu était très particulier quant à ce qui était dessiné sur son temple. En Ézéchiel 8:10, on nous parle d’autres dessins d’animaux qui ont été ajoutés plus tard et cela a déplu à Dieu. Les palmiers nous rappellent les justes (Psaume 92:12). Les chérubins nous rappellent les hommes célestes. Les lions nous rappellent la royauté de Dieu et les taureaux nous rappellent la force de Dieu. Nous remarquons que le temple possédait un certain nombre d’autres plantes que l’on ne trouvait pas dans le Tabernacle. Il y avait des lys, des gourdes et des grenades. La présence des animaux et des plantes nous rappelle le jardin d’Eden où l’homme était en communion avec Dieu. C’est la raison d’être du temple. C’était un lieu où l’homme et Dieu pouvaient être en communion. L’époque de Jérémie contrastait avec l’époque de Salomon. L’époque de Salomon était le début du temple alors que Jérémie décrit sa destruction. Ce n’était pas ce que Dieu voulait, mais il devait en être ainsi parce que le peuple avait mal tourné. Jérémie 33 offre un grand contraste. Dieu était le créateur et l’artisan de la terre (verset 2), mais il allait maintenant tuer son peuple (verset 5). Les palais royaux qui se trouvaient à Jérusalem, comme celui de Salomon, allaient être démolis (verset 4). Pourtant, Jérémie 33 est un beau chapitre. Dieu ne voulait pas faire ce qu’il devait faire, mais il a parlé d’un temps où il serait à nouveau heureux avec son peuple dans le pays. Pour ce faire, Dieu devra guérir son peuple (verset 6) et le purifier de ses péchés (verset 8). Il en résultera la joie et la paix (verset 6) et Jérusalem deviendra la louange de la terre (verset 9). Il y a une image de joie, où le peuple est vraiment reconnaissant à Dieu pour ce qu’il a fait (verset 11). Il y aura un roi de la lignée de David et les promesses faites à Abraham et à David s’accompliront (verset 26). Lorsque cela se produira, la ville de Jérusalem portera un nouveau nom. Elle sera appelée “Le Seigneur notre justice” (verset 16). En d’autres termes, la ville sera connue par le Dieu qui y vit et par la justice qui s’y trouve. C’est ce que confirme le nom de la ville donné à la fin d’Ézéchiel : “Le Seigneur est là” (Ézéchiel 48:35). Quel endroit ce sera ! Les gens qui y vivront seront vraiment vraiment bénis. Jésus était un homme qui apportait la guérison et purifiait les gens de leurs péchés. Nous l’avons lu dans Marc 7. Jésus était celui qui allait réaliser les promesses faites par Dieu à Abraham et à David. Jésus fera advenir le temps dont parle Jérémie 33. Dans Marc 7, nous assistons à un débat sur la signification du mot “pur”. Les Pharisiens soutenaient que, pour être pur, il fallait se laver les mains avant de manger. En revanche, Jésus soutient qu’il faut respecter les commandements de Dieu pour être pur. Jésus a également souligné que les Pharisiens avaient empêché les gens de devenir purs parce qu’ils enseignaient à ne pas respecter certains des commandements de Dieu. Les gens devaient s’efforcer de redresser leur cœur s’ils voulaient être purs. C’est le cœur qui peut les rendre impurs, car toutes sortes de mal en sortent (verset 20-23). Nous pouvons imaginer qu’une chose similaire s’était produite à l’époque de Jérémie. Les gens de cette époque étaient également concentrés sur l’observation extérieure de la loi, mais en réalité leur cœur n’était pas en accord avec Dieu et ils produisaient beaucoup de péchés de leur cœur. Le récit de Marc 7 nous parle ensuite d’un païen (versets 24-30). Les pharisiens auraient dit qu’elle était impure parce qu’elle était païenne. Pourtant, elle a montré que son cœur était juste par un acte d’humilité et de foi. Elle savait qu’elle ne méritait pas les bienfaits du peuple de Dieu. Mais elle avait la foi et l’humilité qui sont les caractéristiques du vrai peuple de Dieu. Et c’est ainsi que Jésus a guéri sa fille. C’était un avant-goût de la guérison des païens que Jésus allait opérer dans le futur. Marc 7 nous présente une autre personne qui aurait été considérée comme impure. Il s’agit d’un homme qui était sourd et pouvait à peine parler (versets 31-37). Sa maladie aurait été considérée comme une preuve de péché par les Pharisiens. Nous notons que cela s’est passé en Décapole, une région païenne. S’agissait-il d’un autre païen que Jésus a guéri ? Dans ce cas, l’homme a été guéri grâce à la foi de ses compagnons. Nous sommes reconnaissants que la foi et l’humilité soient reconnues par Dieu et Jésus, quelle que soit notre nationalité. Ils reconnaissent si notre cœur est droit, quelle que soit notre race. Si notre cœur est droit, nous bénéficierons des bénédictions de Jérémie 33. Nous ferons partie de ce temple spirituel composé de croyants, dans lequel nous serons en communion avec Dieu. Merci à Dieu pour une si grande espérance !Août

Le 13 Août

Après l’achèvement du magnifique temple, Salomon apporte maintenant l’arche au nouveau lieu dans 1 Rois 8. Dieu était manifestement satisfait de ce qui s’était passé, car “la gloire de l’Éternel remplissait le temple”, verset 10-11. Salomon et le peuple ont un respect total pour ce qu’ils font, comme en témoignent les sacrifices qu’ils font pendant que l’arche est déplacée (versets 3-5). Ce même respect est témoigné à son père David lorsque Salomon reconnaît l’importance de tout ce qu’il fait, versets 14-21. Il a reconnu la signification de l’arche et le fait qu’elle symbolisait la présence de Dieu avec eux. La prière de Salomon lors de la dédicace du temple nous rappelle quelques leçons pour aujourd’hui. Salomon prie pour que lui et le peuple “continuent de tout cœur dans la voie de Dieu”, verset 23, ce qui signifie que nous devons faire de notre mieux pour faire ce que Dieu veut que nous fassions, c’est une promesse que nous avons faite lorsque nous avons été baptisés. Salomon reconnaît que la faveur de Dieu et sa propre promesse sont conditionnelles (verset 25), ce qui signifie que Dieu veillera à ce que le royaume d’Israël perdure s’ils obéissent. Salomon reconnaît également que des erreurs et des péchés peuvent se produire, mais il sait que lui et le peuple doivent se repentir, versets 33, 35 et 48, car il sait que personne n’est parfait, verset 46. Le repentir est important pour nous aussi, nous péchons tous, nous devons essayer de ne pas le faire, mais lorsque nous le faisons, nous devons reconnaître que nous avons péché et nous repentir, c’est-à-dire changer ce que nous avons fait et aller dans la direction opposée. Alors Dieu pardonnera, 39 et 50. Salomon s’est assuré que tous les gens entendent les leçons importantes des versets 56 à 61, il a reconnu que Dieu a tenu ses promesses (56), il a dit que Dieu nous aiderait à nous repentir (58) mais il nous rappelle à tous quelle doit être notre attitude (61). Nos cœurs doivent être “entièrement engagés” envers Dieu et nous devons “vivre selon ses commandements et y obéir”. Malheureusement, les Juifs ne l’ont pas fait et Jérémie poursuit avec les conséquences de cette rébellion et de la rupture du contrat qu’ils (et nous) ont passé avec Dieu, versets 17-20. Ce “passage entre les morceaux de veau” est un contrat – cela s’est produit pour la première fois en Genèse 15 et c’était un contrat ou une alliance avec Dieu. Si nous faisons de notre mieux pour suivre Dieu, il fera ce qu’il a promis, si nous ne lui obéissons pas, il appliquera son châtiment. Salomon a dit que le peuple devait être “entier” et cet exemple dans Jérémie nous montre ce que signifie “tiède”. Ils ont accepté de suivre les ordres de Dieu et de libérer leurs compatriotes juifs qui étaient devenus temporairement esclaves de leurs compatriotes. La loi le permettait, mais ils devaient tous être libérés au bout de six ans (verset 14). Cependant, après que le peuple les ait libérés, ils sont redevenus des esclaves (verset 11). Ils s’étaient repentis, verset 15, mais Dieu n’a pas apprécié qu’ils changent à nouveau d’avis, verset 16. Ils ont “profané” le nom de Dieu, c’est-à-dire qu’ils n’avaient aucun respect, et Dieu les a punis davantage (verset 17). Dieu leur a montré une autre liberté. Dans la lecture d’hier, il y avait des versets importants qui pointaient vers la promesse de Jésus, Jérémie 33:15-16, et Dieu merci, nous avons Jésus, car si nous continuons à pécher, nous pouvons être pardonnés en Jésus, qui est notre seul espoir. Oui, nous devons essayer, mais nous échouons, mais les mêmes règles pieuses s’appliquent et lorsque nous nous repentons, nous sommes pardonnés. Marc 8 nous rappelle combien nous sommes oublieux et combien nous oublions souvent les bonnes choses qui ont été faites pour nous, par exemple les disciples, versets 17-21 – nous avons besoin des rappels de Jésus pour nous aider à nous souvenir, et nous obtenons ces rappels en lisant, en discutant et en priant. Jésus dit aux disciples et à la foule qu’ils doivent changer leur vie s’ils veulent suivre Jésus, verset 34-38. Comme Salomon l’a dit dans sa prière, nous devons changer notre mode de vie naturel et mettre Dieu au premier plan, nous devons essentiellement changer la façon dont nous vivons naturellement notre vie, car nous la perdrons de toute façon à notre mort, mais si nous changeons notre vie et la consacrons à Jésus, nous la sauverons à notre résurrection. Ce que Jésus veut dire ici, c’est qu’il ne sert à rien de vivre notre vie maintenant pour gagner autant que possible, que ce soit de l’argent, du pouvoir ou des terres, sans Dieu et Jésus dans nos vies, pour ensuite perdre cette opportunité lorsque Jésus reviendra. Notre seul espoir est en Jésus, nous devons donc agir comme Jésus et essayer d’être honnêtes et pieux dans tout ce que nous faisons. L’un des problèmes des gens dont nous avons parlé dans l’Ancien Testament était qu’ils faisaient semblant et essayaient de faire les mêmes choses que les gens autour d’eux, par exemple leur culte. Si nous avons “honte” ou rejetons les paroles de Dieu et de Jésus maintenant et faisons semblant, alors quand Jésus reviendra, il aura “honte” de nous. Nous avons une promesse et un avenir merveilleux, alors soyons sincères dans notre façon de suivre Dieu et Jésus. Août

Le 14 Août

Nous dépendons tellement de la grâce de Dieu qu’elle signifie que nous pouvons avoir le pardon et une vie promise dans le royaume de Dieu, même si nous ne le méritons pas. La quantité de grâce que Dieu nous accorde est démontrée par la mort et la résurrection de Jésus. Nous en sommes très reconnaissants, car sans cette grâce, nous n’avons pas d’espoir, car nous sommes tellement pécheurs et devons toujours nous repentir. Dieu reste cependant le même, et à cause de la grâce, il attend de nous que nous fassions de notre mieux pour lui obéir, comme le montre une fois de plus la réponse de Dieu à la prière de Salomon. Dieu ne cesse de répéter ces leçons et indique clairement que sa grâce et sa miséricorde exigent une réponse de notre part, sinon il y a des conséquences. 1Rois9:4-5 Dieu est clair : “si” Salomon et ses descendants “marchent dans les voies de Dieu”, ils seront bénis, dans le cas de Salomon avec un descendant sur le trône et dans notre cas avec une place dans le royaume. Cependant, si “toi ou tes fils vous vous détournez”, versets 6-9, Dieu “retranchera” les descendants et le peuple du pays, “parce qu’ils ont abandonné l’Éternel”. Malheureusement, c’est exactement ce qui s’est passé, comme le montre la suite de la lecture de Jérémie, qui nous raconte comment ils ont été “retranchés” et Jérusalem détruite. La leçon que nous voyons immédiatement est que les êtres humains rejettent si facilement Dieu, c’est pourquoi nous avons besoin de rappels constants et c’est pourquoi nous avons besoin de Jésus. Le pouvoir de Salomon s’est accru et, à ce stade, Salomon a marché avec Dieu, mais lui aussi a laissé sa richesse s’interposer entre lui et Dieu. En Jérémie 35, nous avons une leçon à tirer de l’exemple des Récabites, que Dieu a utilisés comme exemple pour le peuple qui s’est rebellé contre lui. Les Récabites se sont tenus aux principes de leur famille, verset 6-11. Ils ne buvaient jamais d’alcool, ils ne possédaient ni terre ni maison et tous les descendants se sont tenus à ce principe. Dieu n’a pas exigé qu’ils fassent cela, mais ils ont décidé que c’était la bonne chose à faire et ils s’y sont tenus et Dieu utilise cet exemple pour contraster avec les Juifs qui se sont rebellés contre Dieu. Dieu voulait qu’ils et nous apprenions une leçon des Récabites, verset 13. Les versets 14 à 17 disent à plusieurs reprises que le peuple n’a pas écouté, bien que Dieu ait envoyé des prophètes à plusieurs reprises pour les amener à se repentir (versets 14-15 et 17). C’est une grande leçon pour nous, non pas que Dieu ne veuille pas que nous ayons des champs et des maisons, mais nous devons vivre comme si nous ne les avions pas, en d’autres termes nous ne devons pas compter sur nos maisons et nos champs plus que nous ne comptons sur Dieu, nous devons les garder en perspective. Nous devons aussi apprendre que nous nous sommes engagés envers Dieu et que nous avons promis de le suivre et de lui obéir, donc la leçon des Récabites est que nous devons avoir le même engagement envers la promesse que nous avons faite lorsque nous avons été baptisés. Dans Marc 9, nous lisons que les disciples se disputent entre eux pour savoir qui est le plus grand, verset 33-37. Les disciples auraient dû être humbles dans tout ce qu’ils faisaient, et ne pas essayer de dire que l’un était meilleur que l’autre. Le seul chef que nous ayons est Jésus, nous sommes donc tous égaux dans la manière dont nous devons nous considérer les uns les autres, nous devons faire passer les autres avant nous-mêmes. La démonstration que Jésus a faite à l’enfant est la façon dont nous devrions accueillir tout le monde, nous devrions prendre soin de tout le monde et ne pas penser que nous sommes plus grands ! Jésus tient tellement à ce que nous ne nous poussions pas les uns les autres à pécher qu’il propose une série d’actions très radicales auxquelles nous devrions penser lorsque nous réfléchissons à la manière dont nous péchons : versets 42-48. Il est évident que ce texte n’est pas destiné à être littéral, mais il montre à quel point nous devrions considérer le péché comme grave et à quel point nous devrions nous efforcer de le prévenir – peut-être les Récabites ont-ils pensé que le fait d’avoir des terres et des maisons était un déclencheur d’orgueil, la boisson leur aurait rendu l’esprit confus, et ils ont donc décidé de s’abstenir. Les disciples, parce qu’ils étaient fiers des choses dans lesquelles ils étaient impliqués, ont péché. Jésus dit donc que si vous volez, par exemple, vous devez prendre des mesures drastiques pour arrêter ; si vous entrez dans des péchés, par exemple dans un bar pour vous enivrer, vous devez prendre des mesures drastiques pour arrêter ; si vous continuez à regarder d’autres choses ou d’autres personnes pour les convoiter, vous devez prendre des mesures drastiques pour arrêter de regarder ! Ce que Jésus semble vouloir dire, c’est que si vous continuez à faire ces mauvaises choses, vous finirez par être détruit, vous renoncerez à la vie dans le royaume qui nous a été promise. Nous devons donc faire de notre mieux pour changer afin de pouvoir faire partie de cette vie promise. Dieu veut que nous soyons dans le royaume, c’est pourquoi il nous a donné tant d’avertissements pour essayer de changer et d’agir davantage comme Jésus dans tout ce que nous faisons. Août.

Le 15 Août

Dans la première lecture d’aujourd’hui, 1 Rois 10, nous voyons le roi Salomon montrer et partager la sagesse qu’il tient de Dieu et les choses qu’il possède – il en attribue manifestement le mérite à Dieu, car la reine de Saba a reconnu et loué Dieu, 1 et 9. Elle a également vu que parce que Salomon était pieux et heureux, ceux qui travaillaient pour lui étaient également heureux, verset 8. C’est une leçon pour nous aussi – que si nous sommes aussi pieux et confiants et que nous faisons de notre mieux, nous pouvons être heureux et ce bonheur sera également transmis aux autres. Le chapitre nous apprend également combien Salomon était riche et parce que Salomon a demandé à Dieu la sagesse avant toute chose, Dieu a béni Salomon avec ces choses, de sorte que toute la nation, le peuple de Dieu, en a bénéficié et a été heureuse ! À ce stade, Salomon a bien utilisé cette grande réputation et ces richesses. Cependant, lorsque nous arrivons à Jérémie 36, le roi du peuple de Dieu avait un mépris total pour Dieu et les choses qu’il représentait. Il avait tellement de mépris envers Dieu qu’il a brûlé les choses qu’on lui disait, versets 23-25, et qu’il a essayé de capturer Jérémie et Baruch, verset 26. Non seulement Dieu les a protégés, mais il a aussi remarqué ce que le roi avait fait, versets 30-31. La “méchanceté” à laquelle Dieu fait référence ici semble inclure le mépris total que le roi et ses fonctionnaires avaient pour Dieu et ses commandements. Il est clair que nous devons écouter ce que Dieu veut, nous devons le respecter et nous devons essayer de faire ce qu’il dit. Il est clair que nous devons faire l’effort de suivre Dieu. Dieu sait que nous trouvons cela difficile et que nous avons besoin d’être rappelés, c’est pourquoi il a continué à envoyer Jérémie pour le rappeler au peuple ; le but de ces rappels était d’essayer d’amener le peuple à se repentir, verset 3. Ces rappels avaient pour but d’amener le peuple à se repentir (verset 3). Cela démontre la patience de Dieu qui, même à ce stade avancé, pardonne et n’inflige pas le châtiment qu’il avait promis. Dieu le répète encore au verset 7 – il veut qu’ils se détournent de leurs mauvaises voies. Malheureusement, les gens faisaient semblant – ils venaient au temple, verset 6, et semblaient donc encore adorer Dieu, mais il était clair qu’ils n’étaient pas sérieux, et cela doit être une leçon et un avertissement pour nous aussi. Nous devons respecter Dieu et ce qu’il dit, la rédaction de tous les avertissements de Jérémie a pris au moins un an, elle a commencé la 4ème année de Jékoiakim, verset 1, et s’est terminée la 5ème année, verset 9, donc c’est la même chose que pour toute la Bible pour nous, nous devons respecter et essayer de faire ce qu’elle dit. Jérémie et Baruch ont certainement respecté les paroles de Dieu, c’était un effort pour eux d’achever ce travail, une partie du peuple l’a respecté car ils sont allés volontairement en captivité et certains des responsables religieux l’ont respecté, verset 11-15 et 25. Nous devrions faire de même. Salomon l’a fait à l’étape de sa vie que nous lisons et il a transmis ce respect à ses compatriotes et à la reine de Saba. Notre troisième lecture en Marc 10 donne les enseignements de Jésus sur certains problèmes très humains que nous rencontrons tous, si ce n’est que nous en faisons l’expérience, et qui, si les rois dont nous venons de parler les avaient suivis, les auraient aidés à rester pieux. Le divorce ou le fait de prendre d’autres épouses, ou d’autres maris s’il s’agit d’une femme, est un problème que nous rencontrons tous. Jésus est clair sur l’enseignement de la Bible, verset 6-9, l’homme ne doit avoir qu’une seule femme, de même la femme ne doit avoir qu’un seul mari, quand ils sont “unis” ils sont une seule chair et ils ne doivent pas être “séparés”. C’est l’idéal, et c’est donc ce que nous devrions essayer d’atteindre. Jésus leur rappelle que ce n’est qu’à cause de la dureté de leur cœur que la loi de Moïse prévoyait la possibilité de divorcer (Dt 24,1-4), verset 4-5, et que nous devrions nous aussi essayer d’obéir à Dieu et de prendre le mariage au sérieux. Le mariage est utilisé par Dieu comme un modèle dans la Bible pour montrer son peuple et pour montrer aussi Jésus comme le mari ; et l’église est représentée par la femme – c’est un modèle sérieux dans la Bible. Jésus l’explique clairement aux disciples plus tard, aux versets 10-12 – il est clair que si quelqu’un divorce de sa femme ou en épouse une autre, il commet un adultère. Le jeune homme riche du verset 17 demande comment il peut “hériter de la vie éternelle” et Jésus répond par la liste des versets 21, et cet homme les a tous obtenus. Mais Jésus a identifié quelque chose dans sa vie qui l’empêchait de suivre, il s’est confié à sa richesse, verset 21-22. Il est important de se rappeler que les disciples, qui avaient tout quitté pour suivre Jésus (28), ont également été surpris par la réponse de Jésus, car ils ont demandé “comment peut-on être sauvé”, versets 24 et 26. Jésus a reconnu que cela était impossible sans Dieu, verset 27. La leçon à tirer ici est que nous devons avoir les bonnes priorités dans nos vies, notre confiance doit être en Dieu et non en quelque chose d’autre qui pourrait le remplacer. Notre priorité doit toujours être le Royaume, verset 29-31. Le récit intéressant de ce chapitre est que l’aveugle Bartimée, versets 46-52, n’avait rien et ce qu’il avait, il l’a jeté pour suivre Jésus, verset 50, notre attitude devrait être la même : il a mis Jésus en premier ! Il ne nous est pas demandé de nous débarrasser de tout, car Salomon avait évidemment des richesses, mais nous ne devons pas nous y fier et nous devons aussi partager ce que nous avons. L’autre leçon de ce chapitre est ce que nous tirons de la demande de Jacques et Jean, au verset 37. Premièrement, Jésus dit que ce n’est pas à lui de donner, verset 40, et deuxièmement, il enseigne que tous les disciples, et nous aussi, devons être des serviteurs, verset 42-45, nous ne devons pas vouloir des places “spéciales”, ni être jaloux de ceux qui ont des places “spéciales”, mais nous devons tous être des “serviteurs”. Nous devrions tous nous rappeler aussi que nos demandes ou nos actions peuvent avoir un impact négatif sur les autres, verset 41. La demande de Jacques et Jean était peut-être pieuse, mais elle a provoqué une rupture entre les autres disciples. Les leçons à tirer des lectures de ce jour sont le respect, la confiance et le suivi de Jésus, parce que Jésus est mort pour nous (versets 33-34) et que sa résurrection signifie que si nous avons confiance et faisons de notre mieux, nous avons cette merveilleuse vie promise. Août.

Le 16 Août

C’est une lecture très triste pour nous aujourd’hui dans 1Rois11, malheureusement Salomon a fait toutes les choses mauvaises dont Dieu a averti dans Deutéronome 17:14-20. Il est très révélateur que les choses qui ont égaré Salomon étaient les choses humaines qu’il a accumulées pour démontrer sa domination et sa richesse, il a permis à ces choses de s’interposer entre lui et Dieu, verset 1-8. Malgré la sagesse qu’il avait demandée, il ne l’a pas utilisée à bon escient et les choses qu’il a faites sont décrites comme “mauvaises” (verset 6). L’avertissement/leçon que nous en tirons pour nous-mêmes est que Salomon ne s’est pas “entièrement consacré” à Dieu (verset 4). Nous devrions essayer d’être “entièrement dévoués” à Dieu et à toutes ses voies, sinon nous nous détournerons nous aussi et ferons le mal et n’observerons pas “les commandements du Seigneur”, ce qui mettra Dieu en colère contre nous comme il l’a fait avec Salomon (verset 9-11). Dieu est apparu deux fois à Salomon et, malgré cela, il s’est quand même détourné, a eu une mauvaise “attitude” et n’a pas respecté les commandements de Dieu. Il y a eu des conséquences et Dieu a suscité des adversaires qui se sont opposés à Salomon, versets 14, 23 et 27. La mauvaise attitude de Salomon l’a également poussé à aller à l’encontre de ce que Dieu avait dit en essayant de tuer Jéroboam après avoir appris que celui-ci devait prendre Israël de la lignée familiale de Salomon (verset 40). Il s’agit là d’un geste tout à fait humain de la part de Salomon, puisqu’il a essayé de changer ce que Dieu avait dit qu’il arriverait, ce qui n’est pas possible. Salomon s’est détourné de Dieu et il y a eu des conséquences, le royaume de Salomon a été divisé. L’une des leçons que Salomon a oublié est l’orgueil, Deut 17:20 dit à un roi, ou à toute personne dans une position de responsabilité, qu’ils ne doivent pas se considérer comme étant au-dessus de leur prochain, Salomon est devenu fier et il a péché. L’orgueil et l’arrogance ont affecté le roi Sédécias, le dernier roi de Juda, dans Jérémie 37 il “n’a pas prêté attention” à ce que Jérémie disait, verset 2. Il avait également une mauvaise attitude car même s’il n’écoutait pas Jérémie et donc Dieu, il s’attendait quand même à ce que Jérémie prie pour lui et Jérusalem, verset 3. Il a également aidé Jérémie à la fin du chapitre, au verset 21, essayant peut-être de changer le résultat que Dieu avait annoncé, mais comme dans le cas de Salomon, il était trop tard. Le roi Sédécias et le peuple ont fait ce qu’ils voulaient, mais ils attendaient toujours l’aide de Dieu. Salomon a fait ce qu’il voulait à la fin de sa vie et a été déçu que le royaume soit arraché à sa famille. La grande leçon est que nous devons respecter Dieu et tout ce qu’il dit. Dans la lecture du livre des Rois aujourd’hui et dans les lectures récentes de Jérémie, Dieu a promis que, pour l’amour de David, il ne couperait pas totalement Juda et Israël pour toujours, et la promesse du retour de Jésus est la partie principale de cette promesse. Dans Marc 11, le peuple accueille Jésus comme roi (versets 9-10). Le plan de Dieu ne prévoyait pas que cela se produise à ce moment-là, car Jésus devait être tué puis ressuscité pour que nous puissions tous en bénéficier aujourd’hui. Il est cependant triste de constater que les chefs religieux d’Israël continuent de se rebeller contre Dieu, malgré tout ce qu’il a fait pour eux dans le passé ; ils n’ont pas tiré les leçons de leur histoire ni des prophètes comme Jérémie. Jésus a visité le temple (verset 11) et a vu toutes les mauvaises choses qui s’y passaient. Comme il était tard lors de cette visite, il est revenu le jour suivant (versets 15-17) et a totalement nettoyé la zone du temple. Les gens avaient une mauvaise attitude – ils faisaient de l’argent avec leur culte de Dieu, ils faisaient semblant, comme nous l’avons vu dans Jérémie et dans Rois. Ce n’est pas ce que Dieu veut, nous ne devons pas “faire” de notre culte chrétien, qu’il s’agisse d’argent ou de pouvoir, c’est clairement mauvais et Jésus réprimande les gens en les traitant de “voleurs”. C’est une leçon évidente pour nous aussi, nous ne devons pas être accusés de “voleurs” par Jésus ! Jésus condamne également les chefs qui ne conduisent pas le peuple de la bonne manière. C’est ce que montre le récit du figuier, aux versets 12-14. Le figuier est souvent utilisé comme un symbole des Juifs dans la Bible et Jésus cherchait des fruits, c’est-à-dire de bonnes œuvres, et il n’a rien trouvé, aussi a-t-il dit à l’arbre que personne n’y trouverait plus de fruits. Les versets 20-21 sont une démonstration graphique de la fin du figuier, qui symbolise la fin de la religion juive, remplacée par Jésus. Nous devons suivre Dieu, comme l’a fait Jésus, nous échouerons, mais la fidélité à Jésus et à Dieu nous conduira au royaume (versets 22-25). Nous avons le pardon de Dieu, donc nous devons pardonner à ceux qui ont péché contre nous ! Août

Le 17 Août

1Kings12 nous raconte comment Israël a été divisé en 2, c’est-à-dire Juda et Israël. Le fils de Salomon, Roboam, fut le roi de Juda (2 tribus Juda et Benjamin) et Jéroboam devint le roi d’Israël (10 tribus). A partir de maintenant, dans l’histoire des rois, tous les rois d’Israël étaient mauvais et impies, seuls certains rois de Juda étaient pieux, nous pouvons tirer des leçons de tous ces rois. Dans ce chapitre, nous voyons Jéroboam rejeter immédiatement le conseil de Dieu donné dans 1Rois11:38. Il a créé d’autres lieux de culte à Béthel et à Dan, verset 28-33, et en faisant cela, il a ” fait pécher Israël ” ; nous lirons souvent cette phrase au fur et à mesure que nous progresserons dans les Rois. Jéroboam a désobéi et rejeté Dieu. Le verset 26 montre qu’il craignait de perdre son pouvoir si le peuple allait se prosterner à Jérusalem en Judée. Le verset 28 indique également qu’il trouvait que c’était un trop grand engagement d’aller à Jérusalem pour adorer, alors il a changé ce que Dieu voulait pour se faciliter la tâche. Nous devrions également faire attention à ne pas changer les choses juste pour nous faciliter la vie, nous devons toujours être sûrs de ce que Dieu veut que nous fassions et travailler les uns avec les autres pour faire les bonnes choses. Dieu était très critique à l’égard des actions de Jéroboam. La scission du royaume est la conséquence des actions de Salomon qui s’est détourné de Dieu, ce qui nous est confirmé au verset 15. Roboam, le fils de Salomon, a montré son orgueil en essayant de rendre les tâches plus difficiles pour le peuple d’Israël, verset 12-14, il avait écouté les conseils imprudents des jeunes conseillers, mais nous voyons Dieu agir à travers son orgueil. Son erreur a fait naître l’humilité et il a écouté Dieu au verset 22-24 et n’a pas attaqué ses frères en Israël. C’est la triste scission du grand royaume d’Israël, tout cela parce que le peuple n’a pas écouté et obéi à Dieu. Sédécias devint le dernier roi de Juda et Jérémie 38 montre à quel point il était devenu faible et comment il n’écoutait toujours pas Jérémie et les paroles de Dieu, il ne s’est pas opposé à ses fonctionnaires qui voulaient tuer Jérémie, verset 4-5 et il ne voulait pas non plus qu’ils sachent qu’il avait parlé à Jérémie, verset 24-26. En revanche, Ebed Melech a aidé et pris soin de Jérémie, versets 7 et 12. Il a fait des efforts pour faire preuve de bonté, il a probablement mis sa propre vie en danger en le faisant, mais il était prêt à la donner pour aider les autres, il n’était pas seulement intéressé par sa propre sécurité et prospérité. Jérémie a souffert pour avoir fait le travail de Dieu, dans ce chapitre nous lisons qu’il a été mis dans une citerne, verset 6, je pense que c’est une latrine à fosse ! Dieu se sert des actions des autres pour réaliser son dessein, Ebed-Melech a sauvé Jérémie et les actions de Roboam ont déclenché la division d’Israël. Marc 12 commence par la parabole des locataires, aux versets 1 à 11, qui montre comment Dieu (le propriétaire du terrain) a envoyé des serviteurs (les prophètes) aux locataires (les rois, les prêtres et le peuple d’Israël) pour recueillir les fruits (les œuvres pieuses). Nous lisons comment ces prophètes ont été maltraités (comme Jérémie) et tués et comment ils n’ont pas respecté et finalement tué son fils (Jésus) et le propriétaire (Dieu) tue ces locataires (les Juifs) et donne la terre à d’autres (les disciples de Jésus). Il s’agit d’un résumé dramatique de tout ce que nous avons lu jusqu’à présent dans l’Ancien Testament, qui concrétise le message que nous avons reçu parce que nous avons eu la possibilité d’obéir à Dieu et d’accepter Jésus ! Les chefs juifs ne cherchaient qu’à tromper Jésus et à se moquer de la résurrection, ils se rebellaient contre Dieu. La plus grande leçon que nous pouvons tirer est ce que Jésus a dit à l’un des maîtres de la loi qui lui a posé une question, au verset 28. Jésus a dit d’”aimer Dieu de tout son cœur, de toute son âme, de tout son esprit et de toute sa force” et d’aimer aussi son prochain, aux versets 29-31. Jésus insiste à nouveau sur le fait que nous devons toujours faire de notre mieux, nous ne pouvons pas faire semblant comme Jéroboam en créant de faux dieux ou comme Sédécias en parlant secrètement à Jérémie, nous devons ouvertement aimer Dieu et donner le bon exemple en agissant comme Jésus et en aimant notre prochain. Le christianisme n’est pas une question d’orgueil et de pouvoir, comme les pharisiens essayaient de l’obtenir, verset 38-40 – nous devons aussi faire attention, sinon nous risquons d’être “punis très sévèrement” nous aussi. Le christianisme consiste à donner tout ce que nous avons, comme l’offrande de la veuve, verset 41-44. Les riches qui ont donné de l’argent en avaient encore beaucoup, mais la veuve a donné son dernier shilling à Dieu, elle a fait preuve de confiance, de foi, elle a tout donné à Dieu – elle avait la bonne attitude. C’est aimer Dieu de tout son cœur, de toute son âme, de tout son esprit et de toute sa force et aimer son prochain comme elle-même ! On ne lui a pas demandé de donner, elle a volontairement donné à Dieu. Alors, que voient les autres en nous ? Est-ce qu’ils voient la veuve qui a tout donné ? Ou voient-ils le prétendu chrétien qui aime être salué sur la place du marché et qui aime les places importantes ? Août.

Le 18 Août

La parole du Seigneur est vraiment merveilleuse. Les mots viennent de Dieu et sont donnés à l’humanité pour une seule raison. . le salut. “La parole du Seigneur” est mentionnée plusieurs fois dans notre première lecture 1 Rois 13 et nous pouvons voir comment chaque individu a réagi à cette parole…. JEROBOAM – Par la parole du Seigneur, Jéroboam a appris que Dieu l’avait choisi pour être roi à cause de la désobéissance et de l’idolâtrie de Salomon (1Rois 11). Mais Jéroboam a également désobéi à cette parole et a créé ses propres “dieux” (1Rois12). Dans le chapitre d’aujourd’hui, Dieu rappelle à Jéroboam que le Seigneur Dieu règne sur les royaumes des hommes, à la fois dans le présent et dans l’avenir (et même dans l’éternité) et que Jéroboam n’avait aucune autorité, sauf celle que lui avait donnée Dieu. La réponse de Jéroboam n’était qu’égoïste, il n’avait aucune pensée pour Dieu, tout ce qu’il voulait était que sa main frappée soit restaurée, pas de confession, pas de souhait de pardon, pas de retournement de sa mauvaise voie,… comparez avec l’esprit de David dans le Psaume 51 ! !! Quel esprit avons-nous, David ou Jéroboam ? “Un homme de Dieu” (v1) Un autre homme choisi par Dieu, envoyé dans un pays et un roi hostiles, pour proclamer la parole de Dieu. Il a été fidèle à cette parole face à Jéroboam, mais ne l’a pas été lorsqu’il s’est “reposé” et a cru sa tâche accomplie. Peut-être qu’à cause de la faim et de la soif, les paroles du faux prophète étaient plus attrayantes que la parole du Seigneur, et ainsi il a cru à un mensonge. Nous aussi, nous devons être sur nos gardes, il y a des faux prophètes, nous devons “éprouver les esprits”, et surtout nous ne devons jamais, jamais, justifier la désobéissance. Vieux prophète il semblerait qu’il croyait que le Seigneur avait travaillé à travers l’homme de Dieu et il voulait entendre plus de cette parole. Il a même dit un mensonge afin d’entendre plus de cette parole. Pourquoi n’a-t-il pas dit “Puis-je rester avec vous pour entendre davantage la parole de Dieu ? “Je crois que le vieux prophète voulait entendre, mais pas suivre… il cherchait la connaissance académique au lieu de chercher à être changé par cette parole. Est-ce que nous nous contentons de lire la parole du Seigneur ? Il vaut mieux écouter cette parole et être “transformé par le renouvellement de l’intelligence” Rom 12:1-2. 2ème lecture Jérémie 39 : Tout ce que Dieu a dit par Jérémie s’est passé exactement comme il l’avait dit. Quand Dieu nous dit ce qui va arriver dans le futur, il le pense, et cela arrivera, que l’humanité le veuille ou non. Ce thème est présent dès le début dans la Genèse 1 “et Dieu dit… et il en fut ainsi”. Le monde est dans la tourmente, sans vision et avec très peu d’espoir, mais le Seigneur nous a promis un roi juste et équitable. Et il ne nous a laissé aucun doute sur son identité. JÉSUS. Nous pouvons écouter Jésus… quelle bonne raison de rendre grâce à Dieu pour sa parole. Dans Marc 13:4, quatre disciples demandent à Jésus : “Dis-nous, quand ces choses arriveront-elles ?”. Jésus prophétise de nombreux événements, et certains se sont déjà produits. Il ne nous laisse aucun doute : il reviendra pour régner sur le monde dans la paix et la justice. Cependant, il ne nous dit pas QUAND. Au lieu de se préoccuper du “quand”, le souci de Jésus est que nous soyons prêts quand il viendra. Verset 5 : ” Veillez à ce que personne ne vous trompe ” v 21-23 ” De faux Christs et de faux prophètes apparaîtront … alors soyez sur vos gardes ” v33 ” Soyez sur vos gardes, soyez vigilants ” v6 ” Ne vous alarmez pas ” – concernant les événements dans le monde v13 ” Celui qui tiendra bon jusqu’à la fin sera sauvé “. Ces instructions de Jésus sont plus importantes que les “signes” de sa venue. C’est pourquoi, mes frères et sœurs, restez fidèles, soyez sur vos gardes, et ne craignez pas car le Seigneur est proche. Août.

Le 19 Août

Dans 1Rois 14, nous avons des gens qui prétendent faire des choses différentes, mais Dieu voit toujours quelle est la vérité. Jéroboam, roi d’Israël, a demandé à sa femme de se faire passer pour quelqu’un d’autre afin d’interroger le prophète Ahija au sujet de son fils malade, verset 1-4. Elle l’a fait, mais Dieu sait tout, rien ne lui est caché, il n’y a rien qu’il ne sache pas – nous devons nous en souvenir dans notre vie quotidienne – Dieu (et Jésus) sait exactement ce que nous faisons. Dieu dit à Achija d’attendre la femme de Jéroboam (verset 5) et lorsqu’elle arrive, il la défie immédiatement (verset 6) : ” Pourquoi cette comédie ? Non seulement Achija a dit que leur fils allait mourir (versets 12-13), mais il a également prophétisé contre Jéroboam et sa famille parce qu’il était “mauvais” (versets 9 et 15-16). C’est une chose terrible que Jéroboam a faite, en provoquant le péché d’Israël. La leçon à tirer pour nous, les anciens, est que nous avons l’énorme responsabilité d’encourager tous nos frères et sœurs dans la bonne voie, c’est-à-dire d’essayer de faire ce que Dieu veut, si nous ne sommes pas de bons exemples, nous ne pouvons que nous attendre au déplaisir de Dieu. L’autre personne qui a fait semblant était Roboam, le fils de Salomon et roi de Juda, pendant son règne Juda a aussi fait le mal et remplacé Dieu, verset 22-24. Dieu ne les a pas protégés lorsque le roi d’Égypte a attaqué et emporté les trésors du temple et du palais, 26. Roboam a prétendu adorer Dieu en allant au “temple du Seigneur”, verset 28, alors qu’il adorait aussi sur les “hauts lieux”, ce qui faisait partie des “pratiques détestables” des nations environnantes. Dieu attend de nous que nous l’adorions de tout notre cœur, de toute notre âme, de toute notre force et de tout notre esprit et que nous ne fassions pas semblant, car il le sait ! Il y a 2 exemples dans Jérémie 39 de la façon dont Dieu a protégé ceux qui ont fait confiance en lui et n’ont pas fait semblant, Jérémie lui-même a été protégé par les Babyloniens, verset 12-14 et aussi Ebed-Melech. Ebed-Melech a respecté Dieu, il a pris soin de Jérémie et l’a sauvé de la citerne (Jérémie 38) et Dieu l’a récompensé, versets 16-18. Dans notre lecture d’aujourd’hui, Jérémie 40, nous continuons avec la protection de Jérémie parce qu’il est resté fidèle à Dieu et n’a pas fait semblant, verset 4-5. Oui, Jérémie avait tout perdu, mais il avait encore sa vie et quelques provisions et maintenant la liberté et il est resté avec le peuple qui était resté dans le pays, verset 6. Il semblerait que le commandant babylonien connaissait Jérémie et parce que Jérémie a toujours agi de manière pieuse, il a gagné le respect, verset 2-3 ; même s’il était un “ennemi”, Jérémie a fait une telle impression sur lui que l’ennemi a respecté Dieu aussi. Leçon pour nous dans la façon dont nous vivons nos vies, gagnons-nous le respect de ceux qui ne sont pas des disciples de Dieu par les choses que nous faisons ? Dans Marc 14, il y avait aussi des gens qui “faisaient semblant”. Le grand prêtre et les maîtres de la loi cherchaient un moyen “sournois” de tuer Jésus, verset 1, mais pas pendant la fête car ils craignaient que le peuple ne se révolte, verset 2, alors ils ont “fait semblant” de tolérer Jésus. Judas aussi faisait semblant, il était l’un des disciples de Jésus et “prétendait” être l’un des leurs, en fait c’était un voleur, il voulait tirer un profit personnel de son soutien apparent à Jésus et il l’a trahi, verset 10-11. Mais rien n’était caché à Jésus (et à Dieu), il savait ce que les chefs des prêtres et les maîtres faisaient (verset 8) et il savait ce que Judas allait faire (versets 18-21). Judas a continué à faire semblant dans le jardin de Gethsémani en embrassant Jésus en signe d’amour, en signe de trahison (versets 44-46). Il savait également que Pierre le désavouerait (versets 27-31). Malgré l’insistance de Pierre à ne pas renier Jésus, il a fait semblant de ne pas le connaître (versets 66-71). La différence entre la réponse de Pierre et celle des autres qui ont fait semblant est que Pierre s’est souvenu et s’est repenti, verset 72. Comme Pierre, nous commettons tous des erreurs et agissons de manière impie, les disciples ont agi de la même manière lorsqu’ils ont tenté de résister à l’arrestation de Jésus (verset 47). Nous savons, d’après le récit du même événement en Matthieu 26:52-54, que c’était la mauvaise chose à faire, mais avec la bonne attitude et la repentance, nous sommes pardonnés et nous remercions Dieu de l’être. Nous laissons souvent tomber Jésus de la même manière que les disciples, par exemple lorsqu’ils ont continué à dormir alors que Jésus avait besoin de leur soutien, et dans le cas de Pierre, il aurait dû prier pour ne pas renier Jésus (verset 37-41). Chaque dimanche, nous devons nous concentrer sur ce que Jésus a fait pour nous afin de nous donner la confiance du pardon et du salut, et les mots des versets 22-25 doivent nous être très familiers. Jésus ne faisait pas semblant quand il a dit qu’il mourrait et ressusciterait. Le pain et le vin nous aident à nous concentrer sur le prix énorme qui a été payé pour nous afin que nous puissions être sauvés, si nous avons la bonne attitude. Le pain est un signe de son corps, et nous faisons partie de ce corps et nous reconnaissons que nous sommes mortels et que nous pécherons et mourrons sans Jésus ; le vin est un signe de son sang qu’il a volontairement donné pour nous afin que nous puissions avoir la vie – une vie immortelle lorsque Jésus reviendra, c’est un signe de communion et de joie. Dieu veut donc l’honnêteté, il veut que nous soyons sauvés et il a permis à Jésus de mourir pour que nous puissions être sauvés – il ne doit donc pas y avoir moyen de faire semblant ! Août.

Le 20 Août

La lecture de 1Rois 15 nous donne des avertissements plus pratiques ainsi que de la confiance. Abija était roi de Juda et c’était un mauvais roi, au verset 3, son cœur n’était “pas entièrement dévoué à Dieu”, en d’autres termes il faisait semblant d’être un adepte, c’était un hypocrite. Dieu nous met en garde à plusieurs reprises contre les faux-semblants et nous en avons vu de nombreux exemples dans l’Ancien Testament, ainsi que dans l’enseignement de Jésus dans le Nouveau Testament. Nous devons être entièrement dévoués à Dieu et à Jésus, si nous faisons semblant, Dieu le sait. Abija avait un bon exemple à suivre avec son arrière-grand-père, mais il ne l’a pas fait, il a suivi son père, Roboam, et a péché. Même si David a péché, il a compris plus tard ce qu’il avait fait et s’est repenti, verset 5, il y a eu des conséquences pour ce péché et cela devrait être un avertissement permanent pour nous, mais nous pouvons avoir une grande confiance dans cet exemple parce que si nous avons la bonne attitude (et Dieu sait si nous l’avons), alors quand nous péchons, nous pouvons être sûrs d’être pardonnés. La reconnaissance du péché et la repentance sont si importantes et le roi suivant, Asa, était bon et une partie de sa “bonté” consistait à reconnaître que son père, sa grand-mère et Juda avaient péché dans ce qu’ils faisaient et Dieu l’a décrit comme “faisant bien”, verset 11-13. Il a vu ce qui n’allait pas et a changé de direction, il a “expulsé” les prostitués masculins des sanctuaires, il s’est “débarrassé” des idoles et il a même “déposé” sa grand-mère à cause de ce qu’elle avait fait. C’est exactement ce que nous devrions faire dans nos vies – corriger les choses qui sont impies et mauvaises. Même si nous ne réussissons pas complètement, nous devons essayer, verset 14, l’important est que nos cœurs soient “pleinement engagés” envers Dieu. Les choses semblaient aller bien et il a pu remettre de l’argent et de l’or dans le temple, verset 15. Les erreurs passées de Juda ont eu des conséquences, la guerre en cours avec Israël par exemple, mais Asa a quand même essayé et nous devons faire de même, même lorsque nous traversons des moments difficiles, nous devons respecter le fait que Dieu est aux commandes, même si nous ne comprenons pas complètement pourquoi les choses arrivent. Je suis toujours surpris qu’Asa ne se soit pas tourné vers Dieu dans la prière lorsqu’il s’est senti menacé par Israël (verset 16-17), mais qu’il se soit plutôt tourné vers le roi de Syrie (verset 18-19), ce qui lui a coûté les objets du temple – une solution humaine à un problème humain n’est pas idéale – une autre leçon pour nous – chaque fois que nous sommes en difficulté, nous devons nous tourner vers Dieu en premier. Pendant ce temps, en Israël, nous voyons 2 rois méchants, versets 25-26 et 33-34, Nadab a été tué avec toute sa famille par Baasha, versets 28-29, ceci étant à nouveau une conséquence de Jéroboam, le père de Nadab, qui n’a pas suivi Dieu, et ce que Dieu a dit s’est produit. Israël n’avait pas de “lignée royale” ni de respect pour ses ancêtres, et donc pour Dieu, et il est très vite devenu une nation dirigée par des hommes qui se trouvaient être puissants à l’époque, et la nation faisait essentiellement ce que le roi disait. C’est une leçon pour nous aussi si nous perdons notre “héritage” pieux et n’avons pas la parole de Dieu comme guide à toujours suivre, il est donc important que nous essayions de faire continuellement ce que Dieu veut. L’étape malheureuse que nous lisons dans Jérémie 41 est un autre rappel de la façon dont les choses se dégradent lorsque Dieu est oublié et que les gens se rebellent contre lui. Les restes de la nation de Juda étaient tout ce qui restait de l’Israël unifié d’origine ; ils étaient passés de la position de puissance sous David et Salomon à un groupe de personnes engagées dans une guerre civile, tout cela à cause du péché et de la punition de Dieu. Ismaël pensait peut-être qu’il avait le droit d’être le “chef” parce qu’il était de la lignée royale (verset 1), mais il ignorait ce que Dieu avait annoncé. Gedaliah semblait être un bon chef, il respectait certainement les autres, il a en fait défendu Ismaël, (Jérémie 40:16) alors qu’il essayait de garder ensemble les gens qui restaient dans le pays. Mais Ismaël n’avait aucun respect pour qui que ce soit, il a tué Gedaliah et les Juifs qui étaient avec lui, verset 2-3, il a trompé ceux qui venaient l’adorer, verset 6-7, il a fait semblant et il a également montré sa cupidité et ses priorités pour son propre gain, verset 8 et il a réduit le peuple en esclavage, verset 10. Même en dépit de ces actions barbares et impies, nous avons un peu confiance dans la véracité de la Bible, car nous voyons une référence au roi Asa et au roi Baasha au verset 9 – une citerne qu’Asa avait construite de nombreuses années auparavant lorsqu’il combattait Baasha. Les conséquences des actions d’Ismaël se manifestent ensuite lorsque Johanan entreprend de vaincre Ismaël et ses hommes (verset 11-15) et que, malheureusement, ils entreprennent le voyage de retour en Égypte parce qu’ils craignent les conséquences des Babyloniens (verset 18). Dieu a fait sortir son peuple d’Égypte sous Moïse, il en a fait une grande nation sous David et Salomon et maintenant, à cause de leur péché et de leur impiété, ils ont l’intention de retourner en Égypte. Une leçon pour nous est d’essayer de suivre Dieu afin de “ne pas retourner en Égypte” qui, dans la Bible, est le symbole de la mort. L’impiété et la corruption de l’homme sont à nouveau démontrées dans Marc 15. Non seulement les chefs des prêtres et le peuple voulaient se débarrasser de Jésus, mais ils voulaient qu’il meure d’une mort barbare, par crucifixion (versets 13-14). Ils se sont aussi cruellement moqués de lui, versets 16-19, 20, 29 et 31-32 ; ils ont même remplacé ses vêtements, verset 20. Oui, nous savons que tout cela a été prophétisé par Dieu dans l’Ancien Testament, mais cela nous montre néanmoins à quel point les êtres humains peuvent être cruels ! Ils tuaient le roi des Juifs, l’homme qui avait du sang royal en lui, il n’y avait aucun respect pour David ni pour Dieu car les chefs religieux le condamnaient à mort et le rejetaient. Même si les Juifs se sont abaissés au point de tuer le fils de Dieu, il y a de l’espoir : le centurion, qui a vu tout cela, a reconnu Dieu et Jésus (verset 39) ; les femmes ont regardé et se sont interrogées (verset 40) et Joseph a démontré sa foi (versets 42-46). Ce qu’il y a d’étonnant dans tout cela, c’est que Dieu a fait preuve de compassion en permettant à Jésus de mourir si tôt pour lui ôter sa douleur et sa souffrance, ce qui a également détruit l’un des mensonges possibles selon lequel Jésus se serait rétabli dans le tombeau parce qu’il n’était pas vraiment mort lorsqu’il a été enlevé de la croix. Le centurion, qui n’aurait jamais commis cette erreur, a confirmé qu’il était mort. Le seul homme qui ait jamais vécu sans pécher a été tué par les chefs religieux cruels et impies parce qu’ils ne connaissaient pas vraiment Dieu, qu’ils avaient une mauvaise attitude, qu’ils ne s’intéressaient qu’à leur propre pouvoir et à leur position, qu’ils faisaient semblant ! Dieu merci, l’histoire ne s’arrête pas là, car Dieu a un plan merveilleux pour nous sauver de la mort et nous donner la vie en Jésus. Août.

Le 21 Août

1 Rois 16 est une triste séquence de mauvais rois. La dynastie de Jéroboam avait pris fin pour être remplacée par la dynastie de Baasha. Mais le problème demeurait. Israël s’était engagé à suivre les idoles. En particulier, les veaux d’or érigés par Jéroboam n’avaient pas été enlevés. Baasha était aussi mauvais que Jéroboam. Par conséquent, Baasha devait être supprimé comme Jéroboam. Dieu a envoyé un prophète à Baasha pour lui dire cela (verset 1). Nous remarquons que c’est Dieu qui a établi Baasha comme roi (verset 2), tout comme il l’avait fait pour Jéroboam. Baasha et ses hommes seront brûlés comme on brûle du fumier (verset 3 et 1 Rois 14:10). Les chiens et les oiseaux mangeront leurs cadavres, comme ils l’avaient fait pour Jéroboam (verset 4 et 1 Rois 14:11). La personne qui a porté ce jugement sur Baasha et sa famille était Zimri, qui faisait partie de son armée. Mais Zimri n’était pas meilleur et n’a duré que sept jours. Il a été tué par le commandant de l’armée, Omri. Omri devint roi à sa place et établit une dynastie de rois. Omri n’était pas meilleur que ceux qui l’avaient précédé, pas plus que son fils Achab. En fait, le roi Achab est le pire des rois qui aient existé (verset 30). Le facteur clé est son mariage avec Jézabel. Jézabel a systématiquement commencé à introduire en Israël le culte de Baal et d’Asherah à la place de Dieu. En même temps, elle persécutait ceux qui suivaient le seul vrai Dieu et tuait les prophètes de Dieu. Les choses étaient devenues si mauvaises que Dieu ne s’est pas contenté de laisser faire. Il est intervenu. Il a envoyé Élie, qui est le sujet du prochain chapitre. Jérémie 42 poursuit la description des événements qui ont suivi la défaite du royaume de Juda. Il raconte comment les chefs restants du peuple ont demandé l’avis de Dieu. Ils sont allés voir Jérémie et lui ont demandé de demander à Dieu pour eux ce qu’ils devaient faire. Ils ont fait la promesse de faire tout ce que Dieu leur conseillait par l’intermédiaire de Jérémie. Dieu n’a pas répondu pendant 10 jours. Puis il leur a donné une réponse. Ils devaient rester dans le pays d’Israël et servir le roi de Babylone (versets 7-12). S’ils font cela, ils seront bénis. Mais s’ils choisissent d’aller en Égypte pour éviter le roi de Babylone, ce sera un désastre pour eux. Le conseil que Dieu leur a donné suit le conseil de Dieu au cours des siècles qui était de ne pas retourner en Égypte (Deutéronome 17:16, Ésaïe 31:1). Le choix qu’ils devaient faire était décrit comme un choix de vie ou de mort. La vie s’ils restaient dans le pays et servaient Babylone, la mort s’ils allaient en Égypte. Le pays dans lequel nous servons Dieu aujourd’hui n’a pas d’importance. Mais nous avons toujours un choix de vie ou de mort. Obéissons-nous à Dieu et vivons-nous ? Ou désobéissons-nous, ce qui entraînerait notre mort ? Il est logique pour nous de choisir la vie et d’obéir aux commandements de Dieu. Marc 16 nous montre combien il est difficile pour les gens de croire en la résurrection. Bien que Jésus ait parlé de la résurrection à plusieurs reprises, les disciples n’y étaient pas préparés. Même s’ils avaient vu Jésus ressusciter les morts à plusieurs reprises, ils ne pensaient pas que Jésus ressusciterait. Les femmes ne s’attendaient pas à ce que Jésus ressuscite. Même lorsqu’un ange leur a annoncé qu’il était ressuscité, les femmes n’ont pas cru l’ange (verset 8). Marie-Madeleine a eu le privilège de voir la première Jésus ressuscité. Lorsqu’elle l’a annoncé aux disciples, ceux-ci n’ont pas cru (verset 11). Lorsque deux autres personnes ont témoigné de la résurrection de Jésus, les disciples ne l’ont pas cru (verset 13). Ce n’est que lorsqu’ils ont vu Jésus par eux-mêmes qu’ils ont cru. Comme il fallait s’y attendre, Jésus les a réprimandés pour ne pas avoir cru à la résurrection (verset 14). Il y avait beaucoup d’autres personnes qui ne croyaient pas en la résurrection – par exemple, les Sadducéens (Marc 12:18). Nous avons toujours le même problème aujourd’hui. Les gens ne comprennent pas l’enseignement de la résurrection. Nous devons aller leur en parler. Jésus nous a dit à tous de prêcher cette bonne nouvelle (verset 15). Notre message est que la mort ne doit pas être la fin, car il y a un espoir de vie après la mort par la résurrection des morts. Allons annoncer cette bonne nouvelle aux autres.  Août

Le 22 Août

Le déclin spirituel d’Israël a créé les raisons pour lesquelles Dieu a envoyé Élie. Il arrive soudainement dans 1 Rois 17. Sa première action semble étrange jusqu’à ce que l’on comprenne le contexte. Le contexte est qu’Achab est en train de convertir la nation d’Israël loin de Dieu et vers l’idole Baal. Baal était censé être le dieu de la météo, apportant la pluie, le vent et la foudre. Cela signifie que si les gens voulaient de la pluie, ils priaient Baal. Elie savait qu’ils ne méritaient pas la pluie. Il a donc prié Dieu d’empêcher la pluie. Ainsi, Israël apprendrait que la pluie vient de Dieu, et non de Baal. Il y avait une autre raison d’empêcher la pluie. Israël avait péché en servant des idoles. Cela a été prédit comme une raison pour laquelle ils n’auraient pas de pluie (1 Rois 8:35-36). Dieu a gardé Élie en vie pendant la famine qui a suivi. Premièrement, par la fourniture miraculeuse de pain et de viande par des corbeaux. Deuxièmement, par une veuve à Zarephath. Cette veuve était étonnante. Bien qu’elle vivait dans une région païenne, elle avait foi dans le Dieu d’Israël, ce qui est plus que la plupart des Israélites. Elle avait une foi étonnante. Elle était prête à donner à un prophète de Dieu son dernier repas avant de mourir de faim. Combien d’entre nous l’auraient fait ? Elle a été bénie avec autant de farine et d’huile qu’elle en avait besoin. Elle avait une compréhension étonnante. Elle savait que le péché entraînait la mort et elle a accepté que son péché l’entraîne dans la mort (verset 18). La mort de son fils a été une double tragédie, car elle a également entraîné la perte de son aide future pour ses vieux jours. Mais Dieu avait un but. Pour la première fois dans la Bible, quelqu’un est ressuscité des morts. Élie a ramené son fils à la vie. La veuve avait compris ce qu’étaient le péché et la mort, mais maintenant elle comprend ce qu’est la résurrection et la vie. Imaginez sa joie dans le Seigneur ! Nous pouvons aussi imaginer la joie qu’apportera la future résurrection. Jérémie a également traversé des périodes tristes. Jérémie 43 en particulier. Jérémie avait été chargé par les chefs du peuple de parler à Dieu en leur nom. Ils se sont engagés à faire tout ce que Dieu leur dirait (Jérémie 42:5-6). Pourtant, lorsque Dieu leur a donné la réponse, ils l’ont rejetée et ont traité Jérémie de menteur (Jérémie 43:2) ! Jérémie avait montré qu’il était un vrai prophète de Dieu par les paroles qu’il avait prononcées au sujet de la destruction de Jérusalem et qui s’étaient réalisées. Tous les autres faux prophètes avaient été démontrés comme étant faux. Malgré cette preuve, le peuple traite Jérémie de menteur ! Dieu a donné à Jérémie une autre prophétie pour eux, qui les a avertis du désastre. Celui qu’ils craignaient, le roi de Babylone, viendrait les trouver en Égypte et les punirait. Il semble que les chefs du peuple avaient déjà pris leur décision avant de poser la question à Jérémie. Dans leur rébellion, ils ont emmené Jérémie en Égypte avec eux. C’est une leçon sur ce qu’il ne faut pas faire. Nous ne devons pas cesser d’écouter Dieu et nous ne devons pas nous entêter à suivre notre propre voie. 1 Corinthiens commence de manière stimulante. Corinthe était proche de la capitale Athènes. La lettre à Corinthe était la lettre écrite à ceux d’une culture grecque. Les Grecs étaient préoccupés par la sagesse. Leur sagesse a été admirée et adoptée par les Romains qui l’ont répandue dans tout l’empire romain. Mais Paul dit clairement que la sagesse de ce monde est une folie (1 Corinthiens 1:20). Il y a beaucoup de sagesse grecque et romaine dans le monde d’aujourd’hui. Si Paul était là aujourd’hui, il nous dirait la même chose. La sagesse de ce monde n’est que folie et il y a une meilleure voie. C’est la sagesse de Dieu. Même la folie de Dieu est plus sage que la sagesse de l’homme (verset 25). Dieu utilise des choses qui sont considérées comme faibles par le monde pour atteindre son but. Nous le voyons dans les choix de Dieu. Il a choisi Moïse, qui était très doux et ne savait pas parler. Il a choisi des personnes faibles à l’époque des Juges pour sauver son peuple. Il a choisi Saul, de la plus petite tribu, et David, le plus petit de la famille. Et il a choisi Jésus. Le monde ne comprenait pas et n’appréciait pas Jésus. Il n’a pas compris la croix. C’est par la mort du plus humble que la victoire a été obtenue. Les Juifs aussi ont eu du mal à le voir. Ils voulaient des signes pour les convaincre (verset 22). Neanmoins, nous savons que certains Juifs et Grecs ont été convaincus. Crispus (verset 15) et Sosthène (verset 1) étaient des chefs de la synagogue qui se sont convertis (Actes 18). 1 Corinthiens 2 passe de la sagesse à l’esprit. Tout comme il y a une sagesse du monde et une sagesse de Dieu, il y a un esprit du monde et un esprit de Dieu (verset 12). L’esprit du monde est la pensée du monde et l’esprit de Dieu est la pensée de Dieu. Nous devons nous assurer que nous suivons l’esprit qui vient de Dieu et la sagesse qui vient de Dieu. Cette sagesse a été cachée à beaucoup, mais elle nous a été révélée par la Bible pour notre gloire (verset 7). Nous ne pouvons pas attendre du monde qu’il comprenne cela. La meilleure sagesse des Grecs n’est rien comparée à celle de Dieu. Il en va de même avec la sagesse d’aujourd’hui. La meilleure sagesse de l’homme d’aujourd’hui est une folie pour Dieu. Elle ne supprime pas le péché et ne produit pas la vie. Mais le Christ crucifié le fait. Suivons cette sagesse et cet esprit. Août

Le 23 Août

Dans 1 Rois 18, nous avons le grand récit de la démonstration de la seule puissance, c’est-à-dire Dieu. Abdias, dans les versets 1-15, est un grand exemple d’un fidèle disciple de Dieu qui avait des doutes naturels et craignait ce qui allait lui arriver. Mais même s’il avait des doutes, il a fait preuve de foi. Il était clairement un homme pieux avec une grande foi et un grand courage parce qu’il a caché tous ces prophètes, verset 3-4, mais quand on lui a donné la tâche de donner un message sur Elie à Achab, verset 8, il a vraiment eu peur, verset 9. Nous avons tous des doutes et des craintes, c’est une réaction naturelle aux situations, mais nous devons essayer de toujours faire confiance à Dieu. Lorsqu’Achab finit par rencontrer Élie, l’accusation qu’il porte à Élie, au verset 17, montre à quel point Achab est impie et Élie indique clairement que c’est Achab qui est le problème, au verset 18. Il avait “abandonné” Dieu en n’obéissant pas aux commandements et en suivant une idole – nous devons faire attention à ne pas fabriquer d’idoles nous aussi, par exemple des biens personnels, la sorcellerie, la culture du village, la maison, la famille, etc. C’est une leçon importante, car nous finirons par faire semblant et par être indécis sur ce que nous allons suivre, verset 21. Le peuple a atteint un point dans sa vie où il ne connaissait pas vraiment Dieu. C’est une mauvaise situation dans laquelle il faut se mettre. Quand Elie a mis en place la tâche de prouver la puissance de Dieu et la futilité des idoles, le peuple a pensé que c’était une bonne idée, verset 24. Peut-être que le peuple avait peur des autorités, peut-être que le peuple était convaincu par ses idoles, peut-être qu’il voulait vraiment une preuve que Dieu existait, mais ce que cela nous montre, c’est que le peuple avait cessé de mettre Dieu en premier – une position dangereuse ! La “démonstration” de puissance est une grande leçon pour nous, car il n’y a de puissance que dans Dieu. Élie s’est moqué du manque de réponse de Baal, verset 27, ce qui a incité les faux prophètes à crier plus fort, versets 28-29. Rien ne s’est produit, et c’est là le point essentiel, il n’y a aucune puissance en dehors de Dieu, rien ne peut le remplacer, donc nous ne devrions pas faire quoi que ce soit qui pourrait potentiellement éloigner notre temps de Dieu. Élie a rendu la tâche de créer du feu plus difficile en rendant le sacrifice humide, verset 33-35. Il a ensuite prié, verset 36-37. Il n’y avait pas de grand bruit, pas de cris, pas de danse, juste le son d’une prière respectueuse, qui reconnaissait qui était Dieu et le but de la tâche était que Dieu amène le peuple à se repentir ! Et le feu vint de Dieu et brûla tout, verset 38. Il était évident qui était le vrai Dieu et qui étaient les faux prophètes, verset 40. Tout ce qui s’oppose à Dieu sera détruit, car il n’a aucun pouvoir. Jérémie 44 souligne ce qui se passe lorsque les gens n’écoutent pas Dieu et remplacent ses exigences par la pensée humaine. Malgré la patience constante de Dieu, ils l’ont rejeté, versets 3, 5 et 8-9 – ils étaient si arrogants qu’ils ont dit qu’ils n’écouteraient pas, verset 16. C’est un rejet total de Dieu et une seule promesse leur est faite, versets 26-28. La raison est claire, verset 23, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas obéi et ont adoré les dieux de l’Égypte, l’endroit même où ils n’auraient pas dû aller. Mais c’était leur choix, verset 25, ils ont choisi de se détourner de Dieu. Mais notre choix devrait être d’essayer d’être une maison, ou un temple de Dieu, 1 Corinthiens 3:16. Chacun de nous, qui professe suivre Jésus, constitue ce “temple” et quiconque détruit une partie de ce temple sera lui-même détruit, verset 17. Ceci nous montre pourquoi Elie a détruit les faux prophètes et pourquoi Jérémie a dit que le peuple qui était allé en Egypte serait détruit, c’est parce qu’ils conduisaient les enfants de Dieu dans de mauvaises voies et les poussaient à pécher. C’est pourquoi l’enseignement de ce chapitre sur le caractère erroné de la désunion est une leçon si puissante pour nous. Il ne devrait pas y avoir de querelles dans notre communauté, versets 1-4. Paul décrit ceux qui se disputent comme étant “mondains”, ce qui signifie qu’ils pensent comme des humains et non comme Dieu, ils ne sont pas reconnus comme suivant Dieu. Nous devrions tous construire notre propre partie du temple en nous appuyant sur Jésus, verset 10-15, c’est-à-dire que nous devrions faire ce que Jésus fait. Nous devrions construire avec des pensées, des idées et des actions qui résisteront à l’épreuve du “feu” de Dieu. Au temps d’Elie, l’épreuve était le feu de Dieu, il en sera de même lorsque Jésus reviendra. Si nous faisons de notre mieux pour être comme Jésus, même si notre “bâtiment” est brûlé, nous subirons des pertes mais nous serons sauvés, c’est la grâce. Les leçons sont donc d’être humble, de suivre Dieu, d’essayer de lui plaire et de ne pas le remplacer par quoi que ce soit, verset 18-23. Août

Le 24 Août

Les émotions d’Élie dans 1 Rois 19 sont très typiques des émotions que nous traversons tous dans notre vie chrétienne. Après la fin de la sécheresse et l’expulsion des prophètes de Baal au chapitre 18, Élie devait être en pleine effervescence spirituelle, tout ce que Dieu avait annoncé était arrivé et le peuple s’était tourné vers Dieu – c’était un grand moment. Mais, comme cela arrive dans toutes nos vies, nos émotions changent complètement à cause des événements – Jézabel a juré qu’elle le tuerait et, qui plus est, elle savait où il était parce que son messager l’avait trouvé, verset 2. Ainsi, d’un point élevé, Élie s’écrase maintenant à un point bas et il court en craignant pour sa vie, verset 3. Il ne voit qu’un seul moyen de se sortir de cette situation difficile, même s’il vient de voir la puissance de Dieu ! Il veut que Dieu l’ôte de la vie (verset 4), car il s’est dit que la mort est de toute façon la meilleure chose à faire pour lui, car il reconnaît qu’il est aussi pécheur que tous ses ancêtres. Il s’endort d’épuisement, verset 5, mais Dieu est toujours là et un ange lui fournit de la nourriture pour qu’il soit fortifié, versets 5-7. C’est la leçon à tirer pour nous : peu importe à quel point nous nous sentons mal, Dieu est toujours là, il sait toujours ce qui est le mieux pour nous et peut-être avons-nous besoin de ces moments de faiblesse pour mieux voir Dieu. Versets 8-9, c’est à l’Horeb (qui est un lieu très significatif en ce qui concerne Moïse et la loi) qu’il entend Dieu, mais pas comme Elie l’aurait attendu. Dieu était dans le “doux murmure”, verset 12, Dieu n’était pas dans le vent, le tremblement de terre ou le feu, mais ceux-ci démontraient la puissance de Dieu. Il était dans le doux murmure – nous devons être silencieux pour entendre Dieu, pas fort et criant comme certaines églises, juste silencieux ! Élie présente son problème à Dieu deux fois, au verset 10 puis au verset 14, après que Dieu soit apparu dans le calme. Dieu dit à Élie qu’il y a un travail futur pour lui, un travail qui développe le travail qu’Élie a fait pour Dieu, verset 15-18 et il dit à Élie que les choses ne sont pas aussi mauvaises qu’il le pensait, il y avait 7 000 autres personnes qui sont restées entièrement pieuses. Il nous est rappelé, comme à Elie, que nous devons regarder les points positifs et nous souvenir des hauts que Dieu nous donne lorsque nous sommes au plus bas, Dieu est toujours avec nous, même si parfois nous ne le reconnaissons pas, mais il est toujours là. Il y a un message similaire à Baruch dans Jérémie 45, il est évident que le pieux Baruch souffrait à cause du jugement de Dieu sur Israël et Juda mais Dieu est clair qu’il est avec lui et qu’il s’occupera de lui, verset 5 – c’est la même chose avec nous, nous souffrons beaucoup de choses, mais si nous restons fidèles, Dieu restera avec nous et réalisera son plan ultime de vie dans le royaume. Nous ne pouvons pas attendre de Dieu qu’il change la situation dans laquelle nous nous trouvons, mais nous pouvons être sûrs que Dieu ne nous abandonnera jamais. Jérémie 46:27-28 montre cette même espérance, même s’ils ont été chassés de leur propre pays et en exil, Dieu leur a promis que leur avenir serait meilleur. Même l’Égypte, une nation impie, s’est vu promettre une reconstruction à un moment donné dans le futur (verset 26), vraisemblablement lorsqu’elle acceptera Dieu. Jusqu’à présent, le message pour nous est donc que, même dans nos pires souffrances et dans nos grandes déceptions, Dieu est toujours là, nous devons l’attendre tranquillement. 1 Corinthiens 4 nous donne un peu d’informations sur la façon dont Paul et ses compagnons ont souffert à cause de leur foi, versets 9-13, il utilise cela pour défier avec force les frères et sœurs de l’église de Corinthe parce qu’ils étaient devenus arrogants, versets 18-19, ils n’étaient pas humbles comme Paul et essayaient de s’élever au-dessus des autres et portaient des jugements sur Paul, versets 3-5, ce qui est clairement faux, versets 1-2. Paul essaie de les amener à l’imiter (versets 16-17). C’est la leçon d’humilité pour nous tous, nous devons être comme Jésus, comme Paul l’a été, Jésus a souffert pour nous sauver, Paul a souffert à cause de son allégeance à Jésus et de même nous souffrons, mais à travers toute cette souffrance nous pouvons apporter la gloire à Dieu. I Cor 5 nous dit à quel point les frères et sœurs de Corinthe étaient tombés parce qu’ils acceptaient de très mauvaises pratiques sexuelles parmi les membres et Paul dit que ce frère doit être expulsé, verset 12-13 et verset 6-8. Paul a donc utilisé ses souffrances pour ramener les membres à Dieu et à Jésus et les amener à changer leurs actions. Ainsi, parfois la souffrance est une discipline de Dieu, parfois elle nous permet de tirer des leçons et parfois elle arrive tout simplement, mais nous devrions tous considérer la souffrance comme une leçon et essayer d’en tirer des enseignements et toujours savoir que Dieu est avec nous. Août

Le 25 Août

1 ROIS 20 – un chapitre mouvementé qui montre Dieu à l’œuvre dans les royaumes des hommes. Ce sur quoi je voudrais que nous nous concentrions aujourd’hui dans cette lecture est la miséricorde et les réponses à cette miséricorde. AHAB : enregistré dans la parole de Dieu comme un roi méchant. Un roi qui s’est rendu coupable d’idolâtrie toute sa vie, et qui a persécuté et tué les prophètes du Seigneur, même si le Seigneur a été miséricordieux envers lui à plusieurs reprises. Nous voyons une fois de plus la miséricorde de Dieu envers Achab dans 1 Rois 20. Bien qu’Achab souhaite que les prophètes du Seigneur soient détruits, le Seigneur en envoie un à Achab afin qu’il connaisse la miséricorde et l’autorité du Seigneur. (versets 13, 14, 22 et 28) Achab, et tout le peuple qui l’accompagnait, risquait une mort certaine, mais grâce à la miséricorde et à la direction du Seigneur, ils ont été sauvés. Sans aucun doute, ils auraient su qu’ils avaient été sauvés par le seul vrai Dieu. Mais se sont-ils souvenus de sa miséricorde ? Cette miséricorde a-t-elle eu un effet durable ? Les a-t-elle incités à consacrer à nouveau leur vie au Dieu miséricordieux, à demander le pardon, à demander la force, à chercher à vivre avec leur Seigneur chaque jour nouveau ? Quelle valeur accordons-nous à la miséricorde de Dieu ? Ben-Hadad – Un homme qui avait une confiance totale en lui-même et en son armée. Au verset 30, nous voyons le tout puissant Ben-Hadad dépouillé de son armée, humilié et caché pour essayer d’échapper à la mort. Il reçoit un peu d’espoir de la part de ses fonctionnaires : ” Nous avons entendu dire que les rois de la maison d’Israël sont miséricordieux …. “. Peut-être qu’il épargnera ta vie ” Parce qu’Achab pouvait bénéficier d’une paix avec Ben-Hadad, il a épargné sa vie, l’a appelé son frère et a conclu un traité ” sur la base d’un traité, je te libérerai ” Achab a conclu un traité avec un roi méchant et a choisi toute sa vie d’oublier le traité que le Seigneur a conclu avec Israël et ses rois. Bien qu’Achab ait fait preuve d’une certaine clémence envers Ben-Hadad, il n’avait pas l’autorité pour le faire. C’est ce que montre le verset 38-42 où le Seigneur dit : ” Tu as libéré un homme que j’avais destiné à mourir “. Achab n’avait pas cherché à être guidé dans cette affaire et au verset 43, nous voyons la réaction d’Achab : ” Renfrogné et furieux… il s’en alla dans son palais à Samarie “… quelque chose qu’il n’aurait pas pu faire s’il n’y avait pas eu la miséricorde de Dieu peu de temps auparavant ! Alors combien de temps la miséricorde de Dieu reste-t-elle dans nos cœurs et nos esprits ? Quand nous avons été sauvés de nos dilemmes, combien de temps avant que nous choisissions de marcher seuls ? Et quand nous pensons à Jésus, il était et est toujours conscient de la miséricorde de Dieu… envers les injustes. Nous pouvons penser à Jésus uniquement au moment de la crucifixion, mais en vérité, il a vécu toute sa vie, la prédication de l’évangile, ses paroles d’encouragement, tout a été vécu pour que nous puissions connaître et voir toujours la volonté de Dieu, la miséricorde de Dieu. Dieu est miséricordieux, mais pas pour que nous continuions à pécher, mais pour que nous soyons inspirés à dire non au péché. Miséricorde et justice… jetez un coup d’œil à Exode 34, 6-7. JEREMIAH 47 – Une fois de plus, l’histoire a montré que les paroles du Seigneur étaient vraies. L’histoire et les écritures nous disent ce qui se passe, seules les écritures nous disent pourquoi. Pour ceux qui ont entendu la parole et qui ont cru en elle, il y avait de l’espoir et du réconfort. Le réconfort de savoir que, malgré les guerres et les rumeurs de guerres, le plan de Dieu s’accomplirait. Dans sa miséricorde, il veut que l’humanité cherche SON chemin de salut. Frères et sœurs, nous sommes dans un bon endroit, quand nous (comme Pierre) réalisons qu’il n’y a nulle part ailleurs où aller. “Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle” Jean 6:6-8. 1 COR 6 – L’ecclésia est destinée à être le temple du Seigneur, à la fois dans chaque individu et collectivement. La Bible et l’ecclésia sont les témoins de Dieu et de son fils Jésus. Très souvent, le monde choisit de ne regarder que l’ecclésia pour voir s’il existe vraiment une meilleure façon de vivre. Combien de fois avons-nous contredit notre foi, notre sauveur, par notre façon de vivre ? Dans les 7 premiers versets de ce chapitre, Paul pose 7 questions . Comme Jésus, Paul leur pose des questions qui, lorsqu’ils y réfléchissent, leur révèlent la réponse. “Pourquoi ne pas plutôt être lésé ?”… parce que vous n’aimez pas ou ne faites pas preuve de miséricorde envers votre frère/sœur. Cela change la façon de penser, en réalisant que l’on est “celui qui a une poutre dans l’œil” et coupable de péché. Jésus nous dit ce qu’il faut faire en Matthieu 18:15-17. Combien de fois le premier verset (v15) a-t-il été ignoré ? Oui, cela a pu être difficile à faire, mais avec une prière sincère et la volonté de guérir, vous suivrez le maître (ne faites pas simplement ce qui est demandé, mais faites-le avec un esprit de réconciliation et de pardon). 1 COR 6:9-11 Si nous prétendons être sauvés par le baptême, par la foi, en croyant à la parole de Dieu et que nous péchons pourtant volontairement et sans conscience… aimons-nous vraiment le Seigneur ? Si nous parlons continuellement de la grâce de Dieu et que nous en abusons continuellement, prêchons-nous vraiment l’évangile ? Ne sommes-nous pas en train de mettre une pierre d’achoppement au salut des gens ? Si nous prions pour que le royaume vienne mais qu’en même temps nous menons une vie d’ivrognerie, de vol, d’immoralité sexuelle etc… alors même le monde saura que nous sommes des “fraudeurs”. Comme le dit Jésus : “C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez”. Il y a un choix difficile à faire ici. Cherchons-nous à vivre selon notre propre volonté, ce qui conduit au “salaire du péché, c’est la mort”, ou cherchons-nous à avoir l’esprit du Seigneur, à le servir et à l’honorer dans nos vies, en ayant toujours en vue le “don de Dieu, qui est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur”. Août

Le 26 Août

Les conséquences du péché et le merveilleux pardon de Dieu nous sont à nouveau démontrés dans 1 Rois 21. Le récit de la vigne de Naboth dans ce chapitre est une démonstration de la terrible convoitise humaine et des intrigues maléfiques de la femme d’Abab, Jézabel, et tout cela a eu des conséquences. Achab était un roi mauvais, il a désobéi à Dieu et a profité de sa position de roi pour exploiter les autres, sa femme était égoïste et mauvaise aussi. Il y a des étapes dans ce péché auxquelles nous devrions tous faire attention et dont nous devrions tirer des leçons. Achab convoite les biens de Naboth (verset 2) ; Naboth donne une raison valable et pieuse de ne pas lui vendre la vigne (verset 3) ; Achab ne respecte pas le raisonnement de Naboth et ne le comprend pas ; en fait, il laisse la convoitise consumer sa vie (verset 4) ; au lieu d’être une compagne et une conseillère pieuse pour Achab, Jézabel devient une calomniatrice (démoniaque) (verset 7) ; Jézabel a ensuite mis au point un stratagème pour obtenir le pays pour Achab et a abusé de sa position et de celle d’Achab, verset 9-11 ; les anciens du peuple étaient également mauvais, verset 12 ; le stratagème a étendu le mal à d’autres personnes, les impliquant et un meurtre a été commis sur la base d’un mensonge, abusant ainsi de la loi de Dieu à des fins humaines, verset 13 ; l’acte pécheur est ensuite achevé, verset 15-16 et Achab et Jézabel pensent tous deux avoir obtenu ce qu’ils voulaient. C’est ce qui arrive lorsque les gens convoitent quelque chose, le péché arrive, et c’est pourquoi la Bible nous dit de ne pas convoiter et de ne pas désirer – afin que nous ne soyons pas tentés de commettre un péché. Dieu a envoyé Élie pour condamner Achab et Jézabel, ce qui montre exactement ce que Dieu pense de la situation (versets 17-19). Les versets 20 à 24 poursuivent la condamnation, de sorte que le péché a des conséquences. Achab est décrit comme très mauvais (versets 24-26), tout ce qu’il a fait était mauvais, il a poussé les autres à faire le mal et il a écouté le mal, mais Dieu était prêt à pardonner ! C’est une chose incroyable, quelle que soit la gravité de nos péchés, nous pouvons être pardonnés si nous nous repentons vraiment et faisons preuve d’humilité comme l’a fait Achab ici, au verset 27, et Dieu le remarque, au verset 28-29. Notre péché a toujours des conséquences, mais nous pouvons être pardonnés si nous le reconnaissons et si nous nous repentons – cela nous réconforte lorsque nous échouons, mais cela nous met également en garde contre les conséquences et le danger de convoiter les biens d’autrui. Le jugement sur Moab dans Jérémie 48 donne les raisons de leur destruction et ces raisons sont similaires à celles qui ont conduit à la condamnation d’Achab et de ses descendants – Dieu est conscient des actions et des motivations de chacun. La nation et le peuple de Moab se sont confiés en leurs richesses et en leurs capacités, versets 7 et 29-30, et Dieu allait les faire tomber de leur “gloire”, verset 18. Peu importe qui vous êtes, nation, roi, peuple non pieux, peuple pieux, Dieu voit et humiliera l’orgueil. Quiconque se fie à la richesse, à la sagesse ou aux capacités humaines sera humilié, c’est ce que Dieu dit, verset 15. Le jugement viendra, verset 21, c’est la même chose pour nous tous, donc une leçon pour nous. Moab en particulier a mérité le jugement parce qu’il a “défié” le Seigneur, verset 26 et 42 et qu’il a “ridiculisé” le peuple de Dieu, verset 27, une leçon pour nous que Dieu punira ceux qui se moquent de nous parce que nous sommes aussi le peuple de Dieu. C’est Dieu qui apportera le jugement, pas nous, et nous apprenons donc à faire face aux personnes qui nous maltraitent, car elles seront abaissées à un moment donné. Même si la nation de Moab n’avait aucun respect pour Dieu, elle adorait d’autres dieux (verset 35), Dieu donnera l’occasion de pardonner, comme il l’a fait avec Achab (verset 47). Dieu est un merveilleux pardonneur si nous nous repentons, peu importe ce que nous avons fait de mal ! Paul répond à des questions spécifiques que les frères et sœurs de Corinthe lui ont posées, mais nous pouvons quand même en tirer des leçons car ce sont toutes des paroles inspirées. Il semblerait que l’église souffrait d’une persécution et de troubles extrêmes, versets 29-31, et que le temps était donc “court”. Il pourrait s’agir d’une situation similaire à celle dans laquelle nous nous trouvons actuellement, car il y a tant de souffrance dans le monde et le retour de Jésus pourrait être imminent. S’il s’agit d’une situation similaire, nous devrions tirer les leçons des réponses au mariage que Paul donne ici. Le conseil de Paul est de “rester tel que tu es”, en l’occurrence non marié, mais si tu ne peux pas te contrôler sexuellement, alors marie-toi et ne commets pas d’adultère. Mais une fois mariés, vos responsabilités sont partagées entre Dieu et votre femme ou votre mari. Cela s’applique à de nombreuses situations, par exemple l’éducation, un nouvel emploi, la reconstruction d’une maison, une crèche à la salle paroissiale, un projet agricole, un projet de machine à coudre, un projet de maïs – toutes ces choses ont des avantages, mais elles signifient aussi que vous devez partager votre temps entre Dieu et le projet. Paul dit que si vous ne vous mariez pas, vous pouvez consacrer tout votre temps à Dieu, verset 32-36. Il en va de même pour toute autre activité, c’est-à-dire que la loyauté est divisée. Si le mariage ou toute autre activité est fait en pensant à Dieu, ce n’est pas un péché, verset 28, cela ajoute simplement une dimension supplémentaire à la vie et quand le temps est compté, ce n’est peut-être pas l’idéal. Paul nous donne des conseils qu’il a appris au cours de sa vie et il a essentiellement vécu comme un prédicateur itinérant sans aucune racine, il n’a pas eu de tentations comme celles d’Achab, et il n’a pas non plus accumulé de richesses comme Moab ! La chose qui compte vraiment est d’obéir à Dieu, verset 19, cela doit être notre priorité dans la vie de tous les jours et de nous contenter de la situation dans laquelle Dieu nous a mis, versets 17-24, il dit d’accepter ce que vous avez de Dieu et d’essayer de ne pas avoir pour priorité d’améliorer la situation, comme Achab, qui n’était pas satisfait du palais qu’il avait, il voulait autre chose et il a ensuite péché et en a subi les conséquences. C’est une chose difficile à faire que d’être content, il n’y a rien de mal dans l’éducation, ou un nouveau travail, ou la construction d’une autre maison, mais cela peut nous éloigner de Dieu. Malheureusement, j’ai vu trop souvent en Ouganda des frères et des sœurs qui avaient reçu une bonne éducation et qui se sont éloignés de Dieu, c’est triste. Nous devons donc tous réfléchir à nos priorités et toujours mettre Dieu en premier, essayer de nous contenter de ce qui nous a été donné, réaliser qu’il y a des conséquences lorsque nous faisons des erreurs, mais qu’il y a aussi le pardon si nous nous repentons. Août.

Le 27 Août

Dans 1 Rois 22, un problème devait être résolu et le roi pieux de Juda, Josaphat, a travaillé avec le roi impie d’Israël, Achab, pour essayer de le résoudre. Ce n’était peut-être pas la meilleure façon de faire les choses, car cette alliance n’a pas vraiment donné de résultats positifs – Josaphat a failli perdre la vie, verset 32-33. Cependant, le récit nous montre les différences frappantes entre un dirigeant pieux et un dirigeant impie. La première chose que Josaphat voulait faire était de demander l’avis de Dieu, verset 5. Achab n’y a même pas pensé. Achab fait ensuite appel à ses faux prophètes qui se contentent de dire ce que le roi veut de toute façon, versets 6 et 12. Josaphat reconnaît que ces prophètes ne viennent pas de Dieu et conteste les agissements d’Achab (verset 7). Josaphat sait que ce n’est pas ainsi que Dieu fait les choses, il s’attend à un seul prophète et non à un groupe bruyant de prophètes qu’Achab a réunis. Nous devons comprendre les voies de Dieu pour avoir confiance en ce qu’on nous dit, une bonne leçon pour nous ! La réponse d’Achab montre son manque total de respect pour Dieu et ses prophètes (verset 8), ce qui contraste avec le respect total de Josaphat dans la manière dont il a défié Achab. Même si Achab s’est humilié après ce qu’il a fait à Naboth, il a rapidement repris ses habitudes irrespectueuses ! Achab envoie chercher Michée, verset 9. Les messagers d’Achab étaient également intéressés par le fait que Michée ne disait que ce qu’Achab voulait entendre lorsqu’ils lui ont demandé de dire la même chose que les faux prophètes, verset 13, c’est la pensée humaine et cela montre à nouveau comment les gens préfèrent écouter les choses humaines plutôt que les voies de Dieu – nous devons faire attention à vouloir aussi écouter les voies de Dieu. La réponse de Michée devrait toujours être notre réponse…. lorsque nous devons prendre une décision, nous devons vérifier que nos idées sont conformes à ce qui est écrit dans la Bible et prier pour être guidés, verset 14. La réponse de Michée était la même que celle des faux prophètes, seulement parce que Dieu était aux commandes, verset 23, mais la prophétie de Michée allait plus loin car il prédisait la mort d’Achab, versets 26-28. Même à ce stade, Achab essaie de changer ce que Dieu a dit et de dicter les événements en se déguisant et en utilisant Josaphat comme leurre (verset 30). Non seulement il essayait de modifier ce que Dieu avait dit, mais il mettait son allié en danger et, sans l’intervention de Dieu dans la bataille, il aurait été tué. Cependant, Dieu a fait en sorte que la flèche aléatoire atteigne la cible prévue, verset 34, et Achab est mort comme Dieu l’avait dit, verset 37-38. Dieu a le contrôle, il veut le respect et il veut que nous suivions ses voies. Josaphat a essayé, versets 43 et 46, il n’était pas parfait car les hauts lieux de l’impiété subsistaient, mais dans l’ensemble il a suivi Dieu. En revanche, Achab s’intéressait davantage à ses propres méthodes humaines et à son orgueil qu’à Dieu. Les voies de Dieu l’emportent toujours, comme le confirme Jérémie 49 en ce qui concerne les prophéties sur les pays qui entourent Israël (et Juda). Dans la plupart des cas, c’est à cause de leur orgueil qu’ils sont détruits (versets 4, 16 et 31), ils se fiaient à leurs richesses, à leur sagesse ou à leur situation géographique et, lorsque cela se produit, ils finissent par ne plus respecter Dieu et ses jugements viendront au moment voulu par Dieu. Il n’y a rien que nous puissions faire physiquement pour changer le plan de Dieu, aussi notre leçon est de toujours suivre Dieu avec humilité. Une fois encore, le pardon et la longue souffrance de Dieu transparaissent dans ces prophéties, car il restaurera quelques-unes de ces nations (versets 6 et 39), mais pas toutes. Dieu s’intéresse à tous les peuples, mais oui, Israël/Judah est considéré comme un peuple spécial par Dieu, non pas à cause du bien qu’il a fait, mais parce qu’il est un témoin pour lui et à cause des personnes fidèles comme David. Il y a une déclaration dans 1Corinthiens 8 dont nous devrions tous nous souvenir, versets 1-3, Paul dit que nous ne devons pas être fiers (“enflés”), que nous devons être humbles dans tout ce que nous faisons. “L’homme qui croit savoir quelque chose”, en fait il ne sait rien du tout ! L’humilité et l’amour de Dieu sont ce qui compte, il est clair qu’Achab n’aimait pas Dieu et était orgueilleux, les nations dans Jérémie étaient orgueilleuses et faisaient confiance à leur savoir sans amour pour Dieu, c’est donc un avertissement clair pour nous. En toute chose, nous devons être humbles. C’est ainsi que Paul commence à répondre aux questions posées par les frères et sœurs de Corinthe, il commence sa réponse en rappelant à tous qu’ils ne doivent pas être fiers, mais humbles. Paul dit que, puisque les idoles ne sont rien, il est logique que la nourriture qui leur est “sacrifiée” ne soit rien non plus, et qu’un croyant puisse donc en manger en toute conscience (versets 4-6). Mais tout le monde ne le sait pas, versets 7-8, et nous devons respecter nos frères et sœurs qui peuvent avoir un problème avec quelque chose que nous faisons et qui leur fait perdre la foi, versets 9-13. Je pense que nous devons avoir l’attitude humble qui convient pour respecter ceux de nos frères et sœurs qui ont peut-être la même compréhension biblique que nous, en nous rappelant que Jésus est mort pour eux aussi. L’humilité doit être la clé ici, même si nous sommes convaincus d’avoir raison, nous devons donner à l’autre frère ou sœur l’occasion de démontrer son interprétation de la Bible. Il était clair que les prophètes d’Achab n’étaient pas pieux et Josaphat pouvait le voir clairement et il a contesté correctement parce que c’était une erreur de ne pas demander à Dieu. Dans l’exemple que nous avons ici concernant la viande, ce n’est pas aussi clair, car il n’est pas important que nous en mangions ou non, verset 8, mais si nous en mangeons, nous ne devons pas en manger un frère ou une sœur. Certains de nos frères et sœurs, par exemple, ne pensent pas que nous devrions manger du porc pour des raisons valables dans l’Ancien Testament, d’autres soutiennent qu’il est acceptable de manger du porc parce que nous ne sommes plus sous la loi et un argument biblique pourrait démontrer cela aussi, mais si un frère ou une sœur qui mange du porc fait trébucher un autre frère ou une autre sœur, alors nous ne devons pas manger de porc à cause de notre amour pour cet autre frère ou cette autre sœur et par humilité. Il s’agit de notre attitude et de la question “que ferait Jésus ?”, verset 13. Dans 1Cor9, Paul nous rappelle de ne pas utiliser nos “droits” par amour pour les autres, verset 12 et verset 15, Paul n’utilise pas ce “droit” parce qu’il aurait pu entraver l’évangile – il mettait les autres en premier et donc Dieu en premier, tout comme Josaphat. La grande leçon pour nous ici est l’humilité ! Comparés à la connaissance de Dieu et de Jésus, nous ne savons rien ! C’est dans l’humilité que nous prêchons, c’est dans l’humilité que nous encourageons les autres et c’est dans l’humilité que nous cessons de faire ces choses que certains peuvent considérer comme mauvaises d’après la Bible et qui les offensent, par exemple manger du porc. Partout où Paul a enseigné, il est devenu comme les gens qu’il enseignait, verset 19-23, il n’a évidemment pas désobéi aux enseignements de Dieu par ce qu’il a fait, mais il s’est approché autant qu’il le pouvait de l’impression qu’il donnait pour les “gagner”. Josaphat a défié Achab à juste titre parce qu’il ne cherchait pas Dieu correctement, il n’est pas devenu comme Achab parce qu’Achab avait clairement tort, mais Paul dit que nous respectons les autres tout en obéissant toujours à Dieu. Dans notre vie chrétienne, nous ne devons pas perdre notre objectif. Nous devons constamment nous “entraîner” et nous préparer à la course qui nous mènera au royaume, ce qui implique d’être conscient de ceux qui nous entourent, de toujours nous rappeler où nous allons et de nous entraîner et de continuer à essayer, versets 24-27. Achab a perdu sa concentration à plusieurs reprises et a dérivé, Josaphat et Paul ont maintenu leur concentration et sont restés pieux. Août

Le 28 Août

Nous savons qu’Achazia était un mauvais roi (1Rois22:52-53), il était sur le point de mourir sans famille, tout comme Dieu avait dit à Achab, son père, qu’il le ferait (1Rois21:21). Achazia a continué à rejeter Dieu et à adorer Baal et il a envoyé des messagers pour consulter Baal afin de voir s’il allait se rétablir ou non (2Rois 1:2), mais les messagers ont été rencontrés par Élie qui leur a demandé : “Est-ce parce qu’il n’y a pas de Dieu en Israël que vous allez consulter Baal ?”, versets 3, 6 et 16 – Élie dit la même chose au roi comme Dieu le lui avait demandé. On a dit à Achazia qu’il allait mourir et c’est ce qu’il a fait, verset 17. Sa mort et la fin de cette lignée familiale sont le résultat direct du remplacement de Dieu par d’autres “dieux”, son père était mauvais, il était mauvais et donc le peuple l’était aussi, y compris les soldats qui sont allés chercher Élie. Il est intéressant de noter qu’Ahaziah a envoyé des soldats pour chercher Elie et seulement des messagers pour “consulter” Baal, vraisemblablement il allait arrêter Elie. L’apparente dureté de la destruction des 2 lots de soldats était une démonstration très graphique de la puissance de Dieu et aussi de la faiblesse de la puissance humaine dont Ahaziah était fier. Deux groupes ont été détruits, versets 9-10 et 11-12. Le 3ème capitaine a appris le respect et s’est humilié devant Elie, verset 13-14, contrairement à ses collègues précédents qui s’attendaient à ce qu’Elie lui obéisse. Cela a également provoqué un changement de cœur chez Achazia qui a ensuite parlé avec Élie lui-même et Élie n’a pas été retenu, verset 15-16. Un récit imagé mais qui montre une fois de plus les conséquences du remplacement et du non-respect de Dieu. 2Rois3 est un autre récit dramatique de la succession d’Élie par Élisée, l’événement devait être mémorable pour le bénéfice d’Élisée et des 50 prophètes qui avaient servi Élie et devaient maintenant servir Élisée. Les événements très imagés qui se sont déroulés devant les prophètes les ont convaincus, verset 15. Certains événements inattendus dans ce chapitre ont semé la confusion chez de nombreuses personnes qui pensent à tort qu’Élie a été emmené au ciel où se trouve Dieu – il n’a clairement pas été emmené au ciel où se trouve Dieu – de nombreux autres versets de la Bible nous le disent. Les 50 prophètes ne croyaient certainement pas cela, et ils étaient là pour témoigner, car ils le cherchaient, verset 16-18. Le mot “ciel” ici peut être interprété comme “ciel” où les oiseaux volent, donc Dieu a déplacé Elie d’un endroit à un autre, tout comme ce qui est arrivé à Philippe dans Actes 8 – c’est aussi ce qui est arrivé beaucoup à Elie comme le confirme Abdias (1Rois18:12) et nous voyons que c’est arrivé à Elie (1Rois18:46). Ainsi, Élie n’a pas été emmené au ciel où se trouve Dieu, il a été transporté à travers le ciel. Parfois, Dieu fait des choses qui nous semblent étranges, mais nous devons considérer cela dans le contexte de toute la Bible, Dieu ne nous embrouille pas intentionnellement, il y a des raisons de faire les choses d’une manière particulière. Élisée savait que Dieu allait prendre Élie à un moment donné, versets 3 et 5, mais il a saisi toutes les occasions de rester avec lui, trois fois Élie a dit qu’il allait aller quelque part, chaque fois Élisée a insisté pour qu’il l’accompagne, versets 2, 4 et 6. Une leçon pour nous est de saisir chaque occasion d’apprendre la Bible des autres et d’utiliser chaque moment comme si c’était le dernier. Élisée a également demandé une double portion du même esprit qu’Élie, verset 9. Le cœur d’Élisée était à la bonne place, il était prêt à prendre la relève d’Élie. Jérémie 50 est la prophétie sur Babylone, Dieu a dit qu’elle serait détruite et ne serait plus jamais habitée parce qu’elle était orgueilleuse, verset 31-32, elle avait confiance en sa propre sagesse et puissance et Dieu allait la détruire. Ils n’avaient aucun respect pour Dieu, leur pays était rempli de faux prophètes et d’idoles, verset 36-38. Dieu a dit qu’il punirait Babylone, verset 18, à cause de tout le mal qu’ils avaient fait, c’est-à-dire qu’ils se sont “réjouis” en battant le peuple de Dieu, verset 11 ; ils ont détruit le temple, verset 28 ; ils ont péché contre Dieu, verset 14 et ils se sont opposés à Dieu, verset 24. Ainsi, Dieu a fait retomber sur eux ce qu’ils ont fait aux nations qu’ils ont cruellement traitées, versets 15 et 29. Encore une fois, c’est une leçon pour nous que Dieu est conscient de tout le mal qui est fait et qu’il s’en occupera, mais aussi un grand espoir pour nous parce que Dieu a dit qu’il ramènerait son peuple lorsqu’il se repentirait et qu’il lui pardonnerait, versets 4-5, 19-20 et 33-34, et cet espoir est présent tout au long de la Bible, Dieu n’abandonnera jamais son peuple même s’il punit et permet que les conséquences continuent dans le but de ramener les pécheurs à lui. Les leçons de l’Ancien Testament sont si claires pour nous et Paul le dit clairement dans 1Corinthiens 10 que nous devons regarder ces exemples et apprendre, versets 6 et 11. Le but de notre lecture et de notre apprentissage est de ne pas commettre les mêmes erreurs, versets 6 à 10. Remplacer Dieu par des idoles, commettre l’adultère, mettre Dieu à l’épreuve et rouspéter sont juste les 4 exemples utilisés ici, mais tous les exemples que nous apprenons doivent être une leçon pour nous d’essayer plus fort d’obéir à Dieu. Dieu est cohérent dans l’ancien et le nouveau testament et sa réponse à notre “méchanceté” sera également la même, verset 1-5, alors n’abusez pas du salut que nous avons en Jésus. Tous ceux d’entre nous qui ont été baptisés au nom salvateur de Jésus ont pris un engagement qu’ils s’efforcent de respecter et, chaque semaine, lorsque nous mangeons le pain et le vin, nous nous souvenons que nous nous sommes associés à la mort et à la résurrection de Jésus et que nous faisons donc partie de son corps ; nous devons donc “fuir l’idolâtrie”, versets 14-17. L’idolâtrie, c’est essentiellement la nature humaine et le remplacement de Dieu par des choses humaines, alors faites attention à toujours mettre Dieu en premier, nous ne pouvons pas servir Dieu et les “démons” (idoles/nature humaine), versets 21-22. Nous avons reçu une merveilleuse promesse d’un avenir dans le royaume, mais cela exige que nous servions Dieu et Dieu seul. Servir Dieu, c’est notamment faire passer les autres en premier, versets 23-24 et 31-33. C’est ainsi que les gens savent que nous essayons de suivre Dieu lorsqu’ils nous voient tous mettre les autres en premier. Ne soyez pas fiers comme Ahaziah ou les Babyloniens, soyez humbles comme Elie, Elisée, Paul et évidemment Jésus. Août

Le 29 Août

2Rois 3 nous aide à commencer à réfléchir aux attitudes humaines. Joram, roi d’Israël, est décrit comme “mauvais” (verset 2) ; il s’est débarrassé de la pierre sacrée de Baal, mais ce n’est pas suffisant (verset 3) ; nous devons suivre Dieu de tout notre cœur et c’est le thème de notre réflexion d’aujourd’hui, c’est-à-dire avoir une attitude de piété totale. La nation de Moab s’est rebellée contre Israël, et Joram a demandé à Josaphat de l’aider à les attaquer, verset 7-8. Cependant, en chemin, un problème est survenu, verset 9, l’eau avait manqué et Joram a accusé Dieu à tort, verset 10, ce qui contraste avec la première réaction de Josaphat qui voulait demander à Dieu, verset 11. Elisée a rappelé à Joram qu’à cause de sa façon de vivre, il ne pouvait pas s’attendre à l’aide de Dieu, verset 13, mais qu’une influence pieuse peut aider dans certaines situations, verset 14. Il est important que les impressions que nous donnons soient bonnes, et si elles sont pieuses, nous pouvons influencer les choses pour le bien et dans ce cas, Dieu a apporté la victoire. Jérémie 51 poursuit la prophétie contre Babylone pour tout le mal qu’elle a fait aux nations, en particulier à Israël/Judah (versets 24 et 49). Elle l’est aussi pour son orgueil (verset 13) et son idolâtrie (versets 17-18). En son temps, Dieu punira (versets 6, 11 et 56), mais il le fera certainement, car il réalise toujours ses plans (versets 12 et 40). Même à ce stade avancé, il est encore possible de se repentir (verset 8), mais le message au peuple de Dieu est de “courir” (versets 6 et 45). La leçon à retenir pour nous maintenant est de nous éloigner de ceux qui sont impies, nous devons “fuir” ceux qui donnent de mauvais exemples et nous égarent, nous ne devons compter que sur Dieu et sur Jésus car Dieu ne nous “abandonne” jamais, verset 5. La lecture de 1 Corinthiens 11 est très significative dans nos réflexions pratiques et démontre que Dieu ne nous abandonne jamais mais qu’il exige un changement de cœur. Nous sommes tous familiers avec les mots relatifs au service de la fraction du pain, versets 23-26, car nous rompons le pain et buvons du vin chaque dimanche en nous souvenant de Jésus. Il y a là un avertissement pour nous car si nous “mangeons le pain et buvons le vin” avec une mauvaise attitude, nous sommes “coupables de pécher contre le corps et le sang du Seigneur”, verset 27. Être “coupable” de crucifier à nouveau Jésus symboliquement est grave, car nous rejetterions et manquerions de respect à tout ce que Jésus a fait (verset 29). C’est pourquoi nous devons réfléchir à la bonne attitude à adopter et nous “examiner” et “juger” nous-mêmes avant de manger le pain et le vin, versets 28 et 31, sinon nous risquons le jugement de Dieu, qui peut prendre différentes formes, par exemple le verset 30. Le but de tous les jugements de Dieu sur nous est que nous apprenions, verset 32, et nous devrions donc saisir les occasions d’apprendre et d’essayer de mieux faire les bonnes choses. La conclusion de Paul à ce chapitre suggère ce qu’est le fait de manger le pain et de boire le vin “d’une manière indigne”, versets 33-34. Il semble que lorsque les frères et sœurs se réunissaient pour la fraction du pain, ils ne tenaient pas compte des autres et ne se rappelaient pas que tous les frères et sœurs faisaient partie du corps spirituel de Jésus (1Cor6:15). Paul a clairement indiqué qu’il n’était pas satisfait de la situation dans laquelle se trouvaient les frères et sœurs (verset 17). À l’origine, le service de la fraction du pain se déroulait en même temps qu’un repas que tous les frères se réunissaient pour partager en communion ; cependant, ils ont laissé les différences sociales dicter qui avait le meilleur repas et qui mangeait le mieux, verset 18-22. Le résultat était qu’il y avait plusieurs niveaux de frères et de sœurs qui mangeaient le repas et Paul n’était “certainement pas” heureux de la situation parce qu’ils faisaient délibérément la différence entre les riches et les pauvres/les Juifs et les Gentils/les Noirs et les Blancs, etc. Les frères et sœurs avaient oublié que tous faisaient partie du corps – ils auraient dû abandonner leurs préjugés et se rappeler que le Christ est mort pour leurs frères et sœurs aussi ! Le début du chapitre, versets 2-16, montre également un manque de respect sous-jacent les uns envers les autres et l’impression qu’ils créaient pour les autres. À l’époque où cette lettre a été écrite, il semble que les gens de la société considéraient qu’un homme aux cheveux longs était un homosexuel et qu’une femme aux cheveux détachés et flottants était une personne libérale, impliquée dans l’idolâtrie ou sexuellement disponible. Paul a donc inclus dans son raisonnement que les frères et sœurs doivent toujours être conscients de l’impression qu’ils donnent aux autres. Peut-être suggère-t-il ici qu’il s’agit d’une autre façon de manger et de boire “indignement” en ne se rappelant pas que nous devons montrer Jésus dans tout ce que nous faisons. Les choses que nous faisons ou portons aujourd’hui donnent des impressions différentes dans la société d’aujourd’hui mais nous devons néanmoins en être conscients car nous sommes censés toujours nous comporter comme Jésus, c’est-à-dire être vus comme lui, traiter nos frères et sœurs comme lui et rejeter les manières humaines. Toute conduite qui n’est pas contrôlée est un manger et un boire “indigne”. Nous avons tous besoin les uns des autres, verset 11. Août

Le 30 Août

Les leçons pratiques de 2Rois 4 sont vraiment utiles pour nous lorsque nous pensons à la souffrance. La section des versets 1 à 7 porte sur le récit de l’aide apportée par Dieu d’une manière inattendue pour la veuve et ses fils. Elle était la femme de l’un des prophètes qui travaillaient avec Élisée, et Élie avant lui, verset 1. Il était un homme pieux et passait sans doute beaucoup de temps à faire le travail de Dieu et devait donc compter sur les gens qui lui prêtaient de l’argent pour nourrir sa famille ; sa veuve était maintenant désespérée parce que ceux qui lui avaient prêté de l’argent voulaient maintenant être remboursés. Sa veuve était désespérée et a “crié” à Elisée, mais seulement lorsqu’elle n’avait plus rien dans la maison à l’exception d’un “peu d’huile”, verset 2. Elle venait de perdre son mari, craignait que ses deux fils ne soient enlevés et craignait probablement aussi pour sa propre vie car elle n’avait pas de quoi se nourrir. La réponse d’Elisée exigeait de la foi de sa part, une réponse de ses fils et aussi des voisins pour l’aider, verset 3-4. Elle a fait exactement ce qu’Élisée lui a dit, verset 5-6, et l’huile a continué à couler dans les jarres qu’elle avait empruntées. Lorsque toutes les jarres furent pleines, l’huile cessa de couler et elle fit un rapport à Elisée qui lui dit de la vendre pour payer la dette et avoir de l’argent pour subvenir à ses besoins et à ceux de ses fils, verset 7. C’est une grande leçon car Dieu nous donne ce dont nous avons besoin, pas nécessairement ce que nous voulons. Elle aurait probablement voulu que son mari revienne, que les créanciers annulent la dette et qu’on lui donne de la nourriture. Rien de tout cela ne s’est produit, mais au lieu de cela, Dieu lui a fourni une opportunité à laquelle elle a dû prendre part, elle a dû faire preuve de foi et agir, elle a demandé le soutien de ses fils et de ses voisins, puis elle a dû verser l’huile et la vendre, elle était donc pleinement impliquée dans la solution. Le récit de la mort et de la guérison du fils de la Shunamite est également une surprise. La femme et son mari s’occupaient toujours d’Élisée lorsqu’il visitait leur région et elle lui fournissait une chambre, verset 10. Ils étaient également pieux et respectueux d’Elisée et donc de Dieu. Elle n’est pas allée voir Elisée pour lui demander un enfant, elle ne l’a dit que lorsqu’Elisée lui a demandé, verset 11-17. Elle a eu un fils, verset 17, mais il est tombé malade et est mort, versets 18-21. Dieu lui avait donné de la joie en lui permettant d’avoir un fils, puis il a permis à son fils de tomber malade et de mourir. Parfois, nous ne comprenons pas pourquoi certaines choses se produisent dans notre vie, nous ne trouvons pas de raison pour laquelle Dieu permet que certaines choses se produisent, alors qu’elles contredisent peut-être une autre situation qui venait manifestement de Dieu. Comme la femme, nous sommes troublés par les événements, verset 28. Mais la leçon à retenir ici est qu’elle s’est tournée vers Dieu par l’intermédiaire d’Élisée, elle avait la foi qu’Élisée réaliserait ce que Dieu voulait. Elisée donne l’exemple en priant, verset 33, et son fils a été restauré, verset 36-37. Des événements surviennent dans nos vies, mais à travers tous, nous pouvons rendre gloire à Dieu. Toutes ces personnes que nous avons examinées étaient complètement opposées à Sédécias, décrit comme mauvais dans Jérémie 52, verset 3, et tout ce qui est arrivé à Juda est dû à ce mal – un rappel que Dieu surveille le bien et le mal. Un chapitre triste quand on voit toutes les choses merveilleuses dans le temple qui avaient été consacrées à Dieu par le peuple fidèle du passé, maintenant complètement détruites avec Jérusalem à cause des actions du peuple infidèle de l’époque. Les deux chapitres de 1Corinthiens 12 et 13 parlent des différentes capacités que Dieu nous donne, du corps qui travaille ensemble pour un but commun et de l’amour. Nous avons vu des éléments des trois dans le récit de Rois, il y avait différentes capacités démontrées, nous avons vu un exemple de personnes travaillant ensemble pour un but commun et nous avons vu l’amour – Dieu ne change pas ses voies. Dieu décide de nos capacités, verset 11, et nous avons les différents exemples des versets 8-10, c’est-à-dire la sagesse dans l’interprétation des enseignements et des événements bibliques, la connaissance de la Bible, les exemples de foi, les prières appropriées, l’enseignement, la résolution des conflits, la capacité de parler dans différentes langues et la capacité de comprendre différentes langues. Toutes ces capacités sont données pour le “bien commun”, c’est-à-dire pour travailler dans le même but. Le problème avec nous, les êtres humains, c’est que nous pensons à tort que certaines capacités nous rendent meilleurs que d’autres frères et sœurs ayant d’autres capacités, et c’est clairement faux de penser ainsi. L’image du corps et de ses différentes parties, versets 12-30, nous montre clairement qu’il n’y a pas de différence dans l’importance d’une fonction. Nous faisons tous partie du corps, disposés par Dieu, travaillant tous ensemble dans l’unité pour que le corps fonctionne bien. Il n’y a pas une seule partie du corps qui puisse fonctionner toute seule, c’est tout simplement impossible, c’est pourquoi nous devons considérer que chacun d’entre nous dans notre communauté a un rôle vital à jouer pour que tout fonctionne correctement. Notre propre corps est une excellente image vivante pour montrer comment l’église fonctionne ensemble, chacun a un rôle important. Le corps ne peut fonctionner ensemble que si chacun fait preuve d’amour, chapitre 13. Réfléchissez bien aux mots des versets 4-7, ce sont toutes les choses qui démontrent l’amour, sommes-nous tous ceux-là ? Elisée, la veuve et la Shunamite ont tous fait preuve d’amour, nous avons vu la protection (la veuve a protégé ses fils), la confiance (tous les exemples le montrent), l’espoir (la Shunamite a espéré en Elisée et en Dieu) et la persévérance (tous ont persévéré), ce sont des leçons pour nous aussi lorsque nous vivons notre vie chrétienne. L’amour doit être notre caractéristique principale. Août

Le 31 Août

2Rois 5 est le récit de la guérison de Naaman, le commandant de l’armée du roi d’Aram, de sa lèpre et nous nous souvenons de ce récit pour cela, en oubliant peut-être une grande leçon à laquelle nous devrions réfléchir. Géhazi, bien qu’étant un disciple déclaré de Dieu, n’a montré aucun respect pour l’œuvre de Dieu, il a fait preuve de discrimination, il était cupide, il a élaboré un plan égoïste, il a menti à Naaman et à son frère, il a essayé de couvrir sa tromperie et il a oublié que Dieu était au courant de ses actions. Il a été démasqué et en a subi les conséquences, versets 25-27. Même après toutes les choses merveilleuses qui se sont produites dans ce récit, Guéhazi a péché ! Nous sommes tous dans une position merveilleuse avec notre foi en Jésus, nous avons la promesse d’un avenir, mais cela implique la responsabilité d’être honnête dans toutes nos relations – Géhazi aurait dû être heureux que Naaman ait été guéri, verset 14, il aurait dû louer Dieu que Naaman soit venu et ait confessé devant Elisée qu’il y avait un seul Dieu, verset 15, il aurait dû avoir la même attitude humble qu’Elisée en n’acceptant aucun cadeau parce que c’était l’œuvre de Dieu et non celle d’Elisée, il aurait dû louer Dieu pour le travail et la foi de la jeune esclave qui aimait clairement sa maîtresse et son maître, verset 2-3. Mais il n’a pas eu de compassion ni de louange, il a été égoïste et avide et en a souffert. Une grande leçon pour nous tous lorsque nous sommes chargés de distribuer l’argent de Dieu, ou de distribuer de la nourriture, des vêtements et du matériel de projet ! Nous devons être dignes de confiance en toutes choses. La lèpre est considérée comme un symbole du péché dans la Bible. Naaman, bien que réticent au début, s’est lavé dans le Jourdain et a été guéri – il est reparti plein de joie et en louant Dieu. Gehazi, quant à lui, aurait dû se méfier, il était vraiment plein de péchés et est devenu lépreux. L’impression que je retire de ce récit est que Naaman n’avait qu’une petite partie de son corps qui était lépreuse, verset 11, alors que lorsque Guéhazi a été rendu lépreux par Dieu, c’était sur tout son corps, verset 27. Il y a certainement de graves conséquences lorsque nous trompons Dieu. Lamentations 1 commence les tristes réflexions de Jérémie sur ce qui est arrivé à Jérusalem et à Juda en conséquence des péchés du peuple. Jérémie reconnaît la raison de la destruction complète de Jérusalem, par exemple au verset 5 “beaucoup de péchés”, aux versets 14, 18, 20 et 22. Comme Guéhazi, le peuple de Judée n’a pas pensé à son avenir, verset 9, tout ce qui l’intéressait était sa vie présente et comment il pouvait en tirer profit. En conséquence, le peuple a péri par la peste et l’épée ou a été emmené en exil – il y a toujours des conséquences au péché. Le début du chemin du pardon est la reconnaissance du péché, puis la repentance. Avec la bonne attitude, nous sommes complets en Dieu et en Jésus et nous avons donc un avenir. 1Corinthiens14 continue à nous enseigner la bonne attitude – l’exemple discuté ici est celui de parler en différentes langues, y compris les prières personnelles lorsque les mots sont incohérents pour les autres, verset 2, et même pour la personne qui les prononce, verset 14, c’est-à-dire qu’ils produisent un son dont même la personne qui le produit ne profite pas. L’argument de Paul est que lorsque nous enseignons (prophétisons), nous devons profiter aux autres, versets 3-5, et que nous devons donc nous concentrer sur l’édification de l’église, verset 12 ; tout le monde doit comprendre ce que nous disons et faisons – c’est pourquoi vous interprétez toujours les mots que nous prononçons lorsque nous venons en Afrique ! Lorsque nous prions, tu traduis pour nous afin que tous puissent comprendre et dire “amen”, verset 16. Un disciple de Dieu doit toujours penser aux autres et les édifier, sinon il y a des conséquences, comme Gehazi et Juda par exemple. Le chapitre se termine avec Paul qui nous dit que notre culte doit être “ordonné”, verset 40, tous nos services doivent être compris par ceux qui y assistent, nous ne devons exclure personne de la compréhension, car Dieu est un Dieu “d’ordre”, verset 33. Le conseil pratique ici est d’apprendre tous ensemble en se soumettant les uns aux autres. Géhazi a semé la confusion lorsqu’il s’est opposé à Elisha – il n’était pas “un” avec ce que Dieu avait fait, il est donc juste et approprié pour nous de ne pas créer de confusion avec n’importe quel aspect de notre christianisme. Août

Le 1er septembre

Le récit d’Elisée aveuglant les Araméens dans 2Rois 6 est plein de leçons pratiques que nous pouvons mettre en pratique chaque jour. Tout commence par la frustration du roi d’Aram parce qu’Élisée informe le roi d’Israël chaque fois que les Araméens préparent une attaque (verset 10). Le roi de Syrie apprend que c’est Elisée et envoie des hommes pour le capturer (versets 12-14). Même si le roi d’Aram et ses hommes n’étaient pas pieux, il était bon que la réputation d’Elisée soit connue des autres, une petite leçon pour nous – nous devrions être connus des autres pour nos voies pieuses, que ces personnes soient pieuses ou non. En passant, je me demande si la personne qui a conseillé le roi d’Aram au sujet d’Elisée était Naaman ? Dieu était intéressé à protéger le peuple et il a utilisé Elisée pour transmettre les messages, de même que dans nos vies actuelles, Dieu est intéressé et il protège comme il l’entend. C’est la leçon que le serviteur d’Elisée a apprise lorsqu’il a paniqué en voyant tous les Araméens entourer la ville, il a dû apprendre que Dieu et ses anges étaient là, verset 17. Nous nous trouvons souvent dans des situations désespérées dans nos vies où nous pensons peut-être que Dieu n’est pas là, mais il l’est. La demande d’Elisée à Dieu de rendre les soldats aveugles était un plan bon et efficace qui a démontré la puissance de Dieu et a eu un impact massif sur Aram, pour une période au moins, verset 18-19. Elisée les avait conduits à Samarie où se trouvait le roi d’Israël, qui a immédiatement voulu les tuer, verset 20-21. C’est une réaction typiquement humaine étant donné les circonstances, ils étaient l’ennemi et c’était une merveilleuse occasion de se venger, mais la réaction d’Elisée et de Dieu est de faire preuve de bonté envers ceux qui avaient été capturés, verset 22-23. Cette réaction de bonté et de miséricorde a donné un meilleur résultat que si le roi d’Israël les avait tués, les Araméens “ont cessé de faire des incursions sur le territoire d’Israël”. La bonne ligne de conduite chrétienne est d’agir dans la miséricorde et souvent le résultat est similaire à celui-ci ; la réaction d’Elisée a eu un bien meilleur résultat que si le roi d’Israël avait tué les soldats car d’autres auraient été envoyés. Ces réponses miséricordieuses et pieuses sont souvent des surprises pour les personnes qui en sont affectées, en d’autres termes les soldats – quand leurs yeux ont été rouverts, ils se seraient attendus à la mort, ils ne se seraient certainement pas attendus à un repas et ensuite à être libérés ! Mais, à l’instar de la miséricorde dont Naaman a bénéficié, ces soldats l’auraient dit à tout le monde à leur retour chez eux. Cela contraste avec ce qu’ont fait les faux prophètes, comme l’indique le verset 14 de Lamentations 2 : ils n’ont dit que ce que le peuple voulait entendre, ils n’ont pas appris ce que Dieu voulait et ils n’ont pas été remis en question dans leur façon de penser, ce qui a entraîné la destruction de Jérusalem et de Juda. Tout ce chapitre se poursuit avec les lamentations de Jérémie sur l’état dans lequel se trouvait le pays de Dieu, comment tout a été détruit et c’est un triste tableau. Les premiers chapitres de ce livre se présentent sous la forme de poèmes dont chaque verset commence par une lettre successive de l’alphabet hébreu, appelés poèmes acrostiches. Ces poèmes ont été conçus pour aider la mémoire du peuple à se souvenir des mots, donc ces lamentations ont été conçues pour être mémorisées afin que le peuple ne refasse pas les mêmes erreurs à l’avenir. Nous apprenons beaucoup en lisant ce message important afin d’en appliquer nous aussi les leçons. En particulier dans les moments de détresse, il nous est rappelé de prier, par exemple au verset 19, nous ne pouvons peut-être pas faire changer la situation, mais nous pouvons être sûrs que Dieu est avec nous et nous pouvons prier pour avoir la force de faire face à la situation, quelle qu’elle soit. Jérémie a quand même dû faire l’expérience de la triste destruction de Jérusalem, par exemple. 1Corinthiens 15 est l’un de ces merveilleux chapitres de la Bible qui nous rappelle l’espoir que nous avons, car il parle de notre résurrection et du retour de Jésus. Il parle de la destruction de la mort et du changement que connaîtront tous ceux qui suivent Jésus, qui passeront de l’état de mortel à celui d’immortel. C’est là tout l’enjeu de notre vie chrétienne, et c’est pour cela que nous souffrons. Notre foi en Jésus n’est pas un gain dans cette vie, comme le dit Paul au verset 19, c’est pour avoir une part dans la vie future, versets 20-23. Paul commence sa leçon dans ce chapitre en rappelant aux frères et sœurs qu’ils sont sauvés “si” ils “tiennent fermement” à ce qui leur a été enseigné en premier lieu, versets 1-2. Il nous rappelle également au verset 33-34 que nous devons faire attention à qui nous fréquentons et revenir aux enseignements de Dieu. Les frères et sœurs avaient commencé à croire à tort qu’il n’y avait pas de résurrection, ils étaient probablement influencés par les Sadducéens juifs qui ne croyaient pas en la résurrection, et Paul leur rappelle, ainsi qu’à nous maintenant, que nous devons toujours revenir à l’enseignement de Dieu. Il termine ce chapitre en disant qu’il ne faut pas laisser quoi que ce soit nous “ébranler”, verset 38, nous devons “tenir ferme”, c’est-à-dire avoir une foi solide, être sûrs de ce que Dieu veut de nous, se souvenir toujours que nous sommes sauvés par la grâce et qu’il y aura une résurrection. Tout cela a été possible grâce à ce que Jésus a fait et fait encore pour nous, verset 57. Grâce à la résurrection, la peur de la mort a disparu, elle n’est plus la fin, mais le début d’une nouvelle vie, symbolisée par le baptême (versets 54-56). Ce chapitre est consacré à la résurrection, il nous confirme également la relation entre Dieu et Jésus, comment nous sommes sauvés en Jésus et comment nous serons avec Jésus lorsqu’il reviendra sur terre, c’est notre merveilleuse espérance! Septembre

Le 2 septembre

Dans la lecture d’hier, dans 2Rois6, nous avons découvert la famine qui sévissait à Samarie parce que le roi d’Aram (Syrie) assiégeait la ville. Le chapitre 7 montre que la situation était désespérée ; il ne s’agissait pas d’une pénurie mineure de nourriture, mais de l’absence quasi totale de nourriture, les animaux étaient pratiquement tous morts, comme le suggère le verset 13. Les gens étaient désespérés, par exemple les lépreux à l’extérieur des murs savaient qu’ils étaient comme morts et ne craignaient pas d’aller au camp syrien, versets 3-4 ; les autorités ont reconnu que le risque de chercher les Syriens n’était pas plus grand que de rester dans la ville, verset 13. Nous pouvons donc conclure sans risque qu’il s’agissait d’une situation désespérée. Il y a là quelques bonnes leçons pour nous. Nous devons faire confiance à Dieu, quelle que soit la situation désespérée. Élisée a dit que le siège, et donc la famine, prendrait fin le jour suivant, verset 1. Le bras droit du roi a ridiculisé Élisée et Dieu (verset 2), ce qui a fait dire à Élisée qu’il ne le verrait pas (verset 3), et c’est exactement ce qui s’est passé lorsque le siège a été levé (versets 17-20). Nous devons continuellement faire confiance à Dieu et le respecter, quelle que soit la situation. Dieu apportera toujours une solution pour son peuple et ceux qui lui font confiance et, comme Elisée l’avait dit, le siège a été levé, verset 5-7, cette délivrance a été obtenue par Dieu seul. Il n’y a aucune raison, jamais, de se détourner de Dieu, de ses commandements et de ses principes – les lépreux, lorsqu’ils sont allés au camp, ont vu que les Syriens avaient abandonné le camp et ont commencé à prendre des choses pour eux-mêmes, verset 8. Il s’agit d’une réaction humaine naturelle, c’était l’occasion pour eux d’obtenir des choses pour eux-mêmes à partir du pillage qui était là pour eux. Les lépreux étaient des parias du peuple, ils vivaient dehors et mangeaient dans les décharges. Ils ont donc vu une opportunité, mais c’était mal et quand ils y ont réfléchi, ils ont su que c’était mal, verset 9. La leçon est claire pour nous : nous devons être honnêtes dans toutes nos actions. Le roi et les anciens de la ville n’avaient certainement pas confiance en Dieu et n’ont pas cru Elisée, aussi, lorsqu’on leur a dit que les Syriens avaient fui, ils n’ont pas cru les rapports et ont soupçonné un piège, verset 12. La leçon pour nous est de faire confiance à Dieu et de croire ce qu’il dit. Comme Elisée l’avait prophétisé, la sécheresse a pris fin et le peuple a pu prendre les choses que les Syriens avaient abandonnées, verset 16. Dans Lamentations 3, Jérémie nous dit à quel point il se sent mal à cause de toutes ses souffrances, il a été ridiculisé, il a été battu, on l’a laissé mourir et tout cela parce qu’il a fait ce que Dieu lui a dit de faire – Jérémie a certainement souffert dans sa vie. Mais à travers sa souffrance, il en est venu à penser à l’espoir qu’il avait, verset 19-20. Il a vu Dieu, même dans ses souffrances, verset 22-27, il a vu au-delà de ses souffrances et a vu le tableau d’ensemble, le but ultime et le plan de Dieu. Il voyait une raison à la souffrance que lui et ses compagnons israélites enduraient, verset 31-33. Jérémie connaissait les raisons de la souffrance du peuple ; parfois nous ne les connaissons pas lorsque nous souffrons, mais le fait est que Dieu les connaît et nous devons lui faire confiance, comme Jérémie l’a fait, et savoir que Dieu ne “rejette pas pour toujours”. Nous devons accepter le bien et le mal de Dieu et nous devons le louer dans n’importe quelle situation, verset 37-39. Comme Jérémie, aucun de nous ne devrait se plaindre de la situation dans laquelle il se trouve, Dieu connaît toutes nos situations et il a une raison, et de toute façon, nous sommes tous pécheurs et nous ne méritons que la mort. Jérémie nous exhorte à nous repentir, à examiner nos voies et à nous retourner vers Dieu, verset 40-42. C’est exactement ce qu’ont fait les lépreux, ils se sont repentis et se sont détournés de leurs actions égoïstes. Lorsque nous souffrons, nous devons essayer de nous souvenir des situations qui se sont produites dans notre vie par le passé, lorsque Dieu nous a aidés et a mis fin à nos souffrances. C’est ce que Jérémie a fait, il a pensé au moment où il était dans les latrines à fosse et s’est souvenu du salut de Dieu, verset 52-66. Cela lui a donné une force renouvelée pour voir la main de Dieu à l’œuvre et il a laissé tout jugement à Dieu pour ceux qui lui avaient fait du tort. Dieu agit dans nos vies, laissons-lui tout. Les leçons pour nous se poursuivent dans 1Corinthiens16 où Paul nous dit de “tenir ferme” dans la foi, d’être des personnes “courageuses”, “fortes” et “aimantes”, verset 13. Nous apprenons des exemples d’autres personnes qui étaient “dévouées” à l’œuvre de Dieu, versets 15-18, et comment nous devrions “soumettre” et “reconnaître” de tels frères et sœurs. Comme toujours, l’amour est la clé. Jérémie aimait le Seigneur, les lépreux ont finalement montré qu’ils aimaient le Seigneur, Elisée aimait le Seigneur et nous devons en faire autant, verset 22. Parce que si nous n’aimons pas et sommes égoïstes dans nos actions, nous sommes maudits. L’exemple des versets 1 à 4 est une démonstration d’amour – Paul suggère que tous les frères et sœurs devraient économiser de l’argent pour aider les autres qui sont dans le besoin, et nous aussi sommes appelés à partager même le peu que nous avons. “La grâce du Seigneur Jésus soit avec vous. Je vous aime tous dans le Christ Jésus. Amen” (versets 23-24). Septembre

Le 3 septembre

Le récit de la femme shunamite dans 2Rois 8 nous apporte un certain nombre de pensées pratiques et de réconfort qui peuvent profiter à nos vies. Le verset 1 devrait nous aider à savoir que Dieu s’intéresse à nous en tant qu’individus – tout en travaillant dans les “grandes” choses du monde, il se soucie tout autant des petites. La femme a écouté et, plus important encore, a fait confiance à ce que Dieu avait dit et a évité la pire partie de la famine, verset 2. Potentiellement, la femme et sa famille auraient pu perdre tous leurs biens pendant leur absence, mais là aussi, Dieu était à l’œuvre. Juste au moment où la femme est revenue et est allée voir le roi, celui-ci avait parlé d’Elisée à Guéhazi et il avait été question de ramener son fils à la vie (versets 4-5). Dieu était à l’œuvre dans cet événement aussi car elle est arrivée juste au bon moment. Le bénéfice de cette confiance ne s’est pas seulement traduit par le fait qu’elle a récupéré sa terre, mais elle a également reçu les revenus de la terre qu’elle aurait eus si elle était restée, verset 6. Les bénédictions de Dieu sont nombreuses, même si cela ne semble pas être le cas sur le moment. Avant de poursuivre ce thème dans Lamentations, puis dans 2Corinthiens, il y a deux autres leçons pratiques simples dans ce chapitre. Elisée était un grand exemple de personne pieuse qui traitait tout le monde avec respect, même si c’était un ennemi. Ben-Hadad, roi d’Aram (Syrie) était un ennemi d’Israël, bien qu’à ce moment-là un ennemi humilié après leur défaite dans 2Rois 7 à Samarie, mais Elisée était toujours prêt à parler à Hazael, verset 7-10. Nous savons que Ben-Hadad a appris sa leçon, à savoir que Dieu est aux commandes, et qu’il est humble, puisqu’il se présente comme le ” fils ” d’Élisée. Il est intéressant de noter que Naaman a parlé d’Élisée comme de son ” père ” (2R5:13). Jésus nous dit d’aimer nos ennemis, ce que nous avons souvent du mal à faire, mais nous devons aimer nos ennemis. L’autre leçon est qu’il faut faire attention à ne pas se mélanger avec des personnes impies. Achazia était un mauvais roi de Juda et il est probable qu’il ait été influencé par le mauvais roi Achab, puisqu’il a épousé sa fille (versets 25-27). Nous devons vraiment faire attention à qui nous côtoyons, car les personnes que nous côtoyons nous influencent (Psaume 1 et 45). Nous connaissons le contexte de Lamentations 4, comment Dieu punit son peuple en l’envoyant en exil hors de son pays et en détruisant Jérusalem (verset 11). On nous rappelle combien la situation était désespérée et combien le peuple a souffert (verset 10). Mais Jérémie reconnaît que tout cela est arrivé à cause de leurs péchés (verset 13) et que Dieu les a “dispersés” (verset 16). L’un des pièges les plus faciles à éviter pour nous tous est la complaisance. Les Juifs pensaient que parce qu’ils étaient les “oints du Seigneur”, ils seraient en sécurité où qu’ils soient (verset 20), mais ils ont oublié que cette position privilégiée n’était possible que s’ils continuaient à obéir à Dieu. Cependant, malgré toute cette souffrance, il y a toujours de l’espoir, verset 22 – “Fille de Sion, ton châtiment prendra fin”. Je pense que ce sont exactement les mêmes sentiments que ceux écrits par Paul dans 2Corinthiens1, versets 3-11. Les disciples de Jésus ne sont pas à l’abri de la souffrance et du “trouble”, mais parce que nous souffrons, nous sommes alors capables d’éprouver et de donner du “réconfort”. Les souffrances que nous vivons tous nous rendent capables de réconforter les autres dans leurs souffrances similaires. Le réconfort que nous donnons est l’espoir que nous avons du royaume et nous encourage tous à compter sur Dieu et non sur nous-mêmes, verset 9. Nous avons beaucoup lu sur le péché ces derniers temps et nous en avons vu les conséquences, mais cela nous réconforte aussi car nous savons qu’il y a le pardon et l’espoir, versets 5-11. Dieu s’intéresse toujours aux individus, la femme shunamite a fait confiance et a reçu une bénédiction, Jérémie a reconnu une espérance dans sa souffrance et celle de ses compagnons, et maintenant Paul dit que nous faisons l’expérience du réconfort face à la souffrance. Septembre

Le 4 Septembre

Nous voyons comment Dieu tient les gens responsables de leurs actions dans 2 Rois 9. Même les rois ne s’en tirent pas avec le mal. La dynastie d’Achab avait été la plus mauvaise jusqu’à présent, et Dieu l’avait avertie du châtiment (1 Rois 21:22). Elle devait être détruite de la même manière que les dynasties de Jéroboam et de Baasha. Il avait été prophétisé que Jéhu s’en chargerait (1 Rois 19:15-18). Cela s’est produit en 2 Rois 9. Jéhu a été oint roi et a tué Joram, le roi d’Israël qui était le fils d’Achab. Joram a été tué sur un terrain qui avait appartenu à Naboth. C’était une punition juste, car Jéhu avait auparavant tué la famille de Naboth et avait volé ses terres (1 Rois 21). Mais Jéhu est allé au-delà de l’ordre qu’il avait reçu de Dieu. Non seulement il a tué Joram, roi d’Israël, mais il a aussi tué Achazia, roi de Juda, qui se trouvait là aussi (2 Rois 9:27-29). Dieu parle de ce crime par l’intermédiaire du prophète Osée (Osée 1:4-5). Israël devait être puni pour ce meurtre non autorisé. L’autre aspect de cet événement concerne le style de vie d’Achazia, roi de Juda. Que faisait Achazia pour aider le méchant Joram à mener ses batailles ? L’origine du problème réside dans le fait qu’un roi de Judée s’est marié à la famille d’Achab. Cela signifie qu’ils étaient frères. Ahaziah s’en est servi comme d’un raisonnement pour aider Joram à combattre (2 Rois 3:7). Achazia n’avait pas appris le conseil de Dieu à l’époque de son père, le roi Josaphat. Dieu lui avait dit : “Devrais-tu aider les méchants et aimer ceux qui détestent l’Éternel ?” (2 Chroniques 19:2). Nous avons un principe clair selon lequel les croyants ne doivent pas aimer la méchanceté. Les croyants ne doivent pas aimer tout ce qui inclut la méchanceté. C’est une erreur courante. Si le roi de Juda n’avait pas été avec le méchant roi d’Israël, il n’aurait pas été tué. Il y a là une leçon importante pour nous. Nous devons faire attention à la manière dont nous choisissons nos amis. Nous ne devons pas aimer ceux qui détestent Dieu. Finalement, Israël est devenu si mauvais que Dieu a envoyé des ennemis pour le détruire. Lamentations 5 est le chapitre final des pleurs pour la perte du royaume d’Israël. Il n’y avait aucun aspect de leur vie qui n’était pas touché par les difficultés ou les ennuis. Toute joie et toute danse avaient disparu. Au lieu de cela, il y avait une lutte désespérée pour avoir juste assez à manger chaque jour. Les garçons se débattaient avec la charge de travail des hommes. Des personnes âgées sont décédées à cause de la dureté de la vie. Les gens vivaient comme des réfugiés. Ils reconnaissaient que c’était à cause de leurs péchés qu’ils étaient punis (verset 16). Ils ne se plaignaient pas de l’injustice de Dieu. Ils se plaignaient de la dureté de la vie. Mais ils n’étaient pas en mesure de changer leur situation. Seul Dieu pouvait le faire (verset 21). Les lamentations se terminent par un appel à la restauration. Dieu est l’espoir des gens les plus humbles, même de ceux qui ont péché. Dieu a changé la situation de son peuple, Israël. Au bon moment, il a envoyé Jésus. Dans 2 Corinthiens 3 et 4, il nous est demandé de nous concentrer sur Jésus. Il y a deux choses qui peuvent nous empêcher de voir Jésus clairement. La première est la loi de Moïse, qui pose problème aux Juifs (3:14). S’ils se concentrent uniquement sur la loi de Moïse, ils vivent avec un voile sur le visage et ne peuvent donc pas voir Jésus clairement. La deuxième chose qui nous empêche de voir Jésus clairement est le monde (4:4). Nous devons éviter la pensée du monde qui interfère avec notre capacité à voir Jésus. Si nous gardons les yeux fixés sur Jésus, nous serons en mesure de grandir pour lui ressembler davantage (3:18). Cette croissance en Jésus n’est pas facile, mais nous sommes aidés par la lumière de la connaissance de Jésus qui brille en nous (4.6). Lorsque nous sommes opprimés, nous devons considérer que c’est comme si nous portions les souffrances de Jésus (4:10). Lorsque cela se produit, cela comporte la promesse que nous porterons aussi la vie glorieuse du Christ dans le futur (4:11). Les difficultés de notre courte vie ont pour résultat une gloire éternelle pour nous (4:17). Les difficultés de la vie peuvent nous faire paraître vieux et usés, mais spirituellement nous sommes renouvelés chaque jour (4:16). Ce n’est pas notre apparence extérieure qui est importante, mais ce que nous sommes spirituellement à l’intérieur. Cela signifie que nous pouvons paraître usés pour les autres, mais frais et jeunes pour Dieu. Fixons donc nos yeux sur Jésus et sur les choses éternelles (4:18). Nous ne devons pas nous concentrer sur les problèmes temporaires de notre vie, mais sur l’avenir éternel et glorieux de l’au-delà. Nous serons alors mieux à même de surmonter les difficultés d’aujourd’hui. Septembre

Le 5 Septembre

Les lectures du week-end en 2Rois 9 et 10 présentent le récit de Jéhu, roi d’Israël. Jéhu a été fait roi par Dieu, 2Rois9:2-3 et 6. Il avait un but qui lui a été donné par Dieu, 2Rois9:7-10. Il l’a exécuté 2Rois10:11 et 17, il a aussi détruit les ministres de Baal, verset 25-17. Il a également montré une certaine allégeance à Dieu dans la manière dont il a parlé à Joram en critiquant l’idolâtrie et la sorcellerie, 2Rois9:22. Il a également pensé aux choses qu’il avait entendues précédemment à propos d’Achab, verset 25 et 36-37. Dieu l’a reconnu et Jéhu en a profité pour avoir ses descendants sur le trône pendant 4 générations, verset 30. La leçon que nous pouvons en tirer est que Dieu exécute toujours ses plans. Cependant, Jéhu n’était pas pleinement engagé dans les voies de Dieu parce qu’il a laissé des choses impies en Israël, verset 29 et 31, il n’était pas “attentif à garder la loi du Seigneur”. Il semble aussi avoir dévié de ce que Dieu lui a dit de faire en tuant aussi le roi de Juda. Les leçons à tirer sont donc de toujours se rappeler que Dieu exécute ce qu’il dit et que nous devons toujours essayer d’être attentifs à garder la loi du Seigneur. Septembre

Le 6 Septembre

Dans 2 Rois 11 et 12, nous lisons que la mort d’Achazia, roi d’Israël, a été considérée comme une occasion de prendre le pouvoir par sa mère, Athalie. Elle l’a fait de manière impitoyable, en tuant d’autres membres de sa famille. Dans cette période tragique de l’histoire, deux personnes se sont distinguées. L’une était une tante. En cachant le bébé Joas dans le temple pendant 7 ans, elle a préservé la lignée des rois de David. L’autre était le grand prêtre Jehoiada, qui a aidé à élever l’enfant et l’a fait roi. Ces deux personnes ont utilisé leur position pour faire ce qui était juste, même si la plupart de ce qui les entourait était mauvais. Lorsque nous vivons dans des temps sombres, nous devons faire ce que nous pouvons pour faire briller notre lumière lorsque nous en avons l’occasion. Nous devons nous rappeler que ces temps ne durent pas éternellement et que Dieu est aux commandes. Ces temps étaient également un modèle de l’œuvre future de Jésus. Il a fallu 7 périodes (dans ce cas des années) pour établir le vrai roi et l’œuvre du temple, pour purifier la nation et pour enlever ce qui était impur. Il en résulta une joie pour le peuple. Joas a construit le temple de Dieu, ce qui était une caractéristique des bons rois. Cependant, plus tard dans sa vie, il a volé dans le temple de Dieu (12:18). Il n’a pas conservé sa fidélité. Joas est un exemple d’un certain nombre de bons rois qui n’ont pas si bien terminé leur règne. La leçon est claire pour nous. Lorsque nous sommes plus âgés, nous devons continuer à servir Dieu fidèlement. Si nous nous détournons de la bonne voie quand nous sommes vieux, nous annulerons tout le bien que nous avons fait auparavant. Nous devons persévérer fidèlement jusqu’à la fin. Dans Ézéchiel 2, nous avons un autre modèle de Jésus. Ézéchiel est appelé “fils de l’homme”. La seule autre utilisation de ce titre est lorsque Jésus se réfère à lui-même. Comme Ézéchiel, Jésus a été envoyé à un peuple obstiné et têtu. Comme Ezéchiel, Jésus devait parler, que le peuple l’écoute ou non. Ces deux prophètes ont rencontré des gens dangereux, des animaux dangereux comme des scorpions ou des serpents. Ils ne devaient pas avoir peur de ces personnes. Ils devaient prononcer les paroles de Dieu, afin que le peuple sache que Dieu leur avait parlé par l’intermédiaire d’un prophète. Tous deux ont vu des révélations de Dieu. Tous deux ont dû présenter un message de malheur, car leur message était largement ignoré. 2 Corinthiens 8 et 9 traitent de la construction fidèle, mais cette fois-ci, il s’agit de la construction du peuple de Dieu. Dans ces chapitres, il s’agit d’envoyer un soutien aux frères et sœurs dans le besoin, ce qui inclut les missionnaires dans le besoin. Ces chapitres contiennent les meilleurs conseils sur le thème du don dans toute la Bible. La première chose à remarquer est que ceux qui donnent ont la qualité de la grâce. C’est la qualité que Jésus avait en donnant sa vie pour les autres (8:9). Nous devrions également avoir cette qualité de don. On l’appelle “la grâce du don” (8:7). Nous devons donner en tant qu’individus et en tant qu’ecclésiastiques. Si nous ne donnons pas aux nécessiteux, alors nous n’avons pas la qualité de la grâce et nous n’avons pas cette preuve de notre amour pour Dieu. Nous remarquons ce que devrait être le don chrétien. Il doit être volontaire (8:3, 9:7). Forcer les gens à donner n’est pas bien, mais encourager les gens à donner volontairement est bien. Chacun doit décider lui-même du montant de son don (9:7). Nous ne pouvons pas décider pour les autres. Les gens ne peuvent pas donner ce qu’ils n’ont pas (8:12). Il y a un principe important ici. Nous récolterons ce que nous avons semé (9:6). Si nous ne semons rien, nous ne récolterons rien. Autrement dit, si nous ne donnons rien aux frères et sœurs dans le besoin, nous ne recevrons rien au moment où nous en aurons besoin. Mais ceux qui donnent seront bénis par Dieu pour l’avoir fait (9:8-10). La manière dont nous donnons est très importante. Nous ne devons pas provoquer de disputes ou de critiques par la façon dont une ecclésia donne à une autre (8:20-21). Nous devons nous assurer que chacun est satisfait du processus de distribution. Dans l’exemple décrit, Paul a veillé à ce que quelqu’un de l’ecclésia accompagne le don afin qu’ils sachent qu’il a été remis à la bonne personne. Nous aussi, nous devons nous assurer qu’il n’y a pas de plaintes raisonnables lorsque nous distribuons le don. Lorsque cela est fait de la bonne manière, tout le monde bénéficie de la grâce du don. Le destinataire reçoit ce dont il a besoin. Il louera alors Dieu, le priera et le remerciera, ce qui profitera à la fois à Dieu, au donateur et au bénéficiaire. Dieu veillera ensuite à ce que le donateur récolte ce qu’il a semé. Donner aux nécessiteux est une chose si merveilleuse à faire que Paul dit : “Merci à Dieu pour son don indescriptible” (9:15). L’acte de donner est un cadeau si merveilleux. Nous souhaitons certainement tous bénéficier de la possibilité d’apporter de l’aide à nos frères et sœurs dans le besoin. Nous notons que ce passage ne parle pas de donner aux nécessiteux de notre propre famille, ce que nous devrions faire de toute façon. La qualité d’un chrétien est de donner pour son frère ou sa sœur chrétienne lorsqu’il ou elle est dans le besoin. Septembre

Le 7 Septembre

Les récits des deux rois d’Israël dans 2Rois13 nous donnent des leçons intéressantes auxquelles nous devons réfléchir et essayer de ne pas leur ressembler. Les deux rois avaient un certain respect pour Dieu, Joachaz priait Dieu (verset 4) et Joas avait du respect pour Elisée (verset 14). Ils savaient tous les deux qui était Dieu, mais ils ont répondu de manière peu enthousiaste et ont tous les deux été décrits comme “mauvais”, versets 2 et 11. C’est pourquoi nous devrions vraiment réfléchir à notre attitude envers Dieu : faisons-nous semblant d’être chrétiens pour obtenir des avantages de nos frères et sœurs, peut-être un statut élevé ou plus d’argent, ou sommes-nous sincères dans notre foi chrétienne ? Ce que nous devons retenir, c’est que Dieu sait si nous sommes “mauvais” ou non. Nous pouvons faire semblant à nos frères et sœurs et parfois nous en tirer, mais nous ne pouvons pas faire semblant à Dieu et nous en tirer ! Ainsi, Joachaz a prié Dieu “à moitié”, il a prié uniquement parce qu’il était désespéré, il ne voulait pas vraiment que cela change sa vie. Dieu a fourni un libérateur, verset 5, mais le peuple ne s’est pas détourné de son mal, verset 6. De même, le roi suivant, Joas, est allé rendre visite à Elisée lorsqu’il était malade et que ce dernier lui a transmis un message de Dieu (versets 15-17). Malgré cela, Joas ne s’est pas vraiment engagé, il est resté tiède car lorsqu’on lui a dit de frapper le sol avec les flèches, il ne l’a fait que 3 fois, verset 18. Dans nos vies, nous devons répondre aux excellents messages de Dieu avec enthousiasme, par exemple, on nous a dit que Jésus revient pour nous délivrer, nous devons donc être enthousiastes dans notre réponse. On a dit à Joas que Dieu allait le délivrer de son plus grand ennemi, alors il aurait dû battre le sol avec une joie enthousiaste ! Elisée s’est mis en colère, verset 19, et Joas a subi les conséquences de son manque d’enthousiasme. Une grande leçon pour nous ! Dieu nous donne toujours des occasions d’être enthousiastes à son sujet, nous voyons le soleil et la pluie, nous voyons des animaux et des oiseaux, nous voyons une nouvelle vie et nous avons la fraction du pain comme rappel hebdomadaire. Le récit de l’homme mort jeté dans le tombeau d’Élisée et de son retour à la vie est un rappel très concret de l’existence de Dieu (versets 20-21). Il n’y a pas de “magie” dans les os d’Élisée, il est comme nous tous, quand nous mourons, nous retournons à la poussière, notre seul espoir est la résurrection, mais Dieu utilise cette occasion pour rappeler à son peuple qu’il est Dieu. Ezéchiel 3 continue avec les instructions de Dieu à Ezéchiel concernant la manière dont il allait prêcher au peuple de Dieu en captivité à cause de ses péchés. Ézéchiel mange le rouleau comme Dieu l’a demandé, verset 3, et ceci est une image de la “douceur” de la parole de Dieu, le message que nous avons dans la Bible est le meilleur message que nous puissions désirer et il devrait aussi être “doux” pour nous lorsque nous le lisons et l’intégrons à notre vie. Ézéchiel devait aller enseigner le peuple, mais Dieu l’a averti que le peuple n’écouterait pas, verset 7. Cela devait être très pénible et bouleversant pour Ézéchiel, mais il a quand même fait ce que Dieu lui a dit, et nous remercions Dieu de l’avoir fait, car nous pouvons bénéficier de ses paroles maintenant, lorsque nous lisons la Bible. Dieu a dit à Ézéchiel de ne pas avoir peur (verset 9). Il est donc sorti avec confiance et a fait ce que Dieu a dit, et lorsqu’il a fait l’expérience de la puissance de Dieu autour de lui, il a loué (verset 12). Comme Ézéchiel, nous avons la responsabilité d’enseigner aux autres, nous devons les avertir que Jésus revient et qu’ils doivent être préparés, le choix d’obéir et de suivre Dieu leur appartient, mais nous devons quand même parler. Les versets 17 à 21 le disent et confirment que si nous n’enseignons pas aux autres, nous serons tenus responsables par Dieu pour ne pas avoir enseigné, ce qui est très grave. Mais si nous enseignons aux autres et qu’ils continuent à rejeter Dieu, nous ne sommes pas responsables, et si nous enseignons et que les autres changent, nous avons contribué au salut d’une vie. Nous avons donc la responsabilité d’enseigner les autres, y compris nos frères et sœurs qui pèchent, notre mission est d’amener les autres à la repentance. C’est ce que Paul faisait dans sa lettre aux 2Corinthiens 10 et 11 – il essayait de changer l’attitude de ses compagnons chrétiens parce qu’ils péchaient. Ils manquaient de respect à Paul lui-même (versets 7-11). Ils se comparaient aussi les uns aux autres pour voir qui était le plus grand, verset 12, et Paul dit que ce n’est “pas sage”. Paul dit que nous ne devrions pas nous “vanter” mais être humbles, verset 13, nous devrions seulement nous comparer à Jésus et lorsque nous le faisons, nous voyons combien nous sommes faibles et pécheurs ! Paul se permet de se “vanter” pour essayer de nous convaincre que Paul avait tous les droits humains de se vanter à cause de toutes les choses qu’il a souffertes – il les énumère en 11:21-30. Paul a réellement souffert pour sa foi, et pourtant il a continué à enseigner aux autres la bonne nouvelle de l’Évangile, tout comme Ézéchiel. Ni l’un ni l’autre n’ont fait preuve de tiédeur dans leur réponse à l’amour, à la miséricorde et à la grâce de Dieu, même s’ils ont connu des déceptions, ils ont continué, verset 12. Ceux qui se vantent de ce qu’ils font et qui ne sont pas humbles sont “faux”, verset 13-15. Les “satans” (opposants) sont ici ceux qui prétendent être pieux, c’est-à-dire les “anges” (messagers de Dieu), donc les rois de notre première lecture étaient des “opposants” et non des “messagers de Dieu” comme l’étaient Ézéchiel et Paul. Les leçons que nous tirons des lectures d’aujourd’hui sont donc de ne pas être tièdes, d’enseigner les autres avec confiance et de ne nous comparer qu’à Jésus, car nous verrons alors à quel point nous avons besoin de lui pour notre propre salut. Septembre

Le 8 Septembre

Plus nous connaissons la parole de Dieu, plus nous comprenons ce qui a été écrit, et surtout pourquoi. Dans notre première lecture, 2 ROIS 14:1-20, nous avons la vie d’Amatsia. Les paroles semblent avoir été enregistrées comme le ferait un journaliste. Juste des “faits”, aucune trace de Dieu à l’œuvre, aucune trace de la raison pour laquelle ces événements se sont produits, et rien d’écrit pour que le lecteur puisse acquérir un enseignement et une compréhension du Seigneur. 2 CHRONIQUE 25 rapporte les mêmes événements mais donne des informations supplémentaires, afin que nous puissions savoir pourquoi ces choses se sont produites, pour reconnaître que Dieu est toujours à l’œuvre dans les royaumes des hommes. Aujourd’hui, je vais donc baser mes réflexions sur 2 ROIS 14:1-20 en regardant 2 CHRONIQUE 25. Nous lisons dans le v2 “Amatsia fit ce qui était juste aux yeux du Seigneur, mais pas de tout son cœur” En vérité, personne sauf Jésus n’a fait cela. Tant de gens pensent qu’ils mènent une “bonne vie” en croyant qu’ils font les choses qui sont justes à leurs propres yeux. Mais c’est ce qui est juste aux yeux du Seigneur qui compte, et non selon notre propre compréhension. Si nous aimons le Seigneur, nous chercherons à le connaître, à savoir ce qui est juste à ses yeux, afin d’être un avec lui. La bible est le seul moyen de découvrir les choses qui plaisent au Seigneur, et celles qui ne lui plaisent pas. V3-4 Amatsia suit les instructions de la parole de Dieu (Deut 24:16) à ce stade de sa vie… mais est-il conscient de ses péchés tout au long de sa vie ? David était très conscient de ses péchés et a demandé l’aide du Seigneur. L’un des avantages de nos bibles est de nous rendre conscients de nos péchés ; pourquoi ? pour que nous puissions nous tourner vers le Seigneur et demander pardon. La bible révèle notre “maladie” et montre le chemin de la guérison. V5-16 Dans ces versets, nous avons beaucoup plus d’informations que dans 2 ROIS 14. Amatsia reçoit des instructions de Dieu par l’intermédiaire d’un prophète concernant les 100 000 combattants d’Israël que le roi avait engagés pour 100 talents d’argent. Le prophète rappelle à Amatsia quelle est la volonté de Dieu et pourquoi, et combien il est plus gratifiant de ne faire qu’un avec le Seigneur. Lorsque nous faisons des projets, recherchons-nous la direction et la sagesse du Seigneur… et suivons-nous SES instructions ? Au verset 10, il semble étrange que les troupes d’Ephraïm soient furieuses, car elles ont été payées sans avoir à se battre. Cependant, leur colère peut s’expliquer par le verset 13. Il semblerait qu’ils attendaient leur salaire ainsi que les “grandes quantités de butin”. Bien qu’Amatsia ait entendu la parole de l’Eternel “L’Eternel peut te donner beaucoup plus que cela” et qu’il ait cru à cette parole, cette parole est-elle restée en lui ? Je soupçonne que la raison pour laquelle Amatsia a ramené les “dieux” du peuple de Séir est qu’il a vu de la valeur dans ces idoles : de l’or, de l’argent et d’autres matériaux désirables. Voici la récompense pour les 100 talents d’argent “gaspillés”. Il n’a pas remis en question ses actions, ( est-ce que je fais la volonté de Dieu ?) et il a peut-être même justifié ses actions en pensant que c’est ce que le Seigneur voulait dire en lui donnant plus ! Une petite justification peut facilement nous amener à rejeter toutes les instructions et les conseils affectueux que le Seigneur nous a donnés ! Au verset 15, le Seigneur essaie de changer le cœur d’Amatsia, en lui révélant son cœur à lui-même. “Pourquoi fais-tu… ?” …. Ces trois mots sont souvent prononcés dans la Bible et sont toujours très révélateurs lorsqu’on y réfléchit. Mais Amatsia refuse d’écouter. Amatsia, sans la parole, a montré son naturel, son arrogance et sa fierté. Mais non seulement il a souffert mais son royaume aussi et sa ville, Jérusalem. Ce qu’il cherchait par ses propres moyens, lui a été enlevé v24 … or, argent, trésors. Toutes ces choses sont arrivées et la raison en est donnée au v27 parce qu’Amatsia s’est détourné de l’Éternel. La raison est là pour que nous puissions apprendre, être fortifiés, et ne jamais nous détourner du Seigneur. La bible n’est pas seulement un livre d’histoire… c’est un livre qui concerne le passé de l’humanité et NOTRE présent et NOTRE futur. EZEKIEL 4 Si nous étions en exil à l’époque d’Ezéchiel 4… qu’aurions-nous vu ? En tant que croyants, nous saurions que la nation juive serait à Babylone pendant 70 ans avant de retourner à Jérusalem, et nos cœurs attendraient donc avec impatience ce moment à venir. Pour les non-croyants, ou même les sceptiques, il aurait été naturel de se languir de la vie qu’ils menaient auparavant à Jérusalem et de se lamenter “si seulement nous étions de retour à Jérusalem !”. Leur espoir était encore à Jérusalem… et non dans le Seigneur. Très souvent dans nos vies, nous sommes “dépouillés” de ce que nous apprécions dans nos vies, pourquoi ? Pour apprendre un meilleur chemin, pour mettre le Seigneur et son royaume en son temps …. Premièrement. Ezéchiel ne révèle pas la volonté de Dieu pour Jérusalem par des mots, mais par les mêmes actions singulières quotidiennes pendant plus de 14 mois. Bien que la plupart des gens se soient moqués d’Ézéchiel et que certains n’aient été que temporairement intéressés, certains… quelques-uns seulement, ont été attirés par le dévouement d’Ézéchiel. Sa volonté de s’affamer pendant plus de 14 mois, de souffrir physiquement pour le bien des autres, de ne pas être désillusionné par tous les moqueurs. Et s’ils reconnaissaient que le message n’était possible que par Dieu, alors ils SAVAIENT que la Jérusalem actuelle n’était pas celle où ils devaient espérer, mais que leur espoir et leur cœur devaient être avec le Seigneur et la future Nouvelle Jérusalem. Nous aussi, nous sommes des témoins de la vérité de la Parole. Témoins de ce que nous disons, de ce que nous pensons, mais aussi de ce que nous faisons et de ce que nous apprécions. Et tout en sachant que le Seigneur connaît nos cœurs, réalisons-nous que nous sommes ” observés ” par les non-croyants, les sceptiques, et par ceux qui cherchent un espoir ? Ezéchiel l’a fait ! 2 COR 12 : L’autorité de Paul était constamment contestée par certains à Corinthe, et il fait appel à l’Église par ses paroles, en lui rappelant son amour, son dévouement, etc. Ce n’était pas le message de Paul… il était le messager du Seigneur. Dans le chapitre 2 v1-10, il est si facile de se laisser distraire par les questions posées dans ces versets. Je crois qu’il est facile de répondre à certaines d’entre elles : ” l’homme dans le Christ ” au chapitre 2 est Paul. “L’épine dans la chair”… tout ce que je sais, et ce que j’ai besoin de savoir, c’est que Paul écrit… c’était pour “m’empêcher d’être vaniteux” et au v10 “prendre plaisir aux faiblesses… aux difficultés. Car quand je suis faible, c’est alors que je suis fort “. Combien de fois dans nos vies avons-nous reçu de la force dans nos moments les plus faibles, quand nous avions abandonné tout espoir en nous-mêmes mais avions prié pour que le Seigneur vienne à nos côtés. V19-20 “Tout ce que nous faisons, chers amis, est pour votre fortification” … regardez certains des comportements qui affaiblissent l’Eglise, les querelles, la jalousie, la colère, les factions, les calomnies, les ragots, l’arrogance et le désordre. 2 COR 13 v5 “Examinez-vous pour voir si vous êtes dans la foi, éprouvez-vous vous-mêmes” C’est un enseignement répété dans les Ecritures “Examinez-vous”. Matt 7:1-5 “Car de la même manière que vous jugez les autres, vous serez jugés”. “Pourquoi regardes-tu le grain de sciure dans l’oeil de ton frère… ?” 1 COR 11 v27-32 “Un homme doit s’examiner lui-même avant de manger du pain et de boire de la coupe..”. “Mais si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés. Lorsque nous sommes jugés par le Seigneur, nous sommes disciplinés POUR QUE nous ne soyons pas condamnés avec le monde”. 2 COR 13, 11-14 Les derniers mots de Paul révèlent quelle est la volonté de Dieu (v14) et comment cela va se passer (v !). La volonté de Dieu …. “Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous”. LA PROMESSE s’il en est ainsi, et si vous êtes d’un seul esprit (du Seigneur), et vivez dans la paix, le Dieu d’amour et de paix sera avec vous. Septembre

Le 9 Septembre

Notre première lecture aujourd’hui est 2Rois15. Le récit des rois continue de nous présenter l’ordre des rois d’Israël et de Juda. Les rois de Juda sont généralement bons, mais les rois d’Israël sont toujours mauvais. Le fait que les rois d’Israël soient “mauvais” a pour conséquence qu’il n’y a pas de lignée familiale de rois, presque tous les rois sont des personnes qui prennent le relais du roi précédent par le biais d’assassinats et de prises de pouvoir, par exemple aux versets 14 et 25. Il y a eu une exception à cette règle avec la lignée familiale de Jéhu, car ce dernier a fait preuve d’un certain respect envers Dieu et Dieu a dit qu’il aurait de la famille sur le trône d’Israël pendant 4 générations en conséquence, verset 12. Ainsi, à cause de la “méchanceté” des rois d’Israël, par exemple aux versets 9, 18, 24 et 28, il y avait toujours de l’incertitude en Israël, personne n’aurait su ce qui allait se passer ensuite, et cela nous rappelle aussi que si nous avons des anciens impies, nos églises seront faibles. D’un autre côté, les rois de Juda suivaient la lignée familiale et tous les rois pouvaient retracer leurs ancêtres jusqu’à David, Dieu a maintenu cette lignée à cause de l’intérêt de David, cela signifiait cependant qu’il y avait plus de certitude pour le peuple, ils savaient qui seraient les successeurs, donc Juda est une organisation plus stable. Deux rois de Juda sont mentionnés ici, Azaria (verset 1), également connu sous le nom d’Ozias (verset 13) et Jotham, tous deux étaient “bons” (versets 3 et 34), mais ils ont tout de même permis, à tort, à certaines mauvaises pratiques de se perpétuer en Juda (versets 4 et 35) – cela a toujours été un problème pour la nation et, de toute évidence, Dieu n’était pas satisfait et cela a entraîné la destruction de Jérusalem et de Juda. Nous lisons qu’Azaria est devenu lépreux, verset 5, et nous lisons dans le chapitre parallèle de 2Chronicles26:16 que la raison en est qu’il est devenu fier. Dieu était également conscient des mauvaises pratiques du règne de Jotham, car il a “levé” une nation pour les attaquer, verset 37. Nous aussi, nous devons nous rappeler que Dieu est conscient de ce que nous faisons dans notre vie quotidienne et de notre dévouement à son égard, il s’intéresse évidemment à chacun d’entre nous – Dieu est toujours à l’œuvre ! Ézéchiel a connu une période difficile dans ses prophéties aux Juifs en captivité à Babylone et Ézéchiel 5 donne le compte rendu graphique de ce qu’Ézéchiel a fait avec ses cheveux, versets 1-4, comme toutes les prophéties d’Ézéchiel jusqu’à présent, c’était visuel, c’est-à-dire que les gens pouvaient voir et, espérons-le, apprendre. Le verset 5 nous montre qu’il s’agit d’une prophétie sur la dispersion du peuple d’Israël dans le monde entier à cause de ses péchés (versets 6-7), la punition est claire (versets 10 et 15). C’est exactement ce qui s’est passé en 70 après J.-C. lorsque les Romains ont détruit ce qui restait de Jérusalem et du pays d’Israël, tout cela parce que le peuple n’a pas voulu écouter Dieu ! Lorsque Dieu dit quelque chose, cela se produit, versets 13 et 17. Le peuple était tellement corrompu qu’il était encore pire que les nations qui l’entouraient ! Nous remercions Dieu que l’histoire ne s’arrête pas là et, dans Luc 1, nous avons l’excitation des prophéties concernant Jean-Baptiste et Jésus, et comment Jésus devait être le sauveur (versets 31-33). C’est ce que toutes les personnes pieuses, qui savaient ce que Dieu avait prédit, attendaient de voir se produire. Zacharie et Marie étaient tous deux des personnes pieuses, ils respectaient Dieu et respectaient ses lois et ses commandements – Zacharie était un prêtre et essayait d’accomplir son devoir sacerdotal, verset 8-10, et Marie a “trouvé grâce” auprès de Dieu, verset 28. Tous deux ont eu peur lorsque l’ange est apparu, versets 12 et 29, et tous deux ont dû être calmés par l’ange, versets 13 et 30. Nous ne serions pas différents si ces choses nous arrivaient ! Tous deux ont posé une question après avoir reçu le message, versets 18 et 34, parce qu’ils ne comprenaient pas la situation : Zacharie a dit que lui et sa femme étaient vieux et Marie a dit : “Comment cela peut-il arriver, car je suis vierge ? Nous pouvons penser que ces deux questions sont raisonnables car elles sont très similaires, mais la réponse de Dieu, par l’intermédiaire de l’ange, était différente. Il y a eu une conséquence pour Zacharie, verset 19-22, il a cessé de pouvoir parler parce qu’il a douté du merveilleux message de Dieu. La réponse à Marie était différente, car sa question ne portait pas sur le doute que cela se produise, mais sur la confusion quant à la manière dont cela se produirait (verset 35-37). La leçon que nous pouvons en tirer est qu’il est normal que nous ne comprenions pas comment les choses vont se passer, mais nous sommes encouragés à ne pas douter. Il a fait preuve d’une compréhension confiante plus tard dans sa prophétie, d’abord au sujet de Jésus, verset 68-75 et ensuite au sujet de Jean, verset 76-79. Marie a démontré sa compréhension dans son chant, aux versets 46-55. Tous deux ont compris que Jésus était le sauveur (versets 47 et 69). Toutes les personnes pieuses dont nous avons parlé aujourd’hui ont fait preuve de respect pour Dieu et ont manifesté le désir de faire ce qu’il dit. Malgré leurs échecs, elles ont été pardonnées par Jésus et nous faisons partie de cette merveilleuse espérance dont nous avons parlé, lorsque toutes les personnes qui veulent le suivre seront rétablies dans le royaume de Dieu au retour de Jésus. Septembre

Le 10 Septembre

Achaz était l’un des mauvais rois de Juda, nous le lisons dans 2Rois16, nous le savons par le verset 2. Nous pouvons tirer des leçons de tout ce qu’il a fait pour nous montrer ce qu’il ne faut pas faire dans nos vies chrétiennes. Nous devons faire attention à ne pas tomber dans le piège d’essayer d’être comme les gens autour de nous juste pour nous intégrer, en tant que chrétiens nous devons être comme Jésus, donc souvent nous sommes différents. Ahaz n’a pas respecté Dieu parce qu’il a corrompu ce qu’il voulait pour s’adapter à ses propres idées et désirs, il a “offert des sacrifices et brûlé de l’encens sur les hauts lieux”, verset 4. Ce n’est pas ce que Dieu a dit de faire. Il avait des problèmes avec Israël et Aram qui lui faisaient la guerre, alors au lieu de se tourner vers Dieu, il s’est tourné vers l’homme, verset 7. Une chose que nous ne devrions pas oublier lorsque nous sommes en difficulté est de toujours nous tourner vers Dieu. En guise de paiement au roi d’Assyrie, il prit des objets du temple, verset 8, ceci est une autre indication de son manque de respect pour Dieu, nous devrions toujours respecter les choses de Dieu et ne pas les traiter comme quelque chose à vendre ou à utiliser comme paiement. Lorsque Achaz se rendit à Damas, il vit les autels des faux dieux qui s’y trouvaient et envoya des messagers aux prêtres de Juda pour qu’ils en construisent une réplique, verset 10, ce qui montre une corruption supplémentaire du culte et des pratiques religieuses de Juda. Achaz va encore plus loin dans son manque total de respect pour Dieu, en attribuant vraisemblablement le mérite de la victoire aux faux dieux de Damas, en modifiant les exigences de Dieu en matière de sacrifices (versets 11-14). Il introduisait des pratiques impies dans le culte de Dieu et corrompait la religion, ce que nous devons nous efforcer d’éviter également. Il est allé plus loin dans sa corruption en déplaçant l’autel pour lequel Dieu avait donné des instructions et en le remplaçant par un faux, mais il a essayé de conserver “l’autel d’airain”, approuvé par Dieu, pour demander conseil, verset 15. Il a également retiré le dais du sabbat par déférence pour le roi d’Assyrie (verset 18). En tout et pour tout, Achaz a fait preuve d’un manque total de respect envers Dieu et a complètement corrompu le culte de Dieu en introduisant de fausses coutumes, mais il a quand même eu le culot de s’attendre à ce que Dieu l’écoute quand il voulait être guidé ! C’est un exemple extrême dont nous pouvons tirer des leçons, mais nous aussi, nous devons faire attention à ne pas corrompre notre culte de Dieu, nous devons toujours nous assurer que nous faisons de notre mieux pour suivre les voies de Dieu dans notre culte et que nous ne faisons pas les choses à notre manière. Nous n’adorons pas dans un temple aujourd’hui, nous adorons comme décrit dans le Nouveau Testament, mais la leçon reste claire, nous devons respecter pleinement Dieu et Jésus dans notre culte et ne pas le corrompre de quelque manière que ce soit. Ce qui est triste, c’est qu’Israël et Juda ont continué à corrompre les voies de Dieu et les conséquences sont évidentes dans Ézéchiel, parce que les rois n’ont pas retiré les faux autels et les idoles comme ils auraient dû le faire, et dans le cas d’Achaz, ils en ont ajouté d’autres, Dieu dit qu’il va les détruire dans Ézéchiel 6:3-7. Cela s’est produit parce que le peuple ne respectait toujours pas Dieu, malgré ses avertissements. Le but des avertissements et du jugement de Dieu était d’amener le peuple à “savoir que je suis le Seigneur”, verset 7. Cette phrase revient plusieurs fois dans Ézéchiel, dans ce chapitre elle apparaît aux versets 10, 13 et 14. Dieu veut que nous le connaissions vraiment, que nous le respections, que nous l’adorions et que nous ne le remplacions pas par n’importe quoi, quelle que soit cette idole. La raison de la destruction est claire, c’est à cause de leurs “pratiques méchantes et détestables”, verset 11. C’est parce qu’ils corrompaient les voies de Dieu et menaient une vie impie, ce qui nous rappelle sûrement qu’il faut toujours être prudent. Pourtant, malgré tout cela, Dieu est toujours patient et prêt à nous pardonner, il n’a pas puni tout le peuple, verset 8, il a donné l’occasion de se repentir, verset 9. Dieu doit toujours être respecté, il est le Créateur après tout, ses voies sont toujours justes et il attend de nous que nous fassions de notre mieux, mais il fait preuve de compassion et permet la repentance. La démonstration de l’étendue de la compassion de Dieu est donnée dans Luc 2 avec la naissance de Jésus, notre “sauveur”, aux versets 11, 30 et 39. Notre nature humaine pécheresse a besoin d’un sauveur et Dieu a dirigé les événements pour que cela soit possible : c’est Dieu qui a incité César Auguste à organiser un recensement (verset 1), c’est Dieu qui a fait en sorte que Joseph et Marie se rendent à Bethléem (verset 4) et c’est Dieu qui a fait en sorte que Marie accouche au bon moment (verset 6) – tout cela pour que la prophétie s’accomplisse. Dieu s’intéresse à des personnes individuelles, par exemple les bergers (versets 8-14), Siméon (versets 25-28) et Anne (versets 36-38). Ces personnes étaient à la recherche de quelque chose de meilleur, elles ont respecté Dieu et l’ont loué, versets 20, 29-32 et 38 à nouveau. Joseph et Marie étaient les personnes appropriées pour élever le fils de Dieu, ils respectaient vraiment Dieu, ils ont suivi toutes les lois impliquées dans une naissance, verset 21-24, leur offrande des 2 jeunes colombes ou pigeons montre qu’ils étaient une famille pauvre mais humble. Et ils faisaient de leur mieux pour se conformer aux lois de Dieu, verset 39-40, et en allant “chaque année” à Jérusalem pour adorer, verset 41. Ils étaient déterminés à faire ce qui était juste, comme nous devrions l’être. Comme nous, ils n’ont pas toujours compris et ont été troublés par les circonstances, par exemple aux versets 19, 33, 48 et 50, mais ils ont fait confiance à Dieu. Lorsque Jésus a disparu à Jérusalem, il leur a fallu trois jours pour se rendre au temple (verset 46), sans doute pour prier. À ce moment-là, ils devaient être désespérés et paniqués par la perte de leur fils. Ont-ils essayé de le retrouver eux-mêmes avant de se tourner vers Dieu dans la prière ? Nous ne le savons pas, mais contrairement à Achaz, ils se sont tournés vers Dieu pour prier lorsqu’ils étaient en difficulté. Tous les personnages de Luc 2 ont respecté Dieu et lui ont fait confiance en attendant le salut promis dont nous faisons partie nous aussi. Nous remercions Dieu que Jésus ait obéi à son père en tout temps et qu’il ait “grandi en sagesse et en stature, et gagné la faveur de Dieu et des hommes” (verset 52). Septembre

Le 11 Septembre

Dans la troisième lecture d’aujourd’hui, Luc 3, nous voyons une citation d’Isaïe, verset 4-6 ; il y est question de vallées qui sont “comblées” et de montagnes qui sont “abaissées”, ce qui donne l’image d’un processus de nivellement, c’est-à-dire que la terre est nivelée. Ces mots nous font clairement penser à la “voix qui crie dans le désert” comme étant Jean le Baptiste “préparant le chemin du Seigneur”, c’est-à-dire Jésus, et Isaïe nous demande donc de penser aux personnes. Il semble donc que nous ayons ici une image de personnes placées au même niveau, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de personne plus importante qu’une autre lorsque les deux sont en Jésus. C’est une image d’humilité. Le verset 2 nous rappelle les prêtres, c’est-à-dire Annas et Caïphe, ainsi que Zacharie. Au verset 23, on nous dit que Jésus a commencé son ministère à l’âge de 30 ans – c’est l’âge auquel les prêtres juifs commençaient leur travail religieux. Il est intéressant de noter qu’Ezéchiel avait également 30 ans lorsqu’il a commencé son travail, Ezéchiel 1:1, la référence à 30 suggère son âge, et comme Ezéchiel, Jésus “nivelle” le peuple. Tous sont des pécheurs, il n’y a personne de meilleur qu’un autre et tous ont besoin du salut. Peu importe que quelqu’un soit riche ou pauvre, noir ou blanc, homme ou femme, tous ont besoin de Jésus. Dieu était “content” de Jésus, verset 22, parce que Jésus a rendu le salut possible et Jésus l’a démontré par son propre baptême, il n’en a pas eu besoin parce qu’il n’a pas péché, mais il a démontré extérieurement qu’il allait obéir à son père et qu’il allait vaincre la mort. Le message de Jean dans ce chapitre est que les gens doivent se repentir et changer la façon dont ils vivent leur vie – il dit de “produire du fruit en accord avec la repentance”, verset 8. Cela signifie que nos actions doivent démontrer que nous sommes repentants et que nous essayons d’être comme Jésus. Nous ne pouvons pas dire que nous sommes “en Jésus” si nous vivons des vies qui ne sont pas identiques à celles de Jésus, notre “fruit” doit être le même que le “fruit” de Jésus. Comme les Juifs, qui disaient qu’ils étaient les descendants d’Abraham et qu’ils étaient donc sauvés, nous ne pouvons pas dire que nous sommes sauvés simplement parce que nous sommes baptisés. Jean nous avertit que “la hache est à la porte”, c’est-à-dire que l’”arbre” qui devrait produire de bons “fruits” sera abattu, ou nivelé. En d’autres termes, si nous n’essayons pas d’être comme Jésus, nous ne serons pas sauvés. Jean donne ensuite des exemples de la manière dont nous pouvons ressembler à Jésus (versets 11-14). Nous devons partager ce que nous avons ; nous ne devons pas tricher ou voler ; nous devons nous contenter de ce que nous avons et ne pas essayer d’en obtenir davantage par des moyens détournés. Ces 3 exemples sont des indicateurs pour démontrer le type de fruit que nous produisons – si nous sommes mauvais, nous échouerons, si nous sommes bons, nous serons sauvés. Malheureusement, les prêtres juifs, à ce stade de l’histoire juive, ne produisaient pas de bons fruits, Zacharie étant une exception, et le contraste entre eux et Jésus était grand. Jésus est notre grand prêtre et notre roi, la généalogie des versets 24 à 38 confirme que Jésus est de la lignée du roi David et qu’il est le roi. Il est le prêtre et le roi parfaits et apporte notre salut lorsqu’il revient sur la terre, c’est pourquoi nous devons agir de manière à démontrer que nous nous repentons de nos péchés. Ainsi, en toute humilité, nous remercions Dieu pour Jésus. Septembre

Le 12 Septembre

Ézéchias était un bon roi, il a fait ce qui est juste, 2 Rois 18 verset 3. Les actions qu’il a menées pour éliminer les choses impies et celles qui provoquaient des tentations démontrent sa piété, verset 4. Il a fait confiance à Dieu, verset 5, et a tenu bon et a toujours obéi, verset 6. C’est ainsi que nous devrions être dans la façon dont nous vivons nos vies aussi. La foi d’Ézéchias a été récompensée, versets 7-8. Dieu est avec ceux qui lui font confiance et le suivent, même si cela ne semble pas toujours être le cas, comme ce fut le cas pour Ézéchias plus tard, mais Dieu travaille pour le mieux. La fidélité d’Ézéchias contraste avec l’infidélité de leurs voisins israéliens, verset 12. Ils ont été emmenés en captivité à cause de leurs actions impies (verset 11). Le contraste est une leçon pour nous aussi : si nous suivons Dieu, nous sommes bénis, si nous lui désobéissons, nous en subissons les conséquences. Le roi d’Assyrie a pris confiance après avoir détruit Israël et il est venu attaquer Juda également, verset 13. Ézéchias a essayé de le payer et de faire confiance à l’humanité, verset 16. Il n’y a aucune trace ici d’Ézéchias priant Dieu et peut-être a-t-il réagi trop rapidement pour tenter d’éviter un désastre. Le roi d’Assyrie connaissait bien Dieu et ses promesses à Israël/Judah, puisqu’il y fait référence, par exemple aux versets 25 et 32. Mais il n’avait aucun respect, verset 35. La leçon à tirer ici est également bonne, car parfois les promesses humaines sont attrayantes, parfois elles peuvent être présentées comme “pieuses”, c’est pourquoi nous devons toujours vérifier ce que Dieu veut réellement. Dans Ézéchiel 8, nous voyons à quel point le peuple et les chefs religieux de Juda sont devenus corrompus, un autre avertissement pour nous lorsque nous permettons à la pensée humaine de remplacer la pensée de Dieu. Il semble y avoir des étapes dans la corruption du peuple, en commençant par les idoles, verset 5. Le début est toujours de remplacer Dieu par quelque chose, ce qui provoque la jalousie – la jalousie de Dieu – car il ne veut pas nous “partager” avec des choses impies. Deuxièmement, Dieu montre à Ezéchiel leurs actions encore plus détestables, versets 9-11, ils adoraient les idoles et corrompaient ce que Dieu avait mis en place. Troisièmement, c’est encore pire, les anciens étaient impliqués, verset 12. La quatrième chose est encore pire, verset 14-15. Lorsque nous arrivons à la cinquième étape, le peuple avait complètement tourné le dos à Dieu, verset 16. Si nous permettons à la moindre chose impie de s’interposer entre nous et Dieu, elle finira par le remplacer et nous ne pourrons plus le voir parce que nous lui avons tourné le dos. Lorsque cela se produit, Dieu n’écoute même pas, verset 18. Le message ici est de tirer les leçons de ce qui est arrivé au peuple d’Israël et de Juda et de ne pas permettre que Dieu soit remplacé et que son culte soit corrompu. Il ressort clairement de la Bible qu’aucun d’entre nous ne peut toujours faire ce que Dieu veut parce que nous sommes de nature humaine, c’est pourquoi nous avons besoin de Jésus et lui seul n’a pas péché. Ses tentations dans Luc 4 nous montrent comment il n’a pas cédé. Il avait faim et a été tenté de changer les pierres en pain pour surmonter sa faim, mais il a arrêté ses pensées impies, verset 4. Il avait alors le pouvoir et la capacité de prendre le contrôle des royaumes, mais il a résisté à ses pensées (verset 8). Il voulait mettre sa puissance à l’épreuve, mais il résista à cela aussi, verset 12. Chaque fois, il citait la Bible, chaque fois, il vérifiait ce que Dieu voulait. Nous pouvons certainement apprendre de Jésus. Nous devons essayer d’être comme lui. Comme Ezéchias l’a découvert, on ne peut pas faire confiance à la pensée humaine. Lorsque Jésus enseignait dans la synagogue, les gens étaient d’abord étonnés de son enseignement (verset 22), mais ils se sont très vite retournés contre lui lorsqu’ils n’ont pas aimé ce qu’il leur a dit (versets 28-29). Tout le monde ne peut pas accepter ce que Dieu veut, et il arrive que nous soyons confrontés à l’opposition, en fait, Jésus nous dit de nous y attendre. De même que Jésus guérit les maladies, il a le pouvoir de pardonner nos péchés et sa priorité dans son enseignement concernait le royaume, verset 42-44. Ainsi, la leçon que nous devons tirer aujourd’hui est de toujours essayer de suivre Dieu et, bien évidemment, Jésus, et de ne pas mettre notre confiance dans les choses humaines, car elles sont vouées à l’échec. Septembre

Le 13 Septembre

Tout au long de la Bible, nous voyons comment les êtres humains s’opposent toujours à Dieu d’une manière ou d’une autre et tout cela nous rappelle à quel point nous avons besoin de Jésus. Dans les lectures d’aujourd’hui, bien que nous commencions par des rappels de notre nature pécheresse, nous terminons par Jésus et par le fait que c’est seulement en lui que nous avons le pardon. Les leçons seront donc des rappels de la manière dont nous devons essayer de vivre notre vie au jour le jour. Dans 2 Rois 19, nous poursuivons le récit de l’arrogance et de l’orgueil du roi d’Assyrie, qui tente d’attaquer et de prendre Jérusalem, et nous voyons comment le pieux Ézéchias réagit à la situation. Le roi d’Assyrie n’avait aucun respect pour Dieu, il a ridiculisé la puissance de Dieu en disant que Dieu ne protégerait pas Juda. Les versets 4, 10-13, 16, 22-24 montrent tous combien le roi d’Assyrie était arrogant et fier. Nous devons toujours veiller à ne pas nous enorgueillir de ce que nous percevons comme nos réalisations. Le roi d’Assyrie connaissait les prophéties et les paroles de Dieu et il les a manipulées à ses propres fins. Il avait oublié ou n’avait pas considéré que c’était Dieu lui-même qui avait suscité le roi d’Assyrie pour humilier Israël, verset 25-26. Dieu est le maître de tout et il fait ce qu’il veut. Dieu est toujours au courant des actions et des pensées de chacun et il écoute, il a rendu un jugement sur le roi d’Assyrie, verset 27-28 et 32-34. Ce que Dieu a dit a eu lieu, verset 35-37. En plus de nous rappeler que Dieu entend et voit, nous devons aussi réagir comme Ézéchias l’a fait lorsqu’il a été confronté à des problèmes. Immédiatement après avoir entendu ce que les Assyriens disaient dans 2Rois 18, Ézéchias a prié, verset 1. Il a ensuite envoyé des assistants à Ésaïe pour savoir ce que Dieu voulait qu’il fasse, verset 2. Plus tard, lorsqu’Ézéchias a reçu la lettre des Assyriens, il s’est rendu au temple, l’a “étalée devant l’Éternel” et a prié, versets 14-15. Il est évident que Dieu savait déjà ce que contenait la lettre et qu’il n’avait pas besoin de la revoir, mais le fait même qu’Ézéchias la montre à nouveau à Dieu montre l’humilité d’Ézéchias et démontre qu’il reconnaît que la prière est réelle et que nous devons considérer que Dieu est proche de nous. Il s’agit là d’une bonne pratique dont nous pouvons nous inspirer et ces actions d’Ézéchias ont été efficaces puisque Dieu a répondu et a dit que Juda serait sauvé à ce moment-là, verset 29-34. Ézéchiel 9 montre ce qui se passe lorsque les gens ne reconnaissent pas que Dieu peut tout voir, verset 9-10. Si nous voulons que Dieu ait pitié de nous, nous devons toujours nous rappeler que Dieu voit nos actions et connaît nos pensées et nos paroles. Le souci d’Ézéchias pour leur sécurité incluait aussi le souci du nom de Dieu qui était blasphémé, il en est de même pour les gens à l’époque d’Ézéchiel, car Dieu a envoyé les anges pour “marquer” ceux qui s’affligeaient des actes impies qui avaient lieu en Juda à ce stade, verset 4. Une question pour vous (et moi !) – est-ce que vous (est-ce que je) “vous affligez” parce que les gens autour de nous et le monde sont impies, ou est-ce que nous l’ignorons et essayons de continuer nos vies ? Nous devrions être bouleversés lorsque Dieu est ignoré et remplacé et nous devrions prier comme l’a fait Ezéchias et les personnes qui ont reçu la “marque” à l’époque d’Ezéchiel. Ce sont ceux qui avaient la marque qui ont été épargnés par les anges. Dans Luc 5, nous voyons comment Jésus a enseigné le pardon – Pierre a réagi lorsqu’il a entendu puis expérimenté la merveilleuse prise de poissons, versets 8-9, il a reconnu qu’il était un pécheur et Jésus a répondu en disant “n’aie pas peur”, verset 10. Pierre et ses compagnons ont “tout laissé” et ont suivi Jésus, verset 11. Ce sont les étapes de la reconnaissance de Dieu et de Jésus et du souvenir que c’est seulement en eux que nous pouvons obtenir le pardon, mais cela signifie qu’il faut “tout quitter” pour suivre – nous interprétons cela comme mettre Dieu en premier. Nous avons vu que la lèpre est comme le péché et la guérison de l’homme est un témoignage visuel de la manière dont Jésus pardonne et guérit. Remarquez que l’homme reconnaît que Jésus peut faire ces choses (verset 12) et que Jésus s’est approché, a “touché” et rendu l’homme pur (verset 13). S’il subsiste le moindre doute sur le fait que la guérison par Jésus de maladies physiques et mentales a un lien imagé avec le péché – regardez le verset 24. Jésus tient à souligner ce lien – ce n’est pas le péché qui cause les maladies, c’est le fait que les maladies nous rappellent que nous sommes pécheurs et que la maladie se termine par la mort, qui est l’image du péché, car le péché apporte la mort. Jésus a dit à l’homme paralysé que ses péchés étaient d’abord pardonnés, verset 20. Il est venu à Jésus et Jésus lui a pardonné, et pour montrer que ses péchés étaient pardonnés, il l’a aussi guéri. Cette guérison et ce pardon ont eu lieu “immédiatement”, verset 25. Le lien entre le péché et la maladie est à nouveau établi lors du ” sauvetage ” de Lévi (Matthieu), au verset 31. Jésus parle de maladie et de médecins alors que le contexte est clairement “manger avec les pécheurs” et Jésus dit à Lévi de le suivre, non pas parce qu’il est malade, mais parce qu’il est pécheur (verset 27). Comme Simon (Pierre), Lévi a “tout laissé”, verset 18. En d’autres termes, il a donné la priorité à Jésus et à Dieu. La parabole des outres, verset 36-39, semble être l’affirmation de Jésus selon laquelle il n’est tout simplement pas possible de “rafistoler” l’ancienne loi et la nature humaine, cela ne fonctionne pas – le peuple qui se tournait vers Dieu à l’époque d’Ézéchias n’était que temporaire, et au moment où nous arrivons à Ézéchiel, il ne reste que très peu de personnes pieuses, de sorte que Jésus et ceux qui le suivent sont devenus la “peau du vin nouveau”, et le “vin nouveau”, qui signifie Jésus, est le seul moyen d’obtenir le pardon et d’être sauvé. Cela ne signifie pas que Dieu a changé – il exige toujours le respect et l’obéissance, mais cela signifie que lorsque nous échouons, comme c’est souvent le cas, si nous faisons de notre mieux et que nous nous repentons lorsque nous échouons, nous avons la certitude d’obtenir le pardon et la vie. Nous remercions Dieu pour cela et nous le montrons en le mettant en premier. Septembre

Le 14 Septembre

Nous lisons la maladie d’Ézéchias dans 2Rois20. Dieu lui dit que sa maladie allait le conduire à la mort, verset 1. Il est conseillé à Ézéchias de s’y préparer. Le caractère d’Ezéchias fait qu’il se tourne immédiatement vers Dieu en prière, verset 2-3, sa demande est tout à fait compréhensible et même si nous savons que nous avons une merveilleuse promesse dans le royaume, nous voulons naturellement nous accrocher à la vie que nous avons. Dieu a répondu parce qu’il a vu qu’Ézéchias était sincère et bien que le plan de Dieu était de punir Juda à cause de son péché, il a tardé à le faire à cause de la foi et de la piété d’Ézéchias, verset 5-6. Dieu a spécifiquement dit qu’il délivrerait la ville de la main de l’Assyrie dans sa réponse, quelque chose qui se produirait maintenant pendant la vie d’Ézéchias avec la prolongation de sa vie de 15 ans. De toute évidence, Dieu a vu le caractère pieux d’Ézéchias et a dit qu’il prolongerait sa vie, mais après qu’Ésaïe lui ait dit que sa vie serait prolongée, Ézéchias a douté (verset 8). Je suis sûr que la plupart d’entre nous douteraient aussi, même s’il avait déjà été guéri (verset 7). Il est donc normal de douter et, dans ce cas, Dieu a fourni un signe pour le convaincre davantage (versets 9-10), donnant à Ézéchias la possibilité de choisir. Il était bon qu’Ézéchias choisisse quelque chose d’humble et qu’il n’y gagne rien, si ce n’est une plus grande confiance. Cependant, maintenant qu’Ezéchias sait qu’il va vivre 15 ans de plus, il semble avoir perdu l’incertitude de la vie car il fait une chose insensée lorsqu’il reçoit des visiteurs de Babylone, verset 13. Il permet à son orgueil humain de prendre le dessus sur son humilité et c’est pourquoi nous devons également faire attention à contrôler notre orgueil et à montrer nos réalisations. C’était une “tentation” subtile pour lui, car il était manifestement heureux d’être en bonne santé et, lorsque les Babyloniens sont venus lui rendre visite, il a laissé son plaisir s’exprimer. Cela me fait réaliser que nous avons tous besoin de l’incertitude de la vie pour rester pieux, nous ne savons pas ce qui nous attend au coin de la rue, ce qui nous incite à toujours essayer de faire ce que Dieu veut, mais si cette incertitude nous était enlevée, nous nous permettrions de nous détendre. C’est pourquoi nous souffrons – c’est un rappel pour nous de toujours essayer de rester proche de Dieu. Dieu a dit à Ézéchias, par l’intermédiaire d’Ésaïe, que tout ce qu’Ézéchias avait montré serait emporté à Babylone, verset 18. La réponse d’Ézéchias à cette annonce est également intéressante (verset 19) : c’est un commentaire égoïste car il pensait que cela ne se produirait pas de son vivant ! Il ne semble pas avoir pensé à la terre de Dieu, à la ville de Dieu ou au peuple de Dieu. Ézéchias était une personne intéressante, comme nous tous, il a des points positifs et négatifs, dont nous pouvons tirer des leçons. Ézéchiel 10 est un autre de ces chapitres tristes de la Bible – c’est l’image de la gloire de Dieu quittant le temple. La vision d’Ézéchiel est décrite de la meilleure façon possible pour que nous puissions essayer de nous représenter l’événement. Il s’agit d’un événement dramatique où Dieu a quitté son peuple à cause de sa rébellion et de ses péchés. Pour Ézéchiel, ce sera très douloureux car le pays de Juda/Israël et Jérusalem seront inhabités jusqu’à ce que le peuple revienne de l’exil où il se trouvait avec les survivants, c’est-à-dire à Babylone. De petites images comme celle-ci nous montrent l’exactitude de la Bible. Il a été dit à Ezéchias que tous les objets qu’il a montrés aux Babyloniens seraient emmenés à Babylone et Ezéchiel a été témoin de ce qui s’est passé toutes ces années plus tard. Luc 6 confirme que Dieu n’a pas quitté son peuple parce qu’il a envoyé Jésus et que Jésus nous enseigne comment nous comporter, tout en étant notre sauveur qui nous débarrasse de nos doutes et de nos péchés. Tout ce que Jésus a dit était juste, il a montré aux prêtres que garder le sabbat et ne pas se soucier de faire des choses pieuses était mal, verset 5 et 9. Jésus nous montre que l’adoration INCLUT le fait de faire le bien, il ne suffit pas d’observer le culte officiel ou de se reposer le jour du sabbat en ignorant les besoins des gens, nous devons toujours saisir les occasions de faire le bien. Comme Ézéchias, Jésus priait avant les événements importants, par exemple, il a passé toute la nuit à prier avant de nommer les 12 apôtres, verset 12-16, une grande leçon pour nous dans nos vies, toujours prier ! Jésus dit clairement que ceux qui sont pauvres, affamés, tristes et haïs sont tous vraiment bénis, car nous savons que lorsque Jésus reviendra sur terre, toutes ces souffrances prendront fin (versets 20-22). La souffrance est un rappel du péché et de la nature humaine, mais aussi un rappel que cela passera, verset 23. Il est si facile pour nous d’en vouloir parfois aux impies qui semblent souffrir moins que nous, mais Jésus a un message pour eux aussi, versets 24-26, toutes ces choses dans lesquelles ils ont mis leur confiance auront une fin. Mais nous ne devons pas “haïr nos ennemis”, verset 27. Jésus nous donne des exemples d’amour et nous montre comment aider nos ennemis, versets 28-35. Toutes ces choses ne nous viennent pas naturellement, mais c’est ce que nous devrions faire en tant que chrétiens, nous sommes là pour donner l’exemple et pour reconnaître que Dieu nous a tout donné, même si nous sommes pécheurs (c’est-à-dire ennemis de Dieu !). Nous devons être miséricordieux, tout comme notre père l’est, verset 36. Les messages enregistrés dans les évangiles semblent souvent fournir une réponse à une affirmation précédente, par exemple comment juger qui est un “ennemi”, la réponse est immédiatement donnée, verset 37. On nous dit de ne pas juger, il est donc difficile pour nous de décider qui est un ennemi ! Nous devons faire des “jugements” sur ce qui est bien ou mal, mais juger pour condamner n’est pas bien. Aider et donner est quelque chose qui doit nous venir naturellement en tant que chrétiens, car ces occasions nous sont présentées pour nous aider à déterminer notre récompense dans le royaume, verset 38. Nous sommes tous pécheurs et juger pour condamner les autres n’est pas quelque chose que nous devrions faire, comme le montre la parabole humoristique des versets 41-42 ! Comment pourrais-je, avec une planche dans l’œil, voir clairement pour enlever la tache de ton œil ! Ce n’est pas possible, donc aucun de nous ne devrait essayer, nous devrions tous nous défier les uns les autres dans l’amour en vue d’amener la repentance lorsque nous voyons quelque chose de mal. Le bon fruit d’un arbre montre que l’arbre est bon, le mauvais fruit montre que l’arbre est mauvais, c’est la même chose avec nous, si nos actions sont bonnes nous sommes bons, si les actions sont mauvaises nous sommes mauvais, verset 43-45. C’est une grande leçon pour nous, car ce que nous disons et faisons nous montre qui nous sommes ! Nous devons construire notre vie sur des bases solides, ce qui implique de mettre en pratique ce que nous apprenons. La simple parabole des versets 46-49 est très claire : nous devons mettre en pratique ce que nous apprenons, sinon nous échouerons. Si, par contre, nous mettons en pratique ce que nous apprenons, nous avons atteint une situation où notre foi est forte parce que nous y croyons vraiment et, lorsque les difficultés arrivent, nous restons forts avec l’aide de Dieu. Les bonnes actions montrent que nous sommes de Dieu, malheureusement il y a beaucoup de gens qui disent qu’ils sont de Dieu alors qu’il est clair par leurs actions qu’ils ne sont pas sérieux. Il est intéressant de noter qu’il y a un lien avec Ezéchiel 13 au sujet des “bâtisseurs insensés”, mais cela attendra quelques jours ! Nous sommes le peuple de Dieu, donc nous devons essayer de démontrer à tout moment que nous sommes son peuple, quand nous échouons nous devons nous repentir et nous pouvons le faire avec confiance en Jésus. Septembre

Le 15 Septembre

2 ROIS 21 (+ 2 CHRONIQUES 33). Certaines personnes pourraient ne pas voir la pertinence de ces paroles dans leur propre vie, pensant qu’elles ne pratiquent pas l’idolâtrie comme Manassé. Mais rappelez-vous Col 3:5-6 “Faites donc mourir tout ce qui appartient à votre nature terrestre : l’immoralité sexuelle, l’impureté, la luxure, les mauvais désirs et la cupidité, qui EST L’IDOLATRIE. C’est à cause de cela que la colère de Dieu vient”. Malgré les 29 ans d’un roi juste (Ezéchias), Juda avait toujours l’idolâtrie dans son cœur – d’où (v15) “ils ont fait le mal à mes yeux et ont excité ma colère depuis le jour où leurs ancêtres sont sortis d’Egypte jusqu’à ce jour”. Au sein de la nation, il y avait toujours eu ceux qui étaient fidèles, ceux qui ne l’étaient pas, et ceux qui pouvaient être amenés à la fidélité. Ézéchias était fidèle et dirigeait la nation de manière à encourager et à inspirer la fidélité au Dieu unique et véritable. Mais à sa mort, ceux qui avaient foi en Ézéchias (plutôt qu’en Dieu) se sont égarés… à moins qu’ils ne soient dirigés par un autre roi juste. Manassé “faisait le mal aux yeux du Seigneur” … son règne a commencé quand il avait 12 ans… il était trop jeune pour imposer sa volonté sur Juda – donc cela nous montre que les actions de Manassé dans sa jeune vie reflétaient le cœur de Juda… et Manassé, en vieillissant a encouragé leur idolâtrie. Le Seigneur leur rappelle l’histoire et les promesses de la nation, et ce que le temple représentait, tout cela à cause de la relation de Dieu avec la nation. Comparez avec ce que Manassé a mis dans le temple : un morceau de bois sculpté et mort ! C’était le même temple (physiquement) mais un culte totalement différent. Pertinence pour aujourd’hui ? “Ne savez-vous pas que VOTRE CORPS est le temple de l’esprit saint, qui est en vous . “Mais le peuple n’écoutait pas”. Nous DEVONS continuer à écouter le Seigneur, sinon nous nous égarerons. Dans 2CHRON 33:10-19 nous avons un ajout étonnant à l’histoire des Rois… nous voyons Manassé “transformé par le renouvellement de son esprit”. Dans sa captivité, il ne se considérait plus comme un roi mais comme un humble serviteur, et il s’est humilié… conscient de ses terribles péchés… il avait l’esprit du fils prodigue. C’est notre début, et le bon esprit… des serviteurs humbles et volontaires. Dieu a été touché par la prière de Manassé et l’a restauré comme roi de Jérusalem. Par la miséricorde et le pardon de Dieu, Manassé a été inspiré à servir le Seigneur avec un nouveau cœur, à se débarrasser des idoles et à restaurer l’adoration du Seigneur, “en toute sincérité et vérité”. “en toute sincérité et vérité”. Quelle est la pertinence aujourd’hui ? Si Manassé peut être pardonné… je le peux aussi. SI, SI, SI je suis sincère, repentant, désireux d’avoir une nouvelle vie, ayant un esprit d’humilité, d’amour, de fidélité, et de plénitude de prière. EZEKIEL 11 : Une fois de plus, le peuple n’a pas écouté. Le Seigneur leur a envoyé à plusieurs reprises des prophètes (Jérémie, Esaïe, etc.) et certaines des prophéties s’étaient déjà accomplies à l’époque d’EZEK 11… mais ils ont refusé d’écouter malgré leur situation désespérée. Les anciens du peuple de Jérusalem croyaient qu’ils étaient les “sauvés” après tout, ils n’avaient pas été emmenés en exil. nous voyons au v2 qu’ils complotaient le mal et donnaient de mauvais conseils … disant, “ne sera-t-il pas bientôt le temps de construire des maisons ?” (de s’enraciner à Jérusalem). Ils comparaient les événements récents à une marmite… avec de la viande et de l’eau… elle arrivait à ébullition et on enlevait l’écume (les exilés) pour qu’elle ne corrompe pas la viande (eux-mêmes). Ceci est totalement opposé à la parole de Dieu enregistrée dans JER 29(lisez le chapitre entier) et EZEK 24:1-14. C’est ainsi que nous reconnaissons les faux prophètes, nous sommes capables “d’éprouver les esprits” selon la parole du Seigneur. v6 En complotant le mal et en donnant des conseils méchants, les anciens étaient responsables de beaucoup de morts dans la ville, soit directement, soit indirectement (en niant le salut par des mensonges). v7 le Seigneur les corrige … ils étaient le dépôt laissé au fond du pot après avoir vidé le pot, dont il est question dans EZEK 24 “Malheur à la ville du sang versé, au pot maintenant incrusté dont le dépôt ne s’en ira pas ! (v6) “mettez le pot vide sur les charbons jusqu’à ce qu’il devienne chaud … afin que ses impuretés soient fondues et que son dépôt soit brûlé” (v11). EZEK 11v11 ils seront retirés de la marmite (Jérusalem) par une chaleur intense (jugement) à Riblah (2KINGS:20-21).parce qu’ils s’étaient “conformés aux normes des nations qui les entouraient”(et ont fait pire !). V16-20 la promesse du Seigneur était qu’Israël reviendrait à Jérusalem avec un esprit nouveau en eux ( comme Manassé !) . Ces “dons” donnés par Dieu sont possibles aux chrétiens par la nouvelle alliance en Christ – cœur indivis, esprit nouveau, etc. – et la promesse “ils seront mon peuple, et je serai leur Dieu”. En réalité, Ezéchiel 11 se résume à la question suivante (sans jeu de mots) : qui voulons-nous aimer et servir ? le monde ? ou le Seigneur Dieu et son Roi élu ? LUKE 7:1-10 La foi du centurion a suscité l’étonnement de Jésus (v9). Les bonnes actions du centurion (v5) ont fait dire aux anciens des Juifs “il mérite que son serviteur soit guéri”. Mais Jésus a vu de plus grandes qualités dans cet homme – l’humilité (v6), la foi (v7) – “dis la parole, et mon serviteur sera guéri” Puis au v8 il révèle le raisonnement de sa foi en Jésus. L’autorité du centurion lui avait été donnée par Rome… et il pouvait voir que l’autorité de Dieu avait été donnée à Jésus… donc… Jésus n’avait qu’à donner l’ordre et ce serait fait. Lorsque nous lisons dans Matthieu 8:8 que le CENTURION a parlé à Jésus… et que nous faisons le contraste avec Luc 7:7 “le centurion envoya des amis pour lui dire”… Luc dit ce qui s’est passé littéralement, et Matthieu dit que les PAROLES du centurion ont été rapportées à Jésus par ses amis… ils ont parlé pour lui. Les deux textes parlent d’autorité déléguée. En tant que Christadelphiens, nous ne croyons pas en une trinité, mais nous reconnaissons l’autorité déléguée que Jésus a reçue de son père. Cet aspect de la foi que l’on trouve chez le centurion a “stupéfié Jésus” et Jésus a dit : “Je te le dis, je n’ai pas trouvé une si grande foi, même en Israël”. .v11-17 Jésus ressuscite le fils d’une veuve. Preuve d’une autorité déléguée que les Juifs qui ont été témoins de l’événement ont confessé en louant Dieu (v16) .Jésus dit dans Jean 5 v19 “Le Fils ne peut rien faire par lui-même….”(tout le pouvoir et l’autorité avaient été donnés par son père) . v21 “Car de même que le Père ressuscite les morts et leur donne la vie, de même le Fils donne la vie à qui il lui plaît de la donner” Jésus continue dans Jean 5 à parler de Jean le Baptiste et Luc fait de même au chapitre 7:18-35. Jésus a un grand respect pour Jean le Baptiste et pourtant Jean, dans ses moments les plus sombres avait besoin de l’aide de Jésus. Il est intéressant de voir quels mots Jésus a choisis pour fortifier Jean : “Retourne et rapporte à Jean ce que tu as vu et entendu : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont guéris, les sourds entendent, les morts ressuscitent, la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres… Heureux l’homme qui ne tombe pas à cause de moi ! Pour moi, Jésus rappelle à Jean Isaïe 35… un chapitre qui se termine par “la tristesse et les soupirs s’enfuiront”. le chapitre commence en parlant d’un désert (quelque chose que Jean pourrait comprendre puisque c’est là qu’il a vécu pendant un certain temps) dans les v3-4, il est question de renforcement avec la promesse que le Seigneur vient pour vous sauver v5-6 guérison… Je soupçonne que l’esprit de Jean était sur Esaïe 35 et quand Jésus lui a parlé (à travers les disciples de Jean), il a révélé que Jésus connaissait les doutes de Jean et a gracieusement donné un tête-à-tête très personnel avec des mots d’encouragement de ce même chapitre. v36-50… un contraste entre les cœurs de Simon un pharisien et une femme pécheresse (prostituée ?) Nous savons quel cœur (esprit) nous devrions avoir. Je trouve le v47 révélateur “ses nombreux péchés ont été pardonnés – parce qu’elle aimait beaucoup” L’amour, DE LUI-MÊME, n’apporte pas le pardon (par la foi nous sommes sauvés). Cependant, si nous aimons, nous ne voulons pas que quoi que ce soit (le péché) s’interpose entre nous et le Seigneur. Plus nous aimons le Seigneur, plus nous voulons être comme lui et nous voulons un pardon complet… totalement. Ainsi, parce qu’elle aimait beaucoup, elle a cherché à se faire pardonner ses nombreux péchés et à s’unir à son Seigneur, et parce qu’elle avait cet esprit, elle a été pardonnée, totalement. Elle le savait et a donc continué à aimer. Si, comme Simon, nous aimons peu, alors le pardon n’est pas si important pour nous, peut-être qu’à cause de NOTRE chagrin (pas celui du Seigneur), nous pourrions demander à être libérés. Et si nous avons été pardonnés un peu, alors nous aimerons peu à notre tour. Jésus ne condamne pas Simon, il essaie de l’aider. Simon (et toute l’humanité) ne connaîtra l’unité que lorsqu’il sera conscient de la profondeur de l’amour qui est en Jésus (et en Dieu). Lorsque nous parvenons à connaître cet amour, alors nous CROISSONS en amour pour eux… et nous pouvons nous aussi entendre les mots “Tes péchés sont pardonnés, ta foi t’a sauvé ; va en paix”. Septembre

Le 16 Septembre

Nous lisons dans 2Rois22 que Josias était un bon roi, verset 2. Il a été considéré comme bon par Dieu, même pendant les 18 premières années de son règne, alors que lui et le peuple n’étaient pas encore complètement justes aux yeux de Dieu. Nous ne devons pas utiliser cela comme une excuse pour nos échecs, car cela ne serait clairement pas correct, mais Josias a fait de son mieux pendant ces 18 premières années avec la connaissance et la compréhension qu’il avait. Son ordre de réparer le temple confirme qu’il a fait de son mieux avec la connaissance qu’il avait, verset 4-6. Le peuple et toutes les personnes impliquées ont également agi honnêtement, verset 7, ce qui indique à nouveau que le peuple a fait de son mieux avec la connaissance qu’il avait – c’est l’attitude que tout le monde devrait avoir, c’est-à-dire être honnête et agir fidèlement lorsqu’il s’agit d’argent et dans tout le reste ! (Nous devrions tous avoir une attitude fidèle et ne jamais garder les choses que Dieu nous a données comme étant uniquement pour nous !) Dès que Josias a eu connaissance de ce qui était écrit dans la loi de Dieu, il a immédiatement pris des mesures, versets 11-13. Il a immédiatement reconnu que lui et le peuple avaient tort. Les prêtres avaient également échoué dans leur tâche consistant à s’assurer que la parole de Dieu était vérifiée quotidiennement et suivie, ce qui confirme que si les anciens et les chefs religieux sont mauvais, le peuple le sera aussi. Les conséquences du péché du peuple étaient claires et Dieu n’allait pas changer d’avis, mais à cause de son amour, il allait épargner à Josias de voir le désastre, verset 19-20. C’est parce que Josias a écouté et s’est “humilié” que Dieu l’a protégé de cette destruction. L’attitude pieuse de Josias est encore démontrée par la manière dont il a répondu à cette nouvelle de Dieu, il n’a pas fait comme Ézéchias, c’est-à-dire se contenter de se réjouir que cela n’arrive pas de son temps, il s’est en fait plus complètement conformé à ce que Dieu voulait. Dans 2Rois23, nous voyons tout le bien qu’il a fait en rétablissant la façon correcte d’adorer Dieu. Il a détruit toutes les idoles et les faux dieux que ses prédécesseurs avaient mis en place ou n’avaient pas détruits – Josias était un homme qui suivait Dieu de tout son cœur, il ne faisait pas semblant, il s’est débarrassé de toutes les tentations, il s’est débarrassé de toutes les choses qui éloignaient les gens des choses de Dieu. Dieu décrit son attitude pieuse au verset 25. Josias avait un respect total pour Dieu et ce qu’il disait, ce qui est triste c’est que les prêtres, le peuple et les rois avant Josias n’avaient pas le même respect. Lorsque Josias a posé des questions sur les tombes qui se trouvaient dans les environs (verset 16), on lui a dit que la seule tombe était celle de l’homme de Dieu qui avait prophétisé toutes ces années auparavant qu’un roi nommé Josias ferait toutes ces choses (versets 17-18). Cela montre le respect et l’exactitude de la Bible de Dieu, les choses qui ont été dites dans 1Rois 13:2 se sont réalisées, nous devons nous aussi respecter la parole de Dieu ! La situation dans laquelle se trouvaient les Juifs à cause de leurs péchés avait des conséquences et malgré toutes les réformes entreprises par Josias, le mal était fait (versets 26-28). Si ce n’était de Jésus, de la grâce et de la miséricorde de Dieu, les conséquences du péché seraient aussi néfastes pour nous ; cependant, nous devons apprendre et faire de notre mieux, comme Josias l’a fait. Le livre d’Ezéchiel n’est pas dans l’ordre chronologique et Ezéchiel 12 se situe probablement avant que le roi Sédécias ne soit emmené en exil – les versets 12-13 le suggèrent, c’est-à-dire que le roi (prince) a essayé de s’échapper de Jérusalem (en franchissant le mur) mais a été capturé (filet) et rendu aveugle par les Babyloniens (il ne voyait pas), mais les leçons sont néanmoins réelles pour nous maintenant. Dieu a toujours été patient avec son peuple, il nous donne toutes les occasions de nous repentir, mais il viendra un moment où la patience de Dieu sera à bout. Le problème est que les gens ont confondu la patience de Dieu avec le fait que Dieu n’exécute pas ce qu’il a dit qu’il arriverait, et ils ont introduit un dicton, verset 22. Ils ne croyaient pas que tout le châtiment que Dieu avait prévu se produirait, mais Dieu change leurs paroles incorrectes au verset 23, c’est-à-dire que ce que Dieu a dit qu’il se produirait, se produira ! Nous ne devons pas confondre la patience de Dieu avec le fait qu’il n’accomplit pas les choses qu’il a dit qu’elles arriveraient, il fera ce qu’il dit qu’il fera, donc nous devons être prêts et faire de notre mieux tout le temps, verset 24-25. Nous pouvons si facilement nous tromper et penser que la vie continuera comme avant, mais ce n’est pas le cas ! Nous devons être comme Josias qui essayait de respecter Dieu à tout moment. La parabole du semeur dans Luc 8 contient un message sur la vérification de ce que Dieu veut et sur la manière de toujours faire de notre mieux. Dans son explication au verset 15, Jésus dit que nous devons avoir “un cœur noble et bon”, c’est-à-dire faire de notre mieux pour faire les bonnes choses pieuses ; nous devons “entendre la parole”, c’est-à-dire écouter ou lire ce que Dieu dit (la Bible) ; “la retenir”, c’est-à-dire nous souvenir de ce que Dieu dit et vérifier et ensuite “persévérer et produire une récolte”, c’est-à-dire que nous devons continuer à essayer d’être comme Jésus et donc comme Dieu. Les rois et les prêtres de Juda (et d’Israël) ont oublié ce que Dieu voulait, ils n’ont pas vérifié ce que Dieu voulait ; ils n’ont pas produit de bons fruits (sauf Josias) et n’ont donc pas eu un “cœur noble et bon”. Dieu dit très clairement ce qu’il attend, verset 16-18, il ne nous cache rien, il nous dit ce qu’il veut que nous fassions et il dit clairement quel est notre avenir si nous le suivons. Il nous demande de “réfléchir attentivement” car il y aura des conséquences si nous ne suivons pas Dieu de tout cœur. Jésus nous a rappelé tant de fois que nous devons faire ce qu’il dit, par exemple au verset 21, nous devons “mettre en pratique” ce que nous apprenons. L’exemple de Jésus calmant la tempête est une autre façon de mettre en pratique ce que nous apprenons, c’est-à-dire avoir la foi, verset 25 – nous rencontrerons des difficultés dans notre vie, mais nous devons avoir la foi que nous serons sauvés et que nous serons avec Jésus quand il reviendra. Nous avons la guérison de l’homme qui souffrait d’une maladie mentale ; Jésus lui a démontré de façon spectaculaire, ainsi qu’à ceux qui l’entouraient, que l’homme était guéri et que, par conséquent, Jésus pouvait aussi pardonner les péchés. Jésus a dit à l’homme d’enseigner aux autres – c’est une autre façon de “mettre en pratique”. Il en va de même pour la fille de Jaïrus et la femme qui avait des saignements constants, toutes deux ont été guéries et dans les deux cas, la foi a été démontrée. De nombreuses difficultés surviennent dans nos vies, des tempêtes spirituelles, la confusion, la maladie et la mort et Jésus nous dit à tous de ne pas avoir “peur”, verset 50. C’est l’un des points de notre vie chrétienne – il nous est demandé de croire, de faire confiance et de faire de notre mieux pour obéir à Dieu, mais nous échouerons, alors n’ayez pas peur car la grâce et la miséricorde nous sont accordées et, avec Josias et Ezéchiel et d’autres personnes fidèles, nous serons dans le royaume avec Jésus quand il reviendra. Tout ce que nous avons à faire, c’est de faire de notre mieux! Septembre

Le 17 Septembre

Tout ce que Dieu disait à l’époque des rois d’Israël et de Juda, et qui avait été annoncé par des prophètes comme Jérémie et Ézéchiel, est maintenant arrivé et Jérusalem est tombée. 2Rois24 et 25 nous amènent à la triste fin de cette belle ville que Dieu appelait sienne – tout cela à cause des péchés du peuple. Ils n’ont pas écouté les avertissements de Dieu, bien qu’il les ait avertis maintes et maintes fois. Les chefs du peuple ont été sévèrement punis pour cela, 2Rois25:18-21, ils ont été emmenés en captivité à Babylone, puis le roi les a mis à mort et “Juda est parti en captivité, loin de son pays”. Quelques mots seulement pour décrire comment tout était fini pour cette génération. Un nouvel avertissement pour nous, en particulier pour ceux d’entre nous qui sont des aînés, nous avons la très grande responsabilité de donner des exemples de piété à nos frères et sœurs et à tous les autres – Dieu et Jésus attendent de nous que nous soyons de bons exemples ! Les 3 derniers rois de Juda étaient mauvais ; ils n’avaient aucun respect pour Dieu et en fait ils n’avaient aucun respect pour le roi de Babylone non plus, ils ont juste démontré combien ils étaient arrogants et fiers ; même s’ils avaient été attaqués par un roi puissant, ils se sont quand même rebellés, 2Rois24:1 et 20. Au contraire, ils auraient dû être humbles et accepter ce que Dieu avait amené contre eux, par exemple 2Rois24:2-4 et 12-13. L’humilité devrait également être notre objectif dans notre vie chrétienne ! Tout ce pour quoi David et Salomon et le reste des rois avaient travaillé a été emporté à Babylone et les bâtiments détruits, 2Rois25:13-17. Ces versets nous rappellent à quel point le temple et le palais étaient grands et qu’ils ont été totalement et complètement détruits – tout ce qui avait été construit a disparu ! Un très bon rappel que tout ce que nous construisons, quel qu’il soit, devrait être construit sur Dieu et jamais motivé par l’orgueil humain. La cause de la défiance du peuple et des dirigeants nous est confirmée dans Ézéchiel 13. Les faux prophètes disaient des mensonges, ce sont ceux qui se sont opposés à Jérémie et Ézéchiel montre clairement qu’ils étaient des menteurs, verset 2. Dieu précise également qu’ils seront punis, au verset 3. C’est pourquoi nous devons être sûrs de ce que Dieu veut avant de croire et d’enseigner quelque chose – notre lecture de la Bible et nos prières pour être guidés nous préparent à cela. L’un des problèmes des êtres humains est que nous n’aimons pas les mauvaises nouvelles nous concernant et nous inventons des choses pour raconter une meilleure histoire, mais Dieu a une description des faux prophètes et des menteurs, versets 4-7. Dieu dit que sa “main sera contre eux”, verset 8-9. Il est toujours étonnant de voir à quel point l’esprit humain est trompeur, ces gens se sont convaincus qu’ils disaient la vérité, mais ce n’était pas le cas, c’est pourquoi nous devons tous vérifier ce que les autres nous disent pour voir si c’est la vérité. La différence entre Jérémie et les faux prophètes était que Jérémie était capable de démontrer, à partir des enseignements de Dieu à travers Moïse, que ce qu’il disait était juste. Ainsi, lorsqu’ils ont désobéi à Dieu, la punition n’a pas dû être une surprise, alors que les faux prophètes disaient simplement ce qu’ils savaient que les autres voulaient entendre. Parfois, nous devons dire des choses que les autres ne veulent pas entendre, car s’ils continuent à croire un mensonge, ils finiront par ne pas plaire à Dieu, verset 8-9. Une grande leçon pour nous tous, en particulier pour les anciens, est que nous devons veiller à ne pas “égarer nos frères et sœurs” en leur disant des choses qui ne sont pas dans la Bible et en n’interpellant pas correctement les frères et sœurs qui font peut-être des choses incorrectes. Ézéchiel utilise l’expression “couvrir de chaux” – il dit que les faux prophètes n’étaient pas honnêtes et qu’ils cachaient la vérité, dans l’exemple ici, les grandes fissures dans le mur. Nous aussi, nous devons faire attention à ne pas cacher les fissures et les péchés juste pour avoir l’air bien. Jésus a critiqué les Pharisiens dans Matthieu 23:27 parce qu’ils étaient comme des tombes “blanchies à la chaux”, c’est-à-dire qu’ils avaient l’air bien et religieux à l’extérieur, mais à l’intérieur ils étaient pleins d’ossements de morts, c’est-à-dire pécheurs et souillés. Ezéchiel dit que le vent et la pluie de Dieu détruiront les murs. Nous savons tous que si un mur n’est pas protégé correctement, il sera emporté par les eaux, la peinture ne le sauvera pas ! Jésus a également utilisé cet enseignement dans la parabole de Luc 6:46-end pour expliquer ce qui arrive à une maison qui n’est pas sur une fondation solide. Je soupçonne que les pharisiens de l’époque de Jésus auraient fait un lien entre ce qu’Ezéchiel a dit et ce que Jésus disait, en d’autres termes qu’ils étaient des prophètes faux et menteurs ! Versets 13-16, Dieu va montrer que les faux prophètes sont des menteurs. Tout au long de ce chapitre d’Ézéchiel, Dieu dit toutes ces choses pour qu’ils sachent que Dieu est “le Seigneur”, donc même dans cette punition de Dieu, son but est que les gens le reconnaissent. Dans Luc 9, nous avons l’excitation des 12 disciples qui partent prêcher et guérir ; remarquez qu’ils étaient deux par deux et qu’ils ont pris très peu de choses avec eux, versets 1-6. Ils ont dû être enthousiasmés par cette expérience et, à leur retour, Jésus les a éloignés de tout le monde, sans doute pour calmer leur enthousiasme et les empêcher de s’enorgueillir de ce qu’ils ont pu faire (verset 10). C’est pourquoi nous devons toujours relativiser les choses que nous faisons et rester humbles, en vérifiant toujours ce que Dieu veut de nous. Il n’est pas surprenant que le repas des 5 000 personnes vienne ensuite, car il s’agit d’une expérience d’humilité pour les disciples, car Jésus leur a démontré que le pouvoir qu’il leur avait donné à l’époque d’enseigner et de guérir n’était pas important. Les disciples ne savaient pas comment nourrir les gens (verset 13), et lorsqu’ils ont vu les résultats (verset 17), ils ont dû être humiliés. Jésus s’est toujours occupé de ses disciples – un exemple en est donné au verset 18, où Jésus leur donne l’exemple de la prière et leur montre combien elle est importante, car même Jésus ne pouvait pas faire les choses tout seul, il avait besoin de l’aide de son père. C’est l’humilité de demander et d’être sûr de ce que Dieu voulait, qui a empêché Jésus de s’écarter des voies de Dieu. Les faux prophètes dont parlait Ezéchiel s’autorisaient à s’enorgueillir et à vouloir la faveur des hommes – ce n’était pas le cas de Jésus, qui voulait toujours plaire à son père, et nous devrions faire de même. Il y avait de mauvaises nouvelles pour les disciples, car ils s’attendaient à ce que Jésus instaure le royaume immédiatement, mais Jésus les a prévenus qu’il serait tué, verset 21 ; ils n’ont pas compris cela, mais Jésus leur a dit la vérité, il n’a pas “blanchi” la réalité. Il est de loin préférable de toujours dire ce qu’est la vérité. La “transfiguration” a été un événement merveilleux pour Pierre, Jean et Jacques, car ils ont vu Jésus rencontrer Moïse et Élie dans une sorte d’événement qui ne peut que nous étonner. Ils ont également vu Dieu dire d’écouter Jésus (verset 35) et c’est ce que nous devrions toujours essayer de faire – nous devons toujours vérifier nos croyances et nos actions pour nous assurer qu’elles correspondent à ce que Jésus ferait. Jésus souligne à nouveau l’importance de l’écouter au verset 44, lorsqu’il dit à nouveau qu’il sera trahi. À ce stade, les disciples ne comprennent pas (verset 45), et il est révélateur que l’événement suivant rapporté soit que les disciples se disputent pour savoir qui sera le plus grand (verset 46). C’est vraiment étonnant – Jésus leur avait déjà appris à être humbles et maintenant ils se disputaient pour savoir qui serait le plus grand ! Peut-être Pierre, Jacques et Jean pensaient-ils être les plus grands, car c’est eux que Jésus a emmenés sur la montagne et qui ont assisté à la transfiguration (verset 28), mais Jésus est clair : il n’y a pas de “plus grand”, c’est l’accueil de Jésus qui est important, et l’exemple que Jésus donne est l’accueil d’un petit enfant (versets 47-48), qui détermine la position de chacun devant Jésus. Nous devons être comme des petits enfants, acceptant tout ce que leur père leur dit, et lui faisant pleinement confiance. Le plus petit rôle qui nous est confié n’a aucune incidence sur la position de chacun devant Jésus. La réponse de Jésus aux critiques de Jean à l’égard de quelqu’un qui guérit au nom de Jésus (versets 49-50) nous montre qu’il ne faut pas être jaloux de ce que font les autres, mais qu’il faut se préoccuper de soi et faire ce que Dieu veut. Suivre Jésus a un coût – il se peut que vous n’ayez pas de maison, que vous ne puissiez pas travailler sur la terre de vos parents, que vous ne puissiez pas avoir de famille, mais Jésus nous dit de le mettre en premier si nous voulons être dans le royaume et de ne pas regretter ce que vous pouvez manquer, car ce que Dieu a promis est meilleur (versets 57-62). Nous devons donc faire confiance à Dieu, ne pas mentir ou dissimuler les problèmes, “écouter attentivement” et nous humilier si nous voulons être dans le royaume. Septembre

Le 18 Septembre

Dans les Chroniques, nous obtenons un peu plus de détails sur l’histoire des rois de Judée que dans les Rois, et certains détails sont donc répétés. En outre, nous verrons aussi un peu plus de détails que nous lisons dans Jérémie, Ézéchiel, etc. En revanche, les rois d’Israël ne sont pas du tout mentionnés. Il est intéressant de comparer les différences au fur et à mesure que nous approfondissons notre connaissance des choses de Dieu. 1Chroniques1 est une liste de noms et peut-être que nos leçons pratiques sont plus difficiles à trouver parmi eux, mais ce que je trouve toujours bénéfique, c’est de penser que tous ces noms sont des personnes réelles, certaines que nous connaissons bien, d’autres dont nous ne nous souvenons peut-être pas avoir lu auparavant, mais les chapitres montrent l’histoire du peuple de Dieu, bonne et mauvaise. La lecture des noms nous rappelle des événements, par exemple Noé, au verset 4, et la façon dont Dieu a sauvé ceux qui l’ont suivi ; Abraham, qui était le père d’Israël (Jacob) et d’Ésaü, au verset 34 ; nous voyons des petits bouts de la façon dont les noms des tribus et des villes sont apparus, par exemple 12 et 17. Tout cela est significatif, même si nous ne le comprenons pas, et avec le temps, nous pourrons tirer des leçons de chaque section de la parole de Dieu. Tout au long de l’histoire du peuple de Dieu, nous avons vu des exemples de bons et de mauvais, et en Ezéchiel 14, on nous rappelle une fois de plus pourquoi les gens deviennent mauvais – c’est toujours quand ils remplacent Dieu par d’autres choses. Ici, ces autres choses sont décrites comme des “idoles” et il est vrai que le peuple a remplacé Dieu par ce que nous connaissons traditionnellement comme des idoles. En Afrique, vous rencontrez peut-être plus souvent des “idoles” traditionnelles qu’au Royaume-Uni, MAIS nous ne devons pas limiter le mot “idole” aux seules idoles traditionnelles – “idoles” désigne tout ce qui remplace Dieu. Ezéchiel parle des “idoles dans leur cœur”, versets 3-4 et 7, qui remplacent le fait d’aimer Dieu “de tout notre cœur”, ce que nous sommes censés faire – la réponse de l’expert de la loi dans Luc 10 verset 27 est correcte, verset 28. Ainsi, ériger des “idoles” de toute sorte n’est pas aimer Dieu ! Ézéchiel décrit ces “idoles” comme des “pierres d’achoppement”, ce sont des choses qui font tomber et trébucher les gens. Ainsi, ériger des idoles dans nos propres cœurs nous fait tomber et échouer ! La grande leçon pratique pour nous est donc que nous devons avoir la bonne attitude et aimer Dieu, nous ne pouvons pas aimer Dieu et les choses du monde (décrites dans le Nouveau Testament comme l’argent ou l’homme). Les anciens décrits par Ezéchiel croyaient en fait qu’ils pouvaient servir leurs idoles et servir Dieu en même temps. Dieu dit que cela ne peut pas arriver, verset 4. Dieu dit que les anciens doivent se “repentir” de leurs “pratiques détestables” et “se détourner de leurs idoles”, verset 6. La situation est si terrible que Dieu lui-même répond, verset 4 et 7-8, son but principal étant de ramener à lui ces anciens impies. Même dans les situations graves, il y a de l’espoir, mais cela ne signifie pas que nous pouvons délibérément provoquer la colère de Dieu en le remplaçant par une quelconque “idole”. Rappelez-vous que ces “idoles” peuvent être tout ce qui remplace Dieu, même votre famille si vous la faites passer avant Dieu. La leçon est également vraie pour les enseignants, car si nous enseignons quelque chose qui est contraire à ce que Dieu veut, nous serons coupables, verset 9-11. Il est très mauvais que certains chefs religieux enseignent que l’on peut aimer l’argent, les grandes maisons et beaucoup de biens matériels tout en aimant Dieu, ce n’est pas possible, Ezéchiel est clair : si vous faites cela, vous trébucherez ! Le message des versets 12 à 23 nous montre à quel point il est grave d’être infidèle, il y aura un jugement ! Jésus tenait beaucoup à ce que les gens de son époque se repentent de leur impiété et dans Luc 10, nous voyons Jésus envoyer les 72 disciples pour qu’ils enseignent et les préparent à la visite de Jésus lui-même pour enseigner (verset 1). Comme il l’a dit aux 12 disciples de Luc 9, il leur demande de ne pas prendre de bagages avec eux et de ne “saluer personne en chemin”, verset 4. Cela n’a rien à voir avec une quelconque méchanceté envers qui que ce soit, mais plutôt avec l’urgence de transmettre le message de Jésus. Dans les cultures du Moyen-Orient, on salue longtemps, il en va de même dans les cultures africaines et dans certains pays européens où les gens passent du temps à demander comment va l’autre et à saluer tout le monde. Jésus leur dit de ne pas faire cela car son évangile est urgent. Vous savez, lorsque nous visitons l’Afrique, nous sommes toujours pressés de faire toutes les choses que nous voulons faire et nous n’avons pas le temps de faire de longues présentations et de saluer les autres. Il y a de nombreuses leçons pour nous dans les instructions que Jésus a données aux 72, mais la principale leçon que je veux mentionner maintenant est la façon dont Jésus les a protégés lorsqu’ils sont revenus de leur voyage de prédication. Comme les 12 disciples avant eux, ils étaient enthousiasmés par ce qu’ils avaient accompli, verset 17. Les 72 risquaient d’être un peu fiers de ce qu’ils avaient accompli, et Jésus relativise leur réussite (versets 18-20). Ce dont nous devons nous réjouir, c’est que nos “noms sont inscrits dans le ciel”, c’est-à-dire dans le “livre de vie” de Dieu, ce qui signifie que lorsque Jésus reviendra, nous serons dans le royaume. L’utilisation par Jésus des mots “satan” et “ciel” semble être similaire à celle d’Ésaïe 14, où le fier roi de Babylone est humilié de sa position de force. C’est une image similaire dans Ésaïe 2 où les orgueilleux seront humiliés. Apparemment, la ville de Capharnaüm était une ville très fière et Jésus dit “non, vous serez humiliés”, verset 15. Le message que nous avons ici est donc que Jésus a vu les orgueilleux être abaissés par l’enseignement, c’est pourquoi Jésus a dit, lorsqu’il a envoyé les 72, qu’ils seraient comme “des agneaux au milieu des loups” (verset 3). Ce verset 14 n’a rien à voir avec un être maléfique puissant et surnaturel tombant du ciel, c’est un faux enseignement, nous pouvons confirmer que c’est un faux enseignement en vérifiant le contexte et en comprenant ce que Dieu dit. Les paroles d’Ezéchiel sont importantes dans ce contexte également, car si nous ajoutons une autre “idole” (un être maléfique puissant et surnaturel) à côté de Dieu, elle deviendra une “pierre d’achoppement” pour nous. La parabole du bon Samaritain est un enseignement bien connu de Jésus pour montrer un exemple d’”amour du prochain”. Le spécialiste de la loi a bien répondu lorsqu’il a dit que la partie la plus importante de la loi était d’aimer, verset 27. Mais en vérifiant qui est son “prochain”, nous découvrons que celui qui fait preuve de miséricorde est le prochain, verset 37, et Jésus dit d’aller faire de même. Il y a de nombreux aspects à cela, qui sont tous importants : nous devrions aider quiconque est dans le besoin, nous devrions permettre à quiconque de nous aider lorsque nous sommes dans le besoin ; nous ne devrions pas faire de discrimination ; nous ne devrions pas trouver d’excuses pour ne pas aider, même si nous sommes pressés d’enseigner aux autres ! Nous devrions aussi être comme Jésus, parce que Jésus a toujours agi comme le Samaritain dans cette histoire, il était et est miséricordieux, donc nous devrions l’être aussi. Les actions de Marthe et de Marie nous aident à comprendre les priorités. Marthe se plaint à Jésus que Marie ne l’aide pas à préparer la nourriture dans la cuisine (verset 40). Jésus relativise le travail, aux versets 41-42. Il ne condamne pas Marthe pour avoir cuisiné et il est probable que Jésus ait bénéficié du repas par la suite, mais il dit que Marie a “choisi le meilleur” en écoutant Jésus. Nos priorités doivent être d’apprendre et de vérifier pour comprendre ce que Dieu et Jésus attendent de nous. Nous devons manger, sinon nous deviendrons inefficaces en toutes choses, mais il y a des moments où manger n’est pas une priorité et où nous devons céder la place à ces événements que Dieu met sur notre chemin de temps en temps – la nourriture aussi peut devenir une “idole” si nous la laissons faire! Septembre

Le 19 Septembre

Dans la lecture d’Ézéchiel 15 d’aujourd’hui, il est question de la vigne. Israël, le peuple de Dieu, est décrit comme la vigne et, lorsqu’elle est correctement entretenue, une vigne produit d’excellents fruits, c’est-à-dire des raisins. Si une vigne est mal soignée, elle produira de mauvais fruits. Cette image est utilisée à de nombreuses reprises dans l’ancien et le nouveau testament, tant par Dieu que par Jésus, pour décrire le bien et le mal du peuple de Dieu. Ici, dans Ézéchiel, la vigne est décrite comme mauvaise et la seule chose que l’on puisse faire avec une mauvaise vigne est de la détruire, verset 6. Contrairement à tout autre arbre, le bois est inutile. Il ne peut pas être utilisé pour fabriquer des objets, il ne peut pas être utilisé comme un bâton, il ne peut même pas être utilisé comme un feu pour se réchauffer, cuisiner ou donner de la lumière. Une vigne n’est donc utile que si elle est soignée, placée au bon endroit et nourrie par de bonnes racines. La bonne vigne qui produit de bons fruits est une excellente image de nous, chrétiens, qui nous nourrissons de Jésus. La taille, pour la maintenir en bonne forme, est faite par chacun de nous les uns envers les autres (c’est un rôle prioritaire pour les anciens) et lorsque nous taillons et lorsque nous nous laissons tailler, nous produisons de bons fruits. Souvent dans notre vie, comme une vigne, Dieu et Jésus nous taillent par les différentes situations que nous vivons, pour nous aider à produire de bons fruits. Ainsi, une vigne est très utile lorsqu’elle est nourrie par de bonnes racines provenant d’un bon sol et qu’elle est taillée de manière à ce que toutes les branches cassées et endommagées soient coupées. Lorsque toutes les différentes parties fonctionnent bien ensemble, la récolte est bonne. Cependant, si une vigne n’est pas très bien entretenue, ou si elle ne veut pas l’être, elle peut devenir sauvage très rapidement. Si les anciens ne font pas un bon travail d’élagage, le même résultat se produira. Malheureusement, la vigne décrite par Ezéchiel était inutile car les anciens et le peuple ne se nourrissaient pas de Dieu, ils ne produisaient pas de bons fruits. Nos fruits nous indiquent si nous sommes bons ou mauvais. S’ils sont mauvais et qu’il n’y a pas d’émondage, alors toute la vigne deviendra mauvaise et, à la fin, la vigne sera brûlée. C’est une leçon puissante pour nous car, tout simplement, la seule chose utile de nous est notre fruit. En d’autres termes, notre seul espoir est en Jésus, sans lui nous sommes inutiles, nous ne pouvons pas nous sauver. Le fruit est donc ce qui compte en fin de compte et nous devons tous faire l’effort de produire du fruit. Dans la lecture de Luc 11, nous voyons Jésus donner l’exemple en priant, ce qui incite les disciples à lui demander de leur apprendre à prier. Nous obtenons ensuite l’exemple de ce que nous connaissons maintenant sous le nom de “prière du Seigneur”, versets 2-4. Jésus semble établir nos priorités pour la prière, c’est-à-dire qu’il faut d’abord louer Dieu, puis demander 4 choses : 1, que le royaume vienne, 2, notre nourriture quotidienne, 3, notre pardon, 4, ne pas être tenté. Jésus nous dit ensuite de demander et de faire confiance et nous avons des images graphiques de la façon dont les pères et les amis sont demandés et qu’ils donnent, donc si ces personnes humaines font cela, Dieu nous donnera sûrement ce que nous demandons, versets 5-13. Mais que voulait dire Jésus ici ? Voulait-il dire que nous ne devions demander que les choses figurant dans son “modèle” de prière ? Ce sont les choses qu’il convient de demander parce qu’il nous les accordera si nous produisons du fruit, c’est-à-dire le Royaume, le pardon et si nous ne nous laissons pas entraîner dans la tentation. Toutes ces choses sont la volonté de Dieu. Mais qu’en est-il des autres choses pour lesquelles nous prions ? Devons-nous les demander ? Dans la lettre aux Philippiens, on nous dit de prier pour n’importe quoi, donc nous pouvons prier pour des voyages sûrs, une maison, une éducation, une santé, une famille, etc. Jean dans sa lettre nous dit de prier et les choses selon sa volonté arriveront. Il me semble donc que des choses comme le royaume, la nourriture quotidienne, le pardon et l’aide dans la tentation se produiront toujours si nous le demandons. Les autres choses ne se produiront que si c’est la volonté de Dieu. Il se peut que Dieu ne veuille pas que nous soyons éduqués, que nous ayons une famille, un emploi ou une maison, il a peut-être d’autres plans pour nous. Nous demandons donc dans la foi, certaines choses que nous savons nous seront accordées, d’autres que nous ne savons pas, nous devons donc accepter la volonté et les réponses de Dieu et continuer à faire preuve de foi. Dieu veut que nous produisions du fruit et il nous mettra dans des positions où nous serons les plus aptes à produire ce fruit. Il peut nous émonder en répondant à nos prières d’une manière à laquelle nous ne nous attendons pas sur le moment. Mais Jésus a établi le modèle de nos prières pour notre bien, pour nous aider dans notre marche vers le royaume, c’est la priorité. Septembre

Le 20 Septembre

Ézéchiel 16 est une histoire en images de la “Jérusalem infidèle”. Le contexte nous montre que l’histoire concerne le peuple, et que Dieu avait demandé à Ezéchiel de le “confronter” à cause de ses “pratiques détestables”, verset 2. L’histoire reflète l’histoire de Juda depuis le début et jusqu’à l’avenir, elle commence avec la pitié de Dieu pour eux et il les sauve, il démontre son amour pour eux en leur fournissant toutes les choses dont ils ont besoin, et plus encore, mais le peuple est devenu fier et a fait confiance à lui-même et s’est détourné de Dieu d’une manière qu’aucune autre nation ne ferait. Ils ont oublié, verset 43, tout l’amour que Dieu leur avait montré dans le passé et ont fait preuve d’un cœur ingrat et ont remplacé Dieu par d’autres choses, verset 36. En conséquence, Dieu a amené toutes ces nations contre Jérusalem, les a détruites et a laissé Jérusalem “nue”, verset 39 (comme elles l’étaient lorsque Dieu les a “trouvées”, versets 6-7). Dieu dit qu’il les traitera comme ils le méritent, puis ils se repentiront (auront honte), versets 59-63, et Dieu pardonnera. Dieu utilise un langage très fort dans cette histoire pour avoir un impact. L’image d’un mari (Dieu) et de sa femme (le peuple) et comment la femme est devenue une prostituée et a quitté son mari. Nous savons tous à quel point la prostitution est mauvaise dans nos expériences actuelles et combien les conséquences sont douloureuses lorsqu’une femme ou un mari est infidèle à la personne à laquelle il est marié. L’image doit nous faire réfléchir à nos propres actions et si nous trahissons Dieu et le remplaçons, nous agissons comme une prostituée. Nous n’étions rien avant que Dieu nous appelle et nous sauve par Jésus, nous n’avions aucun espoir, mais Dieu a eu pitié de nous et a dit : “Je veux te sauver et te donner tout ce dont tu as besoin. Cela devrait nous rendre satisfaits et servir d’exemple à ceux qui nous entourent – nous ne devrions pas vouloir chercher d’autres choses car tout ce dont nous avons besoin vient de Dieu. Et tout comme dans cette “parabole”, il y a des conséquences pour nous si nous le faisons, verset 48. Nous devons toujours nous rappeler ce que Dieu a fait pour nous en nous sauvant, verset 43, c’est pourquoi nous devons lire la parole de Dieu (ou nous la faire lire), nous réunir pour enseigner et encourager et rompre le pain et le vin chaque dimanche. Toutes ces choses nous aident à nous souvenir de ce que Dieu a fait pour nous. Si nous ne nous en souvenons pas, il y a un réel danger que nous devenions nous aussi comme une “prostituée”. Dans notre lecture de Luc 12, Jésus nous présente à nouveau des leçons très pratiques. La parabole de l’insensé riche (versets 16-21) répondait à une demande d’aide inappropriée de la part d’une personne de la foule (verset 13) ; cette question démontrait une mauvaise attitude, exactement la même que celle des gens dont parlait Ézéchiel. Jésus replace le contexte de la parabole en montrant qu’il n’est pas un juge chargé de résoudre la jalousie entre frères à propos de l’argent, et il indique clairement que la “cupidité” et les nombreuses “possessions” ne sont pas le but de notre vie (versets 14-16). Tout comme les habitants de Jérusalem ont cherché à obtenir plus que ce que Dieu leur avait donné, l’homme de la parabole a fait de même, il ne s’est pas contenté de ce qu’il avait et a fini par tout perdre. Jésus dit que la même chose nous arrivera si nos priorités sont mauvaises, verset 21. Le fait d’être “matérialiste” et de vouloir toujours plus de choses pour s’enrichir apporte ses propres problèmes et inquiétudes, dont l’envie. Dieu nous met dans certaines situations et nous donne ce dont nous avons besoin, tout comme il l’a fait avec les habitants de Jérusalem. Jésus sait que nous avons souvent des soucis concernant les vêtements et la nourriture (verset 22). Il est normal de s’inquiéter de ces choses, mais Jésus nous dit d’essayer de ne pas nous inquiéter (versets 23-26). Pensez aux choses que Dieu fait, par exemple à la façon dont il pourvoit aux besoins des fleurs, versets 27-31. Jésus mentionne à plusieurs reprises dans ce chapitre les expressions “n’ayez pas peur” et “ne vous inquiétez pas”, et le message est clair : faites confiance à Dieu, et c’est là que doit être notre priorité (versets 32-34). Dieu veut nous donner le royaume, il voulait sauver ce bébé sur la photo d’Ezéchiel, il veut que nous lui fassions confiance et que nous ne cherchions pas d’autres plaisirs ailleurs, car il sait que ceux-ci nous corrompent, aussi innocents qu’ils puissent paraître sur le moment ! Jésus nous dit de “veiller” – de veiller à la manière dont nous vivons notre vie – parce que nous ne savons pas quand Jésus, le “maître”, reviendra et quand il reviendra, il doit nous trouver en train de faire les choses que lui et son père veulent que nous fassions, verset 35-40. Pierre pose la question de savoir à qui ces choses font référence (verset 41). Dans la réponse de Jésus, versets 42-48, il dit qu’il s’agit de tous ceux qui attendent le retour de Jésus. Il y a des conséquences si nous ne suivons pas Jésus, mais comme dans Ézéchiel, il y a toujours un espoir de repentance parce que Dieu nous veut dans le royaume. La leçon à tirer est donc la suivante : quelles sont nos priorités dans la vie ? Sont-elles Dieu ou une ambition orgueilleuse et égoïste ? De ces deux choses, celle que nous “chérissons” le plus sera là où se trouve notre “cœur” et cela deviendra notre priorité. Dans le récit d’Ézéchiel, le “trésor” du peuple était constitué d’idoles, de richesses et de pouvoir ; Jésus nous enseigne à faire pleinement confiance à ce que Dieu fait pour nous et à nous contenter de ce que nous avons. Septembre

Le 21 Septembre

Aujourd’hui encore, les lectures d’Ézéchiel et de Luc contiennent un certain nombre de paraboles. Les paraboles sont censées être des histoires mémorables qui nous permettent de nous souvenir de l’événement passé (exemple d’Ézéchiel), de la leçon pratique et de la préparation au royaume (exemples de Luc). Ces histoires sont destinées à être racontées à nouveau pour nous rappeler constamment les choses que Dieu et Jésus nous enseignent. La parabole d’Ézéchiel 17 est une histoire mémorable pour les Juifs en exil à Babylone, afin qu’ils puissent se souvenir des erreurs qu’ils ont commises et en tirer des leçons. La parabole se situe aux versets 3 à 10. Nous avons un cèdre, des graines de la terre, une vigne et deux aigles. L’explication se trouve dans les versets 11 à 15, et nous voyons donc que le premier aigle est le roi de Babylone et l’autre le roi d’Égypte ; la branche de cèdre et la semence sont les Juifs et les dirigeants juifs qui ont finalement été emmenés à Babylone après s’être rebellés contre le premier “aigle” en allant vers le “second”. Il semble qu’il s’agisse de l’histoire de Sédécias qui a été installé comme roi en Juda par le roi de Babylone, qui s’est ensuite rebellé et a demandé l’aide du roi d’Égypte, alors le roi de Babylone est venu et a écrasé la rébellion et a emmené Sédécias à Babylone. Dieu le confirme aux versets 16-18. Cette rébellion était en réalité contre Dieu, car Dieu avait dit qu’il ne fallait pas compter sur l’Égypte, Jérémie leur a répété à plusieurs reprises que le peuple devait se rendre à Babylone s’il voulait épargner ses vies, mais malheureusement un reste est allé en Égypte. Dieu le confirme à nouveau au verset 19-21. La leçon à tirer pour nous est certainement de ne pas nous rebeller contre Dieu et d’accepter humblement sa volonté, même s’il s’agit d’une punition pour les péchés, comme c’était le cas pour les Juifs. Sédécias n’était pas humble, il n’a pas accepté la “punition” de Dieu et s’est à nouveau tourné vers un libérateur humain et non vers Dieu. Nous ne pouvons pas quitter ce récit d’Ézéchiel sans penser à la merveilleuse espérance qui se trouve ici au milieu de toute cette douleur et de cette souffrance. Dieu fera toujours mieux que l’homme et, dans cette parabole finale, il cassera une pousse de la cime d’un cèdre et la plantera dans les montagnes d’Israël, elle deviendra un “cèdre splendide” où tous les oiseaux du ciel viendront s’abriter, verset 22-24. Dieu a promis qu’il ramènera les Juifs sur la terre d’Israël où il les fera prospérer – cette parabole n’est pas encore terminée, elle le sera quand Jésus reviendra ! Les paraboles se poursuivent en Luc 13 et 14. La première rappelle que nous devons produire du fruit pour démontrer notre repentance. La parabole du figuier fait suite à la discussion avec Jésus sur le lien entre la mort et le péché, Luc 13 verset 1-4. Le lien incorrect a été fait par les gens qui ont entendu parler du meurtre de Galiléens par les hommes de Pilate et d’un accident où une tour est tombée sur des gens et les a tués. Ils pensaient qu’ils étaient morts d’une mort aussi horrible parce qu’ils avaient été de mauvais pécheurs. Jésus dit clairement que ces personnes qui sont mortes n’étaient pas plus pécheresses que les autres, mais il dit que si nous ne nous repentons pas de nos péchés, nous périrons aussi sans espoir, verset 5. La parabole est donc en quelque sorte liée à cela, versets 6-9. L’homme cherche des fruits, il n’y en a pas eu depuis trois ans et il veut les couper. Le jardinier suggère d’essayer pendant une année supplémentaire, mais il accepte ensuite de les couper. Il semble qu’il y ait ici un lien étroit avec la période de trois ans d’enseignement de Jésus, mais l’idée est que s’il n’y a pas de fruits, la vigne (les Juifs) sera détruite. Ce qui est triste, c’est que les chefs religieux juifs n’ont pas compris ce que signifiait le mot “fruit”, leur insistance à dire que Jésus ne devait pas guérir, c’est-à-dire faire du bien, un jour de sabbat, démontre leur orgueil (verset 14), ils ne pouvaient pas comprendre que donner de l’eau à leur propre âne un jour de sabbat était hypocrite (versets 15-16). Dans Luc 14, Jésus est à nouveau confronté à la question de la guérison le jour du sabbat (versets 1-4). Cette fois, Jésus élargit l’exemple de l’âne qu’il a abreuvé en y ajoutant un fils et un bœuf qui étaient tombés, versets 5-6 – bien sûr, ils auraient aidé, mais il était hypocrite de reprocher à Jésus de guérir. Nous devons également veiller à ne pas critiquer une action en particulier et à ne pas nous enorgueillir de nos propres actions, comme le faisaient les Pharisiens. Jésus a regardé les invités arriver et prendre place à table pour un repas et sa prochaine parabole porte sur l’humilité, versets 7-11 – la leçon pour nous est de ne pas penser que nous sommes meilleurs que notre frère ou notre sœur, en fait nous devons tous toujours penser que nous sommes inférieurs. Le fruit que nous produisons est également démontré par les personnes avec lesquelles nous nous associons et que nous invitons à dîner ou à aider. Nous ne devrions pas partager avec ceux dont nous savons qu’ils peuvent partager avec nous, mais avec ceux qui ne peuvent pas partager avec nous en retour (versets 12-14). La parabole du grand banquet, aux versets 16-24, parle de Jésus qui invite les gens au royaume. Malheureusement, certaines personnes ont trouvé des excuses, les raisons qu’elles invoquent sont toutes intérieures : des terres, des bœufs et une femme. Ce qui est triste, c’est que les Juifs ont été invités en premier, mais ils ont rejeté l’offre, ce qui est bien, c’est que nous avons eu l’occasion d’être sauvés, alors nous ne devons pas maintenant trouver des excuses pour faire d’autres choses! Septembre

Le 22 Septembre

1 CHRON 5:1-2 Droit d’aînesse du premier-né. Habituellement, le fils aîné d’une famille ancienne devenait le chef de famille à la mort de son père et recevait également une plus grande part de l’héritage (le double) que les autres enfants. Mais Ruben, le premier-né de Jacob, avait “couché” avec la concubine de son père (Bilha Gen 35:22). À cause de cet acte méprisable, il a perdu le droit d’aînesse. Au lieu de cela, Jacob a béni les fils de Joseph, Ephraïm et Manassé (Gn 48, 15-22). Le droit d’aînesse attribué à Joseph et à ses fils ne comportait pas le droit de diriger les tribus et la nation, ce privilège a été accordé à Juda (Gn 49, 10) par la volonté de Dieu. Juda devait être la tribu par laquelle viendraient sa délivrance et son roi messianique. Le souverain de Juda serait issu de David et de sa dynastie. L’autre rôle du premier-né était celui de prêtre pour la famille. Le sacerdoce, par la volonté de Dieu, a été donné à la tribu de Lévi. Toute l’humanité n’a pas réussi à faire la volonté de Dieu, même lorsqu’elle a été bénie, ou qu’elle a été choisie comme prêtre, ou qu’elle a été choisie comme dirigeant du royaume de Dieu… tous ont échoué, sauf un… Jésus. Adam… le premier-né de Dieu (Luc 3:38) a échoué. Le sacerdoce et les rois… ont échoué… par exemple Ezek 21:26-27 “Ôtez le turban (sacerdoce), ôtez la couronne (roi) Elle ne sera plus ce qu’elle était… elle ne sera plus restaurée jusqu’à ce que vienne celui à qui elle appartient légitimement ; c’est à lui que je la donnerai”. JÉSUS… le deuxième fils de Dieu… qui a fait la volonté de Dieu et n’a pas péché (1Pi 2:22)…. Le prêtre choisi… qui s’est sacrifié à la volonté de Dieu (Hé 7-10 etc )…. le Roi choisi (Luc 1:33). Il existe de nombreuses références à Jésus en rapport avec le premier-né…Col 1:15-18 Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création…. Il est le premier-né d’entre les morts, afin qu’en toutes choses il ait la suprématie. Psaume 89:27-28.. Je l’établirai comme mon premier-né, le plus élevé des rois de la terre. Je lui garderai toujours mon amour, et mon alliance avec lui ne manquera jamais. Ph 2,8-11 Il (Jésus) s’est humilié lui-même et s’est fait obéissant jusqu’à la mort – même la mort sur une croix. C’est pourquoi Dieu l’a élevé au plus haut rang… Au nom de Jésus, toute connaissance s’inclinera… toute langue confessera que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. J’attends avec impatience ce moment… ” Que ton règne vienne “. EZEKIEL 18 : Le peuple d’Israël souffre et rejette la responsabilité de sa situation sur ses ancêtres. Bien sûr, c’est la nature de l’homme… blâmer quelqu’un d’autre au lieu d’examiner et de prendre la responsabilité de ses propres actions. Rappelez-vous Adam dans le jardin d’Eden. Gen 3:12 ” La femme que tu as mise avec moi… ELLE a donné du fruit de l’arbre, et j’en ai mangé”. Les conséquences ont été terribles : “De même que le péché est entré dans le monde par un seul homme, et la mort par le péché, et qu’ainsi la mort a atteint tous les hommes, PARCE QUE TOUS ONT PÉCHÉ (Rom 5:12). C’est une responsabilité individuelle.. J’ai péché. Sans l’amour, la grâce et le pardon du Seigneur… je suis destiné à mourir (pour toujours). Ezéchiel 18 révèle la volonté de Dieu pour toute l’humanité… résumée dans les versets 30-32… ” Je vous jugerai, chacun selon SES VOIES,… Repentez-vous ! Détournez-vous de toutes vos offenses ; alors le péché ne sera pas votre perte. Débarrassez-vous de toutes les offenses que vous avez commises, ET obtenez un nouveau cœur et un nouvel esprit… Je ne prends aucun plaisir à la mort de quiconque… Repentez-vous et vivez !” Rom 5:19 Car, de même que par la désobéissance d’un seul homme (Adam) la multitude a été rendue pécheresse, de même par l’obéissance d’un seul homme (Jésus) la multitude sera rendue juste. La miséricorde de Dieu nous offre la justice… par le fait que les injustes ont foi dans le juste (Jésus). Ce n’est pas seulement la foi, mais la volonté d’être “juste” aux yeux du Seigneur… nous y parviendrons si nous aimons… l’amour engendre des serviteurs volontaires et la volonté d’obéir Ezek 18:27… Si un homme méchant se détourne de la méchanceté qu’il a commise ET FAIT CE QUI EST JUSTE ET DROIT, il sauvera sa vie. Nous devons continuer jusqu’à ce qu’Il vienne.. “Celui qui tiendra bon jusqu’à la fin sera sauvé” Matt 10:22. LUKE 15… 3 paraboles avec un thème commun : perdu et retrouvé. Ces paraboles étaient pertinentes pour les gens de l’époque, et pour l’humanité d’aujourd’hui. Le chapitre commence par nous dire à qui Jésus s’adressait : il y avait deux groupes : Jésus était avec les collecteurs d’impôts et les “pécheurs”, et à l’écart de ce groupe (certainement dans leur esprit), les Pharisiens et les maîtres de la loi. La critique des Pharisiens était que Jésus accueillait les pécheurs (sans doute avec joie !) et mangeait avec eux. Jésus raconte une parabole : la brebis perdue et le berger. Il pose la question : “Si tu étais un berger, que ferais-tu ?” Certains pourraient dire qu’ils ne laisseraient pas les 99 en rase campagne… mais peut-être les aurait-il laissées à ses amis et voisins ( v6). La brebis perdue est si précieuse pour le berger… le berger a une relation si forte avec cette brebis sans défense… il fera tout ce qu’il peut pour la retrouver, et il ne se sentira jamais “complet” tant qu’il ne l’aura pas trouvée. Quand il l’a trouvée, il se réjouit “Réjouissez-vous avec moi, j’ai retrouvé ma brebis perdue”. Tous ceux qui ont écouté auraient compris les actions et les sentiments du berger. Mais ensuite, Jésus élève l’histoire à une compréhension céleste v7 “Je vous le dis, de la même manière, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent que pour 99 justes qui n’ont pas besoin de se repentir”. Les cœurs des “pécheurs” ont réalisé qu’ils étaient les brebis perdues et que Jésus était le berger. Les cœurs des Pharisiens se considéraient comme des justes et voyaient tous les autres avec un esprit critique… y compris Jésus… ils s’éloignaient du berger… et étaient perdus ! !… sans réaliser leur besoin de se repentir. Nous avons tous péché… nous devrions accueillir (et même encourager !) TOUS à venir à Jésus. Mais, nous venons à Jésus en ayant besoin d’être changés… de recevoir un nouveau cœur et un nouvel esprit… d’être inspirés pour CHANGER nos voies pour ses voies. Beaucoup sont venus à Jésus… mais tous n’ont pas été changés… l’échec n’était pas celui du Seigneur… c’est que CERTAINS NE VOULAIENT PAS ÊTRE CHANGÉS. La parabole des deux fils et du père. Nous voyons l’esprit (les attitudes) dans les 3 personnages. Le plus jeune fils représentait les “pécheurs”. Le père représente Dieu (et sa volonté est accomplie par Jésus pour les pécheurs repentants) et le fils aîné représente les Pharisiens. Ainsi, bien que les collecteurs d’impôts et les pécheurs aient été “perdus” comme le fils cadet, en venant à Jésus ET en changeant de vie, ils ont été retrouvés : “Ils étaient morts, mais maintenant ils vivent, ils étaient perdus, mais maintenant ils sont retrouvés”. Les Pharisiens (le fils aîné) n’avaient pas le même esprit que le père (Dieu). v 20 -23.” Mais comme il (le plus jeune) était encore loin, son père le vit et fut rempli de compassion pour lui ; il courut vers son fils, l’entoura de ses bras et l’embrassa… ” Faisons un festin et célébrons….. “Si les Pharisiens (et nous) n’ont pas le même esprit que Dieu… nous sommes perdus… nous sommes séparés de Dieu… et nous sommes “esclaves” pour le Seigneur au lieu de servir le Seigneur par amour, et nous murmurons et gémissons au lieu de nous réjouir ! La pensée du fils aîné était totalement égoïste… aucune considération pour son frère (même un déni qu’il était son frère) et aucune considération pour le père… cela me ramène à Joseph, ses frères, et la relation avec son père…. On pensait que Joseph était “perdu”… mais ce sont ses frères ! !! Septembre

Le 23 Septembre

Les pensées pratiques des 3 lectures d’aujourd’hui sont des responsabilités. Dans 1Chroniques 6, nous avons les généalogies des Lévites, et spécifiquement des Kohathites, qui étaient une sous-section des Lévites. Les Lévites étaient les prêtres et les Kohathites étaient les musiciens, chaque groupe de personnes avait ses responsabilités dans le culte de Dieu. L’enregistrement précis des générations montre l’importance de ces responsabilités et la leçon que nous devons en tirer est que nous devons prendre toutes nos responsabilités au sérieux, en prenant autant de précautions que ceux qui ont enregistré tous ces noms au fil des générations. Nous savons, d’après les dernières lectures, que le peuple de Dieu n’a pas pris ses responsabilités suffisamment au sérieux et qu’il a laissé entrer dans son culte la pensée et les méthodes humaines, qui ont fini par remplacer son dévouement à Dieu. Ézéchiel décrit les résultats et Ézéchiel 19 enregistre une “complainte” dont nous devons nous souvenir et qui nous permet de réfléchir à ce qui se passe lorsque nous nous éloignons de ce que Dieu veut. Dans ce chapitre, nous avons l’image de deux lions qui ont chacun été emmenés en captivité – cela représente les rois d’Israël et de Juda qui ont été emmenés en captivité par leurs ennemis que Dieu a fait venir contre eux en guise de jugement pour ne pas avoir rempli leurs responsabilités. Ces lions étaient forts et puissants, mais ils ont été abaissés par Dieu et c’est ce qui est triste, ils ont été rendus forts par Dieu et tout ce que Dieu voulait en retour était qu’ils le respectent et lui obéissent, s’ils le faisaient Dieu les bénirait. Mais comme le disent les versets 10 à 14, le résultat a été tout le contraire à cause de leurs péchés. Le but d’une “lamentation” est de réfléchir aux mots, d’être triste et de regretter ce que nous venons de lire. C’est une lecture triste, mais qui devrait déclencher une détermination à prendre au sérieux nos responsabilités pieuses. Il y a deux paraboles dans Luc 16. La première est ce qui, je pense, est incorrectement appelé dans ma Bible, la parabole du gérant astucieux (elle devrait être appelée la parabole du gérant malhonnête) et la 2ème est sur l’homme riche et Lazare. Les deux paraboles s’adressent à ceux qui ont des responsabilités pieuses mais qui ne les prennent pas au sérieux, les deux paraboles montrent comment ne pas agir. (Nous savons que les deux paraboles sont des paraboles parce qu’elles commencent toutes deux de la même manière, c’est-à-dire “il y avait un homme riche”, certaines personnes confondent la 2e parabole comme étant, à tort, littérale). Jésus visait probablement les pharisiens qui auraient dû connaître leurs responsabilités et les assumer pour donner l’exemple au peuple, mais ces paraboles s’appliquent aussi à tous ceux qui écoutent la parole de Dieu. Ces paraboles sont donc aussi des avertissements pour nous. La première parabole parle d’un directeur malhonnête dont l’employeur a découvert qu’il était malhonnête, verset 1-2. Ce directeur aurait dû tenir des registres financiers précis et gérer honnêtement les affaires de son employeur, mais il ne s’intéressait qu’à lui-même et à ce qu’il pouvait gagner pour lui-même. Nous savons qu’il était égocentrique par sa façon de penser, versets 3-4. Il a donc élaboré un plan trompeur afin d’essayer de se faire des amis parmi les personnes qui devaient de l’argent à son employeur, versets 5-7, lorsque, comme il s’y attendait, son employeur l’a licencié. Son plan impliquait une nouvelle tromperie, mais une tromperie qui donnait l’avantage aux personnes qui devaient de l’argent, qui donnait l’avantage au directeur et qui permettait également au “riche propriétaire” de récupérer une partie de son argent. En fait, le propriétaire a “félicité” le gérant pour ses actions (verset 8). Jésus fait ici une distinction entre les “gens de ce monde” et les “gens de la lumière”, les gens de ce monde sont trompeurs dans leurs relations avec les autres, même le propriétaire a approuvé la tromperie à la fin (peut-être sarcastiquement ?), mais ce n’est pas ainsi que les gens de la lumière devraient agir. Le verset 9, je pense que c’est Jésus qui est sarcastique, il dit : “D’accord, soyez trompeurs dans le monde et gagnez des amis, mais quand tous vos avantages auront disparu, vous mourrez et resterez morts, c’est-à-dire accueillis dans les demeures éternelles”. Jésus poursuit en disant exactement ce qui arrive à ceux qui prennent leurs responsabilités au sérieux et à ceux qui sont malhonnêtes, versets 10-12. Jésus est clair : si on vous fait confiance en tout, on vous fera toujours confiance, mais si vous êtes malhonnête en quoi que ce soit, on ne vous fera jamais confiance ! La leçon pour nous est également claire : nous devons toujours faire preuve d’honnêteté dans nos responsabilités, qu’il s’agisse du travail, de la famille ou des biens de Dieu, comme les salles, l’argent, les Bibles, etc. Jésus poursuit en disant que vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent, verset 13. Peu importe à quel point vous essayez, vous ne pouvez pas, car vous serez dévoué à celui que vous aimez. La question qui se pose à nous est donc la suivante : agissons-nous honnêtement dans tout ce que nous faisons ? Prenons-nous nos responsabilités au sérieux ? Ou pensons-nous, comme les Pharisiens, que Jésus avait tort lorsqu’il a dit ces choses (verset 14)? Les pharisiens “aimaient” l’argent et ils justifiaient à tort leur amour de l’argent par la façon dont les hommes les voyaient, verset 15. Ils ignoraient le fait que Dieu pouvait voir ce qu’il y avait dans leur cœur. Ignorons-nous le fait que Dieu voit ce qu’il y a dans nos cœurs et qu’il sait si nous l’aimons ou si nous aimons l’argent ? La deuxième parabole se concentre à nouveau sur nos responsabilités et la manière dont nous traitons les autres autour de nous. Jésus dépeint ici un contraste énorme entre la richesse de l’homme riche et la pauvreté de l’homme pauvre, versets 19-21. L’homme riche n’a jamais aidé le pauvre. Ils sont tous deux morts et auraient tous deux été enterrés. Jésus crée l’image du pauvre aux côtés d’Abraham et celle du riche en “enfer”, où il y a un feu imaginaire. Il s’agit clairement d’images et non de faits réels, afin de faire ressortir les leçons importantes – Abraham est mort bien avant cela et nous savons que lorsque nous sommes morts, nous sommes morts et que l’enfer est simplement la tombe où nous sommes tous enterrés lorsque nous mourons, mais l’idée de la parabole de Jésus est bien mise en évidence par cette image graphique. Une conversation imaginaire et lointaine a lieu entre Abraham et l’homme riche, versets 22-31. Et c’est là le point essentiel de l’histoire : c’est de notre vivant que nous devons prendre nos responsabilités au sérieux, car lorsque nous sommes morts, il est trop tard pour nous et aussi pour ceux que nous aurions dû instruire dans nos familles. L’homme riche avait l’occasion d’aider Lazare tous les jours, mais il a choisi de ne pas utiliser sa richesse de manière judicieuse et a empêché Lazare d’avoir de bonnes choses. Dans cette image imaginaire, Lazare a reçu les bonnes choses et l’homme riche les mauvaises. La leçon pour nous tous, riches ou pauvres, est donc de tirer le meilleur parti de notre vie en faisant ce que Dieu veut. Certains pensent que Jésus veut en fait dire que l’homme riche est le grand prêtre qui, à l’époque, avait cinq frères qui avaient eux aussi la possibilité de faire le bien, mais qui ont choisi de ne pas le faire – ils connaissaient les enseignements de Moïse et des prophètes, mais ont choisi d’ignorer les leçons. Ils étaient complètement aveugles aux enseignements de Dieu et même lorsqu’ils ont vu le vrai Lazare ressuscité des morts en Jean 11, ils ont prouvé que les paroles de Jésus étaient vraies car même à ce moment-là, ils n’ont pas cru ! Prenons donc tous nos responsabilités au sérieux, tant que nous en avons l’occasion. Septembre

Le 24 Septembre

Nous savons tous que Dieu est un Dieu qui pardonne et qui souffre depuis longtemps et lorsque nous lisons des versets comme Ezéchiel 20:2-3, nous sommes parfois surpris, après tout, les anciens sont venus demander à Ezéchiel de “consulter Dieu”, verset 1. Ce qui se passe ici doit avoir un impact sur nos vies et sur la manière dont nous agissons en toute chose. Dans l’explication, Dieu dit pourquoi il n’écoutera pas, verset 4, c’est en raison de leurs “pratiques détestables”. Et Dieu donne d’autres raisons, expliquant ce qui constitue leurs “pratiques détestables”. Nous avons un résumé de l’histoire d’Israël depuis leur séjour en Égypte. Avant même qu’ils n’essaient de plaire à Dieu, Dieu leur a promis qu’il les ferait sortir du pays, verset 6, et il a dit qu’ils devraient répondre en se débarrassant de leurs “viles images”, verset 7. De la même manière, Dieu nous a promis le royaume, il dit que nous y sommes les bienvenus, mais que nous devons répondre en nous débarrassant des choses qui, dans nos vies, pourraient remplacer Dieu. Les Israélites ont ignoré et rebellé Dieu, ils ont gardé leurs idoles, verset 8. Mais Dieu les a quand même aidés dans son amour et pour empêcher que son propre nom ne soit ridiculisé par les nations environnantes, verset 9. Il les a enseignés, verset 10-12, il leur a donné des choses pour leur rappeler l’amour et le contrat entre eux et Dieu, par exemple le sabbat. Il en est de même pour nous – nous recevons des choses pour nous rappeler l’amour de Dieu et de Jésus, par exemple la fraction du pain, et nous sommes enseignés par notre lecture de la Bible et les événements de notre vie. Mais le peuple se rebelle encore, verset 13, et Dieu reste fidèle et aide, verset 14. Cela s’est produit à plusieurs reprises (versets 16, 21, 24 et 27) et chaque fois, Dieu a continué à aider, jusqu’à un certain point (versets 30-31). La patience de Dieu finit par s’épuiser, nous devons donc toujours nous en souvenir, nous ne pouvons pas continuer à présumer que Dieu nous pardonnera toujours, car à un moment donné, il ne le fera pas. Le problème que nous avons tous est que nous voulons être “comme le monde” tout en essayant de servir Dieu – nous savons que nous ne pouvons pas faire les deux, cela ne marchera pas, verset 32. Dieu veut que nous lui soyons entièrement dévoués, verset 33. Il fera tout ce qu’il peut pour nous ramener à lui et le verset 33 d’Ézéchiel contient des mots merveilleux qui nous montrent que Dieu tentera de rappeler son peuple à lui. Nous verrons que les choses autres que Dieu ne nous aideront pas (verset 39), que seul Dieu peut nous aider et que nous avons encore la possibilité de nous repentir (versets 43-44). Il n’est pas surprenant que l’enseignement de Jésus dans Luc 17 reprenne certaines des remarques faites par Dieu à Ezéchiel. Jésus reconnaît que nous nous laisserons emporter par les choses du monde, verset 1, que la tentation et le péché viendront, mais il nous avertit que nous ne devons pas être la cause de cette tentation et de ce péché pour d’autres personnes, verset 2. Nous avons la responsabilité de nous protéger et de nous mettre au défi les uns les autres, car le royaume nous a été promis. Les versets 3 à 5 nous montrent clairement comment nous devons, avec amour, encourager la repentance et nous pardonner mutuellement, exactement de la même manière que Dieu a pardonné aux gens leurs péchés et leur a donné l’occasion de se repentir. Cela ne signifie pas que nous pouvons délibérément continuer à pécher juste pour pouvoir nous repentir et obtenir ensuite le pardon, il doit y avoir une réponse de notre part, comme ce fut le cas pour l’un des 10 lépreux qui ont été guéris, verset 11-19. Nous avons tous besoin d’être “nettoyés”, c’est-à-dire d’obtenir le pardon de nos péchés (symbolisés par la lèpre) et Dieu et Jésus veulent bien nous pardonner, mais il faut une réponse pour que cela ait vraiment un sens. Seul le lépreux est revenu vers Jésus pour le louer, verset 15-16, et Jésus l’a félicité pour cela, verset 17-19. On ne nous parle pas des neuf autres lépreux, mais on peut supposer que le premier était plus épanoui et a fait preuve de la bonne attitude en louant Jésus. Et lorsque Jésus dit que “le royaume est en vous” (verset 21), il veut dire que quelqu’un qui a la bonne attitude place Dieu et Jésus en premier et essaie de leur obéir et de les suivre, plutôt que quelqu’un qui veut connaître l’heure exacte pour pouvoir se préparer juste avant ! Cela dénote une mauvaise attitude, c’est pourquoi nous devons toujours penser que Jésus peut venir à tout moment et vivre notre vie en conséquence. Dieu est patient, Dieu est indulgent, mais lorsque Jésus reviendra, nous n’aurons pas le temps de nous préparer et nous devons donc toujours être prêts. Jésus donne quelques exemples de la rapidité de son retour, versets 26-29, les gens continueront leur vie quotidienne, sans penser à Dieu et à Jésus. Il en sera de même pour nous lorsque Jésus reviendra, verset 30-35, le message est donc de se préparer dès maintenant. Nous ne devons pas remplacer Dieu par des “choses du monde” et des “idoles” comme l’ont fait les Israélites, nous ne devons pas nous pousser à pécher les uns les autres, nous devons être préparés en permanence en ayant la bonne attitude divine et en mettant Dieu en premier en toute chose. Il y a eu des cas en Afrique, aux Etats-Unis et ailleurs où certains anciens d’églises ont dit que Jésus allait revenir à des moments précis, Jésus a un avertissement pour eux et pour les chrétiens qui sont convaincus par ce qu’on leur dit de manière incorrecte, verset 22-25. Il n’y aura aucun doute quand Jésus reviendra, nous le saurons. Si nous avons la bonne attitude dès maintenant, nous serons connus de Dieu et de Jésus, et nous ne devrions donc avoir aucun doute ni aucune inquiétude sur le fait d’être dans le royaume, ou de le manquer ! Dieu nous a promis le royaume et nous y serons si nous continuons dans la foi et avec la bonne attitude. Septembre

Le 25 Septembre

1 Chroniques 8 énumère certains des noms de la tribu de Benjamin. C’est une liste très sélective, parce que nous savons que Benjamin a eu 10 fils (Genèse 46:21) et seulement deux sont mentionnés ici. De toute évidence, seuls quelques-uns sont devenus des chefs de famille. Les noms dans 1 Chroniques 8 sont différents de ceux mentionnés dans 1 Chroniques 7:7-12, qui étaient les chefs des groupes de combat. Le chapitre 8 mentionne particulièrement les familles de deux célèbres Benjamites. Le premier est le juge Ehud (versets 6-17) qui a sauvé Israël des Moabites (Juges 3:12-30). Il est intéressant de noter que sa famille a été déportée (verset 7), probablement à Moab (verset 8). De toute évidence, sa famille est revenue en Israël, car nous les trouvons vivant à Aijalon et prenant Gath (verset 13). Le deuxième Benjamite célèbre était, bien sûr, le premier roi d’Israël, Saül. La royauté passa temporairement à Eshbaal, également connu sous le nom d’Ishbosheth (2 Samuel 2:8), avant qu’il ne soit assassiné. Les Chroniques nous apprennent que la famille de Saül n’a pas été complètement anéantie, mais que certains des descendants de Jonathan ont survécu. Ézéchiel 21 prédit la destruction de Jérusalem et du temple. Beaucoup pensaient que cela n’arriverait jamais, mais les Psaumes 74 et 79 l’avaient également prédit. Bien qu’il y ait eu quelques justes en vie, leur justice n’était pas suffisante pour empêcher la destruction de Jérusalem ou même d’eux-mêmes. Ézéchiel s’était déjà entendu dire que même si Noé, Daniel ou Job étaient là, ils ne pourraient que se sauver eux-mêmes (Ézéchiel 14:14). Une grande partie du chapitre décrit graphiquement l’épée de Dieu, qui dans ce cas était l’armée de Babylone. Dieu a dit que même si Babylone envisageait d’aller combattre les Ammonites au lieu de Jérusalem, il s’assurerait que Babylone vienne à Jérusalem (versets 18-23). Pour ce faire, Dieu s’assurera que même lorsqu’ils examineront le foie pour se guider, ce morceau de superstition les dirigera vers Jérusalem (verset 21). Dieu est capable d’agir en toute circonstance pour accomplir sa volonté. Le British Museum possède un foie de mouton en argile avec des indications sur la signification de chaque anomalie du foie. Il provient d’Assyrie et montre que cette forme de prise de décision existait à cette époque. Le sceptre et la royauté d’Israël ont été détruits par les Babyloniens. Cela était nécessaire car une mauvaise royauté pouvait ruiner les justes qui restaient (Psaume 125:3). La nation d’Ammon a été satisfaite de la destruction de Jérusalem par Babylone et s’est réjouie (Ézéchiel 25:3). Dieu allait donc envoyer Babylone contre eux aussi (Ézéchiel 21:28-32). La perte du roi d’Israël signifiait que le peuple des temps postérieurs attendait avec impatience un futur roi qui rétablirait l’ancienne grandeur d’Israël. C’est ce que promettait Ézéchiel 21:27, comme de nombreux autres passages. Jésus a enseigné le royaume à venir. Ce royaume n’aurait pas de grands combattants et de grandes armées comme les précédents rois d’Israël. Il aurait ceux qui sont comme des petits enfants (Luc 18:17) ! En fait, tous ceux qui se croyaient grands (les orgueilleux) ne seraient pas là. Seuls les humbles seront dans le royaume de Dieu (Luc 18:14). Ceux qui se croient justes tombent dans la tentation de penser qu’ils sont meilleurs que tous les autres. Jésus a donné une parabole à ce sujet (Luc 18:9-14). Le pharisien disait à Dieu combien il était bon par rapport à un collecteur d’impôts. Le collecteur d’impôts, lui, parlait humblement et priait pour être pardonné. Voilà l’exemple de ce que devrait être notre attitude lorsque nous parlons à Dieu et de ce qu’elle ne devrait pas être. C’est Dieu qui décidera qui est acceptable pour lui, pas nous. Les riches ne seront pas dans le royaume (Luc 18:24-25). Il sera pour ceux qui s’humilient et qui gardent les commandements de Dieu (Luc 18:20) et qui ont la foi (Luc 18:42). Le dernier roi d’Israël, Sédécias, a été tué à cause de sa méchanceté. Le vrai roi d’Israël, Jésus, a été tué à cause de la méchanceté des autres. À la fin, justice a été rendue (Luc 18:8), comme ce fut le cas lorsque Jésus a été ressuscité des morts. Dieu veillera à ce que la bonne chose soit faite – le bon roi est mis sur le trône et les bonnes personnes sont placées dans son royaume. Nous devons nous assurer que nous sommes là en vivant humblement et en gardant les commandements pour pouvoir y être.  Septembre

Le 26 Septembre

1 Chroniques 9 commence en disant que “Tout Israël était inscrit dans les généalogies du livre.” Nous sommes amenés à penser que Dieu a inscrit tout son peuple dans son livre, car c’est ce qu’il dit ailleurs (Psaume 69:28, Philippiens 4:3). Mais nous sommes aussi amenés à penser que ceux qui figurent dans 1 Chroniques 9 étaient infidèles, parce que c’est ce qui est dit au verset 1. Comme d’autres généalogies, la liste est très sélective. Par exemple, il n’est fait mention que de 3 personnes de Juda sur 690. Ce que le chapitre nous apporte, c’est une information sur l’organisation du temple de Dieu. Le rôle du portier était important. Ce travail consistait, entre autres, à sécuriser les trésors de la maison (verset 26). Il fallait prendre soin d’une grande quantité d’or et de trésors donnés à Dieu. Les coupes et les articles en argent et en or étaient comptés à l’entrée et à la sortie (verset 28). Il y avait aussi des réserves de farine, de vin, d’huile, d’encens et d’épices qui étaient gérées. C’est le seul endroit où l’on nous dit qu’il y avait une clé pour la maison de Dieu (verset 27). L’accès à Dieu était contrôlé pour empêcher les mauvaises personnes de s’approcher de Dieu. À notre époque, l’accès est maintenant géré par Jésus qui a accès à Dieu (Ésaïe 22:22, Apocalypse 3:7). L’accès au temple de Dieu était accordé la nuit aux musiciens qui louaient Dieu jour et nuit (verset 33, Psaume 134:1). 1 Chroniques 9 se termine par la reprise de la généalogie de la famille de Saül qui avait été donnée à la fin du chapitre précédent. Il s’agit probablement d’une introduction au chapitre suivant sur Saül, la coupure du chapitre n’ayant pas lieu à l’endroit idéal. Ézéchiel 22 décrit l’état de la nation d’Israël à l’époque d’Ézéchiel. Dieu énumère les crimes que le peuple commettait. Les dix commandements ont été violés, ainsi que d’autres commandements. Dieu met en évidence le rôle de chacun des dirigeants dans ce mal et les décrit en utilisant de nombreux termes animaliers. Les princes étaient comme des lions sauvages qui dévoraient ce qu’ils voulaient (verset 25). Les prêtres ont modifié la loi de sorte qu’il n’y avait plus de différence entre le pur et l’impur, le bien et le mal (verset 26). Les fonctionnaires étaient comme des loups qui dévorent le peuple (verset 27). Les prophètes couvraient les mauvaises actions du peuple et enseignaient le mensonge (verset 28). Dieu a cherché un homme qui pourrait guérir la maladie et résoudre le problème, mais il n’y en avait pas (verset 30). Dieu a donc agi pour supprimer l’impureté – en dispersant le peuple parmi les nations (verset 15). Ézéchiel en a été témoin, car il était parmi ceux qui avaient été dispersés. La référence aux loups et aux lions nous rappelle la culture de la nation à l’époque de Jésus. Mais à l’époque de Jésus, Dieu a trouvé un homme qui pouvait se tenir dans la brèche et guérir le problème. Nous sommes tous reconnaissants à Jésus d’avoir pu le faire. Le collecteur d’impôts Zachée était l’un de ces fonctionnaires qui, comme des loups, se nourrissaient du peuple. Pourtant, lorsqu’il a rencontré Jésus, il s’est repenti (Luc 19:1-9). Jésus a déclaré qu’il était venu pour sauver les perdus. Le peuple a compris le rôle salvateur de Jésus et l’a accueilli comme son roi (Luc 19:28-40). Mais Jésus était monté sur un ânon et non sur un cheval. L’accueil était joyeux, mais Jésus savait que cela ne durerait pas. Le peuple voulait le salut à sa manière, et non à celle de Dieu. C’est une leçon pour nous de nous soumettre au plan et à la voie de Dieu, car c’est la seule façon d’obtenir une paix durable. Jésus a pleuré sur Jérusalem parce qu’ils ne pouvaient pas faire cela (verset 41-44). Jésus savait ce qui l’attendait personnellement, ainsi que la ville et la nation. Jésus a vu leur amour de l’argent et de la corruption et il a chassé les commerces du temple (Luc 19:45-48). Jésus leur a donné une parabole pour leur apprendre que le royaume de Dieu ne viendrait pas immédiatement (Luc 19:11-27). La parabole nous enseigne que nous devons utiliser ce qui nous a été donné, et que nous devons être trouvés en train de l’utiliser lorsque Jésus reviendra. De même que Jésus est venu soudainement au temple et l’a jugé, de même Jésus viendra soudainement à son peuple et le jugera. La seule façon de vivre est de s’attendre à ce que Jésus vienne soudainement à tout moment et d’être toujours prêts. À ce moment-là, ceux dont le nom est inscrit dans le livre de vie auront accès à la communion avec Dieu. Puissions-nous y être, par la grâce de Dieu.  Septembre

Le 27 Septembre

Il y a un verset dans 1 Chroniques 10 qui résume la triste fin de Saül, le premier roi d’Israël. Il a été “infidèle” à Dieu, il n’a pas “gardé la parole de l’Eternel” et il est même allé ailleurs “pour se guider”, verset 13. Il n’a pas “demandé” à Dieu, verset 14, et c’est pour tout cela qu’il a perdu le royaume. Les leçons sont claires pour nous aussi dans notre marche quotidienne aujourd’hui.  Nous devons être “fidèles” en toutes choses ; nous devons faire ce que Dieu veut que nous fassions ; nous devons seulement chercher à être guidés par Dieu, et alors nous pouvons être sûrs d’être dans le royaume. La parabole des sœurs adultères infidèles dans Ezéchiel 23 est très dramatique et graphique dans ses détails. Les deux sœurs représentent essentiellement le peuple de Dieu, c’est-à-dire Israël et Juda. Ils auraient dû être fidèles à Dieu car c’est lui qui les a sauvés lorsqu’ils étaient en esclavage et influencés par le peuple d’Égypte, verset 1-4. C’est Dieu qui a tout fait pour eux pour les sauver – Ézéchiel 16:6-7 donne une idée de la façon dont ils étaient “morts” avant que Dieu ne les sauve. Mais malgré cela, ils ont été infidèles et ont rejeté le Dieu qui leur a donné la “vie”. Ils ont préféré les choses “humaines” aux choses pieuses, mais ces choses “humaines” ne les ont pas sauvés ou ne leur ont pas donné la vie, en fait toutes les choses qu’ils ont “convoitées” ont fini par les détruire. C’est la même chose pour nous maintenant, les choses “humaines” que nous “convoitons” nous éloignent de Dieu et finissent par nous détruire. Les nations en qui le peuple de Dieu avait confiance ont été leur perte, versets 9-10 et 28-31. Comme Saül, ils avaient oublié ce que Dieu voulait qu’ils fassent, verset 35 ; ils ont remplacé Dieu par d’autres choses, verset 38-39, et ils ont corrompu le culte de Dieu. Jésus a également lancé un avertissement à propos de ceux qui “corrompent” les voies de Dieu, Luc 20:45-47.  Jésus parlait des chefs religieux “orgueilleux” qui aimaient les louanges humaines et Jésus dit qu’ils seraient “punis très sévèrement”. L’autorité de Jésus était toujours remise en question par eux, verset 1-8, et c’est la triste situation où les gens n’aiment pas et changent ensuite ce que Dieu veut. La parabole des locataires, versets 9-18, est un résumé de la façon dont Dieu, à maintes reprises, a essayé de ramener l’esprit de son peuple à lui, il a essayé avec Saul, le peuple qui est décrit comme les “sœurs adultères” et même à l’époque de Luc en envoyant Jésus, son fils, mais tous ont rejeté la parole de Dieu. L’esprit humain, la façon dont nous pensons, doit être soigneusement contrôlé par nous car nous pouvons souvent nous convaincre que des choses fausses sont justes, de la même façon que les chefs religieux du temps de Luc savaient que Jésus parlait d’eux dans cette parabole et au lieu de se repentir, ils voulaient arrêter Jésus, verset 19. Nous devons faire de notre mieux pour rester fidèles à Dieu et à ses voies, en essayant toujours de rejeter les tentations qui nous éloignent de lui. Dieu nous amène au royaume, par le biais de notre foi et de notre confiance en Jésus, et nous ferons partie de ce temps merveilleux si nous sommes “jugés dignes”, verset 35-38, alors essayons de rester fidèles. Septembre

Le 28 Septembre

Nous avons vu dans les lectures précédentes comment le peuple de Dieu a été puni et a subi les conséquences d’un comportement impie et bien que dans 1Chroniques 11 nous voyons la liste des “hommes puissants” du roi David et des exemples de ce qui les faisait paraître puissants aux yeux des autres êtres humains, nous voyons aussi la mention de Dieu tout au long de ce chapitre. David était un homme pieux, il a fait des erreurs, mais il est resté fidèle, a accepté ses erreurs, s’est repenti et Dieu a donc travaillé avec lui. David était reconnu comme pieux par les gens qui l’entouraient, et après la mort de Saül, David était le remplaçant reconnu. Le peuple savait qu’il avait été désigné par Dieu, mais aussi, en raison des actions de David, il était considéré par le peuple comme le bon remplaçant, verset 1-3. Une leçon pratique pour nous : si nous professons être pieux, nous devons aussi être perçus comme tels, dans tout ce que nous faisons. La force de David était attestée, mais il devenait de plus en plus puissant parce que Dieu était avec lui, verset 9. Les hommes puissants étaient “puissants” parce que Dieu était avec eux (verset 14). David et ses hommes respectaient Dieu (verset 18-19), et je pense que c’est là l’essentiel d’une vie pieuse – le respect de Dieu et la compréhension du fait que notre “puissance” est due à Dieu et qu’il faut lui attribuer le mérite de tous nos “succès”. L’attitude de David était à l’opposé de l’attitude impie du peuple de Dieu au moment de l’invasion babylonienne, ce peuple était fier de ses capacités et de sa propre protection, Ezéchiel 24:21. Ce chapitre nous montre ce qui arrive lorsque l’orgueil et la convoitise humaine ne sont pas arrêtés dès qu’ils commencent. La parabole de la marmite, verset 3-12 montre à quel point le peuple de Dieu était devenu mauvais, ils avaient remplacé Dieu par toutes les mauvaises pratiques humaines et la description que Dieu en fait au verset 13 est très critique à leur égard. Dieu a essayé de les aider, mais ils ont refusé d’écouter, ils ont refusé de même essayer et ont donc provoqué la colère de Dieu. Dieu est clair : ils seront jugés par leurs propres actions, au verset 14, ils subiront les conséquences de leurs propres actions et de leur impiété ! Le récit de la mort de la femme d’Ézéchiel, aux versets 15 à 19, montre à quel point la situation du peuple était mauvaise. Comme Ézéchiel a perdu sa femme qu’il aimait, le peuple a perdu tout ce qu’il aimait et n’a pas pu faire son deuil. C’est une situation terrible et Ézéchiel a souffert de la perte déchirante de sa femme alors que Dieu essayait désespérément de changer l’attitude du peuple. Le verset 21 est la description d’une autre destruction imminente de la terre et de la ville de Dieu et de la dispersion de son peuple, à nouveau parce qu’il ne voulait pas écouter, verset 22. Ce chapitre est une autre description très dramatique de la destruction imminente et de la façon dont tout le monde est affecté. C’est aussi un avertissement pour nous, car il y aura une nouvelle destruction avant le retour de Jésus, et une partie de ce chapitre s’applique très bien à notre époque (verset 27). Le message que Jésus veut nous transmettre est donc que nous devons être prêts et attendre, car nous ne savons pas quand cela se produira (verset 34-36). Nous devons veiller à ne pas être “distraits” et à ne pas laisser les activités, les convoitises et les désirs humains prendre le contrôle de nos vies, comme le montrent tous les exemples que nous avons vus dans l’Ancien Testament. Il semble que nous vivions à une époque où Jésus reviendra bientôt, et nous en sommes reconnaissants. Il semble que les nations de la terre soient en train de s’arranger pour que le retour de Jésus soit imminent, verset 29-31. Mais nous ne savons pas quand, aussi devons-nous être prêts à tout moment. Il y a de la peur dans le monde en ce moment et les versets 25-28 sont une excellente description symbolique de la façon dont les gens pensent maintenant et craignent ce que l’avenir leur réserve. Jésus nous dit donc à tous “soyez prudents” et “regardez” – regardez comment vous vivez vos vies – ne soyez pas fiers et donnez toujours du crédit à Dieu. Septembre

Le 29 Septembre

1 CHRON 12 : Nous voyons dans ce chapitre comment David, un fugitif, a grandi en force. Les versets 1 à 22 mentionnent ceux qui sont venus le voir avant qu’Israël ne le fasse roi à Hébron. Pourquoi ont-ils changé d’allégeance de Saül à David ? Il y avait probablement beaucoup de raisons différentes qui avaient la même cause fondamentale ou la même question… “En qui ai-je foi, en qui puis-je engager ma vie ?”. Le seul en qui nous pouvons engager notre vie est le Seigneur, et son élu. À ce moment-là, il était clair que Dieu était avec David. Au verset 18, l’esprit est venu sur Amasai et il a parlé au nom de tous en disant : “Nous sommes à toi, David….. car ton Dieu te soutient”… et David les a reçus. Versets 23-40 : Nous avons un compte rendu de tous ceux qui sont venus pour faire de David un roi à Hébron. Au verset 38, nous voyons des combattants qui se sont portés volontaires pour servir et… “tout le reste des Israélites était aussi d’accord pour faire de David un roi”. Trois jours de repas et de boissons ont suivi pour célébrer un engagement commun, un engagement pris par différentes tribus, avec différentes compétences, mais tous unis dans le dessein de Dieu et de son roi choisi. La foi, la joie et l’engagement de chacun auraient contribué à renforcer la foi et l’amour des autres… et le désir commun de servir tout le monde. Nous aussi, nous tous, nous pouvons SERVIR. Cette vision du peuple avec son roi me rappelle certains versets d’Esaïe 25, 6-9. Le v7-8 parle clairement d’un temps futur avec Jésus et son père. Le v6 montre que le Seigneur préparera “un festin pour tous les peuples” et le v9 “Voici le Seigneur, nous nous sommes confiés en lui : réjouissons-nous de son salut”. EZEKIEL 25 : Ezéchiel (comme d’autres prophètes avant lui) a prophétisé aux nations, et dans ce chapitre nous avons les mots d’avertissement à Ammon, Moab, Edom et les Philistins. Ammon et Moab étaient les descendants de Lot (le neveu d’Abraham). Edom étaient les descendants d’Esaü (le premier-né d’Abraham qui méprisa son droit d’aînesse et le vendit pour un repas à Jacob). Historiquement, ces 3 nations étaient liées à Abraham… selon la chair… mais pas selon l’esprit (elles n’avaient pas la même foi). Si elles s’étaient souvenues des promesses faites à Abraham et à sa postérité (selon la foi), et avaient vécu dans la foi de ces promesses, et donc témoigné de leur engagement envers le seul Seigneur souverain, elles seraient sauvées, par exemple Ruth (une Moabite). Cependant, ces nations (et d’autres) étaient constamment contre Israël qui était censé être les témoins de Dieu. Soit ces nations ne connaissaient pas le Dieu unique, soit elles ne croyaient pas les paroles qu’elles avaient entendues de Dieu. C’est pourquoi, dans ce chapitre, le Seigneur dit à plusieurs reprises “Voici ce que dit le Souverain Seigneur” et ces choses arriveront afin que “vous sachiez que je suis le Seigneur”. En venant à la connaissance de Dieu à l’avance, ils pouvaient être sauvés (volonté de Dieu). En ne venant pas à Dieu, ils l’ont renié, ainsi que sa parole et sa volonté, et ont choisi la mort. Nous attendons avec impatience le moment où un autre verset répété et une autre promesse s’accompliront… “Car la terre sera remplie de la connaissance de la gloire du Seigneur, comme les eaux couvrent la mer” Hab 2:14. Luc 22:19 “Ceci est mon corps, qui est donné pour vous ; faites ceci en mémoire de moi”. 1 Cor 11:25 “Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang. Faites ceci, chaque fois que vous en boirez, en mémoire de moi”. Dans Luc 22, nous voyons Jésus avec ses disciples un jour avant la crucifixion. Nous savons que Jésus était conscient de toutes les souffrances qu’il allait devoir endurer volontairement dans les 24 heures à venir. La haine, la violence, la honte, la douleur, etc. Malgré cela, Jésus passe beaucoup de temps à parler à ses disciples, pour les aider à gérer le “maintenant” et le “futur”. Le simple fait de se souvenir de deux de ses paroles est très utile : “souviens-toi de moi”. Ces mots sont particulièrement révélateurs lorsque chacun de nous se souvient de Jésus ET se met en contraste avec lui. Judas se souvenait de ce qui s’était passé cette nuit-là ; comment il avait trahi Jésus par un baiser, comment il avait planifié l’arrestation de Jésus (et pire encore). Tous ces moments incroyables avec Jésus avaient été mis de côté et considérés comme sans valeur… Jésus lui a lavé les pieds, les paroles de Jésus aux gens, son amour et sa compassion, son pardon lorsque les disciples se trompaient à plusieurs reprises, etc… (la liste serait sans fin !). Judas s’est souvenu de Jésus. Judas a eu des remords et a dit : “J’ai péché en trahissant un sang innocent” Matt 27:3. Mais il ne s’est pas souvenu de la volonté de Jésus de mourir pour lui (Jésus n’a pas résisté à l’arrestation). Judas ne s’est pas souvenu (ou n’a pas compris) les mots que Jésus a partagés avec ses disciples (au moins 3 fois !) concernant sa mort ET ” le 3ème jour, ressuscité à la vie “. Pierre se serait souvenu de ce jour-là… de la façon dont Jésus contrôlait tout (personne d’autre ne le faisait !) bien que Jésus ait su ce qui allait se passer. Les plans pour le dernier repas avaient été organisés par Jésus à l’avance, afin que Jésus puisse avoir un temps précieux avec ses disciples avant son terrible meurtre. Pierre se souviendrait de la patience de Jésus, de son amour, de ses conseils, du service qu’il leur a rendu en leur lavant les pieds, des prières (dans ce chapitre et dans Jean 17)… et de bien d’autres choses encore… tout cela est mis en contraste dans l’esprit de Pierre avec la dispute de Pierre avec les autres disciples pour savoir qui serait le plus grand dans le royaume, et mis en contraste avec sa propre confiance en lui, ses reniements ultérieurs et sa lâcheté… et tous ces échecs en contraste avec Jésus qui est mort volontairement pour lui. Il est certain que les premiers mots d’un Pierre en larmes auraient été “pardonne-moi, Seigneur”. Aucun des disciples n’a fait mieux… En réalité, Jésus, lorsqu’on se souvient de lui, humilie les gens, nous humilie… non pas pour que nous terminions notre vie comme Judas… mais pour que nous puissions trouver le pardon et vivre une nouvelle vie… en Jésus. Dans Luc 22, les ennemis de Jésus sont nombreux : chefs des prêtres et scribes, chefs du temple, anciens, grand prêtre, soldats, etc. Tous se sont souvenus de Jésus, de ce qu’il a fait, de ce qu’il a dit….. Et ils se seraient souvenus de ce qu’ils ont fait à Jésus. Jésus aurait voulu qu’ils ” se souviennent de moi “. S’ils se souvenaient de Jésus, s’ils continuaient à regarder et à raisonner sur toutes les choses qui s’étaient produites et sur les paroles qui avaient été prononcées… alors ils avaient une chance de trouver le salut ” cherchez et vous trouverez “. Et certains de ces ” ennemis ” ont été changés par le témoignage des disciples, la résurrection de Jésus et la relecture des Écritures avec leur foi dans le Seigneur ressuscité. Je pense qu’il est significatif que Jésus veuille que nous nous “souvenions de moi”… AVANT de penser à nous-mêmes… parce que notre véritable situation est celle que nous avons en contraste avec Jésus. Ainsi, lorsque nous prenons le pain et le vin et que nous nous “examinons”… nous devrions COMMENCER par nous souvenir de Jésus – sa volonté de tout donner, même de mourir pour nous… mais pas seulement cela, nous nous souvenons d’un Jésus vivant… Lorsque nous nous souvenons d’un Jésus VIVANT et de tout ce qu’il a fait, en particulier par rapport à nous-mêmes, nos premiers mots sont sincères et sont dits avec une véritable humilité : “Seigneur, pardonne-moi” (nous ne dirions pas naturellement ces mots à quelqu’un qui est mort). Lorsque nous péchons, nous oublions Jésus, ou pire encore, nous choisissons de l’oublier ! Alors, chaque jour (et continuellement), entendez la voix de Jésus qui vous dit “Souviens-toi de moi”… et comprenez parfois que ces deux mots peuvent être une question opportune : “Te souviens-tu de moi ?”. Septembre

Le 30 Septembre

1Chroniques 13 et 14 ont une aide pratique pour nous aujourd’hui. David a eu l’idée d’amener l’arche à Jérusalem, mais il a reconnu que cela se ferait “si telle était la volonté de Dieu”, 13 verset 2. C’est ainsi que nous devons envisager de faire les choses, nous devons reconnaître que nous ferons les choses “si Dieu le veut”. David et le peuple avaient le bon esprit lorsqu’ils ont commencé à transporter l’arche de Dieu, 13 versets 6-8, et c’était donc une occasion joyeuse et heureuse. Cependant, ils ne faisaient pas les choses correctement car ils n’auraient pas dû transporter l’arche sur un chariot et lorsque les bœufs ont trébuché et que l’arche a commencé à tomber, Uzza a fait ce que n’importe qui d’entre nous aurait fait : il a essayé d’empêcher l’arche de tomber, verset 9. Mais ce n’est pas ce qui aurait dû se passer et Dieu s’est mis en colère parce qu’Uzza a touché l’arche, 13 verset 10. Nous devons en tirer une leçon : nous devons toujours être sûrs de ce que Dieu veut, nous ne devons pas simplement supposer que nous faisons les choses comme Dieu le veut, c’est pourquoi nous devons continuellement lire la Bible pour vérifier. Dieu était clairement avec l’arche lorsqu’il a “béni” la maison d’Obed-Edom, 13 verset 14. Dieu était aussi clairement avec David et le peuple lorsqu’il établissait David et le pays, 14 verset 2. David a également respecté Dieu, 14 versets 10 et 14, et Dieu a agi dans leur vie, 14 verset 17. Mais nous devons toujours comprendre ce que Dieu veut que nous fassions. Si David et le peuple avaient fait ce que Dieu voulait, Uzza n’aurait pas eu à mourir car il n’aurait pas été en position de toucher l’arche. L’arche est restée à la place d’Obed-Edom pendant 3 mois et il semble que David et les Lévites aient utilisé ce temps pour rechercher comment faire. Il est important de toujours respecter Dieu et ses voies, et même si Dieu a puni des personnes et des nations, nous, en tant qu’êtres humains, ne devons pas être heureux de leur destruction, un exemple de ceci est dans Ezéchiel 26. Israël/Judah a été puni pour son impiété, mais les habitants de Tyr se sont réjouis de leur destruction, verset 2, Dieu allait les punir, versets 3-6. La prophétie est une bonne prophétie pour confirmer l’exactitude de la Bible, mais la leçon pour nous est claire : nous ne devons pas nous réjouir de l’humiliation ou de la destruction de quelqu’un ou de quelque chose, même si cette personne ou cette chose était mauvaise. Tout jugement doit être laissé à Dieu et nous ne devons pas nous réjouir de la chute de qui que ce soit. Luc 23 confirme que le procès de Jésus était fondé sur des mensonges : les chefs religieux ont comploté pour le faire tuer, et même Pilate, impie et faible, n’a trouvé aucun fondement aux accusations portées contre lui (versets 4, 14 et 22). Cependant, il s’est plié à la demande du peuple et a fait condamner Jésus à mort (verset 25). Hérode et ses soldats ont ridiculisé Jésus et lui ont manqué totalement de respect lorsque Jésus n’a pas répondu ou ne leur a pas donné ce qu’Hérode voulait, versets 8-11. Des choses terribles sont arrivées à Jésus au cours de son procès et il a subi une mort terrible, mais Jésus a quand même demandé à son Père de lui pardonner pour elles (verset 34). Même pendant que Jésus était sur la croix, il a changé la vie des autres, par exemple celle du premier criminel (verset 42-43), lorsque Jésus lui a promis qu’il serait dans le royaume à son retour. Toute l’histoire de l’Ancien Testament et le plan de Dieu conduisaient à cela. Jésus s’est volontairement soumis à la volonté de son père, il n’a jamais désobéi, il n’a jamais péché et nous remercions Dieu d’avoir lancé la nouvelle phase du dessein de Dieu, c’est-à-dire la vie par Jésus. Jésus a tout donné à son père, même sa vie, verset 46. Les femmes qui voulaient oindre le corps de Jésus ne l’ont pas fait le jour du sabbat, car elles ont montré un respect total de la loi de Dieu, comme c’était le cas avant Jésus. Contrairement à la première tentative de déplacer l’arche, les femmes connaissaient les enseignements et n’ont pas voulu les enfreindre, même si elles auraient pu justifier leurs actions en prenant soin du corps de Jésus. C’est une leçon pour nous de vérifier ce que Dieu veut que nous fassions et de ne pas simplement faire ce que nous pensons être le mieux. Jésus est mort pour nous, il a tout donné pour nous. Tout ce que nous devons faire, c’est faire de notre mieux pour faire ce que lui et son père veulent que nous fassions. Septembre

Le 1 Octobre

Le récit de l’acheminement de l’arche à Jérusalem se trouve dans notre première lecture, dans 1Chroniques 15 – ce succès est dû à l’implication de Dieu à chaque étape. David a reconnu que l’échec précédent était dû au fait qu’ils ne l’avaient pas “interrogé”, versets 11-13. Nous pouvons donc supposer en toute confiance que David et les lévites ont prié Dieu tout en effectuant des recherches importantes sur la manière dont ils devaient transporter l’arche. Les détails que nous avons dans ce chapitre montrent le détail de la recherche qu’ils ont entreprise et le verset 26 montre que Dieu était avec eux. C’est la leçon à tirer pour nous. Pour être sûrs que nos actions correspondent à ce que Dieu veut, nous devons découvrir ce qu’il veut, en lisant la Bible ou en nous la faisant lire. Nous devons ensuite faire de notre mieux pour suivre ce que Dieu veut, en le respectant à tout moment. Il ne suffit pas de supposer ce que Dieu veut, nous devons vérifier et être sûrs. David et le peuple avaient le bon cœur en ramenant l’arche, mais ils ne l’ont pas fait de la bonne manière et Dieu n’était pas content. La joie dont David et le peuple ont fait preuve, verset 27-28, montre que suivre Dieu entraîne un grand bonheur, et qu’il vaut donc la peine de chercher à savoir ce que Dieu veut. Toute autre chose aboutit à la même situation que celle démontrée par Mical, la fille de Saül, en ne mettant pas Dieu en premier. En méprisant David, Michal a en réalité méprisé Dieu, verset 29. C’est souvent l’orgueil qui empêche les gens de faire ce que Dieu veut, Saül était orgueilleux, Michal était orgueilleuse et nous voyons à nouveau que Tyr était orgueilleuse dans Ezéchiel 27, verset 2. En raison de tous leurs succès commerciaux, les habitants de Tyr pensaient qu’ils étaient “parfaits” et puissants. Les gens qui commerçaient avec eux se fiaient aussi à eux et avaient également confiance en leurs réalisations humaines.    Lorsque Tyr a été détruite, toutes les personnes concernées se sont “lamentées”, verset 29-36. L’humilité est la clé de toutes nos vies chrétiennes. Luc 24 est un merveilleux chapitre de renforcement de la confiance, c’est le début de la nouvelle phase du plan de Dieu, la phase dans laquelle nous sommes tous impliqués en raison de notre croyance et de notre baptême en Jésus. Il est important que nous nous souvenions et que nous soyons familiers avec les enseignements de Dieu et de Jésus. Par exemple, il a été rappelé aux femmes que Jésus avait dit qu’il ressusciterait d’entre les morts. Versets 5-8. Elles sont ensuite allées le dire aux disciples, versets 9-10. Leur réponse est typique (verset 11), mais nous pouvons en tirer un principe, celui de vérifier (verset 12). L’importance de la parole de Dieu est démontrée par Jésus lorsqu’il s’adresse aux deux personnes sur le chemin d’Emmaüs, verset 25-27. Nous devons donc toujours respecter la parole de Dieu dans la bible, la croire et faire de notre mieux pour la suivre. Il s’agit de croire vraiment ce que Dieu a dit et comment ce qu’il a dit de Jésus s’est produit et comment nous devons vraiment croire en Jésus et en sa résurrection. Lorsque Jésus a rencontré les disciples par la suite, il leur a rappelé l’importance de la parole de Dieu, au verset 44-45. Et il leur a rappelé ce qui était “écrit”, versets 46-49. Suivre Dieu et Jésus a provoqué l’adoration et la louange (versets 50-53). Nous attendons maintenant le retour de Jésus – en attendant, nous devrions vérifier ce que Dieu et Jésus veulent que nous fassions, et essayer de le mettre en pratique. Octobre

Le 2 Octobre

1Chroniques 16 nous montre la célébration continue de l’arrivée de l’arche à Jérusalem. David a veillé à ce que la fête soit partagée (verset 3), ce qui peut nous rappeler comment nous partageons la fraction du pain et combien cela devrait être unifiant. Nous lisons ensuite le “Psaume de remerciement” de David, qui nous aide à réfléchir à ce que nous rendons à Dieu pour les choses qu’il fait pour nous. Dans le cas de David, ses remerciements étaient motivés par l’arche, dans le nôtre par Jésus, mais aussi par toutes les choses que nous possédons. Le verset 8 incite à remercier, il incite à le dire aux autres, le verset 9 incite à louer, le verset 11 nous incite à toujours nous tourner vers Dieu et le verset 12 nous rappelle de nous souvenir. Ce sont là des choses importantes que nous devrions tous essayer de faire chaque jour de notre vie, grâce à ce que Dieu a fait pour nous. La louange et l’enseignement aux autres sont répétés aux versets 23-25 et au verset 29, nous sommes invités à “apporter une offrande” à Dieu. Que devons-nous donc “apporter à Dieu” ? Il nous a tant donné – il nous a donné la vie, il nous a donné Jésus, alors qu’apportons-nous à Dieu ? Toutes les choses que David a énumérées, mais que pouvons-nous donner de plus ? Dieu n’a pas besoin que nous lui apportions quoi que ce soit, car tout ce que nous avons appartient à Dieu de toute façon, mais il veut que nous lui apportions des choses afin de démontrer notre amour pour lui. Il veut que nous saisissions toutes les occasions de louer dans tous les aspects de notre vie, donc TOUT ce que nous faisons devrait être donné à Dieu. La louange de David est pleine de respect, par exemple au verset 30 ; il voit toute la nature louer Dieu, verset 31-33 et il loue aussi, verset 35. David crie au salut et nous devrions faire de même, David reconnaît que le salut sera dans le royaume et nous devrions aussi louer Dieu parce qu’il nous a promis le royaume où nous pourrons le louer à jamais, verset 36. Contrairement à David, les habitants de Tyr étaient fiers et arrogants (Ézéchiel 28, versets 2, 5 et 17). Ils se croyaient sages, verset 6, et le roi se considérait comme un “dieu”, verset 9. Les habitants de Tyr auraient dû être mieux informés car ils connaissaient Dieu, leurs prédécesseurs avaient aidé Salomon à construire le temple et les versets 14-15 nous le rappellent peut-être. C’est le problème de la pensée humaine, donc le respect et la louange de Dieu nous aide à rester humble. La richesse de la nation de Tyr a engendré l’orgueil et l’arrogance et finalement le péché, verset 16 – un avertissement clair pour nous maintenant dans la façon dont nous vivons nos vies. La fin du chapitre, aux versets 23, 24 et 26, montre le but ultime de Dieu, à savoir que tous les peuples “sachent qu’il est le Seigneur”. Galates 1 et 2 est un autre exemple de personnes qui auraient dû être mieux informées, en l’occurrence nos frères et sœurs des églises de la région de Galatie. Ils revenaient à la loi de Moïse après avoir vu et expérimenté le don de Jésus de la part de Dieu, et Paul était très ferme dans son défi à leur égard, chapitre 1 versets 6-9. Il semble que les chrétiens juifs rejetaient les enseignements de Paul parce qu’il se concentrait sur les Gentils et Paul a dû leur rappeler son appel par Dieu, versets 11-24. Il ne s’agissait pas pour Paul de “se montrer”, mais simplement d’essayer de convaincre les frères et sœurs qu’il était un véritable serviteur de Jésus. Dieu agit de la même manière avec tout le monde et il ne juge pas sur l’apparence extérieure (chapitre 2, verset 6), il sait toujours ce qu’il y a dans le cœur et quelles sont les véritables motivations des hommes. La seule chose que nous devons toujours faire est de contester avec amour lorsque nous voyons les autres commettre des erreurs, tout comme Paul l’a fait lorsque Pierre agissait mal, verset 11-14, montrant ainsi combien il est important que nous essayions tous de suivre ce que Dieu veut et d’encourager les autres à faire de même, comme l’ont fait Paul et David, car les conséquences peuvent être graves, comme ce fut le cas pour les habitants de Tyr. Dieu veut que nous soyons dans le royaume, nous devons donc le louer et le remercier pour cela en lui rendant les choses, nous devons aussi faire attention à ne pas revenir à nos anciennes manières, ou manières humaines, de faire les choses dans notre marche vers le royaume. Octobre

Le 3 Octobre

Les sportifs d’élite s’entraînent et s’entraînent pour gagner leur objectif, par exemple les Jeux Olympiques, tous sont dévoués, et nous avons entendu tant d’histoires d’athlètes qui sont allés très loin dans leur entraînement alors qu’ils étaient à la maison pendant le verrouillage du Covid ! Cela m’a fait penser à la passion avec laquelle Paul voulait atteindre son “objectif” d’être dans le royaume et à quel point il voulait aussi aider les autres. Appliquer le même dévouement que Paul dans son “but”, et aussi aider dans notre “but” aussi, c’est beaucoup, beaucoup mieux que les moments de gloire des athlètes ! Lorsque nous lisons au sujet du royaume et de la louange ultime de Dieu, il n’est pas étonnant que Paul ait été si passionné par sa foi ! Mais notre foi devrait également susciter la passion en nous ! Alors que nous pensons à notre lecture d’aujourd’hui et à la manière dont Paul a fortement réagi, demandez-vous simplement quelle passion nous avons pour le “but” promis du royaume et comment nous sommes conduits dans notre réponse. Il y avait quelques problèmes dans les églises galates – les détails de ces questions ne sont pas importants, et peut-être pas totalement pertinents pour nous, mais les principes s’appliquent certainement à nous maintenant – l’église considérait certains aspects de la loi comme plus importants que le christianisme, elle préférait certains apôtres à d’autres, elle permettait à d’autres d’influencer sa pensée et elle jugeait selon les “apparences extérieures”. Ils avaient perdu de vue ce que Jésus avait fait pour eux et ils avaient perdu de vue la grâce qui les avait sauvés ! Dans leur cas, ils essayaient de faire les choses par eux-mêmes, ce qui, je pense, est ce que “maintenir la loi” signifie effectivement pour nous, et donc Jésus serait “mort pour rien” ! C’est la passion de Paul dans son défi qui devrait nous aider à voir à quel point la grâce de Dieu était réelle pour lui. Paul était tellement préoccupé par le fait qu’ils avaient perdu cela de vue qu’il a utilisé un langage très fort et direct, par exemple (Gal1:6…) (étonné), (Gal2:6…) (n’ajoute rien), (Gal3:1…) (insensé) et (Gal4:9…) (principes faibles et misérables) – c’est insensé ! – “Galates insensés !” était la réponse de Paul à leur oubli de la grâce, de la miséricorde, de l’amour, du pardon et à leur confiance en leurs propres forces. Nous lisons dans (Gal3:2-5…) qu’il les amène à réfléchir logiquement à ce qu’ils faisaient. C’est vraiment étonnant que l’église ait appris à connaître Jésus, qu’elle ait vu comment elle ne pouvait être sauvée que par lui, qu’elle ait reçu l’esprit du salut et qu’elle ait vu les miracles, mais qu’elle veuille revenir à la loi et démontrer sa “foi” par ses actes. Paul croyait vraiment à la grâce et au pardon de Dieu et il a lancé un défi passionné à l’église parce qu’elle n’avait pas compris l’importance de Jésus qui a donné tous les aspects de sa vie pour nous ! Et nous devrions avoir cette même passion lorsque nous pensons à ce que Jésus représente pour nous. Notre foi n’a pas besoin d’être compliquée, nous avons lu dans (Gal3:6-9… & :13-14…) que tout ce que nous devons faire est de nous en remettre à Jésus – Abraham n’a pas compris tout cela en son temps, il n’a pas compris comment Dieu le ferait réellement, il ne pouvait pas voir complètement que ce qu’il faisait aurait un effet, mais il a cru que Dieu ferait ce qu’il disait qu’il ferait. Nous lisons dans (Gals3:22-25…) que nous sommes tous naturellement “prisonniers du péché”, nous n’avons pas d’autre issue que Jésus ! Paul précise dans (Gals3:26-29…) que si quelqu’un a la foi en Jésus, il est fils de Dieu ! Peu importe qui nous sommes, quelle est notre nationalité, peu importe où nous sommes – si nous appartenons au Christ, nous sommes héritiers. Savoir cela devrait nous rendre aussi passionnés que Paul l’était – il suppliait les frères et sœurs de l’église de ne pas abandonner la merveilleuse promesse faite en revenant en arrière ! Nous lisons dans (Gals4:1-7…) que nous sommes les enfants de Dieu ! Nous SOMMES les enfants de Dieu à cause de Jésus, à cause de notre croyance et de notre foi en lui. Et en rassemblant tout cela pour penser à ce que nous sommes vraiment et à ce que Jésus a fait pour nous, Paul explique dans (1Cor15:22-23…) qu’en Adam (c’est-à-dire l’homme) nous mourons tous, mais qu’en Christ nous serons rendus vivants ! Nous serons pleinement “vivants” lorsque Jésus reviendra, mais nous devrions également être vivants et pleins de passion dès maintenant en raison de ce qui est promis. Tout cela parce que Dieu nous aime et veut que nous soyons ses enfants ! Nous devons être passionnés par cette foi, comme Paul l’était, et tout ce que nous devons faire, c’est croire et être baptisés, et faire de notre mieux pour obéir et être différents de ceux qui nous entourent et qui n’acceptent pas Jésus – l’enseignement fort de Paul à ce sujet se trouve dans (2Cor6:17-18…) où il dit que nous sommes “fils et filles” de Dieu, mais que nous devons être séparés des autres à cause de cela. C’est merveilleux d’être “fils et filles” ! Paul était vraiment préoccupé par le changement de cœur des Galates et cela transparaît dans sa lettre – il est très direct, mais sa passion pour Dieu et Jésus, la promesse et l’amour qu’il leur porte transparaît. Paul était tellement passionné par le salut en Jésus, il était tellement concentré sur le royaume et sur le fait d’encourager ses frères et sœurs à ne se concentrer que sur la grâce et la miséricorde, et à renforcer leur foi, qu’il a consacré tous ses efforts à encourager les autres ! Ayons donc la même passion que Paul en raison de la merveilleuse promesse qui nous a été faite à tous, si nous continuons à démontrer notre foi en Jésus. Le pain et le vin sont une occasion pour nous de réfléchir à ce qui compte le plus pour nous dans notre vie ! Dans quelle mesure sommes-nous passionnés par ce que nous croyons ? Quelle est notre passion pour parler aux autres de notre foi ? Avec quelle passion remercions-nous et louons-nous Dieu et Jésus pour ce qui a été fait pour nous ? Nous allons maintenant y réfléchir en rompant le pain et en buvant le vin. October

Le 4 Octobre

Les lectures d’aujourd’hui nous offrent de très bonnes réflexions pratiques sur un thème commun, dont nous pouvons tous nous inspirer pour les mettre en pratique dans notre vie quotidienne. En commençant par 1Chroniques 18 et 19, nous avons le résumé des succès militaires de David lors de l’établissement du royaume d’Israël. Il était évident que Dieu était avec David dans tout ce travail à l’époque, 18 verset 6. Mais il était tout aussi évident que David avait la bonne attitude à ce moment-là et nous devrions avoir la même attitude aussi. David a apporté à Jérusalem tous les boucliers d’or qu’il avait capturés lors de la guerre avec Hadadézer, verset 7. La raison en est donnée au verset 11 – il a dédié tout ce qu’il a capturé à Dieu et à l’œuvre de Dieu. Le bronze capturé a été utilisé dans le temple, verset 8. David nous donne donc ici un bon exemple à suivre, car il a toujours mis Dieu en premier, il n’a pris aucune de ces choses pour s’enrichir – tout a été donné à Dieu. En tout cela, David a fait preuve de la bonne attitude. Il n’était pas égoïste et faisait ce qui était juste et bon pour le peuple. C’est exactement comme cela que nous devrions être dans notre façon de traiter nos frères et sœurs, nous ne devrions pas utiliser notre christianisme pour devenir riche, puissant ou pour un quelconque gain personnel. Nous devrions également tous faire ce qu’il faut pour tous nos frères et sœurs, et pas seulement aider nos amis et notre famille ! Parce que David avait la bonne attitude, Dieu lui a donné la “victoire”, verset 13. Le bon exemple de David a également influencé les autres, par exemple Joab a clairement mis Dieu en premier lorsqu’il est allé combattre les Syriens (Araméens) parce qu’ils rejetaient les actes de paix de David, verset 13, Joab a permis que la volonté de Dieu soit faite. Parce que David a fait les bonnes choses et a eu la bonne attitude pieuse, il a eu la paix à ce moment-là et tous ses ennemis ont été soumis. La leçon pour nous est claire : si nous voulons la paix dans nos foyers et nos églises, nous ne devons pas être égoïstes et nous devons donner la priorité à Dieu et à nos frères et sœurs. L’attitude opposée à cela est montrée dans Ezéchiel 30. Les Égyptiens étaient orgueilleux et égoïstes, on ne pouvait pas leur faire confiance pour les aider (nous avons vu cela dans Ézéchiel 29:6-7, où ils n’ont pas soutenu le peuple d’Israël dans son besoin ; nous avons également vu qu’ils ont pris les choses que Dieu avait fournies comme étant les leurs, verset 3 et 9). Leur orgueil est confirmé au chapitre 30, versets 6 et 18. L’orgueil résulte toujours d’actions égoïstes et aboutit à ce que les gens pensent qu’ils sont meilleurs que les autres autour d’eux – ce n’est pas ce que Dieu veut. Dieu veut que tous les gens reconnaissent qu’il est le Seigneur, versets 8, 19, 25 et 26. Ce n’est que lorsque nous faisons cela que nous démontrons la bonne attitude en donnant tout à Dieu et en faisant toujours ce qu’il faut pour nos frères et sœurs. Les pharaons étaient orgueilleux, ils avaient confiance en eux et se prenaient pour des dieux. Dieu abaisse tous ceux qui sont orgueilleux et égoïstes, verset 20-23. Nous avons exactement le même message et la même leçon dans Galates 5 versets 19-21, ce sont toutes les caractéristiques des personnes orgueilleuses et égoïstes et il est clair que les personnes qui “vivent ainsi” ne seront pas dans le royaume. Ceux qui seront dans le royaume sont ceux qui donnent tout à Dieu et considèrent les autres avant eux-mêmes, verset 22-23. La bonne attitude est résumée au verset 14 : “aime ton prochain comme toi-même” – c’est ce qu’a fait David, même s’il était roi ! Paul dit que nous avons la “liberté” en Christ, verset 1. Si nous abusons de cette liberté en étant égoïstes, alors nous ne sommes pas libres. Nous ne devons pas “céder à notre nature pécheresse”, verset 13, nous ne devons pas rechercher un quelconque gain personnel ! La foi s’exprime par l’amour, verset 6, donc si nous ne faisons pas preuve d’amour, comme David et certainement comme Jésus, nous ne serons pas considérés comme fidèles – c’est aussi simple que cela. Le gain personnel et l’égoïsme sans repentance entraînent la mort ; l’amour et le fait de mettre les autres, y compris Dieu, en premier, entraînent la vie. C’est notre choix ! La façon dont nous vivons maintenant détermine notre avenir. Nous devons également résister à la tentation de nous permettre de petits “actes égoïstes”, car les petites choses finissent par devenir grandes, c’est l’image de la petite levure qui travaille dans la pâte, verset 9. Si nous commençons à être égoïstes, alors nous deviendrons encore plus égoïstes et les autres suivront notre exemple et le résultat est catastrophique. Le même message se trouve dans Galates 6, versets 1 à 3 – soyez prudents, ne soyez pas fiers, mais rétablissez avec amour et douceur ceux qui ont péché. Nous devons nous “auto-examiner”, verset 4, et nous demander “sommes-nous comme Jésus ?”, sinon, nous sommes dans l’erreur. David aidait son peuple et donnait de bons exemples, nous devons faire de même, verset 5. Et Paul nous dit de ne pas être “trompés” ou égoïstes parce que Dieu le sait, versets 7-8, nous ne devons rien faire pour un gain personnel égoïste – cela conduit à la mort. Nous devons plutôt chercher à plaire à Dieu, car c’est la seule façon de vivre. C’est exactement ce que David a fait, il a tout consacré à Dieu et a toujours considéré le peuple en premier. La leçon est donc claire pour nous – nous devons faire de même – l’égoïsme et l’orgueil ne fonctionnent pas, si nous voulons vivre, nous devons mettre Dieu et les autres en premier ! L’enseignement biblique est clair, versets 9-10. Nous comprenons tous ce qu’est une récolte de nourriture, la leçon est donc facile à comprendre : ce que nous semons, nous le récoltons, et la façon dont nous agissons maintenant détermine ce qui nous arrivera lorsque Jésus reviendra. Le message des Galates n’est pas de revenir aux vieilles méthodes humaines, elles échoueront. Au contraire, nous devons aller de l’avant dans des voies pieuses. Octobre

Le 5 Octobre

Jusqu’à présent, dans 1Chroniques, David est resté pieux et a toujours donné de bons exemples aux autres. Nous avons eu un bon modèle à suivre, mais maintenant, dans les chapitres 20 et 21, nous voyons certaines erreurs de David. Nous pouvons aussi en tirer des leçons et voir comment David a réagi à ses erreurs – nous faisons des erreurs, mais si nous avons le même cœur que David, nous pouvons aussi être pardonnés. Le chapitre 20, verset 1, laisse entendre que c’est le moment où David a couché avec Bethsabée et a fait tuer son mari. Nous y avons réfléchi dans le cadre de 2 Samuel 11 et nous avons vu que ses actions ont eu des conséquences. Le chapitre 21 nous parle des conséquences du comptage de son armée par David, c’est l’orgueil humain qui l’a poussé à les compter, verset 1-2. Le mot “satan” signifie simplement “adversaire”, dans le chapitre parallèle de 2Samuel 24, nous lisons que c’est Dieu qui était “l’adversaire”, il est donc probable que David et le peuple se vantaient de leurs exploits militaires et que quelqu’un a suggéré à David de compter l’armée. David a fait preuve d’une faiblesse en ne donnant pas le crédit à Dieu pour toutes ses réalisations, mais il avait auparavant influencé d’autres personnes dans le bon sens, Joab, par exemple, a essayé de convaincre David de ne pas commettre cette erreur et même s’il a fini par obéir à David, il a quand même défié David en ne comptant pas les Lévites et Benjamin, versets 3 et 6. Joab a démontré qu’il était plus en accord avec Dieu dans cette situation que ne l’était David. Cela nous montre également que nous devrions tous être prêts à nous défier les uns les autres dans l’amour et à nous écouter lorsque des erreurs sont commises. Il est clair que Dieu n’était pas satisfait de la situation que David avait créée (verset 7), et David en a pris conscience et a réalisé son erreur (verset 8). L’humilité immédiate de David dès qu’il s’est rendu compte de ses erreurs est quelque chose que nous devons tous apprendre. Aucun d’entre nous n’est exempt de péché et parfait, mais lorsque nous commettons des erreurs et des péchés, nous devons avoir l’humilité de l’accepter et de nous repentir. Comme toujours, le péché a des conséquences : dans le cas de David, 70 000 hommes sont morts de la peste (verset 14) ; David a dû payer personnellement (versets 25-26) et il n’a pas pu faire ce qu’il aurait normalement fait, à savoir offrir des sacrifices (verset 30). Nous devons aussi nous rappeler que lorsque nous péchons, il y a des conséquences – d’autres personnes souffrent, il y a un coût personnel pour nous et notre culte en souffre aussi. Cependant, si nous nous repentons correctement, le pardon est possible. David démontre sa piété en acceptant immédiatement son erreur et en permettant à Dieu d’avoir le contrôle total des conséquences, verset 13, une leçon pour nous aussi, c’est-à-dire que lorsque nous péchons, nous ne devons pas aggraver les choses en impliquant d’autres personnes, peut-être en couvrant notre péché, mais nous devons accepter toute décision de Dieu. Dans ce cas, Dieu a fait preuve de miséricorde et a arrêté le châtiment (verset 15). David a accepté la responsabilité de son péché, quel que soit son adversaire (verset 17), il a obéi (verset 19) et a insisté pour en payer le prix (verset 24). Parce que David a pris ses responsabilités et s’est repenti en toute humilité, Dieu a entendu sa prière (verset 26). Une autre leçon pour nous est de prendre nos responsabilités et de nous repentir humblement de nos péchés. Ézéchiel 31 est une prophétie de la destruction de l’Égypte, comparée à la destruction de l’Assyrie, et montre ce qu’entraîne l’orgueil, qui est tout le contraire de l’humilité. L’image, ou parabole, montre un très grand arbre fort, un cèdre, comme représentant l’Assyrie, verset 3, elle était forte et puissante et toutes les nations s’abritaient sous elle, mais elle était orgueilleuse, versets 10 et 14. A cause de son orgueil, Dieu la détruisit, verset 15, et les autres nations ne vinrent plus s’y abriter, verset 16-17. Dieu dit que la même chose arrivera à l’Égypte car tout comme l’Assyrie, l’Égypte aussi était orgueilleuse, verset 18. L’orgueil précède toujours la chute, c’est arrivé à David, c’est arrivé à l’Assyrie, c’est arrivé à l’Égypte et cela nous arrive à nous aussi. L’orgueil de David s’est très vite transformé en humilité et c’est dans l’humilité que nous lisons Éphésiens 1 et 2. Le chapitre 1, versets 3-14, contient des paroles très édifiantes pour nous – il nous dit que nous avons été “choisis”, que nous avons été “adoptés comme fils (et filles)”, que nous avons reçu une “grâce glorieuse”, qu’il “donne gratuitement”, que c’est le “bon plaisir” de Dieu de nous donner le royaume, qu’il “garantit” notre héritage – tout cela à cause de Jésus. Paul est émerveillé par cette connaissance et nous devrions nous aussi être émerveillés et reconnaissants, versets 15-16. Paul prie pour les frères et sœurs ici présents afin qu’ils soient “sages” et “connaissent mieux Dieu”, qu’ils soient “éclairés” et “croient”, versets 17-19, et nous devrions aussi prier pour ces choses afin de pouvoir démontrer cette connaissance et cette grâce dans nos vies, chapitre 2 verset 10. Nous reconnaissons que nous étions “morts” dans nos péchés, verset 1, mais qu’à cause de l’amour de Dieu, nous sommes “vivants”, versets 4-5. Nous avons aussi la certitude d’être “élevés” avec Jésus, versets 6-7, ce qui signifie que lorsque Jésus reviendra et que nous aurons été trouvés fidèles, nous serons aussi rendus immortels, nous serons dans le royaume et nous ferons l’expérience de la pleine grâce de Dieu! Nous avons toutes ces promesses (qui sont d’autant plus merveilleuses que nous n’avons rien fait pour les mériter) parce que le don a été fait par grâce, versets 8-9, de sorte qu’aucun d’entre nous ne peut “se vanter”, ou être fier, d’avoir gagné une place dans le royaume. Cependant, nous devons refléter cette grâce dans notre vie quotidienne, sinon Jésus et Dieu ne vivent pas en nous, verset 22. Les versets 11 à 22 montrent que nous sommes “un en Christ” et c’est un tel privilège et une telle situation d’humilité, surtout lorsque nous nous “souvenons” que nous sommes des pécheurs et que nous faisons continuellement des erreurs. Être un en Christ implique des responsabilités et, plus loin dans Éphésiens, Paul nous rappelle à nouveau quelles sont ces responsabilités. L’humilité est la caractéristique clé pour nous dans nos vies quotidiennes, l’orgueil échouera toujours. Octobre

Le 6 Octobre

1 Chron 22 …puissant aux yeux de Dieu …ou puissant aux yeux des hommes ? Nous voyons dans .v8 la raison pour laquelle le Seigneur ne voulait pas que David construise le temple. “Tu ne bâtiras pas de maison POUR MON NOM, car tu as versé beaucoup de sang sur la terre à mes yeux”. Nous pouvons nous rappeler que très souvent David faisait la volonté de Dieu en versant le sang de ses ennemis…. Cependant, je crois que Dieu fait référence au sang versé par David, non pas selon la volonté de Dieu (et en Son nom), mais selon la volonté de David (en son nom), comme par exemple le meurtre d’Urie et les décès causés par le recensement. Lorsque David n’était pas conscient de Dieu et qu’il se considérait comme un “homme puissant devant les hommes”, il abusait de l’autorité que lui conférait Dieu et commettait des adultères, des meurtres, des tromperies et reniait son Dieu. Dieu punissait-il donc David en lui interdisant de construire le temple ? …souvenez-vous que David a été pardonné. Si Dieu “punissait” David, c’était une “punition” qui était conçue pour être positive ; David a eu l’opportunité de servir, de fournir et de soutenir la construction du temple “pour le nom du Seigneur”. En tant que SERVITEUR volontaire et enthousiaste, David serait considéré comme puissant aux yeux de Dieu, car dans ce rôle, il avait le bon esprit… comme nous devrions le faire… pour être comme le Christ. “Votre attitude doit être la même que celle de Jésus-Christ… il s’est fait tout petit… il s’est fait serviteur… il s’est humilié… il a été obéissant jusqu’à la mort… c’est pourquoi Dieu l’a élevé… (Jésus… puissant aux yeux de Dieu) et lui a donné le nom au-dessus de tout nom (dans le futur… puissant devant Dieu et toute l’humanité) Phil 2:5-11. Nous pouvons voir l’enthousiasme de David pour le plan de Dieu concernant le temple. Il a préparé tout et tout le monde. Non seulement avec les matériaux, l’emplacement, mais surtout avec les paroles d’encouragement. Les nations voisines seraient impliquées, ” les cèdres de Tyr et de Sidon “, les ” étrangers ” travailleraient tous ensemble à la construction d’un temple glorieux et, ce faisant, ils pourraient surtout apprendre les choses concernant le Dieu d’Israël et sa volonté pour toute l’humanité. David donne des mots d’encouragement à Salomon (v7-16). David révèle sa volonté (v7), et la volonté de Dieu… et les deux volontés seraient réalisées par le fils de David choisi par Dieu : Salomon… ” son nom sera Salomon, et j’accorderai à Israël la paix et la tranquillité pendant son règne… C’est lui qui bâtira une maison POUR MON NOM… (v 9-10) Avec la foi dans les paroles de David et les promesses de Dieu, Salomon devait mettre cette foi en action, sachant que s’il continuait dans l’esprit de foi et d’obéissance, le Seigneur serait avec lui. De même, David s’adressa aux chefs : “Le Seigneur votre Dieu n’est-il pas avec vous ?… n’a-t-il pas accordé le repos… ? Il y a tellement de leçons dans ce chapitre… ET nous voyons le fils élu de David et son rôle de serviteur de la volonté de Dieu pour amener les gens à Lui, afin qu’ils puissent connaître Dieu et lui donner la gloire due à Son Nom. Et c’est notre rôle à tous… amener les gens au Dieu unique et leur permettre de trouver la paix avec Lui. Ézéchiel 32 : même si les Égyptiens pensaient avec arrogance que, contrairement à Juda, ils ne tomberaient pas aux mains des forces babyloniennes, ils finiraient par connaître le même sort que les citoyens de Jérusalem. Les paroles du Seigneur ont été enregistrées avant l’événement afin que toutes les nations sachent que le Seigneur est le seul vrai Dieu qui règne sur les nations des hommes (et qui règne encore !). De nombreux thèmes se répètent dans ce chapitre… Pharaon / l’Égypte et ses multitudes sont mentionnés 7 fois. Il semblerait que l’Égypte et les autres nations mentionnées aient mis leur confiance dans leurs “forces”, leurs “multitudes”… ces multitudes auraient pu être considérées comme puissantes par les hommes… mais pas aux yeux de Dieu. Les incirconcis (les personnes qui ne sont pas en relation d’alliance avec Dieu) mourraient tous, et étaient destinés à la tombe. C’est le destin de toute l’humanité qui n’a pas répondu au message de salut offert par Dieu à travers la vie sacrificielle de son fils. Col 1:11… “Dans le Christ, vous avez aussi été circoncis, par le dépouillement de la nature pécheresse… vous avez été ensevelis avec lui par le baptême et ressuscités avec lui par votre foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts. Lorsque vous étiez morts dans vos péchés et dans l’incirconcision de votre nature pécheresse, Dieu vous a fait vivre avec le Christ. Il nous a pardonné tous nos péchés.” Éphésiens 3 +4 … la grâce, les dons et l’amour de Dieu… et notre réponse. La lettre aux Éphésiens commence par Paul qui élève les Éphésiens (et nous) en nous parlant des incroyables bénédictions (dons) que Dieu leur avait apportées par son plan en Christ. Mais quels sont les fruits de ces bénédictions ? SI ELLES SONT VRAIMENT DISCERNÉES, elles apportent la gratitude, l’amour et une incroyable humilité réconfortante.Avec cet esprit, nous choisirons de servir volontairement, de donner, d’aimer, de pardonner …. et de rendre gloire à son nom. L’Évangile, pour Paul (et pour nous), est toujours passionnant… car il parle de la volonté de Dieu d’une manière si profonde et apporte avec lui une nouvelle façon de penser et de vivre. Mais, à cette époque, c’était encore plus passionnant. Le mystère du Christ avait MAINTENANT été révélé (il était là depuis le début… il était dans la parole de Dieu depuis le début, et si l’on regardait en arrière, on pouvait le voir) mais ce qui était là n’a pas été révélé jusqu’à ce que le Christ naisse, vive, meure et ressuscite… et soit à son tour proclamé aux Juifs et aux Gentils….. C’est ce qui se passait à ce moment précis dans le plan de Dieu ! !! Par cet évangile, les païens (par la volonté de Dieu) étaient héritiers ENSEMBLE avec Israël, membres ENSEMBLE d’un seul corps, et partageant ENSEMBLE les promesses par Jésus-Christ. Malgré toutes ces bénédictions, Paul prie pour que les Éphésiens continuent à être “UN” avec le Seigneur, et que cette “Unitude” continue à croître. “Je prie pour que vous soyez fortifiés intérieurement par son esprit, afin que le Christ habite dans vos cœurs par la foi.” …. Et de connaître (intimement) l’énormité de l’amour du Christ qui surpasse toute connaissance… et d’être remplis à la mesure de toute la plénitude de Dieu. Une vocation élevée ! Comment devons-nous vivre ? Ch4:1.. “Menez une vie digne de l’appel que vous avez reçu. (le rappel est dans le ch 1 !) “Soyez complètement humbles et doux ; soyez patients,… dans l’amour. Faites TOUS vos efforts pour garder l’unité de l’esprit…”. Alors qu’il y a de la diversité dans l’église, dans la véritable église il y a de grands domaines d’unité. Paul en mentionne 7. UN CORPS : En Christ, Juifs et Gentils (nous) sont “un seul homme nouveau” réconcilié avec Dieu en “un seul corps” par la croix du Christ. Eph 2,15-16. UN ESPRIT : un avec l’esprit de Dieu. UN ESPOIR : un avec la volonté de Dieu. UN SEIGNEUR : “Jésus est Seigneur” 1Cor 12:3. UNE FOI : “Le salut ne se trouve en personne d’autre (que Jésus)” Actes 4:12. UN BAPTIME : voyez l’importance du baptême… l’un des 7 moyens d’atteindre l’unité. UN SEUL DIEU et PÈRE… d’où tout ce qui précède a son origine… dans l’esprit de Dieu pour apporter le salut. “Notre communion est avec le Père et avec son fils, Jésus-Christ. Nous écrivons ceci pour que votre joie soit complète” 1 Jean1:3-4. Octobre

Le 7 Octobre

David a fait preuve d’une préparation détaillée pour l’organisation et le service dans le temple de Dieu dans 1Chroniques 23. Il a tiré les leçons des expériences de sa vie, il a appris de ses erreurs et de ses péchés, et il a maintenant atteint une maturité où Dieu occupe la première place en tout. C’est ainsi que nous devrions être, et toutes les lectures d’aujourd’hui nous montrent les responsabilités que nous avons après avoir reçu la grâce. Il y a toujours du travail à faire au service de Dieu, par exemple, les lévites portaient le tabernacle et les objets de culte lorsque le peuple se déplaçait dans le désert avec Moïse, verset 26. Cependant, leur service ne s’arrête pas lorsque le tabernacle cesse de se déplacer et que le temple est construit – au contraire, leur travail a changé, versets 28-31. Il s’agit d’un service à Dieu si nous effectuons ces changements avec les bons motifs, en mettant Dieu en premier et en respectant ses principes. Dans Ézéchiel 33, il y a un autre principe que nous pouvons suivre. Ezéchiel est décrit comme une “sentinelle”, verset 7. La responsabilité d’une “sentinelle” était de guetter les attaquants qui menaçaient un pays et de donner l’alerte en sonnant de la trompette si une attaque se préparait. Cet avertissement donnait aux gens le temps de se préparer, et c’était un travail très responsable. Si la sentinelle sonnait l’alarme et que personne ne réagissait, elle avait quand même rempli sa mission, mais si elle ne sonnait pas l’alarme, elle avait failli à sa mission (versets 1 à 6). La sentinelle qui n’a pas sonné l’alarme sera tenue responsable des dommages causés au pays et à ses habitants. Dieu dit à Ézéchiel comment cet exemple s’applique à lui, versets 8-9. Ce principe s’applique tout à fait à nous aussi – nous savons que Jésus va revenir, nous savons que Dieu va punir ceux qui ne veillent pas et n’attendent pas Jésus, et nous avons donc la responsabilité d’enseigner aux autres. Nous sommes donc des veilleurs comme Ézéchiel. Dieu n’est pas content de la mort des méchants, verset 11, il veut que les gens changent de leurs “mauvaises habitudes” et il nous a donné la responsabilité de partager le merveilleux message que nous avons pour tous les êtres humains. La grâce et le pardon de Dieu sont merveilleux car il n’exclut personne du pardon, tout ce qu’il demande c’est que nous nous repentions, verset 14-16. C’est un grand réconfort pour nous car nous savons que nous péchons, c’était un grand réconfort pour David car il s’est repenti et a été pardonné après ses péchés. Remarquez cependant les responsabilités qui accompagnent la repentance : nous devons rendre ce que nous avons “promis”, nous devons rendre ce que nous avons “volé” et nous devons essayer d’arrêter de pécher. Nous avons la responsabilité de continuer à servir, nous ne pouvons pas dire que j’ai été un “pionnier” de CBM ou que j’ai déjà fait tant de bonnes choses pour Dieu, que je peux donc maintenant me détendre et faire ce que je veux, verset 13. Lorsque Jésus reviendra ou que nous mourrons avant son retour, nous serons jugés comme nous étions à ce moment-là, que ce soit en bien ou en mal, versets 17-20. C’est à la fois un réconfort et un avertissement. Dieu n’attend pas de nous que nous soyons parfaits, mais il attend de nous que nous essayions d’être un avec lui. Il n’est pas bon de venir écouter la parole de Dieu et de ne rien faire avec la connaissance que cela nous donne, c’est une perte de temps et cela n’aboutit pas à notre salut, c’est ce qui nous est dit dans Jacques 1, mais aussi dans Ezéchiel 33:30-32. Nous ignorons la parole de Dieu à un coût pour nous parce que nous savons qu’elle est vraie. Un exemple de la véracité de la parole de Dieu se trouve au verset 22. Ezéchiel était maintenant capable de parler tout le temps ; Dieu avait prédit qu’il serait capable de parler tout le temps quand Jérusalem serait finalement tombée, Ezéchiel 24:25-27, donc c’était une confirmation que ce que l’homme lui avait dit était vrai, verset 21. Ézéchiel était incapable de parler, sauf pour répéter ce que Dieu avait dit, depuis le chapitre 3, versets 25-27. Ainsi, parce que nous savons que la parole de Dieu est vraie, en tant que chrétiens, nous devons être “les imitateurs de Dieu”, Éphésiens 5 versets 1-2, et nous devons aussi “vivre une vie d’amour”. En raison de la grâce que Dieu nous a témoignée (Ep 1 et 2), parce que nous sommes un en Christ, (Ep 3 et 4), nous devons maintenant démontrer notre reconnaissance et notre amour, non pas parce que nous le devons, mais parce que nous voulons être comme Dieu. David voulait servir, Ezéchiel aussi, et nous devons faire de même. Dans ces deux derniers chapitres d’Éphésiens, nous avons d’autres exemples de la manière dont nous devons servir en plus de préparer et d’enseigner les autres. Les versets 3-4 soulignent que l’immoralité sexuelle, l’impureté, la cupidité, l’obscénité, les propos insensés et les plaisanteries grossières sont des choses que nous ne devons pas faire. Ceux-ci couvrent pratiquement toutes les choses qui sont contre Dieu – un “soupçon” d’immoralité sexuelle couvre les pensées, les choses que nous regardons qui sont sexuelles, la convoitise d’autrui, les commentaires, le fait de regarder des choses sur Internet ou dans des magazines, le fait de regarder des films en déplacement, etc. L’obscénité, les propos insensés et les plaisanteries grossières sont des choses que Jésus ne dirait pas. Nous devons éviter toutes ces choses et, comme le dit Paul, nous devons être “reconnaissants” pour ce que Dieu nous a donné. Il est important que nous essayions de les éviter car les conséquences sont graves, versets 5-7. Dieu merci, nous avons la possibilité de nous repentir ! Nous devons faire attention aux personnes que nous côtoyons car il est facile de devenir comme les impies si nous nous mêlons à eux, nous devrions plutôt nous mêler à ceux qui sont pieux car nous pourrons apprendre les uns des autres et être de meilleurs “imitateurs de Dieu”. Dans les versets 8 à 14, les “ténèbres” décrivent ceux qui sont impies. Il y a d’autres leçons à suivre, les versets 15-20, ne vous enivrez pas, lisez plutôt la bible ensemble, chantez des hymnes et des chansons, louez du fond du cœur et remerciez. Remercier Dieu et être joyeux montre l’humilité et la bonne attitude et nous aide à ne pas faire les choses qui sont impies. Un grand principe précède d’autres leçons de la vie quotidienne dans Éphésiens 5 et 6, à savoir le chapitre 5, verset 21. Nous devons nous “soumettre” les uns aux autres par “respect pour le Christ”, nous devons nous traiter les uns les autres comme meilleurs que nous-mêmes, nous ne devons pas penser que nous sommes meilleurs que les autres et nous devons nous rappeler qu’il n’y a pas de hiérarchie dans l’église – nous sommes tous des serviteurs pécheurs qui ont besoin de grâce et de miséricorde. Éphésiens 5, versets 22 à 33, nous montre qui les maris (et les hommes) et les épouses (et les femmes) représentent, c’est-à-dire que l’homme représente Jésus et la femme représente l’Église. Il s’agit d’une parabole de la vie quotidienne qui nous rappelle l’amour que Jésus nous a montré et comment l’Église (nous) a répondu à Jésus par l’amour. Il ne s’agit pas de dire que le mari ou l’homme est le patron de la femme ou de l’épouse, il s’agit d’amour, d’attention, de compassion et d’entraide, il s’agit de respect et de service, il s’agit d’”imiter Dieu”. Ainsi, frères, nous représentons Jésus, sœurs, vous représentez l’Église et cette image (parabole) nous montre l’amour. Les mêmes sentiments se retrouvent dans Éphésiens 6, versets 1 à 4 : les enfants obéiront à leurs parents s’ils les voient imiter Dieu et faire preuve d’amour ; les parents enseigneront aux enfants ce qu’est Dieu et Jésus parce qu’ils les aiment tellement qu’ils veulent qu’ils soient sauvés eux aussi. Les esclaves (travailleurs) et les maîtres (chefs d’entreprise) doivent également s’aimer et se respecter mutuellement, versets 5-9, faites tout honnêtement et comme si vous travailliez pour Jésus ou si Jésus travaillait pour vous – nous pouvons appliquer le même principe à nos structures CBM également dans la façon dont nous nous comportons les uns envers les autres dans les différents rôles que nous avons tous. Il y a beaucoup d’autres leçons spirituelles dans les versets 10-17, en utilisant l’image du soldat et en l’appliquant à la manière dont nous nous préparons pour le service (nous laisserons cela pour une autre fois !). Nous luttons tous pour être des imitateurs de Dieu, nous luttons tous pour être comme Jésus (qui était le meilleur imitateur de Dieu), c’est pourquoi nous devons toujours prier, verset 18. David, Ezéchiel et Paul voulaient absolument sauver les autres, alors ils ont suivi la volonté de Dieu et ont essayé d’enseigner aux autres ce qu’est Dieu, la grâce de Jésus et comment y répondre (versets 23-24) : “Paix aux frères (et sœurs), et amour avec foi de la part de Dieu le Père et du Seigneur Jésus-Christ. Grâce à tous ceux qui aiment notre Seigneur Jésus-Christ d’un amour inaltérable”. Nous démontrons notre amour “éternel” par notre façon d’agir. Octobre

Le 8 Octobre

Dans 1Chroniques 24 et 25, nous poursuivons avec les détails de qui faisait quoi au service de Dieu alors que David se préparait à construire le temple et à y pratiquer le culte. David tenait à s’assurer que les Lévites, qui étaient les personnes choisies par Dieu pour gérer toutes les choses associées au culte, effectuaient le travail. L’utilisation par David du tirage au sort au chapitre 24, versets 5 et 31, et pour les chanteurs au chapitre 25, verset 8, permettait à Dieu de diriger le choix. David souhaitait donc vivement que les choix de Dieu prévalent dans le culte. Les lévites avaient évidemment le rôle important d’organiser le culte, mais les chanteurs avaient le rôle important de conduire le peuple dans le culte en enseignant, remerciant et louant Dieu par la musique (chapitre 25, verset 3) et d’exalter Dieu (verset 5). Il est également important pour nous aujourd’hui de prendre le culte au sérieux, y compris la musique que nous utilisons et les paroles que nous chantons. Dans Ézéchiel 34, nous voyons que les dirigeants, décrits comme des bergers, ont échoué dans leur tâche de donner l’exemple au peuple, le troupeau de moutons, et qu’au lieu de cela, ils l’ont conduit de telle manière que le troupeau (le peuple) a été dispersé parmi les nations. Les bergers avaient été placés là par Dieu pour diriger, verset 2, mais ils étaient égoïstes et ne s’occupaient que d’eux-mêmes, versets 3-6 et 8. Dieu a donc mis en œuvre sa promesse de punir les bergers, qui étaient les “brebis douces et fortes”, versets 11 et 16. Il jugera entre les brebis, verset 17. Ce récit est similaire à celui de Matthieu 25, 31-46, où Jésus dit que nous devons prendre soin de nos frères et sœurs comme si nous prenions soin de Jésus lui-même. Mais Dieu recherchera ses brebis, les ramènera dans leur pays et s’occupera d’elles, et il établira un berger parfait, c’est-à-dire Jésus, verset 23-24, qui gardera les brebis de Dieu pour lui. Les versets 20-22 nous rappellent à nouveau que Dieu jugera les brebis qui maltraitent les autres – cette leçon s’adresse à nous aussi. Comme nous sommes tous des brebis de Dieu, nous devrions suivre notre berger, Jésus, qui prendra soin de nous si nous le laissons faire, mais les brebis qui maltraitent les autres seront jugées comme Jésus l’a dit dans Matthieu 24. Je pense que nous avons ici une image du Royaume, versets 25-31, donc certaines de ces choses ne se produiront que lorsque Jésus reviendra, mais en attendant, en tant que frères et sœurs, brebis, nous devrions aider Jésus à paître les brebis de Dieu. Nous en voyons des exemples dans Philippiens 1 et 2. Paul écrit aux “surveillants” et aux “diacres”, verset 1, qui sont les bergers et les serviteurs de l’église de Philippes. Paul, un autre serviteur/berger, encourage toutes les brebis à poursuivre l’”œuvre” en “partageant” et en “aimant” jusqu’au “jour du Christ”. Il dit donc que nous devons apprendre les leçons du berger et prendre soin les uns des autres jusqu’au retour de Jésus. Le but principal de Paul était d’aider les autres à rester forts ; il voyait toujours de l’espoir et de l’encouragement dans ses souffrances, versets 12-14, et il se réjouissait parce que Jésus était annoncé, verset 18. Timothée et Epaphrodite étaient tous deux des exemples de bons bergers, versets 19-30. Timothée a été comparé positivement aux mauvais bergers, verset 21, Timothée a pris un “véritable intérêt” pour les autres, comme nous devrions le faire aussi, nous ne devons pas seulement regarder nos “propres intérêts” comme les mauvais bergers dans Ezéchiel. Epaphrodite et les gens comme lui doivent être honorés, verset 29, c’est parce qu’eux aussi s’intéressent sincèrement aux autres, verset 26, ils sont aussi des “compagnons de travail” et des “compagnons de combat” (pour Dieu), verset 25. En d’autres termes, nous devons honorer ceux qui servent. Paul nous rappelle que nous devons “briller comme des étoiles”, versets 12-18, nous devons être considérés comme différents, car nous essayons de ressembler à Jésus dans toutes nos actions et nos relations, nous ne devons pas être “tordus” ou “dépravés”, nous devons être “irréprochables” et donner le bon exemple, comme David, Ezéchiel, Paul, Timothée et Epaphrodite. Nous sommes “unis” à Jésus, c’est pourquoi nous devons avoir la pensée de Jésus et essayer de faire ce qu’il a fait et ce qu’il fait, verset 1-5. Et en faisant cela, nous nourrirons notre esprit et nos actions pour ressembler à Dieu comme Jésus l’était, verset 6-11. Nous devons donc tous nous poser les questions suivantes : sommes-nous de bonnes brebis, de bons bergers, de bons exemples, sommes-nous reconnus comme étant semblables à Jésus et à Dieu, ou sommes-nous en train de nous adapter au monde qui nous entoure, d’agir comme eux, d’être de mauvais bergers et de grosses brebis qui ne s’intéressent qu’à elles-mêmes ? Octobre

Le 9 Octobre

La première lecture d’aujourd’hui, 1Chroniques 26, contient quelques leçons pratiques qui sont aussi partiellement reprises dans la lecture de Philippiens. Le chapitre énumère plus de détails, comme les chapitres précédents, nous démontrant combien il est important pour nous d’essayer de faire les choses correctement dans notre culte à Dieu. Nous voyons également que les hommes qui ont été choisis pour jouer certains rôles ont été tirés au sort, ce qui permet à Dieu d’intervenir dans le processus de décision en indiquant le nom de la personne choisie. Contrairement aux tirages au sort qui sont utilisés pour déterminer quel pays joue contre un autre lors de la Coupe du monde, par exemple, ce tirage au sort pouvait être influencé par Dieu, verset 13. Cependant, les hommes qui ont été tirés au sort étaient capables (versets 6, 8, 9 et 31), il ne s’agissait donc pas d’une sélection aléatoire, David et le peuple devaient choisir des personnes qui convenaient aux emplois, dans ce cas pour le service au temple, il s’agissait de Lévites, il y avait donc des actions fidèles associées à cela. Il en va de même pour nous lorsque nous sélectionnons des membres pour certaines fonctions dans notre culte chrétien, nous devons choisir ceux qui sont appropriés, qui sont capables et qui démontrent déjà un amour et un engagement envers Dieu. Au verset 31, une recherche a été faite dans les “registres” – notre équivalent est-il le registre ecclésial pour voir qui s’est engagé régulièrement dans nos services du dimanche ? L’autre leçon se trouve aux versets 26-28 où nous lisons qu’”une partie du butin” fut consacrée au temple du Seigneur, notre équivalent moderne de cela est le don d’une partie de notre argent à l’œuvre du Seigneur. Car nous devons nous rappeler que tout ce que nous avons nous a été donné par Dieu de toute façon, donc nous ne faisons que rendre à Dieu ce qui lui appartient déjà ! La courte lecture d’Ezéchiel 35 nous rappelle ce qui se passe lorsque l’on adopte une mauvaise attitude. Le peuple d’Edom, ou de la montagne de Séir, s’est “vanté” contre Dieu, verset 13, et Dieu l’a “entendu”, comme il le fait pour tout le monde. Le peuple était heureux de la défaite d’Israël/Judah, verset 10, il était heureux de “s’emparer du pays”. Ce n’était pas une surprise, car le peuple d’Édom a toujours été l’ennemi du peuple de Dieu, verset 5 – il s’est opposé à lui et donc à Dieu à chaque occasion. Par exemple, Nombres 20:18-21. Ainsi, Dieu, qui entend et voit tout, a puni Édom, versets 6-9, 11-12 et 14-15 – un rappel pour nous aussi dans notre façon de réagir aux situations de notre vie. Les lectures de Philippiens 3 et 4 commencent par une démonstration d’humilité, versets 1-3, c’est-à-dire “ne mettez pas votre confiance dans la chair (les capacités humaines)”. Au temps de David, les lévites acceptaient humblement leurs tâches et réalisaient que c’était Dieu qui travaillait et leur donnait les capacités qu’ils avaient, il devrait en être de même pour nous, tous nos talents, ou capacités, devraient être reconnus comme venant de Dieu. Paul considérait toutes ses capacités humaines comme des “déchets” (verset 8) ; ce qui comptait dans sa vie, c’était de “connaître” tout de Jésus et d’être comme lui. Il a aussi clairement déclaré qu’il voulait “connaître” le Christ, versets 10-11, c’était sa priorité dans la vie d’être comme Jésus et d’être avec lui, il voulait donc servir et se soumettre à la volonté de Jésus et de Dieu, comme les Lévites et comme nous devrions le faire. Notre “but” est le royaume et nous devons continuer à le viser, versets 12-14, notre esprit doit être tourné vers les choses pieuses et non vers les choses humaines. Nous devons montrer que nous commençons à penser comme Dieu, versets 15-16, et si nous nous laissons changer, nous serons complètement transformés au retour de Jésus, versets 20-21. Il est triste que tant de gens vivent en “ennemis” de Dieu et de Jésus, verset 18-19, et il est triste que ces gens mettent leur confiance dans les choses humaines, qu’ils soient égoïstes et qu’ils ne pensent qu’à eux-mêmes, comme dans l’exemple d’Edom, mais nous aussi, nous devons veiller à ne pas placer notre position humaine au-dessus de Dieu. Paul transmet l’importance de ce que nous venons de lire au chapitre 4 verset 1, c’est ainsi que nous “tenons ferme”. Paul nous donne ensuite des exemples de la manière dont notre humilité doit se manifester dans notre vie quotidienne. Le premier est d’être unis, verset 2 ; d’aider à l’unité de l’Église, verset 3 ; de se réjouir, verset 4 ; de donner l’exemple, verset 5, et de prier pour “tout”, verset 6. Si nous sommes humbles dans tous les aspects de notre vie, nous serons en paix, verset 7. Les choses auxquelles nous pensons doivent être celles énumérées au verset 8, des choses “nobles”, “justes”, “pures”, “belles”, “admirables”, car nous devons les mettre en pratique, verset 9. Paul nous exhorte à “nous réjouir” comme il l’a fait, verset 10. Il est parfois difficile de se réjouir quand on a faim, qu’on est triste, malade, inquiet, mais Paul dit qu’il a appris à être content dans n’importe quelle situation, verset 12 – il a souffert de toutes ces choses et il a fait face parce que Dieu et Jésus l’ont fortifié, verset 13. De même que David, les lévites et le peuple travaillaient ensemble pour s’entraider, nous devrions nous aider et nous soutenir mutuellement – Paul dit qu’il est bon de “partager les difficultés des autres”, verset 14. “Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa glorieuse richesse dans le Christ Jésus. A notre Dieu et Père soit la gloire pour les siècles des siècles. Amen”, versets 19-20. Octobre

Le 10 Octobre

Lorsque nous lisons le premier chapitre de Jean, nous sommes frappés par la référence évidente au récit de la création dans la Genèse. Dans la Genèse 1:3, nous lisons : “Dieu dit : Que la lumière soit, et la lumière fut”. Avant cela, il n’y avait que des ténèbres. Même après cela, il y avait encore des ténèbres, à l’heure de la nuit. Dans Jean 1:1-5, nous lisons que “la Parole” et “en elle était la vie ; et la vie était la lumière des hommes. Et la lumière a brillé dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas comprise”. Ainsi, lorsque Jésus est venu comme “la lumière du monde”, il y avait encore des ténèbres. Que devons-nous faire de cela ? Avant d’essayer de répondre à cette question, je voudrais que nous réfléchissions à un passage qui, à première vue, est un peu déroutant. Il s’agit de 1 Rois 8:12, qui dit : “Le Seigneur a dit qu’il habiterait dans les ténèbres épaisses”. Qu’est-ce que cela signifie ? On dit parfois que les ténèbres représentent le péché, mais ce n’est pas possible, car Dieu ne peut pas être associé au péché – il ne pourrait pas “habiter dans le péché”. Je pense que ce verset nous dit que les ténèbres sont quelque chose que nous ne pouvons pas comprendre. Nous ne pouvons pas commencer à comprendre où Dieu habite : nous ne pouvons pas commencer à comprendre où se trouve le “ciel”. On peut donc dire que “la lumière” équivaut à la compréhension et “les ténèbres” à l’incapacité de comprendre. Si nous appliquons ce principe aux 4 premiers chapitres de Jean, nous commençons à voir le problème que les dirigeants juifs avaient : ils ne pouvaient tout simplement pas comprendre comment cet homme de Nazareth pouvait être le Messie promis. Regardez les questions qu’ils ont posées : Quel signe nous montres-tu, puisque tu fais ces choses ? (2:18) ; Il a fallu quarante-six ans pour construire ce temple, et tu le relèveras en trois jours ? (2:20) ; Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? (3:4) ; Peut-il entrer une seconde fois dans le sein de sa mère ? (3:4) ; Comment ces choses peuvent-elles être ? (3:9). Cette incompréhension continue pour de nombreux Juifs, et pour le monde en général, jusqu’à aujourd’hui. Qu’en est-il de nous ? Lisez maintenant Éphésiens 5, 8-14. Nous étions dans les ténèbres et ne comprenions pas notre besoin du Christ et de ce qu’il a fait. Mais maintenant, nous avons compris, par la grâce de Dieu, que nous devons “marcher dans la lumière”, ce qui signifie que la façon dont nous vivons notre vie doit montrer cette compréhension du Christ et de ses voies. Il existe un autre passage qui nous aide à comprendre ce principe. Lisez maintenant 2 Corinthiens 4:3-6. Vous voyez comment ce passage relie nos pensées entre elles ? Il y a là un point important que nous ne devons pas manquer. C’est Dieu qui a créé la lumière dans la Genèse ; c’est Jésus qui est la lumière du monde ; et “Dieu, qui a ordonné que la lumière brille hors des ténèbres, a brillé dans nos cœurs”. Nous n’avons pas notre compréhension de l’Évangile parce que nous sommes en quelque sorte plus intelligents que les autres. C’est Dieu qui a “brillé dans nos cœurs”. Bien que nous ayons le choix de notre réponse, nous ne devons jamais penser que nous avons initié ou gagné notre salut. Même les disciples ont eu du mal à comprendre. Lisez maintenant Luc 18:31-34. Leur compréhension s’est accrue après la résurrection. En partageant le pain et le vin aujourd’hui, puissions-nous réfléchir à la lumière du monde et refléter sa lumière aux autres afin qu’ils puissent parvenir à comprendre le salut de Dieu, par le Seigneur Jésus-Christ. Octobre

Le 11 Octobre

Dans 1Chroniques 28, nous lisons que David a continué à planifier la construction du temple de Jérusalem. Son dévouement aux choses de Dieu est un excellent exemple pour nous. Bien que Dieu ait dit à David qu’il ne construirait pas le temple (verset 3), il s’est préparé sans se décourager (verset 2). Nous connaissons des déceptions dans notre vie, mais nous devons continuer, en reconnaissant que Dieu sait ce qui est le mieux. David a toujours vu Dieu agir dans sa vie et il l’a humblement accepté dans son message au peuple et à Salomon, son fils, versets 4-7. David a également impliqué d’autres personnes dans ses plans et ses préparatifs afin que tous ceux qui aimaient Dieu puissent être impliqués et faire des plans pour soutenir le travail du temple dans leurs propres domaines de responsabilité (verset 1). La leçon pratique pour nous est que nous ne sommes pas seuls dans l’œuvre pour Dieu, nous avons des frères et des sœurs pour nous aider et nous encourager tous, et donc nous partageons le travail. Les avantages d’être “tout entier” dans l’œuvre, comme David l’était, sont évidents au verset 8, c’est-à-dire que les descendants après eux en bénéficieront pour toujours. David était déterminé à ce que Salomon soit lui aussi sincère, au verset 9, où il l’encourage à toujours suivre Dieu. Un choix simple s’offre à nous tous : “Si tu le cherches [Dieu], tu le trouveras ; mais si tu l’abandonnes, il te rejettera pour toujours”. David transmet fidèlement les plans à Salomon pour qu’il les réalise, verset 19, puis il encourage Salomon, 20-21. C’est la même leçon pour nous aussi, “sois fort et courageux et fais le travail. N’aie pas peur et ne te décourage pas, car le Seigneur Dieu, mon Dieu, est avec toi”. Le peuple en exil à Babylone était découragé dans Ezéchiel 37 verset 11, et Dieu a dit à Ezéchiel de leur prophétiser, versets 12-14. Le peuple était découragé parce qu’il était réfugié dans un pays étranger, que tout son espoir avait disparu et qu’il disait que tous ses “os avaient séché et que notre espoir avait disparu ; nous sommes exterminés.” Ce qui est merveilleux, c’est que Dieu était toujours là, même dans leur désespoir, et cette image dramatique de la vallée des ossements desséchés qui se rassemblent et reviennent à la vie, versets 1-10, représente le retour du peuple sur la terre de Dieu. C’est une image qui annonçait ce qui s’est passé à la fin de l’exil d’Israël à Babylone, mais qui est aussi une évidence à notre époque, où les Juifs sont de retour en Israël après avoir été ramenés par Dieu de toutes les nations. L’État d’Israël a été officiellement reconnu par le monde en 1948. La prophétie n’est pas encore totalement accomplie, car les Juifs n’acceptent généralement pas Dieu et Jésus, et il n’y a pas non plus de roi, mais cela arrivera. La prophétie des 2 bâtons, verset 15-22, nous montre que les 2 nations de Juda et d’Israël redeviendront une seule comme à l’origine, à l’époque de Saül, David et Salomon, et aujourd’hui nous voyons cette partie de la prophétie s’accomplir puisque les Juifs sont de retour en Israël comme une seule nation. Mais nous attendons toujours patiemment qu’ils soient pieux et qu’ils aient un seul roi, c’est-à-dire Jésus, verset 23-28. Soyez donc “forts et courageux”, car ce que Dieu a dit qu’il arriverait s’accomplira. Le premier miracle de Jésus, décrit dans Jean 2, plante le décor de la manière dont Jésus va changer le cœur des hommes pour les ramener à Dieu. Ce simple récit de mariage peut être vu comme une image de l’échec de l’homme : ils n’avaient plus de vin (verset 3), ce qui peut représenter le “fruit de l’esprit”, la mère de Jésus dit d’écouter Jésus (verset 5), puis lorsque le maître du banquet goûta le vin, il remarqua que c’était le meilleur (verset 10). Il y a beaucoup de leçons potentielles à tirer de ce premier miracle, mais il est évident que pour obtenir le meilleur “fruit de l’esprit”, nous devons écouter Jésus, car il n’y a pas d’autre alternative. La raison en est que le peuple avait corrompu le temple de Dieu que David avait consacré sa vie à préparer, il avait fait de la maison de Dieu un marché, verset 16. Il n’y avait aucun respect pour et de Dieu et, comme David l’avait dit à Salomon, le peuple avait “abandonné Dieu” et “Dieu l’avait rejeté” – et seul Jésus pouvait ramener le peuple à Dieu. La mort et la résurrection miraculeuse de Jésus y parviendraient (versets 18-21). L’enseignement de Jésus à Nicodème en Jean 3 montre que nous devons “naître de nouveau”, verset 3, sinon nous ne serons pas dans le royaume. Nous devons avoir une pensée différente, nous devons être baptisés et nous devons démontrer les fruits de l’esprit, versets 5-8. Nous devons remplacer les ténèbres par la lumière, versets 19-21, et faire de notre mieux pour suivre les voies de Dieu. La seule façon d’y parvenir est d’accepter et de suivre Jésus, versets 14-15. Ce n’est pas une coïncidence si le premier miracle de Jésus a eu lieu lors d’un mariage, car tout au long de la Bible, nous voyons souvent des leçons spirituelles tirées des mariages. Jean Baptiste le reconnaît aux versets 27-30, où il voit Jésus comme l’époux et l’Église comme l’épouse. Nous sommes “mariés” à Jésus lorsque nous sommes baptisés et nous serons définitivement avec lui dans le royaume lorsqu’il reviendra. Le message à la fin de Jean 3 est très similaire à celui des Chroniques : “Celui qui croit au fils a la vie éternelle, mais celui qui rejette le fils ne verra pas la vie, car la colère de Dieu demeure sur lui”, verset 36. Octobre

Le 12 Octobre

Le roi David nous enseigne la richesse dans 1 Chroniques 29 : “La richesse et l’honneur viennent de (Dieu)” (verset 12). En fait, tout ce que nous avons vient de Dieu (verset 14). David dit cela dans le contexte de son propre don. Il a choisi de donner à Dieu une grande quantité de richesses (versets 2-5) pour contribuer à la construction du temple. Bien qu’en réalité, il rendait à Dieu ce que Dieu lui avait donné en premier. Ce qui est intéressant, c’est que David s’est réjoui en faisant cela (verset 9). Voilà le vrai don. Le don doit être volontaire, et il doit être fait avec joie (2 Corinthiens 9:7). Le don de David a encouragé d’autres personnes qui ont également donné volontairement. Bien que le peuple ait perdu ses richesses, il était heureux de donner pour le Seigneur. C’est un exemple formidable pour nous. Que donnons-nous pour l’édification de la maison de Dieu (qui est son peuple) ? Toute richesse que nous possédons est un test pour nous (verset 17). C’est un test sur la manière dont nous allons l’utiliser. Allons-nous utiliser tout ce que nous avons pour nous-mêmes, ou allons-nous en rendre une partie à Dieu ? Le roi David était assis sur son trône. Mais il savait clairement à qui appartenait ce royaume. Le royaume était celui de Dieu (1 Chroniques 29:11). Et Dieu était le chef de tout. Le trône était le trône de Dieu (verset 23). Il s’agit d’une image du futur royaume, lorsque le fils de David sera assis comme roi sur le trône de Dieu, sur le royaume de Dieu. Ézéchiel 38 décrit une invasion contre le peuple de Dieu, longtemps dans le futur (verset 8). Il nous est dit que le peuple de Dieu a été rassemblé de nouveau parmi les nations et qu’il vit en sécurité (verset 8). Il est également riche, et c’est à ces richesses que s’intéresse l’envahisseur. L’envahisseur est décrit comme étant Gog, du pays de Magog. Il vient de l’extrême nord (verset 15). Cela signifie qu’ils ne sont pas des voisins immédiats d’Israël, mais qu’ils viennent de très loin. Cela suggère qu’ils viennent de Turquie/Russie/Irak/Iran. Nombreux sont ceux qui considèrent ce chapitre comme pouvant s’appliquer à notre époque, où le peuple de Dieu a été rassemblé de nouveau parmi les nations et est relativement prospère. Un autre point de vue s’appuie sur le seul autre endroit où Gog et Magog sont mentionnés. Il s’agit d’Apocalypse 20:7-10, et le moment se situe à la fin des mille ans. La prophétie biblique s’accomplira, mais la question est de savoir quand ? Lorsque nous pensons au temps, nous pensons au conseil que Jésus nous a donné. Soyez toujours prêts, car nous ne savons pas quand Jésus reviendra. Jean 4 décrit la rencontre entre Jésus et une femme samaritaine. Une telle rencontre n’aurait normalement pas eu lieu avec un Juif, mais Jésus n’était pas un Juif ordinaire. En fin de compte, Dieu avait un plan pour sauver les Samaritains (Actes 1.8, 8.1-8) et la rencontre de Jésus avec les Samaritains et les références à ces derniers préparent le terrain pour cela. La secte des Samaritains ne prend pour vrai que les 6 premiers livres de la Bible. Jésus explique à la Samaritaine qu’il faut suivre la vérité et qu’ils doivent la suivre. Cette rencontre a permis à de nombreux Samaritains de croire que Jésus était le vrai Messie. Dieu a utilisé une femme inhabituelle pour témoigner auprès de son propre peuple. La femme était un peu comme la ville de Samarie. Toutes deux avaient été associées à 5 partenaires différents. Dans le cas de Samarie, il s’agissait de 5 ensembles de dieux qu’ils avaient adorés auparavant (2 Rois 17:29-33). Maintenant, Samarie n’était pas liée à eux. C’est à la femme et à la ville que Jésus a lancé un appel pour qu’elles suivent la vérité. Nous voyons en cela la miséricorde de Dieu. Même s’ils n’étaient pas pleinement juifs, ils étaient invités à suivre la bonne nouvelle du royaume de Dieu. Les Samaritains ont reçu le message même sans avoir vu de miracle. Cela contrastait avec les Juifs de Cana qui voulaient voir un miracle avant de croire (versets 46-48). Dieu était prêt à les accepter sur la base de leur foi. Nous aussi, nous ne sommes pas des Juifs à part entière, mais nous serons acceptés par Jésus si nous vivons une vie de foi.  Octobre

Le 13 Octobre

2 CHRON 1-2 : Salomon a prié pour obtenir la sagesse, mais a-t-il “lu la parole de Dieu tous les jours de sa vie” ? Salomon avait le potentiel pour être un grand roi aux yeux de Dieu, et il l’a montré en demandant au Seigneur de lui donner la sagesse, afin qu’il puisse diriger et gouverner le peuple du Seigneur avec sagesse. Mais a-t-il continué dans cet esprit ? Des instructions de Dieu pour les futurs rois ont été données dans Deutéronome 17:14-20. “Le roi ne doit pas acquérir un grand nombre de chevaux pour lui-même, ni faire retourner le peuple en Égypte pour en obtenir davantage. Il ne doit pas prendre beaucoup de femmes, sinon son cœur s’emballera. Il ne doit pas accumuler de grandes quantités d’argent et d’or. Le roi doit écrire une copie de la loi… et elle restera avec lui, et il la lira tous les jours de sa vie afin qu’il apprenne à révérer le Seigneur son Dieu…”. (“La crainte (la révérence) du Seigneur est le commencement de la sagesse Psa 111:10). Si nous écoutons la parole de Dieu chaque jour, nous en saurons plus sur la volonté de Dieu, et si nous mettons cette connaissance en action ; la volonté de Dieu, deviendra la nôtre. Nous constaterons alors que lorsque nous prions, nous prions pour les bonnes choses… les choses qui sont importantes pour nous et pour Dieu. La parole peut nous amener à l’unité ! 2 Chron 1:14-17…. Salomon n’a pas suivi les instructions données dans Deutéronome 17. Il a acheté et vendu de nombreux chevaux, il a acquis beaucoup d’argent et d’or et nous apprenons ailleurs que plus tard, il a eu de nombreuses épouses qui l’ont égaré. Je soupçonne que le cœur et la volonté de Salomon étaient avec Dieu pendant qu’il surveillait la construction du temple… il a consacré sa volonté à donner au nom du Seigneur… mais une fois cela accompli, il a été détourné par les femmes, d’autres “dieux” et la tromperie des richesses et des “plaisirs et préoccupations de la vie”. Pendant tout ce temps, la parole de l’Éternel était là pour le guider, pour lui donner la sagesse… et s’il la suivait, l’Éternel Dieu lui-même serait avec lui – comme l’humanité peut être insensée ! 2Chron 2, “Un bon nom est plus désirable que de grandes richesses…” Proverbes 22:1. Nous nous rappelons dans 1 Chron 14 comment David a fait construire sa maison avec l’aide d’Hiram, roi de Tyr. Hiram a envoyé des messagers, des rondins de cèdre, des tailleurs de pierre et des charpentiers pour lui construire un palais. Ils se sont mutuellement enrichis et sont devenus amis. Salomon fut donc naturellement guidé vers Hiram, un homme en qui il pouvait avoir confiance (il avait un bon nom), un homme qui avait une certaine connaissance du Dieu d’Israël. La tâche devait être partagée, un roi juif et un roi gentil… travaillant ensemble pour rendre gloire au Dieu des Juifs et des Gentils. L’homme le plus compétent d’Hiram s’appelait Huram-Abi… dont la mère était de la tribu de Dan (juive) et le père de Tyr (gentil). Les hommes d’Hiram, ainsi que les “étrangers” en Israël (Gentils) seraient réunis avec les hommes de Salomon (Juifs) pour construire le temple, un temple de louange, d’offrandes, d’enseignement, de dédicace, etc. où tout était fait pour amener toute l’humanité au Dieu unique. Quelle époque merveilleuse… lorsque les gens sont réunis dans un seul esprit (celui du Seigneur) pour rendre gloire au nom du Seigneur. Ézéchiel 39…. Je me demande ce qu’Ezéchiel a compris de cette prophétie qui lui a été donnée par le Souverain Seigneur. Je suis sûr que, comme Ézéchiel, il y a des parties dont nous ne pouvons pas être totalement sûrs… quand ces choses se produiront, etc. Mais il y a des parties dont nous pouvons être sûrs, et quand nous reconnaissons le message principal pour toute l’humanité, toutes les nations … “De quel côté es-tu ?” …. Celui du Seigneur ou celui du monde ?” ; nous réalisons que si nous comprenons et suivons cette instruction sûre… nous sommes en sécurité… comme le Seigneur voudrait que nous le soyons. Je soupçonne qu’Ezéchiel connaissait certains des noms auxquels il faisait référence à son époque : Gog, Meshech, Tubal, Perse, Cush, Put, Gomer, etc… et nous pouvons nous aussi être certains de certains d’entre eux, et avoir une bonne idée de qui sont les autres… mais ce n’était pas seulement ces nations… il ne fait aucun doute que d’autres nations auraient été impliquées… en finançant le soutien des ennemis d’Israël… Ezéchiel aurait été témoin de son vivant d’un événement similaire… des nations s’abattant sur Jérusalem et des choses terribles qui se sont produites (bien que ce soit la volonté de Dieu)… et Ezéchiel aurait vu le contraste avec un événement futur tel que décrit dans Ez 37-39… Cette fois, les nations ne prévaudraient pas… les Juifs seraient de retour sur leur terre, rassemblés des nations, avec Jérusalem comme capitale et finalement, la terre serait attaquée par de nombreuses nations puissantes… et ces armées seraient détruites, ce qui conduirait à l’avènement du royaume de Dieu…. avec la demeure de Dieu à Jérusalem… c’était et c’est toujours la volonté de Dieu… rien ne peut s’y opposer… quelle joie incroyable cela apporterait à la vie d’Ezéchiel… quel but pour sa prédication… La déclaration répétée du Seigneur à travers Ezéchiel était “ils sauront que je suis le Seigneur”. Les ennemis le sauraient en voyant les choses terribles qui sont arrivées à leurs pays/armées (.v21). Israël saura aussi “que je suis le Seigneur” lorsqu’il sauvera la nation de cette guerre. Mais le Seigneur allait faire en sorte que des choses encore plus grandes se produisent… une purification du pays… la nation d’Israël devait être pardonnée, pour être à nouveau dans une relation d’alliance avec Dieu… pour recevoir un nouveau cœur et un nouvel esprit… leur vieil esprit brisé en voyant “celui qu’ils ont percé”. Ainsi, l’espoir d’Ézéchiel, la promesse de Dieu, l’endroit où il voulait être… était dans un temps futur… dans le royaume de Dieu, avec le Seigneur habitant dans son sanctuaire (rappelez-vous que cela devait être proche du cœur d’Ézéchiel parce qu’il était prêtre) parmi son peuple. Il prêchait pour que d’autres puissent partager cette promesse, y compris la vie éternelle. Cette volonté se poursuit, alors que les croyants prient “Que ton règne vienne, que ta volonté soit faite. Sur la terre comme au ciel”. Connaître Dieu, connaître Jésus… Jean 5. Quelle merveilleuse collection de livres que la Bible… nous pouvons si facilement lire la promesse de Dieu au temps d’Ezéchiel… tourner quelques pages et avancer de 600 ans( !) et ….AND… écouter la parole de Dieu… parlée par Son fils ! Les évangiles rapportent 7 guérisons miraculeuses faites par Jésus le jour du sabbat (7ème jour). En tant que croyants, nous reconnaissons qu’il s’agit d’un dessein vu dans la parole inspirée de Dieu, et ce n’est qu’un témoin parmi la multitude de témoins… du dessein de l’ensemble des écritures… du début à la fin… afin que l’humanité puisse connaître l’incroyable dessein de Dieu pour l’humanité, et être capable de mettre sa confiance en Lui. L’une de ces 7 guérisons miraculeuses du sabbat est présentée dans Jean 5:1-15… la guérison d’un homme qui avait été invalide pendant 38 ans. Parce que l’homme guéri portait son lit selon les instructions de Jésus… les Juifs ont persécuté Jésus… parce qu’il avait fait ces choses le jour du sabbat(.v16). Ce qui suit sont des paroles d’enseignement de Jésus.. afin qu’ils connaissent Dieu.. et celui qu’il a envoyé. Leçon 1 : (.v17) Dieu et Jésus travaillaient.. L’œuvre de Dieu ne s’était pas arrêtée. Leçon 2.(v18-30) Jésus reconnaît qu’il n’était pas l’égal de Dieu (Jésus était totalement dépendant de son Père). Dieu travaillait par l’intermédiaire de son fils, et parce que Jésus aimait son père, il a fait sa volonté, et son père lui a délégué son autorité. Au verset 19 et au verset 30… Jésus dit clairement : “Je ne peux rien faire de moi-même”. Dieu a provoqué des miracles pour témoigner du fait que Dieu approuvait son fils et agissait à travers son fils. Mais plus important encore que les miracles, ce sont les paroles que Jésus a prononcées… ce sont les paroles dites dans l’esprit de Dieu… qui pouvaient apporter (par la foi) une vie changée et même une vie éternelle future. Père et fils.. V21 comme le Père ressuscite les morts… le fils le pourrait aussi ; V22 le Père a confié tout jugement au fils ; V23 en honorant le fils, nous honorons aussi le Père (bien que séparément !!); V24 la volonté commune du Père et du fils… le salut… ” de la mort à la vie “. V31-47, “Si je rends témoignage de moi-même (et non de Dieu), mon témoignage n’est pas vrai”. Jésus raisonne avec les Juifs, il leur demande de voir la preuve de son autorité déléguée. Jean le Baptiste l’a vue et en a été témoin (v33-35). Les “œuvres” que le Père lui avait données étaient un plus grand témoignage… pas seulement les miracles, pas les paroles, mais aussi l’acceptation volontaire de Jésus en tant que serviteur sacrificiel, prêt à mourir, même pour ses ennemis… afin qu’ils puissent se transformer… et trouver la vie. Un autre témoignage.. La parole écrite de Dieu (.v37-40)… des preuves fournies (par Dieu) tout au long du T.O. Prenez Moïse par exemple, quelqu’un en qui ils prétendaient avoir confiance… et pourtant “mais SI vous avez cru Moïse, vous me croirez, car il a écrit sur moi” Il y a plus de 300 prophéties de l’Ancien Testament qui se sont accomplies dans la première venue du Christ ! Nous, en tant que frères et sœurs en Christ, avons été enseignés par Dieu… enseignés par sa parole, son fils et sa volonté. Et grâce à ces “dons d’en haut”, nous rendons naturellement honneur à Jésus, et ce faisant, nous rendons aussi honneur à son Père, de qui tout est venu. Et en comprenant l’autorité déléguée qui a été donnée à Jésus… cette connaissance rend une grande partie des Écritures faciles à comprendre… mais plus important encore, nous pouvons “connaître (intimement) Dieu et celui qu’il a envoyé (Jésus)”. Octobre

Le 14 Octobre

Salomon construit et meuble le temple dans 2Chroniques 3 et 4. Les détails et la taille sont étonnants et tout cela était destiné à rappeler au peuple la gloire de Dieu et à susciter le respect et l’adoration. La vue des chérubins sculptés (chapitre 3, versets 10-13) a dû susciter l’admiration. Le résumé des objets du temple au chapitre 4, versets 19-22, confirme qu’aucun détail n’a été négligé dans le culte de Dieu. Tout cela, c’est ce que David avait à cœur de faire construire par Salomon et cela devait rappeler aux adorateurs que Dieu était le seul Dieu et qu’il était tout puissant. Nous savons, grâce aux lectures d’Ézéchiel, que le peuple a malheureusement rejeté Dieu et s’est détourné de lui, et que cet étonnant temple a été détruit. Cependant, Ézéchiel 40 nous montre que le peuple de Dieu aura à nouveau un temple où se recueillir, qu’il reviendra de l’exil à Babylone et qu’il adorera Dieu. Les détails relatifs à la taille et à la position des portes, etc., nous montrent une fois de plus combien il est important de bien organiser le culte de Dieu afin de déclencher les bons rappels pour les adorateurs. Depuis la prophétie d’Ezéchiel, le temple avait été reconstruit deux fois, une fois à l’époque de Néhémie/Ezra et une autre fois à l’époque d’Hérode, mais à chaque fois le temple a été détruit à cause du péché du peuple. Alors que le temple était encore debout à l’époque de Jésus, ce dernier a promis que ceux qui le suivraient auraient la vie éternelle, Jean 6 verset 40, il le répète au verset 47, et encore au verset 51. Jésus dit que si nous ne “prenons pas Jésus en nous”, nous n’avons pas la vie en nous, versets 53-58. L’implication ici est que oui, nous avons confiance en la vie éternelle, mais nous avons aussi la responsabilité de ressembler davantage à Jésus dans nos vies – savoir que nous avons la vie éternelle signifie que nous devons vivre maintenant comme si nous l’avions, c’est-à-dire en respectant et en suivant Dieu et son fils Jésus. Il ne sert à rien de dire que nous avons la vie éternelle par la grâce, si nous ne faisons pas de notre mieux pour vivre comme Jésus. L’histoire du peuple de Dieu a démontré clairement que nous avons tous besoin de Jésus pour pouvoir venir à Dieu, sans lui nous sommes perdus, mais tous les enseignements de la Bible nous montrent que nous devons grandir et être comme Dieu. C’est ce que visait le temple, c’est ce que vise Jésus, c’est-à-dire nous rappeler que nous avons des responsabilités, ainsi que la grâce et la promesse du royaume. Malheureusement, certains des disciples de Jésus se sont détournés de lui parce que cet enseignement était dur (versets 60 et 66), ils préféraient leur vie sans responsabilités, ils préféraient juste se faire plaisir. Si Dieu le veut, nous sommes comme les douze qui ont dit : “Où pouvons-nous aller ?”, verset 68, ils ont respecté le fait que seul Jésus pouvait donner la vie et ils ont accepté les responsabilités qui en découlent. Octobre

Le 15 Octobre

Ce fut un grand jour de célébration et d’adoration de Dieu lorsque l’arche fut apportée dans le temple, 2Chroniques 5. Tous les anciens étaient là pour représenter le peuple, versets 2-3, et une fois réunis, les lévites prirent en charge l’arche et la déplacèrent, versets 4-6. La célébration et l’adoration de Dieu se sont déroulées dans la joie et le respect alors que l’arche était déplacée vers sa nouvelle demeure. Tout l’intérêt du temple et de l’arche était de susciter la louange, le respect et le souvenir, toutes choses sur lesquelles nous devrions nous concentrer également, et à cette époque, la musique utilisée pour adorer et célébrer, versets 11-13, était faite pour louer et reconnaître Dieu pour son amour. Dieu était content car il a rempli le temple d’une nuée, si épaisse que les prêtres ne pouvaient pas accomplir leurs tâches, verset 14. C’était une grande époque, une époque où le peuple ne faisait qu’un avec Dieu. Au chapitre 6, Salomon poursuit la louange et l’adoration, versets 4-11. La prière de consécration de Salomon commence par la reconnaissance de la grandeur de Dieu, verset 14, et il reconnaît également la responsabilité de ceux qui sont à sa charge de le suivre “de tout cœur”. C’est ainsi que David a suivi Dieu et c’est ainsi que Salomon a commencé à suivre Dieu, et Salomon le reconnaît à nouveau, au verset 16. La même leçon s’applique à nous : nous devons suivre Dieu “de tout cœur” et “faire attention” dans tout ce que nous faisons. Salomon reconnaît que nous péchons tous, au verset 36, mais il reconnaît également que lorsque nous péchons, nous devons nous repentir, aux versets 24, 26, 29 et 37, et ceci est très important pour nous aussi – lorsque nous péchons, nous devons nous retourner et nous repentir. Et Dieu sait si nous sommes sincères, verset 30, il “connaît [notre] cœur”. Le fait de se tourner vers Jérusalem et donc vers le temple était une grande reconnaissance de l’importance du respect de Dieu et de son interface avec l’homme, car c’était un rappel pour le peuple. Ézéchiel 41 poursuit avec les détails de la vision du temple qui a été montrée à Ézéchiel et, bien que nous voyions l’immensité même de la vision du temple, nous voyons également les sculptures complexes des palmiers et des chérubins, par exemple aux versets 17-20. Tout cela était destiné à rappeler au peuple de Dieu le respect que nous devons lui témoigner en raison de son amour pour nous. Le temple est également mentionné dans Jean 7 – dans ce chapitre, les Juifs célèbrent la fête des Tabernacles pour remercier Dieu de leur avoir procuré la récolte et de les avoir sauvés de l’esclavage en Égypte (Lévitique 23:33-44) – les gens dormaient dans des tentes pour leur rappeler les provisions de Dieu pour eux dans le désert. Jésus a retardé son voyage vers Jérusalem et donc vers le temple (versets 6-9), mais il est arrivé au milieu de la semaine (verset 14) et a commencé à enseigner. Comme toujours, Jésus était provocateur dans son enseignement et ses déclarations, par exemple au verset 24, beaucoup de gens discutaient de lui, par exemple aux versets 25-17, mais le peuple était divisé, par exemple aux versets 40-44. Les chefs juifs étaient particulièrement opposés à lui (versets 45-52), mais leurs recherches sur les prophètes de Galilée étaient incorrectes, il y avait bien un prophète de Galilée, Jonas (2 Rois 14:25, Gath Hepher était en Galilée) (Michée et Elie étaient également de Galilée !) et ils ne s’étaient pas non plus souvenus d’Esaïe 9:1-2, ils auraient dû le savoir, donc la leçon pour nous est que nous devrions faire de notre mieux pour découvrir ce que Dieu dit afin que nous puissions au moins essayer de croire et de faire les bonnes choses. Nous ferons beaucoup d’erreurs et nous ne pouvons pas dire que nous savons exactement ce que Dieu veut, mais nous ne pouvons pas non plus suivre notre propre chemin et espérer que Dieu nous sauve ! Jésus a dit de “cesser de juger d’après les apparences et de porter un jugement juste” (verset 24), mais les dirigeants avaient des préjugés sur la Galilée, ils pensaient que l’endroit n’avait aucune valeur, à tel point que l’endroit a été donné dans 1Rois 9:10-14 comme paiement à l’époque de Salomon. La leçon que nous pouvons en tirer est qu’il faut toujours être conscient des rappels que Dieu nous fait afin que nous nous souvenions de son amour et de sa miséricorde, en nous rappelant aussi qu’il jugera ceux qui ne le suivent pas de tout cœur. Octobre

Le 16 Octobre

Après la construction du temple de Dieu par Salomon, et la prière de dédicace de Salomon, nous avons maintenant la réponse de Dieu (2 Chroniques 7). Tout d’abord, la présence de Dieu est entrée dans le temple, puis le feu du ciel a consumé le sacrifice. Ces deux signes montrent que la construction et les offrandes de Salomon étaient acceptables. Le temple avait été construit selon les spécifications de Dieu et les sacrifices avaient été offerts de la bonne manière. Désormais, Dieu vivait sur Sion, c’est-à-dire à Jérusalem. À partir de ce moment de l’histoire, Dieu et son plan seront associés à Jérusalem. Dieu était d’abord apparu sur le mont Sinaï, avait voyagé avec eux dans le Tabernacle à travers le désert, et se reposait maintenant à Jérusalem. Il semblait qu’il s’agirait d’une habitation permanente, puisqu’il s’agissait d’un bâtiment et non d’une tente. La deuxième réponse de Dieu était le message de Dieu à Salomon en réponse à la prière de Salomon. C’était après les 7 jours de dédicace de l’autel et des sacrifices. Les sacrifices étaient la preuve que le cœur du peuple était en accord avec Dieu. Nous notons que les paroles sont venues à Salomon la nuit, alors qu’il était seul. Dieu a dit qu’il écouterait les prières du peuple lorsqu’il le prierait au temple. Il les aiderait lorsqu’une catastrophe divine se produirait à cause de leur péché. Mais il y avait des conditions. Les gens devaient s’humilier et prier. Ils devaient également se détourner de leurs mauvaises habitudes, c’est-à-dire se repentir. Dieu était toujours à l’écoute de ces humbles prières, et Dieu veillait à voir la vraie repentance. Ces indications pour se sauver ont été répétées par les prophètes tout au long de l’histoire d’Israël. Dieu veut être miséricordieux envers son peuple lorsqu’il se repent. Cependant, s’ils pensent qu’ils peuvent être bénis en continuant à pécher, ils se trompent. Ézéchiel 42 continue de décrire la future zone du temple. Il devait s’agir d’un carré de 500 coudées (environ 250 m de côté). L’intérieur de ce carré était saint et l’extérieur était impie ou commun (verset 20). Les prêtres devaient enseigner la différence entre ce qui était saint et ce qui ne l’était pas (Ézéchiel 44:23). Le chapitre décrit les pièces qui se trouvaient de chaque côté du temple, au nord et au sud. Il n’y en avait pas derrière ou devant le temple. Les pièces avaient 3 étages, ce qui nous rappelle l’arche de Noé (Genèse 6:16). Les chambres appartenaient aux prêtres qui les utilisaient comme vestiaires (verset 14) et salles à manger (verset 13). Ce n’était probablement pas des pièces d’habitation, car ils avaient leurs propres maisons à l’extérieur du temple (Ézéchiel 45:4). Il est possible qu’ils aient dormi temporairement en attendant leur tour de garde à la manière de 1 Chroniques 9:33 et Psaume 134:1, où les chanteurs chantaient la nuit. Ce sont toujours les prêtres qui sont proches de Dieu. Ce sont ceux qui se consacrent à l’œuvre de Dieu. Nous devons être comme cela (Apocalypse 5:10). Imaginez vivre près de Dieu ! L’œuvre de Dieu est de sauver la vie. Tous ceux qui servent Dieu doivent avoir ce même objectif de vouloir sauver la vie des autres. Mais ce n’était pas le but des maîtres de la loi et des pharisiens en Jean 8. Ils ont amené à Jésus une femme qui avait été surprise en flagrant délit d’adultère. Ils voulaient la tuer et tuer Jésus. Au cours des conversations, Jésus leur a enseigné que tous sont des pécheurs et que nous devons tous chercher à nous repentir. C’était aussi l’enseignement du temple de Salomon. Jésus a dit à la femme de quitter sa vie de péché, c’est-à-dire de se repentir. Jésus lui en donne l’occasion. Si elle était prête à marcher dans la lumière, elle pourrait trouver la vie (verset 12). De la même manière que Jésus a offert la vie à cette pécheresse, nous devons faire briller la lumière du salut par Jésus aux autres. S’ensuit une conversation entre Jésus et les Pharisiens sur les pères et les fils. Le principe est le suivant : un fils doit apprendre de son père et faire ce que le père fait. Par conséquent, le fils et le père doivent être unis dans leurs objectifs. Ils doivent faire et dire les mêmes choses. C’était vrai pour Jésus et son père (Dieu). Ce n’était absolument pas le cas des pharisiens. Ils ne suivaient pas le père céleste et ne faisaient pas ses œuvres. Dieu n’était pas vraiment leur père. Parce qu’ils accusaient faussement Jésus d’être un imposteur, ils étaient de faux accusateurs – c’est-à-dire des démons. Ils étaient comme les fils d’un père qui est un faux accusateur, et non des fils de Dieu. Ils étaient les fils d’un père qui était un faux accusateur. Une autre façon de dire cela est qu’ils étaient des fils du diable. Ils étaient comme Caïn, dont le but d’accuser faussement son frère était le meurtre. Les Pharisiens venaient d’essayer de faire cela à la femme et à Jésus. 1 Jean 3 développe ce thème. Si nous suivons le péché, alors nous sommes les enfants du faux accusateur (et pouvons être appelés enfants du diable, 1 Jean 3:8-9) et comme Caïn (1 Jean 3:12). Si nous évitons le péché, alors nous sommes des enfants de Dieu (1 Jean 3:9). La question qui se pose à nous est la suivante : de qui sommes-nous les enfants ? Nous montrons qui est notre vrai père par ce que nous faisons. Octobre

Le 17 Octobre

Alors que Jésus et ses disciples s’éloignaient du temple, ils rencontrèrent un aveugle. Nous apprenons que cet homme avait l’habitude de mendier. Comme beaucoup d’aveugles, il s’est placé sur une route très fréquentée. Il était toujours là et devait être connu. Cet aveugle était né aveugle. Il était là depuis longtemps. Les disciples posent à Jésus une question étrange. Qui a péché pour que cet homme devienne aveugle ? Ce n’est sûrement pas l’homme lui-même, puisqu’à sa naissance, il n’avait pas péché. Serait-ce ses parents ? Jésus répond en disant que ce n’est ni l’un ni l’autre. Ce n’est pas le péché qui a causé cette cécité. C’était pour que l’œuvre de Dieu puisse être montrée. L’aveugle savait que Jésus était un rabbin, car les disciples l’appelaient “rabbin”. Mais Jésus ne parlait pas comme n’importe quel autre rabbin. Une chose que nous savons des aveugles est qu’ils ont un très bon sens de l’ouïe. Nous le savons lorsque nous fermons les yeux et que nous écoutons attentivement. L’aveugle a entendu Jésus dire que sa cécité n’était pas due au péché, mais qu’elle avait un but plus élevé. C’était une bonne nouvelle pour lui. Maintenant, il est très intéressé. Jésus parle de choses qui signifient beaucoup pour l’aveugle : la lumière. Jésus est la lumière. L’aveugle vivait dans les ténèbres. Ceux qui sont dans la lumière travaillent, tout comme les gens travaillent en plein jour. Quel travail la lumière du monde allait-elle faire pour apporter la lumière dans le monde de l’aveugle ? Le son suivant que l’aveugle a entendu était le son d’un crachat. Crachait-il contre l’aveugle ? Puis il entendit le bruit d’un mélange sur le sol. Puis on lui a mis de la boue sur les yeux. Le rabbin lui a dit d’aller la laver dans le bassin de Siloé. Que devait faire l’aveugle ? La piscine de Siloé n’était pas près du temple. Elle se trouvait en bas de la colline, presque au point le plus bas de la ville. Croirait-il Jésus et ferait-il ce qu’il dit ? Ou allait-il se laver de la boue et continuer à mendier ? Il choisit de croire. Il a quitté Jésus et s’est dirigé vers la piscine de Siloé. Là, il se lava, puis il comprit. Ses yeux se sont ouverts et il a levé les yeux. La première chose qu’il fit fut d’aller voir ses parents. Il ne les avait jamais vus auparavant. Nous pouvons imaginer la scène ! C’est sa foi qui l’a guéri. Le fait de mettre de la boue et de cracher sur les yeux de n’importe quel autre aveugle n’aurait rien donné si ce n’était l’élément de Jésus. Sa foi en Jésus lui a permis de voir la lumière. Tous ceux qui se tournent vers Jésus voient la lumière spirituelle du monde. Il y a aussi un côté spirituel à la boue. La boue vient de la poussière. Et l’homme vient de la poussière. L’autre composant était le crachat. La salive est toujours associée à la honte. La honte est à nouveau le péché qui vient de la nature humaine. L’aveugle devait voir que c’était sa nature. L’homme ne peut pas se sauver lui-même. Il ne peut le faire que par la foi en Jésus, celui qui a porté la honte de l’homme. L’aveugle a dû aller se laver avant d’être guéri. De la même manière, nous avons dû montrer notre foi par le lavage du baptême. L’aveugle a été transformé. Il était spirituellement et naturellement aveugle, mais maintenant il était spirituellement et naturellement voyant. Les Pharisiens ont enquêté sur la guérison de l’aveugle. Il ne s’agissait pas de savoir si Jésus était un prophète. Ils cherchaient à savoir si Jésus avait enfreint l’une de leurs lois sur le sabbat. Dans leur enquête, ils ont jugé que Jésus les avait enfreintes et que Jésus était un pécheur. L’aveugle était arrivé à une conclusion différente, (v17) “Il est un prophète”. Lorsque les Pharisiens ont enquêté une deuxième fois, l’aveugle a parlé avec une conviction plus forte, (lire v30-33). Les pharisiens ont répondu : “Tu étais imprégné de péché à la naissance”. Nous savons donc maintenant d’où vient l’enseignement selon lequel l’aveugle de naissance était né dans le péché – il venait des Pharisiens. Cela signifie qu’ils appelaient toutes les personnes handicapées des pécheurs ! Ils semblent très doués pour traiter les autres de “pécheurs” – ils ont traité l’aveugle et ses parents de “pécheurs”, ainsi que Jésus. Pour éviter le péché, Jésus et ses disciples ont été exclus des synagogues. Nous devons nous demander ce que les pharisiens savaient vraiment du péché ou de son élimination ! Jésus a entendu ce qui s’était passé et a trouvé l’aveugle. L’aveugle a déclaré croire pleinement en Jésus. Le dernier enseignement de Jésus porte sur le pire type d’aveuglement – l’aveuglement spirituel. L’aveugle n’était aveugle que physiquement, mais les Pharisiens étaient aveugles spirituellement. Jésus va plus loin. Il nous ramène à la question d’ouverture du chapitre. Une personne née aveugle est-elle un pécheur ? Jésus y fait référence dans ses commentaires aux pharisiens : “Si vous étiez aveugles, vous ne seriez pas coupables de péché”. Il leur dit que les aveugles ne sont pas des pécheurs. Ce sont ceux qui choisissent d’être aveugles spirituellement qui sont pécheurs – comme les Pharisiens. Ceux qui choisissent de ne pas croire. Jésus met en contraste le mendiant aveugle avec l’aveugle d’élite spirituel. L’aveugle arriva maintenant au jour où lui aussi devait travailler. Il s’était assis sur le chemin du temple. Mais maintenant, il suivait le chemin. Nous devons suivre la foi simple et engagée de l’aveugle. Nous devons rester fidèles à notre foi en Jésus, quelles qu’en soient les conséquences. C’est Jésus qui nous sauve. Nous devons suivre le chemin qu’il veut nous faire prendre. Nous lisons dans Jean 8.12, après que Jésus ait sauvé quelqu’un d’autre qui avait définitivement commis un péché : ” Lorsque Jésus parla de nouveau au peuple, il dit : “Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera jamais dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie.” Nous sommes venus à la lumière, et nous devons nous aussi travailler dans cette lumière. Comme tous les adeptes du chemin, soyons spirituellement clairvoyants en nous souvenant de Jésus. Nous voyons dans le pain et le vin l’amour et la signification du corps et du sang de Jésus. C’est Jésus qui enlève la honte de notre humanité, porte notre propre honte et ouvre nos yeux sur le chemin dans la lumière. Alors, quand notre Seigneur viendra, le Seigneur du sabbat guérira nos péchés en ce grand jour de sabbat. Alors, il n’y aura plus de ténèbres dans nos vies. Nous remercions Dieu pour la grâce que nous avons reçue en Jésus. Octobre

Le 18 Octobre

Nous lisons la mort de Salomon dans 2Chroniques 9, versets 29-31, et cela marque le début d’un changement pour le peuple de Dieu. C’est la fin du royaume uni à cause des erreurs commises par David et Salomon au cours de leur vie. Salomon a bien commencé lorsqu’il a demandé à Dieu la sagesse, mais il a laissé entrer dans sa vie des choses impies qui l’ont égaré – nous avons déjà examiné ce point dans 1Rois 11 où nous voyons une partie de ses manquements en épousant plusieurs femmes. Les Chroniques ne relatent pas l’impiété de Salomon, elles se concentrent sur sa renommée et sa sagesse, ainsi que sur les dirigeants des autres nations qui sont venus lui rendre visite parce qu’ils avaient entendu parler de sa sagesse (versets 1 et 23). La réponse de la reine de Saba suggère qu’elle a appris beaucoup de choses sur Dieu grâce à Salomon, versets 5-8, ce qui montre Salomon sous un jour favorable. La reine a été “bouleversée” par les choses que Salomon lui a montrées, verset 4. Ce qui ressort également de ce chapitre, c’est la richesse “mondaine” de Salomon, par exemple aux versets 13, 16, 17, 21 et 25, et c’est peut-être l’addition de toutes ces choses qui a amené Salomon à oublier Dieu et à perdre son objectif initial. Il s’agit là d’un avertissement évident pour nous : nous devons nous assurer que nos priorités sont toujours celles de Dieu. La vision continue qu’Ézéchiel recevait nous rappelle une fois de plus que les erreurs ont des conséquences, Ézéchiel 44, verset 10. Les lévites avaient corrompu le culte de Dieu et égaré le peuple, ils n’avaient pas Dieu comme priorité numéro un. Mais, Dieu merci, il fait preuve de miséricorde, car même s’il y a des conséquences, ils ne seront pas éliminés, versets 11-14. Leur rôle changerait, ils n’auraient pas les mêmes responsabilités à cause de leur péché. La même chose s’applique à nous aussi, même si Dieu nous montre de la miséricorde et nous donne le pardon, nous ne pouvons pas défaire le mal qui a été fait. Il a été dit à Ézéchiel de “regarder attentivement”, d’”écouter attentivement” et de “prêter attention” à tout ce que Dieu lui disait, verset 5. Les leçons de Dieu sont donc importantes et nous devons également “regarder”, “écouter” et être “attentifs”. Dieu reprochait à son peuple de ne pas prendre au sérieux le culte qu’il lui rendait, verset 6-9, il disait que ces pratiques ne se reproduiraient plus. Cependant, ceux qui ont traité Dieu avec respect continueront à le servir (versets 15-16), mais ils seront eux aussi soumis à des responsabilités (versets 20-23). On attendra également d’eux qu’ils tranchent les litiges “conformément aux lois de Dieu”, verset 24, ce qui est important pour nous aussi – nous devons prendre des décisions et aider nos frères et sœurs en utilisant l’enseignement biblique comme guide. Jean 11 nous rappelle une fois de plus que les chefs religieux du peuple de Dieu n’ont pas réussi à utiliser les ” lois de Dieu ” comme guide, et qu’ils n’ont pas non plus mis Dieu au premier plan parce qu’ils ne s’intéressaient qu’à eux-mêmes (versets 47-48), ils plaçaient les Romains au-dessus de Dieu ! Nous savons évidemment que la mort de Jésus était annoncée et que les chefs religieux accomplissaient sans le savoir la prophétie, mais il y a néanmoins des leçons à tirer pour que nous mettions toujours Dieu en premier. La nature prophétique de ce qu’ils faisaient est confirmée ici aussi, aux versets 49-51. Dès lors, les chefs religieux corrompus complotent pour tuer Jésus (versets 43-57). Le récit de la résurrection de Lazare est une grande leçon pour les disciples et le peuple – Jésus avait dit qu’il en serait ainsi (verset 14). Beaucoup de gens ont cru à cause de ce miracle, verset 45, mais, comme c’est si typique de la nature humaine, d’autres n’ont pas vu la signification et la puissance de ce miracle, verset 46. C’est la même chose aujourd’hui, certains croiront, d’autres feront le choix d’ignorer le message évident du salut et c’est leur choix. Marthe croyait en la résurrection lorsque Jésus reviendra, elle l’a dit clairement au verset 24 et elle croyait vraiment en Jésus, au verset 27, elle n’avait donc aucun doute sur le fait qu’elle reverrait son fidèle frère, mais c’était quand même un moment triste que Lazare soit mort plus tôt que prévu. La résurrection de Lazare était un événement important qui aurait aidé Jésus ainsi que Marthe et Marie et les disciples, témoignant que Dieu avait donné à Jésus le pouvoir de ressusciter quelqu’un d’entre les morts, verset 40-42. Jésus avait une confiance totale en son père pour le ressusciter lui-même d’entre les morts dans quelques jours, mais le souvenir de la résurrection de Lazare aurait eu un grand impact sur les autres aussi quand ils ont considéré la mort et la résurrection de Jésus. Nous devons mettre Dieu en premier, nous devons rejeter nos tendances humaines à nous mettre en premier, nous devons croire et avoir la foi en la résurrection, qui est notre seul espoir. Octobre

Le 19 Octobre

2Chroniques 10 et 11 montrent comment Juda et Benjamin ont été séparés du reste d’Israël ; nous savons que c’était la volonté de Dieu, 10 verset 15 et 11 verset 4. La raison en est que dans 1Rois11, Salomon “n’a pas gardé les commandements de l’Éternel”, ainsi après 40 ans de sécurité le royaume d’Israël a été divisé. Humainement parlant, l’avis des anciens était meilleur que celui des plus jeunes avec lesquels Roboam a grandi, mais Roboam a rejeté cet avis et a suivi celui de ses pairs (10 versets 12-15). Les conséquences ont été que les Israélites se sont rebellés contre le roi, verset 18-19, ce sont des conséquences naturelles si le chef est dur. Il y a donc des leçons à tirer pour nous : 1. Il est sage d’écouter les sages conseils et, dans le cours normal des événements, ce conseil des anciens aurait pu fonctionner ; 2. Nous devons toujours être ouverts à l’action de Dieu dans les événements et, dans ce cas, si les anciens avaient vérifié les archives, c’est-à-dire l’équivalent de la Bible pour eux, ils auraient vu que c’est ce qui avait été prophétisé de toute façon et ils auraient dû s’y attendre ; 3. Il n’est pas sage d’être dur, cela fait fuir les gens. La partie positive de ce récit est que Roboam et le reste de Juda ont écouté Dieu et n’ont pas attaqué leurs frères d’Israël, il a également “marché dans les voies de David et Salomon” à ce stade, 11 verset 17. En revanche, bien que Dieu lui ait donné l’occasion de le suivre (1 Rois 11), Jéroboam a complètement rejeté Dieu (versets 14-15). Il s’agit d’un acte délibéré de désobéissance grave de la part de Jéroboam, qui est tenu responsable des péchés qu’il a “fait commettre à Israël”. Le début de l’impiété d’Israël a été causé par Jéroboam : non seulement les lévites ont quitté Israël pour s’installer en Judée, mais toutes les autres personnes pieuses d’Israël sont parties aussi (verset 16). Cela souligne à nouveau le fait que si les dirigeants sont mauvais, le peuple le deviendra aussi, une leçon pour nous aussi aujourd’hui ! Il était triste qu’au cours de l’histoire d’Israël et de Juda, ils aient corrompu les choses de Dieu, d’où leur punition en étant envoyés en exil et dans Ezéchiel 45, nous voyons la vision continue d’Ezéchiel sur la façon dont le pays devrait être divisé lorsque le peuple reviendrait, Dieu doit intervenir pour corriger les erreurs qui se sont glissées au fil des ans. Le verset 9 le dit, c’est-à-dire que les chefs avaient “dépossédé” leurs frères de la terre qu’ils avaient reçue en héritage lors de leur installation après leur sortie d’Égypte. Dieu a dû intervenir à nouveau pour corriger leurs poids et mesures corrompus, corrompus pour que les prêtres, les lévites et les dirigeants puissent obtenir davantage du peuple, 10-12. Ce qui est triste, c’est que le peuple était devenu malhonnête et avait oublié qu’il devait démontrer sa foi et sa croyance en Dieu par la manière honnête dont il interagissait avec les autres – une leçon pour nous aussi ! Si vous comparez les instructions relatives à la Pâque dans ce chapitre avec celles données à Moïse dans le Lévitique 23, les Nombres, l’Exode et le Deutéronome, vous verrez que celles-ci semblent être plus détaillées, ce qui indique peut-être que la volonté du peuple de faire plus pour démontrer son respect total de Dieu avait disparu. Même s’ils “croyaient” en Dieu, ils ne le suivaient pas, et donc ne lui plaisaient pas, et je pense que nous en avons un exemple en Jean 12. Après la résurrection de Lazare, beaucoup ont “cru”, versets 11, 12-15, 17-18 et 42, même certains des chefs religieux, mais personne ne s’est engagé envers Jésus et nous en voyons la raison au verset 43. Les gens étaient donc intéressés par les miracles de Jésus, ils voulaient voir Jésus et Lazare, mais la réaction des chefs religieux est typique de la réaction du peuple : ils n’étaient pas prêts à s’engager, parce qu’ils “préféraient la louange des hommes” plutôt que celle de Dieu. C’est une leçon importante pour nous aussi – nous croyons, mais sommes-nous engagés ? Préférons-nous les choses qui viennent de notre vie actuelle ou préférons-nous les choses que nous recevons de Dieu ? Jésus avait des choses puissantes à dire à ce sujet, versets 23-26, il dit que si nous “aimons” la vie que nous avons maintenant, nous la perdrons ; mais si nous détestons les choses de notre vie actuelle, c’est-à-dire si nous rejetons toute l’impiété, nous gagnerons la vie éternelle. C’est encore une fois notre choix, nous devons décider de nos priorités. Croire en Jésus signifie que nous devons aussi croire en toutes les choses de Dieu, verset 44-46, ce qui exige respect et honneur, implique d’écouter Dieu et d’être honnête dans tout ce que nous faisons. La façon dont nous vivons aujourd’hui détermine la façon dont nous serons jugés lorsque Jésus reviendra. Nous avons donc l’occasion de changer et de nous repentir, Jésus ne jugeait pas les gens à l’époque, mais il le fera à son retour (versets 47-48). Il en va de même pour nous, bien que Jésus ait “sauvé” le monde, il jugera à son retour et si nous ne “gardons pas les choses” que nous avons entendues, c’est-à-dire si nous ne faisons pas ce que Dieu et Jésus nous enseignent, nous risquons d’être condamnés ! Une fois de plus, la leçon à retenir est que nous devons faire de notre mieux pour faire ce que Dieu veut que nous fassions d’une manière honnête et respectueuse. Octobre

Le 20 Octobre

2 Chron 12. Roboam et tout Israël ont abandonné la loi de l’Éternel (v1). L’Éternel les a donc abandonnés et les a laissés à la merci de Shishak, roi d’Égypte (v5). Shishak a pris toutes les villes fortifiées et est venu à Jérusalem (v4). Les chefs et le roi, dans une situation terrible, se sont humiliés et ont dit “Le Seigneur est juste”. Le Seigneur ne détruira pas totalement, mais il donnera une leçon au peuple de Jérusalem. Qui vaut-il mieux servir, les nations (le monde) ou le Seigneur Dieu ? Le choix est le même aujourd’hui pour toute l’humanité. “N’aimez pas le monde ni les choses du monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui.” Quelle tristesse que Roboam soit résumé au v14 ” Et il fit le mal, parce qu’il ne prépara pas son cœur à chercher l’Éternel “. 2 Chron 13. Nous semblons avoir un compte rendu positif d’Abijah dans ce chapitre, par exemple le discours qu’il a fait v 4-12, mais dans 1 Rois 15v3, il est dit : ” Il a commis tous les péchés que son père avait commis. Son cœur n’était pas entièrement dévoué à l’Éternel, son Dieu, comme l’était le cœur de David.” Ainsi, malgré le discours et la délivrance d’Israël par Dieu “Parce qu’ils se sont appuyés sur l’Eternel” v18 … la vie d’Abija est largement retenue comme n’étant pas ENTIÈREMENT dévouée à l’Eternel … il semblerait que tout en observant les exigences de l’Eternel notre Dieu (extérieurement) et en prétendant qu’ils ne l’avaient pas abandonné (pas totalement !) ils avaient, en vérité, toujours adoré d’autres dieux. Car nous lisons dans 2 Chron 14 à propos du fils d’Abijah, Asa, et il est dit dans le v3, il a enlevé les autels des dieux étrangers et les hauts lieux … il a ordonné à Juda de rechercher le Seigneur Dieu de leurs pères, etc. … des choses que son père (Abijah) n’avait pas fait. Je me souviens de “RECHERCHEZ le Seigneur pendant qu’il se trouve. Invoquez-le pendant qu’il est proche” (Esaïe 55 v 6-7). “Et consacrez/engagez (ENTIEREMENT) votre chemin à l’Éternel. Fais-lui aussi confiance.” (Psaume 37v5). Une pensée de Jean 13….. “le disciple que Jésus aimait”. Nous devons nous rappeler que tous les événements de l’évangile de Jean auraient été enregistrés après que tout soit arrivé. Au moment de l’écriture, Jean se souviendrait de ce qui s’est passé… comment Jésus a été traité par toutes sortes d’hommes, même par ses disciples, et il comparerait cela à la manière dont Jésus a vécu sa vie, une vie de sacrifice et de don, pas seulement à la croix, mais toute sa vie, chaque jour dans cet esprit, l’esprit d’un serviteur aimant et volontaire. Ainsi, c’est avec des larmes de conscience et de souvenir que Jean écrit ces mots : ” Avant la fête de la Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’à la fin “. v1…. ces mots sont une conclusion à tout ce qui a été écrit. “Jésus les aima jusqu’à la fin” . Et nous aussi, nous comprenons que ceux qui “ÉTAIENT dans le monde” mais qui sont maintenant “les siens” (ceux qui sont en Christ) sont aimés par Jésus. Jean pouvait rapporter ces paroles à lui-même en confessant qu’il était aimé de Jésus. En fait, Jean, lorsqu’il écrit sur lui-même, ne met JAMAIS son nom, il écrit plutôt “le disciple que Jésus aimait”, ou quelque chose de semblable, comme dans Jean 13:23 “un de ses disciples, que Jésus aimait”. Cela se produit 5 fois dans l’évangile de Jean : Jean 13:23…….. dernier repas (Jean est placé à côté de Jésus et on lui demande qui est le traître de Jésus) ; Jean 19:26………crucifixion (Jésus confie Marie à Jean) ; Jean20:2…… tombeau vide (Marie-Madeleine apporte la nouvelle du tombeau vide) ; Jean 21:7 ….. voir Jésus ressuscité… (lors d’une partie de pêche !) et Jean21:20… suivre Jésus. Ce sont tous des moments vraiment importants dans la vie de Jean ! Est-ce à dessein (de Dieu) que ces paroles sont enregistrées 5 fois ? Je pense que c’est à dessein, par Dieu dans sa parole inspirée. Cinq est connu comme le nombre de la grâce… et le nom même de “Jean”… signifie “Dieu a été miséricordieux” ….. Et que voulait dire Jean lorsqu’il a écrit ces mots… ” le disciple que Jésus aimait “, car dans la version 1, il écrit ” il les aima jusqu’à la fin “. A-t-il voulu dire que Jésus aimait Jean encore plus que les autres, et que Jean était “spécial” pour lui… et Jean a écrit qu’il était le “spécial” 5 fois ! Et tout cela APRÈS que Jésus ait montré son amour à tous… bien qu’ils aient un mauvais esprit, une mauvaise compréhension et un manque de foi et de dévouement….. NON… ce n’est pas pour cela que Jean a écrit “le disciple que Jésus aimait”. Jean, EN ÉCRITANT tout ce que Jésus a dit et fait, surtout en se rappelant les moments étonnants (énumérés ci-dessus), était plus conscient de l’amour incroyable de Jésus… quelque chose qu’il n’avait pas réalisé au moment où ces choses se sont produites. Ainsi, plutôt que d’écrire son nom comme celui du disciple dont on parle, il a simplement CONFESSÉ qui il était, c’est-à-dire “le disciple que Jésus aimait”. C’est plus facile à comprendre quand on imagine que Jean écrit et qu’il aurait pu mettre “Jean”… mais il ne l’a pas fait, il s’est arrêté et a confessé ce qui était dans son propre cœur. La confession ne s’adressait pas aux autres (ou à nous), mais à lui-même, “celui que Jésus a aimé”… c’était une prise de conscience très personnelle, intime… et c’est aussi notre confession, lorsque nous prenons VRAIMENT à cœur les paroles de l’Écriture. “Nous aimons parce qu’il nous a aimés le premier” 1 Jean 4:19. Une pensée de Jean 14/ Luc 22:7-16, “Je vais vous préparer une place”. En Jean 14, Jésus commence par rassurer ses disciples – ils étaient confus et, à juste titre, désemparés, car ils savaient qu’ils allaient être séparés de Jésus pendant une période indéterminée. Jésus commence par leur rappeler qu’ils doivent avoir foi en Dieu, et foi en lui (v1). Puis, au verset 2, il dit : ” Je vais vous préparer une place “. Ces mots semblent être un thème différent de celui du verset 1, mais ce n’est pas le cas, ils sont directement liés au verset 1. Peu de temps avant Jean 14, Jésus dit à deux de ses disciples : “Allez nous préparer la Pâque, afin que nous la mangions”, Luc 22:8. Ils ne savaient pas où Jésus voulait que le repas ait lieu (v9), Jésus leur a dit de suivre un homme portant une cruche d’eau (dont les disciples ont réalisé plus tard qu’il s’agissait de Jésus préparant le lavement de leurs pieds !) Le verset 10 continue “suivez-le dans la MAISON … et demandez-lui “où est la CHAMBRE d’hôtes où je (Jésus) pourrai manger la Pâque avec mes disciples. Non seulement cela, mais Jésus montre son amour pour ses disciples en disant : “J’ai désiré avec ferveur manger cette Pâque avec vous avant de souffrir”. Les disciples avaient fait preuve de foi en Jésus et tout s’est passé comme Jésus l’avait dit, quelques heures avant Jean 14, Jésus avait déjà “préparé une place pour eux”, ils y étaient allés sans savoir où elle se trouvait, mais ils avaient simplement SUIVI Jésus jusqu’à cet endroit, en ayant une foi totale en lui, de même Jésus rappelle à ses disciples de continuer à avoir cette foi, et une fois encore, à un moment futur, Jésus leur préparera une place, et où serait-elle ? Jésus leur dit dans Luc 22:16 “Je n’en mangerai plus, jusqu’à ce que cela soit accompli DANS LE ROYAUME DE DIEU”. Ainsi, Jean 14:3 parle de Jésus et de ses croyants dans le Royaume de Dieu, ce qui est confirmé par les paroles de Jésus : “Là où je suis, vous y serez aussi”. Il est clair dans les écritures que Jésus vient du ciel à nous, nous pouvons le voir dans Jean 14, “Je reviendrai et je vous recevrai à moi” (.v3) “Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; et mon Père l’aimera, et nous viendrons à lui et nous ferons notre demeure AVEC lui” v23 “Car le Seigneur lui-même descendra du ciel et les morts en Christ ressusciteront les premiers”, 1Thess4:16. De nombreux autres versets le disent aussi, tous confirmant que Jésus revient pour établir le Royaume de Dieu sur Terre et qu’avec un désir ardent, il a déjà tout préparé pour “les siens (en Christ)”. C’est clair, le monde n’a qu’un seul avenir, et c’est AVEC Jésus. Octobre

Le 21 Octobre

Un message pratique commun ressort de toutes les lectures d’aujourd’hui. En 2Chroniques 14 et 15, nous voyons les résultats obtenus lorsque le chef, le roi Asa, et le peuple ne font qu’un dans leur façon d’adorer et de chercher Dieu. Ils ont dû relever des défis, comme l’attaque imminente de l’armée cushite, mais à chaque fois, ils ont cherché Dieu et essayé de faire ce qu’il fallait. Asa a été décrit comme “bon et juste” aux yeux de Dieu, 14 verset 2, et il a été décrit de cette façon parce qu’il a supprimé tous les faux dieux et les cultes erronés, par exemple aux versets 3, 5 et 15 verset 8. La leçon pour nous est que nous devons faire de notre mieux pour éliminer les choses qui s’interposent entre nous et Dieu et que nous devons le faire constamment, comme Asa qui s’est rendu compte que de plus en plus de choses étaient mauvaises au fur et à mesure qu’il devenait plus conscient de Dieu, de même nous devons continuer à examiner les choses dans notre vie qui nous empêchent de rendre le meilleur culte à Dieu. Asa était un exemple pour les autres car il encourageait le peuple à suivre Dieu, par exemple au verset 4 du chapitre 14. A cause de sa piété, le peuple d’Israël s’est déplacé en Juda, 15 verset 9, la leçon est donc évidente pour nous, c’est-à-dire que si nous agissons pieusement, les gens le verront et voudront se joindre à nous à cause de l’exemple que nous donnons. Parce que le roi et le peuple ont fait de leur mieux, Dieu était avec eux et ils ont “prospéré” (14, verset 7), et encore une fois, parce qu’ils ont demandé l’aide de Dieu et qu’ils ont essayé de le suivre, Dieu leur a donné la victoire sur les Cushites (versets 11-15). Le récit du message de Dieu au chapitre 15 nous rappelle une fois de plus que l’aide de Dieu est conditionnelle, verset 2, et qu’Asa est encouragé à ne pas abandonner, verset 7. C’est un motif de grande joie et de dévouement continu, versets 9-14. C’est une situation idéale pour nous tous, à savoir suivre Dieu “de tout cœur”, verset 15, et être “entièrement dévoué” à Dieu, verset 17. Dans le cas d’Asa et de Juda, le résultat a été l’absence de guerre pendant un certain temps, verset 19, dans notre cas, la bénédiction ultime est d’être dans le royaume. Quelle que soit la signification exacte d’Ezéchiel 47, il dépeint une image de l’amour et des enseignements de Dieu sortant du temple et donnant la subsistance pour fournir “la nourriture et la guérison”, verset 12, ceci dépeint une image similaire à Apocalypse 22:1-2. Le message fort ici est donc que si nous voulons de la “nourriture” et de la “guérison” qui durent, nous devons nous en remettre à Dieu. Le fait de donner le bon exemple et de permettre à d’autres personnes qui respectent Dieu de se joindre au peuple de Dieu est confirmé dans les versets 21 à 23 et le message est que Dieu veut que ceux qui ne sont pas naturellement son peuple (“étrangers”), c’est-à-dire les Gentils, reçoivent aussi un héritage ; c’est notre cas et nous sommes reconnaissants pour cette opportunité. Jean 15 et 16 poursuivent les enseignements de Jésus au cours du repas de la Pâque que Jésus a partagé avec ses disciples et qui est devenu pour nous le premier service de la fraction du pain. Les versets 4, 5, 6, 7 et 10 du chapitre 15 sont des exemples de l’amour conditionnel de Dieu, comme nous le voyons également dans les Chroniques. Nous devons “rester” en Jésus pour bénéficier de sa grâce, et si nous essayons d’obéir à ses commandements, nous resterons dans son amour. Nous devons vouloir suivre Dieu et Jésus de tout cœur, et si nous le faisons, nous serons remplis de confiance et d’amour. Jésus nous a montré à quel point il aimait, en donnant sa vie pour ses amis, nous, et nous sommes ses amis si nous faisons ce que Jésus nous demande, verset 14-15. Le commandement est : “Aimez-vous les uns les autres”, verset 17. Asa aimait Dieu et le peuple, il l’a démontré en écartant les tentations, en enseignant et en encourageant ; Dieu enseigne que son salut est ouvert à tous ceux qui l’aiment et Jésus a tout donné pour nous, ses amis ! Nous devons faire de même. Jésus a préparé ses disciples à souffrir à cause de lui, verset 18-chapitre 16 verset 4, mais il a dit qu’ils auraient le réconfort de Dieu pour les aider dans leurs difficultés et dans les moments où ils devront répondre de leur foi, verset 12-15. Le point culminant du message pour nous est qu’en Jésus nous avons la “paix”, verset 33. La “paix” parce que nous savons que Dieu est aux commandes, nous avons confiance dans le retour de Jésus et dans la promesse future du royaume, et la “paix” aussi parce que nous pouvons nous tourner vers Dieu dans la prière et obtenir de l’aide pour faire face à nos difficultés. Octobre

Le 22 Octobre

Nous voyons à nouveau les deux extrêmes de la nature humaine dans 2Chroniques 16 et 17. Après un bon départ pieux, Asa devient orgueilleux et se tourne vers la force humaine pour obtenir de l’aide plutôt que vers Dieu. Il est triste de constater qu’il a oublié ce que Dieu a accompli pour lui et le peuple au cours de ses premières années de règne. Le roi Baasha d’Israël semble empêcher le peuple d’Israël de passer en Juda à cause de la nature plus pieuse du peuple de Juda, 17 verset 1. Mais au lieu de se tourner vers Dieu, Asa se tourne vers le roi d’Aram et Dieu envoie le prophète Hanani pour défier Asa, verset 7-9. Malheureusement, Asa ne s’est pas repenti, verset 10, il était devenu si fier et arrogant dans sa position et même lorsqu’il est tombé malade, il ne s’est toujours pas tourné vers Dieu, verset 12. Il est si triste qu’Asa ait si bien commencé sa marche avec Dieu, mais qu’il ait laissé l’orgueil humain s’interposer entre lui et Dieu. Au chapitre 17, il semble que Josaphat ait appris des erreurs de son père, du moins au début, car Dieu était “avec lui” (verset 3). Parce qu’il a essayé de suivre les commandements de Dieu, Dieu l’a établi comme roi (verset 5), et il est clair que Josaphat était “dévoué” à Dieu et qu’il a éloigné la source de la tentation du peuple (verset 6). Il va même plus loin : il envoie des enseignants pour corriger les manquements du peuple (versets 7-9). Une fois de plus, nous voyons les leçons importantes pour nous : nous devons constamment nous rappeler les choses de Dieu, nous devons être humbles lorsque nous commettons des erreurs et que les autres nous défient, et nous devons essayer de toujours prier Dieu lorsque nous sommes en difficulté. Dans ce récit, Asa a subi des conséquences en ne se repentant pas et en ne se tournant pas vers Dieu. Dans Ézéchiel 48, les prêtres ont reçu une part “spéciale” dans la réaffectation des terres, versets 9-12. C’est parce que les prêtres sont restés fidèles à Dieu alors que les autres lévites et les Israélites se sont égarés. Les prêtres ont eu une période de souffrance comme tout le monde, mais Dieu n’avait pas oublié leur fidélité et ils ont été récompensés pour cela. Il en va de même pour nous, si nous restons fidèles et faisons de notre mieux maintenant, nous serons récompensés en étant acceptés dans le royaume lorsque Jésus reviendra. Le message est toujours vrai : quelle que soit la gravité de la situation, Dieu ne nous quittera jamais et ne nous abandonnera pas. La prière de Jésus en Jean 17 est étonnante et humiliante, car Jésus nous inclut dans sa prière, nous sommes inclus comme “tous ceux qui croient”, versets 20-26. Jésus veut que nous soyons “un” avec lui et son père ! Dans sa prière, Jésus nous rappelle l’importance de l’enseignement, c’est-à-dire les versets 8, 14 et encore le verset 26, dans ces mots, Jésus semble reconnaître son importance : “Je leur ai donné les paroles que tu m’as données” ; “Je leur ai donné ta parole” et “Je t’ai fait connaître à eux” – Jésus a fidèlement transmis les enseignements de son père à ses disciples et à nous aussi. Josaphat aussi a reconnu l’importance des enseignements de Dieu, et les prêtres auxquels Ézéchiel fait référence ont également reconnu cette importance. Comme les prêtres, nous aurons nous aussi un héritage spécial. Cette prière merveilleuse et spéciale de Jésus devient encore plus spéciale quand nous savons ce qui a suivi, c’est-à-dire son arrestation puis sa crucifixion – la dernière chose avant sa mort, Jésus priait pour nous ! Jésus a toujours honoré les paroles de son père et même dans ce triste chapitre 18 où Jésus est arrêté puis soumis à un faux procès, il est clair que la parole de Dieu a été reconnue comme juste, par exemple aux versets 4, 9, 14 (Jn11:49-52), 32 et 37 – tous ces versets reconnaissent les prophéties précédentes. Jésus savait que tout cela faisait partie du dessein de Dieu et, même au cours des dernières heures avant sa mort, il a témoigné du merveilleux avenir dont nous faisons tous partie, au verset 36, où il a parlé de son retour. Pour conclure la pensée d’aujourd’hui, lisez à nouveau 17 versets 1-5, Amen ! Octobre

Le 23 Octobre

Les chapitres 18 et 19 de 2Chroniques continuent à nous raconter comment Josaphat a agi et nous donnent donc d’autres leçons sur la façon dont nous devrions vivre nos vies. Josaphat a pris des décisions impies dans ses relations avec les gens, ce qui a amené Dieu à lui dire que la “colère” de Dieu serait sur lui, mais qu’il avait fait “un peu de bien” (chapitre 19, versets 2-3). Les versets 4 à 11 montrent comment il a ramené le “cœur du peuple à Dieu” ; il a appris que nous devons “servir fidèlement et de tout notre cœur”. Qu’avait-il donc fait de mal jusque-là ? Le chapitre 18, verset 1, nous en donne l’indice : il “avait de grands biens et de grands honneurs” et il “s’était allié à Achab par le mariage”. Il avait épousé la fille d’Achab, qui était l’un des mauvais rois d’Israël. À cette époque, les rois épousaient les filles des rois des nations voisines pour former une alliance, afin de se protéger et de maintenir l’unité. C’est une erreur que Josaphat a commise et qui a provoqué la réponse de Dieu en 19, verset 2. C’est peut-être l’orgueil qui s’est insinué en lui à cause de sa richesse et de ses honneurs, deux choses qui ont mis Josaphat dans des situations où il n’aurait pas dû se trouver. La leçon est très claire pour nous : nous devons toujours être conscients de la compagnie que nous fréquentons et nous demander si elle va aider notre marche fidèle et entière ou si elle va l’entraver. Il est vrai que notre piété sous-jacente peut encore briller lorsque nous sommes en mauvaise compagnie, comme ce fut le cas pour Josaphat lorsqu’il rendit visite à Achab. Achab a organisé un grand festin, puis il a demandé à Josaphat de partir en guerre avec lui (chapitre 18, verset 2), une position difficile à refuser pour Josaphat, son beau-père venait de lui offrir un festin, comment pouvait-il refuser ? Il a donc accepté, verset 3. Cette situation aurait pu être évitée s’il n’était pas devenu si proche d’une personne impie. Cependant, il a montré l’exemple, verset 4, 6 et 7 où il a défié Achab pour avoir dit du mal du prophète de Dieu. Micaia, le vrai prophète de Dieu, est venu et, à l’aide d’une parabole, a montré comment Dieu se servait en fait des faux prophètes pour amener Achab à faire la guerre, mais que cela entraînerait aussi la mort d’Achab. Une autre situation difficile se présente alors pour Josaphat : comment peut-il essayer de sauver la vie de son beau-père ? Il accepte un très mauvais plan, celui de servir de leurre (verset 29), et il est presque tué, mais après avoir crié à Dieu, il est sauvé (versets 31-32). Les mauvais choix de Josaphat ont donc failli entraîner sa mort ! Mais personne ne peut se cacher de Dieu et Dieu a guidé la flèche apparemment aléatoire qui a frappé Achab, verset 33-34. Josaphat s’est mis en réel danger à cause de ses mauvais choix – une leçon pour nous qui devons nous méfier de ces tentations. Dans Daniel 1, Daniel et ses amis auraient pu être tentés de manger et de boire les choses attrayantes de la “table du roi”, mais ils ont d’abord placé leur foi en Dieu (verset 8). La grande leçon pour nous ici est que Daniel et ses trois amis étaient des captifs qui se sont comportés de manière si pieuse à tout moment que leurs geôliers l’ont vu et ont apprécié et respecté leur exemple. Bien que captifs, ils ont agi pieusement et Dieu a pu agir à travers eux, verset 9. Nos actions sont certainement vues par ceux qui nous entourent, ce dont nous devons tous nous souvenir ! Le fonctionnaire était naturellement inquiet, verset 10, et Daniel fait une suggestion qui est acceptée, versets 11-14. Le fonctionnaire n’a pu accepter cette proposition que parce qu’il faisait confiance aux quatre hommes et qu’il respectait le fait que tous les quatre respectaient Dieu eux-mêmes. De toute évidence, Dieu travaillait lui aussi, car les quatre faisaient de leur mieux pour le servir. Une autre leçon claire pour nous sur le fait d’être “entiers” dans notre christianisme et de donner de bons exemples. Dans ce cas, un miracle s’est produit et les quatre étaient en meilleure santé que les autres, versets 15-16, et Dieu a donc permis ce que les quatre désiraient, sans se “souiller”, et Dieu a également augmenté leur compréhension, verset 17, au point qu’ils étaient dix fois meilleurs que leurs pairs, versets 18-20. Deux hommes ont mis leur statut humain en grand danger lorsqu’ils se sont rendus chez Pilate pour demander le corps de Jésus (Jean 19, versets 38-42). Joseph et Nicodème ont tous deux gardé secrète leur foi en Jésus parce qu’ils “craignaient” les Juifs, mais ils ont maintenant risqué leur gagne-pain en déclarant leur amour pour leur Seigneur. Parfois, les événements nous placent dans des situations difficiles où nous devons déclarer notre amour pour Dieu et pour Jésus. La “confession” de notre foi est d’autant plus facile que nous sommes perçus par ceux qui nous entourent comme des personnes de confiance et honnêtes dans toutes nos relations. Bien que Pilate soit un chef faible, comme en témoigne son désir de plaire aux Juifs plutôt que de laisser un innocent en liberté, il a été sensible à la demande parce qu’il savait que la mise à mort de Jésus était une erreur (verset 12). Il a même montré son regret en refusant de changer le signe qu’il avait écrit pour aller sur la croix, verset 19-22, même les impies confessent que Jésus est Roi. Et même ici, en ce moment terriblement triste, nous voyons la prophétie s’accomplir, par exemple aux versets 23-24 et 35-37. Notre Seigneur Jésus n’a jamais rien fait d’autre que de suivre son père “fidèlement” et “de tout cœur”, et même au moment de sa mort, il a pris soin de sa mère, versets 25-27, tel est l’amour de Jésus ! Jésus a reconnu que sa vie était entre les mains de son père et il l’a encore confessé devant Pilate, verset 11, Daniel l’a certainement confessé aussi et Josaphat aussi à sa manière, tous sont des exemples pour nous. Notre meilleur exemple est Jésus, mais nous pouvons aussi nous réconforter auprès d’autres personnes qui, malgré leurs péchés, sont restées fidèles à Dieu. Grâce à la mort sans péché de Jésus, nous avons confiance en la résurrection et nous disposons d’un moyen pour que nos péchés soient pardonnés. Nous voyons donc au-delà de cette triste lecture, sachant que Jésus est maintenant vivant et qu’il reviendra en tant que roi juste. Octobre

Le 24 Octobre

Jean 20 est le merveilleux récit de la résurrection de Jésus ; c’est l’événement qui nous donne l’espoir que nous avons, car nous aussi nous serons ressuscités si nous mourons avant le retour de Jésus. Jésus a su tout au long de son ministère ce qui allait lui arriver, il a fait référence à sa mort et à sa résurrection miraculeuse dans Jean 2, versets 18-22, ici Jésus fait référence au “temple” comme étant son corps. Les disciples n’ont compris le sens de cette expression qu’après la résurrection et il est maintenant clair que le “temple” auquel Jésus faisait référence était lui-même, mais aussi qu’il impliquait maintenant les croyants comme faisant partie du corps. Il semble que l’expression utilisée par Jésus dans Jean 20, verset 21-22, lorsqu’il “souffla” sur eux pour qu’ils reçoivent le Saint-Esprit, avait pour but de leur rappeler, ainsi qu’à nous, les mots utilisés par son père dans la Genèse lors de la création. Lorsque Dieu a créé l’homme, il a “soufflé” dans ses narines et Adam est devenu un homme vivant. Cette référence, ainsi que le début de Jean, ie chapitre 1 versets 1-18, suggère fortement que nous devons penser à une “nouvelle création” avec la résurrection de Jésus. Jésus est devenu le “premier fruit” (1Corinthiens 15:23), ce qui implique qu’il y a plus à suivre, qu’il y aura d’autres résurrections. Dans ce chapitre des Corinthiens, au verset 22, Paul fait référence au fait que “en Adam, tous meurent” et “en Christ, tous seront rendus vivants”. La résurrection est donc une nouvelle création et cette nouvelle création implique le pardon, verset 23. Depuis le verset 24 de Jean 20 jusqu’à la fin de Jean 21, nous avons un certain nombre de “tableaux” qui rappellent aux disciples, et à nous aussi, en quoi consiste cette nouvelle création. La première image concerne le doute (versets 24-31). Nous avons tous des doutes à un moment ou à un autre, et Thomas doutait vraiment que Jésus soit vivant et, bien que fidèle, il ne pouvait pas croire ce que les autres disciples lui disaient. Il a dit qu’à moins de mettre ses doigts dans les trous où étaient les clous et de mettre sa main dans le trou de son côté, il ne croirait pas. Et c’est alors exactement ce que Jésus lui a dit de faire, Jésus connaît nos doutes et il personnalisera son aide pour nous si nous le laissons faire. Remarquez que Thomas, bien qu’il ait douté, est resté fidèle et a continué à rencontrer les autres disciples. L’image suivante dont nous pouvons tirer des enseignements est celle de Jean 21, versets 1 à 8, où les disciples sont sortis pour pêcher à nouveau, mais ils n’ont rien attrapé, ce n’est que lorsque Jésus leur a dit où jeter le filet qu’ils ont attrapé des poissons. Cela nous rappelle Luc 5, versets 4-7, et Jésus a dit à Pierre qu’il allait être un “pêcheur d’hommes”, verset 10. Cette image dans Jean 21 dit que Jésus les aidera dans leur prédication lorsqu’ils iront annoncer à tous la résurrection et l’espoir qu’elle apporte. L’image suivante se trouve aux versets 9 à 14. Ici, Jésus a “préparé” la nourriture pour eux, y compris le pain – il ne fait aucun doute que cette image est destinée à nous rappeler la fraction du pain que Jésus leur a donnée au verset 13. Par sa mort et sa résurrection, Jésus s’est “préparé” à rendre notre salut possible. Bien que Jésus fournisse tout ce dont nous avons besoin, nous sommes également invités à apporter une contribution (verset 10). Notre appréciation de la préparation de Jésus devrait donc nous inciter à apporter une contribution pour aider le groupe de croyants. Le pardon est l’image suivante, qui se trouve aux versets 15 à 19. Pierre ayant “péché” en reniant Jésus (Jean 18), Jésus lui montre maintenant, en tant qu’individu, qu’il est pardonné. Jésus a demandé trois fois si Pierre l’aimait, trois fois pour correspondre aux trois reniements, un rappel que ceux qui ont été pardonnés “beaucoup” sont plus forts, parce qu’ils apprennent et grandissent. La nouvelle création est une affaire de pardon. La dernière leçon imagée est tirée des versets 20 à 23, où nous voyons Pierre se préoccuper du “disciple que Jésus aime”. La réponse aimable de Jésus à Pierre est la même pour nous, c’est-à-dire que Jésus nous a donné à tous des rôles différents dans l’église – Jésus a besoin de chacun d’entre nous avec nos différents talents et capacités, nous ne devrions pas attendre de tout le monde qu’il fasse la même chose dans notre service et nous ne devrions pas juger les autres par ce que nous faisons. Nous devrions tous réaliser que nous sommes tous aimés de la même façon par Jésus et qu’il nous a amenés dans son église pour contribuer et remplir différents rôles. La dernière leçon à tirer de Jean 21 est que toutes ces choses ont été écrites pour que nous voyions que tout ce qui concerne Jésus est vrai (verset 24). Une nouvelle création a commencé avec la résurrection de Jésus, nous faisons partie de cette nouvelle création et nous avons ces images qui nous rappellent que Jésus connaît nos doutes et nous aide ; il nous aide à enseigner aux autres ; il a préparé un chemin pour notre salut ; il nous pardonne et il nous a appelés à jouer différents rôles dans sa nouvelle création. Octobre

Le 25 Octobre

Certaines personnes ne veulent tout simplement pas accepter Dieu et ses voies, quelle que soit la qualité de l’enseignement qu’on leur dispense et quelle que soit la quantité de bons exemples à suivre – c’est leur choix ! Je pense que c’était le cas des deux rois de Judée dont il est question dans 2Chroniques 21 et 22. Joram, qui a succédé à son père Josaphat, a été décrit par Dieu comme “mauvais”, chapitre 21 verset 6. Une démonstration de la raison pour laquelle il a été décrit comme “mauvais” se trouve au verset 4. Lorsqu’il a été établi, il a tué tous ceux qui, selon lui, pourraient s’opposer à lui un jour ou l’autre – c’est l’action d’un dictateur impie qui ne s’intéressait qu’à lui-même et était orgueilleux. Son père a commis l’erreur d’épouser une fille d’Achab et Joram a rejeté les conseils que son père lui aurait sûrement donnés, et a également épousé une fille d’Achab, Athalie, qui était également la fille de Jézabel, l’une des épouses très impies d’Achab ! Les véritables mauvaises influences de cette famille impie apparaissent au fil de la lecture. Joram a subi des révoltes et tout cela parce qu’il avait “abandonné” Dieu, verset 10. Élie a envoyé une lettre à Joram, verset 12-15 ; dans cette prophétie, nous voyons clairement que Dieu va très rapidement faire tomber Joram. C’est exactement ce qui s’est passé, verset 16-19, et il a subi une mort très très désagréable. Joram avait soif de pouvoir, comme en témoigne le meurtre de ses frères, mais dans sa mort, c’est tout le contraire qui s’est produit par rapport à la chose impie qu’il désirait le plus, verset 20. Il est mort et personne n’a “regretté” sa mort ! Il a connu une fin de vie extrêmement triste. Son fils n’a pas appris des erreurs de son père, lui aussi a été décrit par Dieu comme “mauvais”, chapitre 22 verset 4, Achazia a été “encouragé” par sa mère à continuer à faire le mal, verset 3. Il a permis aux autres de l’influencer dans le sens du mal, et lui aussi a été puni par Jéhu, que Dieu avait désigné pour détruire la maison d’Achab, verset 7-9. Les derniers versets montrent à quel point Athalie était méchante, agissant comme sa mère en Israël. Cependant, une autre femme, différente de tous ceux qui l’entouraient, qui était pieuse, a sauvé le jeune Joas de la meurtrière Athalie, verset 10-12. Tout ceci est un récit sinistre de l’histoire de Juda, mais il montre quand même Dieu à l’œuvre et nous montre aussi la foi de Jehosheba qui s’est distinguée par sa piété parmi cette foule impie. La leçon pour nous ? Nous devons toujours rejeter les influences impies dans nos vies si nous voulons rester dans l’amour de Dieu. Dieu arrange toujours les choses pour le mieux, même si cela ne semble pas être le cas sur le moment – Jehosheba a fait preuve d’une grande foi et confiance en Dieu. Shadrach, Meshach et Abednego ont également fait preuve d’une grande foi lorsqu’ils ont refusé d’obéir à l’ordre du roi dans Daniel 3. Ils savaient que c’était mal de se prosterner et d’adorer un autre dieu que le seul vrai Dieu et l’ont clairement confessé au roi, versets 16-18. Dans cette confession au roi, Shadrach, Meshach et Abednego ont montré une grande leçon pour nous, ils ont reconnu que Dieu pouvait sauver si c’était sa volonté, mais ils ont aussi reconnu que Dieu avait son dessein et ont accepté ce que Dieu avait décidé pour eux. Nous devons aussi nous souvenir de cela, nous prions pour des choses et des résultats que nous pensons être les meilleurs, mais nous devons aussi toujours prier pour que la volonté de Dieu soit faite. En l’occurrence, Schadrac, Méschac et Abed-Nego ont été sauvés de la fournaise et le roi en a tiré une grande leçon (versets 26-27). Plus encore, Nébucadnetsar a avoué que seul le seul vrai Dieu pouvait faire cela (versets 28-29). Tout comme avec Joram dans les Chroniques, Dieu dirige des voies complètement opposées à la pensée humaine corrompue et mauvaise – les autres conseillers du roi étaient jaloux de Shadrach, Meshach et Abednego (et de Daniel) parce que le roi les considérait meilleurs que ses autres conseillers (chapitre 1:20), ils ont donc “dénoncé” les Juifs, verset 8, et ce sont eux qui ont dénoncé Shadrach, Meshach et Abednego au roi en premier lieu. Mais regardez ce qui est arrivé à Shadrach, Meshach et Abednego parce qu’ils ont fait confiance à Dieu, verset 30. Le contraire de ce que voulaient les conseillers jaloux s’est produit ! Dieu agit dans la vie des gens pieux ! Les Actes marquent le début de l’ère chrétienne, cette nouvelle création. Jésus se concentre sur l’enseignement aux disciples du “royaume de Dieu”, Actes 1, verset 3. C’est la partie importante de notre croyance en Dieu et en Jésus, le royaume est la finalité, c’est ce qui est promis, cela va arriver. Les anges l’ont confirmé après que Jésus ait été emmené au ciel, verset 9-11, c’est ce que nous attendons, c’est-à-dire le retour de Jésus pour établir le royaume de Dieu. Les disciples croyaient que cela arriverait, mais ils ne savaient pas quand, verset 6, et la réponse de Jésus confirme que tout le temps et tous les événements sont entre les mains de son père, verset 7. Les disciples ne savaient pas vraiment ce qui allait se passer à partir de maintenant, mais ils avaient confiance et restaient fidèles, se consacrant à la prière (verset 14). Une autre chose à laquelle ils se consacraient était l’enseignement de Dieu. Pierre prit la parole, citant les Écritures de l’Ancien Testament, qui constituaient leur Bible, pour suggérer qu’ils remplissent le rôle laissé par Judas afin de reformer les douze, versets 15-17 et 21-26. Que cela ait été la bonne chose à faire ou non (nous ne sommes pas tout à fait sûrs, certains pensent que le choix de Jésus était Paul et non Matthias), les disciples ont fait ce qu’il fallait en consultant la bible et en priant avant de prendre leur décision. Cela doit être notre leçon aussi, nous devons baser toutes nos décisions sur la prière ET la parole de Dieu. Une dernière leçon d’ici – Pierre et les disciples considéraient le “témoignage de la résurrection” ainsi que tous les enseignements de Jésus comme une “qualification” importante pour être apôtre. En plus de la prière, de la bible et de l’importance du Royaume de Dieu, nous devrions ajouter la résurrection à notre liste d’enseignements importants – tout cela nous donne de l’espoir et devrait toujours avoir la priorité sur nos tendances humaines naturelles d’orgueil, de pouvoir et de satisfaction maintenant. Octobre

Le 26 Octobre

La patience est une chose que nous devons tous apprendre. Dans 2Chroniques 23, le prêtre Jehoiada et son épouse pieuse ont attendu six ans avant de présenter l’héritier caché du trône, verset 1. Pendant cette période d’attente, ils ont enduré le “règne” impie d’Athalie (chapitre 22, verset 12), à une époque où les gens pieux auraient été effrayés et où ils auraient su qu’il n’y avait pas de descendant de David sur le trône (verset 3). Le verset 21 suggère que ce n’était pas un bon moment quand Athalie a régné ! Ils voulaient mettre en place ce que Dieu voulait, mais ils ont patiemment attendu jusqu’à la septième année, verset 1. Ce n’est que lorsque le moment était venu qu’ils ont agi et ont continué à protéger la “lignée de David”, 2-7. C’est exactement ce qui s’est passé et Joas a été fait roi, verset 11. Après la mort d’Athalie, le prêtre Jehoïada a renouvelé le contrat avec le peuple selon lequel il serait le peuple de Dieu (verset 16) et il a commencé à redresser les torts qui avaient été introduits en Juda (verset 17). Une fois encore, l’adoration respectueuse de Dieu fut réintroduite, verset 18-20. Jehoiada a été un bon exemple pour le jeune roi Joas et nous savons qu’il a conservé une bonne influence jusqu’à sa mort. La manière dont il a traité Athalie confirme son respect du temple et donc de Dieu, verset 14-15. Les leçons pour nous sont encore une fois d’essayer d’apprendre et de comprendre ce que Dieu veut et de démontrer un respect total pour lui, les mauvaises influences de la famille d’Achab ont été détruites (Athalie et le faux dieu de Baal et les prêtres). Nabuchodonosor a lui aussi appris une grande leçon dans Daniel 4 : bien qu’il ait été utilisé par Dieu pour provoquer la destruction de Jérusalem et la captivité du peuple (Jérémie 27:5-7), Dieu s’est toujours soucié de lui et s’est servi de Nabuchodonosor pour assurer sa prospérité pendant sa captivité. De son propre aveu, Nabuchodonosor était un homme fier et arrogant (versets 4 et 28-30), mais il a appris en 7 ans que c’était Dieu qui régnait sur les royaumes des hommes (versets 17, 25 et 32). Il semble que tout le chapitre 4 soit une lettre que Nabuchodonosor a écrite à tout son peuple (le verset 28-33 peut être une interjection de Daniel) et c’est une confession que Dieu est le seul vrai Dieu et que l’homme doit être humble devant lui, verset 36-37. Par inspiration, cette lettre est incluse dans la bible pour que nous puissions tous en tirer des leçons, sa conclusion n’est pas nouvelle, Daniel lui-même confirme que Dieu règne sur les royaumes des hommes dans Daniel 2:21 et 5:21. Tous ceux qui sont fiers échoueront, seuls ceux qui sont humbles peuvent respecter Dieu. Les Juifs en captivité ont appris l’humilité et Dieu les a ramenés dans leur pays. Actes 4 se termine par le fait que de nombreuses personnes ont accepté Jésus avec humilité et se sont rendu compte que la crucifixion de Jésus était le résultat de l’orgueil, d’hommes “méchants”, verset 23. Ils ont demandé ce qu’ils devaient faire après avoir appris comment Jésus avait été ressuscité des morts (verset 37). “Se repentir et être baptisé” était la réponse à l’époque et l’est encore aujourd’hui au péché, versets 38-39. Le “don” est le pardon, c’est ce que Jésus nous donne. En restant fidèles à Jésus, nous pouvons “nous sauver de cette génération corrompue”, verset 40. Ces derniers versets nous montrent le type de caractère que nous devrions essayer d’avoir en réponse au pardon de Jésus et à la promesse du salut, c’est-à-dire que nous devrions être “dévoués” à la communion fraternelle, à la fraction du pain et à la prière ; nous devrions être dans “l’admiration” de ce que Dieu fait pour nous ; nous devrions être “ensemble” et avoir des choses en “commun” ; nous devrions être prêts à donner à ceux qui sont dans le besoin, même en vendant des biens ; “chaque jour” ils “continuaient” à se réunir ; ils “rompaient le pain”, c’est-à-dire partageaient la nourriture avec “des cœurs joyeux et sincères” et “louaient Dieu”, versets 42-47. C’est une émotion similaire à celle qu’ont ressentie les gens de l’époque de Joas lorsqu’ils ont célébré le fait qu’il avait été fait roi et que la méchanceté avait été supprimée, c’est similaire à ce qu’a ressenti Nabuchodonosor lorsqu’il a humblement reconnu Dieu et c’est ce que nous devrions ressentir lorsque nous considérons ce que Jésus a fait pour nous. Jésus avait promis aux disciples qu’ils recevraient un “réconfort” par la puissance du Saint-Esprit de Dieu et qu’ils seraient aidés à enseigner et à prouver que le message concernant Jésus était juste. Dans ce cas, la puissance de Dieu leur a permis de parler en différentes langues (verset 4). Ce n’était pas un pouvoir que les disciples possédaient, mais la puissance de Dieu qui leur a permis de faire quelque chose à un moment donné, et ils en ont humblement donné le crédit à Dieu (versets 17-21). Octobre

Le 27 Octobre

Jehoiada, le prêtre, a eu une bonne influence sur Joas durant sa vie, 2Chronicles 24 verset 2, il a tout fait pour élever Joas dans les voies de Dieu, il lui a même choisi des épouses, verset 3. On ne nous le dit pas, mais nous supposons que ces épouses craignaient Dieu, sinon Jehoiada ne les aurait pas choisies. Il est également clair que Joas s’est engagé à faire les bonnes choses, c’est-à-dire qu’il voulait restaurer le temple (verset 4), il n’était pas heureux que les travaux soient retardés (verset 6), il a utilisé l’argent restant avec sagesse (verset 14) et il a permis que les offrandes continuent au temple. Dieu l’a décrit comme étant “juste” – “tous les jours de Jehoiada, le prêtre”. La leçon pour nous est de respecter ceux qui essaient de nous enseigner les voies de Dieu et nous rappelle également que nous avons tous la responsabilité d’enseigner les voies de Dieu aux autres. Cependant, à la mort de Jehoiada, Joas est devenu un homme mauvais. Il a oublié les enseignements du prêtre, il a abandonné son culte de Dieu et a introduit un faux culte, verset 17-18 ; il a été tenté par les fonctionnaires qui sont venus lui rendre “hommage”, il s’est laissé facilement égarer et il est devenu fier et arrogant. Même lorsque Dieu a envoyé des prophètes pour tenter de le faire revenir, lui et le peuple, il les a rejetés dans son orgueil (verset 19). Il y a pire : lorsque Zacharie, le fils de Jehoïada, qu’il devait connaître personnellement, le défie (verset 20), il complote pour le tuer (verset 21). Il “ne s’est pas souvenu de la bonté” de Jehoiada, verset 22. C’est terrible, Joas est devenu si fier et arrogant qu’il n’écoutait personne, il était même fier de son armée, mais Dieu l’a fait détruire par une armée plus petite et a provoqué sa chute, verset 24. Ensuite, ses fonctionnaires ont comploté contre lui à cause de ce qu’il avait fait, verset 25. Il a échoué à cause de son orgueil – une grande leçon pour nous qui devons toujours être humbles dans tout ce que nous faisons. L’orgueil a également causé la chute de Belshazzar dans Daniel 5. Le roi était arrogant, lorsqu’il s’est vanté de la puissance de sa nation, en sortant les objets en or qui étaient consacrés à Dieu pour le culte dans le temple de Jérusalem, verset 1-4. Il n’avait pas appris le respect et l’humilité comme l’avait fait son père Nebuchadnezzar et Dieu était sur le point de lui enseigner l’humilité aussi, verset 5-6. Il est intéressant de noter que Daniel ne faisait pas partie du groupe de conseillers que Belshazzar a d’abord appelé, je suppose que c’est parce qu’il voulait des conseillers plus jeunes et que, par orgueil, il n’a pas utilisé les conseillers que son père avait utilisés. Comme les conseillers de son premier choix ne pouvaient pas l’aider, sa mère (je suppose) a suggéré Daniel, verset 10-12. Daniel fut amené, verset 13, et il interpréta l’écriture, versets 18-28. Au cours de cette interprétation, Daniel indique clairement que c’est l’orgueil et l’arrogance de Belshazzer qui allait provoquer sa chute. Daniel a démontré tout le contraire de l’orgueil en étant humble, il n’a pas voulu de cadeau, verset 17, et il ne s’est pas non plus attribué le mérite de l’interprétation car il s’est référé à Dieu tout au long de ses propos. L’orgueil empêche les gens d’honorer Dieu ; l’humilité permet à Dieu d’agir dans nos vies ; dans ce cas, Daniel a été promu à la 3e place du pouvoir et Dieu l’a mis en position d’influencer Darius lorsqu’il a pris le pouvoir, versets 29-31. Nous pouvons voir la fierté et l’humilité dans Actes 3 et 4 également. Pierre, Jean et les autres disciples ne s’attribuaient jamais le mérite des miracles auxquels ils participaient, ils en donnaient toujours le crédit à Dieu et à Jésus, par exemple aux versets 6, 12 et 10. Lorsqu’ils prêchaient, ils enseignaient l’humilité, par exemple au verset 19, c’est-à-dire qu’il faut être humble pour se repentir ! Les disciples ont loué Dieu dès qu’ils ont appris que Pierre et Jean avaient été libérés (verset 24), et la façon dont ils étaient tous “unis de cœur” (verset 32-37) témoigne d’un caractère humble. Cela contraste avec l’attitude du prêtre, des “chefs et des anciens”, qui étaient arrogants et fiers (versets 1-3, 7, 13-18). Ils n’étaient pas disposés à se “repentir” comme beaucoup de gens l’avaient fait et ne s’intéressaient qu’à leur propre position dans la communauté. Même s’il était maintenant si évident que ce que les disciples faisaient était de Dieu, ils étaient trop fiers pour le voir et croire ! Sommes-nous donc humbles ou fiers ? Sommes-nous uniquement intéressés par nos propres réalisations, ou dépendons-nous entièrement de Dieu ? Gardons-nous tout ce que nous avons construit pour nous-mêmes, ou sommes-nous prêts à partager quand il y a un besoin ? Exigeons-nous d’être écoutés, ou attendons-nous que Dieu nous donne des opportunités ? Il y a tant de leçons à tirer des exemples individuels que nous avons lus aujourd’hui ! Nous prions pour que nous restions tous humbles ! Octobre

Le 28 Octobre

Le roi Amatsia de Juda était un homme qui ne suivait pas Dieu “de tout son cœur”, 2Chroniques 25 verset 2, il était décrit comme “droit aux yeux du Seigneur”, mais pendant ses 29 ans de règne, il a fini par refuser d’écouter. Son attitude est une leçon pour nous, car au départ, il a bien commencé, il a veillé à obéir à la loi de Moïse, verset 4, et il a d’abord écouté l’homme de Dieu, versets 7 à 10. Mais il a fait preuve d’un manque de foi en invitant les hommes d’Israël à l’aider (verset 6), il aurait dû s’en remettre à Dieu, comme il l’a fait ensuite en renvoyant les hommes (verset 10). Même s’il a vaincu les Édomites, parce que Dieu était à l’œuvre, il s’est réellement retourné contre Dieu en ramenant avec lui les dieux sans valeur d’Édom, verset 14. C’est une action déconcertante de sa part qui démontre un manque total de confiance et de respect envers Dieu et il n’est pas étonnant que Dieu ait été en colère contre lui (verset 15). Après tout ce que Dieu avait fait pour Amatsia, il lui a immédiatement tourné le dos – un véritable avertissement pour nous lorsque nous oublions ce que Dieu a fait pour nous dans le passé et le remplaçons par d’autres choses. L’amour de Dieu est tel qu’il a envoyé un prophète pour lui parler, mais Amatsia n’était tout simplement pas intéressé, verset 16. Et lorsque nous ne sommes pas intéressés, Dieu s’arrête de parler, comme le démontre le prophète qui s’arrête de parler, bien qu’il ait transmis le message que Dieu allait le détruire parce qu’il n’avait “pas écouté”. Et c’est ce qui s’est passé. Nous devons toujours écouter Dieu si nous voulons qu’il travaille dans nos vies, nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu’il nous écoute ou nous aide si nous faisons ce que nous voulons faire et lui tournons le dos. Daniel, par contre, a toujours écouté Dieu et fait ce qu’il voulait. Daniel a été béni par Dieu à cause de cela, et à cause de la position à laquelle Dieu l’avait élevé, ses pairs l’ont méprisé et ont comploté contre lui. Daniel 6, versets 6 à 9, montre comment ils ont comploté pour faire tomber Daniel à cause de leur jalousie à son égard parce qu’il avait encore été promu à une position élevée (versets 1 à 3). La seule raison pour laquelle Daniel a été promu est qu’il était honnête et que le roi pouvait voir qu’il l’était, évidemment Dieu était aussi à l’œuvre, mais c’était seulement parce que Daniel était un homme pieux. C’est exactement comme cela que nous devrions être dans toutes nos relations avec les gens, nous devons être honnêtes et dignes de confiance en tout. Il est triste de constater que souvent les autres n’apprécieront pas cela et chercheront à vous faire trébucher, mais nous devrions néanmoins être irréprochables comme l’était Daniel, verset 4. Ces hommes savaient que Daniel agissait et priait trois fois par jour et ils ont tendu le “piège” pour se débarrasser de lui, mais ils ont aussi poussé le roi dans un coin, lui causant du chagrin et de l’embarras. Daniel a donc été jeté dans la fosse aux lions, humainement parlant, c’était la fin de Daniel. Mais le roi connaissait suffisamment Daniel et sa foi pour croire que Dieu pouvait sauver Daniel s’il le voulait, verset 16. Il était également très préoccupé par Daniel et l’a démontré pendant la nuit et le matin, verset 18-20. À son grand soulagement, Dieu avait sauvé Daniel, verset 21-23, et il a fait une confession à toute sa nation pour qu’elle respecte Dieu, verset 25-27. Cependant, les hommes qui avaient tendu le piège à Daniel et qui avaient poussé le roi dans un coin en faisant de cet édit une loi qui ne pouvait être changée, furent punis, verset 24. Il y a des moments dans nos vies où nous faisons des choses pieuses, mais malgré cela nous souffrons, dans le cas de Daniel c’était la persécution, et les choses ne s’annonçaient pas bien quand il a été condamné à la fosse aux lions. Cependant, Dieu était toujours à l’œuvre même à ce moment-là et Daniel a été sauvé. La confiance en Dieu est la clé, même si les choses ne se passent pas comme nous le voudrions, nous devons toujours avoir confiance en Dieu, car il sait ce qui est le mieux, il le fait toujours ! La jalousie semble être la caractéristique humaine commune en Actes 5 et 6 également. En raison de l’enseignement des apôtres et du travail qu’ils accomplissaient, beaucoup de gens ont cru, par exemple au chapitre 5, verset 14. Les autorités religieuses étaient jalouses de ce qui se passait, verset 17, et les ont arrêtés, verset 18. Leur libération miraculeuse de prison (versets 18-19) a suscité l’inquiétude des autorités (versets 21-24), surtout lorsqu’elles ont appris que les apôtres parlaient au temple (verset 25). Bien que les autorités religieuses aient vu encore plus de preuves que Dieu agissait à travers les apôtres, elles ne croyaient toujours pas et les punissaient (verset 40). Pierre leur avait clairement dit qu’ils devaient obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes, verset 29-33, et lorsqu’ils furent relâchés, ils louèrent Dieu, verset 41-42. Étienne aussi a été arrêté à cause de la jalousie, et des mensonges ont été utilisés pour le condamner, chapitre 6, versets 11-14. Il y a un thème commun ici : la pensée humaine n’aime pas la pensée de Dieu et ceux qui s’y opposent sont prêts à tout pour ne plus écouter Dieu ! Nous oublions tous que Dieu est conscient de toutes les choses qui se passent dans nos vies, Dieu est conscient de nos pensées et de nos actions. Ananias et Sapphira n’étaient pas obligés de donner tout le produit de leur terre aux pauvres, c’était leur argent qu’ils pouvaient garder s’ils le voulaient, mais ils voulaient paraître bons en faisant ce que la plupart des autres faisaient. Peut-être manquaient-ils de foi, qui sait quelles étaient leurs motivations, mais ils ont menti à Dieu, chapitre 5, versets 4 et 9. C’est la leçon pour nous tous, nous nous sommes engagés à suivre Dieu et Jésus et nous nous sommes engagés à être honnêtes comme Daniel, comme les apôtres et certainement à essayer d’être comme Jésus. Oui, nous échouerons, mais ce qu’Ananias et Sapphira ont fait, c’est planifier leur tromperie, versets 1-2 et 9, ils ont élaboré un plan pour paraître bons envers leurs frères et sœurs, mais ils ne pouvaient pas mentir à Dieu et à Jésus, tous deux savaient ce qu’ils avaient fait et tous deux ont été punis. Toutes les choses que nous avons lues aujourd’hui sont dramatiques, mais les principes s’appliquent toujours à chacun d’entre nous – je pense que la “crainte” mentionnée aux versets 5 et 11 signifie le respect total de Dieu. Étienne a certainement respecté Dieu, tout comme Daniel, et tous deux ont été perçus comme différents par leurs actions, ils ont eu un impact sur les gens autour d’eux en étant pieux et le visage d’Étienne a même été radicalement différent lorsqu’il a défendu ses actions pieuses, chapitre 6 verset 15. Avons-nous l’air différent ? Avons-nous l’air pieux ? Octobre

Le 29 Octobre

L’orgueil et la pensée humaine sont deux de nos principaux ennemis dans notre vie chrétienne. Dans 2Chroniques 26, le roi Ozias a bien commencé, Dieu l’a décrit comme faisant “ce qui est juste”, verset 4, mais cela ne s’est produit que lorsqu’il était influencé par ceux qui étaient bons autour de lui, verset 5. Dieu l’a “aidé” et il est devenu “puissant” (versets 8 et 15), mais Ozias n’a pas bien utilisé cette “puissance” ; il n’a pas donné crédit à Dieu et le verset 16 montre comment son orgueil et son arrogance ont conduit à sa chute. Il a abusé de la grâce, de l’amour et de l’aide de Dieu et a pensé qu’il pouvait faire ce qu’il voulait, y compris brûler de l’encens dans le temple. Il avait oublié qu’il devait être humble dans tout ce qu’il faisait, il a laissé son orgueil prendre le contrôle et même lorsqu’il a été correctement interpellé par les prêtres, il a refusé d’écouter et s’est mis “en colère”, versets 17-19. C’est un exemple très spectaculaire de punition de la part de Dieu, car la lèpre s’est immédiatement déclarée sur son front ; les prêtres et Ozias lui-même ont immédiatement reconnu que cela venait de Dieu, verset 20. La lèpre a été utilisée pour symboliser le péché et les lépreux n’étaient pas autorisés à entrer dans le temple. Cette image très dramatique rappelle donc que désobéir à Dieu est grave et que le péché s’interpose entre un individu et Dieu (verset 21). Dans 2Chroniques 27, son fils Jotham est également devenu puissant, mais il est resté humble, il a respecté Dieu, verset 2, et il a “marché avec constance” devant Dieu, verset 6. Il avait une meilleure attitude pieuse que son père – des leçons pour nous aussi, lorsque nous suivons Dieu avec humilité. Daniel 7 est le récit du rêve de Daniel concernant diverses “bêtes” sorties de la mer. Nous savons que ces bêtes représentent quatre royaumes (verset 17). Les spécialistes de la Bible croient qu’ils peuvent faire correspondre ces bêtes à des nations réelles, mais je veux simplement en tirer les leçons et l’espoir pour nous. Nous savons que les nations humaines sont fières et généralement impies et que la quatrième bête, en particulier, a persécuté le peuple de Dieu, c’est-à-dire les saints, verset 21 et 25. Dieu, “l’Ancien des Jours”, jugea en faveur des saints et ils possédèrent le royaume (versets 22 et 27). Nous voyons une image de Jésus dans ce passage, au verset 13, comme “un fils d’homme”. Ainsi, quelle que soit la place de ce passage dans l’histoire, nous pouvons tirer un réel espoir de ce message, car le peuple de Dieu, les saints, sera introduit dans le royaume éternel où nous adorerons et obéirons. Dieu nous sauvera par l’intermédiaire de Jésus, son fils, à son retour, il y aura un jugement et la nature humaine, le péché et la mort seront complètement détruits pour toujours. Ainsi, où que se trouve le peuple de Dieu dans l’histoire, il peut être assuré que Dieu accomplira son dessein et donnera le royaume à ses saints. Le discours d’Etienne dans Actes 7 est un excellent résumé de l’histoire du peuple d’Israël et nous rappelle tristement qu’à maintes reprises, le peuple s’est détourné des voies de Dieu, qu’il s’agisse de la jalousie des frères de Joseph, verset 9, de la construction du veau d’or, verset 41 ou de l’orgueil des chefs religieux actuels, verset 51. Etienne a cité Esaïe 66:1-2 au verset 49-50, les chefs religieux auraient connu ces versets et aussi ce qui suit, c’est-à-dire “Voici celui que j’estime : celui qui est humble et contrit en esprit, et qui tremble à ma parole.” Au lieu de poursuivre la citation, Etienne utilise la réalité de l’orgueil et de l’hypocrisie des dirigeants pour montrer qu’ils rejetaient Dieu, 51-43. Ils faisaient exactement ce qu’Ozias a fait dans les Chroniques, ils agissaient comme les bêtes de Daniel et ils étaient trop fiers pour le reconnaître ! Même lorsque Etienne a essayé de continuer à démontrer l’amour de Dieu et de Jésus, ils n’ont pas voulu écouter, verset 54-58. Étienne est resté humble jusqu’à sa mort, il a même prié pour que le peuple soit pardonné, verset 59-60. Il est mort en sachant que Jésus reviendrait, comme Dieu l’avait promis, et qu’il serait, avec tous les saints, dans le royaume éternel lorsqu’il sera établi sur la terre. Ce sont là de bonnes leçons pour nous aujourd’hui, pour accroître notre espérance. Octobre

Le 30 Octobre

Achaz était un méchant roi de Juda, il n’avait rien à voir avec son père Jotham. Il était comme le peuple de Juda qui “continuait avec ses pratiques corrompues”. Dieu a décrit Achaz comme “ne faisant pas le bien”, 2Chronicles 28 verset 1. Il a suivi l’exemple impie d’Israël et les choses qui sont énumérées aux versets 2 à 4 sont si impies qu’il n’y a pas le moindre soupçon de bien en lui – il semble qu’il ait eu un mépris total de Dieu. Et à cause de cela, Dieu l’a “livré” à ses ennemis, Aram, Édom, les Philistins et Israël, verset 5 et 17-18, si bien que beaucoup de gens sont morts parce que “Juda avait abandonné” Dieu, verset 6. Juda était devenu si désobéissant à Dieu que même Israël, qui était normalement pire que Juda, a donné un meilleur exemple dans la manière dont il a traité les prisonniers après que le prophète leur ait parlé, verset 9-15. Malgré la défaite, Achaz ne s’est pas tourné vers Dieu, il a essayé de s’appuyer sur l’Assyrie, verset 16, mais à cause de la “méchanceté” et de l’”infidélité” de Juda, Dieu a fait en sorte que cela ne fonctionne pas, verset 19. Rien n’a fonctionné pour Achaz, verset 21, et il a aggravé la situation, verset 23. Ses actions suggèrent qu’il en a voulu à Dieu et qu’il a pratiquement mis fin à l’adoration de Dieu en Juda et mis en place des alternatives, verset 24-25. Il a complètement tourné le dos à Dieu ! La leçon intéressante pour nous ici est que si nous sommes déterminés à rejeter les voies de Dieu et à suivre notre propre chemin, cela nous éloigne de plus en plus de Dieu et si notre attitude est mauvaise, Dieu travaillera contre nous. Même si je me sens comme Daniel après avoir lu Daniel 8, verset 27, c’est-à-dire “cela dépasse l’entendement”, je prends courage dans la vision de Daniel, qui me dit que la pensée humaine ne prévaudra jamais et que les voies de Dieu l’emporteront toujours sur l’impiété, verset 25. L’ange Gabriel explique la vision, verset 16, et nous apprenons que le bélier à 2 cornes représente l’empire des Mèdes et des Perses, verset 20, et le bouc représente la Grèce. Tous ces royaumes ont été remplacés par un chef très méchant qui détruira le peuple de Dieu, verset 23-24, cette description semble suggérer qu’il s’agit du chef grec Antiochus Epiphanes juste avant la naissance de Jésus. Le point pratique dans tout cela n’est pas nécessairement de savoir qui les images représentent, mais quelles leçons nous en tirons. Notez qu’aux versets 24 et 25, il nous est dit que sa force n’était pas due à la “puissance humaine”, pas plus que sa destruction finale. C’est Dieu qui agit dans l’histoire et il détruit ceux qui s’opposent à lui, en particulier ceux qui sont orgueilleux, comme c’est le cas ici. Comme Achaz auparavant, Dieu frustre, il amène au pouvoir et enlève du pouvoir tout en accomplissant son dessein. Il punit ceux qui devraient mieux le suivre et lui obéir pour les amener à la repentance. Amener à la repentance est un thème d’Actes 8. L’église a subi des persécutions et les croyants ont été dispersés. Il est clair qu’il y a eu de grandes souffrances (versets 1-3). Cependant, ceux qui ont été dispersés ont prêché (versets 4-8). Ainsi, au lieu que les autorités religieuses (et Saul) arrêtent la diffusion du message de la repentance et du royaume de Dieu, ils ont en fait déclenché la méthode qui a permis de diffuser davantage le message ! Dieu, qui est aux commandes, fait à nouveau jaillir la “joie” de la souffrance ! Cela aurait été terrible pour ceux qui ont été “traînés” en prison, c’est terrible maintenant pour ceux qui souffrent, donc notre prière doit toujours être pour une foi forte pour tout le peuple de Dieu. Simon le sorcier est une section intéressante, versets 9-24. Comme les autres habitants de Samarie, il a été convaincu par le message de la repentance et du royaume de Dieu et a été baptisé. Il a été “étonné” par les miracles qu’il a vu se produire, confirmant que sa “magie” n’était qu’illusions et tours de passe-passe. Malgré sa croyance apparente, son vrai caractère apparaît lorsqu’il demande à payer pour le “saint esprit”, il voit dans le christianisme une occasion de s’enrichir, il est “plein d’amertume” et “captif du péché” ! La réponse de Pierre est accablante et il est conseillé à Simon de se repentir. Nous ne savons pas s’il l’a fait, mais l’humilité était certainement nécessaire pour que cela se produise. L’Éthiopien était humble (versets 26-39), il a demandé de l’aide quand il ne comprenait pas, il a écouté le message sur Jésus et il a voulu être baptisé et démontrer sa nouvelle foi par l’acte humble du baptême. Ainsi, à travers toutes ces leçons, nous pouvons voir que le peuple de Dieu (nous) doit toujours suivre Dieu et lui faire confiance. Si nous allons à son encontre, il y a des conséquences, mais il est toujours là pour que nous nous repentions ; les événements sont souvent dictés par Dieu et il est conscient des situations et interviendra si nécessaire pour atteindre son but. Octobre

Le 31 October

Je suis sûr que nous connaissons tous quelqu’un qui s’oppose et qui critique notre foi. Nous connaissons peut-être des gens qui se moquent de nous et nous traitent avec mépris parce que nous croyons en Jésus. Beaucoup dans ce monde nous considèrent comme excentriques parce que nous croyons en Dieu et en la création. Mais ce n’est rien à la façon dont Saül, plus tard connu sous le nom de Paul, a traité les croyants du premier siècle. Non seulement il maudissait et discréditait les chrétiens de son temps, mais il avait pour mission de les chasser de chez eux, de les battre, de les emprisonner, de les traiter avec cruauté et même de les tuer. Il n’est pas étonnant que les chrétiens se sont non seulement tenus hors de son chemin, mais ils se sont activement enfuis de lui par peur de leur vie. Nous lisons de Saül aujourd’hui dans Actes chapitre 9. Il est né à Tarse et il a reçu probablement la meilleure éducation disponible à ce moment-là, l’étude de la loi de Moïse à Jérusalem sous Gamaliel, et, par tous les comptes, s’est avéré être un érudit exceptionnel. D’après ce que nous savons, quand il était dans la trentaine, il a été élu membre du sanhédrin et dans Actes 26 verset 10, il avoue très ouvertement qu’il a voté pour la peine de mort pour les croyants en Jésus. D’ailleurs, être membre du sanhédrin signifiait qu’il devait être à la fois un homme marié et un père. Donc, si c’était le cas, il a dû perdre sa femme et son enfant à un âge précoce. C’est spéculatif et Paul ne mentionne jamais ce fait dans ses lettres ni n’est-il confirmé nulle part dans les Écritures. Ainsi, Saül était un homme de grande influence. Il avait un grand pouvoir dans le monde juif. Il vient de réussir à superviser l’exécution d’Étienne. C’était un homme d’un grand zèle, il était fortement concentré sur son objectif qui était de débarrasser le monde de cette nouvelle secte qui suivait Jésus, connu sous le nom de « La Voie ». Nous lisons qu’une grande persécution a surgi qui n’a montré aucune discrimination entre les hommes et les femmes, et c’était Saül qui était le chef. Apparemment, à cause des persécutions, beaucoup de croyants s’étaient enfuis à Damas. Saül avait donc un plan pour partir à Damas pour attraper ces croyants et les ramener captifs à Jérusalem où ils seraient mis à mort. C’était à environ 200 kilomètres de Jérusalem à Damas et il aurait fallu environ 6 jours pour y arriver à pied. Étant un Juif pieux, Saül serait parti immédiatement après le sabbat, et il aurait été son intention d’y arriver juste avant le jour du sabbat suivant. C’était vers midi, le sixième jour, que le Seigneur lui a apparu. Une lumière aveuglante a apparu devant lui. Paul, en parlant au roi Agrippa dans Actes 26, dit comme suite : « Vers le milieu du jour, ô roi, je vis en chemin resplendir autour de moi et de mes compagnons une lumière venant du ciel, et dont l’éclat surpassait celui du soleil ». Cette lumière qu’il voyait était un éclair qui se répétait sans cesse et elle était plus forte que les rayons du soleil. Pas étonnant qu’il ait été aveuglé. Cette lumière était la gloire de Dieu, la même que celle qui était vue par les bergers à la naissance de Jésus et des disciples à la transfiguration. Saül a vu Jésus, tandis qu’aucun des autres membres du parti n’a vu quoi que ce soit. Ils entendaient seulement les paroles qui étaient prononcées. « Saül, Saül ». En répétant son nom, c’est une forme de reproche, tout comme lorsque Jésus réprimandait les gens dans les Évangiles. « Simon, Simon ». « Marthe, Marthe ». « Jérusalem, Jérusalem ». Donc Jésus a réprimandé Saül. « Pourquoi me persécutes-tu? ». En tuant, en torturant et en emprisonnant les disciples, c’était Jésus que Saül persécutait. Nous faisons tous partie du corps de Christ et si nous faisons du mal à un membre, nous le faisons à Jésus. « Si vous le faites à l’un des plus petits de mes frères, c’est à moi que vous le faites ». Saül n’était plus le Juif orgueilleux qui cherchait à éliminer tous ceux qui s’opposaient à sa façon de penser. Il était maintenant réduit à un aveugle qui comptait sur les autres pour le guider sur son chemin. Quand il est arrivé à Damas, il avait trois jours d’aveuglement. Il était enfermé dans son propre monde, et il avait beaucoup à penser. Il rendait compte de ses erreurs. Il s’était considéré autrefois comme un guide pour les aveugles. Maintenant, c’était lui qui était aveugle et qui avait besoin de conseils. C’était Ananias que Dieu a envoyé à Saül afin qu’il recouvrât la vue, après quoi Saül a demandé immédiatement à être baptisé. C’était un homme nouveau. C’était une personne différente. Il n’était plus orgueilleux, arrogant et assuré dans ses voies. Maintenant, il était un humble serviteur du Seigneur Jésus. Imaginez le courage et l’humilité qu’il a dû avoir pour aller dans les synagogues de Damas pour commencer à prêcher Jésus ! Il y a donc des leçons à tirer de cet épisode. Comme nous prêchons et parlons aux autres au sujet de Jésus, il est probablement juste de dire que nous ne nous approcherions pas près d’un homme comme Saül, quelqu’un qui méprise et ridiculise le message que nous transmettons. Nous ne voudrions jamais nous approcher d’un meurtrier comme Saül. Nous dirions que quelqu’un comme Saül est un fanatique qui est imprégné d’une fausse religion et il ne vaut même pas la peine d’essayer de lui parler. Mais la vérité est que nous ne savons rien des plans de Dieu. Par exemple, nous ferions tout pour en rester le plus éloigné possible de quelqu’un comme Rahab la prostituée et pourtant elle fait partie de la généalogie de Jésus et elle est hautement félicitée dans Hébreux chapitre 11. Nous pourrions penser que Saül est quelqu’un qui est si loin de la vérité que nous ne devrions pas nous embêter avec lui. Pensez aussi à la foi des premiers chrétiens. Dieu a dit à Ananias d’aller à Saül mais il a parlé à Dieu de ses peurs. Comment pouvait-il aller à Saül quand il était bien connu qu’il était venu à Damas pour capturer les chrétiens et les ramener à Jérusalem dans les chaînes où ils mourraient. Est-ce que nous nous approcherions de Saül si nous étions à sa place? Cela a dû prendre beaucoup de foi. De même, nous pourrions être dans des situations où notre pensée humaine nous dit de ne pas faire quelque chose, alors que nous savons que la bonne chose serait de suivre le commandement du Seigneur. Nous savons que la sagesse de ce monde est folie avec Dieu et vice versa. Parfois, il faut du courage et de la foi pour suivre le bon chemin. Pensez au changement de Saül. Il était auparavant un membre arrogant et orgueilleux du sanhédrin. Maintenant, il est un humble serviteur du Seigneur Jésus. Il s’est humilié. Il était prêt à admettre qu’il avait tort. Il s’est mis à faire ce qui est juste aux yeux de Dieu. Nous devons nous humilier. Nous devons être prêts à l’admettre lorsque nous avons tort. Nous devons avoir l’humilité et le courage de dire : « Oui, j’ai eu tort. Je me suis complètement trompé. Veuillez me pardonner ». Et il est juste de dire que Paul a passé le reste de sa vie à admettre aux autres croyants qu’il avait tellement mal agi. Nous nous souvenons maintenant de Jésus. Jésus, qui n’a rien fait de mal, mais qui s’est dépouillé lui-même et il a mis de côté toute ambition personnelle et la pensée de la chair. Il a fait la volonté de son père totalement dans sa vie. Il a subi une mort cruelle et agonisante pour notre salut. Souvenons-nous de lui maintenant dans ces emblèmes de pain et de vin. Octobre

Le 1 Novembre

Un thème pratique commun apparaît dans tous les chapitres d’aujourd’hui : l’unité. L’unité est la clé pour qu’un groupe de personnes soit fort et efficace, tous doivent être unis autour d’un objectif et d’une croyance communs. Dans 2Chroniques, verset 1, Ézéchias, roi de Juda, envoie des messages à tout Juda et Israël pour qu’ils viennent à Jérusalem et se rassemblent dans la maison de Dieu pour célébrer la Pâque. Il avait compris, grâce à sa connaissance de Dieu, qu’il était juste que le peuple de Dieu soit uni autour d’un objectif commun. Cette Pâque devait être spéciale et à la fin du chapitre, on nous dit que rien d’aussi bon n’avait été vécu depuis l’époque de Salomon. Ezéchias a veillé à ce que tous ceux qui étaient considérés comme le peuple de Dieu viennent. Cependant, il est clair que la Pâque devait être célébrée comme Dieu le voulait, par exemple les prêtres et les autres lévites devaient être purs de manière cérémoniale, ceci était si important que la célébration fut retardée parce qu’à l’origine ils ne l’étaient pas. Tout Juda s’est rassemblé, parce que Dieu avait changé leur cœur, et beaucoup de gens d’Israël étaient également présents. Cependant, certains se sont moqués, par exemple ceux de Manassé, qui ont vraisemblablement choisi de ne pas venir et n’auraient pas profité de la joie qui régnait. Pire encore, ils ont manqué un rappel crucial du salut de Dieu, mais aussi de ses exigences pour que quiconque puisse faire partie de son salut. Pour qu’Ézéchias puisse organiser cet événement, il aurait fallu que tout le monde soit uni. C’est une leçon pour nous aujourd’hui en tant que frères et sœurs, nous devons également être unis dans notre adoration de Dieu et notre travail pour lui, remarquez comment le plan “semblait juste” à toute l’assemblée, ils étaient unis. Il s’agissait d’un événement destiné à célébrer et à remercier Dieu d’avoir sauvé ceux qui restaient du roi d’Assyrie – nous aussi, nous devons être unis lorsque nous célébrons notre salut en Jésus. Daniel a montré qu’il était uni à Dieu et a également reconnu qu’il avait besoin d’aide pour comprendre le message de Dieu. Au chapitre 10, nous lisons que Daniel a eu une vision, que ceux qui étaient avec lui ont fui avec crainte et que Daniel est resté seul. C’est un grand contraste avec l’image que nous avons eue dans 2Chroniques pendant la Pâque où ils étaient dans la joie, car maintenant nous avons la peur. L’ange a dit à Daniel que la vision concernait ce qui allait arriver au peuple de Dieu dans le futur. D’autres visions de Daniel nous ont appris que Dieu allait restaurer son peuple, à la fin des 70 ans, mais surtout au retour de Jésus, c’est pourquoi nous devons être unis pour nous rappeler les uns aux autres lorsque nous avons peur. Daniel avait besoin d’aide, nous aussi. Il a reçu la force de l’ange et non de ceux qui ont fui. Ceux qui ont fui ne partageaient pas la compréhension et la foi de Daniel. Dans les Actes des Apôtres 10, nous avons l’exemple de l’unité démontrée par Corneille, sa famille et ses amis. Dans un sens, il était en unité avec les Juifs lorsqu’il les aidait, et aussi, dans une certaine mesure, avec Dieu. Il priait et aidait les autres. Pierre logeait chez Simon, un frère, et il partageait donc sa maison. La vision que Pierre a eue de la viande pure et de la viande impure a été pour lui une leçon d’unité, car le Seigneur lui a appris que rien de ce que Dieu fournit n’est impur, de sorte que l’Évangile du salut pouvait être étendu aux non-Juifs comme aux Juifs. Alors que Pierre pensait à cela, les visiteurs de Corneille sont arrivés avec le message. Pierre les accompagne, après que Dieu lui ait dit de les accompagner. Nous voyons là une unité partielle, mais pour qu’elle soit complète, il fallait aussi une unité de croyance. Toutes les personnes impliquées ont réalisé que pour être unies (un), elles devaient toutes accepter Jésus, et donc Dieu, et Corneille et sa famille ont été baptisés. Pour que nous soyons vraiment unis, nous devons avoir une croyance commune, un respect commun de Dieu et ne pas avoir de préjugés à l’égard de ceux qui partagent notre foi. Nos actes de culte et notre travail en commun ne peuvent être joyeux que si nous sommes unis. Les leçons de ces chapitres nous aident à nous rappeler que nous avons besoin des autres pour nous aider sur le chemin du salut, et que nous devons les aider aussi. Novembre

Le 2 Novembre

Le thème de l’unité se poursuit dans les lectures d’aujourd’hui. 2 Chroniques 31 montre comment le peuple qui vivait en Juda, c’est-à-dire tout Juda et ceux d’Israël qui y avaient émigré, a répondu à l’amour de Dieu et à son désir de mieux suivre les lois de Dieu après la célébration de la Pâque. Le verset 1 nous dit que tout le peuple est allé démolir tous les autels, c’est-à-dire qu’ils ont détruit tout ce qui s’interposait entre eux et Dieu, c’était leur priorité avant de rentrer chez eux. De la même manière, nous devrions aussi enlever toutes les choses impies qui nous empêchent d’être en unité avec Dieu et les uns avec les autres. Le roi Ézéchias a ensuite veillé à ce que les contributions aux Lévites, y compris les prêtres, soient réintroduites comme l’exigeait la loi de Moïse, verset 4. Cela a été fait avec enthousiasme et le peuple a également donné beaucoup, verset 5, il a donné tellement qu’il y avait beaucoup à stocker pour l’avenir, verset 10. Il s’agit d’une grande démonstration d’unité, de la façon dont les gens ont travaillé ensemble comme un seul homme, et surtout ils l’ont fait pour Dieu. Les magasins étaient organisés fidèlement, versets 11-12, et la distribution organisée, verset 15. Remarquez dans tous ces versets que beaucoup avaient des responsabilités pour travailler comme une unité. Les exigences relatives aux lévites ont été soigneusement prises en compte dans tout cela et Ézéchias et le peuple ont été fidèles, verset 20-21, et parce qu’Ézéchias a travaillé comme un seul homme, il a prospéré. Daniel 11 est un chapitre intéressant qui nous montre qu’il y aura une désunion centrée sur Israël, mais que personne n’aidera ceux qui ne sont pas unis à Dieu (verset 45). Lorsque nous en arrivons aux Actes 11 et 12, nous voyons de grands actes d’unité, mais aussi la facilité avec laquelle nous pouvons être désunis si nous ne réagissons pas de manière pieuse. Le verset 1 d’Actes 11 raconte que ceux qui étaient en Judée ont entendu que l’Evangile avait été prêché aux Gentils et que les Juifs convertis ont “contesté” Pierre, ce mot signifie qu’ils étaient “discriminatoires” envers Pierre et donc envers les Gentils, verset 2. Ils ont écouté les ragots et ne lui ont pas montré de respect pour avoir “mangé avec les Gentils” (verset 3). Cependant, ce qu’ils ont fait, c’est permettre à Pierre de parler et d’expliquer ses actions, à partir du verset 4, Pierre était également prêt à expliquer ce qui s’était passé. Tant de désunion est causée lorsque les gens n’écoutent pas ou n’expliquent pas les raisons de leurs actions, tous doivent être humbles et parler. Jusqu’au retour de Jésus, il y aura toujours des différences d’opinions sur les choses pieuses et nous devons en discuter et utiliser les exemples et les lois de Dieu pour rechercher et déterminer les décisions. Pierre a humblement expliqué tous les détails et les autres ont humblement écouté. Pierre a cité les enseignements de Jésus au verset 16-17 et a montré comment Dieu et Jésus lui ont dit, ainsi qu’à eux, de prêcher aux Gentils. Après avoir écouté, les frères et sœurs étaient heureux, verset 18. C’est ainsi que nous devrions aussi résoudre tout désaccord dans notre communauté : nous demandons, nous écoutons, nous expliquons et nous nous référons aux paroles de Dieu – le tout dans l’humilité et la prière, bien sûr. La leçon a été apprise et l’Évangile a continué à se répandre parmi les Gentils, par exemple au verset 20. Tous travaillant désormais dans l’unité, les frères de Jérusalem ont envoyé de l’aide à Antioche, verset 22. Le premier enseignement était de s’en tenir au message de Dieu à cause de sa grâce, verset 23, c’était la même réponse qu’au temps d’Ézéchias. Paul et Barnabus ont formé une équipe unie et ont travaillé ensemble, enseignant et donnant le bon exemple aux autres, de sorte que la première utilisation du terme “chrétien” a été utilisée pour décrire ceux qui étaient unis à la suite de Jésus, verset 26. L’unité fonctionne également sur le plan physique lorsque d’autres chrétiens ont entendu parler de la famine à venir (verset 29) et que de l’aide a été envoyée. Actes 12 nous parle de Pierre en prison et du miracle de son évasion. Il y a de nombreuses leçons pratiques à tirer de l’attitude de Pierre et de la paix dont il a fait preuve en prison, mais c’est la manière dont il a manifesté l’unité que nous retiendrons. Lorsqu’il a été libéré, le premier endroit où il est allé a été de prévenir ses frères et sœurs, il savait où ils seraient, verset 12. Savons-nous où trouver nos frères et sœurs lorsque nous avons besoin d’eux, savent-ils où nous trouver lorsque nous avons besoin d’eux ? C’est cela l’unité. Les frères et sœurs priaient pour Pierre, c’est aussi cela l’unité, tous se préoccupaient de lui, de même que nous devrions nous préoccuper les uns des autres. Pierre était préoccupé par le fait que Jacques et les autres frères aient été informés avant qu’il ne parte en hâte (verset 19), probablement pour se cacher et protéger ses frères et sœurs. Là encore, il s’agit d’unité, car il pensait aux autres. Dieu n’était pas content que l’impie Hérode se fasse passer pour un “dieu”, versets 22-23, il ne glorifiait pas Dieu et il est mort. Être un avec Dieu et les uns avec les autres devrait être notre objectif dans notre vie chrétienne. Le chapitre se termine par une autre démonstration d’unité, versets 24-25, Paul et Barnabus ont pris Marc avec eux pour leur voyage de prédication, personne ne considérait quelqu’un comme meilleur qu’un autre, tous travaillaient ensemble comme un seul homme. Novembre

Le 3 Novembre

Au cours des 14 premières années du règne d’Ézéchias, les croyants ont connu de bons moments. Il avait fait ce qui était juste aux yeux du Seigneur : il avait nettoyé le temple, rétabli le culte du temple, célébré la Pâque et mené d’autres réformes, en se débarrassant de tous les autels et hauts lieux païens, etc. Le prophète Ésaïe a également témoigné de la parole et de la volonté du Seigneur à cette époque. Cependant, la nation assyrienne est une source d’inquiétude : elle a pris le nord du royaume d’Israël et certaines des villes fortifiées de Juda, et elle attaque maintenant la ville voisine de Lachish, avec Jérusalem comme prochaine cible. Rien ne semble pouvoir résister aux armées de l’Assyrie. Si vous étiez un croyant vivant à Jérusalem, comment vous sentiriez-vous… feriez-vous confiance à votre roi et mettriez-vous votre vie entre ses mains, feriez-vous confiance à Dieu en sachant que sa volonté serait accomplie quoi qu’il arrive ? Sennacherib pose cette question au verset 10 : “En quoi as-tu confiance ?”. Il tente ensuite de diviser le peuple de Jérusalem de son Roi (.v11-12 et 15). Les Assyriens ont essayé d’effrayer le peuple de Jérusalem et ont prétendu être plus puissants que n’importe quel dieu, y compris le Dieu de Jérusalem. En tant que croyant, on pourrait avoir des inquiétudes ! !! Mais, en tant que vrai croyant, vous auriez su qu’il n’y a qu’un seul Dieu… les autres “dieux” sont les œuvres des mains de l’homme… ils sont impuissants… ils ne pouvaient pas entendre, aider ou faire quoi que ce soit. La volonté de Dieu serait faite… et sa parole a été apportée à Jérusalem par l’intermédiaire d’Isaïe. On trouve des exemples des paroles rassurantes d’Ésaïe dans Ésaïe 37, en particulier aux paragraphes 6 et 7 : ” Ne t’effraie pas des paroles que tu as entendues… “. J’enverrai un esprit sur lui… et je le ferai tomber par l’épée dans son pays”. Combien il est important de connaître la volonté de Dieu…. s’engager auprès de Celui qui sauve. Non seulement le Seigneur a révélé sa volonté pour Sennacherib, mais aussi pour son armée… Isa 31:8 “L’Assyrie tombera par une épée qui ne sera pas humaine…” En tant que croyant, non seulement vous auriez été fortifié par la foi dans la parole du Seigneur à travers Ésaïe, mais aussi par les paroles d’Ézéchias (.v7-8), ainsi que par le peuple qui “se réunissait/se réunissait” et aidait le roi à faire des préparatifs pour résister à tout siège . La ville de Jérusalem a été renforcée… mais plus important encore, le “cœur” de la ville a été renforcé… pour faire confiance au “Seigneur notre Dieu”. Et quelle joie, quand soudain, en une nuit, tout a changé… toute l’armée assyrienne a été détruite… par un ange faisant la volonté de Dieu. Ainsi, pour les croyants à travers l’histoire et maintenant… si nous confions nos vies au Seigneur, nous sommes réconfortés par le Dieu vivant et tout-puissant… 2Chron 32:8 “L’Éternel, notre Dieu, est avec nous, pour nous aider et pour combattre dans nos combats” Une seule chose peut nous séparer du Seigneur, c’est nous-mêmes. Dan 12 : Parler de ce dont nous sommes sûrs… attendre que le reste de l’Écriture s’accomplisse et soit ainsi révélé. Dans ce chapitre, Daniel (un homme très estimé aux yeux de Dieu) confesse qu’il n’a pas compris tout ce qui lui a été révélé… mais une chose dont il pouvait être sûr était sa résurrection à la vie éternelle. “Quant à toi, va jusqu’au bout de ton chemin. Tu te reposeras, et alors, à la fin des jours, tu te relèveras pour recevoir l’héritage qui t’est échu” Dan 12:13. Et, en réalité, une fois que ces mots ont été écrits, il n’y avait plus rien à dire… rien d’autre ne comptait… la promesse de la vie éternelle dans le royaume de Dieu avec des compagnons croyants de toutes les générations et nations. Les croyants veulent naturellement savoir quand toutes ces choses se produiront, mais le “quand” n’a pas d’importance, ni même le fait que nous soyons morts ou vivants, tout ce qui compte, c’est notre relation avec Dieu au jour le jour et tous les jours. Les croyants, dès le début, ont confessé que leur vie était avec le Dieu éternel, le créateur de toutes choses. Ils ” sont tous morts par la foi, sans avoir reçu les promesses, mais après les avoir vues de loin… ils les ont embrassées… “. Héb. 11:13… Ils ont cru à la résurrection des morts. Nous en voyons des exemples dans l’ancien testament : Abraham (Gen17:8), Job (ch19:25-27), Isaïe (ch 26:19), Daniel (ch12:2), etc. Tous, et bien d’autres, ont cru en leur résurrection au moment voulu… et ont attendu ce moment avec impatience. Jésus a été le premier à ressusciter des morts à la vie éternelle “le premier-né d’entre les morts” Colossiens 1:18. Le même Dieu qui a ressuscité Jésus a promis de ressusciter d’autres personnes à la vie éternelle… “ceux qui sont à Christ” et nous a dit quand “à la venue de Christ” 1 COR 15:20….. Faut-il en savoir plus ? Jésus réaffirme Dan 12:2 dans Jean 5:28-29 ” … l’heure vient où tous ceux qui sont DANS LES MORTS entendront sa voix et sortiront… ceux qui ont fait le bien, pour la résurrection de la vie, et ceux qui ont fait le mal, pour la résurrection de la condamnation”… Si nous faisons le “mal”, soit nous ne croyons pas Jésus, soit nous nous en fichons ! !! ACTES 13 : Que prêchons-nous ? Nous avons lu des discours qui ont été faits afin de prêcher l’évangile à toutes les nations… et nous avons lu un autre discours fait par Paul dans Actes 13. En lisant ce chapitre, nous pouvons nous rappeler ce que nous devons faire. La première partie du chapitre montre le Saint-Esprit à l’œuvre dans l’Église. Le Ciel et la Terre travaillent ensemble pour accomplir la volonté de Dieu, celle du salut. Ce chapitre nous rappelle qu’il faut prier, prier pour être guidé, pour avoir une idée, pour trouver les mots justes… tout. Nous prions pour que tout ce que nous faisons soit béni, mais parfois les mots semblent n’être que des “mots”… Nous devons prier avec un réel besoin URGENT, prier avec le bon motif… pas pour que NOTRE travail soit couronné de succès… mais pour que la volonté de DIEU soit faite et que le salut vienne à d’autres, qu’ils puissent eux aussi connaître et ressentir l’amour, la grâce et la vérité de Dieu et de son fils Jésus. Après la prière et les conseils, soyez prêts. Nous voyons que Paul et ses compagnons sont allés à la synagogue le jour du sabbat et se sont assis (.v14)… on leur a demandé un message d’encouragement. Paul ne s’est pas poussé en avant… ils ont attendu le moment. Prochaine leçon (.v16)… connaissez votre public… reconnaissez votre public dès le début… engagez-vous avec lui… en faisant cela, les mots deviennent personnels… et c’est ainsi que le Seigneur souhaite que le message soit… de Sa part… à chaque personne individuelle. “Hommes d’Israël et vous, païens, qui adorez Dieu”. .v17-22 : Paul donne une brève histoire d’Israël et de leur voyage de l’Egypte à David avec le Seigneur Dieu. Ces versets, pris isolément, n’auraient peut-être pas semblé pertinents pour les Gentils… mais dans ces mêmes Écritures, de Moïse (à partir de la Genèse) à David (et au-delà)… le plan de Dieu pour toute l’humanité était là, et l’accomplissement de ce plan dans la vie de Jésus… .v23 : de la “descendance de David, Dieu a fait venir en Israël le Sauveur Jésus, comme il l’avait promis”. .v26 : un rappel de l’objet de ce discours… le salut, pour toutes les nations. .v27 : .le peuple de Jérusalem “n’a pas reconnu Jésus” et a tué son sauveur.les écritures sont le moyen de reconnaître Jésus… surtout l’ancien testament. Jésus a fait la même chose sur la route d’Emmaüs (Luc 24)… et nous devrions faire de même, afin que davantage de personnes reconnaissent Jésus, non seulement le Jésus historique, mais aussi le Jésus vivant et ressuscité. .v 38 une autre leçon…essayez de garder le “cœur” du message simple. ” Je veux que vous sachiez que par Jésus, le pardon des péchés vous est annoncé “. Oui, c’est notre mission… prêcher Jésus et tout ce qu’il représente… et ce faisant, rendre les gens conscients de la gloire qui revient à Dieu. Novembre

Le 4 Novembre

Le verset 9 d’Actes 15 nous montre que dans l’Évangile, il n’y a pas de différence entre les Juifs et les Gentils, c’est-à-dire les non-Juifs. Dans l’Ancien Testament, Dieu a travaillé avec Israël qui a toujours une place spéciale dans le dessein de Dieu. Mais dans le Nouveau Testament, il est clair qu’il n’y a pas de différence entre les Juifs et les Gentils. Dans l’évangile de Jésus, Pierre décrit l’œuvre de Dieu comme une “purification par la foi”. Naturellement, nous sommes de faibles pécheurs et nous nous comportons mal, nous faisons des choses qui déplaisent à Dieu, mais Dieu est prêt à pardonner et nous sommes purifiés en montrant notre foi. Nous montrons notre foi par le baptême, Dieu pardonne alors et continue à travailler dans nos vies par la foi alors que nous pensons à l’enseignement et aux actions de Jésus-Christ et essayons de faire de même. Jacques dit au verset 17 que les païens “entrent”, donc des gens de toutes les nations peuvent faire partie du peuple de Dieu et “le nom de Dieu est invoqué sur eux”. Qu’est-ce que cela signifie ? Jérémie 32, verset 20, suggère que le nom de Dieu signifie sa réputation, c’est-à-dire que Dieu est connu pour avoir fait des choses merveilleuses pour sauver son peuple. Il a sauvé Israël d’Égypte avec les 10 plaies, où il a montré sa puissance et les gens qui en ont entendu parler ont été étonnés de la puissance de Dieu – c’est une grande réputation faite en sauvant son peuple, Israël, donc la réputation et le nom de Dieu concernent ses actions pour sauver son peuple. Son salut démontre son caractère, il est miséricordieux (Ex 34). Dieu est aussi, “vérité”, ce qu’il a promis s’est réalisé. Il a agi pour sauver à cause des promesses qu’il avait faites, donc les actions de Dieu sont fidèles à ses promesses et Dieu a eu pitié des esclaves qui souffraient en Egypte, donc il a fait preuve de miséricorde. C’est un Dieu qui sauve et qui révèle la gloire de son caractère, abondant en miséricorde et en vérité. Lorsque Dieu a fait ses promesses, il a parlé d’une alliance avec Abraham et Jérémie en parle dans Jérémie 32 verset 38, l’alliance permet à certains peuples d’être le peuple de Dieu et Dieu sera leur Dieu. Nous pouvons comparer cela à un mariage, où le couple promet d’être uni et la femme prend normalement le nom du mari, avec l’alliance que Dieu fait avec nous nous prenons le nom de Dieu. Le nom de Dieu est lié à Israël et son peuple a donc la responsabilité de témoigner pour lui et de se comporter d’une manière conforme à ses principes. Jérémie parle de ces choses parce qu’à l’époque le peuple était désobéissant à Dieu et que Dieu l’enverrait en captivité en conséquence. Dans Osée 1, Osée doit donner à ses enfants des noms différents pour parler du message de Dieu. Le premier fils du verset 4, Jezreel, a reçu ce nom parce que Dieu disperserait Israël à cause de ses péchés et que le jugement viendrait. Jezreel a deux significations liées, provenant de l’idée d’un fermier qui plante une récolte. À l’époque de la Bible, il jetait les graines sur le sol, il “dispersait la semence”, de sorte que la première signification est “Dieu disperse”. L’autre sens est “Dieu sème”. Dans Osée 1, la signification est d’abord “Dieu disperse”, le peuple sera dispersé dans différents pays à cause de sa méchanceté, mais Dieu avait promis à Abraham que le peuple aurait une place spéciale. Ainsi, dans Osée 1, nous voyons que Dieu va réaliser son dessein au verset 11 où Jezreel signifie “Dieu sème”. Ce verset dit aussi que Dieu donnera au peuple un chef, le Nouveau Testament dit que c’est Jésus-Christ, ce qui est lié à la signification de Jezreel – “Dieu sème”. La parabole du semeur (Matthieu 13) montre Jésus comme le fermier semant la graine, qui est la parole de Dieu. Les différents types de terre représentent les différents types de personnes qui ont entendu. La “bonne terre” est constituée des personnes qui ont reçu la semence (la parole de Dieu), l’ont aimée, l’ont comprise, y ont cru et, par la foi, sont devenues membres du peuple de Dieu. Bien que le peuple ait été dispersé, le dessein de Dieu s’est accompli. Osée a eu un autre fils, verset 9, le nom du fils signifie “pas mon peuple” parce que Dieu a dit à Israël “tu n’es pas mon peuple”. C’est le contraire de “Je serai ton Dieu”, car leur méchanceté a mis fin à l’alliance de Dieu. Mais le verset 10 contient la promesse que le peuple de Dieu ne sera plus séparé mais qu’il sera un et aura un chef pour l’unir. Le Nouveau Testament explique que cette promesse a été accomplie par l’œuvre de Jésus-Christ, mais qu’elle n’était pas limitée aux seuls Juifs, mais qu’elle était ouverte à toutes les nations qui pouvaient faire partie de la famille d’Abraham, et donc de la famille de Dieu, par la foi en Jésus-Christ. C’est ce que dit Jacques dans Actes 15, verset 17. La réputation de Dieu, la manière dont il a sauvé Israël d’Égypte, s’est maintenant exprimée de manière plus grande par la mort et la résurrection de Jésus-Christ. C’est de cette œuvre salvatrice que se souviennent ceux qui sont baptisés et participent ensemble au pain et au vin. Par cette œuvre salvatrice, Dieu a conclu une nouvelle alliance par la foi, permettant aux personnes de toutes les nations de devenir le peuple de Dieu. Pas seulement les Juifs, mais tous ces gens ont le nom de Dieu sur eux parce que, par la grâce de Dieu, ils ont bénéficié de son œuvre salvatrice en Jésus-Christ. Mais si le nom de Dieu est sur nous, nous avons la même responsabilité de vivre d’une manière qui plaise à Dieu, en modelant notre vie sur l’exemple de Jésus-Christ, qui a révélé dans sa propre vie le caractère de Dieu. Nous avons la même responsabilité de parler aux autres de l’œuvre salvatrice de Dieu. Dans le pain et le vin, nous rendons grâce pour la manière dont il nous a sauvés et nous sommes encouragés et motivés à vivre et à travailler à la manière de Dieu. Novembre

Le 6 Novembre

Dans 2Chroniques 35, Josias essayait d’amener le peuple à faire ce qu’il fallait, en regardant Exode 12 versets 2-5 et Nombres 28, nous voyons que l’agneau de la Pâque coûtait au peuple dans sa préparation, le même principe de préparation s’applique à nous aussi. Dans les Chroniques, nous voyons des mots et des principes qui sont répétés et il est important que nous y réfléchissions et que nous nous en souvenions. L’un de ces mots ou principes est “préparer” ou “préparation”, versets 9, 14 et 20. Pour suivre Jésus, nous devons nous préparer aux choses que nous faisons en le suivant, par exemple par la prière, la lecture, la réflexion, etc. La préparation du retour de Jésus-Christ se fait par les choses que nous faisons et en faisant ces choses, nous serons prêts lorsque Jésus reviendra, Luc 12 verset 42-43. Il veut que nous soyons prêts à aider nos frères et sœurs à tout moment, si nous ne le faisons pas, nous les maltraitons, verset 45, ceux qui n’aident pas leurs frères et sœurs sont perdus, ils font leurs propres affaires. De même qu’il fallait se préparer pour la Pâque, la personne de Dieu doit toujours s’occuper des autres, le serviteur a été surpris lorsque le maître est revenu, il ne s’est pas soucié de son frère, il a fait ce qu’il voulait et sera puni par son maître, verset 47, parce que le serviteur connaît déjà la volonté de son maître. Nous ne pouvons pas utiliser notre manque de capacités comme une excuse pour ne pas aider, notre lecture, notre louange et notre prière lorsque des frères et sœurs ont besoin de nous nous aident à être prêts lorsque Jésus reviendra. Il est également intéressant de noter qu’en préparation de la Pâque, ceux qui ont de petites familles doivent s’entraider et partager l’agneau, ainsi, en tant que famille de Dieu, nous nous entraidons tous. Osée est maintenant plus âgé dans Osée 3, la femme est également plus âgée et tous deux paient le prix de la mauvaise conduite de la femme. Osée a été seul et maintenant Dieu lui demande de montrer le même type d’amour que Dieu montre à tous ses infidèles. Osée doit maintenant montrer un véritable amour à sa femme qui lui a été si infidèle et qui a fini par le quitter pour d’autres hommes, malgré tout ce qu’il avait fait auparavant pour lui demander de rester. L’amour de Dieu est montré à ceux qui ne le méritent pas, et c’est ce qui a été montré à la femme qui a été abandonnée par les hommes dont elle était amoureuse. Pour survivre, elle s’était vendue comme esclave (verset 1), et Hosea a dû la racheter (verset 3). Le verset suggère qu’Hosea a donné tout ce qu’il avait pour la racheter, car il a dû utiliser à la fois de l’argent et de la nourriture pour compléter le total, il a tout donné – c’est ce que Dieu a donné pour nous donner l’opportunité du salut – il a donné son fils ! C’est cela l’amour, donner à ceux qui ne le méritent pas, c’est-à-dire aimer des gens comme nous en donnant son fils unique, cela a un coût ! Par conséquent, notre préparation doit aussi avoir un coût. Dans le cas d’Osée, le verset 3 dit qu’il y a eu une période d’essai avant qu’ils ne redeviennent intimes en tant que mari et femme, c’est la même chose pour nous, nous sommes dans une période d’essai maintenant que nous attendons le retour de Jésus pour voir si nous restons fidèles. Jésus reviendra, nous en sommes sûrs, et notre souffrance actuelle, alors que nous attendons patiemment, n’est rien comparée au merveilleux avenir qui nous a été promis. Dieu a donné une expérience de vie réelle à Osée pour que nous puissions en tirer des leçons. Osée aurait eu l’habitude de vivre sa propre vie, mais on lui a dit de se réconcilier, il a dû montrer les attributs de Colossiens 3 verset 12. Nous devons tous faire ce qui est juste, nous devons tous changer nos vies pour faire et être ce que Dieu veut, c’est-à-dire l’humilité et la douceur – cela devrait avoir une grande signification pour nous comme nous le lisons dans Jacques 3 verset 13, et est démontré par une bonne vie. Nos actes et notre bonne vie démontrent que nous avons de la compréhension et la Pâque nous montre que nous devons être prêts à changer – nous devons regarder nos actes et voir s’ils reflètent ce que Dieu veut. Nous réunissons-nous seulement pour notre “repas de la Pâque”, c’est-à-dire la fraction du pain, lorsque nous avons des visiteurs ou donnons-nous le bon exemple en nous réunissant tous les dimanches comme Jésus le veut ? Passons-nous notre temps en “disputes stupides et insensées”, 2Timothée 2 versets 23-26, ou les gens nous voient-ils comme des ambassadeurs, vivant leur vie en faisant les bonnes choses, en étant gentils et en enseignant, etc. Dans Actes 17, nous lisons que les Béréens ont vérifié ce qui leur a été dit, verset 11, c’est toujours une bonne pratique et c’est important si nous voulons comprendre la signification de la résurrection. Versets 3-4, nous sommes sûrs de la résurrection et c’est elle qui garantit la vie éternelle. Les versets 24-28 parlent de cette nouvelle vie après que Jésus aura jugé le monde. Jésus jugera ceux qui ont entendu l’évangile et qui ont essayé de vivre de la bonne manière et les accueillera dans le royaume pour toujours, ceux qui suivent le système du monde seront exclus et leurs systèmes et nations seront détruits. Au verset 22, lorsque Paul s’est adressé aux habitants d’Athènes, il les a complimentés parce qu’ils étaient “religieux” et qu’ils avaient un enseignement développé. Paul essaie de leur parler de Dieu, tout comme Dieu lui-même avait un plan pour essayer de convaincre les Juifs qui étaient en captivité à Babylone de revenir à lui (Jérémie 29, versets 10-13). Dieu peut être “trouvé” par n’importe qui, où qu’il soit, et Dieu veut que tous le cherchent et le trouvent afin que tous puissent bénéficier d’une espérance future. Le mot “espérance” peut signifier “corde”. L’espérance est donc comme une corde à laquelle nous pouvons nous accrocher et qui nous aide à attendre patiemment le retour de Jésus. Jésus revient pour établir le royaume de son père et nous avons cette espérance (corde) à laquelle nous pouvons nous accrocher. Le message est donc de chercher Dieu, de ne pas lâcher la corde parce que nous avons un avenir merveilleux devant nous, les images d’Esaïe 2, 11, 35 et 65 nous donnent toutes des images d’un temps où il n’y aura plus de souffrance, plus de maladie, etc. et où nous allons voir le roi ! Nous devons croire et tester ce qu’on nous dit, nous devons faire les mêmes choses que ce qu’on nous dit et continuer à examiner car notre seul espoir est dans le Royaume de Dieu. Novembre

Le 5 Novembre

2 Chroniques 34 traite du renouvellement par Josias de l’alliance (contrat) avec Dieu que le peuple avait rompu en remplaçant Dieu par des idoles et des choses impies. Versets 29-32. Josias était déterminé à ce que lui et le peuple corrigent les choses qui avaient mal tourné et pour corriger le fait qu’ils avaient désobéi à Dieu, il était déterminé à enseigner à nouveau les choses de Dieu au peuple. Josias avait déjà commencé à corriger les choses qui n’allaient pas au début de son règne, probablement sur la base des sages conseils des personnes pieuses qui l’entouraient, par exemple Shaphan, Hilkija et peut-être son grand-père Manassé, désormais repentant et humilié. Cependant, lorsque le livre de la loi a été retrouvé pendant la restauration du temple, Josias et les autres se sont rendu compte qu’ils ne suivaient toujours pas les lois de Dieu correctement, ce qu’ils faisaient avait subtilement changé parce que les prêtres n’avaient pas lu le livre de la loi. Cela doit être une grande leçon pour nous aussi, pour nous rappeler que nous devons toujours vérifier notre compréhension de ce que Dieu veut que nous fassions et comment agir dans nos vies. La réaction de Josias en apprenant ses erreurs et celles de son peuple montre combien il pensait qu’il était important de suivre la loi de Dieu, verset 19-21. Il a alors envoyé demander à Dieu, et la prophétesse lui a confirmé que Dieu punirait Israël à cause de son rejet de lui, mais que, parce que Josias s’était humilié, il ne verrait pas les résultats du châtiment car il mourrait avant. Même s’il savait cela, il était toujours déterminé à détruire complètement les images et les hauts lieux et à enseigner au peuple en lui lisant la loi. Osée était un modèle de la façon dont le peuple de Dieu avait répondu à Dieu, ce qui a eu pour conséquence une vie vraiment triste pour Osée, qui a dû faire face aux enfants d’autres hommes issus de sa femme infidèle – cela nous donne une indication de ce que Dieu ressent lorsque les gens pèchent. La femme d’Osée finit par le quitter complètement pour suivre d’autres hommes, le laissant s’occuper des enfants qui n’étaient pas les siens, leurs noms le lui rappelant sans cesse. Seul son premier fils, qui était son propre fils, est resté fidèle, ses autres enfants ont suivi sa femme infidèle, donc dans le symbole Dieu n’avait que son propre fils qui était fidèle. Dans Osée 2, verset 16, nous avons la promesse que sa femme infidèle reviendra et, preuve supplémentaire de l’amour de Dieu, ne l’appellera plus “maître” (Baali) mais “mari” (Ishi). Le mot Baali a également un lien avec le culte des idoles, en particulier Baal, de sorte que la réconciliation impliquera un pardon et une repentance. Le symbole de Jezreel nous fait penser à Jésus et c’est seulement par lui que le nom des pécheurs sera changé de “ceux qui n’ont pas eu pitié” à “avoir pitié” et qu’ils seront appelés le peuple de Dieu et qu’ils l’appelleront leur Dieu. Il en est de même pour nous, c’est seulement en Jésus que nous pouvons avoir la miséricorde et être les enfants de Dieu. Il est donc important que nous apprenions tous ce que Dieu veut, nous ne pouvons pas dire que nous sommes des disciples de Dieu si nous n’essayons pas de faire ce qu’il veut et de croire ce qu’il enseigne. En Actes 16, nous apprenons que le cœur de Lydie a été ouvert pour apprendre, verset 14. Elle adorait Dieu, mais elle voulait que Paul lui en apprenne davantage sur Dieu, Jésus et le royaume sur terre, et c’est pourquoi elle a été baptisée. Tous les membres de sa famille ont été baptisés également, ils ont tous fait une alliance pour suivre l’enseignement de Dieu. Un principe chrétien important apparaît dans les versets 23-40. Paul et Silas ont été mis en prison à cause de la plainte des “maîtres” de la jeune fille dont ils utilisaient la maladie mentale pour gagner de l’argent. Pendant leur séjour en prison, ils ont été gardés dans un endroit aussi sûr que possible afin qu’ils ne puissent pas s’échapper. Même s’ils étaient en prison, Paul et Silas priaient, chantaient et enseignaient sans doute aux autres prisonniers. Ils ont fait une impression pieuse, car pendant le tremblement de terre, lorsque toutes les portes ont été ouvertes et que les chaînes des prisonniers ont été libérées, aucun d’entre eux ne s’est échappé. Telle était l’impression qu’ils faisaient, non seulement sur les prisonniers mais aussi sur le geôlier. La leçon à tirer ici est que Dieu devrait avoir un impact sur tous les aspects de notre vie, nous devrions louer toute situation dans laquelle nous nous trouvons car nous devrions constamment démontrer que nous sommes à Dieu et que nous le suivons. La réaction du geôlier confirme certainement que nous enseignons dans tous les aspects de notre vie. Si nous voulons être sauvés, nous devons croire en notre Seigneur Jésus et le démontrer dans notre façon de vivre. Novembre

Le 6 Novembre

Dans 2Chroniques 35, Josias essayait d’amener le peuple à faire ce qu’il fallait, en regardant Exode 12 versets 2-5 et Nombres 28, nous voyons que l’agneau de la Pâque coûtait au peuple dans sa préparation, le même principe de préparation s’applique à nous aussi. Dans les Chroniques, nous voyons des mots et des principes qui sont répétés et il est important que nous y réfléchissions et que nous nous en souvenions. L’un de ces mots ou principes est “préparer” ou “préparation”, versets 9, 14 et 20. Pour suivre Jésus, nous devons nous préparer aux choses que nous faisons en le suivant, par exemple par la prière, la lecture, la réflexion, etc. La préparation du retour de Jésus-Christ se fait par les choses que nous faisons et en faisant ces choses, nous serons prêts lorsque Jésus reviendra, Luc 12 verset 42-43. Il veut que nous soyons prêts à aider nos frères et sœurs à tout moment, si nous ne le faisons pas, nous les maltraitons, verset 45, ceux qui n’aident pas leurs frères et sœurs sont perdus, ils font leurs propres affaires. De même qu’il fallait se préparer pour la Pâque, la personne de Dieu doit toujours s’occuper des autres, le serviteur a été surpris lorsque le maître est revenu, il ne s’est pas soucié de son frère, il a fait ce qu’il voulait et sera puni par son maître, verset 47, parce que le serviteur connaît déjà la volonté de son maître. Nous ne pouvons pas utiliser notre manque de capacités comme une excuse pour ne pas aider, notre lecture, notre louange et notre prière lorsque des frères et sœurs ont besoin de nous nous aident à être prêts lorsque Jésus reviendra. Il est également intéressant de noter qu’en préparation de la Pâque, ceux qui ont de petites familles doivent s’entraider et partager l’agneau, ainsi, en tant que famille de Dieu, nous nous entraidons tous. Osée est maintenant plus âgé dans Osée 3, la femme est également plus âgée et tous deux paient le prix de la mauvaise conduite de la femme. Osée a été seul et maintenant Dieu lui demande de montrer le même type d’amour que Dieu montre à tous ses infidèles. Osée doit maintenant montrer un véritable amour à sa femme qui lui a été si infidèle et qui a fini par le quitter pour d’autres hommes, malgré tout ce qu’il avait fait auparavant pour lui demander de rester. L’amour de Dieu est montré à ceux qui ne le méritent pas, et c’est ce qui a été montré à la femme qui a été abandonnée par les hommes dont elle était amoureuse. Pour survivre, elle s’était vendue comme esclave (verset 1), et Hosea a dû la racheter (verset 3). Le verset suggère qu’Hosea a donné tout ce qu’il avait pour la racheter, car il a dû utiliser à la fois de l’argent et de la nourriture pour compléter le total, il a tout donné – c’est ce que Dieu a donné pour nous donner l’opportunité du salut – il a donné son fils ! C’est cela l’amour, donner à ceux qui ne le méritent pas, c’est-à-dire aimer des gens comme nous en donnant son fils unique, cela a un coût ! Par conséquent, notre préparation doit aussi avoir un coût. Dans le cas d’Osée, le verset 3 dit qu’il y a eu une période d’essai avant qu’ils ne redeviennent intimes en tant que mari et femme, c’est la même chose pour nous, nous sommes dans une période d’essai maintenant que nous attendons le retour de Jésus pour voir si nous restons fidèles. Jésus reviendra, nous en sommes sûrs, et notre souffrance actuelle, alors que nous attendons patiemment, n’est rien comparée au merveilleux avenir qui nous a été promis. Dieu a donné une expérience de vie réelle à Osée pour que nous puissions en tirer des leçons. Osée aurait eu l’habitude de vivre sa propre vie, mais on lui a dit de se réconcilier, il a dû montrer les attributs de Colossiens 3 verset 12. Nous devons tous faire ce qui est juste, nous devons tous changer nos vies pour faire et être ce que Dieu veut, c’est-à-dire l’humilité et la douceur – cela devrait avoir une grande signification pour nous comme nous le lisons dans Jacques 3 verset 13, et est démontré par une bonne vie. Nos actes et notre bonne vie démontrent que nous avons de la compréhension et la Pâque nous montre que nous devons être prêts à changer – nous devons regarder nos actes et voir s’ils reflètent ce que Dieu veut. Nous réunissons-nous seulement pour notre “repas de la Pâque”, c’est-à-dire la fraction du pain, lorsque nous avons des visiteurs ou donnons-nous le bon exemple en nous réunissant tous les dimanches comme Jésus le veut ? Passons-nous notre temps en “disputes stupides et insensées”, 2Timothée 2 versets 23-26, ou les gens nous voient-ils comme des ambassadeurs, vivant leur vie en faisant les bonnes choses, en étant gentils et en enseignant, etc. Dans Actes 17, nous lisons que les Béréens ont vérifié ce qui leur a été dit, verset 11, c’est toujours une bonne pratique et c’est important si nous voulons comprendre la signification de la résurrection. Versets 3-4, nous sommes sûrs de la résurrection et c’est elle qui garantit la vie éternelle. Les versets 24-28 parlent de cette nouvelle vie après que Jésus aura jugé le monde. Jésus jugera ceux qui ont entendu l’évangile et qui ont essayé de vivre de la bonne manière et les accueillera dans le royaume pour toujours, ceux qui suivent le système du monde seront exclus et leurs systèmes et nations seront détruits. Au verset 22, lorsque Paul s’est adressé aux habitants d’Athènes, il les a complimentés parce qu’ils étaient “religieux” et qu’ils avaient un enseignement développé. Paul essaie de leur parler de Dieu, tout comme Dieu lui-même avait un plan pour essayer de convaincre les Juifs qui étaient en captivité à Babylone de revenir à lui (Jérémie 29, versets 10-13). Dieu peut être “trouvé” par n’importe qui, où qu’il soit, et Dieu veut que tous le cherchent et le trouvent afin que tous puissent bénéficier d’une espérance future. Le mot “espérance” peut signifier “corde”. L’espérance est donc comme une corde à laquelle nous pouvons nous accrocher et qui nous aide à attendre patiemment le retour de Jésus. Jésus revient pour établir le royaume de son père et nous avons cette espérance (corde) à laquelle nous pouvons nous accrocher. Le message est donc de chercher Dieu, de ne pas lâcher la corde parce que nous avons un avenir merveilleux devant nous, les images d’Esaïe 2, 11, 35 et 65 nous donnent toutes des images d’un temps où il n’y aura plus de souffrance, plus de maladie, etc. et où nous allons voir le roi ! Nous devons croire et tester ce qu’on nous dit, nous devons faire les mêmes choses que ce qu’on nous dit et continuer à examiner car notre seul espoir est dans le Royaume de Dieu. Novembre

Le 7 Novembre

Actes 20, verset 32, parle de la parole de la grâce pour édifier tous ceux qui sont sanctifiés – Paul nous exhorte donc tous à prêter attention à la parole de Dieu. Si nous y prêtons attention, elle est capable de nous édifier, de nous fortifier et de nous aider à obtenir un héritage, c’est-à-dire une place dans le royaume parmi ceux qui sont saints, c’est-à-dire nous ! Nous sommes rendus saints en Jésus, avec nos péchés pardonnés, par la foi en son sacrifice, et nous nous en souvenons en mangeant le pain et le vin chaque dimanche. Bien que nous soyons rendus justes, nous devons toujours faire attention aux paroles de Dieu – nous avons tous besoin d’être instruits pour savoir comment agir et penser. Dans l’Ancien Testament, il y avait un problème parce que le peuple cessait de prêter attention à ce que Dieu disait et accumulait les mauvais comportements et, à la fin, Dieu le punissait. Osée 4, verset 1, montre que le peuple ne pensait pas à la miséricorde de Dieu à son égard, car il ne faisait pas preuve de miséricorde envers les autres parce qu’il ne connaissait pas Dieu. Pour les Christadelphiens, nous avons une certaine connaissance des premiers principes avant le baptême, c’est parce que nous devons donner un sens à notre baptême pour savoir ce que Dieu veut que nous pensions et fassions. C’est pourquoi nous posons toujours quelques questions à la personne qui veut être baptisée avant de la baptiser, ce qui lui donne l’occasion de démontrer une certaine connaissance du salut qu’elle accepte et de la manière dont elle doit réagir à cette connaissance. Ils ont besoin de savoir qu’accepter Dieu serait la bonne chose pour eux et que nous savons que nous pouvons être en communion par notre connaissance partagée. Nos leçons de l’Ancien Testament nous montrent que nous devons avoir une foi qui doit être préservée – nous le faisons en améliorant toujours notre connaissance de ce que Dieu veut que nous croyions et fassions – c’est ce qui nous garde fidèles. Israël a oublié la connaissance et lorsqu’il a oublié la connaissance, il a commencé à se comporter mal et à déplaire à Dieu. Avec la connaissance, nous connaissons la vérité et la miséricorde de Dieu – nous savons que Dieu est vrai, nous savons que Dieu est lumière, en qui il n’y a pas de ténèbres, donc la vérité de Dieu doit être honorée. Dans son sacrifice, Jésus a honoré Dieu, et ses critères de vérité reflétaient ceux de Dieu ; il l’a démontré en se laissant crucifier alors qu’il aurait pu se sauver de la croix. Il s’est laissé tuer par des hommes méchants lors d’une crucifixion publique. Pendant la fraction du pain, il nous est demandé de nous souvenir de la mort d’un homme juste, qui a toujours obéi et a été fidèle, il n’a pas péché. Jésus s’est laissé mourir. Jésus avait la même nature que nous – il avait le même corps que nous – il a subi les mêmes tentations que nous, mais contrairement à nous, il était sans péché, il n’a pas péché. Il devait avoir notre même corps pour pouvoir agir en notre nom devant Dieu, il s’est laissé mourir, il a suivi, il a déclaré, il a montré la justice et il a montré la vérité, ainsi Jésus a dit à travers tout cela qu’il “croyait Dieu”. De même, notre nature humaine doit mourir et nous devons accepter que Dieu a raison. Par conséquent, comme Jésus qui a choisi de mourir en harmonie avec la vérité de Dieu, nous devons faire de notre mieux pour mettre à “mort” nos tendances humaines naturelles. Dieu est miséricordieux – dans le pain et le vin, la vérité et la miséricorde de Dieu se rejoignent, Jésus s’est engagé à respecter la norme de vérité de Dieu, mais aussi par amour, c’est-à-dire que Dieu a fait mourir Jésus pour nous. Ainsi, dans la miséricorde de Dieu, nos péchés peuvent être pardonnés – sa miséricorde s’est exprimée en donnant son fils. Parce que nous comprenons ces choses, nous savons comment vivre, et nous devons faire de notre mieux pour refléter la vérité de Dieu, par exemple le verset 2, qui reflète alors la miséricorde de Dieu. Nous devons donc apprendre et enseigner la vérité de la Bible qui nous dit comment être sauvés, afin de ne jamais perdre la connaissance de la vérité de Dieu et de sa miséricorde, 4 verset 6. Israël a été puni parce qu’il a perdu la connaissance (Juda a subi la même chose – 2Chron36) et a préféré les idées et la “connaissance” des hommes, c’est pourquoi Dieu l’a rejeté. C’est le même usage que fait Paul dans les Actes lorsqu’il parle de la grâce, en disant que nous devrions prêter attention à l’enseignement de Dieu pour nous rappeler de suivre notre connaissance de Dieu. Nous continuerons toujours à grandir et nous nous améliorerons dans notre façon d’agir lorsque nous continuerons à écouter la connaissance de Dieu. Les derniers rois méchants de Juda sont répertoriés dans 2Chroniques 36, versets 2, 5, 9 et 11 – le peuple et les derniers objets restants dans le temple ont tous disparu – tout cela parce qu’ils ont oublié Dieu et la connaissance, verset 14. Malgré le rappel de Jérémie au peuple, verset 12, il n’y a pas eu d’humilité, le peuple est resté fier. Jérémie 22:1-7 dit que nous devons obéir et au verset 10 Jérémie pensait à Josias, il était bon et avait un espoir donc ne pleurez pas pour lui. Par contre, pleurez pour Joachaz car il n’avait pas d’espoir en Egypte ; Jojakim, verset 13-24, s’est mal comporté, il s’est construit une grande maison, mais cela n’allait pas le sauver, verset 15-16. Josias a été béni parce qu’il a cru et agi d’une manière qui plaisait à Dieu dans son comportement, sa connaissance et ses actions – c’était son mode de vie, comme cela devrait être le nôtre. Nous avons la responsabilité d’essayer de vivre d’une manière juste et de démontrer ce qui est important dans notre vie par nos actions. Novembre

Le 8 Novembre

Les deux derniers versets de 2 Chroniques sont les deux premiers mots d’Esdras. Cela permet de considérer les livres d’Esdras et de Néhémie comme le troisième livre des Chroniques. Il s’agit d’une continuation des relations de Dieu avec Son peuple après le temps des Chroniques. Dieu avait envoyé Babylone contre son peuple et celui-ci avait été emmené en captivité à Babylone. Maintenant, Dieu a envoyé un autre roi pour les faire sortir de captivité. L’entrée et la sortie de captivité, ainsi que leur calendrier, faisaient partie du plan de Dieu. Dans Esaïe 45:1 et 45:13, nous lisons que Dieu avait prévu que Cyrus fasse cela, avant même que Cyrus ne soit né. Lorsque Cyrus est né et est devenu roi, Dieu a fait bouger le cœur de Cyrus pour ramener le peuple de Dieu de la captivité (Esdras 1:1). Dieu peut facilement changer le cœur d’un roi pour réaliser son dessein (Proverbes 21:1). Esdras ajoute des mots supplémentaires à ce qui a été dit à la fin de 2 Chroniques. Esdras donne le but du retour des Juifs, qui est de construire le temple de Dieu à Jérusalem. Dans ce but, Cyrus a donné des vases provenant du temple original de Jérusalem, et a facilité le voyage des Juifs pour installer le temple. Cela devait inclure des prêtres et des lévites pour le service du temple. Une liste des vases et des personnes concernées nous est donnée dans Esdras 1 et 2 (et Néhémie 7). Nous avons répertorié un grand nombre de ces objets et de ces personnes, mais pas tous. Le nombre total de personnes était de 42360, à partir desquelles ils ont commencé à construire une nouvelle nation dans la terre de la promesse. Il existe une autre liste d’exilés de retour dans Esdras 8. Osée 5 décrit la situation qui a poussé Israël à s’exiler en premier lieu. Bien que ce soit le royaume d’Israël du nord qui ait été envahi et envoyé en captivité par les Assyriens, la majeure partie de Juda est également partie en exil à l’époque d’Ézéchias. Dans Osée, Dieu explique pourquoi cela s’est produit. Même s’ils continuaient à offrir des sacrifices à Dieu (verset 6), leur cœur n’était pas avec Dieu. Leur religion était une religion de spectacle. Mais Dieu n’était pas dupe de leurs performances. Il pouvait voir ce qui était caché dans leur cœur (verset 3). Ce que Dieu a vu était une prostitution spirituelle et une corruption spirituelle (verset 3). En fait, le cœur était tellement atteint qu’ils étaient désormais incapables de revenir à Dieu (verset 4). Cela signifie que la destruction et l’exil étaient la seule solution au problème. Les prêtres et la maison royale étaient les pires (verset 1). Dieu décrit leur maladie spirituelle comme une blessure qui ne peut être guérie. Même dans leur maladie, ils n’ont pas cherché Dieu et ne se sont pas repentis. Ils ont cherché le roi d’Assyrie pour les sauver (verset 13). Bien que l’Assyrie ait été la nation qui devait les punir, Dieu a clairement indiqué que le châtiment venait en fait de lui. Dieu était le lion qui allait les emporter sans que personne ne puisse sauver Israël (verset 14). Dieu attendrait ensuite que son peuple reconnaisse sa culpabilité en exil (verset 15). Nous savons que cela s’est produit grâce à des hommes fidèles comme Daniel, Esdras et Néhémie. Dans Actes 21 et 22, nous avons une autre période où le peuple de Dieu avait une religion de spectacle. Ils ne suivaient pas Dieu intérieurement, mais seulement extérieurement. Cette fois, leur spiritualité a été exposée par l’arrivée de Paul à Jérusalem. Paul avait dit aux anciens d’Éphèse qu’il était en route pour Jérusalem, où il rencontrerait des difficultés et serait emprisonné (Actes 20:22-23). Alors qu’il se rendait à Jérusalem, d’autres personnes lui ont dit la même chose (Actes 21:4, 11). Paul a dit à ces personnes qu’il était prêt à mourir si nécessaire (verset 14). Nous pouvons imaginer que Paul pensait qu’il devait mourir à cause de ce qu’il avait fait à Étienne (Actes 8:1) et à d’autres. À cet égard, Paul était comme Jésus allant à Jérusalem. À Jérusalem, nous apprenons que les croyants juifs gardaient encore la loi de Moïse (Actes 21:20). Nous nous souvenons de l’attitude de Paul envers les Juifs afin de les gagner à l’Évangile. Paul a dit : “Aux Juifs, je suis devenu comme un Juif, pour gagner les Juifs” (1 Corinthiens 9:20). Il l’a fait maintenant en payant les frais d’observation de la loi pour certains croyants (verset 24). Il est probable qu’il s’agissait du vœu nazaréen (Nombres 6). Cependant, comme Jésus, Paul a été faussement arrêté et faussement accusé. L’officier romain a été autorisé à parler au peuple. Paul a donné un témoignage personnel de sa conversion, mais cela n’a pas convaincu la foule. Ils voulaient tuer Paul (22:22) et ont enlevé leurs manteaux pour s’y préparer (22:23). Paul a été sauvé par les Romains. Comme Jésus, il a été injustement flagellé et détenu. Comme Jésus, il a été jugé devant les magistrats romains. Mais contrairement à notre Seigneur, Paul n’a pas eu à mourir. Nos chapitres nous ont appris que Dieu peut voir le cœur. La religion de la performance n’est pas acceptable pour lui. Nous devons aimer Dieu véritablement du fond du cœur. Si nous le faisons, alors il est capable de nous sauver de notre captivité, qui est une captivité au péché et à la mort. Nous ne devons pas craindre la mort, car Dieu est capable de nous sauver de celle-ci également. Nous devons remercier Dieu de ne pas avoir à souffrir autant que Jésus ou Paul. Mais nous devons défendre ce qui est juste, même si c’est impopulaire, et aimer Dieu de tout notre cœur.  Novembre

Le 9 Novembre

En Esdras 3, le peuple se préparait à construire le temple de la même manière que Salomon. Comme Salomon, ils utilisèrent des arbres du Liban. Cela donne une image des gentils, représentés par les arbres du Liban, qui sont intégrés dans le temple de Dieu. À l’époque de Salomon, Israël avait conclu une alliance avec Tyr au Liban, parce qu’ils avaient appris à connaître le vrai Dieu par David. Pour la vie, nous devons être en relation d’alliance avec Dieu. En Esdras 3 et 4, les exilés de retour au pays devaient exclure ceux qui n’étaient pas dans cette relation d’alliance de l’aide à la reconstruction du temple. Il était plus difficile de maintenir la séparation car ils étaient peu nombreux, l’exclusion était donc importante. Certains gentils étaient déjà dans la relation d’alliance, nous l’avons lu dans Josué et ces gens sont devenus les “Nethinim” qui faisaient encore partie d’Israël à l’époque décrite dans Esdras (voir Esdras 2) et le Liban était à l’époque de Salomon. Par conséquent, les habitants du pays ont été exclus non pas parce qu’ils étaient des Gentils mais parce qu’ils n’étaient pas en relation d’alliance. La séparation est la clé et nous devons faire attention à notre culte, il est juste de se mélanger pour enseigner et donner l’exemple, mais nous devons faire attention à notre culte. Si nous adorons Dieu d’une mauvaise manière, nous passons à côté de l’essentiel. Notre temple (corps) doit être construit sur la base de la Bible. Nous ne devons pas faire de compromis. Faites attention au principe de la séparation en lisant les livres d’Esdras et de Néhémie, il se répète plusieurs fois. Esdras 4 rapporte une lettre envoyée à l’empereur par les ennemis des Juifs. En conséquence, les travaux de construction qu’ils effectuaient se sont arrêtés pendant environ 15 ans. Ils sont retournés construire le temple, mais la lettre de leurs ennemis montre qu’ils ont aussi construit la muraille de la ville. Dans Néhémie 1, verset 3, la muraille avait été démolie et brûlée. Il semble que ce soit la “nouvelle” muraille construite en Esdras, détruite par les ennemis des Juifs lorsque l’empereur les soutenait. 15 ans plus tard, sous l’impulsion d’Aggée et de Zacharie, ils ont recommencé à construire le temple, et non la muraille. Aggée a dit qu’ils auraient dû construire le temple et non leurs propres maisons ! Nous avons un travail à faire dans la construction de notre “temple” mais les choses viennent et nous arrêtent parce que nous sommes déçus – nous commençons alors à avoir d’autres priorités mais notre leçon devrait être que la première priorité est de continuer. Les gens essayaient de décourager les autres. Continuez à avancer ! Dieu utilise les difficultés qui surgissent dans la vie pour développer notre rôle et notre caractère. Ésaïe 49, un des chants de serviteurs d’Ésaïe, qui prophétise Jésus, en donnant ses pensées. Regardez le verset 4, même Jésus pensait qu’il avait travaillé dur pour rien, mais il a continué – il savait que le travail était avec son Dieu. Le verset 6 est la réponse de Dieu ! Dieu a un grand dessein, celui de sauver le monde, et il a encouragé Jésus dans cette voie – il ne s’agit pas de petites choses, mais de contribuer, à notre petite échelle, au grand dessein de Dieu. Caleb a encouragé les Israélites à réussir même s’ils ressemblaient à des “sauterelles”, mais malheureusement le peuple n’a pas cru. Caleb et Josué ont tous deux reçu ce qui avait été promis, ils n’ont pas perdu espoir. Esdras 3:12 – les personnes âgées n’avaient pas perdu leur foi et leur espoir. Esdras 3 contient un lien avec les choses que David avait organisées ainsi qu’avec celles qui se sont déroulées entre Salomon et cette époque. Le mot “mettre en avant” vient d’un mot signifiant “briller de loin”, il peut signifier quelqu’un qui a de “l’honneur”, il est remarqué par les autres. Dans ce cas, les lévites ont été chargés de superviser le travail. C’est une leçon pour nous qui construisons la maison de Dieu, nous devons briller et donner l’exemple aux autres – construire une ecclésia ne consiste pas à dire aux autres ce qu’ils doivent faire, mais à donner l’exemple. Jésus parle d’une ville sur une colline, faisant référence à Jérusalem qui, lors des fêtes du temple, avait des chandeliers dans le temple qui pouvaient être vus de loin. Les croyants devraient être comme cela et briller en donnant l’exemple. Novembre

Le 10 Novembre

EZRA 5-6…. “Lettres”. Les prophètes Aggée et Zacharie ont prophétisé aux Juifs. Qu’ont-ils dit ? Pour donner de l’espoir à une nation apparemment sans espoir ? Par la volonté de Dieu, nous, chrétiens de 2021, pouvons aller chercher une “lettre” écrite par Aggée il y a 2540 ans ! Nous pouvons voir(entendre) ce que Dieu disait au peuple de Juda et de Jérusalem, à travers les paroles inspirées d’Aggée. Nous n’avons pas besoin de faire des centaines de kilomètres pour chercher dans une bibliothèque, nous avons les mots d’Aggée parmi les autres “lettres” que Dieu a choisi de parler à Son peuple. Quels sont les mots que Dieu a choisis pour inspirer son peuple à redevenir son peuple ? Ag 1:7 “Considérez vos voies… bâtissez le temple, afin que j’y prenne plaisir et que je sois glorifié”. Ag 1:12 Le peuple obéit à la voix du Seigneur. Ag 1,14 Ainsi, le Seigneur stimula leur esprit pour qu’ils fassent la volonté de Dieu. Hag 2 : un message personnel à certains individus et au reste du peuple : “Soyez forts… car je suis avec vous”. En faisant confiance à Dieu et en suivant ses instructions, ils devaient aussi voir une image plus grande d’un futur “temple”, plus glorieux que celui de Salomon, dans lequel toutes les nations viendraient se prosterner et rendre gloire à Dieu. Nous, chrétiens, “avons été édifiés sur le fondement des apôtres (lettres) et des prophètes (lettres), Jésus-Christ lui-même étant la principale pierre angulaire, en qui tout l’édifice, s’ajustant les uns aux autres, s’élève pour former un temple saint dans le Seigneur. Éphésiens 2:20-21. Lorsque nous écrivons des lettres à quelqu’un, nous choisissons les mots en fonction du destinataire. Ainsi, en regardant la lettre de Tattenai à Darius, nous pouvons deviner qu’il considérait Darius comme un dirigeant “juste”, capable de prendre des décisions sages, un dirigeant en qui il pouvait avoir confiance. Tattenai se plonge dans l’histoire pour donner des informations précises et pertinentes (sans préjugés !) à Darius. J’aime la description que les peuples font d’eux-mêmes au verset 11 : “Nous sommes les serviteurs du Dieu du ciel et de la terre”. La raison de l’écriture à Darius était de vérifier si les Juifs reconstruisaient le temple selon la volonté du roi Cyrus, quelque 20 ans auparavant. En tant que lecteurs des lettres de Dieu, nous savons que ce n’était pas seulement la volonté de Cyrus, mais surtout la volonté de Dieu. Près de 200 ans avant même la naissance de Cyrus, le Seigneur a parlé de Sa volonté qui serait accomplie à travers quelqu’un qui s’appellerait Cyrus – dans la “lettre” d’Esaïe 44:28 “Cyrus… dira à Jérusalem : “tu seras bâtie” et au temple : “tes fondements seront posés”” et le chapitre 45 continue à décrire le dessein de Dieu avec Cyrus – tout s’est accompli. Mais, ce n’était pas seulement dans une lettre d’Isaïe, dans une “lettre” de Jérémie ch 29:10 Dieu montre qu’il est le Seigneur parce qu’il définit QUAND ils reviendraient de l’exil à Babylone, “Après que 70 ans se seront écoulés à Babylone, je vous visiterai… et je vous ferai revenir dans ce lieu”. En Esdras 6, la lettre de Tattenai a été transportée de Jérusalem à Babylone (1600miles) pour chercher le décret de Cyrus. Mais il n’a pas été trouvé là-bas alors ils sont allés à Ecbatana (600miles) et après une recherche diligente ils l’ont trouvé ! !! Le roi Darius a pu lire les paroles de Cyrus, et en conclure que les Juifs accomplissaient la volonté de Cyrus. Le roi Darius a soutenu cette volonté à ses propres frais à partir des taxes sur la région, et ce soutien devait être fait immédiatement, et des animaux devaient être fournis pour les sacrifices afin que les Juifs puissent “prier pour la vie du roi et de ses fils”. Tous ces événements sont confirmés par les musées d’histoire du monde, mais la Bible seule, vous en donne les raisons. Et nous, par la grâce de Dieu, la foi et l’obéissance à sa parole, nous CONNAISSONS la volonté de Dieu… Sa volonté a été dans le passé, sa volonté est en train de se produire maintenant… mais finalement elle trouve son achèvement dans le futur quand le monde sera rempli de la gloire de Dieu… et donc nous prions “que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel”. Osée 7 : l’adultère. Avez-vous déjà été victime d’un adultère ? Une victime, alors que vous aimiez encore intensément cette personne, que vous aviez vécu fidèlement, et qu’elle vous avait à son tour ” piétiné “, sans aucune pensée pour vous. C’est très douloureux ! C’est ce qu’Israël a fait à Dieu et c’est ce que nous faisons chaque fois que nous CHOISISSONS de faire NOS PROPRES volontés en sachant que ce n’est pas la volonté de notre Seigneur. L’adultère, la douleur, la trahison d’un amour plus grand… nous appelons cela “péché”. Peut-être comprenons-nous l’énormité du péché quand nous voyons qu’il s’agit souvent d’adultère et, de même, nous devrions reconnaître l’énormité du PLEIN pardon offert pour cet “adultère”. Ce chapitre commence par la volonté de Dieu “de guérir Israël”. Il est intéressant de comparer la volonté de Dieu avec les actions d’Israël.
Les actions d’Israël : fraude, méchanceté, mensonges, adultères, ivrognerie, orgueil, abandon de Dieu, rébellion, etc. La volonté de Dieu : guérir, ” m’invoquer “, être fidèle, le chercher, être sincère, il châtiait pour fortifier, et il voulait ENCORE qu’ils ” reviennent à moi ” ! !… tout cela alors qu’ils étaient encore pécheurs. “Dieu prouve son propre amour envers nous en ce que, alors que nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous” ! !! Rom 5:8. ACTES 25 : Paul savait qu’en tant que citoyen de Rome, il pouvait insister pour être jugé par le tribunal romain, et non par le Sanhédrin juif, où il ne trouverait aucune justice. Si un citoyen pensait obtenir justice dans un tribunal provincial, il pouvait faire appel à l’empereur lui-même. Si l’appel était déclaré valable, le prisonnier était envoyé à Rome pour y être jugé. ( Paul savait déjà par le Seigneur qu’il serait à Rome à un moment donné de sa vie…Actes 23:11 “…comme tu as rendu témoignage pour moi à Jérusalem, il faut que tu rendes aussi témoignage à Rome”) . Mais Festus avait un problème, il devait produire une lettre fournissant les détails de l’affaire, et Festus ne comprenait pas le problème que les Juifs avaient avec Paul. Mais il connaissait quelqu’un qui pourrait comprendre – le roi Agrippa. ACTES 26 : Le roi Agrippa avait sans doute entendu des choses sur Paul de la part des Juifs, et il avait écouté Festus, mais maintenant il avait l’occasion d’entendre Paul parler pour lui-même. (Nous avons également l’occasion d’écouter Paul, de comprendre son ancienne vie (son passé), sa vie pour Jésus (son “maintenant”), et son espoir futur pour tous ceux qui sont baptisés et croient au nom de Jésus). Paul était un Juif, un pharisien dévoué. Il croyait avec ferveur aux promesses que Dieu avait faites à Israël, à la promesse de la venue d’un Messie et au rétablissement du Royaume de Dieu. Mais il n’a cru que Jésus était le promis que sur le chemin de Damas. En fait, avant cela, il s’était associé aux chefs juifs pour persécuter les disciples de Jésus… “étant extrêmement furieux contre eux”. Après sa “conversion”, il a vu l’espoir écrit dans les Écritures, dans la vie, la mort et la résurrection de Jésus. Le fait que Jésus ait été ressuscité des morts a confirmé à Paul que tous les croyants seraient ressuscités des morts pour participer à la bénédiction du Royaume de Dieu promis. Nous aussi, nous pouvons écouter les paroles de Jésus ressuscité à Paul (n’est-ce pas étonnant !) “Je ferai de toi un ministre et un témoin… des choses vues et de celles qui vont être révélées. Je t’envoie pour leur ouvrir les yeux, pour les faire passer des ténèbres à la lumière, afin qu’ils reçoivent le pardon des péchés et un héritage parmi ceux qui sont sanctifiés par la foi en moi”. Paul a obéi à l’appel et a témoigné par les Écritures “que le Christ souffrirait, qu’il serait le premier à ressusciter des morts, et qu’il annoncerait la lumière au peuple juif et aux païens” (Actes 26:23). Nous avons entendu le discours de Paul, tout comme les gens de l’époque. Ils ont conclu “cet homme (Paul) n’a rien fait qui mérite la mort ou les chaînes”. Festus pensait que Paul était fou. Agrippa avait quelques connaissances, mais son coeur n’y était pas… MAIS des milliers de personnes, dans toutes les générations depuis, ont vu, ils ont écouté les lettres de Dieu (écritures) et ont compris le témoignage de Paul. Nous aussi, nous avons fait ce voyage des ténèbres à la lumière, et nous avons embrassé le même espoir que Paul… Jésus. Novembre

Le 11 Novembre

Il est clair dans Ezra 7 que Dieu était à l’œuvre dans tous les aspects du retour des Juifs au pays, aux versets 6, 9 et 28, et même Artaxerxès l’a reconnu, au verset 18. Dieu travaille dans les royaumes des hommes, il travaille certainement dans la vie de son peuple. Il travaille dans nos vies, même si nous ne le reconnaissons pas, mais il nous aidera toujours à atteindre le royaume si nous le suivons et le laissons faire en essayant de devenir plus pieux. Ezra était un scribe précis, il connaissait bien les enseignements de Dieu, c’était un professeur sage, prompt à enseigner et à donner le bon exemple, verset 6. Il y a également un lien avec 2Timothée 2, verset 15, où l’on retrouve la même signification du mot original pour s’en tenir à l’enseignement de Dieu, nous devons nous aussi manier correctement et rapidement la parole de Dieu. Le retour pour reconstruire le temple a été pris au sérieux par tous ceux qui sont revenus parce que les bonnes personnes étaient impliquées dans la supervision des travaux. Esra était un lévite et un prêtre, les autres qui sont revenus étaient aussi des personnes compétentes, versets 1-7. Osée 8 a un thème similaire dans la mesure où il est fait référence aux enseignements de Dieu, dans ce cas, cependant, le peuple de Dieu n’a pas répondu ou respecté la parole de Dieu comme Ezra l’a fait. Le peuple ne la respectait pas, verset 12, il la considérait comme “étrangère”, son offrande de sacrifices n’était pas sérieuse, verset 13, il faisait semblant d’être religieux et Dieu n’était pas content. Tout au long de ce chapitre, nous voyons que le peuple a remplacé Dieu par d’autres choses, ses propres forces, ses idoles, etc., versets 4, 12 et 14. Rien de tout cela n’a fait du bien, même leurs forteresses ne les ont pas protégés. Dieu dit que son peuple a rompu l’alliance, verset 1, et s’est rebellé. Nous devons nous en tenir à l’enseignement de Dieu et faire de notre mieux pour faire ce que Dieu veut. Nous ne pouvons pas survivre et réussir par nos propres forces, nous devons suivre Dieu et obéir pour atteindre le salut et obtenir sa promesse. Paul est un excellent exemple de quelqu’un qui a fait confiance à Dieu à tout moment. Actes 27 poursuit le récit de son voyage vers Rome. Nous avons les détails de son naufrage et comment lui et tous les gens à bord ont été sauvés parce qu’ils ont fait, sous la direction de Paul, ce que Dieu voulait, versets 22-26. C’est toujours encourageant lorsque les voies de Dieu sont suivies, verset 36, c’est une leçon pour nous aussi, car nous devons suivre les voies de Dieu, si nous voulons être encouragés. Dieu a agi dans cette situation par l’intermédiaire d’autres personnes, tout comme le roi Artaxerxès, le centurion a aidé la situation, Dieu a fait en sorte que le roi favorise le peuple qui est retourné dans le pays et Dieu a également travaillé avec le centurion. Cependant, tout cela s’est produit parce qu’Esdras et Paul agissaient selon les principes de Dieu et avaient le respect de ceux qui étaient en charge d’eux. Ce récit est détaillé et peut-être que Paul aurait vu des similitudes dans ce qui est arrivé à Jonas, ce qui l’aurait encouragé car Dieu a apporté là aussi le salut de la mer et des poissons. Les exemples d’autres personnes, en particulier dans la Bible, et nos propres vies, augmentent notre confiance dans le fait que Dieu sauve et accomplit son dessein. Notre salut ultime est le retour de Jésus et Dieu veut que chacun ait la possibilité de l’accepter, lui et Jésus. La confiance de Paul en Dieu a eu un impact positif sur les autres, tout comme celle d’Esdras. Nous devons donc toujours essayer de rester confiants et encourager les autres à mettre leur foi en Dieu. Nous sommes tous confrontés à des défis dans notre vie, et Paul démontre ici que nous devons continuer à faire confiance à Dieu alors qu’il met en œuvre son plan. Novembre

Le 12 Novembre

Esdras 8 nous donne les détails du retour à Jérusalem et le chapitre montre à quel point Esdras et le peuple ont pris l’occasion au sérieux. Par exemple, Esdras s’est assuré que des lévites étaient avec le groupe qui se rendait à Jérusalem, versets 15-17, même s’il y avait déjà des lévites à Jérusalem, Esdras voulait être sûr que les choses étaient faites correctement. Esdras a également fait preuve d’une grande foi en s’en remettant entièrement à Dieu et en ne demandant pas de soldats pour les protéger, verset 22, il ne voulait pas que le roi ait une mauvaise opinion de Dieu et de sa foi. Lui et le peuple ont pris au sérieux leur demande à Dieu d’un voyage sûr, versets 21 et 23. Il est également probable que le jeûne qu’ils ont entrepris coïncidait avec le Jour des Expiations, qui serait approché alors qu’ils réfléchissaient à leurs péchés qui avaient causé leur captivité en premier lieu. Ils ont donc pris leurs responsabilités au sérieux, comme nous devrions le faire lorsque nous manifestons notre foi dans la vie de tous les jours, et nous pouvons aussi prendre courage car, lorsque nous manifestons notre foi, nous savons que la “main bienveillante de Dieu” nous guidera, comme elle l’a fait pour Esdras (versets 18 et 31). Osée 9 poursuit avec les raisons du châtiment d’Israël. Contrairement à Esdras, le peuple n’a pas respecté les choses de Dieu, il les a rejetées et ridiculisées, verset 7, et Dieu a clairement indiqué que le châtiment est dû à la désobéissance, verset 17. Il arrive souvent que lorsque les gens se détendent, comme après la récolte, verset 1-2, ils risquent de désobéir à Dieu. En tant que chrétiens, nous devrions toujours nous détendre avec Dieu. Dieu devrait toujours être présent dans notre vie quotidienne et notre adoration de lui ne devrait jamais être considérée comme une épreuve. Le peuple d’Israël a fait des choses impies lorsqu’il s’est détendu pour célébrer la récolte alors que tout son travail de l’année était terminé. Le contraste entre le miracle du début de la nation d’Israël et la situation actuelle ne pouvait pas être plus évident, verset 10. Et Dieu a retiré son amour, verset 15 et a puni, verset 9. Actes 28 continue de démontrer la foi de Paul alors que son voyage se termine à Rome. Paul a saisi toutes les occasions d’enseigner le royaume et la manière dont la foi en Jésus est le seul moyen de salut. Les versets 1 à 6 nous rappellent à quel point la pensée humaine est insensée : au départ, ils pensaient que Paul était un meurtrier parce qu’il avait été mordu par un serpent, mais lorsqu’il n’est pas mort, ils ont changé d’avis. C’est ce qui arrive lorsque les enseignements de Dieu sont remplacés par la pensée humaine. Le peuple d’Israël a agi comme le prophétise Ésaïe 6, cité dans Actes 28, versets 26-27. Le problème était que le peuple ne voulait pas écouter Dieu, donc il a échoué et a péché. Nous devons donc respecter les enseignements de Dieu et faire preuve de foi dans tout ce que nous faisons, même lorsque nous nous détendons. Novembre

Le 13 Novembre

Dans le livre d’Esdras, nous lisons le retour d’Esdras de Babylone à Jérusalem. Esdras visite le temple nouvellement construit, remet des cadeaux au temple et offre des sacrifices. Cependant, au chapitre 9, il apprend que tout n’est pas rose. La maison de Dieu était peut-être terminée et avait fière allure, mais la maison d’Israël (le peuple) était tombée en ruine. La maison de Dieu est sainte, mais le peuple ne l’est pas. La sainteté implique de se séparer des mauvaises pratiques du monde, mais le peuple ne l’a pas fait. La cause du problème était les mariages mixtes avec les peuples qui les entouraient. La race sainte d’Israël n’était plus sainte (verset 2). On avait dit à Israël de ne pas se marier avec les autres nations (Deutéronome 7:1-6). La raison en était qu’Israël allait copier les pratiques des autres nations et adorer les idoles. Il deviendrait comme le peuple du pays de Canaan qui a dû être détruit à cause de sa méchanceté (Deutéronome 9:4-6). C’était un grand problème. L’enjeu était l’avenir du peuple d’Israël dans le pays. S’ils n’étaient plus saints, Dieu les exterminerait à nouveau et les emmènerait en exil. Esdras a immédiatement pris conscience de la gravité de la situation. Il déchira ses vêtements et s’arracha les cheveux. Ceux qui étaient d’accord avec Esdras se joignirent à lui. Ils tremblaient devant la parole de Dieu (Esdras 9:4). Nous aussi, nous devons prendre la parole de Dieu au sérieux. Ceux qui le font seront agréables à Dieu (Esaïe 66:2) ; “C’est celui-là que j’estime : celui qui est humble et contrit en esprit et qui tremble devant ma parole.” Esdras était humble et contrit. Il allait vers Dieu en prière et confessait les péchés du peuple. Comme un bon prêtre, il a prié pour le peuple. Il a utilisé le mot ” nous ” dans sa prière, plutôt que de dire ” eux “. Nous devons également nous efforcer d’aider les gens à être en règle avec Dieu. Et nous devons trembler devant la parole de Dieu et l’écouter humblement. Le mélange d’Israël avec les pratiques impies des habitants du pays s’était déjà produit auparavant. Osée 10 décrit une époque où Israël avait construit de nombreux autels et pierres sacrées pour adorer les idoles. Osée appelle cela des “hauts lieux de méchanceté” (verset 8). Ils ont adoré le veau d’or à Béthel. Ils n’étaient pas restés séparés des autres nations mais étaient devenus aussi mauvais que le peuple qui était à l’origine dans le pays. Osée compare cette époque à celle de Guibea, qui fut probablement le pire cas de corruption jamais survenu en Israël. Il a presque entraîné la perte d’une tribu (Juges 20:4). Juda et Israël deviendraient tous deux esclaves d’autres nations s’ils ne changeaient pas (verset 11). Le prophète les appelle à faire ce qui est juste. Le peuple récoltera ce qu’il a semé. S’ils ont semé la justice, ils récolteront la justice (Osée 10:12). S’ils semaient la méchanceté, ils récolteraient la méchanceté (Osée 10:13). Le Nouveau Testament reprend ce principe et le même principe s’applique aujourd’hui – nous récolterons aussi ce que nous avons semé (Galates 6:7-10). Dieu a également semé. Il a semé la bonne graine de la parole et elle porte du fruit dans le monde entier (Colossiens 1:6). Elle engendre des personnes saintes – celles qui vivent par la foi, l’espérance et l’amour (Colossiens 1:5). L’auteur des Colossiens sait que les personnes saintes peuvent devenir impies, c’est pourquoi il a prié pour qu’elles continuent dans la foi et grandissent spirituellement (Colossiens 1:10-11, 23). Ils sont sortis des ténèbres du monde pour entrer dans le royaume de la vie (versets 12-13). Dieu a accompli cela par l’œuvre du Christ. Jésus était la véritable image spirituelle de Dieu et le premier-né d’entre les morts. Il est le premier de la nouvelle création. La nouvelle création, ce sont les vrais croyants qui sont sortis de la vieille création naturelle. C’est Jésus qui réalise cette nouvelle création et réconcilie ses membres avec Dieu. C’est pourquoi il est dit que toutes choses ont été créées en lui et par lui. Il mentionne les choses du ciel et de la terre comme faisant partie de cette nouvelle création. S’il est vrai que Jésus amène la nouvelle création à l’unité avec Dieu, il est plus probable que “les cieux et la terre” désignent le peuple de Dieu (comme dans Deutéronome 32,1 et Ésaïe 1,2). Cela inclut les dirigeants et les autorités sur la terre qui sont ceux qui sont dans le ciel, tout comme le ciel règne sur la terre. Éphésiens 1:10 utilise un langage similaire et l’applique aux choses de la terre contre lesquelles nous devons utiliser l’armure de Dieu (Éphésiens 6:10-12). Dans Éphésiens, ce sont les croyants qui sont au ciel (Éphésiens 2:6). Le but de Jésus est de rassembler tout le monde et de les rendre parfaits (Colossiens 1:28). Si c’est le but du Christ, alors ce devrait être aussi le but de tous les chrétiens, comme c’était le cas pour Paul (Colossiens 1:23, 25).  Novembre

Le 14 Novembre

Esdras 10, verset 1, nous rappelle de prier et de confesser la repentance. Osée 11 parle du peuple qui était appelé enfant de Dieu mais qui ne l’a pas écouté et ne s’est donc pas repenti. Colossiens 1, verset 5, parle de la repentance et de la manière dont nous devons marcher dans la foi. Au cours de notre vie, ce qui peut être difficile, mais nous devons “marcher dans la foi” et non “marcher par la vue”. Dans cette lettre, Paul rappelle à l’église que même s’il est absent, il est là en “esprit”, c’est-à-dire qu’il pensait à ses frères et sœurs et recevait des rapports à leur sujet. Il aimait entendre combien ils étaient ordonnés et combien ils restaient fermes dans la foi en Jésus. Nous apprenons tous à devenir plus semblables à Jésus et si nous cherchons à devenir plus semblables à Jésus, nous le faisons dans la foi, qui est la clé, 2 Corinthiens 5 verset 7. Il s’agit de “foi” et non de “vue”, donc nous marchons dans la foi. Dans notre apprentissage, nous reconnaissons que sans “connaissance” nous sommes en Jésus, Colossiens 2, verset 3, et nous ne basons aucune de nos connaissances sur la pensée humaine, car cela ne durera pas, verset 20-23. Ainsi, notre marche dans la foi devrait être quelque chose que, en tant que chrétiens, nous devrions améliorer, plus vite nous arrivons à cette conclusion, plus vite nous devenons meilleurs devant Dieu. Souvent, sur notre chemin, les gens introduisent des défis sur notre route, mais nous devons rester fermes dans la foi et continuer à confesser les péchés, ce qui est difficile dans les contraintes humaines sans la foi. Nous pouvons voir un exemple de foi en Abraham, il a “marché dans la foi” même si les gens se sont moqués de lui et ont ri de lui, il est resté fidèle. À cause de sa foi, il a été appelé à être le père de nombreuses nations. Même Sarah, sa femme, est devenue forte dans la foi, même lorsqu’elle était âgée, mais à cause de la promesse de Dieu et de sa foi, elle a eu un enfant, elle n’a pas abandonné. Romains 4, versets 19-20, Abraham n’a pas faibli dans sa foi, même si son corps était comme mort (100 ans). Le ventre de Sarah était mort et pourtant aucun d’eux n’a vacillé parce qu’ils connaissaient la promesse de Dieu et étaient renforcés par la foi – nous aussi, nous devons rester forts dans la foi. Notre vie apporte de nombreux défis, beaucoup de choses vont mal, mais la leçon est de continuer à marcher dans la foi et, ce faisant, nous aiderons à éviter de nombreuses complications. Noé, par la foi, a construit l’arche sur la terre ferme, alors qu’il n’y avait jamais eu de pluie auparavant, et les gens autour de lui se sont moqués de lui et se sont demandés ce qu’il faisait. Noé a continué à construire et à les avertir, comme Dieu le lui avait demandé. Parce que Noé avait foi en quelque chose qu’il n’avait pas vu. Malheureusement, beaucoup de gens aujourd’hui ne croient qu’en ce qu’ils voient, mais ce n’est pas de la foi, mais Noé a sauvé sa famille par la foi, Actes 11 versets 7-9. C’est par la foi que Noé a été mis en garde contre des choses qu’il n’avait pas vues, mais il a continué, par respect et par crainte, à construire l’arche pour sauver sa vie. Il a enseigné aux autres et a reçu les choses qui avaient été promises. Parfois, on se moque de nous, mais nous devons continuer à construire, nous ne pouvons pas abandonner, nous continuons à construire nos vies avec nos actions – c’est notre salut. Beaucoup de choses arrivent quand les gens disent beaucoup de choses sur nous, mais nous devons rester fidèles. 2 Corinthiens 4, verset 18. Les autres voient les choses de manière différente de nous, ce qu’ils voient maintenant est temporaire, contrairement à ce que nous voyons dans la foi qui est éternel. Nous ne devons pas fixer nos yeux sur ce qui est vu car ce qui est vu n’est pas la foi, nous devons fixer nos yeux sur Jésus. Si nous fixons nos yeux sur les choses du monde, tout cela passera, cela nous dit de fixer nos yeux sur ce qui est invisible, c’est la foi et non une “marche de la vue”. Si nous regardons ce que nous pouvons voir, nous ne serons pas dans le royaume, mais c’est le royaume que nous devons regarder dans la foi. Comprendre la parole de Dieu et se concentrer sur notre marche dans la foi, voilà ce qui devrait nous occuper. Le monde est en désordre, mais tout cela est temporaire, que ce soit aujourd’hui ou demain, nous devrions toujours nous concentrer sur les choses que l’on ne voit pas et nous devrions préparer nos vies en “marchant par la foi”, éviter les choses stupides aujourd’hui, 1 Corinthiens 2 versets 13-15. C’est ce que nous disons, non pas de la sagesse humaine mais des paroles enseignées par l’esprit, ce n’est pas de la folie, donc nous n’acceptons pas les choses qui sont enseignées par les non croyants, plutôt nous devrions écouter Dieu. Dieu veut que nous fassions des choses qui ne sont pas insensées. Les personnes spirituelles font des jugements pieux, nous ne devrions donc pas suivre ceux qui n’utilisent pas de simples raisons spirituelles basées sur la foi. Nous avons vu des personnes sans foi dans les actions du monde et nous devrions nous demander où nous allons. Aucune foi n’est démontrée par ce que nous voyons, aussi ne devrions-nous pas vraiment nous demander où nous allons. Le monde est sans foi, il ne voit pas d’exemples pieux et nous continuons à marcher dans la foi. Novembre

Le 15 Novembre

Il y a un thème commun aux 3 lectures d’aujourd’hui, c’est la prière. Colossiens 4 parle du chrétien qui se “consacre” à la prière, verset 2, ce qui signifie une vie de prière, avec vigilance et reconnaissance. Epaphras avait certainement une vie de prière, il “luttait” dans la prière pour que les autres tiennent bon, verset 12. Le terme “luttait” suggère “luttait”, c’est-à-dire qu’il était difficile de savoir pour quoi prier parce que vous savez que les besoins des autres sont si grands. Son amour pour ses frères et sœurs est si grand qu’il a continué à prier pour eux. C’est certainement la même attitude que celle de Néhémie au chapitre 1. Il était manifestement intéressé par le bien-être des habitants de Jérusalem et priait pour eux et demandait de leurs nouvelles, verset 1-2. Néhémie était clairement très préoccupé et bouleversé par leur sort (verset 3). Sa réaction au verset 4 démontre que Néhémie était “dévoué” à la prière, il jeûnait et priait. Remarquez dans sa prière qu’il loue Dieu, reconnaît que c’est le péché du peuple qui l’a mis dans cette situation de captivité, et en toute humilité, il s’associe aux péchés des générations précédentes. Il était vraiment un homme humble et un homme de prière, versets 6-7 et 11. Il respecte également les enseignements de Dieu puisqu’il y fait référence dans sa prière, verset 9. Une autre leçon pour nous est qu’il prie pour que Dieu l’utilise afin de contribuer au plan et au dessein de Dieu, ce qui doit être aussi notre prière pour que Dieu utilise les capacités qu’il nous a données ! Ce n’est que grâce à sa préparation que, lorsque le roi lui a demandé ce qui n’allait pas, il a pu poursuivre immédiatement sa prière et demander à Dieu une aide immédiate, au verset 4. Cela confirme sa dévotion à la prière comme nous l’avons lu dans Colossiens 4. Dieu était à l’œuvre dans la vie de Néhémie, versets 8 et 18, parce que Néhémie l’y avait invité. Malgré les revers, verset 19, il était encore capable d’encourager les autres, verset 20. Osée 12 continue à énumérer l’orgueil et les péchés d’Israël, par exemple au verset 1, et Dieu les punit en fonction de leurs actes, au verset 2. Il y a une allusion à la naissance de Jacob et à ses luttes dans la vie, versets 3-5 et ensuite verset 12, c’est une personne réelle qui lutte avec la vie et les situations dans lesquelles elle se trouve. Pourtant, ses descendants n’ont pas appris les leçons et, contrairement à Jacob lui-même, ils se sont détournés de Dieu. Jacob a prié pour avoir une femme, il a prié pour être protégé de son frère Ésaü et Dieu a travaillé avec ses échecs. Dans le livre des Colossiens, nous apprenons à mener une vie pieuse. Nous voyons que Dieu considère toute tricherie comme un péché (versets 7-9), mais qu’il est toujours prêt à accepter les pécheurs (versets 9-20). Ainsi, en conclusion de Colossiens 3, nous avons des “règles pour une vie sainte” – il y a les choses que nous devons éviter, versets 5-10, c’est-à-dire le mensonge, l’immoralité sexuelle, la colère, etc. Les choses que nous devons pratiquer se trouvent aux versets 13-14, à savoir la patience, la douceur, le pardon, etc. Les actions des versets 15-17 nous aident à entretenir une vie consacrée à la prière. Lorsque nous y parvenons, nous sommes heureux dans nos mariages, dans notre travail, dans tous les aspects de notre vie. Essayons donc tous de consacrer notre vie à la prière. Novembre

Le 16 Novembre

Dans Néhémie 3, nous avons un excellent exemple de personnes pieuses travaillant ensemble pour accomplir l’œuvre de Dieu. La muraille de Jérusalem avait besoin d’être reconstruite et presque tout le monde a contribué à la tâche, personne n’a dit qu’il ne pouvait pas le faire parce qu’il n’était pas qualifié. C’est une grande leçon pour nous tous : tout le monde a contribué au travail, tout le monde a travaillé ensemble et tout le monde a fait de son mieux pour mener à bien la tâche. Remarquez le type de compétences que les gens avaient, il y avait des orfèvres et des personnes qui fabriquaient des parfums, verset 8, des prêtres, verset 24, des lévites, verset 17, des dirigeants, verset 18 et des femmes, verset 12, aucun d’entre eux n’a dit qu’il ne ferait pas le travail parce qu’il était incapable ou non qualifié. Le travail a été divisé en sections, chaque équipe connaissait ses responsabilités et ensemble ils ont terminé leur section et contribué à l’ensemble du projet. Il y avait un esprit d’unité, tous avaient le même objectif et travaillaient ensemble comme un seul corps pour Dieu. Nous devons faire de même en travaillant tous ensemble, dans l’unité, à toutes les tâches qui nous incombent en tant que chrétiens, par exemple enseigner les autres, lancer des défis aux autres, enseigner l’école du dimanche, lire, étudier, aider les autres, etc. (1Corinthiens 12 verset 12 jusqu’à la fin du chapitre nous montre comment le corps travaille tous ensemble pour la tête, c’est-à-dire Jésus). Il n’y a qu’un seul groupe de personnes qui n’a pas contribué, ce sont les nobles de Tekoa, verset 5, je ne sais pas pourquoi ils n’étaient pas prêts à contribuer au dur travail qui était requis, peut-être étaient-ils fiers, je ne sais pas, mais en n’aidant pas réellement au travail, ils n’auraient pas donné un très bon exemple, nous y reviendrons plus tard. Osée 13 est le résultat du peuple d’Israël qui n’a pas travaillé ensemble comme un seul homme pour louer et suivre Dieu. Même si Dieu a tout fait pour eux, par exemple en les faisant sortir d’Égypte (versets 4-6), il a pris soin d’eux. Il les a rendus puissants, verset 1, mais ils l’ont rejeté, verset 2-3, et Dieu a dit qu’ils étaient comme une brume, c’est-à-dire quelque chose qui disparaît. Alors Dieu les punit, versets 7-9, en disant que rien ne les sauvera, verset 10. Tout cela parce qu’ils se sont rebellés, verset 16, et n’ont pas travaillé ensemble pour Dieu. Malgré cela, il y a toujours un élément d’espoir et Dieu ne nous laisse jamais sans espoir, par exemple au verset 14, même dans les situations désespérées, Dieu sera toujours là pour ceux qui se repentent. Ce verset est cité par Paul dans 1Corinthiens 15 verset 55, où il nous montre que ce temps sera celui où Jésus reviendra pour corriger toutes les choses qui ne vont pas dans ce monde impie. La “rançon” que Dieu utilisera pour nous sauver de la mort est Jésus, et notre appréciation de ce fait devrait nous inciter à travailler ensemble dans l’unité et l’amour. 1 Thessaloniciens 1 et 2 montrent ce qui se passe lorsque les chrétiens travaillent ensemble. Il est clair ici que les exemples que Paul, Silas et Timothée ont donnés dans leur manière de travailler ensemble ont aidé les frères et sœurs qu’ils enseignaient à être des “imitateurs” d’eux, et donc de Jésus, chapitre 1 verset 6 et chapitre 2 verset 5. C’est une grande leçon pour nous, car un puissant mécanisme d’enseignement consiste à faire en sorte que les gens suivent l’exemple que nous donnons. Si nous réalisons le désir de Dieu et de Jésus d’enseigner, d’aider et d’être un exemple, les autres nous imiteront pour le bien ; en revanche, si nous désobéissons à Dieu et agissons de manière impie, les gens et nos enfants nous imiteront pour le mal. Nous avons donc la très grande responsabilité de donner de bons exemples dans nos vies. Les frères et sœurs de l’église ici présents sont devenus de bons exemples pour les autres, chapitre 1 verset 7-9. Le résultat a été que d’autres ont cru et ont commencé à attendre le retour de Jésus, verset 10. Contrairement aux nobles de Tekoa, les frères et sœurs ont donné le bon exemple en étant humbles et en démontrant leur foi par leurs actions. Les exemples que les frères et sœurs et les apôtres ont donnés ont profité à tous ceux qui ont vu et entendu, chapitre 2 verset 5-12, c’est ainsi que nous contribuons à devenir dignes du royaume. Nous savons par Néhémie qu’il y avait de l’opposition à la construction des murs de Jérusalem et nous aurons aussi de l’opposition au travail que nous faisons, mais les frères et sœurs sont restés forts et ont continué à donner de bons exemples dans leur vie. La bible utilise le mot “satan” pour montrer qu’il y aura de l’opposition à notre travail, par exemple au chapitre 2 verset 18, ceci est expliqué pour nous aux versets 14-16 et au verset 2 encore. Mais nous devons continuer à avancer malgré les revers et l’opposition, nous devons continuer à donner de bons exemples et encourager les autres à nous imiter dans notre bon comportement. Notre leçon doit être de donner de bons exemples, pieux, dans le but d’enseigner et d’encourager les autres alors que nous travaillons tous dans l’unité pour construire le peuple de Dieu qui attend le retour de Jésus pour nous sauver de la colère de Dieu à venir, chapitre 1 verset 10 et chapitre 2 verset 16. Nous avons découvert à plusieurs reprises que le fait de s’opposer aux voies de Dieu et de devenir rebelle entraîne des conséquences. Nous prions donc pour que nous travaillions tous ensemble comme une seule unité pour glorifier Dieu, aucune tâche ne doit être négligée car nous cherchons à faire de notre mieux pour Dieu et pour Jésus. Novembre

Le 17 Novembre

Néhémie 4 : Veiller et prier. Sanballat, Tobija et d’autres se sont moqués des Juifs de Jérusalem “lorsqu’ils ont appris qu’ils rebâtissaient la muraille”. Imaginez que vous soyez l’un de ces bâtisseurs. Le travail serait dur, les ouvriers peu nombreux, les conditions difficiles, et vous seriez conscient que beaucoup de gens n’aiment pas ce que vous faites. Vous savez ce que Néhémie veut que vous fassiez, et vous aimez l’idée, mais est-ce réalisable ? Si nous écoutons “notre voix”, elle dira “c’est impossible” et nous nous attarderons sur des raisons pour étayer notre pensée, comme “nous ne sommes que de faibles Juifs”, “nous n’avons pas les outils pour faire le travail ou les personnes qui ont les compétences nécessaires”. Si une personne vient à côté et dit “nous POUVONS faire cela SI nous travaillons ensemble”, alors soudainement chaque individu accomplit plus que s’il travaillait seul – en langage mathématique : 1 + 1 est supérieur à 2 ! et cela se transforme à chaque fois que cela se produit. “Si un seul est vaincu par un autre, deux peuvent lui résister” Ecclésiaste 4:12. Néhémie était celui qui venait à côté (envoyé par Dieu), il était ” un ” avec son peuple. Lorsque ses ennemis se sont moqués de lui, qu’a-t-il fait ? (versets 4-5). Il a tout confié au Seigneur dans la prière – son esprit, son cœur, ses craintes, et ces craintes, il les a laissées à Dieu. Grâce à cette prière, Néhémie commence le verset 6 par “ainsi”. En d’autres termes, grâce à cette prière, les “Juifs faibles” ont retrouvé leur force, et ils ont tous travaillé ensemble, avec la même volonté, “ayant l’esprit au travail”. Les peurs ne peuvent vivre que si nous manquons de confiance en Dieu, donc en mettant la foi en action (l’esprit au travail), nos vies deviendront moins craintives, et plus de prière et de confiance. Nous avons notre exemple – Jésus. “Ô mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi (craintes), cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux (confiance totale)” Matt 26:39. Et “Père, entre tes mains je remets mon esprit” – des paroles prononcées à la croix. Mais des mots qui étaient vrais pour toute sa vie” Luc 23:46. Neh 4:7 : Avec la foi restaurée et l’encouragement de voir la muraille entière jointe – jusqu’à la moitié de sa hauteur prévue, les Juifs voyaient les récompenses de leur foi. Cependant, cela a accru la volonté et le nombre de leurs ennemis. Jérusalem était maintenant entourée d’ennemis du nord (Sanballat + Tobija), du sud (les Arabes), de l’est (Ammonites) et de l’ouest (Ashdodites). Que se passe-t-il ? (v9) “Néanmoins, nous avons prié notre Dieu, et à cause d’eux (les ennemis) nous avons monté la garde contre eux jour et nuit”. Remarquez, les Juifs ne se contentaient pas de prier, ils “travaillaient” aussi, sachant qu’ils travaillaient AVEC le Dieu tout puissant. Paul était quelqu’un qui priait fréquemment, mais il travaillait aussi, reconnaissant que Dieu travaillait à travers lui et les autres. “Nous sommes les ambassadeurs de Christ, comme si Dieu plaidait par nous… Nous donc, comme ouvriers avec Lui, nous plaidons aussi avec vous.” 2Cor:20. Et je crois que c’est ce que Jésus veut dire quand il dit “veillez et priez”. Quand il dit “veiller”, il ne veut pas dire regarder ce qui se passe dans le monde, il veut dire veiller sur vos cœurs et vos esprits (Luc 21:34). Et Jésus ne dit pas seulement de veiller sur vos cœurs, il donne la réponse : veillez ET priez. L’enseignement et l’exemple de Néhémie 4 se retrouvent dans tout le N.T. et en voici deux exemples : Jude 20 : “Mais vous, bien-aimés, édifiez-vous sur votre foi très sainte, en priant dans le Saint-Esprit.” Ephésiens 6:17-18 : “Prenez le casque du salut, et l’épée de l’esprit, qui est la parole de Dieu ; priez toujours en esprit, avec toutes sortes de prières et de supplications, en veillant à cette fin avec toute persévérance.” Osée 14 “reviens à moi” v 1-3 : La dernière section de la prophétie d’Osée commence par un appel à la repentance qui comprend un modèle de prière. Le peuple d’Israël devait prier pour le pardon gracieux de Dieu et renouveler sa relation avec Lui, ne plus mettre son espoir dans les alliances étrangères ou la force militaire ou d’autres ” dieux “. v4-8 : SI la prière était sincère… alors Dieu promet de ” guérir leur égarement “. Dans un autre modèle de prière (Psaume 51) “RESTAURE-moi la joie de ton salut”. La joie et la croissance sont comparées à la croissance et à la beauté du lis, des arbres, du grain et de la vigne… et comme la rosée, elles doivent être considérées comme un témoignage des bénédictions du ciel. v9 : la parole de Dieu nous a appris à être sages, à comprendre, à savoir, à reconnaître que les “voies du Seigneur sont justes”. Lorsque nous suivons ces voies dans un esprit de foi, d’amour et de fraternité, alors nous avons confiance dans la volonté de Dieu pour nous. Lorsque nous péchons, cela entraîne des craintes, et nous manquons de confiance non seulement en nous-mêmes mais aussi lorsque nous sommes jugés par le Seigneur. Nous trébuchons. “Heureux l’homme qui trouve la sagesse, et l’homme qui acquiert l’intelligence… alors tu marcheras en sécurité dans ta voie, et ton pied ne bronchera pas.” Proverbes 3:13. 1 Thess 3. Un travail en cours. Paul montre son amour et sa préoccupation pour les chrétiens de Thessalonique. Son espoir, sa joie et sa couronne de réjouissance sont que les croyants seront “en présence de notre Seigneur Jésus-Christ, à son avènement” 1 Th 2, 19. Il envoie Timothée (notre collègue de travail) “pour vous affermir et vous encourager dans votre foi, afin que personne ne soit ébranlé” (écho ici de l’envoi par Dieu de Néhémie aux Juifs de Jérusalem, afin que personne ne soit ébranlé dans sa foi). Timothée rapporte de bonnes nouvelles : l’église de Thessalonique avait le même esprit envers Paul que Paul avait envers elle. Comme c’est beau la vraie fraternité ! Paul rend donc grâce à Dieu, car la nouvelle était un témoignage de prières exaucées (oublions-nous de dire merci pour les prières exaucées/toutes les prières ?) Paul prie nuit et jour (comme Néhémie et les Juifs travaillant nuit et jour !), priant pour avoir l’occasion “de parfaire ce qui manque à leur foi”. 1 Thess 3:12 “que le Seigneur vous fasse croître et abonder dans l’amour”. 1Thess 4:1 “nous vous exhortons à vous développer de plus en plus pour marcher et plaire à Dieu”. 4:11 “mener une vie tranquille, s’occuper de ses propres affaires, et travailler de ses propres mains”. 4:12 pour être un exemple pour les non-croyants. 4:12 pour comprendre que l’espérance en Jésus est pour les croyants qui sont déjà morts (au moment du sommeil) ainsi que pour les croyants qui seront vivants au retour de Jésus. 4:16 Jésus descendra du ciel et les morts en Christ ressusciteront les premiers. 4:17 Les vivants en Christ seront avec Jésus et les anciens morts en Christ”. Nous serons toujours avec le Seigneur”. Nous savons que Jésus doit RETOURNER, et nous savons aussi que nous hériterons des promesses faites à Abraham concernant la vie éternelle SUR LA TERRE ; il y a tant de citations dans toute la bible qui confirment la volonté de Dieu pour l’humanité. Psaume 37:11 “Les doux hériteront la terre” (cité par Jésus) dans le même psaume, regardez les versets 22 et 29. Jean 13:33… Jésus s’adressant à ses disciples “Là où je vais (le ciel), vous ne pouvez pas venir”. Il est clair, d’après les Thessaloniciens et ailleurs, que Jésus reviendra et sera avec les croyants pour toujours dans le Royaume de Dieu sur terre – c’est la volonté de Dieu. Cela nous a été clairement révélé, alors que de nombreux autres détails ne sont pas aussi clairs, comme le moment. Dieu a estimé que nous ne devions pas être omniscients, mais que nous devions lui faire confiance et le suivre dans ses voies. Novembre

Le 18 Novembre

Néhémie 5 et 6 nous montrent que TOUS les travaux se sont poursuivis, même s’il était urgent de se concentrer sur un domaine en priorité, la muraille devait être réparée et nous avons vu comment ils se sont tous concentrés sur ce point. Cependant, Néhémie a mis au défi les anciens du peuple parce qu’ils avaient essayé, à tort, de tirer de l’argent de leurs compagnons, chapitre 5, versets 6-8. C’était une mauvaise situation, très mauvaise, et les anciens s’en sont rendu compte lorsqu’ils ont été interpellés, c’est pourquoi ils ont “gardé le silence”. La liste des plaintes du peuple est vraiment mauvaise, car chacun aurait dû aider ses frères et sœurs à survivre et ne pas essayer de profiter de la situation des autres, versets 1-5. Dieu nous a également placés dans une famille de croyants afin que nous nous entraidions TOUS et que nous ne profitions pas les uns des autres en exigeant des choses pour améliorer notre propre situation. Nous pouvons tirer une leçon du défi permanent lancé par Néhémie aux anciens et à ceux qui profitaient de leurs frères et sœurs, versets 9-11. Le message est clair pour nous, nous ne devons pas essayer de faire de l’argent avec les choses que Dieu nous a données, c’est mal. Nous devons “craindre” Dieu et toujours chercher à nous assurer que nous agissons de manière pieuse envers tous nos frères et sœurs. Cela signifie que chacun d’entre nous doit veiller à ne pas être corrompu dans sa manière de traiter les autres, que ce soit en profitant des malheurs des autres ou en exigeant davantage pour nous-mêmes, verset 13, où Néhémie a démontré de manière graphique comment toutes ces mauvaises pratiques doivent être “secouées” ! Néhémie a donné le bon exemple en n’agissant pas d’une manière qui serait impie, il a veillé à ce que ceux qui l’entourent soient correctement traités, verset 16-20. Et il prie pour que Dieu se souvienne de lui lorsque Jésus viendra établir le royaume, verset 19. Nous devons toujours veiller à ce que tous nos frères et sœurs soient traités équitablement, et aucun d’entre nous ne doit s’attendre à un traitement de faveur ! L’opposition à la construction de la muraille se poursuit au chapitre 6 et les ennemis du peuple de Dieu poursuivent leurs manigances et leurs mensonges, mais leurs tentatives d’arrêter la construction en se moquant du peuple de Dieu échouent. En fait, les choses mêmes qu’ils essayaient d’obtenir par leurs moqueries les découragèrent, car les réparations de la muraille furent achevées en très peu de temps parce que Dieu était avec son peuple, verset 15-16. C’est une merveilleuse leçon pour nous car lorsque nous travaillons dans la foi, en utilisant correctement la situation dans laquelle Dieu nous a mis, nous réussirons si nous continuons dans la foi. Joël 1 et 2 sont difficiles à situer dans l’histoire des Juifs, le peuple de Dieu, il est possible de voir quelques similitudes avec les événements de 2Chroniques 20, si c’est exact, alors cela est arrivé à Juda. Chaque fois que cela s’est produit, le chapitre 1 indique une souffrance sous l’effet de choses naturelles, c’est-à-dire de vraies sauterelles, de la sécheresse, etc. Tout le chapitre indique une souffrance et souvent Dieu utilise des choses comme celles-ci pour nous ramener à lui, comme cela s’est produit avec son peuple. Dès le verset 13, nous voyons qu’il y a un appel à la repentance et une reconnaissance des erreurs et des péchés, donc même lorsque tout semble perdu, il y a de l’espoir. La clé de ce chapitre est notre confiance en Dieu, versets 19-20, peu importe la gravité de la souffrance, nous ne devons pas cesser d’invoquer Dieu. 1 Thessaloniciens 5 parle du retour de Jésus en disant que ce sera à un moment où généralement les gens ne l’attendent pas, mais pour ceux d’entre nous qui l’attendent, ce ne sera pas une surprise, versets 1-3. Le moment du retour de Jésus n’est pas important, c’est le fait d’être préparé qui est important. Tout comme au temps de Néhémie, nous devrions tous vivre dans la “lumière”, c’est-à-dire agir comme Jésus le ferait et donner le bon exemple aux autres par la manière dont nous les traitons. Notre “désir” devrait être le royaume de Dieu (le salut) et non ce que nous pouvons gagner dans cette vie maintenant, versets 4-11. Paul a beaucoup de leçons pour nous tous dans les conclusions de ce chapitre, versets 12-25, il nous conseille de nous respecter les uns les autres, il dit que nous ne devons pas être paresseux ou oisifs, nous devons aider les faibles et être patients. Il est intéressant de noter qu’il dit également que nous devons toujours nous réjouir et rendre grâce pour toute circonstance dans laquelle nous nous trouvons (verset 16). C’est important car si nous croyons que Dieu contrôle nos vies, nous devons le remercier pour tout ce qui arrive. Que nous construisions (comme Néhémie), que nous enseignions, que nous encouragions, que nous servions, etc., nous devrions tout faire au mieux de nos capacités et le faire avec joie. Notre but dans la vie doit être centré sur le retour de Jésus, verset 23-24, et non sur la manière d’améliorer notre vie maintenant, car ce n’est pas ce que Dieu veut, il nous veut dans le royaume – cela doit être notre désir aussi. Novembre

Le 19 Novembre

Néhémie 7 commence par une liste de personnes, versets 1-63, nous montrant que le peuple de Dieu est composé d’individus ; il est important pour nous de nous rappeler que nous lisons à propos de personnes réelles dans la Bible, et tout comme Dieu s’intéressait à eux, il s’intéresse à nous maintenant. Les gens des versets 62-63 ont été jugés comme ayant corrompu leur héritage, verset 64-65, nous voyons qu’ils ne peuvent pas être considérés comme des prêtres à part entière ; ceci nous rappelle que nous avons un principe selon lequel nous avons tous des rôles à prendre au sérieux et à nous rappeler sans cesse ce que Dieu attend de nous, nous le faisons en lisant et en discutant, évidemment dans la prière. Tout au long de cette reconstruction et de cette nouvelle consécration, le peuple a donné de son plein gré, versets 70-72, et le peuple de Dieu a ainsi pu vivre dans ses villes, verset 73. La leçon que nous pouvons en tirer est que nous devrions également donner généreusement notre temps et nos autres ressources afin de vivre nous aussi en sécurité dans le royaume. Joël 2 semble montrer la poursuite du châtiment physique du peuple de Dieu, cette fois par des armées humaines. Malgré ce châtiment, il y a de l’espoir, aux versets 12-14, Dieu laisse l’option ouverte de se repentir. Dieu laisse toujours l’option ouverte de revenir à lui et nous voyons cela à cause du regret qu’ils ont eu de se détourner de Dieu en premier lieu, versets 15-17. Le reste du chapitre donne davantage d’espoir quant à la possibilité de se repentir et, bien que l’on ait conclu que les versets 30-32 se sont en partie accomplis en Actes 2, il y aura un autre accomplissement dans l’avenir également. 2Thessaloniciens 1 et 2 est un encouragement aux frères et sœurs de l’église de Thessolonica. Ces frères et sœurs étaient persécutés et souffraient réellement, probablement de la main des Juifs. Paul leur rappelle la certitude du retour de Jésus et du royaume. À ce moment-là, ceux qui les persécutaient recevraient leur juste châtiment. La même leçon s’applique à nous maintenant avec toutes nos souffrances, qu’il s’agisse de persécution, de famine, de tentations ou de maladie, toutes ces choses seront enlevées lorsque Jésus reviendra. Paul nous rappelle que nous devons être satisfaits de la situation dans laquelle nous nous trouvons, chapitre 2 verset 13-15, tenir bon est le message que nous devons retenir. Il y a différentes interprétations de ce qui est décrit comme “l’homme sans loi”, chapitre 2 verset 8, il semble raisonnable de voir cela comme des institutions humaines et le véritable “homme sans loi” est la nature humaine et le péché lui-même, c’est ce qui sera détruit lorsque Jésus reviendra. Nous devons donc apprécier la situation dans laquelle nous nous trouvons, car chaque situation nous apporte des leçons individuelles. Notre espoir est le retour de Jésus, lorsque Dieu restaurera toutes choses. La conclusion de Paul, aux versets 16 et 17, nous montre quelles doivent être nos priorités. Nos priorités devraient donc être de travailler ensemble pour Dieu, car il s’intéresse aux individus, nous devons respecter ses voies et nous encourager mutuellement avec l’espoir que nous avons du royaume. Ce n’est que lorsque Jésus reviendra que nous serons dans une position où toutes nos souffrances prendront fin. Novembre

Le 20 Novembre

Esdras 8 commence réellement sur le dernier verset du chapitre précédent. C’était le septième mois et le premier jour du mois, ce qui signifie que c’était la fête des trompettes (Lévitique 23:23). C’était un jour où l’on sonnait des trompettes, notamment les deux trompettes d’argent du temple. La loi ne nous dit pas grand-chose d’autre sur les trompettes, mais sa signification est qu’elle symbolisait l’appel de la trompette de la résurrection (1 Thessaloniciens 4:16). Tout Israël s’était rassemblé avant l’aube au temple, se levant très tôt pour écouter la Loi de Dieu. Le chapitre met l’accent sur la compréhension de la loi (versets 2, 3, 8 et 12). Tout le monde était attentif et le lecteur lisait clairement pour faciliter la compréhension (verset 8). C’est un exemple de la manière de lire la Bible. Ce n’est pas comme une performance, mais afin d’aider le lecteur à comprendre. Une lecture trop rapide ou peu claire n’aide pas à la compréhension. Les gens ont compris les mots et cela les a rendus tristes. Cependant, Néhémie leur dit de ne pas pleurer mais d’être heureux. C’est ce que fait finalement la parole de Dieu, car les mots sont réconfortants. Les chefs de famille ont lu qu’il fallait célébrer la fête des Tabernacles, qui avait lieu le 15 du 7e mois (Lévitique 23:33). Cette année-là, ils ont célébré une fête spectaculaire, car ils venaient de sortir de l’exil et profitaient pour la première fois des fruits de la terre. C’était un peu comme à l’époque de Josué, lorsque le peuple a pu profiter des excellents fruits du pays après avoir mangé la manne pendant 40 ans. La fête à l’époque de Josué était plus grande, mais cette fête était plus grande que toutes les autres. À la fête des Tabernacles, la Loi devait être lue tous les sept ans (Deutéronome 31:10-12) et cette année était celle où ils lisaient la Loi. Après avoir célébré les fêtes des Trompettes et des Tabernacles, nous sommes amenés à nous demander s’ils ont célébré le Jour des Expiations qui aurait dû avoir lieu le dixième jour du mois et qui n’est pas mentionné. Nous supposons que c’est parce que le peuple était initialement triste, peut-être à cause du péché, et ensuite parce qu’il a confessé le péché dans le chapitre suivant (9:2). Il y a un temps pour être triste à cause de notre péché et un temps pour être heureux à cause de la bonté de Dieu à notre égard. La prophétie de Joël contient les jugements de Dieu contre Israël d’abord et contre les nations ensuite. En Joël 3, nous rencontrons les jugements de Dieu sur les nations. La première partie (versets 1 à 8) est une punition contre Tyr, Sidon et Philistia pour avoir volé le peuple de Dieu et les trésors de Dieu. Le châtiment a peut-être été long à venir, mais il est venu parce que les gens récoltent ce qu’ils ont semé. Ce qu’ils ont fait à Israël leur arrivera. Toutes les nations seront appelées à se battre dans la vallée de Josaphat, une vallée qui signifie “Dieu est juge”. Là, Dieu les récoltera comme on récolte le blé et la vigne (verset 13). Des nations viennent de toutes parts (verset 12) – Tyr et Sidon au nord, la Philistie à l’ouest, l’Égypte au sud et Édom à l’est. Toutes les nations voisines d’Israël qui ont haï Israël seront jugées pour cette haine. Dieu fera cela depuis Jérusalem (verset 16). Plus jamais les armées étrangères n’envahiront Jérusalem (verset 17). Israël aura des bénédictions abondantes de vin, de lait et d’eau. Dieu ne fera pas cela parce qu’il est miséricordieux et pardonne les péchés. Il faut s’en réjouir. Et alors, Dieu habitera à Jérusalem (verset 21). Joël termine par cette pensée, tout comme Ézéchiel (Ézéchiel 48:35). C’est une pensée tellement encourageante pour nous aussi. L’Église de Thessalonique avait un problème avec ses membres qui étaient oisifs. Dans la première lettre, Paul leur conseille de travailler dur (1 Thessaloniciens 4:11). De toute évidence, il leur avait également dit cela lorsqu’il était avec eux (4:11). Il souligne également l’exemple qu’il a donné dans ce domaine du travail (1 Thessaloniciens 2:9). Or, en 2 Thessaloniciens 3, le problème de l’oisiveté est toujours présent. Paul donne alors de forts conseils sur la nécessité de travailler – en fait, c’est le passage le plus fort sur ce sujet dans toute l’Écriture. Quelqu’un qui ne travaille pas ne tient pas l’enseignement de Paul (2 Thessaloniciens 3:6). Cet enseignement est venu de Paul en paroles et en actes. Chaque fois que Paul mangeait la nourriture de quelqu’un d’autre, il la payait (3:8). Il leur a dit sans ambages : “Si quelqu’un ne veut pas travailler, il ne mangera pas” (3:10). Tous les gens devraient être capables de faire quelque chose de leur temps et de contribuer à leur propre nourriture et à celle des autres. Au lieu de cela, il y avait ceux qui étaient oisifs et qui causaient des problèmes par la façon dont ils utilisaient leur temps. Paul met Timothée en garde contre ces personnes (1 Timothée 5:13). Son conseil va plus loin : ne t’associe pas avec des personnes oisives. Cela implique de ne pas leur fournir de nourriture. Il doit être averti en tant que frère de sa mauvaise façon de vivre, afin qu’il change. Nous devons tous réfléchir à ce que nous et les autres faisons pour pouvoir manger. Nous devons contribuer en travaillant et en gagnant notre droit à manger. Novembre

Le 21 Novembre

Il y a un certain nombre de principes importants dans 1 Timothée, chapitres 1, 2 et 3, et ils véhiculent tous l’amour. Les principes sont exposés en premier lieu, puis nous avons les conditions et les qualifications qui nous aident à dépeindre l’amour dans notre façon d’agir, dans le but de nous faire savoir comment “nous conduire dans la maison de Dieu”, chapitre 4 verset 15, c’est-à-dire comment nous devrions agir en tant qu’enfants de Dieu. Le premier principe est que nous ne devons pas enseigner de faux enseignements et que nous devons contester ceux qui, dans notre communauté, enseignent de fausses doctrines (chapitre 1, versets 3 et 4), car cela provoque la désunion et des problèmes. Afin d’être capable de reconnaître cela et d’être correctement équipé pour contester, nous devons savoir ce que Dieu détermine comme étant les vraies doctrines, et donc nous devons constamment vérifier nos croyances et notre compréhension avec ce qui est écrit dans la Bible. Dans 2 Timothée 3, versets 16-17, Paul explique clairement comment les Écritures nous aident dans notre vie. Remarquez au chapitre 1, verset 5, que la raison de ne pas enseigner de fausses doctrines et de contester ceux qui le font est l’amour ! Il s’agit de l’amour pour Dieu, de l’amour pour Jésus et de l’amour pour nos frères et sœurs – Jésus nous dit dans Jean 15 versets 9-14 ce qu’est l’amour – par amour, Jésus a fait ce que son père voulait, par amour, Jésus a donné sa vie pour ses amis, par amour, nous obéissons aux commandements, par amour, nous nous efforçons d’encourager nos frères et sœurs à entrer dans le royaume et par amour, nous faisons de notre mieux pour être comme Jésus. L’amour doit être au centre de tout ce que nous faisons. Le problème, c’est que si nous ne montrons pas toujours de l’amour à nos frères et sœurs, certains d’entre eux “s’égarent”, verset 6-7, et il est donc important d’éviter les fausses doctrines. Les frères et sœurs qui veulent être des enseignants et exigent ce statut sont orgueilleux et c’est mal – nous remarquons dans Néhémie 9 que c’est l’arrogance qui a fait que les enfants de Dieu ont été punis par la captivité (verset 29-31). La leçon est vraie aujourd’hui – si nous voulons que Dieu soit gracieux envers nous, nous devons faire de notre mieux pour faire ce qu’il dit. Le principe suivant dans Timothée est de “bien utiliser la loi [de la vie et de la mort en Jésus]”, car elle est bonne (chapitre 1, verset 8). Donc, dans l’amour, nous devons utiliser cette connaissance correctement, en nous rappelant que notre motivation pour cela est l’amour de Dieu, de Jésus et de nos frères et sœurs, donc c’est important. Car si nous sommes motivés par l’amour, nous ne serons pas des “transgresseurs de loi” ou des “rebelles” et nous n’aurons donc pas à craindre la loi ! La loi ne s’applique alors qu’aux frères et sœurs qui sont inclus dans la liste du verset 9-11. Cependant, nous devons nous examiner et nous demander si un élément de cette liste nous décrit ou si nous ne faisons que faire preuve d’amour. En nous examinant et en examinant nos actions, pensez aussi à ce que Jésus dit dans Matthieu 5 à propos de choses comme la luxure et l’adultère ou la colère et le meurtre. Nos convictions chrétiennes nous encouragent fortement à changer notre regard sur tout pour avoir un amour comme Jésus – son amour a été démontré en donnant volontairement sa vie pour que nous puissions être dans le royaume – c’est la priorité, dictée par l’amour. Notre prochain principe est l’exemple concret de la repentance de Paul et de son changement de direction. Avant sa conversion et sa “repentance”, il n’avait pas fait preuve d’amour, mais il y a de l’espoir pour nous tous, car nous pouvons tous être changés si nous sommes sur le mauvais chemin, versets 12-14. C’est la grâce, la miséricorde et l’amour qui ont changé les croyances de Paul, et il a complètement changé de direction, il a changé sa vie, en d’autres termes il s’est repenti. Le fait est que Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs comme Paul, qui s’opposaient à Dieu, et pour sauver les pécheurs comme nous qui enfreignons continuellement ses commandements. C’est une chose dont nous devons nous souvenir et que nous devons accepter comme une parole “digne de foi”. C’est pourquoi nous nous souvenons et rompons le pain et buvons du vin chaque semaine pour louer Dieu et Jésus pour la miséricorde dont ils font preuve envers nous tous, verset 17. Néhémie 9 est le récit de la confession et de la repentance du peuple, mais il inclut la reconnaissance des erreurs passées et la détermination à changer. Le dernier principe de ces chapitres de Timothée concerne peut-être notre culte, et cela aussi est important. Nos prières ne doivent pas être centrées sur nous-mêmes, nous devons prier pour tout le monde, y compris pour nos gouvernements, chapitre 2, versets 1-2, remarquez qu’il ne s’agit pas d’une liste de demandes, mais d’une prière pour une vie paisible et tranquille, pour qu’il n’y ait pas de tensions avec les autres, c’est-à-dire une prière pour l’amour, ce qui est “agréable à Dieu”, verset 3, et pourquoi ? C’est parce que Dieu veut que tous soient sauvés, verset 4, donc tous ces principes doivent nous aider à être sauvés – c’est l’amour et c’est sans controverses ! En fait, nous prions pour que Dieu nous utilise pour être de bons exemples en démontrant notre amour en faisant de notre mieux pour plaire à Dieu et à Jésus. Paul nous rappelle à nouveau qu’il n’y a qu’un seul moyen de venir à Dieu, et c’est d’accepter pleinement Jésus et d’essayer d’aimer comme il a aimé, versets 5-6. Nous l’avons reconnu lorsque nous avons été baptisés et que nous avons confessé que nous consacrions notre vie à une vie d’amour comme Jésus l’a fait. Ainsi, lorsque nous prions, nous ne devons pas prendre part à une quelconque colère ou dispute, verset 8. En fait, Jésus a répété dans Matthieu 5 que si nous avons une dispute avec un frère ou une sœur, nous devons laisser notre “cadeau” [ou prière] à l’”autel” afin de pouvoir nous réconcilier d’abord avec notre frère ou notre sœur. Il s’agit là d’un principe important, car si nous sommes en conflit avec un frère ou une sœur et que nous n’essayons pas de le résoudre, Dieu n’écoutera pas nos prières ! Il est donc important que nous examinions notre attitude envers nos frères et sœurs et que nous nous demandions si nous agissons dans l’amour ou non. Après ces principes, nous avons maintenant des exemples de la manière dont nous sommes aidés à nous en souvenir dans notre vie de tous les jours et Dieu nous donne des rappels quotidiens pour nous aider à aimer et à faire preuve de la bonne attitude. Les frères doivent prier sans colère ni dispute, verset 8, les sœurs doivent s’habiller modestement et démontrer leur amour par leurs actions, verset 9-10. Les frères et les sœurs doivent aussi continuellement représenter la parabole ou l’image de Jésus et de l’Église dans leur vie pour se rappeler le péché, versets 11-15. Ces versets n’ont rien à voir avec le fait que le frère ou l’homme soit le “patron” de la femme ou de la sœur, il s’agit d’un rappel aimant donné par Dieu pour nous aider à nous souvenir de l’amour. Le verset 22-33 d’Éphésiens 5 nous aide à voir la relation entre la sœur et l’Église et entre le frère et Jésus ; ces versets de Timothée sont donc un rappel aimant pour nous aider à aimer davantage. Il n’y a qu’un seul moyen d’être sauvé et c’est en Jésus, donc la “procréation” du chapitre 2 verset 15 doit impliquer Jésus et ce n’est que si la femme (l’église) continue dans la foi, l’amour et la sainteté avec la bonne attitude que le salut sera atteint. La sélection des surveillants et des diacres au chapitre 3 nous montre également combien la préparation est nécessaire et combien nous avons de meilleures chances d’avoir une harmonie dans notre communauté si nous suivons ces critères de sélection. Si nos “leaders” font preuve d’amour en suivant tous ces principes, alors notre église est mieux équipée pour faire preuve d’amour elle aussi, si nous ignorons ces critères de sélection, nous finirons par avoir des disputes. Les critères de sélection du chapitre 3 ne sont donc pas conçus pour exclure ceux qui ont commis des erreurs, mais pour garantir l’existence de l’amour et de l’harmonie. Novembre

Le 22 Novembre

À la fin de Néhémie 9 et au verset 38, nous lisons que les enfants de Dieu ont conclu un “accord contraignant” pour s’engager à suivre la loi de Dieu, et ce à cause de la confession qu’ils ont faite plus tôt dans le chapitre 9. Ils ont confessé qu’ils avaient péché contre Dieu et ils voulaient maintenant essayer d’arranger les choses en se repentant de leurs péchés et de leurs actions antérieures ; ils ne se repentaient pas seulement de leurs propres actions mais aussi des péchés de leurs prédécesseurs. La lecture d’aujourd’hui, au chapitre 10, représente donc leur contrat et leur accord sur la manière dont ils allaient essayer de suivre les enseignements de Dieu, et ils allaient utiliser ce contrat comme un rappel pour eux. Ce rappel et ce contrat sont très similaires à notre baptême. Nous avons reconnu notre besoin de pardon et de repentance et nous avons marqué notre “contrat” par le baptême. Nous pouvons utiliser cet “accord contraignant” pour nous rappeler que nous devons aussi suivre les lois de Dieu maintenant. Tout comme notre baptême était une confession publique, c’est-à-dire devant les autres, ce contrat était aussi devant les autres et nous le voyons dans la liste de noms au début du chapitre. Nous voyons ensuite les éléments qui étaient inclus dans le contrat et nous devons également les utiliser comme modèle afin d’essayer de suivre les voies de Dieu. Le premier point concerne la séparation d’avec ceux qui ne partagent pas la même foi que nous, verset 28. C’est un très bon point de départ pour notre vie chrétienne, car si nous devenons amis avec des non-croyants, il y a un réel danger qu’ils nous influencent négativement. Le Psaume 101 dit la même chose, en ce sens que si nous nous mêlons aux non-croyants, nous deviendrons comme eux, c’est pourquoi il nous est fortement conseillé de ne nous mêler qu’aux croyants afin que nous nous encouragions tous à être pieux. Le peuple s’est mis d’accord pour “suivre la loi de Dieu”, verset 29, ce qui implique d’obéir soigneusement aux choses enseignées par Dieu. C’est un encouragement pour nous à lire la Bible et à essayer de mettre en pratique dans nos vies les enseignements que nous y trouvons. C’est aussi ce que nous avons accepté de faire lorsque nous avons été baptisés. Les gens ont promis de ne pas laisser leurs filles se marier avec ceux qui ne partagent pas la même foi, verset 30, pour des raisons similaires à celles du mélange avec les autres. La leçon que nous pouvons en tirer est que l’amour que nous portons à nos filles est tel que nous voulons qu’elles soient dans le royaume de Dieu, par conséquent nous ne voulons qu’elles épousent des hommes qui visent aussi le royaume, c’est un idéal très pratique à atteindre. Bien que nous n’observions plus le sabbat parce que nous rompons le pain et buvons du vin le premier jour de la semaine, c’est-à-dire le dimanche, les leçons sont toujours pertinentes, verset 31. Nous devrions essayer de garder le dimanche libre pour nous souvenir uniquement de Dieu et de son fils Jésus, nous bénéficierions mieux d’une journée de concentration et d’adoration de Dieu. Garder le “sabbat” saint était un excellent moyen pour les enfants de Dieu de se préparer et de se concentrer sur Dieu. Les autres versets parlent de donner des choses pour l’œuvre de Dieu, qu’il s’agisse d’argent, de récoltes ou d’animaux, toutes ces choses pouvant contribuer à l’œuvre de Dieu. La leçon est donc claire pour nous aussi : nous devons contribuer à l’œuvre de Dieu, quelle que soit notre situation financière. Nous pouvons apporter du bois de chauffage pour aider à la cuisine si c’est tout ce que nous avons – nous avons tous la responsabilité de “donner au Seigneur” et notre “don” aide les autres. Nous pouvons apporter de la nourriture afin d’aider ceux qui n’ont rien. C’est ce que nous avons accepté de faire lorsque nous avons été baptisés. C’est donc une excellente leçon à utiliser pour réfléchir à ce que nous donnons au service de Dieu. Amos 2 continue avec la punition que Dieu donne à toutes les nations qui s’opposent à lui, dans ce chapitre cela inclut Juda et Israël. Ce chapitre nous rappelle que Dieu voit tout, qu’il voit nos actions ainsi que celles des nations et que tous subiront les conséquences de leur incapacité à suivre les voies de Dieu. Dieu veillera toujours à ce que justice soit faite, que ceux qui font le bien soient bénis et que ceux qui font le mal soient maudits. Ces bénédictions et ces malédictions se produiront lorsque Jésus reviendra, c’est pourquoi il est temps pour nous d’être sérieux dans notre façon de suivre les voies de Dieu. Dieu est clair sur la manière dont il traitera ceux qui ne le suivent pas, verset 4 – parce que son peuple l’a remplacé, il prononcera un jugement sur eux, verset 5. La maltraitance d’autrui et de nombreuses actions impies sont condamnées aux versets 6-7 et Dieu est clair sur le fait qu’en raison de l’aide qu’il nous a apportée dans le passé, par exemple aux versets 10-11, nous devons le respecter et le suivre et ne pas continuer à maltraiter les autres, par exemple au verset 12, et si nous ne nous souvenons pas de suivre Dieu, il nous “écrasera”, au verset 13. Dieu nous donne toutes les occasions de le suivre, il nous donne des rappels et des exemples de la manière dont nous pouvons démontrer notre amour pour lui parce qu’il nous a aimés. 1Timothée 4 nous rappelle tristement que les gens abandonneront leur foi et commenceront à croire aux mensonges, verset 1-2, nous ne devons pas être confus par le mot “démon”, il signifie simplement un faux enseignement. Par “menteurs hypocrites”, le contexte suggère qu’il s’agissait de Juifs impies. Ce que Paul veut dire ici à Timothée, c’est que nous devons constamment lire nos bibles pour nous assurer que nous apprenons ce que Dieu veut, il dit que nous devons nous “consacrer” à la lecture, à l’enseignement et à la prédication, verset 13. Notre respect de la parole de Dieu devrait être évident dans la manière dont nous nous y consacrons et dans le respect de l’accord que nous avons passé lors de notre baptême, verset 15-16. Dieu sait que nous échouons toujours, c’est pourquoi il nous donne des rappels et des exemples de la façon dont d’autres ont échoué et appris. 1Timothée, chapitre 5, nous indique comment traiter notre famille spirituelle et faire preuve de respect les uns envers les autres, par exemple envers les veuves. Il y a des messages clairs sur la façon dont nous devons traiter les différentes situations dans lesquelles les veuves se trouvent, nous devons les traiter comme des individus et les veuves doivent aussi être responsables de ce qu’elles doivent attendre. Plus loin dans le chapitre, nous avons des leçons sur les anciens et sur la manière dont ils ne doivent pas faire preuve de favoritisme (verset 21). Toutes ces leçons sont ce que nous avons accepté lorsque nous avons été baptisés et nous devrions faire de notre mieux pour suivre ce que Dieu veut. Nous avons tous des responsabilités les uns envers les autres et nous devons essayer de saisir les occasions que Dieu nous a données de faire ce qu’il veut, versets 17-20. Novembre

Le 23 Novembre

Néhémie 11 est un exemple de la manière dont le peuple de Dieu a accepté de bonne grâce les différents rôles qui lui ont été assignés. Tous semblent accepter leur rôle et c’est une bonne leçon pour nous qui travaillons en équipe volontaire dans notre ecclésia et dans la communauté christadelphienne au sens large. Chaque rôle a une importance égale, mais les rôles sont attribués en fonction des exigences de Dieu. Dans cet exemple de Néhémie, nous avons les prêtres, verset 10, et les lévites, verset 15, qui avaient la plus grande responsabilité de diriger en raison de leur allégeance à Dieu lorsque Moïse a conduit tout le peuple hors d’Égypte. Mais comme nous aujourd’hui, ceux qui avaient des talents particuliers représentaient le peuple de différentes manières. Par exemple, les Lévites, au verset 17, dirigeaient les actions de grâces et la prière ; il y avait des portiers, verset 19 ; des chanteurs, verset 22 ; des organisateurs, verset 24, et des artisans, verset 35. Chacun avait un rôle spécifique et tous travaillaient pour le bien de l’ensemble de la communauté. Il y avait du respect pour la terre de chacun, car tous prenaient leur terre ancestrale, verset 3 et 20, personne n’essayait de profiter des autres qui n’étaient pas encore retournés en Israël. Tout ceci est une leçon pour nous dans la manière dont nous acceptons les différents rôles dans nos ecclésiastiques alors que nous servons Dieu et les uns les autres. Il était nécessaire que des personnes vivent à Jérusalem pour garder et protéger la ville et les volontaires ne manquaient pas car il était bon d’être au centre du culte car il y avait des bénédictions, Psaume 87 versets 1-6. Cependant, afin de réduire le nombre de volontaires et de s’assurer que le travail nécessaire puisse se poursuivre ailleurs, on a tiré au sort (verset 1), ce qui a permis à Dieu d’intervenir dans le processus de décision. Remarquez que tous les gens ont soutenu la décision, montrant ainsi leur unité et leur engagement les uns envers les autres. C’est une grande leçon à tirer pour nous, car nous acceptons nos rôles dans l’Église et nous nous soutenons volontairement les uns les autres. Amos 3 nous rappelle ce qui ne va pas lorsque le peuple de Dieu ne travaille pas ensemble pour suivre Dieu. Bien que Dieu les ait fait sortir d’Égypte (verset 1) et qu’il les ait choisis comme son peuple spécial (verset 2), ils ont péché contre Dieu. Les questions que Dieu pose dans les versets 2 à 6 nous invitent toutes à répondre par un “non” évident, et Dieu déclare de manière tout aussi évidente qu’il a toujours révélé ses plans à son peuple (verset 7), il n’a jamais caché ses plans, il nous a toujours fait part de ses exigences. Il ne faut donc pas s’étonner que Dieu réponde en punissant son peuple lorsqu’il désobéit et que, par conséquent (verset 11), un ennemi vienne et, malheureusement, tout comme une brebis ne peut être sauvée de la gueule d’un lion (verset 12), son peuple ne peut être sauvé de l’ennemi. Dieu détruira les choses qui nous éloignent de lui, verset 13-15. 1Timothée 6 contient des avertissements similaires pour nous, le respect doit être montré par tous envers tous, qu’ils soient esclaves ou maîtres, versets 1-2. Nous sommes mis en garde contre les dangers d’aimer l’argent et de remplacer Dieu par lui en faisant confiance à l’argent plus qu’à Dieu, verset 6-10. L’amour de l’argent engendre toutes sortes de maux et n’apportera que du malheur dans nos vies. Il nous est dit d’être satisfaits et de nous concentrer sur la vie éternelle, verset 11-16. Ce n’est qu’en servant volontairement Dieu et Jésus que nous pouvons gagner la vie, tout le reste ne fait que nous empêcher de gagner la vie éternelle. Il est triste que certains enseignent que la richesse dans cette vie est une récompense de Dieu et aujourd’hui il y a beaucoup de groupes d’églises et d’individus qui pensent qu’être un chrétien peut apporter un gain financier, ils ont tort, verset 3-5. Paul nous exhorte à construire notre foi sur des bases solides afin de pouvoir entrer dans le royaume, versets 17-21. Nous devons tous nous entraider dans notre marche vers le royaume, nous nous servons volontiers les uns les autres et ce n’est qu’en travaillant ensemble dans l’amour que nous resterons fermes dans notre foi. Novembre

Le 24 Novembre

NEHEMIAH 12 : “Il est bon de rendre grâce au Seigneur”. Bien que dans ce chapitre il y ait beaucoup de noms, dans le chapitre nous voyons une “église” organisée ayant une belle communion. Les lévites dirigeaient les psaumes d’action de grâce (v8), pour louer et rendre grâce (v24). Au verset 27, il y a eu une “dédicace de la muraille de Jérusalem”. Cela me semble étrange, une dédicace d’un mur ! !! Mais pour moi, les mots suivants apportent la compréhension. Les Lévites se réunissaient “pour célébrer la DÉDITION dans la joie, avec des actions de grâces, des chants et des instruments de musique”. Ainsi, le peuple se rassemblait pour rendre grâce pour la dédicace – de Dieu, des dirigeants, des prêtres, et du peuple, et cette dédicace de tous, travaillant comme un seul homme, avait été de construire le mur. Il est donc tout à fait approprié que les prêtres et le peuple se rassemblent et rendent grâce et louent le Seigneur Dieu, sachant parfaitement qu’il les a soutenus et encouragés tout au long du processus. v31-39 : Comme il est approprié que les adorateurs marchent sur cette muraille – une partie allait dans le sens inverse des aiguilles d’une montre et l’autre dans le sens des aiguilles d’une montre, mais toutes deux se dirigeaient vers le temple. En marchant sur le mur achevé en direction du temple, chaque personne se rappelait et s’inspirait de la grande œuvre qui avait été accomplie par Dieu et son peuple. Toutes les personnes présentes ce jour-là avaient le même esprit et ne faisaient qu’un avec le Seigneur. v42 “les chanteurs chantaient fort”. Ils ne chantaient pas fort pour être entendus, ils donnaient vraiment tout ce qui était en eux à Dieu. Leurs psaumes, leurs chants, chaque son, chaque voix était dirigé VERS Dieu… partagé avec Dieu. Les mots des psaumes, etc. étaient puissants parce que les chanteurs savaient qu’ils étaient le reflet fidèle de leur cœur, ils ne faisaient qu’un avec les mots et avec Dieu. Lorsque nous pratiquons le culte de cette manière, il est puissant. Quand nous nous contentons de chanter sans dévouement et sans direction, c’est juste une belle chanson ! v43 “Ils offrirent de grands sacrifices et se réjouirent, car Dieu les fit jouir d’une grande joie ; les femmes et les enfants aussi se réjouirent” v47 “Du temps de Zorobabel et de Néhémie, tout Israël donna les portions pour les Lévites, etc”. Nous aussi, en tant qu’église chrétienne, nous nous réunissons régulièrement pour rendre grâce et louer Dieu, pour son amour, son dévouement (fidélité) et sa protection. En marchant vers notre “lieu de rencontre”, nous nous rappelons pourquoi nous nous réunissons collectivement pour adorer, pour rendre grâce à Dieu. Nous nous souvenons non seulement du dévouement de Dieu, mais aussi de l’étonnant dévouement de son fils, et en nous consacrant à eux, nous trouvons la joie dans une merveilleuse communion. “En vérité, notre communion est avec le Père et avec son fils Jésus-Christ. Et nous vous écrivons ces choses afin que votre joie soit complète.” 1 Jean 1:3-4 “Soyez remplis de l’esprit. Parlez-vous les uns aux autres par des psaumes, des hymnes et des chants spirituels. Chantez et faites de la musique dans votre cœur pour le Seigneur, en rendant toujours grâces à Dieu le Père pour TOUT, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ” Eph 5:19-21. AMOS 4 : Adorez en esprit et en vérité (Jean4:23). v1 Le Bashan, la région située à l’est et au nord-est de la mer de Galilée, était (et est toujours) une région de prairies de premier choix, réputée pour son bétail. Dans le verset, les vaches de Bashan semblent symboliser les femmes (et les hommes !) riches qui se complaisaient dans l’indulgence. Bien qu’ils aient eu plus qu’assez, ils ont opprimé les pauvres et écrasé les nécessiteux pour obtenir encore plus de richesses ! Le Seigneur Dieu les avertit qu’à cause de leur style de vie consistant à se plaire à eux-mêmes et non à Dieu, ils seraient emmenés en captivité (v2-3). Il est intéressant de noter que “vous serez emmenés avec des crochets”, car les prisonniers de guerre assyriens étaient emmenés avec une corde attachée à un crochet qui perçait le nez ou la lèvre inférieure. v4-5 Ces versets sont dirigés contre LEUR culte. Dieu souhaite que l’humanité adore en esprit et en vérité, et ces versets montrent que ce n’était pas le cas. Ils avaient corrompu les voies du Seigneur, préférant adorer à leur manière. Ils sont allés à Béthel et à Gilgal, des lieux de culte populaires à l’époque d’Amos. Mais aux yeux de Dieu, ils sont allés pécher. Ils se sont vantés (v5) de leurs œuvres, se trompant clairement eux-mêmes et les autres qu’ils étaient si justes. Vantardise 1 : ils apportaient des sacrifices tous les matins… cela aurait dû être matin et soir Nombres 28:4. Vantardise 2 : ils apportaient la dîme tous les 3 ans. La volonté de Dieu était que les dîmes soient apportées afin que “les Lévites, l’étranger, l’orphelin et la veuve puissent manger et être satisfaits”. Ils apportaient leurs dîmes comme un “rituel”, mais ne vivaient pas les principes de Dieu dans le reste de leur vie. Argument 3 : ils ont brûlé des pains levés en guise d’offrande de remerciement. Le pain levé pouvait accompagner une offrande de remerciement, mais si le pain devait être brûlé, il devait être sans levain (Lv 7:13-14). v6-11 : nous avons ici 5 calamités que Dieu a déjà envoyées sur les Israélites dans le but de les pousser à la repentance. Chaque section se termine par une issue tragique : “et pourtant vous n’êtes pas revenus à moi”. Et donc l’issue finale. “Prépare-toi à rencontrer ton Dieu, ô Israël”. Nous avons été sauvés, “arrachés du feu” comme Lot et sa famille de Sodome et Gomorrhe, mais souvenons-nous de l’avertissement de Jésus – souvenons-nous de la femme de Lot qui regardait en arrière, désirant sa vie antérieure de préférence à une nouvelle vie avec le Seigneur ! 2 TIMOTHÉE 1 : Foi ou crainte. Paul écrit à Timothée comme un père le ferait à son fils bien-aimé, tel était l’esprit de leur relation. Sans doute Timothée était-il préoccupé par la situation de Paul, en prison à Rome, dans l’attente d’une éventuelle exécution. Paul écrit à Timothée pour qu’il garde sa foi active, pour qu’il se souvienne de ce que Dieu a fait pour lui, pour qu’il se souvienne de ce que le Christ a fait pour lui, pour qu’il se souvienne de la foi dont ont fait preuve sa mère et sa grand-mère, etc. Mais Paul ne cherche pas seulement à restaurer Timothée, il révèle aussi en même temps son propre esprit à un Timothée craintif. Nous voyons dans les paroles de Paul qu’il gérait sa situation avec foi et sagesse. Il a rappelé à Timothée sa vocation, selon la volonté de Dieu et la promesse de la vie en Jésus-Christ. Il remerciait Dieu, qu’il servait avec une conscience pure (sa conscience était troublée jusqu’à ce que Jésus le retourne). Il priait nuit et jour. (Cela montre que sa foi était forte. Lorsque nous nous affaiblissons, nous prions moins souvent, bizarrement). La préoccupation de Paul était la foi de Timothée, qu’il savait authentique. Mais elle avait besoin d’être stimulée et mise en action. “Dieu ne nous a pas donné un esprit de crainte, mais de puissance, d’amour et de sagesse”. Paul croyait pleinement. Même s’il souffrait, cela ne troublait pas sa foi, car la foi concerne ce qui est TOUJOURS VRAI, que ce soit dans les bons ou les mauvais moments. Les bons ou les mauvais moments ne changent jamais ce qui est vrai. Y a-t-il un Dieu ? OUI, peu importe. La Bible est-elle la parole de Dieu ? OUI, peu importe. Jésus est-il mon sauveur ? OUI, peu importe. etc. Alors, quand nous luttons, rappelons-nous ces choses qui sont vraies et qui ne peuvent pas nous être enlevées, puis prions pour obtenir de l’aide dans les temps présents. “qui nous a sauvés et appelés d’un saint appel, selon le dessein et la grâce qu’il nous a donnés en Jésus-Christ avant le commencement des temps”. “qui a aboli la mort et apporté la vie et l’immortalité par l’évangile”. “Car je sais en qui j’ai cru et je suis persuadé qu’il peut garder jusqu’à ce jour ce que je lui ai confié.” Paul a engagé sa vie au Seigneur et a laissé sa vie entre ses mains sûres. Sachant qu’il pouvait mourir à tout moment (mais que le moment importait peu) mais qu’en ce jour-là (le retour de Jésus), l’immortalité lui serait accordée. C’est pourquoi Paul (parlant au nom du Seigneur) dit à Timothée et à nous-mêmes : “Tenez fermement le modèle des saines paroles que vous avez entendues de moi, dans la foi et l’amour qui sont en Jésus-Christ. Si beaucoup s’étaient détournés de Paul et du véritable évangile, ce n’était pas le cas d’Onésiphore. Il était un bon exemple à suivre et Paul était souvent rafraîchi par lui – quel était le rafraîchissement fourni ? sans doute la foi et l’amour d’Onésiphore, sa persévérance et son merveilleux esprit de serviteur volontaire de Jésus-Christ, quoi qu’il arrive. Novembre

Le 25 Novembre

Néhémie 13 commence par nous rappeler combien il est important de lire la Bible et de vérifier ce que Dieu attend de nous (verset 1). Ici, nous voyons que les conséquences d’un manque de lecture signifient qu’Eliashib, un Moabite, travaillait en fait comme une sorte de prêtre dans le temple (verset 4) et qu’il avait permis à “l’ennemi” Tobie d’avoir une chambre dans le temple (verset 7). Cela n’était pas censé se produire et lorsque Néhémie l’a appris, il n’était pas content, verset 4. Le fait de ne pas lire signifiait que les exigences de Dieu n’étaient pas vérifiées et que le peuple s’en écartait, et il semblerait qu’une autre conséquence soit que les Lévites n’aient pas accompli leurs tâches, verset 10-11. Nous ne pouvons pas savoir si cela était une conséquence de la présence d’Eliashib ou non, mais nous pouvons être sûrs que les exigences de Dieu ont été négligées. Il a donc fallu que des hommes de confiance assument cette responsabilité, verset 13, s’assurant ainsi que les fournitures appropriées étaient attribuées à leurs frères. Le problème de ne pas toujours vérifier avec Dieu signifie que de nombreuses choses commencent à aller mal et que les gens commencent à faire ce qu’ils veulent, par exemple, certains brisaient le sabbat, verset 15-18, c’était inacceptable et les gens ne se souvenaient pas des leçons sur le sabbat et ne pensaient pas au repos de Dieu, c’est-à-dire le royaume. En tant que leader fort et pieux, Néhémie a pris des mesures pour s’assurer que le sabbat ne soit plus violé à l’avenir, verset 19-22. Néhémie a également découvert que les hommes épousaient des femmes d’autres nations, verset 23, et que leurs enfants ne savaient pas quelle langue parler, verset 24, mais la leçon la plus importante est qu’ils ne savaient pas quel était le bon culte. C’est le problème de tous ces “problèmes” que Néhémie a identifiés – les exigences de Dieu étaient compromises et le peuple remplaçait Dieu comme le seul vrai (et unique) Dieu. Néhémie a correctement défié le peuple et a expliqué comment Dieu était mécontent de telles actions, versets 25-27, certaines de ses actions étaient extrêmes (verset 25) et les “coups” ne sont certainement pas les actions qu’aucun d’entre nous devrait suivre maintenant, mais sa réponse démontre à quel point il est mauvais pour le peuple de Dieu de remplacer et de se rebeller contre Dieu. L’”épilation” des cheveux est intéressante, car l’épilation peut être le signe d’une alliance (contrat) qui est rompue, alors peut-être que notre équivalent est lorsque nous retirons la communion de ceux qui se rebellent contre Dieu jusqu’à ce qu’ils se repentent. Néhémie a donc essayé de corriger toutes ces choses et a également “purifié” les prêtres, verset 30-31, démontrant qu’il prenait le culte de Dieu au sérieux et comprenait ce que cela signifiait d’être dans la famille de Dieu. Que ce chapitre soit un résumé du travail de Néhémie en tant que chef du peuple de Dieu, ou qu’il s’agisse de nouveaux événements survenus au fil du temps, il contient d’énormes leçons pour nous et nous rappelle à nouveau les leçons du “vœu” ou contrat que chacun fait lorsqu’il accepte de faire partie de la famille de Dieu (chapitre 10). Tout au long du chapitre 13, Néhémie demande à Dieu de se “souvenir” de lui, aux versets 14, 22, 29 et 31, il ne s’agit pas pour Néhémie d’être fier de ce qu’il a accompli dans sa vie, c’est une prière pour que Dieu se souvienne de lui quand il établira son royaume dans le futur, notre prière devrait être pour cela aussi, mais nous devrions aussi nous demander ce que Dieu se souviendra des actions de nos vies, seront-elles pieuses ou impies ! Le même message d’essayer d’apprendre les choses de Dieu et de lire la bible ou de se faire lire la bible est dans Amos 5 verset 1, nous devons toujours essayer de suivre ce que Dieu veut. Lorsque nous ne suivons pas les voies de Dieu, personne ne doit s’étonner que Dieu nous retire ses bénédictions, verset 2-3. En raison de l’amour de Dieu pour nous, nous devons essayer de lui obéir dans tout ce que nous faisons. Cependant, Dieu est toujours prêt à être miséricordieux lorsque nous nous repentons, versets 4 et 6, alors pendant que nous avons l’opportunité de le faire, nous devrions considérer comment nous vivons et nous demander si nous sommes pieux en tout et si nous ne le sommes pas, nous devons nous repentir et chercher Dieu correctement. Lorsque nous pensons à nos comportements impies, nous devons nous demander si nous sommes “justes”, verset 7, car c’est là le grand problème des enfants de Dieu, ils avaient l’air religieux dans leur culte mais ils n’agissaient pas correctement, ils ne rendaient pas justice à ceux qui en avaient besoin, par exemple aux versets 10 et 11, ils n’étaient pas pieux envers ceux qui étaient opprimés et qui souffraient. Dieu leur demandait de s’examiner (verset 12) et de changer (versets 14-15). Nous devons continuer à examiner nos actions pour voir si nous ne rendons pas la justice correctement, nous devons prendre soin de tous ceux qui font partie de notre église pour nous assurer que tous ont la “justice”. C’est un défi important que Dieu nous lance car notre culte n’est pas complet si nous ne prenons pas soin de tous les membres du peuple de Dieu de manière pratique et aimante, car si nous ne le faisons pas, les versets 21-27 s’appliquent. C’est une chose à laquelle nous devons réfléchir sérieusement. 2Timothée 2 contient le même message concernant l’apprentissage de Dieu et de Jésus et la responsabilité d’enseigner aux autres, versets 1-2. Les exemples du soldat, de l’athlète et du fermier sont tous des exemples de la manière dont nous devrions nous efforcer de suivre et de respecter l’enseignement de Dieu, chacun ayant une récompense. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’en Jésus (verset 8-10), nous aurons tous la récompense dans le royaume si nous restons fidèles à Dieu et à Jésus (verset 11-13). Ainsi, en tant que frères et sœurs, nous devons nous rappeler mutuellement ces choses, verset 14, nous devrions examiner tous les enseignements de Dieu et voir si nous les suivons. Nous ne devrions pas nous “disputer” sur des mots, nous devrions faire de notre mieux pour suivre ce que Dieu veut, verset 15-16, c’est “faire de notre mieux” qui est important ici, nous ne devrions pas être tentés de changer ce que Dieu veut parce que nous “n’aimons pas” ses exigences ou les trouvons difficiles à suivre. Le message est le même que dans Néhémie en ce qui concerne les dommages causés par ceux qui influencent de manière erronée, versets 17-18, Paul décrit cela comme une “gangrène” – une image forte, mais elle tue si elle n’est pas coupée, nous devons donc être attentifs à ceux qui enseignent une fausse doctrine. Dieu reste toujours le même, verset 19, nous devrions toujours construire sur sa fondation solide, lorsque nous le faisons, nous n’échouerons pas parce que Dieu a toujours raison, si nous construisons sur la pensée humaine, nous échouerons. Les commentaires finaux de Paul dans ce chapitre, c’est-à-dire les versets 20-26, nous instruisent de “construire” notre maison, c’est-à-dire notre communauté, correctement et sur des principes pieux, et d’éviter ces “disputes stupides” qui causent la désunion et l’agitation. 1Corinthiens 3 nous montre aussi que les divisions dans l’église sont mauvaises. Nous devons donc toujours faire de notre mieux pour suivre ce que Dieu veut, nous ne pouvons pas remplacer les voies de Dieu par la pensée humaine, si nous voulons faire partie de l’avenir de Dieu, nous devons vraiment essayer de nous en tenir à ce qu’il veut que nous fassions. Novembre

Le 26 Novembre

Le roi d’Esther a organisé un événement majeur au début de son règne. Il s’agissait peut-être de sa première occasion de réunir son équipe administrative pour apprendre le fonctionnement de son royaume. Cet événement a duré 6 mois. À la fin, il a organisé un festin pendant 7 jours. Le dernier jour de ce festin, il voulait montrer son plus grand trésor – sa reine. Le dernier jour, le roi était “heureux”. Les traductions donnent l’impression que le roi avait bu trop de vin, mais le mot hébreu ne traduit pas vraiment cela. Le mot est dérivé du mot “bon” et il signifie que le roi était bon, satisfait, aimable et heureux. Il n’était pas ivre. Il était arrivé à la plus grande chose de son royaume qu’il était heureux de montrer. Mais la reine n’est pas venue. Ce n’était pas seulement une rebuffade pour le roi, mais pour toutes les personnes présentes et pour le royaume. L’enjeu est énorme. Cela allait créer un précédent de comportement pour toutes les femmes. Comme le dit le verset 18, elle encourageait partout le manque de respect envers les maris. Il y aurait des perturbations dans tous les foyers. Le roi doit agir. Le respect des maris est un principe important. L’obligation pour les femmes de respecter leurs maris est un principe biblique important dans le mariage. Nous l’avons lu dans Éphésiens 5:22, Colossiens 3:18 et 1 Pierre 3:1. Et les maris doivent aimer leurs femmes comme leur propre corps. Contrairement à Esther, Amos 6 décrit le mauvais usage du vin. Israël buvait et se prélassait dans le plaisir, utilisant les richesses acquises par son abus de la justice. Il était fier de ses propres voies, pensant qu’il était pieux. Mais Dieu a dit qu’il les jugerait pour leur orgueil et leurs méthodes. C’est une leçon pour nous de ne pas devenir complaisants comme eux et de penser que nous sommes corrects. Nous devons nous examiner pour vérifier que nous faisons ce qui est juste. 2 Timothée 3 nous dit que la complaisance d’Amos 6 se produira dans les derniers jours. Les gens auront l’apparence d’être pieux mais en réalité ils seront mondains. Les gens seront toujours en train d’apprendre, mais pas sur les bonnes choses. C’est comme aujourd’hui. La piété est difficile à trouver. Comme Timothée, nous devons suivre le bon exemple de l’apôtre Paul et de Jésus. C’est en lisant la Bible régulièrement, et en suivant de près son message, que nous pouvons nous assurer que nous sommes vraiment justes avec Dieu. La Bible peut nous enseigner, nous réprimander, nous corriger et nous former, afin que nous soyons justes avec Dieu. Laissez-la faire cela pour nous. Plus nous le ferons, moins nous risquerons de tomber dans le piège des Israélites de l’époque d’Amos. Nous terminons par le conseil de faire attention – le monde actuel est un lieu de plaisir et d’égoïsme, et nous ne devons pas être comme cela. Novembre

Le 27 Novembre

Dans Esther 2, nous apprenons à connaître Esther. Contrairement à Vashti, elle est obéissante. Elle obéit à son père adoptif et au chef de la maison des femmes. Elle obtient la faveur de ceux qui la voient. Elle est très belle, mais elle n’est pas seulement une reine de beauté. Elle a une bonne personnalité qui lui apporte la faveur. Elle devient donc reine. Le roi a vu des qualités d’humble service qu’il ne voyait pas chez Vashti. C’est le comportement que nous devons avoir nous aussi. Comme le dit Éphésiens 6:7, ” Servez de tout votre cœur, comme si vous serviez le Seigneur, et non des hommes. “
Amos 7 nous montre que Dieu est à l’écoute de son peuple. Par deux fois, Dieu était sur le point d’amener le désastre sur Israël, et par deux fois, il s’arrête à cause de l’appel d’Amos. Cependant, Dieu a finalement tiré un trait sur le temps qu’il était prêt à supporter le péché d’Israël. Nous voyons cela dans le fait qu’il a renvoyé le prêtre de Béthel. Dieu fera de même pour le monde dans lequel nous vivons. Il fixera une limite à la méchanceté de l’homme et dira “assez”. Lorsque ce moment viendra, nous devrons nous assurer que nous sommes du côté de Dieu. Nous devons être comme Amos – servant humblement Dieu et évitant les voies du monde. La lettre à Tite, ainsi que les lettres à Timothée, nous donnent des informations pratiques sur la manière de gérer les ecclésiastiques. Dieu veut que les ecclésiastiques s’appuient sur la foi et la connaissance de la vérité et qu’ils utilisent cette connaissance pour être pieux (1:1). Le rôle des anciens est essentiel dans les ecclésiastiques. Ils doivent prendre la direction des opérations, et ils doivent avoir les bonnes qualités pour le faire. Il y a beaucoup de rebelles, de faux enseignants et de personnes qui sèment la discorde. L’ecclésia a besoin d’être protégée contre eux. Mais chacun a un rôle à jouer (chapitre 2) – les hommes âgés, les femmes âgées, les jeunes hommes et les jeunes femmes. Chacun doit se comporter de manière pieuse, en servant humblement Dieu et non soi-même. Cela inclut la soumission aux autorités. Le message clé de tous ces passages est la nécessité d’un service humble et obéissant à Dieu. Hébreux 12:28 nous dit : “Puisque nous recevons un royaume qui ne peut être ébranlé, soyons reconnaissants, et rendons à Dieu un culte agréable avec respect et crainte”. Tout comme Esther a servi avec obéissance avant de recevoir le royaume, utilisons notre temps pour faire de même. Novembre

Le 28 Novembre

Esther 3 et 4 décrivent l’ascension de l’ennemi des Juifs – Haman. Il avait une aversion personnelle pour Mardochée. Mais sa colère n’était pas seulement contre Mardochée. Sa colère était contre les Juifs en général. On nous explique les raisons de cette attitude. Ils étaient séparés des autres peuples et avaient des lois différentes. Ce qui semble s’être passé, c’est qu’ils suivaient les lois de Dieu chaque fois qu’elles étaient différentes des lois du pays. C’est pourquoi Haman ne les aimait pas. Lorsque le peuple de Dieu est fidèle aux commandements et fait confiance à Dieu, alors Dieu entend ses prières. Dieu les sauve. C’est ce qui arrive lorsque le peuple de Dieu fait confiance à Dieu, respecte ses commandements et ne se mêle pas au monde. C’est une leçon pour nous de garder notre séparation et de faire confiance à Dieu. Il écoute toujours son peuple fidèle et finira par le sauver. Il nous sauvera. Amos 8 poursuit le thème du chapitre 7. Israël était le peuple de Dieu, mais à l’époque d’Amos, ils n’étaient pas fidèles. Ils s’enrichissaient illégalement dans tous les domaines et abusaient des pauvres, les vendant pour une simple paire de sandales. C’était un peuple impie sur la terre sainte de Dieu. Amos a parlé d’un temps de troubles qui mènerait à l’exil.
Philémon est un livre sur un chrétien pratiquant. On nous dit que Philémon savait aimer ses frères et sœurs. En fait, son nom signifie “ami”. Il a rafraîchi de nombreuses personnes, et même l’ecclésia s’est tenue dans sa maison. Nous pouvons nous demander si nous avons une si bonne réputation parmi les autres frères et sœurs. Paul était confiant que Philémon suivrait sa demande, en raison de sa bonne réputation.
Philémon nous dit aussi comment aimer quelqu’un. Paul était en prison lorsqu’il a reçu la visite d’Onésime. Onésime a dû chercher Paul, peut-être parce qu’il avait entendu parler de lui dans l’ecclésia de la maison de Philémon. À la prison, Paul et Onésime sont devenus très proches. À la fin, Paul aime Onésime. Il va même plus loin. Il aime Onésime comme lui-même. Quel exemple d’amour ! Onésime était un esclave en fuite, que les Romains auraient méprisé et tué. Mais Paul lui parle et il devient un frère en Christ. Paul conseille aux autres de le considérer également comme un frère en Christ. Dans nos relations avec nos frères et sœurs, assurons-nous d’aimer tous les frères et sœurs profondément, du fond du cœur, même le frère ou la sœur ” le plus bas “. Novembre

Le 29 Novembre

Esther 5 et 6 décrivent le sacrifice de soi d’Esther et l’ascension de Mardochée. Esther montre les qualités d’abnégation de Jésus. Comme Jésus, elle sauve son peuple après une période de trois jours. Comme Jésus, elle a mené sa vie jusqu’à ce point. Comme Jésus, Dieu a travaillé à travers Esther pour apporter le salut. Esther ne travaille pas seule, mais avec le soutien de Mardochée. Comme Esther, Mardochée n’est pas contre le roi et lui a même sauvé la vie. Cela ne correspond pas à ce que pensait Haman, qui prétendait que les Juifs étaient contre le royaume. Le peuple de Dieu doit être un bon citoyen lorsque cela n’entre pas en conflit avec les lois de Dieu. Dieu, qui est juste, veille à ce que de telles personnes justes soient aidées. Mardochée est finalement honoré pour avoir sauvé le roi et Dieu fait en sorte que ce soit Haman lui-même qui doive honorer Mardochée. Dieu intervient dans les affaires des hommes pour s’assurer que sa justice est rendue. Dieu bénira ceux qui bénissent les Juifs et maudira ceux qui les maudissent. Haman s’était attaqué à Dieu et avait trouvé son compte. Dieu est également plus grand que tous les ennemis que nous pouvons avoir. Amos 9 nous dit que personne ne peut se cacher de Dieu. Il n’y a aucun endroit dans aucune montagne, mer ou terre qui puisse se cacher. Personne ne peut combattre Dieu ou enfreindre délibérément les lois de Dieu et s’en sortir. Israël est devenu l’ennemi de Dieu, mais un ennemi différent de Haman. Contrairement aux ennemis des autres nations, Dieu épargnera une petite partie de son peuple. Même s’ils sont abattus, il y aura un réveil. Les mots des versets 11-12 sont cités dans Actes 15:16-18 pour montrer que ce réveil inclut les croyants parmi les Gentils. Et même s’ils sont abattus, Dieu a prévu des choses meilleures pour eux. Le chapitre et le livre se terminent par une image du royaume avec la replantation de son peuple dans ce royaume. Mais ce royaume ne peut être instauré par un peuple qui échoue continuellement. Cela nous amène à la lecture suivante. L’épître aux Hébreux explique la grandeur de Jésus aux Hébreux, que nous appelons les Juifs. En particulier, le livre utilise la loi de Moïse pour montrer comment Jésus était plus grand que les éléments de la loi. Jésus était la représentation exacte de la piété, et il était glorieux. Le premier chapitre compare Jésus aux anges et montre que Jésus est beaucoup plus grand. C’est comme si certains Hébreux essayaient d’adorer les anges et l’auteur montre que c’est une erreur. Même les anges adorent Jésus. Le chapitre 2 s’appuie sur le chapitre 1. Dieu a montré que Jésus était plus grand en lui accordant tant de capacités miraculeuses. Jésus est également celui que Dieu a prévu pour régner sur la terre, et non les anges. Jésus est celui qui sauvera de nombreuses personnes, pas les anges. Pour ce faire, il devait être comme les gens, et non comme les anges. Jésus a été fait de la même chair que nous et a souffert comme nous. C’est comme un Grand Prêtre qui comprend le peuple qu’il représente. Dans le cas de Jésus, c’était bien plus. Il comprend nos souffrances et nos tentations. Nous pouvons être sûrs que nous sommes compris et bien représentés auprès de Dieu. Novembre

Le 30 Novembre

Dans Hébreux 5:11-14, il nous est dit de passer à la nourriture solide lorsque nous sommes matures. Si nous ne sommes pas matures, nous sommes au lait, comme les bébés, et comme les bébés, nous ne pouvons pas rester au lait, nous devons passer à la viande ! Pour ce faire, nous devons lire pour comprendre les enseignements de Dieu. Esther nous parle d’un homme méchant appelé Haman qui avait l’intention de détruire les Juifs, le peuple de Dieu, et comme toutes les personnes qui essaient de détruire les Juifs, Haman a été tué. Haman est décrit comme “vil” 7 verset 6. Nous voyons le résultat final de l’action de Dieu pour résoudre le problème et apporter la justice, 8 verset 17. Au début, le plan semble étrange, car le roi a entrepris de changer de plan après avoir initialement donné son sceau en envoyant le message de tuer les Juifs et maintenant ce message pour le changer et donner un nouvel ordre pour permettre aux Juifs de se protéger. Mais le résultat final a été que les gens ont “craint” les Juifs et se sont convertis, ainsi dans ce changement étrange, mais dirigé par Dieu, des événements, les gens que nous avons effectivement sauvés en faisant partie de la famille de Dieu. Abdias enseigne l’importance de l’amour fraternel – Jacob et Ésaü étaient frères et, par conséquent, il aurait dû y avoir de l’amour, mais il n’y en a pas eu et, même lorsqu’il y a eu une réconciliation, il s’agissait plus d’une tolérance que d’un amour. Ésaü n’a donc pas aimé, tout comme Caïn, et les descendants d’Ésaü, dont nous parlons ici dans Abdias, n’ont pas montré d’amour, versets 12-14. Le message est donc que nous devons aimer nos frères et sœurs en Christ. Le peuple d’Ésaü devait être puni et détruit parce qu’il n’aimait pas. Abdias se termine par le royaume. Le royaume de Dieu arrive et Dieu délivrera – il délivre à cause de Jésus et dans Hébreux 3 verset 1 nous avons le but de la fraction du pain qui est de fixer nos yeux sur Jésus. Le début de l’épître aux Hébreux nous montre à quel point Jésus est grand et que nous venons dans sa “maison” (3, verset 6), mais c’est conditionnel car nous y restons “si” nous gardons la confiance. Nous avons ensuite un avertissement pour nous rappeler comment nous avons été sauvés, tout comme le peuple d’Israël a été amené hors d’Égypte. Mais ils ont cessé de croire en Dieu et sont morts. Nous devons faire attention à ne pas cesser de croire. Dans Hébreux 4, nous voyons la priorité pour nous d’entrer dans ce repos. Nous nous souvenons de la mort et de la résurrection de Jésus et de la fraction du pain, ce qui nous permet de rester forts dans la foi et de continuer à avancer pour atteindre le royaume. C’est une grande espérance en Jésus et nous devons toujours fixer nos yeux sur lui, ce qui signifie aussi que nous fixons nos yeux sur Dieu. Novembre

Le 1er Decembre

ESTHER 9 : “Mais ils ne mirent pas la main sur le butin”. C’était une année étrange (environ 470 av. J.-C.) au sein de l’empire perse. Le peuple avait reçu des instructions sur ce qui se passerait le 13e jour du 12e mois… le premier message disait que le roi soutiendrait la destruction des Juifs dans tout son royaume ce jour-là, comme l’avait proposé Haman l’Agagite. Peu de temps après, un second message a été envoyé indiquant que le roi avait changé d’avis et qu’il aiderait désormais à protéger les Juifs et les soutiendrait dans la destruction de leurs ennemis ce jour-là, comme l’ont proposé Mardochée (un Juif) et la reine Esther (une Juive). Si vous étiez juif, vous seriez incroyablement reconnaissant de la tournure des événements et de votre sauvetage. Avaient-ils prié et jeûné, comme Esther et Mardochée ? Ce qui est évident dans ce chapitre est la phrase qui est dite 3 fois, “mais ils ne mirent pas la main sur le butin” (versets 10,15,16). La lettre de Mardochée contenait-elle ces instructions ? Dans le livre d’Esther, en tant que croyant, nous savons que la main de Dieu est à l’œuvre. Nous voyons la réponse à la prière et au jeûne, les récompenses de l’attente et de la foi, les humbles qui s’élèvent, etc. Je suis convaincu que Mardochée aurait rappelé aux Juifs de la lettre leur histoire. Je suis sûr que Mardochée aurait rappelé aux Juifs dans la lettre leur histoire, dont une partie concernait les ennemis des Juifs. Haman était un Agagite et un Amalécite, un ennemi de longue date. Au temps de Moïse, lorsque les Israélites étaient dans le désert, ils étaient attaqués par les Amalécites. À cause de leur haine des Juifs, le Seigneur a dit à Moïse : “Écris ce rouleau pour qu’on s’en souvienne… Je détruirai complètement la mémoire d’Amalek” Exode 17:14 et “Le Seigneur sera en guerre contre les Amalécites de génération en génération” Exode 17:16. Bien des années plus tard, dans 1 Sam 15, le roi Saül, un Benjamite, reçoit de Dieu l’ordre de détruire totalement les Amalécites et leurs biens (troupeaux, etc.). Saül n’a pas été fidèle à la parole de Dieu et a CHOISI ce qu’il a détruit et ce qu’il a sauvé – lui et ses hommes ont gardé le meilleur pour le PLUNDER. 1 Sam 15:19 “Pourquoi as-tu pris le butin et fait le mal aux yeux du Seigneur ?” Près de 600 ans plus tard, Haman (un Amalécite) détestait les Juifs et voulait tous les détruire – mais les Juifs avaient maintenant l’occasion de se venger de leurs ennemis. Mardochée, également Benjamite (Esther 2:5), devait être très familier avec les succès et les échecs de Saül, et donc il détruirait les ennemis des Juifs, mais il ne prendrait aucun butin. SOUVENEZ-VOUS : Des lettres étaient envoyées aux Juifs pour qu’ils fassent la fête chaque année. “Comme le temps où les Juifs ont été soulagés de leurs ennemis, et comme le mois où leur peine s’est transformée en joie”. (Verset 22) et “Ces jours doivent être rappelés” dans chaque génération, partout. Alors, pourquoi se sont-ils souvenus et ont-ils célébré ? Leur “chance” avait-elle changé ? Ou bien ont-ils célébré à cause de quelques Juifs intelligents, Mardochée et Esther ? Ou bien était-ce la fierté nationale ? Pour le croyant, à l’époque et aujourd’hui, il est certain qu’en se rappelant les événements, nous pouvons voir la main de Dieu à l’œuvre. Son sauvetage, sa fidélité, sa justice, etc., et le vrai croyant, lorsqu’il est conscient de la miséricorde du Seigneur, rend humblement grâce et loue le Seigneur avec une grande joie. Jonas 1 : Nous sommes tous des “travaux en cours” Nous faisons certaines choses bien et d’autres mal… et Jonas aussi. v 1 : “La parole du Seigneur fut adressée à Jonas, fils d’Amittai”. Nous voyons le même personnage dans 2 Rois 14:25 “selon la parole du Seigneur Dieu d’Israël, qu’il avait prononcée par son SERVITEUR Jonas.” Donc Jonas avait déjà fait un travail pour le Seigneur, en prêchant à Israël. v2 : Le Seigneur dit à Jonas d’aller à Ninive et de leur dire combien ils étaient méchants, et que Dieu agirait en conséquence. Imaginez que vous êtes Jonas, il y a plus de 500 miles jusqu’à Ninive. Les habitants de Ninive étaient fiers, cupides, brutaux, etc. et, qui plus est, ils étaient de dangereux ennemis d’Israël. Jonas n’était pas disposé à prêcher à Ninive. Une partie de cette “réticence” est enregistrée dans Jonas 4:2, “car je sais que tu es un Dieu gracieux et compatissant”. Jonas voulait que les Ninivites meurent dans leurs péchés, il ne voulait pas qu’ils soient pardonnés. Sommes-nous parfois comme Jonas ? Souvenez-vous que Jésus nous dit de prier pour ses ennemis (et il l’a fait !). Jonas se sépare donc “de la présence du Seigneur”. Il était déjà séparé en esprit (parce que Dieu voulait pardonner), et maintenant il cherche à se séparer davantage. Aussi loin que possible. Jonas croyait-il vraiment qu’il pouvait échapper au Seigneur ? “Où puis-je m’éloigner de ton esprit ? Où pourrais-je fuir ta présence ?” (Nulle part !) Psaume 139:7, dans le même psaume, verset 24 “vois s’il y a en moi quelque voie offensive et conduis-moi dans la voie de l’éternité”. Si nous luttons pour faire la volonté de Dieu, prions pour de l’aide, demandons un nouveau cœur, un nouvel esprit, etc. afin d’être conduits dans le chemin et de ne pas nous égarer. Le Seigneur a envoyé une grande tempête. L’équipage a crié à ses dieux, ils ont tiré au sort la cause de la tempête et ont découvert que Jonas était à blâmer – ils lui ont demandé ce qu’ils devaient faire. V12 : “Prends-moi et jette-moi dans la mer…” Jonas a accepté la situation et était prêt à perdre sa vie pour le bien de l’équipage. v13 : les hommes du navire ont montré leurs “bonnes” qualités. Ils ont essayé de sauver Jonas et eux-mêmes en ramant vers le rivage, mais la tempête a empiré. Ils ont crié au Seigneur et ont prié, puis, sans le vouloir, ils ont jeté Jonas à la mer, sachant que c’était la volonté de Dieu (ils ont fait la volonté de Dieu même s’ils ne le voulaient pas !). La mer s’est calmée, et les hommes ont craint le Seigneur à l’excès, ont offert un sacrifice et ont fait des vœux. Ninive ferait-elle de même ? Quant à Jonas, le Seigneur avait préparé un grand poisson pour l’avaler, non pas pour qu’il meure, mais pour qu’il vive, conscient de la “présence du Seigneur”. Hébreux 6+7 : Melchisédek. Lorsque nous lisons nos Bibles, nous ne voyons pas toujours l’importance des mots. Par exemple, lorsque nous lisons Genèse 14:18-20. “Alors Melchisédek, roi de Salem, apporta du pain et du vin ; il était le prêtre du Dieu Très-Haut. Il le bénit et dit : “Béni soit Abram du Dieu Très-Haut, Possesseur du ciel et de la terre ; et béni soit le Dieu Très-Haut, qui a livré tes ennemis entre tes mains.” Et il lui donna la dîme de tout. Je suis sûr que Moïse, qui a écrit ces mots, ne voyait pas non plus leur signification. Mais ces mots étaient des mots choisis, choisis par Dieu. Abraham – un homme grandement influencé par Dieu, qui a reçu de grandes promesses et la perspective de la vie éternelle, mais il a reconnu que cet homme, Melchisédek, était plus grand que lui – ce Melchisédek avait reçu une plus grande autorité qu’Abraham, et Abraham l’a reconnu (Melchisédek a béni Abraham et Abraham a donné la dîme à Melchisédek, ce qui signifie qu’Abraham a reconnu Melchisédek comme le prêtre choisi par Dieu). Bien que Melchisédek ait occupé une position si élevée, on ne parle jamais de lui avant 1000 ans. Pour moi, ces trois versets de Genèse 14 sont une petite graine délibérément plantée par Dieu pour se révéler plus tard, au bon moment, pour révéler le but complet de cette graine. Psaume 110:4. Le Seigneur l’a juré et n’en démordra pas : “Tu es prêtre pour toujours, selon l’ordre de Melchisédek.” C’est la seule autre mention de Melchisédek dans l’Ancien Testament. – Il y a 23000 versets dans l’OT. En ce qui concerne Melchisédek, il y a 3 versets dans Gen 14, et 1000 ans plus tard ces mots (un verset) dans le Psaume 110. Le psaume 110 est le psaume le plus souvent cité dans le N.T. et ce n’est pas étonnant. Nous pouvons voir dans ce psaume : v 1 que le messie est plus grand que David (son seigneur) et dans le v 4 qu’il devait être un prêtre pour toujours selon le sacerdoce de Melchisédek, et non de Lévi – un grand prêtre éternel pour remplacer le sacerdoce lévitique. Ainsi, en fait, Dieu disait que le sacerdoce et les lois liées à ce sacerdoce – et dans un temps futur ceux-ci seraient changés en un sacerdoce et des règles d’accompagnement selon la volonté de Dieu. Cette volonté a été révélée dans son fils, en particulier et uniquement en JÉSUS. L’auteur des Hébreux (probablement Paul) pouvait voir que ces 4 versets de l’Ancien Testament ont été plantés par Dieu pour avoir un impact lorsque le fils de Dieu, le Seigneur de David, le grand prêtre de l’humanité et le futur roi a été ressuscité et a reçu la vie éternelle. Le plan de Dieu était là depuis le début et Paul pouvait le voir et il a écrit Hébreux pour partager la merveille de tout cela. Jésus ressuscité a reçu la vie éternelle et c’est pourquoi nous comprenons les mots du Psaume 110 “tu es prêtre pour toujours selon l’ordre de Melchisédek”. (Roi de justice) Lisez vous-même Hébreux 7 et voyez la vérité indéniable concernant Jésus. Decembre

Le 2 Decembre

Bien que Job 1 et 2 utilise le mot “satan” pour dépeindre une conversation entre Dieu et quelqu’un d’autre, il est tout à fait clair que Dieu a le contrôle de “satan”, le chapitre 1 verset 8 nous montre que Dieu a suggéré à Job d’envisager une sorte de test. “Satan” a également reconnu que c’était Dieu qui avait le pouvoir de “tester” Job, verset 11, et ensuite Dieu a donné la permission à “satan” de faire quelque chose, verset 12. La même chose s’est produite au chapitre 2 pour le second “test”, Dieu a posé la question, verset 2, Dieu a suggéré à nouveau Job, verset 3 et Dieu a donné la permission verset 6. Il est absolument clair ici que “satan” n’est PAS un être surnaturel qui incite les gens à faire le mal. Le mot “satan” est simplement un mot que les traducteurs de la Bible n’ont pas traduit correctement et qui signifie simplement “adversaire”. Ce qui se passe ici, c’est que les “anges”, qui signifient “messagers”, sont des personnes qui devraient être pieuses, mais qui critiquent Job et disent qu’il n’est un homme pieux que parce qu’il a une grande famille, de la richesse et la santé. Cela nous est confirmé plus loin dans le livre de Job, mais nous le voyons aussi dans la réponse de la femme de Job à sa maladie au chapitre 2, verset 9. La réponse de Job à la perte de ses enfants et à sa maladie nous montre comment un homme pieux devrait essayer de répondre à toute situation de souffrance, chapitre 1 verset 20-21 et chapitre 2 verset 10. Job nous montre l’attitude correcte qu’il a adoptée face aux déceptions massives de sa vie (chapitre 1, verset 22 et chapitre 2, verset 10), c’est-à-dire qu’il n’a pas péché en blâmant Dieu pour sa souffrance. Ainsi, dans ces chapitres, je pense que nous avons une scène qui se joue afin que nous tirions des leçons pour nous aider à comprendre la souffrance et la persévérance. Il ne faut pas être confus par l’utilisation du mot “satan” car il s’agit simplement d’un mot qui signifie “adversaire” ! Dans Job 2, versets 11-13, nous voyons les amis de Job s’assembler dans le but de sympathiser avec Job et de le soutenir, remarquez que pendant 7 jours et 7 nuits, personne n’a dit un mot. Il est toujours bon de réfléchir à ce que l’on va dire dans des situations difficiles, il est toujours sage d’écouter et de ne pas se précipiter avec des suggestions. Cela semble également être un point positif chez Jonas. Jonas était à l’intérieur du poisson et il a eu le temps de réfléchir à ce qu’il avait fait et il a prié, chapitre 2, dans sa prière il a reconnu que seul Dieu pouvait le sauver. Alors qu’il pensait que sa vie s’en allait, il s’est “souvenu” de Dieu et a juré qu’il resterait fidèle. Dans ce cas, Dieu a ordonné au poisson de vomir Job sur la terre ferme, verset 2. Puis Dieu donne à Jonas une seconde chance d’aller prêcher aux habitants de Ninive. Dieu nous “teste” dans nos vies pour voir comment nous réagissons à différentes situations, car ce n’est qu’en faisant face à des situations difficiles que nous pouvons vraiment démontrer notre foi. Hébreux 8 et 9 nous montrent très clairement qu’en Jésus nous avons une nouvelle vie en Christ, la loi ne pouvait pas sauver, mais Jésus le fait et nous pouvons venir à Dieu avec confiance en raison de notre engagement envers lui par notre baptême et Jésus est maintenant notre médiateur, chapitre 9 verset 15. Le résultat final de cet engagement est un “héritage éternel” dans le royaume lorsque Jésus reviendra, c’est pourquoi nous vivons nos difficultés maintenant car un avenir dans le royaume est notre seul espoir. Job et Jonas, malgré leurs erreurs, n’avaient d’espoir qu’en Dieu et même s’ils ne comprenaient pas ce qui leur arrivait, ils avaient quand même confiance en Dieu. Souvent nous nous demandons pourquoi certaines choses nous arrivent dans notre vie actuelle et souvent nous ne comprenons pas, mais le but de Dieu n’est pas de nous donner tout maintenant, son but est d’éliminer le péché et de nous donner le royaume, chapitre 9 verset 26-28. Nos souffrances actuelles font partie de notre nature humaine pécheresse, notre vie actuelle est une période d’entraînement pour voir si nous comptons vraiment sur Dieu et Jésus pour tout. Decembre

Le 3 Decembre

Après le silence de sept jours du chapitre 2, Job rompt le silence au chapitre 3 en déclarant qu’à cause de ses expériences, il aurait mieux valu qu’il ne soit pas né. Tout au long de ce chapitre, il le dit de manière imagée, ce qui nous montre à quel point il a été affecté par ses expériences, c’est-à-dire la perte de sa famille et de sa santé, il ne voyait tout simplement pas le sens de sa propre existence. Il ne dit pas qu’il veut maintenant mourir, il dit que si seulement il n’était pas né, il ne souffrirait pas de ces choses. Il pose de nombreuses questions et répète “Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?”. C’est la même chose que nous lorsque nous souffrons, nous demandons “pourquoi ?”, et peut-être nous sentons-nous comme Job. Un indice de son caractère est dans le verset 25, il était inquiet d’une telle situation, il “craignait” et “redoutait” cette situation, peut-être qu’il se sentait coupable de ce qu’il avait, il a certainement surprotégé sa famille en demandant toujours le pardon pour eux, Job 1 verset 5, mais à la fin de Job il avait appris ces leçons si importantes de Dieu de faire confiance et de ne pas demander pourquoi parce que Dieu fait toujours les bonnes choses. Eliphaz, au chapitre 4, n’aide pas du tout Job, il pense clairement que Job doit avoir péché d’une manière ou d’une autre pour que cette souffrance lui soit infligée. Il semble certainement avoir craint la réponse de Job à ce qu’il allait dire, verset 1, Job était-il “impatient” à ce moment-là ? Était-il prompt à se défendre ? Eliphaz commence par faire l’éloge de Job et reconnaît qu’il est une personne serviable, versets 3-4, beaucoup ont bénéficié de l’aide de Job dans le passé, il est donc clair que Job est un homme bon et pieux, et contrairement à la croyance erronée de son ami, Job n’a pas souffert à cause de ce qu’il a fait de mal. Eliphaz commence à insulter Job, verset 5-6, les mots qu’il utilise suggèrent qu’il était peut-être l’un des “adversaires” de Job, c’est-à-dire un “satan”, il n’était pas complémentaire des “voies irréprochables” de Job. Eliphaz continue avec sa croyance erronée que Job doit avoir péché pour souffrir de cette manière. Les erreurs commises dans notre vie ont évidemment des conséquences, comme Jonas en a fait l’expérience lorsque Dieu a essayé de le détourner de sa fuite, mais Jonas prend tout de même le temps de comprendre pleinement au chapitre 4. Jonas ne pouvait pas comprendre pourquoi Dieu voulait sauver le peuple de Ninive, il savait que Dieu était “gracieux et compatissant” et qu’il sauverait Ninive, mais parce qu’il ne pouvait pas comprendre cela, il a essayé d’aller dans la direction opposée, versets 1-3, et il ne pouvait tout simplement pas faire face au succès de sa prédication et à la repentance du peuple au chapitre 3 et il voulait mourir. Il est très probable que Jonas ait pensé que c’était une très mauvaise idée de sauver les Assyriens parce qu’ils étaient les ennemis d’Israël, et qu’il se soit senti justifié dans ses actions, mais comment peut-il savoir mieux que Dieu ? Le message que nous devons transmettre est donc que Dieu sait toujours ce qu’il y a de mieux, même si nous ne pouvons pas comprendre les raisons de quelque chose, qu’il s’agisse de notre propre souffrance ou de celle des autres. Le point est que nous n’avons pas le droit d’être en colère ou de questionner Dieu, verset 4, peu importe si Dieu nous teste ou nous fait passer par une épreuve, il vaut mieux pour nous d’essayer simplement d’accepter. Jonas n’était toujours pas sûr des raisons de Dieu et attendait toujours de voir ce qui allait arriver à Ninive, verset 5-8, il a encore douté de Dieu et plutôt que de s’en remettre à Dieu, il a attendu pour voir ce qui allait se passer, même s’il a souffert d’un grand inconfort, il a attendu. Le message que nous devons retenir ici est qu’il faut faire confiance à Dieu, il sait ce qu’il y a de mieux, il arrive souvent que nous ne comprenions pas les raisons de quelque chose, mais laissons cela à Dieu – prions-le pour qu’il nous aide et nous donne de la force, mais ensuite allons de l’avant, essayons de ne pas nous attarder sur les problèmes, mais transmettons-lui avec confiance nos préoccupations et passons à la partie suivante de notre service. La réponse de Dieu à Job au verset 9 semble dire que Jonas n’a pas le droit d’être en colère contre la vigne qui se flétrit, car c’est Dieu qui l’a fournie à Jonas en premier lieu, donc encore une fois le message est que nous ne devrions pas questionner Dieu, nous devrions plutôt accepter ses décisions pour nous, Job est l’exemple de celui qui ne blâme pas Dieu pour sa situation. Versets 10-11, Dieu a une raison pour tout, il voulait sauver ces gens et ce n’est pas à nous ou à Jonas de remettre en question ses plans. Dans Hébreux 10, nous voyons que les chrétiens juifs souffraient aussi, versets 32-34, au cours de leurs souffrances, ils ont compati avec ceux qui étaient en prison et ils ont accepté avec joie la confiscation de leurs biens, tout cela parce qu’ils avaient la connaissance du royaume futur qui durerait. Ils ont traversé leurs souffrances grâce à la connaissance de la promesse future et Paul (si c’est lui qui a écrit Hébreux) leur rappelait de “se souvenir”. C’est la confiance que nous avons et Paul ( ?) nous dit de ne pas “jeter” cette confiance car nous serons “richement récompensés” lorsque Jésus reviendra, verset 35-39. Nous devons donc travailler à travers notre douleur et notre souffrance, il y a un avenir pour nous, le message est donc de répondre à Dieu à tout moment. Nous verrons dans le reste de Job qu’il a appris la persévérance et le message dans Hébreux est le même, versets 19-31, nous devons persévérer et faire confiance à Dieu, c’est notre “test”. Nous sommes exhortés à “nous approcher”, à “garder inébranlablement notre espérance”, à réfléchir à la manière dont nous encourageons les autres et à ne pas renoncer à nous réunir, d’autant plus que nous voyons le retour de Jésus se rapprocher. Jésus est notre seul sauveur, il est le sacrifice parfait qui est mort une fois pour toutes. Concentrons-nous donc sur Jésus qui nous a rendus saints, versets 10-13. Decembre

Le 4 Decembre

Eliphaz continue à parler dans Job 5 et, alors qu’il a raison de dire que Dieu est aux commandes et que “heureux l’homme que Dieu corrige”, versets 17-26, il reste dans le jugement, c’est-à-dire au verset 27. Lorsque nous essayons de réconforter nos frères et sœurs qui souffrent, nous ne devons pas les juger. Oui, Dieu peut nous corriger par la souffrance, mais la souffrance arrive à chacun d’entre nous, elle fait partie de notre existence humaine, elle nous rappelle que nous sommes humains et que nous ne serons libérés de notre souffrance que lorsque Jésus reviendra. Michée 1 est une vision triste car Dieu fournit un “témoignage contre” son peuple, verset 1. Il montre qu’à cause du péché de son peuple, Dieu va juger Samarie (Israël) et Jérusalem (Juda) à cause de leur impiété, versets 3-7. Toutes les choses par lesquelles ils ont remplacé Dieu, par exemple leurs idoles, seront réduites en miettes. La réponse du peuple aurait dû être semblable à celle de Michée, c’est-à-dire qu’il aurait dû se lamenter et pleurer (versets 8-16), le jugement aurait dû entraîner la repentance, et à certains égards, ce fut le cas pour Juda sous le roi Ézéchias, lorsque cette vision fut envoyée par Dieu (verset 1). Il s’agit là d’un message important pour nous aussi, à savoir que nous devons réfléchir à nos actions lorsque notre nature humaine pécheresse nous est constamment rappelée, car ce n’est que lorsque nous nous en souvenons que nous pouvons pleinement comprendre la grâce aimante de Dieu qui nous donne la vie. En effet, nous sommes bénis lorsque Dieu nous appelle à accepter Jésus et nous donne la promesse d’un avenir sans souffrance et sans nature humaine dans le royaume. Hébreux 11 est un chapitre merveilleux qui montre comment de nombreux personnages bibliques attendent aussi dans la tombe le retour de Jésus, aucun d’entre eux n’a reçu sa “récompense” à sa mort, versets 13 et 39, tous recevront leur “récompense” avec nous lorsque Jésus reviendra, verset 40. Il s’agit d’un merveilleux chapitre sur la foi et lorsque nous examinons certaines des souffrances que certains ont endurées, nous pouvons voir les souffrances de Job et les nôtres dans leur contexte (versets 32-38). C’est la foi qui nous porte à travers nos souffrances, la foi en Dieu et la foi qu’il fera ce qu’il dit. Notre vie actuelle est temporaire, nous pouvons la considérer comme un entraînement et une démonstration de foi, comme il est dit au verset 1, c’est-à-dire que nous n’avons pas réellement vu ce que Dieu a promis, mais parce que nous le croyons, nous avons foi en lui et la foi est un élément vital de notre vie chrétienne. Ce n’est pas ce que nous faisons qui nous sauve, c’est notre foi qui le fait, et ces exemples nous montrent comment des personnes fidèles ont démontré leur foi dans leur façon de vivre. La lettre aux Hébreux a été écrite à des Juifs qui s’étaient convertis au christianisme mais qui envisageaient maintenant de revenir au judaïsme. La lettre a probablement été écrite entre 63 et 65 après J.-C., soit 30 ans après les événements relatés dans les évangiles. Nous devons essayer de comprendre ce que pensaient ces croyants juifs. Les Évangiles et les Actes des Apôtres nous apprennent que beaucoup de prêtres faisaient partie de ceux qui se sont convertis au christianisme dans les premières années. Lisez, par exemple : Actes 6:1 et 7, Jean 12:42. Lorsqu’un prêtre servait sous la loi de Moïse, il recevait son revenu des offrandes faites par les autres adorateurs. Lorsqu’il partait, il perdait ce revenu. Je me demande si certains pensaient que le sacrifice qu’ils avaient fait en valait la peine. Ils avaient besoin d’être convaincus que le sacrifice fait par Jésus faisait que tout valait la peine. De plus, les Juifs qui ne s’étaient pas convertis cherchaient désespérément à discréditer le christianisme. Ils voulaient montrer que Jésus de Nazareth était un imposteur, qu’il n’était pas vraiment le Messie. La lettre aux Hébreux a été écrite pour relever ce défi. Notons comment la lettre commence : Hébreux 1:1-2. Regardez les points qui y sont abordés. Premièrement, l’auteur indique clairement qu’il croit que tout l’Ancien Testament était la parole de Dieu. Il ne cherche pas à le discréditer. En fait, il y a 7 (peut-être 8) citations directes de l’AT dans ce premier chapitre. Deuxièmement, il dit que Dieu nous a parlé – ces lecteurs du premier siècle – par son Fils. Cela signifie que les paroles et les enseignements de Jésus ont une grande importance. Lisez maintenant Hébreux 2.1-4. Il y a deux choses que nous explorons dans le chapitre 1. Tout d’abord, le Psaume 110 est cité deux fois ; nous devrions donc nous pencher sur ce Psaume. Lisez Hébreux 1, 3 et 13. Psaume 110, 1-4. Nous devons remarquer la référence au fait d’être assis à la droite de la Majesté du ciel. Le deuxième point à noter dans le chapitre 1 est la référence répétée au Fils – la filiation de Jésus. Lisez Hébreux 1:2, 5 et 8. Le verset 5 est une citation du Psaume 2:7 et de 2 Samuel 7:14. Ce qu’il faut retenir, c’est que les dirigeants juifs, au moment de l’arrestation de Jésus, SAVENT que le Messie doit être le Fils de Dieu. Lisez Matthieu 26:63-64 ; Luc 22:67-70. Ce point, et le lien avec le Psaume 110, est crucial pour l’argument des Hébreux. Lisez maintenant Hébreux 8:1 – 2. L’idée est que le sacerdoce aaronique ne pouvait se rendre en présence de Dieu qu’un seul jour par an – le jour des expiations. Mais Jésus, notre Grand Prêtre, est toujours en présence de Dieu en tant que médiateur de la nouvelle alliance. Ainsi, certaines des exhortations spécifiques contenues dans le chapitre 10 se retrouvent ici : Hébreux 10 : 22 – 24. Hébreux 8, versets 1 et 2, mentionne le Jour des Expiations et cela peut encore nous enseigner maintenant. Nous lisons sur le Jour des Expiations dans le Lévitique 16. C’est un long chapitre – nous ne lirons que quelques versets. Les versets 29, 30 et 34 nous indiquent qu’il s’agissait d’un événement annuel. Que faisait Aaron (le Grand Prêtre) ? Les versets 1 à 3 nous disent qu’il est entré dans le lieu très saint, après avoir offert un sacrifice. Et les versets 16 et 17 nous disent qu’il fait l’expiation. C’est l’événement dont il est question dans l’épître aux Hébreux. Lisez Hébreux 8:1-3. Notre Grand Prêtre (Jésus) est en présence de Dieu dans le ciel – Aaron ne pouvait entrer dans le lieu très saint qu’une fois par an. Mais Jésus a dû faire un sacrifice pour pouvoir entrer dans la présence de Dieu (verset 3). C’est ce dont parle le chapitre 9 de l’épître aux Hébreux. 9v7 – une fois par an – Aaron offrait pour lui et pour le peuple. 9 v 8 & 9 – le chemin vers le lieu très saint – la présence de Dieu n’était pas ouverte à tous. 9 v 11-12 – Mais Christ – dans un plus grand tabernacle – par son propre sang – a obtenu la rédemption éternelle. Il s’agit d’un point important concernant le sacrifice et la nécessité pour Jésus de le faire ! 9 v 24 – dans le ciel même (cf. 8 v1-2). Nous entrons maintenant dans le chapitre 10. 10 v 12-13 renvoie à 1 v 3 et 8 v 1. Notez particulièrement 10 v 12 – un seul sacrifice pour les péchés pour toujours. Ainsi l’exhortation pour nous : V22 approchons-nous (de Dieu) ; V23 tenons ferme (quelles que soient les pressions qui ont été ou pourraient être exercées) ; V24 considérons les uns les autres. Decembre

Le 5 Decembre

Job répond dans Job 6 et 7 qu’il considère que la souffrance qu’il traverse vient de Dieu (chapitre 6, versets 1 à 7). Même s’il souffre, il est réconforté par le fait que Dieu sait ce qui lui arrive et, dans sa souffrance, il ne maudit pas Dieu et ne s’éloigne pas de lui (verset 10). Il oppose ensuite la confiance qu’il a en Dieu au manque de confiance qu’il a en ses amis, verset 14-15, il dit qu’ils ne sont pas fiables et il les compare à des choses pratiques qui sont censées aider mais qui ne le font pas, verset 15-20, c’est-à-dire des ruisseaux en crue qui s’assèchent rapidement et des “caravanes” commerciales qui n’arrivent pas au moment prévu – tous déçoivent, tout comme ses amis, verset 21-23. Bien que Job, tout comme ses amis, associe à tort toutes les souffrances au péché, il sait qu’il ne peut compter que sur Dieu et en cela il ne change jamais. La triste situation est que Job ne peut pas comprendre pourquoi il souffre, car il croit qu’il est juste et qu’il a toujours essayé de faire ce qui est juste, mais ses amis disent qu’il a dû pécher, sinon il ne souffrirait pas ainsi, versets 24-30 ! Le chapitre 7 semble être une prière de Job à Dieu et il reconnaît que la vie de l’homme est dure, verset 1-5, il reconnaît la dureté de la greffe qui est apparue à cause du péché, Genèse 3:17-19. Cela devrait peut-être nous aider à comprendre nos souffrances – c’est un rappel que nous sommes pécheurs et que nous avons besoin d’être sauvés, et que le royaume à venir devrait être une réalité dont nous pouvons toujours tirer courage parce que ce sera un temps où notre nature humaine et notre souffrance seront supprimées. Lorsque nous regardons nos vies et les comparons à l’existence de Dieu et aussi au temps promis dans le royaume, nos vies sont courtes et rapides, verset 6-10, en tant qu’êtres humains nous sommes temporaires et “disparaissons comme un nuage”. À la fin du chapitre, Job considère le péché et le besoin d’être pardonné, il reconnaît que Dieu sait tout en tant que “gardien des hommes”, mais il reproche à tort à Dieu de s’en prendre à lui, versets 17-21. L’une des leçons de Job est que nous devons apprendre de nos souffrances, car elles nous rappellent notre nature humaine, et que ce n’est qu’en regardant vers Dieu que nous aurons la vie quand Jésus reviendra. Michée 2 contient un avertissement pour ceux qui “planifient” des choses malhonnêtes, versets 1-2. Nous devons faire attention à ce que nous “planifions” – peut-être s’agit-il de la manière d’utiliser abusivement une salle CBM pour un gain financier personnel, ou de la manière dont nous pouvons bénéficier personnellement de l’argent CBM ou de l’argent de la collecte ecclésiale, ou encore de la manière dont nous pouvons exploiter un projet pour notre propre bénéfice ou comment nous pouvons exploiter un frère ou une sœur. Ce dont nous devons nous souvenir, c’est que Dieu est conscient, verset 3-5, et qu’il jugera avec justice. Nous avons vu dans Job que les êtres humains déçoivent généralement, mais que Dieu ne déçoit jamais ; cependant, nous devrions essayer de ressembler davantage à Dieu dans nos relations les uns avec les autres et nous devrions être des “prophètes honnêtes” et non des “faux prophètes” dont Dieu parle aux versets 6-11. Ce sont les faux prophètes, c’est-à-dire les enseignants, qui n’ont pas respecté le peuple de Dieu et ont négligé d’obéir aux enseignements de Dieu et ce sont eux qui sont punis. Cependant, comme c’est toujours le cas, il y a toujours de l’espoir pour ceux qui respectent Dieu et ses enfants, versets 12-13. Hébreux 12 nous encourage à nous concentrer sur Jésus, verset 2, nous devons “fixer” nos yeux sur lui, le suivre et lui ressembler et, pour ce faire, nous devons nous débarrasser de tout ce qui nous empêche de le faire, verset 1. Nous devons réfléchir aux choses qui nous empêchent d’être comme lui et penser à la façon dont il a agi, verset 3, et nous souvenir constamment que nos désirs humains ne nous aideront pas du tout. Les versets 4 à 6 nous disent qu’il s’agit d’une lutte et que nous souffrirons, même si ce n’est pas dans la mesure où Jésus a souffert ; cependant, nous pouvons considérer notre souffrance comme une discipline de Dieu, c’est-à-dire qu’elle nous aide à atteindre le but promis du royaume. Quand nous y pensons, ce n’est tout simplement pas facile, c’est pourquoi il nous est dit à nouveau de “supporter les difficultés comme une discipline”, versets 7-11, car nous sommes formés pour le royaume. Pour cela, nous louons Dieu, mais nous le respectons aussi, verset 28-29, c’est un verset assez difficile parce qu’il décrit Dieu comme un “feu dévorant”, mais quand on y pense, Dieu ne veut dans son royaume que des gens qui essaient de lui ressembler, c’est la seule façon de ne faire qu’un avec lui, donc Dieu doit rejeter tous ceux qui ne lui ressemblent pas – nous devons donc humblement faire tous les efforts possibles pour vivre en paix les uns avec les autres et pour respecter et suivre Dieu, verset 14-27. Decembre

Le 6 Decembre

Dans Job 8, nous obtenons la réponse d’un autre ami de Job, à savoir Bildad. Il pense également, à tort, que Job doit avoir péché pour souffrir comme il le fait. Il propose un remède simple, à savoir que Job n’a qu’à confesser son péché et que tout rentrera dans l’ordre. Il reproche à Job de dire des choses incorrectes, versets 1-7, et dans ses paroles il rappelle à Job ses enfants qui ont “péché” (Job 1:4-5) et, ce faisant, il suggère qu’il était peut-être l’un des “adversaires” de Job (satan) qui n’appréciait pas que Job demande pardon pour ses propres enfants ! Nous pouvons tous être des ” adversaires ” (satan) les uns des autres dans notre façon de penser, d’agir et de parler, bon si nous sommes un bon adversaire en aidant à détourner quelqu’un du péché ou en l’encourageant, mais pas bon si nous sommes un mauvais adversaire et que nous poussons quelqu’un à pécher ou à le décourager ! Bildad était un mauvais adversaire car non seulement il n’appréciait pas la piété de Job, mais il le décourageait maintenant et dans ses remarques finales, peu utiles, il dit, comme Eliphaz, qu’il a dû pécher, verset 20-22. Le chapitre 3 de Michée poursuit l’avertissement du livre aux dirigeants et aux prophètes, c’est-à-dire aux personnes qui auraient dû s’occuper des enfants de Dieu, mais qui les exploitaient et ne prenaient pas soin d’eux (versets 1-3), ces personnes auraient dû “connaître la justice” et être “bonnes”, mais ne l’étaient pas. Dieu dit qu’il n’écoutera pas les gens qui agissent de la sorte, verset 4, et cela devrait être un avertissement pour nous, car si nous agissons de manière impie, Dieu ne nous écoutera pas lorsque nous prierons. Il y aura des conséquences pour eux et même s’ils pensent être en sécurité, ils ne le seront pas, versets 5-7, et comme le peuple de Juda, notre sécurité antérieure ne nous sauvera pas de la justice de Dieu, versets 8-12. En tant que bergers et enseignants des enfants de Dieu, nous avons tous la responsabilité de faire le bien et d’agir comme Dieu. Car nous voulons tous être dans le royaume de Dieu dont parle Michée 4. Les versets 1 à 5 parlent de Jérusalem et de “beaucoup de nations” qui s’y rendent, cela ne peut être que pour adorer et apprendre, c’est donc un temps où tout le monde veut suivre Dieu et adorer et être vraiment comme lui. C’est un temps où toute souffrance prendra fin, verset 6-8. Cette image et d’autres du royaume dans l’ancien testament, par exemple Isaïe, nous donnent une merveilleuse espérance dans l’avenir et Michée pose la question de ceux du peuple de Dieu qui souffraient à l’époque d’Ézéchias : “pourquoi crient-ils à haute voix”, versets 9-10. Parce qu’ils avaient rejeté Dieu, ils allaient être punis, et cela ne devait donc pas les surprendre. Le message pour nous est donc que si nous voulons faire partie du merveilleux royaume de Dieu, nous devons faire de notre mieux pour toujours suivre ses voies et essayer d’agir comme lui dans tout ce que nous faisons ! L’idée est que Dieu a un plan, verset 12, et qu’il mènera son plan à terme, verset 13. Hébreux 13 est donc un excellent moyen de conclure nos réflexions d’aujourd’hui. Les versets 1-3 nous montrent comment nous aimer les uns les autres ; le verset 4 nous montre comment respecter notre femme et notre mari et le verset 5 nous montre que nous ne devons pas aimer l’argent, ce sont ceux qui “aimaient” l’argent qui ont exploité leurs frères et sœurs et rejeté les enseignements de Dieu ! Lorsque nous souffrons, nous devons nous rappeler que Dieu “ne nous quittera jamais et ne nous abandonnera pas”, il est notre aide, verset 6, et nous pouvons le dire avec confiance si nous faisons de notre mieux pour le suivre. Les erreurs commises dans le passé l’ont toujours été parce que nous et les autres avons oublié de suivre les voies de Dieu et il nous est toujours rappelé qu’il est important d’enseigner et d’encourager les autres à suivre ses voies, versets 7-10. C’est seulement par Jésus que nous sommes sauvés et nous devrions toujours nous en souvenir lorsque nous considérons nos vies et la façon dont nous les vivons, versets 11-16, nous nous souvenons, nous louons et nous nous souvenons de faire le bien, ce sont les marques du chrétien. Versets 20-21. Amen ! Decembre

Le 7 Decembre

Job traite de la question de la souffrance. Il y a deux aspects à cela. Premièrement, la souffrance des justes, qui n’est pas agréable. Deuxièmement, la non-souffrance des méchants, qui est également difficile à supporter. Le juste fera l’expérience des deux dans sa vie, comme Job l’a fait. Dans Job 9, nous ressentons la douleur de la souffrance du juste Job. Job se plaint de cette apparente injustice, où tant le juste que le méchant sont détruits (v22). Dans ses sombres pensées, Job semble marcher dangereusement. Dieu se moque-t-il vraiment du désespoir de l’innocent (v23) ? Dieu veut-il vraiment plonger Job dans un puits de bave (v31) ? L’injustice dans le pays est-elle la faute de Dieu (v24) ? La douleur de ces pensées pousse Job à vouloir parler à Dieu et comprendre ce qu’il fait. Job fait appel à un arbitre ou un médiateur pour porter sa plainte à Dieu et apporter une solution équitable (v33). Job parle pour nous tous qui souffrons aujourd’hui, même si nous faisons fidèlement ce que Dieu veut. Il n’y a pas de mal à remettre en question l’injustice apparente. Mais il est faux de dire que ce que nous faisons n’a pas d’importance. Le résultat de ces pensées est de glisser dans la voie des méchants. Job n’a pas fait cela, et nous ne devrions pas non plus. Nous sommes dans une meilleure position que Job. Dieu nous a donné Jésus qui peut arbitrer pour nous. Supportons nos souffrances, et gardons notre foi comme Job l’a fait. Michée 5 nous renvoie également à Jésus. Jésus est le chef qui viendra de Bethléem (v2). Il est le berger (v4) qui apportera la paix (v5). Il le fait par sa souffrance (Jésus sera frappé sur la joue comme décrit au verset 1). Cependant, l’époque de Michée 5 était tout sauf une époque de paix. Nous savons par Michée 3:12 que c’était le temps d’Ézéchias (car ce verset est cité par Jérémie 26:18 au temps d’Ézéchias). C’était l’époque où l’envahisseur assyrien a détruit Israël et a détruit tout Juda sauf Jérusalem. Les Assyriens attaquaient le pays lorsque le verset 5 a été écrit. Il parle d’une délivrance de l’Assyrien. Cependant, ces versets font réellement référence à un temps futur, lorsque les mauvais étrangers et les mauvais Israéliens seront purgés dans le pays d’Israël. Veillons donc à ne pas être parmi les mauvais mais parmi les justes. Jacques 1 aurait pu être écrit à Job. Il dit que chaque fois que vous rencontrez des épreuves, elles servent à tester votre foi (v3). Il y a un but à la souffrance. C’est pour que vous puissiez développer la persévérance (3). La persévérance est la qualité qui consiste à persévérer malgré les difficultés. Au verset 12, il nous est dit que l’homme qui persévère recevra une couronne de vie. Jacques nous dit même que Job avait de la persévérance (Jacques 5:11) : c’est-à-dire qu’il recevra la couronne de vie. Sous la pression de l’épreuve, nous ne devons pas céder à la tentation et nous tourner vers le péché (v13-15). Nous devrions être comme Job qui a gardé sa foi. Dans les situations d’épreuve, nous serions sages de réduire nos paroles et d’écouter davantage (v19). Nous serions alors moins susceptibles d’entrer dans le sombre discours de Job. Nous ne devrions pas nous mettre en colère. La colère est un état d’esprit dangereux pour le peuple de Dieu. Elle ne conduit pas à la justice (v20). Nous devrions plutôt suivre la parole de Dieu. Nous sommes nés de la parole (v18). Elle a été plantée dans nos cœurs (v21) mais elle doit maintenant croître. Nous écoutons la parole (v22), par exemple lorsque nous faisons les lectures bibliques. Mais faire les lectures n’est pas suffisant. Nous devons FAIRE ce qu’elle dit (v22). Un homme qui écoute et ne fait pas est comme un homme qui se regarde dans un miroir et oublie ensuite quel type d’homme il devrait être. Le chapitre se termine par deux avertissements importants sur le type de personnes que nous devons être. Nous sommes justes si nous contrôlons notre langue (v26), si nous nous séparons du monde (v27) et si nous prenons soin des veuves et des orphelins (v27). Contrôlons donc notre langue et vivons selon la parole de Dieu. Si nous faisons cela, alors ce sera notre sagesse. Et si nous manquons de sagesse, demandons-en plus à Dieu (v5). Decembre

Le 8 Decembre

Job 10 : La foi est-elle suffisante ? Job est très malade et son état s’aggrave. Il est compréhensible qu’il “déteste” sa vie, presque tout ce qu’il appréciait lui a été enlevé. Il avait encore la foi, il croyait qu’il y avait un Dieu, mais confessait-il encore : “Accepterons-nous vraiment le bien de Dieu, et n’accepterons-nous pas l’adversité ?”. Nous avons la capacité d’accepter les choses, même les mauvaises choses de la vie, mais nous devons ajouter à cette acceptation la CONFIANCE….. Faire confiance à Dieu, l’attendre, apprendre de lui, etc. En lisant ces mots sincères dans Job 10, mots qu’il a l’intention de dire à Dieu (v2), je ne vois pas de confiance. Comme nous le savons, dans toute relation sans confiance, des doutes, des questions et même des accusations surgissent. Ainsi, les paroles de Job dans ce chapitre montrent qu’il a la foi, mais qu’il manque de confiance. Il pensait que son problème était un manque de compréhension des voies de Dieu, et il était désespéré pour une réponse – mais le problème était que Job manquait de confiance en Dieu. v 2-7 : Job en prière, dit à Dieu ce qu’il doit faire ( !) et questionne le jugement de Dieu, auquel Dieu répond gracieusement dans le ch 40:2 “Celui qui conteste avec le Tout-Puissant le corrigera-t-il ?” et ch 40:8 “Me condamnerais-tu pour être justifié ? “(Ces deux questions sont données par Dieu, non pas pour gagner la dispute, mais Dieu sait que Job trouvera la réponse, puis se repentira et changera (naîtra de nouveau), avec une meilleure compréhension de Dieu et de Ses voies. v8-12 : Job reconnaît qu’il est, comme toute la création, merveilleusement fait ; la description de la façon dont le corps est formé est belle, et pourtant la vie est courte, retournant à la poussière (cette vie présente étant temporaire, il faut en remercier Dieu !) v13-17 : Job s’interroge sur les intentions de Dieu. Comme dans le reste du chapitre, Job pense surtout à lui-même. Lorsque nous souffrons, l’esprit s’attarde sur “moi, moi, moi”. Dans ce seul chapitre, Job utilise “moi” ou “je” plus de 50 fois ! Pour chacune des accusations, nous pouvons donner une réponse positive : v14 – Dieu t’encourage à te repentir, afin qu’il pardonne ; v15 – Dieu accueille un cœur humble et brisé, le Seigneur brise le cœur afin de le reconstruire ; v16 – Dieu abat les orgueilleux afin qu’il puisse vivre dans les humbles ; v17 – Dieu travaille continuellement à réaliser sa volonté avec l’humanité, en corrigeant, en enseignant, etc. v18-22 : Après avoir pensé que Dieu n’avait que des intentions négatives avec l’humanité, Job conclut : pourquoi ai-je été merveilleusement fait, pourquoi suis-je né ? Job préférerait ne pas avoir de relation (ne pas être né) plutôt que d’avoir une relation semblable à la sienne avec Dieu – c’est vrai ; mais les erreurs étaient chez Job, pas chez DIEU ! Les “ombres de la mort” sont mentionnées deux fois (v21,22) – les mots prononcés sans confiance dans sa relation avec le Seigneur contrastent avec “l’ombre de la mort” de David. Psaume 23:4 “Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal. Car tu es avec moi”, et malgré ses péchés et ses souffrances, “Certes, la bonté et la miséricorde m’accompagneront tous les jours de ma vie, et j’habiterai dans la maison du Seigneur pour toujours”. Michée 6 : Qu’est-ce que le Seigneur exige de vous ? “Mon peuple, que t’ai-je fait ? Comment t’ai-je accablé ?” v4-5 : Le Seigneur rappelle à son peuple ce qu’il a fait – il l’a sauvé d’Égypte et l’a amené à la terre promise ( le Seigneur a été fidèle). v6-7 : L’humanité pense que selon ce que Dieu a fait, elle doit le ” rembourser “, avec des offrandes ” externes “. v8 : Mais ce n’est pas ce que Dieu voulait, il veut des offrandes ” internes ” du cœur. Il veut que l’humanité devienne comme Dieu – qu’elle fasse preuve de justice, qu’elle aime la miséricorde et, ce faisant, qu’elle marche humblement avec Dieu (dans une communion continue). Il est intéressant de noter que si nous vivons notre vie de manière juste, humble et avec miséricorde, cela réduit considérablement nos fardeaux ! Dieu ne nous a pas chargés, il nous a montré le chemin pour être soulagés de NOS fardeaux (pas des siens), et comme Hénoc, il nous a encouragés à marcher avec Dieu. v10-12 : contrairement à Dieu qui veut la justice, “son peuple” aimait vivre des vies d’injustice. v13-15 : La justice de Dieu sera faite “C’est pourquoi j’ai commencé à te détruire, à te ruiner à cause de tes péchés”. Il fera échouer toutes leurs poursuites, non pas simplement pour punir, mais parce qu’il est un Dieu miséricordieux, pour punir afin de corriger son peuple, pour le ramener à lui, pour lui pardonner. v16-17 : Ils ont abandonné les voies de leur rédempteur, leur Dieu juste et miséricordieux pour les voies des méchants Omri et Achab où il n’y avait ni justice ni miséricorde. Pourquoi ? Parce qu’ils préféraient les voies de l’homme à celles de Dieu ! Et c’est pourquoi le monde est ce qu’il est aujourd’hui ; un monde plein d’injustice, de haine et d’orgueil, et quel fardeau c’est pour nous tous ! Rappelons-nous d’une promesse de Jésus. “Venez à moi… je vous donnerai le repos”. Jacques 2 : Jugement, foi et œuvres. v1-4 : Ne faites pas de favoritisme. L’exemple donné par Jacques est la manière dont nous pourrions traiter les riches et les pauvres. (Mais ce n’est qu’un exemple parmi d’autres ; il aurait pu s’agir de la façon dont nous jugeons les différentes tribus ou races, les hommes ou les femmes, les jeunes ou les vieux, etc.) En vérité, nous devrions respecter et traiter toute l’humanité de manière égale, comme nous souhaiterions que le Seigneur nous traite. “Ne pervertis pas la justice ; ne fais pas preuve de partialité envers le pauvre ou de favoritisme envers le grand, mais juge ton prochain équitablement” Lev19:15. v5-6 : Ce n’est pas ainsi que Dieu juge, et quand nous regardons qui Dieu a choisi, généralement (pas exclusivement), il a choisi les pauvres de ce monde pour être riches dans la foi et héritiers du royaume qu’il promet à ceux qui l’aiment. Jacques dit que les frères et sœurs ont déshonoré les pauvres, et honoré les riches qui cherchent à vous traîner en justice, et vous méprisent, vous et votre Seigneur ! v8 : “Tu aimeras ton prochain comme toi-même”. Si vous respectez ce commandement, alors vous aimerez et respecterez toute l’humanité (respectez-les mais pas nécessairement leurs actions !). Si tu fais preuve de favoritisme, tu as péché, et on te rappelle au v13 “Le jugement est sans pitié pour celui qui n’a pas fait pitié” . “Avec quel jugement vous jugez, vous serez jugés” Matt 7:2. La foi sans les œuvres est morte : Jacques donne un exemple concret : un frère ou une sœur est nu(e), sans nourriture, et l’un(e) des membres de l’église ne fait que prononcer des paroles, sans aider aux besoins physiques. “Aime ton prochain comme toi-même” ne sont pas que de belles paroles, elles doivent être mises en action – l’amour n’est jamais qu’un mot. Jésus dit “c’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez” et les fruits ne sont pas que des mots. La foi est un mot d’action, la foi est morte si elle n’est pas active. L’exemple d’Abraham : Gn 15 : fils promis et nombreux descendants – il a cru (v6). Gn 17 : promesses en Isaac et sa descendance – Isaac aura donc des enfants – il a cru. Gn 22 : il était prêt à sacrifier son fils (Isaac) à cause de sa foi en Dieu (Dieu pourvoira). Hébreux 11:17 : ” C’est par la foi qu’Abraham, mis à l’épreuve, offrit Isaac “. Abraham a cru en Dieu, et la richesse et la profondeur de sa foi active ont été montrées et prouvées par ses œuvres, en étant prêt à sacrifier son fils. S’il avait choisi de désobéir, Abraham aurait raisonné ainsi : “Je ne peux pas tuer Isaac, car Dieu a promis qu’Isaac aurait des enfants (et il n’en a pas encore)”. Abraham aurait alors justifié sa désobéissance, mais n’aurait pas montré sa pleine confiance en Dieu. Au lieu de cela, par la foi et la confiance en l’action, il a obéi… et a été par la FOI ET LES ŒUVRES, JUSTIFIÉ PAR DIEU. Rahab : une gentille, femme et ancienne prostituée – sa foi a été testée et mise en action, en cachant les espions elle a révélé sa foi, son espoir, son Dieu. Nous aussi, nous avons chaque jour l’occasion de témoigner de notre foi, pas seulement aux autres, mais à nous-mêmes! Decembre

Le 9 Decembre

C’est maintenant au tour du troisième ami de Job, Zophar, de prendre la parole dans Job 11. Comme les autres, il accuse également Job de pécher, donnant ainsi une explication à la souffrance de Job. Il conclut à tort que Job doit avoir péché pour souffrir de tout cela. Bien sûr, Job a péché, comme tout le monde l’a fait et le fait, mais ce n’est pas la raison directe pour laquelle Job souffre de la façon dont il le fait. C’est la même chose pour nous tous, c’est-à-dire que notre souffrance fait partie de notre nature humaine, c’est un mode de vie et il faut s’y attendre. Zophar a, à certains égards, raison de dire que nous n’avons pas le droit de défier Dieu (versets 7-12), mais il croit à tort que Dieu punit directement Job parce que celui-ci a dû commettre un péché spécifique et “mauvais” (versets 13-20). Job et ses amis devaient apprendre que personne n’a le droit de défier Dieu et que nous ne pouvons pas le blâmer pour les souffrances, celles-ci font partie de notre nature humaine. Zophar souhaitait que Dieu parle, verset 5, et c’est effectivement ce qu’il a fait à la fin de Job, lorsque nous voyons que les amis ont été critiqués et que Job a appris à mieux comprendre. Dans Michée 7, nous voyons la déception due à la misère d’Israël, conséquence de sa rébellion contre Dieu (versets 1-6) ; nous voyons un choix au verset 7, celui d’attendre Dieu ; nous voyons l’espoir aux versets 8-12 ; nous voyons les mauvais effets des actions de l’homme (verset 13) ; nous voyons la nécessité d’un berger juste pour diriger fermement le peuple de Dieu (verset 14), puis nous voyons la louange et l’acceptation de la miséricorde de Dieu aux versets 13-20. Bien que Dieu ait envoyé des rappels constants au peuple d’Israël, celui-ci s’est rebellé contre lui et l’a remplacé par d’autres choses (idoles), contrairement à Job qui, tout au long de sa souffrance, n’a pas remplacé Dieu et ne s’est pas rebellé contre lui. Les leçons clés de Michée sont le verset 7, où nous devons toujours nous appuyer sur Dieu, et le verset 14, où nous devons toujours nous rappeler que nous devons vouloir être “bergés” ! Nous avons besoin d’un berger pour nous conduire à Dieu, ce berger est Jésus et nous devrions toujours vouloir apprendre à le connaître et à le suivre, ce qui passe en grande partie par une lecture constante. Le péché a des conséquences, la souffrance en fait partie, mais la mort est la fin ultime, mais nous avons un merveilleux espoir pour l’avenir, lorsque Dieu fera preuve de sa miséricorde et de sa compassion ultimes et supprimera tous nos péchés et notre nature humaine. Cela se produira lorsque Jésus reviendra. Nous ne pouvons pas rendre Dieu responsable de nos souffrances. D’une certaine manière, les mauvaises motivations des amis de Job peuvent être comprises par Jacques 4, verset 1-3. Ils avaient tort de penser que Job souffrait à cause d’un gros péché, Job ne pouvait pas comprendre pourquoi il souffrait, car il croyait qu’il n’avait pas péché ! Le résultat fut une querelle. Les deux tiers de Jacques 3 traitent de la difficulté de dompter la langue. Bien que la langue ne soit qu’une petite partie du corps, elle est décrite comme un feu, un mal sans repos, plein de poison. Il nous est plus facile de dompter les animaux que de dompter notre propre langue. Nous l’utilisons à la fois pour louer Dieu et pour dire du mal des autres, ce qui ne devrait pas arriver. Les exemples de Jacques sont très évidents. Nous n’attendons pas d’une source ou d’un forage qu’il produise de l’eau douce et de l’eau amère, mais nous sommes heureux que nos propres bouches disent le bien et le mal. Ce que nous disons est gouverné par ce qui est dans notre cœur (Luc 6 v 45). La langue peut faire beaucoup de mal, nous devons donc protéger notre cœur contre les tendances de notre propre nature humaine et les influences du monde qui nous entoure, afin de pouvoir prononcer des paroles de justice, de paix et d’amour. Il existe de nombreuses instructions sur l’usage de la langue, notamment dans les Proverbes – voir les chapitres 4 v 24 ; 10 v 11-14 et 19-21 ; 11 v 12-13, 23 ; 15 v1. Paul dit que notre parole doit être gracieuse et assaisonnée de sel (Colossiens 4 v 6) afin que nous sachions comment parler à tous ceux que nous rencontrons. Si nous ne sommes jamais en faute dans ce que nous disons, alors nous sommes parfaits et capables de garder tout notre corps sous contrôle. Jésus était “l’homme parfait” parce qu’il avait un contrôle total sur sa langue (1 Pierre 2 v 21-23), aucun de nous ne sera parfait. Nous devons être sur nos gardes, car même Moïse “parlait imprudemment avec ses lèvres” (Psaume 106 v 33). Le reste du chapitre oppose la sagesse du monde à la sagesse de Dieu. La sagesse du monde est pleine d’amertume, d’envie et d’ambition égoïste et conduit à toutes les mauvaises pratiques. Les caractéristiques de la sagesse divine sont énumérées au verset 17 et elles conduisent à une récolte de justice et à une vie d’humilité. Ces qualités sont similaires au fruit de l’esprit dans Galates 5 v 22-23. Les neuf premiers chapitres des Proverbes mettent en évidence les avantages de la sagesse et les dangers de la folie et valent la peine d’être lus. Jacques 4 souligne que les querelles entre croyants proviennent de l’intérieur. Si l’on laisse la convoitise et l’égoïsme s’installer, des querelles s’ensuivront inévitablement, c’est ainsi que les amis de Job se sont opposés à lui. Nous n’obtiendrons pas ce que nous voulons de Dieu si nous le demandons avec de mauvais motifs, c’est-à-dire si nous voulons simplement des choses pour nous-mêmes afin de pouvoir nous adonner aux plaisirs du monde. Jacques décrit sans ambages un tel comportement. Jacques qualifie sans ambages un tel comportement d’adultère et souligne que l’amitié avec le monde est l’émnité avec Dieu. Dans la pensée de Dieu, il n’y a que deux voies – sa voie ou la voie du monde (1 Jean 2 v 15-17, Matthieu 26 v 24, Galates 5 v 13-19, Psaumes 14 & 15). Nous devons nous humilier devant Dieu et résister au “diable”, c’est-à-dire à ces mauvais désirs qui montent en nous (Jacques 1 v 14-15). Dieu nous demande d’agir avec justice, d’aimer la miséricorde et de marcher humblement (Michée 6 v 8). Dieu s’oppose aux orgueilleux mais fait grâce aux humbles (Esaïe 66 v 2, Luc 18 v 14). Si nous nous approchons de Dieu, il s’approchera de nous (2 Chroniques 15 v 2, Hébreux 10 v 22-23). Si nous parlons mal des autres, nous parlons mal de la loi qui nous ordonne de nous aimer les uns les autres et de dompter notre langue. En condamnant les autres, nous devenons des juges – ce qui n’est pas notre place car il n’y a “qu’un seul législateur et juge, celui qui peut sauver et détruire”. Nous ne devons pas nous vanter de ce que nous allons faire dans l’avenir – surtout si tous nos projets sont mondains (acheter et vendre). Nous n’avons aucune idée de ce que nous réserve le lendemain, et encore moins l’année suivante. Nous devons nous concentrer sur une vie de service fidèle aujourd’hui et reconnaître que c’est seulement “si le Seigneur le veut” que nous pourrons faire quoi que ce soit (1 Corinthiens 5 v19, Romains 1 v 9-10, Hébreux 6 v 3). De manière plus significative, Jésus a prié dans le jardin de Gethsémani pour que la volonté de Dieu soit faite (Matthieu 26 v 36-46, Luc 22 v 39-46). Decembre

Le 10 Decembre

Job commence par un commentaire sarcastique dans sa réponse dans Job 12, c’est-à-dire au verset 2, en disant que si ses amis meurent, la sagesse le fera aussi ! Ce n’est évidemment pas vrai et Job le dit au verset 3, c’est-à-dire qu’il n’est pas inférieur à eux et qu’il sait aussi (ou pense savoir) que Dieu fait souffrir ceux qui pèchent. Nous savons, d’après la fin de Job et le reste de la Bible, que la souffrance en soi n’est pas la punition du péché, mais la mort. Le péché a des conséquences, qui se traduisent souvent par des souffrances, et la souffrance fait également partie de notre nature humaine, mais nous ne pouvons pas en conclure que la souffrance n’est provoquée que parce que l’individu a péché. C’était une croyance courante chez les Juifs, en fait c’était aussi le cas à l’époque de Jésus, et Jésus a dû changer la perception des disciples (Luc 13, versets 1-5). Bien que Job et ses amis soient dans des camps opposés, tous croient à tort que la souffrance n’est causée que par le péché. La réponse de Job au verset 4 confirme sa croyance erronée : il dit qu’il “invoque Dieu” et qu’il est “juste et irréprochable”. Le respect de ses amis n’était pas là à cause de leur incrédulité et il y avait un danger que Job conclue qu’il était inutile qu’il “invoque Dieu” et le suive s’il devait finir par souffrir ! Il est donc faux de penser que la souffrance est une punition pour le péché, ce n’est pas le cas – tout le monde souffre, les gens pieux et les gens impies et personne ne devrait se réjouir que quelqu’un souffre comme les amis de Job auraient pu le faire, verset 5. Le problème commence lorsque nous faisons des comparaisons avec les autres, comme Job l’a fait au verset 6 – il semble être préoccupé par le fait que les méchants prospèrent, c’est-à-dire qu’ils sont “non perturbés” et “en sécurité” ; c’est un processus de pensée très humain et David a dit des choses similaires dans le Psaume 94:3 ; Jérémie a demandé la même chose aussi dans Jérémie 12:1. Ce que nous devrions plutôt penser, c’est que Dieu sait et qu’il a le contrôle, comme il l’a démontré dans Nahum, en fait Job le reconnaît dans le reste de ce chapitre. Il fait référence à la réponse comme étant évidente, versets 7-9, même les animaux, les oiseaux, la terre et les poissons le savent – non pas qu’ils aient l’intelligence de le découvrir, ils acceptent simplement le bien et le mal de la main de Dieu ! Job reconnaît correctement que tout est dans les mains de Dieu, versets 10-12. Job reconnaît également, aux versets 13 à 25, que Dieu est aux commandes. Nahum 1 et 2 disent la même chose et le chapitre 1 verset 2 nous montre que Dieu se vengera du mal en son temps, il est important de se rappeler que c’est en son temps, car même s’il juge, il est aussi très patient, verset 3. Dieu peut utiliser le monde naturel pour nous démontrer, à nous les êtres humains, que nos voies sont mauvaises, verset 4-6, et nous voyons aujourd’hui beaucoup de souffrances causées par cela, qu’il s’agisse de sécheresse ou de trop de pluie, nous pouvons souvent faire remonter ces problèmes aux conséquences. Cependant, nous pouvons voir au verset 7 qu’il y a un but à cette souffrance résultante, c’est-à-dire que Dieu veut que tous ceux qui souffrent viennent à lui pour trouver refuge, Dieu ne veut pas que quelqu’un périsse, mais que tous viennent à lui pour être sauvés. Malgré la patience de Dieu, il y a des moments dans l’histoire où sa patience est à bout et ce fut le cas avec Ninive, la capitale de l’empire assyrien. Le reste de ce chapitre et le chapitre 2 montrent la fin prédite de cette ville autrefois grande parce qu’elle “complotait contre Dieu”, verset 9, et qu’elle était aussi très cruelle envers le peuple de Dieu de Juda, verset 12. Alors oui, il y a des moments où Dieu intervient dans l’histoire humaine et il y a un grand moment où Dieu interviendra à nouveau lorsqu’il renverra Jésus ! Il y a toujours de l’espoir dans la souffrance et c’est même présent ici dans cette prophétie sur Ninive, par exemple au verset 15. Cette phrase est familière, nous la voyons dans Esaïe 52, verset 7 et dans Romains 10, verset 15, et elle parle de l’évangile de Jésus et de la bonne nouvelle du salut. Ainsi, toute souffrance est temporaire, nous devons regarder au-delà de notre souffrance vers les merveilleuses promesses que Dieu nous a faites. Tout comme au chapitre 2, l’espoir se poursuit dans le fait que Dieu restaurera “Jacob” et “Israël”, verset 2. Dans Jacques 5, nous voyons un avertissement sévère à ceux qui se sont enrichis par des moyens illicites et par la souffrance d’autrui, puis le chapitre se poursuit en encourageant ceux qui souffrent, comme Job. Jacques les exhorte à être patients et à bien se traiter les uns les autres. Il est intéressant de noter que le moyen de faire preuve de patience, que Jacques met en avant, est de ne pas se plaindre les uns des autres. Lorsque les choses deviennent difficiles à gérer, il est très facile que des tensions apparaissent, mais ce n’est pas l’appel de l’Évangile. Si nous rouspétons, nous sommes coupables de juger nos coreligionnaires et nous serons à notre tour jugés – par le Juge qui sera bientôt là. Au lieu de juger, nous devrions nous soutenir, nous pardonner et intercéder les uns pour les autres. Les exemples patients des prophètes peuvent nous encourager dans la souffrance, avec la certitude que ceux qui persévèrent seront bénis. Nous ne devons pas jurer par quoi que ce soit, sinon nous serons condamnés. Il semble que dans ce contexte, jurer implique que nous ne sommes pas habituellement honnêtes et que nous ne sommes pas totalement convaincus de la miséricorde de Dieu. Comme antidote aux jurons, nous devrions prier – dans les moments difficiles, dans les moments de bonheur, dans les moments de maladie – en fait, nous devrions prier en toutes circonstances. En cas de maladie, nous devrions appeler les anciens pour qu’ils viennent prier sur nous et nous oindre d’huile – il est intéressant de noter que c’est la personne malade qui demande de l’aide ici, donc Job avait raison de demander le soutien moral et les prières de ses amis. Jacques nous dit que la prière d’un homme juste est puissante et efficace et cite immédiatement l’exemple d’Elie (1 Rois 17v1 & 18 v 41- 46), soulignant qu’il était un homme comme nous. Il visait la justice comme nous devrions le faire – mais n’était pas parfait – et sa prière a été entendue. Jacques fournit également un détail qui n’est pas donné dans 1 Rois 17 – que la sécheresse a commencé à la suite de la prière sincère d’Elie. Enfin, Jacques se tourne vers ceux qui s’éloignent de la vérité et nous exhorte à les ramener. Ceci reflète l’enseignement de Jésus dans la parabole de la brebis perdue (Matthieu 18 v 12-14, Luc 15 v 4-7). Pour être en mesure de ramener les autres, nous devons nous-mêmes rester fermes, rechercher les perdus et les amener à Dieu dans la prière. Le résultat est que nous et eux seront sauvés de la mort. Nous devons nous aimer profondément et prier (1 Pierre 4:7-8). Decembre

Le 11 Decembre

Job poursuit sa réponse à ses amis dans le chapitre 13. Il utilise des mots similaires, disant qu’il sait aussi toutes les choses que ses amis lui disent et qu’il n’est pas différent d’eux, versets 1-2. Nous savons qu’ils ont tous tort de croire que la souffrance est le résultat direct du péché et qu’ils doivent tous apprendre cette leçon. Il nous semble donc, en lisant Job, que les arguments se répètent sans cesse et nous commençons à nous demander pourquoi. Le livre de Job se trouve dans la bible grâce à l’inspiration de Dieu, il doit donc toujours avoir un message important pour nous lorsque nous le lisons aujourd’hui, les leçons sont toujours pertinentes. La dispute entre Job et ses amis est typique de la façon dont nos esprits fonctionnent aujourd’hui. Certaines personnes deviennent chrétiennes pour leur avantage financier personnel ; d’autres deviennent chrétiennes parce qu’elles ont peur de ce qui leur arrivera si elles ne le deviennent pas ; d’autres deviennent chrétiennes parce qu’elles veulent être mieux considérées que les autres ; certaines quittent l’église parce qu’elles perdent la foi à cause de la souffrance, et d’autres regardent de haut les autres et portent des jugements sur ceux qui souffrent. Toutes ces raisons sont fausses, ni Dieu ni Jésus n’ont dit que devenir chrétien signifierait que la vie d’un individu serait exempte de souffrance maintenant, en fait Jésus nous a dit de nous attendre à la souffrance pour lui ! La promesse que nous avons est que toute douleur et toute souffrance prendront fin lorsque Jésus reviendra, et cela devrait être l’une des raisons de devenir chrétien. Les églises qui enseignent la prospérité maintenant ont tort, leurs enseignements ne sont pas scripturaires, l’enseignement scriptural est que les chrétiens et les non chrétiens peuvent souffrir dans leur vie maintenant. C’est pourquoi je pense que Job est un livre si long qui parle apparemment des mêmes choses, c’est pour faire passer ce message important à chacun d’entre nous, à savoir que la souffrance n’est pas le résultat direct du péché d’un individu, comme Job et ses amis le croyaient au départ. La détermination de Job était de parler à Dieu et de plaider sa cause, verset 3, il voulait expliquer qu’il était un homme juste et non un pécheur, alors pourquoi devrait-il souffrir ; c’est parfois ce que nous ressentons lorsque nous souffrons, mais c’est clairement faux. Nous devons apprendre qu’il se passe aujourd’hui dans nos vies des choses sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle et que notre seul espoir est le retour de Jésus – le but de Dieu est que nous soyons dans son royaume, son but n’est pas que nous ayons une vie exempte de souffrance maintenant. Contrairement aux amis de Job, nous devrions tous nous encourager les uns les autres à rester fidèles et pieux, nous ne devrions pas nous critiquer et nous accuser mutuellement de péché, ou d’autres raisons pour lesquelles les autres souffrent, verset 4. En tant que chrétiens qui souffrent, nous avons besoin d’être encouragés, sinon nous pourrions nous aussi souhaiter que les autres se taisent, versets 5-19. Job conclut ce chapitre par une prière à Dieu, versets 20-28, dans laquelle il 1) demande à Dieu d’apaiser sa souffrance (verset 21) et 2) de lui montrer son péché (verset 23). Il n’y a rien de mal à demander à Dieu de supprimer notre souffrance si c’est sa volonté et nous devrions le faire parce que Dieu le peut, mais nous ne devons pas nous attendre à ce qu’elle soit supprimée, car elle pourrait nous être bénéfique, comme la souffrance l’a été pour Paul (2Corinthiens 12, versets 7-10) ; au contraire, nous devrions toujours demander la force de faire face. Je m’interroge sur la demande concernant le péché, car nous péchons tous, le seul qui n’a pas péché est Jésus et se souvenir de lui nous rappelle constamment que nous sommes des pécheurs ! Nahum 3 continue avec la prophétie contre Ninive, les raisons de sa destruction sont dans les versets 4 et 19, Dieu avait ses raisons pour leur destruction et le peuple était un peuple cruel, les livres d’histoire nous le disent, et clairement Dieu n’est pas heureux avec quelqu’un qui est cruel. Les Assyriens étaient haïs par les autres nations et, par conséquent, n’avaient pas d’amis, comme le laisse entendre le verset 7. Ils étaient impies et orgueilleux, dépendant de leur propre force (versets 16-17), et Dieu les a abattus très rapidement. La rapidité de la destruction est peut-être suggérée dans la manière dont Nahum décrit la destruction, par exemple aux versets 1-3, mais il est certain que Dieu est contre eux, aux versets 5-6. Nous devons nous rappeler qu’il existe une distinction entre les personnes pieuses, par exemple Job, et celles qui se rebellent contre Dieu, par exemple les Assyriens, et ne pas penser que la punition sous forme de souffrance est le résultat des péchés individuels. Il nous est rappelé dans 1Pierre 1 que nous avons une “nouvelle naissance” en Jésus et que nous avons une “espérance vivante” à cause de la résurrection de Jésus, ce qui signifie que nous avons été “introduits dans un héritage” qui ne périra pas, versets 3-4. Nous savons que cela sera une réalité lorsque Jésus reviendra, verset 5. Ainsi, même si nous souffrons aujourd’hui, nous devrions nous réjouir en raison de cette merveilleuse promesse future, verset 6. Nous devrions essayer de considérer que nos épreuves et nos souffrances actuelles font partie de notre “formation”, versets 7-9, c’est plus facile à dire qu’à croire lorsque nous souffrons, car la souffrance est douloureuse sur le moment et très pénible, c’est pourquoi on nous rappelle toujours notre salut et c’est sur cela que nous devrions essayer de nous concentrer pour nous aider à faire face à notre souffrance, versets 10-12. C’est également pour cette raison que nous devrions “rechercher avec attention” ce que Dieu a écrit dans la Bible afin d’être encouragés et de voir les nombreuses images de l’avenir. Cela ne remplace pas la prière, c’est aussi bien que la prière ! Même si nos vies sont parfois difficiles, nous devrions répondre à la connaissance de notre salut en examinant la manière dont nous vivons nos vies, versets 13-16, nous devrions essayer d’être séparés (saints) et maîtres de nous-mêmes en répondant à l’amour et à la miséricorde de Dieu. Nous ne comprenons peut-être pas ce qui se passe dans nos vies, mais ce que nous savons, c’est que Dieu est aux commandes et qu’il est le juge juste, et non des êtres humains imparfaits qui, par exemple, ont jugé Job (versets 17-21). L’amour que nous portons à nos frères et sœurs en les encourageant doit être le même que celui dont Dieu et Jésus ont fait preuve à notre égard en nous permettant d’être sauvés, versets 22-28. La souffrance est pénible, elle fait partie de notre existence humaine, nous pouvons prier pour qu’elle soit supprimée, mais nous ne pouvons nous attendre à ce qu’elle soit totalement supprimée que dans le royaume, lorsque Jésus reviendra et que notre nature humaine, le péché et la mort auront disparu! Decembre

Le 12 Decembre

Dans Job 14v1, nous voyons que l’homme né d’une femme est de peu de jours et plein d’ennuis donc la leçon que nous apprenons ici est que nous devons nous préparer parce que nos jours sont peu nombreux et comptés et nous ne savons pas quand notre seigneur Jésus viendra pour établir le royaume du père donc nous devons être attentifs à nos vies et vérifier si nous sommes dignes du royaume donc nous devons permettre à Dieu de contrôler nos vies. Ainsi, dans nos vies, luttons pour plaire à Dieu et faire ce qui est bon, car un temps vient où tous ceux qui sont dans la tombe entendront sa voix et sortiront, ceux qui ont fait le bien JOHN 5:28-29. Et c’est la même réflexion dans JOB 14:14-15 donc c’est un humble rappel pour nous tous de continuer à faire le bien. Nous voyons qu’il commence sa prophétie en se plaignant à Dieu, ce qui est purement humain : dans la plupart des cas, nous nous plaignons beaucoup, versets 1-3, mais nous voyons que la réponse de Dieu à Habacuc est si étonnante et merveilleuse qu’il promet de faire quelque chose qu’Habacuc ne croira pas, verset 5, et c’est vraiment la façon dont les êtres humains se comportent : parfois, nous ne sommes pas patients et nous ne croyons pas que Dieu répond aux prières. Et 2 rois 21:16. Et nous continuons à voir la deuxième plainte d’Habacuc dans les versets 12-13, O Éternel, n’es-tu pas de toute éternité et il continue à dire que tes yeux sont trop purs pour regarder le mal : “Tu ne peux pas tolérer le mal ; alors pourquoi tolères-tu le perfide ?” ; “Pourquoi te tais-tu pendant que les méchants engloutissent ceux qui sont plus justes qu’eux ?”. Dans ce cas, nous voyons qu’Habakkuk juge et n’est pas satisfait de Dieu mais dans Habakkuk 2:2-3 la réponse est simple que nous attendons de voir la révélation de Dieu et c’est pour dire que nous devons être patient en tout et DIEU répond toujours à nos prières au bon moment, donc nous n’avons pas besoin de nous inquiéter parce que Dieu est en contrôle de nos vies et quoi qu’il arrive dans nos vies quotidiennes, il sait pourquoi. Dans 1 Pierre 2:1 il nous est dit de nous débarrasser de certaines choses comme la malice et la tromperie et dans les versets 6-7 nous voyons l’image de Jésus-Christ comme la pierre que les bâtisseurs ont rejetée et qui est devenue la pierre angulaire. Au verset 11, nous sommes exhortés à nous abstenir des désirs pécheurs qui font la guerre à nos âmes, afin de mener une bonne vie, digne de l’appel de Dieu, en donnant le meilleur exemple, et au verset 21, il est dit que nous avons été “appelés”, parce que le Christ a souffert pour nous en laissant un exemple, afin que nous suivions ses traces. Le résumé des lectures d’aujourd’hui est que nous devons préparer nos vies et donner les meilleurs exemples en faisant ce qui est juste et ce qui plaît à Dieu. Decembre

Le 13 Decembre

Dans Job 15, Éliphaz répond à la situation de Job pour la deuxième fois et il continue avec la même critique erronée de Job, disant qu’il a péché. Il porte des jugements sérieux sur lui, versets 5-6, et il implique une critique de la richesse de Job aux versets 27-29, où il critique ceux qui sont grands, laissant entendre qu’ils ont plus qu’assez d’argent parce qu’ils sont grands ! Le verset 14 est une question soulevée par Eliphaz : comment un homme peut-il être pur ? Nous savons que tous les hommes ne sont rendus justes qu’en Jésus, car tous sont naturellement des pécheurs et donc tous pèchent, qu’ils soient considérés comme “bons” ou “mauvais”. Dans Habacuc 2, nous avons la réponse de Dieu à la plainte d’Habacuc concernant sa souffrance et celle du reste du peuple de Dieu, et nous voyons ici quelques principes qui devraient nous aider à comprendre certaines souffrances. Les opinions divergent quant à l’époque à laquelle cette prophétie se réfère et à qui elle s’adresse, mais indépendamment de cela, les leçons vues peuvent clairement s’appliquer à nous pour nous aider dans nos vies. Bien que je pense que nous devons être très prudents quant à la prise en compte de ce qu’Eliphaz dit comme étant les voies de Dieu, car nous savons qu’il est critiqué par Dieu à la fin de Job, mais ce qu’il dit à propos des personnes “grandes et riches” présente certaines similitudes avec la réponse de Dieu ici. Dieu critique clairement les personnes qui ont acquis leur richesse et leur prospérité de manière malhonnête, c’est-à-dire les versets 6, 8 et 12. Ces personnes avaient également remplacé Dieu par des “idoles”, versets 18-19, et Dieu punit donc ces personnes qui n’avaient aucun respect pour lui ou pour le peuple de Dieu. Par deux fois, Dieu inclut dans sa réponse à Habacuc deux versets qui contrastent avec le reste du chapitre, à savoir les versets 14 et 20. Il n’y a que deux types de personnes aux yeux de Dieu, à savoir ceux qui vivent comme si “la terre était remplie de la connaissance de l’Éternel comme les eaux couvrent la mer” et qui reconnaissent que “l’Éternel est dans son temple saint ; que toute la terre se taise devant lui” ; l’autre type de personne est celui qui construit sa vie sur “un gain malhonnête”. La leçon à tirer pour nous aujourd’hui est donc la suivante : quel type de personne sommes-nous ? Habacuc se plaignait à cause de sa souffrance et de celle de ses compagnons, il avait oublié que leur souffrance était la conséquence de leur rébellion contre Dieu, et Dieu rappelle à Habacuc que les choses que Dieu a dit qu’elles arriveraient arriveront, par exemple au verset 3, y compris les choses que Dieu a promises après la souffrance, par exemple aux versets 14 et 20. La souffrance à l’époque d’Habacuc était due à l’orgueil, verset 4-5, et nous savons que l’orgueil est clairement une mauvaise attitude pour un chrétien – comme Pierre nous le rappelle dans 1Pierre 5 verset 5-7, nous devons être humbles (tout le contraire de l’orgueil). L’accent est mis ici sur les jeunes hommes, mais aucun de nous ne fera partie des promesses de Dieu si nous sommes orgueilleux, en fait le chapitre 3 verset 8 nous inclut tous. Les chapitres 3, 4 et 5 parlent de la souffrance, par exemple 3:17, 4:12-19 et 10, donc tout comme Job, nous ne sommes pas exempts de souffrance. En fait, certaines de nos souffrances sont provoquées par notre foi, et le verset du chapitre 4 dit que nous sommes “bénis” si nous souffrons à cause du Christ, et que nous devons “louer” Dieu à cause de cela. Il semble vraiment étrange que nous devions louer Dieu pour nos souffrances, il est si facile pour nous de nous plaindre comme Job et Habacuc, mais l’exhortation de Pierre est d’être “maître de soi” et de ne pas “rouspéter”, chapitre 4 verset 7-11, nous devons attendre que Dieu accomplisse son dessein en son temps. Jésus a souffert pour nous, chapitre 4 verset 1, et nous sommes exhortés à avoir la même attitude que lui pour nous aider à nous éloigner du péché. Dieu reprochait aux gens du temps d’Habacuc d’être “mondains” – nous sommes exhortés à nous éloigner de ces idées et à privilégier les voies de Dieu, versets 2-6. Il y a là des versets qui prêtent à confusion, mais le message final est de ne pas remplacer Dieu par quoi que ce soit, que ce soit pour améliorer notre vie humaine, ou simplement pour profiter de notre vie humaine ! Ce sont nos actions quotidiennes qui “entravent” notre relation avec Dieu, par exemple, si les maris ne traitent pas leurs femmes correctement, leurs prières ne seront pas exaucées, chapitre 3 verset 7 ; les femmes ne devraient pas montrer leur “beauté” par leur apparence, mais par leur comportement, verset 3-6 ; les anciens devraient prendre soin du troupeau, tout comme Jésus l’a fait, chapitre 5 verset 1-4, ce qui ne veut pas dire être comme les amis de Job en critiquant toujours Job – les anciens ne devraient pas être “dominateurs” ! Nous devrions donc tous accepter la situation dans laquelle Dieu nous met, nous devrions louer et nous devrions nous maîtriser, versets 8-9, car la tentation est toujours là et si nous y cédons, nous pécherons – le mot “diable” n’est qu’un mot, il signifie “faux accusateur” et c’est exactement ce qu’est la pensée humaine naturelle, Elle est toujours à l’opposé de la pensée de Dieu et tout comme dans Habacuc où ceux qui n’étaient intéressés que par le gain malhonnête ont été punis par Dieu parce qu’ils ne s’intéressaient pas à lui, nous devrions faire de notre mieux pour toujours suivre Dieu, plutôt que d’être intéressés par l’obtention malhonnête de choses. Nous avons tous besoin de nous rappeler ces principes et, en raison des persécutions à venir, Pierre se donne beaucoup de mal pour rappeler aux croyants les grandes bénédictions qu’ils ont reçues. L’une de ces bénédictions est ce qu’il appelle la grâce ou “l’abondante miséricorde” de Dieu – 1 Pierre 1 verset 3. Grâce à l’abondante miséricorde de Dieu, nous avons une grande espérance en Jésus, et il nous dit que nous devons avoir foi en cette espérance. Le verset 7 nous dit que cette foi est bien plus précieuse que l’or qui périt, et que leur foi serait éprouvée par le feu – ils recevraient des persécutions et leur foi serait mise à l’épreuve. Mais quoi qu’il arrive, leur foi les portera à travers toutes ces choses. Jésus sait ce que c’est que d’être humain, avec toutes les tentations et les pièges qui nous entourent. Il comprend la faiblesse de la nature humaine. Les tentations qu’il a endurées sont bien plus grandes que tout ce que nous connaîtrons jamais. Mais Jésus ne fait-il pas l’éloge de ses serviteurs dans la parabole des talents : “C’est bien, bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton Seigneur”. Bien fait – c’est la louange de Jésus pour nous et c’est certainement un merveilleux exemple de la grâce et de l’abondante miséricorde de Dieu et cette “abondante miséricorde” est le premier rappel que Pierre nous donne dans ses épîtres. Un deuxième “rappel” que Pierre nous donne se trouve dans 1 Pierre 2 v 21, Pierre a été témoin des souffrances du Christ. Il dit que les souffrances de Jésus sont notre exemple, et que nous devons suivre ses traces. Le verset 22 dit qu’il n’y a pas eu de tromperie dans sa bouche. Lorsque nous sommes confrontés à des situations justes ou injustes et que nos options sont limitées, nous trouvons souvent le moyen de dire des contre-vérités ou de “déformer la vérité” pour que les choses nous soient favorables et pour nous sortir d’une situation délicate. Mais pas Jésus – il n’y avait aucune tromperie dans sa bouche. Lorsqu’il a été injurié, il n’a pas rendu l’injure. Quand les soldats se sont moqués de lui, il ne leur a rien répondu. Quand il souffrait intensément, il n’a pas menacé ou maudit ses bourreaux. Mais au contraire, il s’est soumis à la volonté de Dieu et a eu confiance en lui. De même, nous ne devons pas rendre le mal pour le mal. Nous ne devons pas essayer de nous venger des autres. “La vengeance est à moi”, dit le Seigneur, “je rendrai la pareille”. Nous devons laisser les choses entre les mains du Tout-Puissant. Un troisième “rappel” de Pierre se trouve dans 2 Pierre 1 et 2 où Pierre nous conseille de nous méfier des faux enseignants et des fausses doctrines. Inutile de dire que notre monde est rempli d’idées impies et fausses. Même les églises établies déforment la parole de Dieu pour servir leurs propres intérêts. En tant que soi-disant étudiants de la parole de Dieu, ils devraient être mieux informés. Nous devons veiller à ce qu’aucune fausse doctrine ne s’infiltre dans la fraternité. Pierre rappelle aux croyants que “les saints hommes de Dieu ont parlé sous l’impulsion du Saint-Esprit” (2 Pierre 1:21). Il est nécessaire que nous suivions de près la parole de Dieu et que nous écartions la fausse doctrine des autres enseignants. Pierre les décrit comme “parlant mal de ce qu’ils ne comprennent pas” (2 Pierre 2:12). C’était, bien sûr, un problème au premier siècle. Paul a mis en garde les anciens d’Éphèse en Actes 20 contre les faux enseignants et l’épître de Jude s’intéresse de la même manière aux faux enseignants qui tentaient d’infiltrer les premières ecclésiastiques. Dans de nombreux cas, l’infiltration des ecclésiastiques par de faux enseignants était un stratagème délibéré des Juifs pour enrayer la croissance du christianisme. Mais le “rappel” de Pierre est aussi valable pour nous au 21ème siècle qu’il l’était pour ces premiers croyants. Le dernier “rappel” que Pierre nous donne se trouve dans 2 Pierre 3 et il est peut-être le plus poignant pour nous de nos jours. Les moqueurs viendront dans les derniers jours, dit Pierre. Nous voyons cela si souvent de nos jours. Mais Pierre nous avertit que “le Seigneur ne relâche pas sa promesse”. Un jour avec le Seigneur est comme 1000 ans et le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. Un jour, cela arrivera soudainement – soit nous mourrons soudainement et le Seigneur sera là pour nous, soit l’ange du Seigneur viendra nous chercher et nous serons emmenés à la rencontre du Seigneur. Quel que soit le scénario auquel nous sommes confrontés, le “rappel” que Pierre nous donne (3:14) est d’attendre ces choses avec impatience et de nous efforcer “d’être trouvés par lui en paix, sans tache et irréprochables”. Nous savons que sans Jésus, nous ne pouvons pas être “sans tache et irréprochables” – mais Pierre nous donne des mots merveilleux quand, au verset 15, il dit : “Considérez que la longanimité de notre Seigneur est un salut”. Oui, le Seigneur est patient, il est abondamment bon et gracieux envers nous, et le jour viendra où nous réaliserons à quel point il est gracieux et indulgent. Nous prions pour que ce jour vienne lorsque Jésus sera à nouveau sur cette Terre et que le royaume sera établi. Decembre

Le 14 Decembre

Job 16 et 17 décrit Job au plus profond du désespoir. Il ne voit aucun espoir pour sa vie et se prépare à mourir. Dans sa mort, il ne trouve aucun soulagement. Les amis sont devenus des moqueurs, les consolateurs sont devenus ceux qui le condamnent. Il a angoisse sur angoisse. Même les observateurs sont consternés par ce qu’ils voient. Pourtant, Job continue à maintenir son intégrité – “Néanmoins, les justes s’en tiendront à leurs voies” (17:9). C’est ce que les justes feront – maintenir leur droit chemin malgré les événements de la vie. Et c’est ce que nous devons faire. Même si nous devons faire face à l’humiliation dérangeante du processus de mort, nous devons maintenir des voies justes. Car nous savons qu’à la fin, tout ira bien pour nous, comme Job. Habacuc était aussi un homme à terre qui souffrait (1,1-4). Pourtant, à la fin de son livre, il est si heureux dans un lieu spirituel élevé (3:19). Comment cela est-il arrivé ? Il a pensé à Dieu et à ce que Dieu a fait et fera. Il sait que Dieu a fixé un temps pour le jugement des méchants (2:3). Dieu a un grand plan qui, étonnamment, voit le monde rempli de la connaissance de Dieu (2:14). Puis il y a le conseil de Dieu à tous les hommes (2:20) ; “Mais le Seigneur est dans son temple saint ; que toute la terre se taise devant lui.” Quand Habakkuk pense à ces choses, cela change tout. Ses plaintes ont été réduites au silence. Au lieu de se plaindre, il prie maintenant. Maintenant qu’il comprend, il peut faire trois choses, 1) il est capable d’attendre patiemment que le plan de Dieu se réalise (3:16), 2) il peut faire face aux difficultés de la vie (3:17-18), et 3) il peut se réjouir dans le Seigneur malgré ces difficultés. Habacuc se trouve dans un lieu spirituel élevé. Pouvons-nous faire de même ? Pouvons-nous attendre patiemment le Seigneur ? Pouvons-nous supporter des épreuves ? Et pouvons-nous nous réjouir dans le Seigneur malgré ces épreuves ? Habukuk 3 est une prière, mais c’est aussi un chant. Habukuk s’est littéralement réjoui dans le Seigneur en chantant. 2 Pierre 1 -2 nous conseille de tout faire pour sécuriser notre vocation spirituelle. Chez Pierre, le problème ne vient pas des amis (comme chez Job) ou des méchants (comme chez Habacuc), mais des faux prophètes. Ils peuvent nous éloigner du droit chemin si nous ne faisons pas attention. Pour ce faire, nous suivons le conseil destiné à tous les chrétiens du monde entier, que Pierre souligne au début de sa deuxième lettre. Il ne suffit pas d’avoir la foi et d’être baptisé. Cela ne suffit pas à nous sauver. Nous devons ajouter 7 vertus spirituelles à notre foi (2 P 1, 5-8). La première est la bonté ou la gentillesse morale. C’est le résultat d’une foi véritable que nous devons avoir. Ensuite, nous devons ajouter la connaissance. La connaissance de base que nous avions pour le baptême ne suffit pas. Nous devons affermir notre connaissance afin que les faux prophètes ne puissent pas nous toucher. La connaissance doit conduire à la maîtrise de soi. Nous savons comment nous devons nous comporter et nous devons maîtriser la chair. Une fois que nous avons maîtrisé cela, alors nous pouvons avoir de la persévérance dans nos difficultés. Job et Habukuk ont tous deux réussi à le faire. Vient ensuite la piété, la qualité d’être différent des autres dans le monde, comme le montrera aussi notre persévérance. Enfin, vient l’amour. Il y a deux types d’amour. Tout d’abord, l’amour phileo, qui est l’amour chaleureux que nous avons pour les amis et la famille. C’est l’amour le plus facile. Puis vient l’amour difficile, l’amour agapé. C’est l’amour que nous devons avoir même pour nos ennemis. C’est comme si la couronne des vertus chrétiennes était d’être capable d’aimer nos ennemis. Sommes-nous capables d’en arriver là ? Job a montré qu’il avait cet amour lorsqu’il a prié pour ses ennemis (qui étaient à l’origine ses amis). Veillons à ajouter ces 7 vertus chrétiennes à notre foi, afin de pouvoir résister à l’épreuve comme Job et recevoir la couronne de vie que Dieu donnera aux justes. Decembre

Le 15 Decembre

Job 18 : l’esprit des mots. Dans ce chapitre, Bildad semble avoir perdu sa patience. Il est très frustrant de croire que l’on peut aider quelqu’un, et de vouloir l’aider, mais il ne veut rien entendre. Imaginez la frustration du Seigneur à l’égard de l’humanité lorsque nous réalisons à quel point il veut aider l’humanité ! Nous devons être prudents dans notre évaluation de Bildad, tout comme Bildad aurait dû l’être avec Job. Il est si facile de lire ses paroles comme étant dures, cruelles, condamnantes, sans amour. Si NOUS lisons les mots avec cet esprit, nous confessons que NOUS aurions dit les mêmes mots avec cet esprit critique. Si nous lisons les mêmes paroles comme étant dites calmement dans un esprit de douceur (malgré les accusations), alors au lieu de la critique de Bildad, nous voyons sa préoccupation, sa frustration, sa réflexion. Que Bildad ait été critique ou frustré, cela n’a pas vraiment d’importance. Mais ce qui importe, c’est la façon dont nous vivons avec nos semblables. Combien de fois avons-nous regretté ce que nous avons dit, mais en réalité nous devrions regretter l’esprit dans lequel ces mots ont été prononcés. Les paroles les plus efficaces, écoutées et apprises sont celles qui sont prononcées dans un esprit de douceur. “Que votre douceur soit connue de tous les hommes” Phil 2:5. Job 19 : Un trésor caché. La souffrance est très isolante et peut être solitaire. Les “amis” de Job étaient venus pour le soutenir, mais ils “le brisaient par leurs paroles” (v. 2). Dans l’église, nous avons pour instruction de “faire TOUTES choses pour l’édification” (building up). Job ne reçoit aucune aide de sa famille, de ses serviteurs ou de ses amis, ils se sont tous séparés et éloignés de Job et sa vie même s’éloigne de lui. “Ayez pitié de moi”, implore-t-il (v21). Au v 23-24, il plaide pour que ses paroles soient écrites, enregistrées dans un livre et sauvegardées pour les générations futures (et nous lisons encore ces paroles 3000 + ans plus tard, grâce à Dieu ! !) Nous pourrions penser que Job souhaite tendre la main à l’humanité future, partager sa souffrance et chercher quelqu’un d’autre qui comprendrait sa frustration. Mais plus probablement, Job voulait que l’humanité connaisse les mots qui suivent : (v25-27) “Car je sais que mon rédempteur vit, et qu’il se tiendra enfin sur la terre ; et après que ma peau aura été détruite, voici ce que je SAIS, c’est que dans ma chair je verrai Dieu ; comme mon cœur se languit au dedans de moi !”. Job voulait que l’humanité SAVE ce qu’il savait – quelque chose que même la souffrance et la mort ne pouvaient lui enlever… il voulait partager et confesser son plus grand TRESOR. La souffrance peut si facilement cacher notre trésor parce que le “maintenant” peut nous éloigner de l’éternel, mais la souffrance peut aussi nous aider à aller vers l’éternel pour obtenir de l’aide, de la sagesse, de la confiance. Essayons de ne pas AJOUTER la souffrance à la souffrance (ce à quoi nous sommes très forts !) mais allons vers un ami qui nous aidera, même jusqu’au salut. ” Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra. ” Jean 11:2. Sophonie 1 : Caché dans le Seigneur. Le livre de Sophonie nous parle d’événements qui se sont produits à Jérusalem vers 600+ avant Jésus-Christ, lorsque Josias était roi. Le royaume du nord (Israël) avait été détruit par les Assyriens, comme l’avaient annoncé les prophètes de Dieu. Les rois de Juda, Manassé et Amon, avaient largement abandonné Dieu, mais un renouveau de la foi et de l’obéissance au seul vrai Dieu a été mené par le jeune Josias. Après la mort de Josias, le peuple “s’est détourné du Seigneur”. Le nom de Sophonie signifie “caché dans le Seigneur” et c’est dans le sens de trésor caché, caché pour protéger. Sophonie 2:3 “Cherchez le Seigneur, vous tous, les doux de la terre, il se peut que vous soyez cachés au jour de la colère du Seigneur” Et quand nous connaissons ce verset, nous voyons que certains seront sauvés du “jour de la colère du Seigneur”. Cela nous aide dans notre interprétation de Sophonie 1:2 “Je détruirai tout de la surface du pays” – comme certains sont sauvés, nous comprenons que “tout ce qui est condamné par le Seigneur” sera détruit. En bref, la justice de Dieu s’abat sur tous. Ce sont des paroles rassurantes pour les vrais croyants, et des paroles d’avertissement pour les non-croyants, car le Seigneur ne prend pas plaisir à la mort de quiconque – “repentez-vous et vivez”. (v4) les paroles sont maintenant concentrées sur Juda et tous les habitants de Jérusalem. Mais les avertissements qui leur sont adressés sont les mêmes que ceux qui sont adressés à toute l’humanité à travers toutes les générations. L’idolâtrie était (est) partout… “ceux qui se sont détournés de l’Eternel, qui ne l’ont pas cherché et qui ne l’ont pas consulté” Jésus dit “là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur” Où sont nos cœurs et nos esprits ? Qu’est-ce que nous considérons comme important, et dans quel ordre ? Dans les versets suivants, nous voyons les désirs de l’humanité : La royauté… la convoitise, l’indulgence, l’idolâtrie, le pouvoir à tout prix (tromperie etc), la violence, le contrôle. Les manipulateurs d’argent : l’amour de l’argent à tout prix (excusez le jeu de mots !) Les “complaisants” qui ne pensent pas avoir besoin de Dieu, qui sont totalement centrés sur leur propre vie et leurs possessions. Tous avaient commis une idolâtrie et valorisaient leurs ” désirs ” plus que le Seigneur ! Cependant, la justice viendra. “Le grand jour du Seigneur est proche” & “il faut que nous comparaissions tous devant le tribunal du Christ, afin que chacun reçoive ce qui lui revient dans le corps, selon ce qu’il a fait, en bien ou en mal” 2 Cor 5:10. Les paroles adressées à Juda (600 av. J.-C.) s’appliquent toujours à l’ensemble de l’humanité. Nous avons été avertis à cause d’un Dieu aimant, voire jaloux. En termes simples, si nous vivons avec le Seigneur maintenant, nous recevrons la vie éternelle, avec le Seigneur pour toujours par la grâce de Dieu. Si nous ne le faisons pas, nous choisissons la mort éternelle et nous entendrons ces mots de Jésus : “Je ne t’ai jamais connu”. 2 Pierre 3 : “Où est la promesse de sa venue” ? Bien sûr, la réponse est “dans les Écritures” et Pierre avertit ses ouailles d’écouter les Écritures plutôt que les moqueurs. Il rappelle à ses disciples que toutes les choses ont existé grâce à la parole (volonté) de Dieu : “Dieu dit… et cela fut ainsi” Genèse 1. Le déluge (Genèse 7) s’est produit à cause de Dieu, de son jugement sur le monde à cette époque. Dieu est toujours aux commandes, et il doit y avoir et il y aura un jugement futur. Le “délai” est dû au fait que la volonté de Dieu est que “personne ne périsse, mais que tous arrivent à la repentance”. La promesse de Dieu demeure parce qu’il est un Dieu aimant et patient, mais il est aussi un Dieu de justice et, par conséquent, il y aura un moment où “la porte sera fermée” et où les derniers auront été rassemblés. Pierre encourage ses ouailles à se tenir prêtes pour ce jour, et les avertit qu’il viendra comme un voleur dans la nuit… Lisez Matt 24:29-44 et Matt 25, qui traitent tous du retour de Jésus et de l’établissement du royaume de Dieu. Les cieux et la terre (v10-13) : “les cieux passeront avec un grand bruit… dissous, étant en feu”. “La terre et les oeuvres qu’elle renferme seront consumées”. Croyons-nous que les cieux et la terre seront détruits par le feu ? Si nous ne connaissions pas le reste des Écritures, nous pourrions le croire ! Mais cela n’a pas de sens – le ciel (où Dieu habite) n’a pas besoin d’être dissous et brûlé ! Même la planète Terre ne doit pas être littéralement détruite (malgré le changement climatique) ; au verset 13, Pierre écrit “de nouveaux cieux et une nouvelle terre dans lesquels la justice habite”. Ailleurs, “la terre demeure pour toujours” Ec 1:4 et “la terre sera remplie de la gloire du Seigneur” Nombres 14:21 etc. Une meilleure compréhension est que les “cieux” sont les dirigeants de ce monde et la “terre” ceux qui sont dirigés par les “cieux”. La promesse est que ce monde actuel (le royaume des hommes) va prendre fin rapidement, que Jésus va revenir, juger l’humanité et, avec son peuple, établir le royaume de Dieu sur la terre – ce sera totalement nouveau. L’ancienne “voie” sera totalement détruite. Esaïe 65:17-25 et le Psaume 72 sont des chapitres utiles à lire. Pierre termine sa lettre en leur disant (à nous) “d’attendre ces choses avec impatience, de s’appliquer à être trouvés par lui dans la paix, sans tache et irréprochables…” et de “croître dans la grâce et la connaissance de notre Seigneur et sauveur Jésus-Christ”. Decembre

Le 16 Decembre

Zophar répond pour la deuxième et dernière fois dans Job 20. Il apparaît avec une pensée typiquement humaine en réponse aux commentaires de Job sur son “rédempteur” et qu’il “le verra” (chapitre 19, versets 25-27) – il ne peut pas croire que Job puisse dire une telle chose, versets 2-3. Il est fier dans sa pensée car il considère toujours Job comme un mauvais pécheur et lui (Zophar) ne l’est pas ! Job a démontré un élément de foi et de connaissance que sa mort n’était pas la fin, il n’a probablement pas compris comment cela se produirait mais il a considéré qu’il avait un avenir avec Dieu à la résurrection. Implicitement, Job ne croyait pas que Zophar en ferait partie, car Zophar lui-même accusait faussement Job d’un très grave péché. Tout ce chapitre suggère que Zophar était clairement un mauvais pécheur et le verset 29 donne sa conclusion sur le sujet. La vérité est que chaque être humain est un pécheur, que nous avons tous besoin de pardon et que nous dépendons tous de notre “rédempteur”. Le reste de l’Écriture nous apprend que cette rédemption complète a lieu lorsque Jésus revient et que la résurrection a lieu. La souffrance n’est pas le résultat de péchés spécifiques, la souffrance est une conséquence de la nature humaine pécheresse et parfois Dieu utilise la souffrance pour enseigner et aussi comme une punition pour la rébellion contre lui. Zéphanie 2 commence en continuant à nous parler du “grand jour du Seigneur”. Le chapitre 1 nous dit que ce “châtiment” a été annoncé à l’époque du roi Josias (verset 1), et que le “grand jour du Seigneur” est le moment où Dieu porte son jugement sur le peuple qui s’est rebellé contre lui. Cette rébellion est importante et se distingue des humbles disciples de Dieu qui pèchent, la rébellion c’est quand les individus remplacent Dieu par d’autres choses et n’ont aucune considération pour lui et c’est pourquoi Dieu a puni Juda. Cependant, au verset 3, nous voyons l’opportunité pour le peuple de Dieu de se repentir de sa rébellion – cela demande de l’humilité, tout le contraire de l’orgueil qui est normalement le cas de nous, les êtres humains ! Juda s’était rebellé contre Dieu et c’était l’occasion pour eux de revenir à lui et peut-être que Dieu protégerait son peuple. C’est exactement la même chose pour nous aujourd’hui, si nous sommes humbles et nous repentons de nos péchés, alors Dieu pardonnera, mais si nous sommes fiers et rebelles, nous ne pouvons pas espérer que Dieu nous protège. La prophétie ne visait pas seulement Juda, elle visait aussi les nations qui s’étaient rebellées contre Dieu à cause de leur orgueil et de leur impiété totale, c’est-à-dire la Philistie, verset 4-5 – il faut regarder Ezéchiel 25, versets 15-17 pour en comprendre la raison, mais c’était parce qu’ils voulaient détruire complètement le peuple de Dieu ; Moab et Ammon devaient être détruits à cause de leur orgueil, verset 10, et il en était de même pour l’Assyrie, verset 15, Cush (probablement l’Égypte) était aussi orgueilleuse et dépendait de sa propre force. Le message de Dieu a toujours été le même – la seule façon d’être sauvé est d’être humble, l’orgueil ne permet pas d’obtenir le pardon ou le salut, l’orgueil ne permet que la destruction à la fin. Le message sous-jacent de 1 Jean 1 et 2 est également l’humilité. L’acceptation de Jésus comme notre sauveur est de l’humilité, tout comme le fait d’accepter que nous avons péché, verset 9, et de faire ce que Dieu veut, chapitre 2 verset 5. L’orgueil consiste à dire que nous n’avons pas péché, chapitre 1 versets 8 et 10, l’orgueil consiste à ne pas faire ce que Dieu veut, chapitre 2 verset 4, c’est aussi haïr son frère, verset 9. Si nous disons que nous aimons Dieu et Jésus, alors nous devons démontrer notre amour en marchant de la même manière que Jésus a marché, verset 6, c’est-à-dire en aimant nos frères et nos sœurs de la même manière que Jésus les aime et nous aime ! Cela signifie que nous devons veiller à nous réunir pour la fraction du pain afin de nous rappeler l’amour de Jésus pour nous chaque semaine, que nous devons enseigner et encourager les autres, que nous prenons soin des veuves, que nous rendons visite aux malades, que nous sommes tous inclus, versets 12-14, jeunes et vieux, hommes et femmes (même s’ils ne sont pas mentionnés ici, ils sont inclus). L’amour est offert à tous par tous, versets 9-11. Le problème de Sophonie est que les peuples des nations ET les enfants de Dieu aimaient le “monde”, ils aimaient les choses qui remplaçaient Dieu ; mais Jean nous dit, aux versets 15-17, que nous ne devons pas aimer le “monde” – si nous le faisons, l’amour de Dieu n’est pas en nous. Ainsi, si nous ne sommes intéressés qu’à faire des choses pour nous-mêmes, si nous n’essayons que de nous améliorer et si nous ne pensons qu’à nous-mêmes, alors nous sommes orgueilleux et Dieu n’est pas en nous ! Les versets 18-27 sont souvent utilisés pour désigner ceux qui ne croient pas réellement que Jésus a existé, comme “l’antéchrist”, mais je pense que cela signifie plus que cela, le contexte des paroles de Jean est que ceux qui disent qu’ils suivent Jésus et obéissent à son père mais ne marchent pas comme Jésus ou n’obéissent pas à Dieu sont encore dans les “ténèbres” et sont des “menteurs”. Par conséquent, ceux qui ne “marchent pas comme Jésus” et désobéissent à Dieu sont l’antéchrist – c’est une chose à laquelle nous devrions tous réfléchir car parfois nous pouvons agir ainsi, c’est-à-dire agir comme un antéchrist, par les choses que nous faisons et que nous ne devrions pas faire. Par exemple, les amis de Job étaient comme un antéchrist quand tout ce qu’ils faisaient était de le critiquer, ils ne le réconfortaient pas non plus ; les gens dont parlait Sophonie étaient des antéchrists ; Jean dit que ceux qui sont menteurs et ceux qui ne montrent pas d’amour sont des antéchrists. Alors, comment agissez-vous ? Encouragez-vous TOUJOURS vos frères et sœurs ? Vous réunissez-vous toujours avec TOUS vos frères et sœurs dans votre ecclésia ? Organisez-vous toujours des services de fractionnement du pain chaque dimanche ? Visitez-vous les malades ? Enseignez-vous les autres ? Nous pouvons être sûrs que lorsque Jésus reviendra, nous serons dans le royaume, mais cela dépend de notre capacité à “rester en lui” maintenant, à marcher dans ses voies et à obéir à son père (verset 28-29). Au cours de notre vie actuelle, nous devons devenir comme Dieu et son fils, nous devons présenter la “lumière” aux autres dans tout ce que nous faisons, en toute humilité bien sûr, chapitre 1 verset 5-7, puis nous sommes “purifiés du péché”. Decembre

Le 17 Decembre

Job répond dans Job 21 et dans sa réponse il confirme ce qu’il pense de ses amis, c’est-à-dire qu’ils se moquent de lui, verset 3, et qu’ils disent n’importe quoi, verset 34. Ce sont des leçons pour nous, lorsque nous sommes appelés à nous consoler mutuellement, nous devrions nous aider à accepter la souffrance plutôt que de porter des jugements, de nous moquer et de dire des bêtises. À cause de leur attitude de jugement, Job a perdu confiance en ses amis, ils sont plus une entrave qu’une aide. Job voulait le soutien de ses amis et il tente de répondre dans ce chapitre comment ils auraient dû le consoler, verset 2. La réponse de Job est une façon très humaine de considérer la souffrance et il réfléchit à la question comme nous le faisons tous de temps en temps, il demande pourquoi les méchants semblent avoir une vie sans problème, verset 7, toutes les “bénédictions” apparentes des enfants, des animaux, du plaisir et de la prospérité sont expérimentées par eux, versets 8-13. Les méchants semblent même rejeter complètement Dieu parce qu’ils ne voient aucun avantage à l’adorer, car ils pensent déjà avoir tout ce dont ils ont besoin, verset 14-15. David avait ces mêmes pensées et certains de ses Psaumes en témoignent – il contrecarre ces pensées en pensant à Dieu, et c’est exactement ce que fait Job au verset 16 lorsqu’il se souvient que la prospérité des méchants n’est pas entre leurs mains. Mais il se bat encore avec cela et il pense à nouveau aux moments où les méchants souffrent, versets 17-21, et la réponse que Job donne est probablement peu de fois ! Il semble parfois que cette vie soit injuste et que les méchants semblent prospérer. Cependant, il pense à nouveau à Dieu et réalise qu’on ne peut pas le questionner, verset 22, Dieu est le meilleur et connaît toutes les réponses. Il en arrive ensuite au véritable point central lorsqu’il pense à ce qui arrive à tout le monde, qu’il soit bon ou mauvais, riche ou pauvre, versets 23-26, le fait est que la mort arrive à tous et que, comme Job, nous devrions nous concentrer sur le fait de suivre Dieu et de regarder vers le royaume, c’est ce qui compte vraiment. Sophonie 3 parle de cette espérance future et les derniers versets de 9 à 20 parlent de la restauration future où il y aura purification, humilité, joie, personne n’aura peur, etc. C’est ce que Dieu nous incite à considérer, il veut que nous ayons une vue d’ensemble, les méchants ont leurs récompenses dans cette vie, nous avons nos récompenses quand Jésus revient, c’est sur cela que nous devons nous concentrer. Les versets 1 à 8 ne donnent pas une très bonne image du peuple de Dieu, ils opprimaient les autres, ils étaient arrogants et fiers, ils étaient injustes, ils étaient “désireux d’agir de manière corrompue”, ils n’avaient en fait aucun respect pour Dieu. Pourtant, dans l’amour de Dieu, il a promis de changer leur attitude. Nous voyons à quel point Dieu et Jésus ont aimé dans 1Jean 3&4. Dans Sophonie, toutes les choses qui allaient être changées, par exemple la peur, sont amenées par l’amour (chapitre 4, versets 16-21). L’amour de Dieu est centré sur le pardon de nos péchés, versets 7-15, et parce que nous en avons connaissance, nous devrions essayer de nous aimer les uns les autres comme Dieu et Jésus nous ont aimés. Les versets du chapitre 3, 11-24, nous montrent à quel point nous devons nous aimer les uns les autres, ce que Jésus a démontré au verset 16 en donnant sa vie pour nous. Il était comme son père qui veut que nous soyons ses enfants, verset 1-3. L’amour se manifeste dans nos actions – dans notre façon d’aider les autres, mais aussi dans notre détermination à ne pas pécher, versets 4-6. Jean décrit le péché comme le “diable”, c’est-à-dire le “faux accusateur”, et il ne faut pas s’étonner que la nature humaine ait cette tendance à pécher, mais à cause de l’amour de Dieu et de Jésus, nous devrions faire de notre mieux pour ne pas pécher. Nous sommes donc “nés de Dieu”, versets 9-10. Ainsi, dans nos souffrances, nous pensons au tableau d’ensemble et nous nous concentrons sur le royaume, et dans nos vies actuelles, nous devrions nous concentrer sur l’amour, car Dieu et Jésus nous ont aimés en premier. Decembre

Le 18 Decembre

C’est maintenant la troisième et dernière fois qu’Eliphaz répond ; dans cette réponse, il critique Job avec plus de force, en disant les mêmes choses que lui et les autres amis ont déjà dites auparavant et en se référant également aux choses que Job a dites en dernier. Ce qui ressort de cette dispute entre Job et ses trois amis, c’est qu’au fur et à mesure que le temps passe, la distance entre les deux parties s’accroît et la réconciliation semble impossible. Ils sont tous d’accord, à tort, sur le fait que la souffrance est le résultat du péché, mais Job affirme qu’il n’a pas péché et ses amis insistent sur le fait qu’il a dû pécher ! Les divergences d’opinions entre Job et Eliphaz sont maintenant si grandes que la réconciliation semble peu probable. Nous devrions en tirer une leçon lorsque nous avons inévitablement des divergences d’opinions avec les autres – nous devrions essayer de ne pas laisser ces divergences devenir incontrôlables – c’est pourquoi Jésus a dit de se réconcilier avec son frère avant de prier (Matthieu 5, verset 24). Eliphaz essaie par tous les moyens d’expliquer pourquoi Job souffre et, bien que ses motivations semblent bonnes, puisqu’il veut que Job se repente (verset 21), il suggère aux versets 4-5 que ses péchés sont “sans fin”. Renvoie-t-il Job aux péchés de sa jeunesse, lorsqu’il était moins conscient de Dieu (Job 13, verset 26) ? Ou bien fait-il simplement l’hypothèse que les péchés de Job étaient nombreux pour expliquer sa souffrance ? Eliphaz accuse Job de ne pas aider les autres et, pire encore, de les exploiter, versets 6-9. Il sait que ce n’est pas vrai, car Job était connu comme un homme pieux (Job 1, verset 1-3). Il est intéressant de noter qu’Eliphaz dit que “les justes voient leur ruine [celle des méchants] et s’en réjouissent”, verset 19-20 – Eliphaz et les autres amis étaient-ils donc les opposants (satan) jaloux de la réputation de Job, qui ont suggéré en premier lieu qu’il n’était bon que parce qu’il avait une maison, un revenu et une famille stables ? La jalousie est une mauvaise émotion et nous devrions tous apprendre à la contrôler ! Il est triste de constater qu’Eliphaz croit clairement que Job a péché d’une mauvaise manière et fait référence au commentaire précédent de Job dans Job 21 versets 14-16 dans les versets 17-18. Job se lamentait sur le fait que les méchants ne s’intéressent pas aux voies de Dieu et qu’ils ne se mélangent donc pas à eux. Eliphaz dit en fait que Job est l’un d’entre eux et que lui-même ne se mélangera pas à Job ! Nous arrivons à une situation très triste et cela arrive malheureusement trop souvent lorsque des frères et sœurs sont convaincus par leurs propres croyances sans réfléchir à leurs propres motivations et si leurs croyances sont basées sur la Bible ou non. Réfléchir soigneusement à ce que nous faisons est le thème commun à Aggée 1&2, ce défi se trouve au chapitre 1 verset 5 et 6 et au chapitre 2 verset 15 et deux fois au verset 18. Le peuple qui était revenu à Jérusalem de la captivité (ils étaient en captivité parce qu’ils s’étaient rebellés contre Dieu) à Babylone avait oublié la raison de leur retour et se concentrait déjà uniquement sur eux-mêmes, chapitre 1 verset 4, ils avaient en fait pris la décision de mettre Dieu au second plan, verset 2. Afin d’amener son peuple à reconsidérer ses actions, Dieu réduisit la récolte et rendit leur vie plus difficile qu’elle ne l’aurait été, verset 6. La même chose s’est produite au chapitre 2 lorsque le peuple ne suivait pas correctement les exigences de Dieu, verset 16-17. Dieu peut utiliser un élément de souffrance pour nous faire réfléchir à nos actions et si nous profitons de ce “rappel”, nous sommes incités à “réfléchir soigneusement” aux choses de Dieu et à ce qu’il nous demande de faire. Les gens de l’époque d’Aggée ont eu une nouvelle occasion de recommencer à suivre Dieu lorsqu’ils sont retournés en Israël. Il les a incités à “repenser” à leur façon d’agir, il a envoyé Aggée et lui a dit qu’il était avec eux (chapitre 1, verset 13) et qu’il les bénirait (chapitre 2, verset 19). Nous aussi, nous avons reçu l’opportunité de vivre dans le royaume de Dieu. Nous devrions donc lire la Bible afin de “repenser” à notre façon d’agir et de faire les choses, car Dieu ne nous donnera le royaume que si nous avons la bonne attitude et que nous le mettons toujours en premier. Cette merveilleuse opportunité que nous avons nous la trouvons dans le baptême en Jésus et elle est soulignée pour nous dans 1Jean 5 verset 16-17. Le “péché qui conduit à la mort” désigne les personnes qui ont choisi de ne pas suivre Dieu et d’accepter Jésus ou qui se sont “rebellées” contre lui ; le “péché qui ne conduit pas à la mort” désigne les personnes qui ont accepté Jésus, qui essaient de le suivre et qui se repentent lorsqu’elles commettent un péché. Nous devons donc toujours “repenser” à notre façon de vivre, car c’est une question de vie ou de mort ! Je suis sûr que nous disons tous que nous aimons Dieu et Jésus (verset 1), mais le test pour savoir si nous l’aimons vraiment est de savoir si nous appliquons ou non “ses commandements” (verset 2). Et suivre ses commandements devrait être un plaisir pour nous si nous avons la bonne attitude, verset 3. Ce ne devrait pas être un fardeau d’accomplir le service de la fraction du pain chaque dimanche pour se souvenir de l’amour de Dieu pour nous. Si c’est un “fardeau” pour certains, alors malheureusement ceux qui pensent ainsi ont une mauvaise attitude, tout comme les méchants dans Job. Nous devons changer notre pensée mondaine – “naître de Dieu” nous permet de “vaincre le monde” et croire que Jésus est le fils de Dieu en est l’élément central (versets 4-5). Jésus a été envoyé par Dieu pour que nous puissions avoir la vie éternelle et c’est un choix simple que nous devons faire, si nous voulons la vie, et nous pouvons l’avoir en toute confiance, mais nous devons suivre les voies de Dieu ; rejeter ses voies signifie que nous ne pouvons pas avoir la vie, verset 11-12. “Repenser” à tout ce que nous lisons dans la bible nous aide à comprendre la volonté de Dieu pour que nous puissions ensuite avoir confiance en demandant à Dieu, verset 13-15, comment pouvons-nous espérer que Dieu réponde à nos prières si nous ne cherchons pas à lui plaire ? Jean conclut cette lettre en disant de “vous garder des idoles”, verset 21, nous savons depuis l’ancien testament que le peuple de Dieu a corrompu le culte de Dieu en ajoutant des “dieux” humains, ils se rebellaient contre Dieu parce qu’ils trouvaient ses commandements “pesants”, notre leçon est donc de ne pas faire la même erreur maintenant. Ce ne devrait pas être un fardeau d’accomplir le service de la fraction du pain chaque dimanche pour se souvenir de l’amour de Dieu pour nous. Si c’est un “fardeau” pour certains, alors malheureusement ceux qui pensent ainsi ont une mauvaise attitude, tout comme les méchants dans Job. Nous devons changer notre pensée mondaine – “naître de Dieu” nous permet de “vaincre le monde” et croire que Jésus est le fils de Dieu en est l’élément central (versets 4-5). Jésus a été envoyé par Dieu pour que nous puissions avoir la vie éternelle et c’est un choix simple que nous devons faire, si nous voulons la vie, et nous pouvons l’avoir en toute confiance, mais nous devons suivre les voies de Dieu ; rejeter ses voies signifie que nous ne pouvons pas avoir la vie, verset 11-12. “Repenser” à tout ce que nous lisons dans la bible nous aide à comprendre la volonté de Dieu pour que nous puissions ensuite avoir confiance en demandant à Dieu, verset 13-15, comment pouvons-nous espérer que Dieu réponde à nos prières si nous ne cherchons pas à lui plaire ? Jean conclut cette lettre en disant de “vous garder des idoles”, verset 21, nous savons depuis l’ancien testament que le peuple de Dieu a corrompu le culte de Dieu en ajoutant des “dieux” humains, ils se rebellaient contre Dieu parce qu’ils trouvaient ses commandements “pesants”, notre leçon est donc de ne pas faire la même erreur maintenant. December

Le 19 Decembre

La deuxième et la troisième lettre de Jean font toutes les deux références à “ marcher dans la vérité ” ; les deux lient ce concept avec grande joie et réjouissement de la part de Jean à savoir que les croyants le faisaient.  Regardez encore la deuxième lettre de Jean verset 4 : “ J’ai fort réjoui de trouver de tes enfants qui marchent dans la vérité… ” Et puis encore en troisième Jean verset 4: Je n’ai pas de plus grande joie que d’apprendre que mes enfants marchent dans la vérité. ” Qu’est-ce que ça veut dire “ marcher dans la vérité ? ”  2 Jean nous donne de bons indices.  D’abord, c’est quelque chose duquel Jean dit qui est “ selon le commandement que nous avons reçu du Père. ”  Donc cette vérité n’est pas quelque chose créé par l’homme : ce n’est pas la vérité comme défini par un être humain individuel.  C’est la vérité de Dieu.  Dieu est, quand même, un “Dieu de vérité” – il est décrit comme tel en Psaume 31 :5.  En Deutéronome 32 :4 Moise le décrit comme “ le rocher ”, dont toutes “ les œuvres sont parfaites, car toutes se voies sont justes. ” Dans un monde dans lequel nous sommes chacun invités à créer notre propre version de vérité, de faire nos propres normes et redéfinir toute vérité que nous trouvons incommode ou désagréable, nous devons apprendre à nous fier plutôt à la vérité éternelle de Dieu, le Rocher, Celui qui ne change jamais.  Nos propres idées du bien et du mal doivent être soumises à Sa vérité : Ses voies sont correctes et justes. De nouveau en 2 Jean, il continue à écrire à propos de deux aspects distincts de “ marcher dans la vérité ”.  Le premier se trouve dans les versets 5-6.  Il s’agit du commandement de “ s’aimer les uns et les autres ”.  L’amour est ensuite définie comme “ marcher selon ses commandements ”. Donc “ marcher dans la vérité ” devrait être montré dans nos actions – en particulière, l’un vers l’autre. Montrer l’amour l’un vers l’autre veut dire penser aux besoins des autres et faire ce qu’on peut pour s’aider envers le Royaume.  Ça veut dire aussi investir du temps et de l’énergie pour développer des relations dans la famille de l’église et donner la priorité aux autres.  Et comme cet amour est caractérisé par les commandements de Dieu, il ne s’agit pas seulement d’être gentils les uns avec les autres ou de simplement se faire du bien.  Montrer l’amour de Dieu l’un avec l’autre demande de temps en temps des choix difficiles.  L’amour de Dieu est gentil, doux, paisible – mais en plus il “ ne se réjouit pas de l’injustice, mais se réjouit de la vérité ” (comme dit 1 Corinthiens 13 :6).  Donc ça veut dire encourager les bons comportements et attitudes les uns chez les autres, et décourager ceux qui ne sont pas corrects ou utiles dans le chemin vers le Royaume. Le deuxième aspect de “ marcher dans la vérité ” est peut-être ce que Jean continue à dire en versets 7 à 11.  Il s’agit de la doctrine correcte ou incorrecte ; surtout en ce qui concerne la nature du Seigneur Jésus.  Jean, venant de dire qu’il faut qu’on s’aime les uns avec les autres, tout de suite équilibre cela en précisant qu’une partie de s’aimer, c’est de se garder séparés de ceux qui soutiennent et promeuvent la mauvaise doctrine. Les Ecritures mettent une grande valeur sur la vérité.  Les concepts de vérité et fidélité sont très proches : être fidèle veut dire rester dans la vérité, sans changer ou trahison.  Josué a exhorté les Israelites de “craignez l’Eternel et servez-le avec intégrité et fidélité (vérité) ” (chapitre 24 :14). Samuel a fait écho à ces paroles lorsqu’il a dit “ Craignez seulement l’Eternel, et servez-le fidèlement de tout votre cœur… ” (1 Samuel 12 :24).  David a écrit en Psaume 51 :8 : “…tu veux que la vérité soit au fond du cœur ” – au cœur de notre être.  En Psaume 145 :18 nous lisons, “L’Eternel est près de tous ceux qui l’invoquent, de tous ceux qui l’invoquent avec sincérité ” – ce mot “ sincérité ” serait mieux traduit “ fidélité ” ou “ vérité ”. En revanche, en Jérémie chapitre 7 nous lisons que la nation d’Israël était dans une situation désespérée parce qu’elle était devenue nation “ qui n’écoute pas la voix de l’Eternel, son Dieu, et qui ne veut pas recevoir instruction : la vérité a disparu, elle s’est retirée de leur bouche. ”  En chapitre 9 il dit “ Ce n’est pas par la vérité qu’ils soient puissants dans le pays. ” Sans surprise, ces mêmes idées s’expriment aussi dans le Nouveau Testament.  Jésus se décrit pour la première fois en Jean comme “ plein de grâce et de vérité ” (Jean 1 :14) et il a dit que la vérité nous rendra libres.  Parlant de ses disciples, il a prié, “Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité. ” (Jean 17 :17).  De l’autre côté, Pilate a demandé dédaigneusement, “ Qu’est-ce que la vérité ? ” – il ne s’en souciait pas du tout.  Paul a averti qu’il viendra un temps dans lequel, comme Pilate, même les croyants “ détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables ” (2 Timothée 4 :4) et que, comme Israël d’autrefois, ils périraient parce qu’ ”ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité ” (2 Thessaloniciens 2 :10). Alors, quand on réfléchit à propos de ce qu’on a appris au sujet de “ marcher dans la vérité ”, nous trouvons que cela signifie deux choses : penser correctement et vivre correctement.  Cette combinaison essentielle arrive aussi dans la première lettre de Jean. En chapitre 1 :5-7 il écrit : “ La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres. [Donc la vérité qu’il nous passe vient de Dieu, comme nous avons vu en 2 Jean].  Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons et ne pratiquons pas la vérité.  Mais si nous marchons dans la lumière comme il est lui-même lumière, nous sommes mutuellement en communion… ” [le “ s’aimer les uns et les autres” de 2 Jean]. Ce que ce passage nous dit, c’est que la communion a à voir avec la lumière et avec marcher.  Elle vient d’abord d’être illuminé par la lumière de Dieu : connaitre Dieu et comprendre la vérité à propos de Lui.  Sa Parole, le Psalmiste a écrit, est une “ lampe à mes pieds et une lumière à mon chemin ”.  Et encore, “ La révélation de tes paroles éclaire ; elle donne de l’intelligence aux simples. ” (Psaumes 119 :130).  La Parole de Dieu nous enseigne à propos de Lui et comment avoir une bonne relation avec Lui.  La Parole de Dieu est la source de la vérité et il faut que nous y fassions attention si nous voulons marcher “ dans la lumière ”.  Mais cette connaissance et appréciation de Dieu doit être ensuite refléter dans la façon dont nous nous comportons les uns vers les autres.  Il faut qu’elle soit exprimée dans nos relations, en montrant l’amour de Dieu. Alors, nous allons maintenant commémorer la communion que nous avons avec Dieu et entre nous.  Nous nous souvenons que cette communion était rendue possible grâce au sacrifice du Seigneur Jésus – celui qui était plein de grâce et de vérité.  Remercions et louons Dieu que “ si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. ” (1 Jean 1 :7). Decembre

Le 20 Decembre

Les lectures de Job pour aujourd’hui sont 25, 26 et 27, elles comprennent la troisième réponse de Bildad et ensuite la réponse de Job à sa critique. Les commentaires de Bildad semblent justes et son commentaire au verset 4 est vrai, à savoir que personne n’est juste devant Dieu, mais c’est à sa critique cruelle de Job et à son manque de compassion que Job répond au chapitre 26, versets 2-4. Job est sarcastique dans sa réponse – il dit en réalité que Bildad et ses autres amis n’ont pas du tout aidé Job dans sa souffrance ; ils n’ont pas essayé de le sauver ; ils ne lui ont pas donné de conseils affectueux ni de sages suggestions. Il leur demande qui les a aidés à dire les choses qu’ils ont dites, car l’implication est qu’il ne reconnaît rien de ce qu’ils ont dit. Job dit que s’ils avaient prononcé les paroles de Dieu, il les aurait reconnues ! La leçon que nous pouvons en tirer est que l’”autorité” des choses que nous disons doit être celle de Dieu, c’est-à-dire de sa bible, nous ne pouvons pas enseigner ou défier quelqu’un en disant “je pense” sans nous référer à la bible. Job confirme sa croyance en Dieu et dit qu’il ne dira jamais de mal tant qu’il vivra, chapitre 27 versets 2-6, Job est certainement resté fidèle à ses principes, et dans ce sens il était meilleur que ses amis car malgré la façon dont ils avaient vu Job agir avant sa souffrance, ils ont maintenant oublié tout cela et l’accusent maintenant de pécher gravement. Le chapitre 26, versets 8 à 14, nous donne confiance dans l’inspiration de la bible, car il y a des choses ici qui, à cette époque de l’histoire de l’humanité, ne pouvaient être connues de Job que si la terre était “suspendue au-dessus du vide” et que cette information était fournie par Dieu. Aujourd’hui, nous savons que c’est vrai grâce aux recherches que les humains ont pu faire, mais à l’époque, la technologie n’était pas disponible pour le prouver. Il a également reconnu l’action de Dieu dans les événements humains, par exemple au verset 12, où il fait référence à l’Égypte – le mot “Rahab” est utilisé pour décrire l’Égypte, voir Ésaïe 30 verset 7 – ce verset fait probablement référence aux enfants d’Israël qui sont sortis d’Égypte par le partage de la mer Rouge (Exode 14). Job a manifestement un respect total pour Dieu et a donc conservé sa piété tout au long de ses souffrances. Comme pour toutes les prophéties, il existe des interprétations légèrement différentes de la part de tous ceux qui étudient la Bible, et cela s’applique à Zacharie 2 et 3. Il est bon d’avoir un débat, à condition que les interprétations soient fondées sur la Bible. Quelle que soit la période de l’histoire à laquelle se réfère le chapitre 2, c’est une merveilleuse espérance car c’est une image de la restauration du peuple de Dieu en une nation – nous pouvons voir qu’elle s’appliquait au retour des Juifs de la captivité à Babylone, verset 7, et c’était à peu près à la même époque qu’Aggée, mais nous pouvons aussi en tirer des leçons pour nous aussi car nous avons confiance que Dieu restaurera toutes choses quand Jésus reviendra. Le chapitre 2 suggère qu’il fait également référence à une restauration suivant le retour de Babylone, car nous avons une référence à Josué, le grand prêtre, au verset 1, qui était mentionné dans Aggée 1 et 2 ; nous savons que Josué et le peuple s’opposaient à ce qu’ils faisaient, d’après Esdras 4, verset 1-5 et Néhémie 4, et que des personnages comme Sanballat étaient les “opposants” ou “satan” décrits ici. Le verset 8 dit que ce récit est “symbolique des choses à venir”, il semble donc qu’on nous dise que ces événements, peut-être réels, sont aussi des images d’événements futurs, et il ne faut pas beaucoup d’imagination pour voir Jésus dans cette image et le verset 10, par exemple, comme une image du royaume. Nous pouvons donc voir des rappels de toutes sortes de moments où Dieu rétablit les choses tout au long de l’histoire et le fera encore à l’avenir. Au fur et à mesure que Zacharie progresse dans sa prophétie, nous constatons qu’elle culmine avec le retour de Jésus. Ainsi, tout comme Job, nous gardons confiance en Dieu, car nous savons qu’il restaurera toutes choses. Jude, notre dernière lecture pour aujourd’hui, est écrit aux membres de l’église, c’est-à-dire à nous, verset 1. Jude utilise l’histoire passée du peuple de Dieu comme des leçons pour que nous apprenions à rester concentrés et à essayer d’interpréter correctement ce que Dieu dit, Job est un autre exemple. Le problème de l’église à l’époque de Jude était que des frères et des sœurs s’étaient joints à elle et avaient corrompu les enseignements de Dieu, et c’est un avertissement pour notre époque également, versets 3-4. La seule façon d’être le mieux équipé pour comprendre ce que Dieu veut est de lire la Bible dans la prière, c’est pourquoi il est important de toujours vérifier car nous avons toujours besoin de nous le rappeler, verset 5. Les exemples passés que Jude utilise sont ceux des Israélites qui ont été sauvés d’Égypte et qui n’ont pas cru et ont été détruits ; les messagers humains de Dieu (le mot “anges” signifie “messagers”), c’est-à-dire les personnes qui étaient censées accomplir l’œuvre de Dieu mais qui ont abusé de leur autorité et ont été détruites, verset 6, (il est très probable que cela fasse référence à Koré, Dathan et Abiram dans Nombres 16); Sodome et Gomorrhe ont également été punies pour leur immoralité sexuelle ; ainsi, tous ceux qui s’opposent et se rebellent contre Dieu sont détruits à juste titre parce que leur mauvaise influence continue corromprait et tournerait les autres contre Dieu. Corrompre les exigences de Dieu est si subtil, au verset 3-4 Jude fait référence à la “grâce” et c’est par la grâce que nous sommes sauvés – sans la grâce aucun de nous ne sera sauvé, cependant, ces frères et sœurs corrompus utilisaient la “grâce” comme une raison pour eux de continuer à faire ce que leurs désirs humains souhaitaient, disant qu’ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient et que Dieu leur pardonnerait par la grâce ! Jude montrait, à partir d’exemples historiques, que ce n’était pas le cas, que ceux qui corrompaient l’enseignement de Dieu seraient punis. Ainsi, ce n’est pas parce que nous n’aimons pas un enseignement de Dieu que nous pouvons simplement l’ignorer et faire ce que nous voulons, cela ne nous mène nulle part. Le verset 8 est une déclaration très forte sur ce que Dieu pense de ceux qui corrompent ses enseignements ! Et ils sont condamnés, versets 11-13, Jude dit que les frères et sœurs qui agissent de la sorte ne devraient pas être inclus dans nos services de fractionnement du pain (fêtes d’amour) – c’est donc sérieux. Le message est qu’il faut être prudent, versets 14-16. Malheureusement, les gens vont ridiculiser et critiquer ceux d’entre nous qui essaient de suivre les enseignements de Dieu, nous devons nous y attendre (versets 17-19), mais comme Jude le dit, nous devons nous édifier les uns les autres, prier et attendre patiemment le retour de Jésus (versets 20-21). Si nous voulons défier les autres, nous devons utiliser les enseignements de Dieu comme “autorité” pour cela, nous devons faire de notre mieux pour nous en tenir aux enseignements de Dieu et nous devons essayer de voir le retour de Jésus dans tout ce que nous lisons. Decembre

Le 21 Decembre

Job 28 poursuit ce que Job dit des méchants dans le chapitre précédent. Les méchants meurent riches (27:16 & 19) mais ensuite ils disparaissent pour toujours. L’homme recherche la richesse comme l’or et les pierres précieuses. Mais l’homme ne cherche pas la bonne chose. Il y a quelque chose de bien plus précieux qui dure pour toujours mais qui est plus difficile à trouver. C’est la sagesse. La sagesse commence par la crainte de Dieu et se poursuit en évitant le mal (28:28). C’est ce qu’a fait Job. À travers sa souffrance, il a eu la sagesse de reconnaître la suprématie de Dieu. Et il a eu la sagesse de ne pas se tourner vers le mal lorsqu’il a été mis à l’épreuve. Pouvons-nous avoir cette sagesse lorsque nous souffrons ? Zacharie décrit un autre type de souffrance. Zorobabel essayait de reconstruire le temple de Dieu, mais l’opposition avait arrêté la construction. Zacharie 4 encourage Zorobabel à relancer la construction – non pas par la force humaine, mais en s’appuyant sur Dieu (4:6). Et ils ne doivent pas s’inquiéter du fait que le résultat soit petit et inférieur (4:10). Ce qui compte, c’est que l’œuvre fidèle soit réalisée. Aujourd’hui, nous sommes aussi des bâtisseurs. La maison que nous construisons est la maison de Dieu, faite de frères et de sœurs (1 Co 3,9). Nous devons construire cette maison de la même manière que Zacharie. Nous devons nous appuyer sur Dieu et ne pas nous inquiéter si notre travail est petit et inférieur. Tout travail de construction fidèle sera récompensé. Mais nous devons faire attention à la manière dont nous construisons (1 Cor 3:10). La même chose était vraie à l’époque de Zacharie, comme nous le lisons au chapitre 5. La maison de Dieu ne devait pas être construite sur le mensonge, mais uniquement sur la vérité (5:1-4). Elle ne pouvait pas non plus être une maison construite sur la méchanceté (5:5-11). La maison de Dieu doit être une maison sainte construite sur la vérité de la parole de Dieu. Dans le Nouveau Testament, nous commençons à lire l’Apocalypse. Comme le dit Deutéronome 29:29, “Les choses secrètes appartiennent au Seigneur notre Dieu, mais les choses révélées nous appartiennent, à nous et à nos enfants”. L’Apocalypse est la révélation par Dieu de la prochaine étape de son plan avec l’homme. Au centre de ce plan se trouve Jésus-Christ, qui vient bientôt. Le chapitre 1 nous donne une description de Jésus, qui est celui qui était mort mais qui est maintenant vivant pour toujours (1:18). Les caractéristiques de cette description sont celles de Jésus venant en juste jugement. La question qui se pose à tout lecteur de l’Apocalypse est la suivante : “Êtes-vous prêt pour le retour de Jésus ?” Nous devons nous poser cette question et nous assurer que nous pouvons répondre “oui”. Si nous ne le pouvons pas, alors nous n’avons pas appris l’important dernier message de Jésus dans l’Apocalypse. Les chapitres 2 et 3 décrivent comment certaines des ecclésiastiques n’étaient pas prêtes. Éphèse a dû se repentir (2:5) et Pergame aussi (2:16). Les problèmes des ecclésiastiques sont des problèmes auxquels les ecclésiastiques d’aujourd’hui sont confrontés. Au chapitre 2, il y a des avertissements concernant l’immoralité sexuelle d’enseignants comme les Nicolaïtes, Balaam et Jézabel. Ces ecclésiastiques ne maintenaient pas leur séparation du monde. Ephèse avait eu affaire à de faux enseignants mais était allée jusqu’à perdre leur amour (2:4). Voilà le difficile équilibre que les ecclésiastiques doivent avoir pour maintenir la pureté tout en conservant l’amour. Enfin, il y a des messages pour que les ecclésiastiques continuent à être fidèles même s’ils souffrent (2:9, 13). Maintenons notre séparation du monde, et gardons notre amour pour Dieu fort, même si nous devons passer par notre propre souffrance. Nous avons besoin de la sagesse de Job et de la persévérance de Zacharie pour y parvenir. Nous serons alors en mesure de construire notre maison ecclésiale, afin qu’elle soit une demeure sainte qui plaise à Dieu. Et Dieu sera heureux de vivre avec nous, pour toujours. Decembre

Le 22 Decembre

Job 29-30 L’homme perfectionné. Il est naturel, lorsqu’on vieillit, de se retourner sur sa vie, surtout lorsqu’on était jeune et au mieux de sa forme. Mais notre relation avec le Seigneur dépend-elle des “bons moments” ? Il se peut que nous ne fassions qu’un avec Lui lorsque la vie est facile ; lorsque notre santé est bonne et que nous sommes respectés par l’humanité. Job avait une bonne santé, il était très respecté et il faisait aussi les bonnes choses : aider les pauvres, les orphelins, les aveugles et les boiteux, enseigner dans la droiture et la justice. Quelle belle vie que celle de Job, lorsque Job s’aperçoit que “le Tout-Puissant était encore avec moi” (v5). N’est-ce pas là notre plus grande joie, lorsque nous percevons que le Seigneur est avec nous ? Au chapitre 29, nous voyons que Job aimait les louanges des hommes, il aimait sa place élevée dans la société ; et il semble y accorder trop d’importance. Le chapitre 30 est un contraste. En contraste avec ce que Job a fait pour l’humanité… l’humanité a oublié ses anciennes actions et a rejeté le “pauvre” Job, et l’a considéré comme le plus bas de la société… Job pensait-il que le Seigneur avait fait la même chose, qu’il avait rejeté Job ? Il savait que le Seigneur avait causé son humiliation, et il semblait croire qu’il s’agissait d’une sorte de punition, même s’il ne comprenait pas pourquoi. Sa (notre) souffrance n’était (n’est) pas une punition avec le rejet de Dieu (le rejet de Dieu ne vient que lorsque nous rejetons son enseignement/discipline et refusons d’écouter). Comme des parents avec des enfants, la discipline ne vient pas avec le rejet, (elle vient à cause de l’amour !) mais avec des conseils et des encouragements à vivre de la bonne manière. Les circonstances étaient telles que Dieu voulait que Job ait l’esprit (la pensée) juste dans TOUTES les situations, et que Job aille à Lui pour demander de l’aide et le trouve. Phil 4:11-13 “J’ai appris à me contenter de toutes les circonstances, qu’il s’agisse de l’abondance ou de la pénurie. Je peux tout faire par celui qui me donne la force”. C’est vrai pour Paul, et c’est vrai pour nous tous. C’était vrai pour Jésus. Hébreux 5:7-9 “Après avoir présenté des prières et des supplications, avec des cris véhéments et des larmes, à celui qui pouvait le sauver de la mort, et avoir été exaucé à cause de sa pieuse crainte, Jésus, qui était un fils, a appris l’obéissance par ce qu’il a souffert. Et ayant été perfectionné….” Le Seigneur Dieu était la cause de la souffrance, non pas pour punir, mais pour amener Job à une meilleure compréhension de l’homme “parfait”… humble, confiant et un avec Dieu à tout moment, et en toutes circonstances. Nous pouvons le faire… “par Celui qui nous donne la force”. Zacharie 6-7 : Visions. Qu’aurions-nous vu et compris ? Depuis de nombreuses années, Jérusalem et ses environs étaient un lieu de vie très instable ; il y avait des craintes de tous côtés. Zacharie a reçu une vision de chars et de chevaux, et il savait qu’il s’agissait d’une vision avec un message prévu. Mais il ne comprenait pas “qu’est-ce que c’est, mon Seigneur ?”. (v4). L’ange donne alors une explication – les chevaux étaient des “esprits du ciel”, des anges (probablement) qui étaient envoyés par Dieu pour faire sa volonté parmi les nations. Zacharie aurait compris que Dieu était toujours à l’œuvre dans les nations, accomplissant sa volonté et ses promesses, et préparant finalement les gens pour le royaume. Nous aussi, nous devrions être attentifs au Dieu tout-puissant et, évidemment, rien ne peut résister à Sa volonté. Le monde d’aujourd’hui est très instable, rien (sans Dieu) n’est durable… mais il y a un Dieu, Il est aux commandes, Sa volonté sera faite, et c’est seulement avec Lui que nous pouvons trouver le fondement sur lequel construire nos vies. Fort de cette assurance, Zacharie reçoit une autre “vision”, s’appuyant sur une “fondation” donnée à Ésaïe avant lui. (Esaïe 11:1) Il proclame la parole de Dieu (v12-13) en parlant de la volonté de Dieu avec un homme. Nous, par cette même parole, et par la grâce de Dieu, nous savons qui est cet homme. “dont le nom est le rameau”, “qui bâtira le temple du Seigneur”, “qui dominera sur son trône”, “qui sera prêtre sur son trône”. Nous connaissons le prêtre-roi – parmi les milliards de personnes qui sont nées, il n’y en a qu’une seule à qui l’on peut confier cette autorité, et nous SAVONS (et pas seulement nous croyons) que c’est Jésus. Le message de Zacharie 7 est clair. Le Seigneur n’apprécie pas les rituels, les jeûnes ou les cultes sans cœur… nous ne sommes pas “un” avec Dieu lorsque cela se produit. Mais le Seigneur nous donne des instructions pour nous montrer comment et quand nous pouvons devenir un et en faire l’expérience (v9-10) : “Exécutez la vraie justice, faites preuve de miséricorde et de compassion chacun envers son frère. N’opprimez pas la veuve ou l’orphelin, l’étranger ou le pauvre. Que nul d’entre vous ne projette le mal dans son cœur contre son frère”. Si nous ne faisons pas preuve de miséricorde, de compassion, etc., nous avons manqué au 2e commandement, qui à son tour a manqué au 1er commandement. L’amour est le commandement, mais ce n’est pas un commandement au sens humain du terme… vous ne pouvez pas ordonner à quelqu’un de vous aimer – lorsque l’on parle d’amour comme d’un commandement, cela signifie que c’est une priorité, c’est ce qui vient en premier. Si nous avons l’amour, alors nous trouverons que tous les autres fruits de l’esprit viendront naturellement, comme le bon fruit d’un bon arbre. Nous sommes TOTALEMENT dépendants de l’amour de Dieu, faisons vivre cette conscience dans notre vie quotidienne en aimant en retour. “Si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres” 1 Jean 4:11. Apocalypse 3-4 : leçons et questions. “Celui qui a des oreilles, qu’il entende ce que l’esprit dit aux églises” Les lettres aux églises ne leur étaient pas destinées, mais à nous tous, en tant qu’églises et individus. Leçons de Sardes : soyez vigilants en ce qui concerne votre foi, vos vies, vos cœurs ; affermissez votre foi et vos œuvres de foi ; souvenez-vous de votre appel ; tenez bon et repentez-vous ; cherchez d’abord le royaume de Dieu ; le Seigneur sera fidèle avec les fidèles. Leçons de Philadelphie : ils ont gardé sa parole ; n’ont pas renié son nom ; ont été aimés de Jésus ; ont persévéré et tenu bon ; de grandes récompenses ont été promises. Leçons de Laodicée : réprimandés parce qu’ils étaient tièdes, remplis des choses de ce monde, croyant qu’ils n’en avaient pas besoin ; spirituellement… pauvres, aveugles, nus, etc. ; la réponse – venez à Jésus, devenez riches dans la foi ; recevez la justice (des vêtements blancs), soyez guéris pour pouvoir voir ; repentez-vous pour être avec le Seigneur, comprenez “tous ceux que j’aime, je les reprends et les châtie”. Si vous lisez ces mots LENTEMENT, en examinant votre propre esprit, et que vous vous rendez compte que vous avez vous-même besoin de travailler dans certains de ces domaines spirituels, alors vous “avez une oreille pour entendre”. Et c’est ce que fait la parole de Dieu si nous écoutons ses paroles – la lecture seule ne fait rien ; écoutez et vivez comme Jésus.